Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le diplomate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Le diplomate   Dim 12 Oct - 23:00

--Insolent a écrit:
Thibantik a écrit:
Thib croise un gamin avec un journal à la main. Ca fait longtemps que celui de Bourbon n'existe plus. Elle s'approche du gamin.

- Combien ta feuille de chou ?

-2 écus tout rond m'dame

- 2 écus ! Hé ben ! tout augmente ! le dernier journal que j'ai acheté était a 75 deniers ! Tant pis donne m'en un.
Gypsie a écrit:
Passe dans les parages, voit Thib acheter un exemplaire du journal ; toujours avide des derniers potins la bourbonnaise ^^. Se glisse derrière elle, discrètement, lit le papier par dessus son épaule...

Dis donc Thib, à ce prix là son journal, tu crois que cet insolent achète combien ce qu'il appelle " les cris de peine " ? Et les cris de joie, tu crois qu'ils valent plus cher ?
Martymcfly a écrit:
Très énervé... Passant sur la grand place du Château pour aller au nouvelles, le Duc de Billy entendit un jeune galopin qui vendait un journal.

Hep gaminot, tu vends bien ? Tiens voilà tes 2 écus. Vous êtes mandaté par la Chancellerie ?

N'attendant pas de réponse, il lui tendit les pièces et commença la lecture puis se tourna vers les deux dames.

Bonjour mesdames. Intéressant ce papier. Vous pensez écrire quelques cris de peine ? Léger sourire agacé. J'aurais bien des choses à dire pour ma part.

Il regarda en direction de Moulins puis vers le Château.

Je vais vous laisser deviser mesdames. Passez une bonne journée.

Et le Duc quitta la place aussi vite qu'il était venu...
Thibantik a écrit:
Perdue dans sa lecture, Thib sursaute en entendant Gypsie.

Elle lui fait une bise et va pour lui répondre, lorsque le Duc de Billy s'arrête à leur hauteur.


- Messire, mes hommages !


Citation :
Bonjour mesdames. Intéressant ce papier. Vous pensez écrire quelques cris de peine ? J'aurais bien des choses à dire pour ma part.

Je vais vous laisser deviser mesdames. Passez une bonne journée.

Sitôt dit, sitôt fait ! Thib s retourne vers Gypsie.

- Tu sais, vraiment, le BA change et hélas pas en mieux ! C'est là que je regrette nos anciens, Odin, Zérou..... Au moins avec eux, un connétable n'en faisait pas qu'a sa tête, et une Mairesse n'aurais pas été tuée pour rien :?
Gypsie a écrit:
Un duc à l'air irrité qui passe, même pas le temps de le saluer, juste celui de l'entendre, comme la rumeur qui déjà parvient aux oreilles des deux amies. Elles se déplacent vite ces choses là, les rumeurs^^, portées par le vent, rebondissant sur les collines, reprenant élan pour aller plus loin, dans chaque village. Soupir...

A qui le dis tu Thib. Imagine ce qu'Odin lui aurait réservé à celui là. Sans oublier la verve acerbe de St Cross. Lui ne l'aurait pas loupé non plus. Il s'en serait donné à coeur joie. Enfin... vaut mieux comme ça, sinon on irait encore dire que le bouledogue est méchant !

L'insolent aura de quoi remplir son journal. De cris de peine surtout !


Pensée vers Moulins qui vit de sinistres moments...

Et des cris de rire aussi !! Tout en jaune !! Tsss... Il y en a qui donnent le bâton pour mieux se faire battre, mais ils s'arrangent pour que ce soient les autres qui se font taper !!
Fabien74 a écrit:
Fab se rend au Château et croise un enfant qui agite une feuille de choux.

Hey toi! Viens donc par là! Combien ton...Diplomate?

2 ECUS???Et bien, j'éspère qu'il en vaut la peine! Mais à vue d'oeil ça m'en a tout l'air!
Merci bien!


Il cherche dans sa poche...Rien.

Ah...C'était l'autre.

Large sourire.

Tiens voilà pour toi!

Fabien repart vers le château, plongé dans sa lecture.
--Insolent a écrit:
Ninjaturtel a écrit:
Ninja avait entendu parler d'un nouveau journal, ça faisait longtemps que ça ne s'était pas produit, autant en profiter se disait il.

C'est ainsi qu'il partit voir le petit qui vendait le journal.
Le problème c'est que... Il est ou le petit ? Aucune idée.

C'est ainsi, ah ha, deuxieme fois que je le cas le "c'est ainsi", bref, c'est ainsi... ah, trois... bon...

C'EST AINSI que Ninja marcha dans les rues de Clermont et trouva du premier coup le petit...
Rapide n'est ce pas, vous ne vous y attendiez pas je suppose hé hé.

Bref, Ninja, se baladant a pied et laissant Médor a l'écurie.
Portant sa robe de Juge, en dessous du coté droite sa masamune, et du coté gauche son épée au blason de Glénat, prit quelques écus, un en fait et tend la piécette au petit homme.

Celui ci lui donne le journal, Ninja le remercie et lui redonne une piécette en guise de pourboire.

Il prend alors la direction du château, tout en parcourant le journal.
La personne qui l'avait s'était amusé concernant les dernières annonces, et les dernières situation.

Puis, vint le dernier article, tout en bas a droite...
Large sourire, il semblerait que ses habits pour l'allégeance ai plu.
Bah tant mieux, il ne pouvait remercié la personne qui avait écrit tout cela, mais il le penser c'était déjà ça. Comme quoi, certain avait de bon gout vestimentaire...

C'est comme ça que Ninja... Ah ha vous avez cru que j'allais dire c'est ainsi !

C'est comme ça donc que Ninja, repartit en direction du château, tout content que l'ai trouver beau... encore une fois ^^
Chrys80 a écrit:
Tête basse, Chrys sourit légèrement à la lecture du papier d’information. Il s’éloigne du château, et non tout le monde ne se dirige pas forcement vers le château ! Il manque de bousculer son Chambellan et en l’évitant de justesse, s’arrête face au juge, bonjour messieurs, plutôt rafraichissant ce petit bout de papier, quelques coquilles orthographiques, mais je suis persuadé au cet "Insolent" aura à cœur de corriger cela au prochain numéro, il en sourit.

Il se tourne vers Fab,
Le Diplomate, étrange ce choix de nom, j’ai cru un instant à un nouveau projet de la Chancellerie, il y en a beaucoup en ce moment. Personnellement je ne le trouve pas encore assez … caustique, il rigole, mais il a le mérite de me distraire, nous devrions peut-être en fournir une copie à nos homologues diplomates étrangers, ça les feraient bien rire.

Seigneur de Glénat, votre … comment dit on ? … Honneur ? Chrys s’incline, il m’aura fallu lire ce torchon pour enfin te trouver beau, Chrys rigole, je ne vous retiens pas plus longtemps tous les deux, c’est déjà assez rare de rencontrer un Chambellan ou un Juge en ville, alors les deux en même temps …
Ninjaturtel a écrit:
Ninja, plonger dans son journal relisant encore et encore l'éloge concernant ses habits, s'arrête lorsqu'une personne se présenta juste devant lui.

Il relève la tête et reconnait rapidement chrys.


Ah Chrys, cela faisait bien longtemps.
Pour l'insolent, il est léger et divertissent. Personnellement ça me va tout a fait.
Il est clair que certain aurait aimé plus de panache, plus de satire, mais bon je trouve que la lecture est fluide et ça ne m'endort pas.

Chrys s'attarde alors sur Ninja, s'inclinant et hésitant pour l'appellation.
Un sourire s'affiche et ninja répliqua :


Pour l'appellation, fait comme tu voudra.
Je ne serai pas Juge indéfiniment donc tu peux m'honorer pour, plus tard, me "seigneurer" répliqua t'il en saluant l'homme également.

Et puis, je ne suis pas si content que ça quand j'entends que tu me trouve beau dit il en l'accompagnant dans son rire, en tout cas c'est fait et je suis content qu'on ai apprécié ma splendeur.

Un grand sourire, puis toujours vers Chrys

Il est vrai que ces derniers temps, le travail est un peu plus lourd que d'habitude, surtout avec ce qui se passe.
C'est pour cela qu'il est toujours bon de venir prendre un peu l'air et d'avoir de la lecture.

Ceci dit, comme tu le dis je ne vais pas tarder a y aller.
Mais avant, tu devra me donner des nouvelles d'Ina, cela fait bien longtemps que je n'en ai plus, bien que je vais bientôt repasser par Aurillac je crois.
Gypsie a écrit:
Un écu lancé et Gypsie commence la lecture du diplomate. Elle aurait préféré en manger un, mais bon, peut être pas la saison du diplomate^^.

L'actualité du moment très bien illustrée par la gravure des protagonistes d'une des pages de l'histoire du Ba. Au moins, plus personne ne pourrait dire ne pas être au courant.

Des nouvelles de la soule aussi ; renseignements pris auprès du merveilleux Paulh, les matchs devraient reprendre bientôt. Bien fait le journal, peut être un peu court. Mais ce n'était pas plus mal ainsi.

Quelques lignes plus loin, Gypsie comprit pourquoi Ninja marchait, cet air niais sur les lèvres^^, comme s'il sortait de chez le conseiller. L'on faisait sur cette feuille de chou, une si belle description de DDNDG que ses chevilles allaient en souffrir. M'enfin, il fallait bien reconnaitre qu'il n'était pas désagréable à regarder, beau visage aux traits fins, pureté de la peau mise en valeur par la noirceur de la chevelure dont chaque mèche restait bien à sa place. Toison dressée à la masamune sans doute, taillée à l'épée...
Gypsie aurait bien aimé être une petite souris et assister à la préparation matinale du juge. Mais, domicilié à Clermont, sans doute bénéficiait-il de la visite quotidienne d'un barbier... Si ses moyens le lui permettait, car le pauvre aurillacois en était à devoir vendre quelques biens pour se nourrir... Dur dur la vie à l'armée, plus dorée à l'université^^.

Elle remercia l'insolent pour son travail, salua d'un signe de tête le professeur Chrys qui semblait souffrir du même mal à enseigner que Paulh... quand même les noeuds dans les mouchoirs étaient inutiles... Dernier regard au juge et elle continua son chemin.
Chrys80 a écrit:
Chrys salut par un léger sourire le recteur, qui passait par là … l’apparition de la Vicomtesse de Ravel lui rappel vaguement quelque chose, un travail … arg ! Qu’ai-je donc pu oublier. ( Wink ).

Ina, Chrys soupire, s’il y a bien quelqu’un de plus discret que le diacre de Moulins, c’est bien elle. Depuis sont retour du couvent, elle est devenue quelque peu distante, voir inexistante.
J’imagine quelle doit se sentir perdue depuis son retour et qu’elle va bientôt me revenir …

Le vent se faisait frais, Chrys frissonne et referme son manteau,
je vais te laisser maintenant, toi comme moi avons à n’en pas douter beaucoup à faire, Chrys sourit, salut mon ami.
--Insolent a écrit:
Bettym a écrit:
Entendant les cris du colporteur voulant vendre les nouvelles du Bourbonnais-Auvergne, Bettym s'approcha du petit et lui donna un écu pour le papier qu'il brandissait.

Toute à la lecture, elle ne cessait de se demander qui avait bien pu rapporter de tels propos concernant sa mairesse ainsi que le nom de la personne qui demandait la démission du Duc.

Elle prit donc le chemin d'un de ses bureaux et se mit à rédiger une lettre.


Citation :
Cher Insolent,

C'est avec grande impatience que j'attends des nouvelles de notre duché par l'intermédiaire de votre papier.

Je viens de lire que vous n'êtes pas lié par un serment et serai ravie d'apprendre, par votre biais, qui a bien pu demander la destitution du Duc. Auriez-vous un ou plusieurs noms à nous donner ?

Par contre, j'ai un petit commentaire à vous faire concernant Dame Apolonie d'Orval. Elle n'a jamais abandonné Moulins comme vous semblez l'affirmer mais uniquement ses fonctions au sein du duché et surtout du château de Clermont. Si elle laisse le village, ce sera contrainte et forcée par le verdict du procès qui va être mis en place incessamment sous peu.

J'espère ne pas vous avoir fait perdre votre temps en vous envoyant cette missive et j'avoue avoir hâte de lire votre prochaine édition.

Bonne continuation.
Cordialement

Dame Bettym

Elle s'en retourna à la place et donna son pli au colporteur avec pour mission de l'apporter au rédacteur d'informations, non sans oublier un pourboire conséquent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Le diplomate   Dim 12 Oct - 23:01

--Insolent a écrit:
Martymcfly a écrit:
C'était bientôt les élections ducales et le Duc se réjouissait déjà des débats. Il adorait venir poser des questions. Souvent les mêmes d'ailleurs. En passant sur la grand place, il entendit qu'on distribuait une nouvelle édition du Diplomate.

Marty se précipita pour voir si... hmm...


Hep ! petit ! Tiens voila 1 écu. Laisse moi voir !

Lecture... Sourire. Il était le célibataire le plus en vue du BA ?! Peut-être que ca donnerait des idées à certaines... Il se retourna vers le jeune garçon.

Juste.. j'ai envoyé un petit mot il y a peu. Je.. heu... tu ne l'as peut-être pas eu ?

Le Duc poursuivit sa lecture, espérant que le petit lui donnerait une réponse.
Gypsie a écrit:
Hop ! piécette lancée au gamin porteur des dernières nouvelles d'alsace^^, ah non, du Ba !

Toujours simple, efficace. Il s'enrichit de parution en parution. Sourit en lisant la partie " chasse à cour ". Regarde l'image, et le duc de Billy qui, comme par hasard, se trouve juste à côté d'elle.

Ninja, pas la peine qu'il soit là pour le voir. Elle le connait par coeur. Enfin, ce qu'il laisse voir. Le DDG a une classe que personne ici bas au Ba ne peut égaler. Un charme naturel inouï, à faire palir de jalousie tous les auvergnats. Une modestie, une grâce, une simplicité innées. Lorsqu'il se déplace, c'est en glissant sur le sol, on se demande même s'il ne s'agit pas de lévitation pure et simple tant il effleure à peine le plancher, laissant flotter derrière lui le doux parfum de l'Auvergne qu'il chérit tant...
Peut être aura-t-il plus de mal maintenant à faire cet exercice, la couronne, l'épée et la ma... masamune sont lourdes à porter. Heureusement que sa gentillesse ne se mesure pas en poids sinon il resterait cloué au sol.

Gypsie, sourire aux lèvres, salue l'autre coeur à prendre, le Duc de Billy, et continue sa lecture. Large place pour Moulins dans cette dernière édition.
Beths a écrit:
Petit attroupement, Beths curieuse, on va dire par devoir professionnel se rend sur place.
Le nouveau diplomate est sorti.

Sortant le précieux écu de sa besace, elle l'envoie au gamin


Voila pour ta peine!
Et je prends un numéro!



Elle se plonge aussitôt dans la feuille de chou pour en ressortir la tête en arrière éclatant littéralement de rire.
Ah les commérages, ah les affaires qui mystérieusement disparaissent, c'était amusant. Enfin, peut être que cela ferait ouvrir les yeux à d'autres. Certaines choses étranges se passaient en BA.
Et ils étaient trop peu à s'en étonner ...

La chasse à cour aussi était drôle. Mais pourquoi imaginait-elle deux paons revêtus de mille couleurs se pavanant de ci-de la ?
Voyant que l'un des deux compétiteurs était présent, elle s'approche de lui



Alors Messire le Noblio le plus en vogue d'après l'appréciation de ces Dames ? Comment vas tu ?


Elle l'observe d'un oeil critique

Mouais, on va dire que tu mérites ta première place ... enfin si ton seul concurrent est le Doyen, il est logique que tu gagnes par ... fraîcheur ?

Elle se retint difficilement de rire.

Ah et j'ai vu que tu donnais fête chez toi ? Intéressant ... je me demande ...

ira-t-y ? ira-t-y pas ?
Hum ...


Les fenêtres sont solides ?
Martymcfly a écrit:
Allait-il avoir une réponse à sa question ? Disons qu’en fait, sa requête était un peu exaucée malgré tout. Coïncidence ? Le Duc lisait son papier, et fronça à plusieurs reprises les sourcils. Moulins était la vedette, comme souvent en ce moment.

La Vicomtesse de Ravel était une habituée du Diplomate, elle ne semblait manquer aucune édition. Il la salua de la tête.

Et bien sûr dès qu’il y a ou va avoir de l’animation… Beths !


Alors Messire le Noblio le plus en vogue d'après l'appréciation de ces Dames ? Comment vas tu ?

Noblio noblio… ?!! Nanméhoooooo ! Pour qui elle se prenait la Gondole !

Et bien, pas trop mal je dois dire, j’ai quelques projets, à plus ou moins long terme. J’essaie de m’occuper un peu, et je le suis ! Alors ça va pas trop mal merci.

Et là, l’ancienne Prévôt se met à le scruter un peu dans tous les sens, tournant autour de lui, telle une courtisane devant l’étalage d’un marchand ambulant, revenu de Paris avec la nouvelle collection printemps-été des corsets, jupons et frou-frouteries. Elle passait ses yeux sur à peu près toutes les coutures du Duc. De pied en cap, s'attardant sur certaines parties…

Mouais, on va dire que tu mérites ta première place ... enfin si ton seul concurrent est le Doyen, il est logique que tu gagnes par ... fraîcheur ?

Elle se mit à rigoler, et Marty se joignit à son rire et haussa les épaules.

C’est sûr que je n’ai pas trop de mérite. La logique… voilà. Mais le Papy est encore bien conservé. Pas encore trop fripé quoi. C’est un sérieux concurrent.

D’ailleurs ça l’étonnait qu’on ne l’ait pas encore vu sur la grand place. Le portrait du Doyen en première page d’un journal ! Ca avait du vite fait le tour de la capitale, voire du Duché, et peut-être même déjà du Royaume qui sait ! Peut-être était-il occupé à sourire à toutes les belles dames qu’il croiserait sur le chemin. Ca devait prendre du temps. Ou alors un souci de déambulateur peut-être.

Ah et j'ai vu que tu donnais fête chez toi ? Intéressant ...

Son sourire s’élargit un peu plus avant de répondre.

Oui c’est l’un des projets que je prépare. Tu es bien évidemment invitée.

je me demande ... Les fenêtres sont solides ?

Et de répondre, amusé.

Voudrais-tu que je te donne une bonne raison de hurler ?

Il sourit en coin avant de reprendre.

Ne t’en fais pas pour mes fenêtres, je pense bien qu’elles tiendraient à n’importe quel cri strident.

Avait-il prévu le coup ?
Ninjaturtel a écrit:
L'ancien numéro du Diplomate faisait éloge de la prestance et de l'élégance de Ninja, amusé, flatté, il voulait voir pour le numéro suivant si c'était toujours le cas, ou s'il devait résilié son abandonnement.

Alors qu'il travaillait dans ses bureaux, une personne vint frappé a sa porte. C'était un coursier qui venait avertir Ninja de la parution du diplomate.
Ninja lui avait demandé de l'avertir et c'était chose faite, il allait pouvoir se balader un peu dans les rues de la ville.


Il prit son mantel, l'air était un peu frais, puis sortit en dehors du château.
Le petit se promenait dans les rues afin de vendre son journal, Ninja l'approcha pour prendre a son tour le journal en échange d'une piécette. Le petit avait un peu bougé depuis ses dernières vente.

Ninja regarda alors le journal.
Premier étonnement, sa tête a la une du journal... Il regarda l'article, a demi amusé, a demi pas "content", il ne pu résisté a lâcher :


Mais... Je suis pas d'accord !
Je suis quand même le seul a avoir remporté les lapins d'or dit il avec un grand sourire et amusé bien que tristounet mais se demande si le journaliste était au courant... Bahhhh c'est décidé, la prochaine fois il sort avec son double lapin d'or du plus grand séducteur... Pour celui de l'homme le plus populaire... Bah pas besoin, c'était celui la qui était remit en question.

Il remarqua quand même la petite touche d'humour dont il faisait foi, bah pourquoi pas cela ne lui dérangait pas.

Il regardait le second article, a on parlait de lui encore... Décidément, il aimait bien se journal, certes cela remémoré le moment de confusion qu'il y avait, mais bon pas trop grave c'était amusant.

Il poursuit, alors le journal, voit l'article sur la révolte... Était ce ironique, ou alors de la désinformation... Certes la parution de l'article avait tardé, mais il semblerait que certaine personne n'était pas au courant de toute les informations.

Il passa, puis vit pour l'institut... Ahh ce projet qu'il avait monté, bien qu'il ai du le laisser entre de bonne mains pendant plusieurs mois. Cela lui faisait plaisir.

Prochain article... Éruption Ducale... Décidément beaucoup d'article avait un rapport de loin ou de près avec lui... bien que pour cette fois ci c'était de loin étant donné qu'il avait quitté Volcan... Il passa donc rapidement au championnat de soule et se rappela qu'il devait rappeler a ceux d'Aurillac qui était encore bel et bien présent. Il essaiera de ne pas oublier.

Beaucoup d'article, et le dernier qui le concerne sera concernant l'affaire du Procureur... En effet c'était pas du joli, aucune nouvelle et tout ce qui s'en suit. Voila qu'on parlait de sa fréquentation, une autre touche d'humour, Ninja sourit pour l'ensemble du Journal. Il aurai peut être fallu quelque précision ou amelioration concernant quelque information mais bon, on ne pouvait avoir tout, et puis les choses avaient été mal présenté...

Lecture finit, il n'avait pas vu passer le temps... Bah, tant qu'il est dehors, il ira boire un petit coup.
C'est ainsi qu'il se dirigea alors vers une taverne afin de se désaltéré, et de voir s'il était vraiment deuxième ou pas au niveau local...
Beths a écrit:
Comme elle l'avait pensé, le Duc de Billy ne peut s'empêcher de répondre à ses petites bafouilles.

Innocemment, elle lui demande si ses fenêtres sont solides, c'est vrai quoi, c'est qu'elle a une petite réputation à tenir, non mais trois fois rien quand on y pense n'est ce pas ? Pourquoi tout le monde dit d'elle qu'elle s'exprime fortement ? Elle ne crie jamais, ne hurle jamais, elle ne fait que ... ben vi s'exprimer.
Cela l'amuse certaine fois.
Il paraitrait même que sa voix était plus connue que son visage. En y pensant c'était assez drôle.
Enfin qu'importe. Pourquoi avait-elle évoquée la fenêtre au juste ? euh .... en fait elle ne savait plus, sûrement pour se moquer gentiment du fait qu'elle s'exprimait un peu fort parfois ?

Toujours est il que la réponse ne se fait pas attendre


Voudrais-tu que je te donne une bonne raison de hurler ?

Beths ouvre la bouche d'étonnement. Et se met à cligner des yeux. A-t-elle bien entendu? Mais ... y aurait-il ? ?
Non pas Marty ....
Non, elle se trompait, et franchement quelle idée lui passait-il donc pas la tête?!



Ne t’en fais pas pour mes fenêtres, je pense bien qu’elles tiendraient à n’importe quel cri strident.


Oh ... mais .... oh!!!!!!
Mais il se moquait!!!!!!!!
Oh mais c'était quoi cette manie?!!!! Déjà Az aux joutes qui ... qui .... en y repensant le rouge commença à colorer ses joues et la ... la ... le vague sous entendu ... qui ... oh!!!

ce n'est pas parce que ... que rien que ... bref ... que quand même ... zut!!!!!

Elle se met à rougir vertement imaginant la chose, le trouble la gagne



OOOOOOOOOOH !!!


Et là, le cafouillage, le débit s'accélère


Non! Tu-vas-ty-mettre-aussi!!!!!!
Je-cherche-un-Duc-célibataire!!!!



Et devant le regard de Marty, elle se doute qu'elle a ... qu'a-t-elle dit exactement en parlant trop vite ?
rhaaaaaaaaaaaaa!!!
Et puis ses joues bouillantes n'aident pas vraiment faut le dire
Au cas ou il n'aurait pas bien compris, elle répète plus distinctement ...


Je ... ne ... cherche ... pas .... de ... duc !!!!


La voila, pas de cafouillage cette fois ci. Sure, elle a été très claire.

Pliant le journal dans sa main, elle se dit que franchement, franchement, elle avait mieux a faire que de se couvrir de ridicule!
Elle repartir donc furieuse, la fumée sortant presque de ses oreilles, les joues rouges et brulantes, le yeux brillant d'incompréhension .... direction la prévôté.

Pffff décidément, ces hommes!!!
Martymcfly a écrit:
Qui aurait pu penser qu’elle rougirait autant. Elle ? L’ancienne Prévôt ? Qu’avait-il pu bien dire pour cela… Voudrais-tu que je te donne une bonne raison de hurler ? A la réflexion, il y avait plusieurs raisons pour hurler.

Hurler de colère. C’était chose courante, principalement pour Beths au Château.

Hurler au scandale. Ca c’était en Chambre des Nobles…

Hurler comme un loup. Ca c’était pour les nuits de pleine lune, enfin pas pour tous.

Hurler de douleur. Ca... c’était quant on se coinçait le doigt dans une fenêtre justement.

Hurler de plaisir……. Heu… !!

Le Duc avait compris le pourquoi du rouge aux joues de la Dame de Gondole. Et lui aussi, rougit doucement.
Réunion de pivoines…


Non! Tu-vas-ty-mettre-aussi!!!!!! Je-cherche-un-Duc-célibataire!!!!

Serait-ce une déclaration ? Le Duc ouvrit des yeux ronds. Au moins c’était clair et direct. Et du coup…

Eh bien, je… tu… enfin… un Duc ?

Beths devint encore plus rouge qu’écarlate. Marty ne savait plus quoi dire, tellement il était étonné !

Elle s’était rendu compte de son fourchage de langue et se reprit.


Je ... ne ... cherche ... pas .... de ... duc !!!!

Cette fois, elle paraissait certaine dans ses paroles. Elle aurait bien hurler de honte quand même, ou de colère sinon. Elle replia le canard et tourna les talons. Elle était furieuse ?

Le Duc la rattrapa et lui prit le bras.

Beths… je t’ai toujours promis cette soupe d’orties. Tu… tu ne voudrais pas venir la déguster chez moi. Je demanderai à Berthe d’en préparer une. Et d’ajouter plus bas. C’est ma cuisinière et ses petits plats sont succulents.

Ca pouvait ressembler à une invitation…
Ca pouvait ressembler à une promesse qui allait être tenue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Le diplomate   Dim 12 Oct - 23:03

Bettym a écrit:
Une voix amortie par les bruits de la rue mais dont le nom qui était crié fit tilt dans la tête de la jeune Moulinoise. Elle précipita son pas pour ne pas louper le distributeur de nouvelles que Bettym affectionnait tant. Pas l'aboyeur mais le journal.

Alors qu'elle s'approchait de l'attroupement, elle put apercevoir Marty et Beths en grande discussion. Leur attitude était quelque peu ambigue mais connaissant les deux énergumènes elle ne s'en offusqua pas outre mesure sauf que ...

Les propos qu'elle venait d'entendre enlevaient tout doute...


Je-cherche-un-Duc-célibataire!!!!

Haussement de sourcils de la part de l'ancien Procureur, mais avant d'aller les saluer, elle voulait son bout de papier et apparemment elle n'était pas la seule. Il fallait donc qu'elle attende un petit moment juste assez pour la suite...

Beths… je t’ai toujours promis cette soupe d’orties. Tu… tu ne voudrais pas venir la déguster chez moi. Je demanderai à Berthe d’en préparer une.

Malheureusement, les chuchottements étaient bien trop bas pour l'ouie fine de Bettym mais ce qui ne l'empêcha pas de supposer les mots doux qu'il aurait bien pu lui dire.

Euh... Bonjour vous deux ! Un peu embarrassée d'imaginer son filleul et Beths dans le même lit. Je ne vous dérange pas j'espère ! Alors c'est vrai ? Vous êtes ensemble ?
M.reginae a écrit:
Reginae errait rêveuse dans la cité, se rémémorant son précédent passage dans ces ruelles. C'est en débouchant sur la place centrale qu'elle entendit des éclats de voix. Elle aperçut les personnes qu'elle avait peu avant croisé en taverne: Dame Bettym et Messire le Duc Martymcfly, ce dernier en train d'échanger de taquines paroles avec une Dame au caractère sans doute bien trempé.

Curieuse à son habitude, elle fit mine de s'intéresser à l'architecture des bâtisses Auvergnates, et tendit l'oreille ardemment.

Les paroles entendues la firent rire. C'est donc ainsi qu'ils affrontent les longues nuits froides de l'hiver en ces contrées montagneuses!


- Ce Duc semble maîtriser autant les arts des plaisirs charnels que ceux de la politique..sourit elle intérieurement. Cela lui donne une dimension autre que celle que j'avais pu observer !


Puis, soucieuse de rester discrète, elle fit demi-tour en direction de la taverne et récupéra son cheval, Elle partit en se promettant de prendre régulièrement des nouvelles de Dame Bettym, qu'elle avait particulièrement apprécié.
Beths a écrit:
Le journal froissé dans la main, furieuse, rougissante et totalement déboussolée, elle se dirigeait vers son refuse, sa maison, sa raison de vivre.

Mais soudain une main la rattrape. Et se pose sur son bras gauche.

Un hoquet de surprise s’échappe de sa bouche. La main l’arrête dans son élan et la retourne. Ses yeux se pose presque avec effroi sur cette main, prolongée par un poignet, un avant bras, un bras, une épaule … progressivement ses yeux se lèvent jusqu’à … ceux de Marty !


Beths… je t’ai toujours promis cette soupe d’orties. Tu… tu ne voudrais pas venir la déguster chez moi. Je demanderai à Berthe d’en préparer une.


De pivoine, elle passe à cramoisie, ses pensées devenant totalement confuses, mais que lui arrivait-il ? Elle l’ancienne Prévôt, elle le Prévost Royal qui se targuait non point de ne jamais hurler, mais plutôt d’agir avec discernement ?
Elle était là ne comprenant pas et plus inquiétant encore ne sachant que penser ou dire ?
mais … mais … MAAAAAAAAIIIIIIIIIISSSSSSSS ?!!!!!!!!!!


C’est ma cuisinière et ses petits plats sont succulents.


Beths avait toujours pu compter sur son instinct, qui agissait d’ailleurs bien avant sa raison le plus souvent. Instinct qui l’avait sauvé bien des fois, instinct qui pouvait la mettre dans d’étranges situations, mais instinct de survie, avant tout.
Le bras gauche toujours coincée par la main de Marty, la main droite tenant le journal totalement froissée se lève en direction de l’homme, et son bassin fait un mouvement pour accompagner le coup présentement contre l’homme qui ose … qui ….



Euh... Bonjour vous deux !
Je ne vous dérange pas j'espère ! Alors c'est vrai ? Vous êtes ensemble ?



Elle reconnait plus la voix de Bettym qu’elle ne l’a voit, mais sa bouche laisse échapper un nouvel hoquet de surprise accompagné d’un vague gémissement.
Toutefois son corps était en mouvement. L’arrivée de Bettym et surtout sa question la prend tellement au dépourvu que la réaction du corps se met en alternance de phase avec la réaction instinctive ce qui a pour résultat … une cheville qui doucement, presque à regret, se tord.

Beths est déséquilibrée bras droit en l’air, cheville qui lâche, douleur qui se fait sentir, et elle tombe … droit sur le torse de Marty, qui, vu qu’il se trouvait devant elle, la retient dans sa chute, lui évitant une confrontation brutale avec le sol.

Le temps s’arrête une demi seconde le temps qu’elle réagisse exactement quant à la situation : elle se trouve entre les bras, ou presque, contre le torse en tout cas c’est indéniable, torse chaud et large, d’un homme, homme qui serait son compagnon si elle en croit la pensée de Bettym.

Sa voix retrouve aussitôt ses fonctionnalités, tout comme son corps.



AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!


Les deux paumes posées sur ledit torse qui la fait rougir encore plus si tant est que cela soit possible, elle exerce une violente poussée pour s’en écarter au plus vite, le tout accompagné d’un petit bond plein d’élégance, sisisi, en arrière. La faisant grimacer et de nouveau perdre l’équilibre …. Elle avait oublié sa cheville tordue. Cette fois, nul torse pour la retenir, et elle se retrouve rapidement sur ses abatis.
Elle grimace de douleur, et des larmes de rage brillent dans ses yeux.

Non !!! elle ne pleurerait pas en plus !!! Comme elle le peut, elle se remet d’aplomb.
Elle regarde ensuite alternativement ses amis, enfin, elle avait toujours considéré Marty comme un ami jusqu’à présent, enfin si l’on passe sur le détail qu’il était l’un des rares a avoir réussi à la mettre dans une colère sourde, colère qui se manifestait non pas par des hurlements, mais par des propos glacials, tranchants …

Comment …. Comment Bettym peut même imaginer que … que ??? Beths est ahurie, totalement ahurie, perdue … elle tente de parler



Je … Non …
….

?

Il




Bettym a réussi la ou un seul avant elle avait excellé dans l’exploit de réussir à lui faire perdre sa voix.
Elle jette un regard presque désespérée sur Marty, comme pour lui dire :

« mais vas y toi !!!! Explique-lui bon sang !!!!! »

Et elle regarde de nouveau Bettym qui semble gênée elle aussi. Beths tente de se concentrer, un pli barre son front, pauvre pouce déjà fortement maltraité aux joutes doit de nouveau subir des dents déchireuses, signe de l’agitation qui règne dans son esprit
« Mais comment peut-elle penser cela ? »

Et là son esprit s’agite, les idées fusent, alternativement elle regarde Marty, puis Bettym, puis Marty, puis Bettym, tel un nouveau jeu de balle que l’on aurait pu inventer

« et lui, cela l’amuse ? » de nouveau son regard se pose sur Marty, et retire son pouce de la proximité de sa bouche, elle se met à serrer des poings

« ou alors, elle lance cette rumeur, par jeu sans doute ? » son regard courroucé se pose sur Bettym

« et Marty est de mèche » elle tourne la tête avec violence vers Marty, ses yeux jettent des éclairs, sa bouche se durcit

« mais non pas … pas Bettym !!! » Le rouge lui remonte au visage, comment peut-elle-même douter un seul instant de Bettym ? son amie ? La folie la gagne …

« et Marty ne ferait pas ça, enfin …. » elle tourne son visage vers l’intéressé, et passe du rouge au cramoisie, c’est quoi après le cramoisie la couleur ?

« Mais alors pourquoi ? » Elle jette un regard étonné à Bettym, sans comprendre

« A moins que Marty ne soit sérieux ? » Violet ? Oui après cramoisie c’est violet non ? Ce n’est pourtant pas la saison des pivoines … Coup d’œil en coin vers le Duc

« Rhoooo, mais comment je vais faire moi pour tout expliquer » Ne sait plus où porter son regard … ah si ses pieds. Tiens sa cheville enfle, zut … c’est malin ! En plus d’une gêne inconsidérée, elle aura gagné dans toute cette histoire une cheville tordue !

« Je sais ! » Relève triomphalement son regard !

« ..... Ah, mais non, c’est pas possible ca » Elle grimace et regarde Bettym puis Marty.

« AAAAAAAAARG » Elle ferme les yeux, c’était simple, il suffisait d’expliquer simplement, calmement, que c’était une erreur, que rien, ni ….

« Peste soit des hommes ! » Elle rouvre aussitôt les yeux et jette cette fois un regard rageur et plein de verve à Marty

« Réfléchis »

Les rouages recommencent à penser, doucement, fermement, docilement. Elle se concentre la Beths, il faut une réponse, une réponse claire, nette et concise. Hum … vu son état d’esprit …

Ensemble ?Beths tourna la tête et nota toutes les personnes qui s’étaient attroupées autour d’eux. Mais voila !!!!!
C’était ça !!!!
Boudiou pourquoi avait-elle donc été si lente.
Elle sourit
C’est donc cela dont voulait parler Bettym ? Ils étaient tous ensembles ? Rien de plus, rien de moins, rien de sous entendu. Beths en aurait soupiré de soulagement. Mais où diantre avait elle la tête ces derniers jours …
La jeune Prévost Royal plissa les yeux et dévisagea les différents badauds…certains en frémirent devant son regard inquisiteur et détournèrent le regard voir même s’éloignèrent.
Mais, non, elle ne les connaissait pas. Elle n’était définitivement pas ensemble avec eux. Et d’ailleurs qu’est ce que c’était que cette rumeur d’être en groupe ? Elle fit de nouveau une moue dubitative … Et … et si …
Elle commençait à soupçonner quelque baron particulier de raconter des sornettes et se promettait de le lui en faire voir des toutes les couleurs la prochaine fois qu’elle l’aurait sous la main ! Et puis, si ce n’était pas lui, de toute façon, il le méritait probablement pour autre choe !
Beths continuait ses pensées lorsqu’elle remarqua les regards étonnés de Bettym et de Marty, de la voir si silencieuse et concentrée. Elle n’avait toujours rien dit !!!
C’est vrai que ce n’était pas, mais alors du tout normal.
Elle blêmit, puis rougit de nouveau.


Ensemble ? Tu veux dire avec tous ces gens ? Non, tous ceux là je ne les connais pas. dit-elle avant d’ajouter Je ne suis qu’avec Marty là …

Se mordille la lèvre, secoue la tête, rhooo, ce n’est pas du tout ce qu’elle voulait dire. Avec ça, qu’allait penser Bettym ?De nouveau une jolie couleur cramoisie colora ses traits

Enfin non, euh… mais si je suis avec lui, mais non… enfin pas comme ça. Plutôt comme ci, tu vois ? Pas ça mais ci…. Tu me scie euh … suis j’espère ?
Paillard a écrit:
Comme tout un chacun, il saisit une des feuilles de chou que tendait un gamin des rues. Il lui donna un écu, plutôt que de le lui jeter, et s’adossa à un mur, non loin d’un petit groupe qui s’échangeait force courbettes.
Depuis le temps qu’il avait quitté son beau duché, il était friand de nouvelles. Même si celles-ci n’étaient ni objectives, ni très fouillées.

Il passa rapidement sur les célibataires convoités, non seulement ca ne l’intéressait guère, mais en plus il ne les connaissait pas, bien qu’il ait sillonné toutes les villes du BA.
La disparition du procureur… Quel dommage ça par contre ! L’homme le plus intègre qu’ait porté le duché ! Il n’avait pas cru la rumeur d’ailleurs, celle qui lui annonçait sa nomination. Pourtant… Cela semblait vrai.

Soule… Procès guignolesques… Hum, rien de bien passionnant en fait, sauf peut-être pour les gens cités. Il fit la grimace devant l’accumulation des fautes, les titres nobiliaires avec des majuscules, et autres bizarreries. Il replia soigneusement le papier, pourtant, ravi que la presse, quelle qu’elle soit, se réveille en BA.

Puis, nonchalamment appuyé, il observa les allées et venues de la capitale, et l’habituelle agitation des beaux parleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Le diplomate   Dim 12 Oct - 23:03

Martymcfly a écrit:
L'invitation était lancée comme une promesse bientôt tenue. C'est vrai que cela faisait un certain temps qu'il avait promis à son amie Beths, car c'est bel et bien ce qu'elle était, une bonne soupe d'orties. Et quelle ne fut pas sa réaction ?! Comment avait-elle pris cette tentative de tenir sa promesse...?

Plus il parlait, plus elle virait au rouge foncé. Kaléidoscope Beths...

Tout comme on pouvait hurler de douleur, de colère, de plaisir..., de rage, de dépit... L'on pouvait être rouge de rage, comme de honte... ou de colère aussi !! Observation minutieuse des pupilles du Prévôt royal. Complètement illisible forcément. Comme s'il y avait de l'hésitation dans son regard, un mélange d'envie et de honte. Se retenait-elle ? Et se retenir de quoi ? Son poing semble ferme, comme si elle tenait une lance pendant un tournoi de joutes. Etait-ce plutôt de la peur ? Toujours aussi incompréhensible ce regard...

Le Duc voit l'autre poignet serrer plus fort la feuille qui les avait conduits jusque sur la grand place se froisser davantage. Le poing se lève et se dirige vers sa direction. Pourquoi ? Pour une étreinte ? Un coup ? Trop de questions se bousculent... jusqu'à ce que...

Venant troubler la quiétude de la fracassante entrevue entre un Billy et une Gondole, une voix bien connue eut un effet troublant pour l'une, amusant pour l'autre, sans doute honteux pour les deux.


Euh... Bonjour vous deux ! Je ne vous dérange pas j'espère ! Alors c'est vrai ? Vous êtes ensemble ?

L'effet de la phrase lancée par sa marraine sonne comme un glas dans la poitrine du Duc. Ensemble ? Ces quelques mots prononcés par Bettym semblent donner une justification à leur présence ici, ainsi qu'à la chute, plutôt agréable, de son ancienne Adjointe sur son torse.

Elle se retrouve dans ses bras !! Situation plus que cocasse ! Déjà les cancans se répandaient dans la capitale, là ce sont encore plus de chuchotis que l'on pourrait entendre de ci de là... D'autant que...


AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!

Elle avait retrouvé sa voix !! Ce qui ne manqua pas de le faire sourire. Et les têtes alentours de se tourner vers le couple improbable. Ou comment passer inaperçu... Vous connaissez l'histoire de l'éléphant dans un magasin de porcelaine... Ba tout pareil.

Marty regarde autour de lui. Sa marraine qui sourit en coin tout près d'eux... Plus loin les passants médusés... Le Duc reconnaît une dame, aussi charmante que Bourguignonne, pas très loin. Elle paraît intéressée par l'architecture de la cathédrale, mais aussi par cette mauvaise pièce de théâtre en train de se jouer par là, et dont la fin ne sera connue uniquement que des acteurs.

De déposée sur son torse, presque dans ses bras, elle tente de s'en dégager. Grand mal lui prend ? Cela lui déplaisait-il ? Toujours est-il qu'elle quitte les bras de Marty pour mieux se retrouver.... au sol ! Visiblement, une cheville douloureuse ou des jambes lourdes... Encore une qui ne connait pas cette potion de ce religieux qui rit, ou de ce curé qui sourit, l'abbé sourit oui c'est ça. Une jouvence qui lui aurait permis de rester dans ses bras...

Beths se retrouvait ainsi par terre, bientôt agenouillée. Que voulait elle ? Une seigneurie ? Rhooooo !! La voilà à genoux devant lui. Très troublant tout ceci... Finalement elle se relève, toute perdue, essayant de trouver quelques mots qui pourraient bien justifier sa présence il y a quelques instants dans les bras du Duc, de justifier aussi ou plutôt de contredire les propos de Bettym.

Elle balbutie tout ce qu'elle peut la maréchale...


Je... Non... ..... ? Il...

Beths se met à jouer du ping pong avec ses yeux, passant de Marty à Bettym, semblant complètement désemparée. Elle regarde Marty qui croit comprendre, en lisant dans le rouge de ses yeux. "Mais vas y toi ! Explique lui que ca doit rester secret !" Qu'est-ce qui pourrait bien rester secret ? Elle paraît totalement perdue.

Elle voudrait bien... Bien... Mais elle peut point... Point... Ah la la ... C'est pas commode d'être à la mode quand on est... hmm... En tout cas, c'était pas facile d'avoir du style, quand on était une fille comme elle. C'était peut-être ce qu'elle voulait exprimer aussi.

Plus les secondes défilaient, plus tout se troublait dans l'esprit du Duc. Il fallait trouver quelque chose. Trouver une explication plausible. Trouver quelque chose à dire surtout... Sinon... Bettym allait en rajouter une couche, puis une autre. Une parade ! Mon duché pour une parade !

Si ce n'était pas dans l'oeil rieur de Marty, Beths essayait de trouver une excuse, ou tout du moins une explication, dans le regard des gens qui commençaient à s'agglutiner sur le place. Elle eut un éclair de génie apparemment, puisqu'elle put sortir quelques mots...


Ensemble ? Tu veux dire avec tous ces gens ? Non, tous ceux là je ne les connais pas. Je ne suis qu’avec Marty là …

Il se retient de pouffer. Pour une explication sans ambiguïté... C'était bien raté là ! Ses joues se colorèrent d'une teinte de rouge encore inconnue jusque là. Beths était une pionnière en matière de découverte de couleur. Y avait de l'inspiration sur son visage. Elle se reprit après s'être mordu la lèvre, comme un acte manqué ?

Enfin non, euh… mais si je suis avec lui, mais non… enfin pas comme ça. Plutôt comme ci, tu vois ? Pas ça mais ci…. Tu me scie euh … suis j’espère ?

Là c'était lui qui était scié oui !! Complètement pas crédible ! Bouhhhhh !!!! Comment tout cela allait-il se terminer ? Autour d'une bonne soupe d'orties, ça c'était certain... Mais la suite de la soirée ? Chacun chez soi ou... Hmm...

L'un dans l'autre... la situation échappait à tout contrôle sensé. Et Marty de rétorquer...

Marraine ! Je... hm... Ensemble ? Avec Beths ? Sourire charmeur vers la Prévôt Royale. C'est une méprise.

Allez ! Poursuis !! Pourquoi avait-elle atterri dans ses bras, puis par terre... Et le journal... ? Froncements de sourcil.

Nous répétions un pas de danse, tout simplement.

Erf, c'est nul ça... Bon ba tant pis, on continue...

Comme tu le sais, je fais une grande fête très bientôt en mes terres, et Beths voulait ab-so-lu-ment me montrer un pas qu'elle avait vu à la capitale.

Tu t'enfonces... T'es pas crédible du tout là...

Bon faut avouer que c'était plutôt raté puisqu'elle s'est retrouvée au sol. Mais cela avait bien commencé pourtant.

Et de se tourner vers Beths.

Un autre essai ou tu préfères attendre le bal finalement ?



[Petit clin d'oeil à Annie Cordy...^^]
Bettym a écrit:
Surprise ? La Thiernoise l'était sûrement tout autant que le Moulinois, il n'y avait qu'à voir leur tête pour s'en rendre compte. Nul besoin d'être un expert en la matière.

Ces deux là cachaient quelques choses et Bettym en était maintenant parfaitement sûre. Comment ? Très facile...

Un petit cours de déduction ?
Premièrement, silence qui en dit long des deux protagonistes pris en faute.
Deuxièmement, perte de tous les moyens de Beths alors que Marty regarde autour de lui pour savoir si on les écoute
Troisièmement, bafouillage de Beths
Quatrièmement, une explication abracadabrante du filleul.
Conclusion... Ils sont ensemble mais ne veulent pas que cela s'ébruitent alors "chut".

Nous disions donc... Ah oui ! Beths ne cessait de bafouiller et Marty, ben égal à lui même, cherchait des explications venues d'outre-tombe pour éviter que sa marraine ne se mêle de sa vie. Sauf que Bettym, elle, elle n'était pas dupe...


Ouais, on va dire ça... rien entre vous. En tout cas, ta galanterie légendaire mon cher filleul vient de perdre quelques points. Devant le regard ahuri de Marty, elle poursuivit. Depuis quand un homme de ta valeur, laisse à terre une si charmante jeune femme, blessée qui plus est. Puis se tournant vers Beths... J'espère que j'aurai la chance de vous voir danser ces fameux pas lors de la fête de Billy. Je pense même que vous devriez ouvrir le bal, non ?

Elle était heureuse de les savoir ensemble même si ils ne voulaient rien dire et afin de les rassurer, elle leur chuchota...

Ne vous inquiétez pas. Je serai muette comme une tombe quand à votre relation. Par contre, il faudrait vraiment que vous vous bougiez si vous ne voulez pas que cette situation s'ébruite. Les rumeurs peuvent être parfois si... comment dire ? si rapides !
Sonia80200 a écrit:
Arrive, vois la scéne et pouffe.
Prend le journal, le lis, sent les larmes lui monter.Reprend force et se tourne.


Va falloir dire qu'ils sont plus à la page, Zout est mort et marty est comment dire, plus vraiment célibataire.


Sourit en les regardant tous les deux.
Ne préfére pas ajouter de commentaire sur l'autre personne car elle fut trés decu de son attitude.
Fait demi tour et repars à ses obligations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Le diplomate   Dim 12 Oct - 23:04

Beths a écrit:
Plus elle tentait de s’expliquer, pire cela était. Elle vit bien dans le regard de Bettym, dans celui de Marty, et dans ceux des passants qui se faisaient de plus en plus nombreux que son explication ne paraissait guère claire.
Pourtant c’était tout à fait cela ! Ils étaient ensembles sur cette place, mais pas ensemble tout court !

Jetant à un œil à Marty, elle remarqua que lui semblait s’amuser du cocasse de la situation. Elle était loin de pouvoir en dire autant. Le rouge l’emportait sur toutes les autres couleurs sur son visage. Et elle avait chaud. Boudiou qu’elle avait chaud ! Elle tira d’ailleurs sur sa tunique et l’ouvrit un peu … une très légère brise vint se glisser le long de son cou lui apportant quelque fraicheur. Sauf que les regards qu’elle capta lui firent comprendre que décidément, mais décidément, elle n’était pas douée !
Et la le rouge, le chaud, encore !
Diantre, mais pourquoi n’était elle donc pas née comme ces courtisanes si à l’aise dans ce genre de situation ? Rien qu’à la pensée du terme courtisane, elle rougit encore un peu plus. Et si ??? ET SI ?!!!

NOOOOOOOOON !!!

Son cœur commençait à s’affoler là. Les battements se faisaient précipités.
Il fallait vite fait mettre un terme à cette histoire abracadabrante et vite, sans quoi, elle en mourrait de honte !

Enfin, Marty semble se décider à donner quelques explications.



Marraine ! Je... hm... Ensemble ? Avec Beths ?

Mais pourquoi diantre la regarde-t-il donc ainsi ?! Comme si … comme si … elle était la fameuse soupe d’ortie dont il parlait !

C'est une méprise.

Ouf. Beths soupire doucement de soulagement et se met à secouer vivement la tête, en signe d’approbation.
Voila une méprise c’est tout à fait cela, elle appuie d’ailleurs les dires du Duc de Billy


Oui voila !

Elle commence à respirer un peu mieux. C’était simple en fait. Pourquoi donc n’a-t-elle pas réussi à dire cette chose là ?
Une méprise. Simple, efficace, en un mot, parfait.


Nous répétions un pas de danse, tout simplement.


D’un seul mouvement, sa tête se tourne vers lui, les yeux arrondis de surprise.

Gni ?


Un pas de danse ?
Mais qu’avait il donc bu ? Ou mangé ? ou les deux ?
Que lui avait il dit ? Qu’il s’était mis à cultiver les orties … hum … tentait il donc des expériences étranges dans son domaine ?
Le Billy perdrait-il donc la tête ? Jouait-il tel un sale garnement ? Ou le faisait il exprès ?



Comme tu le sais, je fais une grande fête très bientôt en mes terres, et Beths voulait ab-so-lu-ment me montrer un pas qu'elle avait vu à la capitale.


Regardant Bettym qui n’avait franchement pas l’air convaincu, Beths afficha un sourire forcé sur ses lèvres et hocha la tête encore une fois pour affirmer les dires de Marty. Mais quelle idée lui était donc passée par la tête ?
Elle ne dansait jamais ! Et Bettym le savait bien ! Elle voulait bien croire que ses nouvelles fonctions parisiennes pouvaient l’avoir changé, mais de là à danser … que croyait-il le Duc de service ? Qu’elle s’amusait à inviter toute la Grande Prévosté à danser pour s’occuper ?
Elle lui ferait payer cela, elle se le promit à l’instant même. Elle irait à sa charmante réception, irait trouver le coin à ortie, et il les gouterait nature !!! Sur que cela lui plairait un peu de piquant à ce … à cet … énergumène !!!
Elle lui jeta un regard menaçant, qui ne devait guère paraitre crédible vu son trouble et ses rougeurs.


Bon faut avouer que c'était plutôt raté puisqu'elle s'est retrouvée au sol. Mais cela avait bien commencé pourtant.


Une moue s’afficha sur ses traits. Cela serait un bouquet complet d’ortie qu’elle irait lui cueillir ! Tout son carré y passerait !
Et le Marty se tourna vers elle, comme si tout était parfaitement normal


Un autre essai ou tu préfères attendre le bal finalement ?


OH TOI !!!!!!

GGNNNNNNNNN !!!!!



Elle dut se mordre violemment la lèvre pour ne pas l’incendier de tous les noms d’oiseau qu’elle pouvait trouver. Ou encore lui sauter à la gorge, elle se savait guère.
Un goût de sang arriva doucement sur ses lèvres.
Silencieusement, elle fit un bilan : une cheville tordue, des lèvres en sang, un affront certain qui lui montait le rouge aux joues … elle lui en ferait baver ! Oh oui !

Mais quelle dérision !

Il est vrai qu’il y a déjà fort longtemps de cela, elle avait clamé haut et fort qu’elle n’épouserait qu’un Duc, persuadée que cela n’arriverait jamais, étant gueuse. Et, voila qu’elle était Noble, basse Noblesse certes, mais Noble quand même, et que sans qu’elle ne demande rien à personne, voila qu’on la casait avec un Duc. Duc réticent qui plus est, et qui s’amusait follement de la situation à ses dépend.
Elle n’était plus en colère, elle était … elle était folle de rage !!


Ma cheville ne supportera pas un autre essai espère de butor sans cervelle !!


Mais comment Bettym pouvait elle croire un seul instant que lui, qu’elle, enfin qu’eux ??? Mais, mais, ils … ils n’avaient rien en commun ! Comme si une Gondole pouvait se satisfaire d’un Billy ou inversement.

Ce fut Bettym qui assena le coup de grâce. Non contente de sous entendre que la galanterie de ce cher Marty baissait, ce que Beths ne pouvait que constater, fort heureuse d’ailleurs, elle clama haut et fort qu’elle serait heureuse de les voir danser ensemble !


J'espère que j'aurai la chance de vous voir danser ces fameux pas lors de la fête de Billy. Je pense même que vous devriez ouvrir le bal, non ?


Une nouvelle fois décontenancée, la Gondole ouvre sa bouche pour la refermer. Puis, un vague gargouillis s’échappe de sa gorge


Euh …. N-n-n-oon


Soudain, Bettym se penche vers eux, telle une conspiratrice leur dévoilant les plus grands mystères du Royaumes

Ne vous inquiétez pas. Je serai muette comme une tombe quand à votre relation. Par contre, il faudrait vraiment que vous vous bougiez si vous ne voulez pas que cette situation s'ébruite. Les rumeurs peuvent être parfois si... comment dire ? si rapides !



Beths passe sa main sur ses yeux. C’était un cauchemar. Voila c’était cela l’explication. Elle était à la Prévosté et s’était endormie sur un dossier difficile, elle allait se réveiller, tout cela n’était qu’une immense blague, enfin toutefois, elle trouvait que son subconscient était bien réel, et pfiou, elle allait devoir faire quelque chose pour calmer ces étranges envies qui brusquement lui venaient en tête.

Elle retire sa main, rouvre les yeux et non … non elle est toujours là, Bettym et Marty devant elle, le vendeur de journaux, d’autres badauds.

Un dernier regard désespéré sur Marty, et cette fois un hochement de tête négatif. Mais comment en est-elle arrivée là au juste ?
Si on lui avait raconté ce vaudeville, elle aurait bien ri, sauf qu’en prendre part ne la réjouissait guère.
Et puis pourquoi diantre, cela la touchait il ainsi ? Pourquoi diantre ne s’en moquait elle donc pas ? Pourquoi ne réagissait-elle pas comme … comme usuellement ? En braillant, hurlant, vociférant, ou se moquant ?
Mais que se passait-il donc dans sa tête ?
Elle … elle se sentait … comme traquée. Oui, d’une certaine manière. Et elle n’aimait pas, mais alors pas du tout cette idée d’être une proie. Proie facile apparemment.

Elle commença à reculer doucement en boitant. Une grimace put se voir un instant sur ses traits. Il faudrait qu’elle mette de l’eau fraiche sur sa cheville, et qu’elle se sorte de cette histoire …



Ooooh tu sais les rumeurs …
Et puis tu nous connais … qui pourrait croire que ?


Ouais, peut mieux faire pour s’en sortir quand même, malgré la vérité criante, c’était une aberration … quel intérêt réciproque entre un rapprochement Billy Gondole ?


Et puis, et puis, euh … Et là un éclair de génie ? Hum … pas sur … sur le ton de la confidence tout de même …

Marty en poursuit une autre ! Mais oui !!! Voila !!! Ouf !!! Elle avait trouvé !! Adieu quiproquo !
Et Beths retrouve un semblant de sourire. Pourquoi donc n’a-t-elle pas pensé à dire cela plus tôt ?
Martymcfly a écrit:
Ca me plait que tu me résistes !! Les explications données à la hâte, dans une hésitation très appuyée mirent évidemment le doute, la puce à l’oreille de la marraine dont l’instinct fonctionna très bien, comme de par hasard…

Pendant qu’il essayait de trouver une parade à la situation complexe, honteuse sûrement, mais terriblement cocasse, Beths ne le quittait pas des yeux, implorant un rouge plus clair pour arborer ses joues rebondies. Mais non… C’est toujours cette couleur cramoisie qui demeurait installée sur le visage de la Prévôt.


Un autre essai ou tu préfères attendre le bal finalement ?

La réponse était pourtant simple à donner ! Tu veux ou tu veux pas ? Si tu veux c’est bien, si tu veux pas tant pis… J’en ferai pas une maladie ! Oui mais voilà, réponds moi non ou bien oui… C’est comme ci ou comme ca ! Ou tu veux, ou tu veux pas…

OH TOI !!!!!!

GGNNNNNNNNN !!!!!


Moue de déception du Duc… C’était pas vraiment ce regard de braise là qu’il attendait… La lèvre presque en feu, elle se retenait… De hurler ? De sauter de joie ? Ah ça non elle pouvait pas à cause de sa cheville… C’est d’ailleurs cette raison qu’elle trouva pour répondre et tenter de convaincre l’ancienne Procureur… Pour tenter d’appuyer la théorie rocambolesque et abracadabrantesque de Marty…

Ma cheville ne supportera pas un autre essai espère de butor sans cervelle !!

Butor sans cervelle ? Ce devait être un mot d’amour dans la bouche de Beths. En voyant ses yeux de feux, finalement non, elle devait vraiment penser ce qu’elle disait… Ah la la… ces femmes !

Mais cette tentative d’explication ne satisfaisait pas à Bettym qui ne trouva pas mieux d’en rajouter une petite couche… pas convaincue du tout. Ou alors si convaincue, mais dans sa pensée ! Tsssss….


Ouais, on va dire ça... rien entre vous. En tout cas, ta galanterie légendaire mon cher filleul vient de perdre quelques points.

Le Duc ouvre des yeux ronds soudainement. Sa galanterie ?

Depuis quand un homme de ta valeur, laisse à terre une si charmante jeune femme, blessée qui plus est. J'espère que j'aurai la chance de vous voir danser ces fameux pas lors de la fête de Billy. Je pense même que vous devriez ouvrir le bal, non ?

Oui elle avait pas tort là… Fichtre… Ouvrir le bal ? Et puis quoi encore ?!

Euh …. N-n-n-oon

Marty opine du chef en guise d’approbation. Il sentait une pointe d’hésitation dans le « non » de Beths cependant…

Ne vous inquiétez pas. Je serai muette comme une tombe quand à votre relation. Par contre, il faudrait vraiment que vous vous bougiez si vous ne voulez pas que cette situation s'ébruite. Les rumeurs peuvent être parfois si... comment dire ? si rapides !

Le Duc étouffa un rire avant de rétorquer à sa marraine…

Oui tu as raison, on devrait publier les bans très rapidement pour faire taire ces rumeurs. Les bagues de fiançailles, c'est devenu ringards maintenant... Les soupes d'orties c'est très en vogue. Il se retenait toujours de rire, et chuchota tout bas, sans doute pas assez bas... Une mode de la capitale parait-il...

Finalement il éclata de rire. Un rire franc qui ne manqua pas de faire monter en Beths une colère non plus rouge mais noire ! Elle tentait d’ailleurs de s’éclipser discrètement, mais sa cheville avait raison d’elle…

Ooooh tu sais les rumeurs … Et puis tu nous connais … qui pourrait croire que ? Et puis, et puis, euh …

Qu’allait elle encore nous inventer ?!!

Une phrase murmurée que Marty put néanmoins entendre et qui fit sourire la marraine, puis aussitôt, elle foudroya le filleul du regard qu’il connaissait trop bien.


Marty en poursuit une autre !

Alors là ! Elle allait bien vite en besogne !

Du coup fallait à nouveau se justifier… Grrrrrr !!!


Je ne poursuis personne. C’est plutôt l’inverse en fait. Je ne suis qu’une proie pour les jeunes femmes, et les moins jeunes aussi. Ce nouveau statut de célibataire le plus convoité du Duché ne m’apporte que des soucis finalement. Je croule sous les courriers d’admiratrices, toute la noblesse du Royaume veut me rencontrer. Un vrai calvaire si tu savais… Je n’en demandais pas tant.

Un léger sourire en coin avant de conclure.

J’espère que tu viendras à Billy marraine chérie, avec un cavalier respectable. Tu dois également être assaillie de Barons et de Vicomtes. Pas encore de demandes en mariage ? C'est ce que l'on dit en tout cas...

Et de se tourner vers Beths, dans un sourire ravageur…

Et cette soupe d’orties de fiançailles ? Avant ou après la publication des bans ?

Marty repartit dans son rire… Il sentait qu’il allait bientôt en être stopper…


[ptit clin d'oeil à Brigitte Bardot cette fois^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Le diplomate   Dim 12 Oct - 23:06

Beths a écrit:
Beths ne savait plus où se mettre. Plus les minutes passaient sur cette place, plus elle se décomposait. Mais que pensait Marty ? Croyait-il vraiment que ? Et son amie Bettym, comment pouvait-elle penser la même chose ?

S’accroupissant, elle écouta le reste de conversation se massant la cheville, à la limite de l’ébullition. Elle avait été comme cela dans le passé, et en fait, en y réfléchissant bien, Marty avait l’art et la manière de la pousser tout au bout de ses retranchements, de la faire réagir au-delà des hurlements et cela finissait soit par des larmes, soit par des coups. En grimaçant, elle se dit qu’elle préférerait les coups : au moins, elle n’était pas la seule à avoir mal.

Une remarque de Marty retint alors son attention :


Je ne poursuis personne. C’est plutôt l’inverse en fait. Je ne suis qu’une proie pour les jeunes femmes, et les moins jeunes aussi. Ce nouveau statut de célibataire le plus convoité du Duché ne m’apporte que des soucis finalement. Je croule sous les courriers d’admiratrices, toute la noblesse du Royaume veut me rencontrer.

Et là … là … là ce fut la goutte en trop. Quoi ce fat ? Ce coquin ? Ce gniiiiiii ?
Beths ne put s’empêcher de dévisager Bettym. Ca y est… elle en était sure. Elle était surement, dans l’esprit de Marty, la moins jeune qui lui courrait après. Une admiratrice sans cervelle qui allait lui crier sous la fenêtre
MARTTTYYYYYY et arracher les cheveux, dents et peut-être même une oreille des autres prétendantes.


Elle continuait sur ses pensées quand le Billy ajouta :


Et cette soupe d’orties de fiançailles ? Avant ou après la publication des bans ?

Mais… Mais ma parole c’est qu’il y croyait vraiment !!!
Et là, allez savoir ce qui se passa dans la pauvre tête de Beths, une réaction …étrange ? Ouais un truc du genre, haaaaaaaaaaan tu vas voiiiiiiiiiiiiiiiiir, ou plutôt un rouage qui manque un enchainement. Le résultat fut … une certitude.

Beths le savait très bien ! Elle l’avait lu dans tous les romans ! Le prince … ou duc charmant qui viendrait la chercher, d’abord, il aurait un cheval blanc. E toc. Et puis il serait blond, grand et fort.
Alors, une chose extraordinaire, un miracle se produisit. Beths, sans s’en rendre compte, dissipa sa colère en pensant au grand prince de ses rêves.
S’en y penser, d’une façon tout a fait naturelle, elle se releva et commença à examiner Marty. Beths semblait … transformée.

Elle leva la main pour en estimer la taille de Marty. Hum… oui, il était un peu petit. Et regardez moi ce teint. Elle s’avança ouvrant grand les yeux et lui pinça la joue. L’homme grimaça et poussa un petit cri alors qu’elle regardait combien de temps mettait la joue pour revenir au blanc.


Mouaif… un peu palichon tout ça, manque de carottes.


Faisant fi des regards de Marty et Bettym, le prévôt royal continua son inspection : Claudicant, elle lui tourna autour…

les bras ... elle le pinça de nouveau, cette fois-ci au niveau du biceps un peu frêles... J'aimerais des enfants costauds. Bon pas au détriment de l'esprit mais quand même, un peu de muscle ne fait pas de mal.

Pis ces cheveux la … châtain … peut mieux faire, j’avais dit blond

Alors que Marty se retournait de plus en plus intrigué, voir inquiet elle lui attrapa brusquement les lèvres et tira dessus pour examiner ses dents. Le pauvre Marty eut juste le temps de dire :

Mais.... Guguguguuuuuuu

Bon, ça va de ce coté là, mais cela pourrait être plus aligné. Mon prince, lui il a les dents bien droites…et siiiiii blanches …

Fin de l’inspection. Beths s’approcha alors de Bettym la moue dubitative.

On dira que cela ira pour une soupe et une dance.

Sans même laisser le temps à Bettym de répondre, elle s’essuya les mains sur les pans de la robe de son amie : elle n’allait quand même pas garder de la salive sur ses doigts ? Ben non.


C’est alors, contre toute attente, à la surprise de tous, qu’elle commença à fredonner une chanson, tout en s’éloignant clopin-clopant des deux qui la narguaient peu de temps avant, la tête remplie de rêves de princes charmants.


mmmmmhhh mmmmhh Mon prince Viendraaaaaaa !

Tout en avançant, elle jetait des regards perçants pour le cas où le prince était dans les parages.

mmmmmhhh mmmmhh On s’ai-Meraaaa !

Curieusement, les personnes visées faisaient un bond sur le coté en croisant son regard, puis pressaient le pas, quelle idée …

et il ne m’offrira pas d'la soupe aux Ortiiiiiiiies !

mais plutôt de l’amour avec un Grand Iiiiiiiiiiiii!

Oui, Beths savait qu’il n’y a pas de « i » dans amour. Mais on lui avait toujours dit que le plus important dans une chanson, c’était la rime.

Et c’est ainsi que s’acheve l’histoire de Billy la Gondole ? ou Gondole et Billy ? Ou ... bon vous avez compris ...
Ou ne serait-ce que pour un meilleur rebondissement final ? Boing …
Hum … mais que se passera-t-il donc lors de la fête organisée par le Duc ? La suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite au prochain épisode tadadadadam, quel susteeeeeeeence.
Martymcfly a écrit:
Le Duc calmait son rire au fur et à mesure des secondes qui suivirent sa proposition de mariage, plus que douteuse mais ô combien désopilante. Un changement brutal de comportement de couleur s’opéra alors sur le visage de celle dont pourtant Marty aurait sans doute bien aimé la compagnie, plus rapproché dirons nous…

De cet inventif pourpre, elle était redevenue à son état normal. Cela ne présageait rien de bon, la connaissant ! Quel cri préparait-elle ? Quel sournoiserie s’annonçait ?

Même pas le temps de se mettre à imaginer qu’une main toisait sa taille, comme pour mieux voir qu’il n’était pas si grand que cela. La Gondole se rapprocha du Billy et lui tâta la joue.

Un sourcil relevé, sans trop comprendre ce qui se passait, une grimace perplexe…
Un gémissement.


Gné !

Tout comme l’on pouvait hurler de colère, de rage, de dépit, de plaisir…
Tout comme l’on pouvait être rouge de colère, de rage, de dépit, de honte…
L’on pouvait gémir de dépit, de colère et de plaisir aussi…

Beths exprimait une certaine satisfaction dans son palpé de Duc.


Mouaif… un peu palichon tout ça, manque de carottes.

Mais c’est qu’elle faisait son marché ou quoi ?! C’était l’inspection des travaux finis ? Fallait faire l’état des lieux…

N’empêche que c’est vrai qu’il mangeait un peu n’importe quoi depuis qu’il était à la capitale. Il se languissait des bons petits plats de sa cuisinière Berthe. Celle-là même qui faisait une délicieuse soupe d’ortie, qui manifestement n’intéressait plus du tout le Prévôt Royal, trop concentrée sur l’anatomie de Marty.


les bras ... nouveau pincement, cette fois-ci un peu plus appuyé… un peu frêles... J'aimerais des enfants costauds. Bon pas au détriment de l'esprit mais quand même, un peu de muscle ne fait pas de mal. Pis ces cheveux la … châtain … peut mieux faire, j’avais dit blond

Oui c’est ça ! Marty était une bête de foire exposée en pleine place publique ! Grrrrrrrrrrrrrr !! Pourtant il avait déjà remporté le concours agricole, c’était écrit en pleine page du journal. Quelle était difficile la Beths… Pffff !

Elle lui tournait autour pourtant…

Elle le reluquait sur toutes les coutures, observait chaque recoin de ses formes. Cela avait plutôt le don de mettre le Duc mal à l’aise, même si il appréciait le fait d’être admiré et tripoté ! Quelle tripoteuse !! Marty était sûr qu’elle y trouvait son compte finalement.

Toutes les parties de son corps y passaient. Des bras aux cheveux en passant par les poils du nez… Même les dents… Beths ne se gêna pas pour attraper les lèvres du Duc, faisant ainsi plonger sa tête vers l’avant, regard directement dans le décolleté pigeonnant de la maréchale. Ca avait plutôt du bon cette inspection. Même pour lui !


Mais.... Guguguguuuuuuu

Soudain, il comprenait... L’étonnement était de mise. Si Marty s’attendait à cela ! C’était carrément des avances qu’elle lui faisait là !

Bon, ça va de ce coté là, mais cela pourrait être plus aligné. Mon prince, lui il a les dents bien droites…et siiiiii blanches …

De ce côté-là ça allait bien oui… ! Vue plongeante... Et c’était parfaitement aligné !

On dira que cela ira pour une soupe et une dance.

Retour à la demande initiale… Exit les bans… Elle se contentera de la soupe. C'était donc bien ce qu'il croyait. Beths ne disait pas non...

C'était une véritable parade nuptiale en effet !

Marty était une proie, exactement comme il s’en était plaint à sa marraine, on ne faisait que lui tourner autour : Beths venait de faire cela. Elle exhibait tout ce qu’elle pouvait. Manquerait plus qu’elle se mette à chanter son amour pour le Duc.

Noooooooooooooooooooooon !!!!!!! Ce n’était pas l’esprit de Marty qui lui jouait des tours. La Gondole chantait ! Et quelle chanson ! Un air entraînant qui parlait d’amour ?!


Mon prince Viendraaaaaaa !

Elle s’éloignait doucement vers le Château, sans doute pour aller travailler à la Prévôté…

On s’ai-Meraaaa !

Avait-il bien entendu là ??

soupe aux Ortiiiiiiiies !

Elle chante son désir d’orties !!

l’amour avec un Grand Iiiiiiiiiiiii!

C’était bien le son « i »… comme à la fin de Marty… C’était complètement in-croy-able ! Beths cachait bien son jeu.

Le Duc de Billy la regardait partir. Il ne savait que dire ou que penser. Ainsi c’était donc vrai. Elle voulait devenir Duchesse…

Marty se tourna vers sa marraine, hébété. Elle demeurait plutôt amusée de cette situation. C’est tout juste si elle n’envoyait pas des missives à droite et à gauche pour colporter la rumeur du jour…


Marraine… Tu crois que… Beths ? Tu crois qu’elle m’aime bien ?
Bettym a écrit:
Un peu interloquée par le manège de Beths, Bettym observait chaque geste faisant moultes grimaces aux divers commentaires du Prévôt Royal. Il fallait dire que son filleul était son petit protégé et en dehors d'elle, peu avait le droit de critiquer le jeune Moulinois.

Euh... Beths, tu exagères un peu non ? C'est quand même un bel étalon, non ?

Mais le jugement de la Thiernoise était sans appel. Acceptable pour dîner une soupe d'orties mais c'était tout. Enfin d'après ce qu'elle avançait mais qui connaît les femmes pourrait supposer tout autre chose.

Toujours est-il que Beths partit chantonnant ou plutôt casserolant une barcarole assez agréable si la Dame de Gondole ne l'avait pas hurlée.

Amusée, elle se tourna vers son filleul qui l'interrogea. La goutte d'eau qui fit déborder le vase... Elle éclata de rire tellement il était comique de voir son incertitude devant presque un espoir.


Mais bien sûr Marty, fit-elle essayant de réprimer son fou rire. Tu sais bien ce que l'on dit... Qui aime bien châtie bien !

Un large sourire dessiné sur le visage de Bettym qui prenant le bras du Duc l'invita à la raccompagner...

Cesse de te triturer l'esprit ! Tu verras bien cela à ta fête. Allez, tu viens ? Sinon tu risques d'avoir d'autres admiratrices qui risquent de se jeter sur ton corps d'athlète !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le diplomate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le diplomate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue Bertrand, diplomate pour New Utopia et le NSK
» Un dîner presque parfait
» Le senateur Anacacis et un ex ministre, M. Simonise opinent
» Haiti-élections -diplomatie: les murs ont des oreilles
» De la Coutume Diplomatique Poitevine (Archives)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: RP divers-
Sauter vers: