Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Festivités à Billy - Le bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 23 Oct - 22:33

Martymcfly a écrit:
Décidément cette fête était pleine de surprises. Marty avait bien fait de l'organiser. Tout se passait à merveille, grâce aux parfaits soins de ses valets, et son intendante avait fait de cette salle une véritable splendeur.

D'autres arrivées, d'autres invités, d'autres surprises... Des connaissances, des amis. Tout un petit monde réuni à Billy. Cette fête serait vraiment à marquer dans ses annales. Elle aurait changé sa vie aussi...

Mais on en était où déjà ? Ah oui ! On dansait...

Curieuse chanson entamée par la Gondole qui se retrouvait au milieu de la ronde. Deux lignes distinctes, deux groupes de danseurs... Les hommes d'un côté, les dames de l'autre. Un pas en avant, puis pirouette, et retour à la case départ. Et on change de partenaire ! Et ça recommence.

Après quelques minutes, les troubadours cessèrent leur musique et chacun s'applaudirent. Ils n'avaient pas démérité. Un regard vers ses convives. Où était-elle passé ? Il la voit se diriger vers le balcon dominant ses jardins. Léger soupir. Tentative d'éloignement ?

Le Duc de Billy s'approcha alors d'un plateau. Il lui fallait bien un verre pour profiter un peu. Tout en buvant son alcool préféré, il souriait à la vue de certains. Inclinaison de tête car ils sont à l'autre bout de la salle. Mais ?! C'était pas Crap là bas ? Et Nata aussi ?! Et... !! Leg !! Que de monde qu'il n'avait vu depuis très longtemps. Il faudra vraiment aller les saluer avant qu'elles ne quittent la fête. Des soldats de Moulins étaient venus aussi. C'était une bonne chose.

Et c'est là qu'une voix se fit entendre plus haute que les autres.


Chers invités du bal, je profite de cette festivité pour vous prendre comme témoins.
En effet, j'ai une promesse à tenir, et un homme doit y répondre.
Modso, vient, j'ai un compliment à te faire, et donc tu dois t'agenouiller.

Kory, vient près de moi, tu fais aussi partie de cette promesse.


C'était sa chef. Que faisait-elle ? C'était quoi cette promesse ? La voyant sourire, Marty voulut savoir de quoi il retournait. Aussi il fit quelques pas en sa direction, attendant la suite, avec impatience...

En y réfléchissant bien, il avait une idée de tout ce manège là... Il se mit à sourire tout en rajustant sa couronne sur sa tête.
Modsognir a écrit:
Modsognir regardait tendrement Natafael prenant le verre qu'elle lui tendait. Il était fière d'avoir une filleule comme Nata. Une femme d'une gentillesse sans fin, un sourire ravageur, une femme de passion et de travail comme il pouvait le voir principalement à la chancellerie. La robe qu'elle portait allait si bien avec son corps, moulé comme il fallait.....ca la rendait encore plus femme que d'habitude, chose deja dur à faire.

Leurs verres s'entrechoquèrent, le regard rejoignant l'autre, le sourire qui s'agrandissait de la même façon.


Il y a beaucoup de monde ce soir.
Ah Crap semble avoir trouvée compagnie. Le duché est petit on connait tout le monde à force


Il se rapprocha de sa filleule et lui deposa une tendre bise sur ses joues lorsqu'il entendit Naluria hausser sa voix et le demander pour qu'il se mette à genoux. Il se retourna vers Naluria ne comprenant pas sur le coup puis sourit. Elle n'avait donc pas oublier l'héros ( Very Happy ). Il est vrai que là ca se prêtait à l'occasion....public, soirée tout était réuni.

Il se retourna vers Natafael quelque peu gêner et lui expliqua

Euh.....Eh biennnnnn. C'est une histoire avec Naluria, un soir j'ai demandé un compliment car elle arrêtait pas de me taquiner et elle m'a répondit oui je le ferais si tu te mets à genou en public.

Tu penses j'ai pu dire que oui, tu connais mon faible à dire autre chose que oui à une femme


Il la regarda sourire en coin tendant sa main.

Tu viens? Je ne vais te laisser seule, nous avons une danse de prévue ensuite

Il lui sourit et s'avanca vers Naluria tout en regardant si Kory avait entendu
Natafael a écrit:
Alors que Nata trinquait avec Modso, heureuse d’être à ses côtés, une voix retentit dans la salle.

Elle tourna la tête et vit Naluria prenant place au centre de la grande pièce et demandant après Modso et Kory.

Regard interrogateur vers son Parrain. Il lui expliqua la situation.
Nata ria en entendant Modso.


Et bien, Parrain, tu n’as plus le choix ! Une promesse est une promesse !

Décidément cette soirée était pleine de surprise…

Modso lui présenta sa main


Modsognir a écrit:
Tu viens? Je ne vais te laisser seule, nous avons une danse de prévue ensuite

Tu veux que je vienne avec toi ? Là, au milieu de tout le monde ? Euh…

Modso lui sourit, et là, que dire…

Elle lui tendit sa main, attrapa sa robe de l’autre main, la relevant légèrement sur le côté et l’accompagna…
Krups a écrit:
Krups se sentait comme prisonnier d'une situation qui lui échappait totalement.

Il suivit le conseil de sa filleule, et observa autour de lui les mouvements des danseurs. Ninon était au bras d'un bon cavalier, celui-ci l'emmenait d'une façon légère.

Krups l'envia, il aurait tant voulu en faire autant d'Anyllae.

Il se dit qu'au prochain arrêt de la musique, il irait lui demander conseil ; Mais le rythme aidant, la foule qui les dissimulait, Krups prit son courage à deux mains et entraina sa partenaire dans la ronde des danseurs. Bien sur, son pas n'était pas assuré, mais qu'importe, ils étaient là pour s'amuser.


Tu as l'air de bien t'amuser charmante filleule? Il est certain que l'atmosphère y est plus joyeuse que dans ton infirmerie.
Korydwen a écrit:
Dansée tranquillement que demander de plus, rien, elle était si bien, sauf que... Aristote avait du comprendre que son époux n'aimait pas danser pour qu'un cri sorte de la bouche d'une dame et pour une fois, ce n'était pas Beths. C'était Nalu, mais quelle mouche l'avait piqué.

Cependant elle ne stoppa pas sa danse pour autant, trop bien, et pourtant... Son nom résonna dans la salle de balle, au moins elle était fichée maintenant. Elle regarda son époux, faire comme si elle n'avait rien entendu, mais vu le ton de la voix, impossible, malgré la musique et le brouhaha des invités.

Elle tourna le regard et croisa celui de Modso, il devait s'assurer qu'elle avait bien entendu Nalu, sinon il serait venu la chercher. Elle le regarda, un léger sourire, décidément cette danse fut courte, bien trop courte à son goût, un tendre baiser sur les lèvres de son tendre, une main glissée dans la sienne, elle l'entraîne doucement vers Nalu et Modso, au milieu, les invités les regardant. Elle n'était plus à ça près la Baronne.


Besoin de moi ? Bonsoir ! Serait-ce la promesse qui date de quelques mois et dont Modso a toujours réussi à se débarrasser...

Elle regarda Modso un grand sourire.

Tu comptes pas te défiler cette fois quand même ? A genoux c'est ça ? Contre un compliment...

Elle se tourne vers l'assemblée, grand sourire aux lèvres.

Y aurait-il un artiste dans la salle ? Pour immortaliser la scène qui risque de se dérouler devant vos yeux éblouis ce soir ? Le Vice Chambellan à genoux devant la noblesse auvergnate !

Elle regarda Modso, lâcha la main de son époux et se rangea aux côtés de Nalu, grand sourire attendant la suite des évènements.
Wonderanny a écrit:
Que de monde ! La danse s’égrène sous les douces lumières, au bras de son cavalier, elle se laisse conduire au sein du domaine. Sur les visages des multiples convives, les sourires s’étalent. Voilà qui fait chaud au cœur, belle idée que ces festivités !

A son bras, un Doyen charmant et attentionné qui pas après pas, la comble de compliments. Léger rose qui s’installe sur ses joues, tandis qu’humblement elle baisse délicatement les yeux.


Si vous le permettez, je vous offre un verre offert part notre hôte.

Elle rit tandis qu’il poursuit.

Ma chère cavalière, si vous vous sentez d'attaque a fouler la piste de danse je suis a vous. Si vous préférez prendre une petite collation pour nous remettre de ce trajet... je suis a vous aussi

Regard vers la piste, courte hésitation, le morceau joué sera bientôt terminé. Retour vers le baron. Première proposition sera donc acceptée en un léger sourire.

Dans un premier temps, je préfère, cher ami, accepter ce verre si vous le permettez.

A peine a elle finit sa phrase que la musique cesse et que les applaudissements retentissent.
Une voix, une annonce… l'heure n'est plus à la danse, bon choix sur ce coup là ! Reste à attendre et écouter les aventureux protagonistes.
Naluria a écrit:
Naluria vit Modso accompagné d'une jeune femme arriver d'un côté ; de l'autre Kory arrivait avec son époux, un grand sourire, le même que Matthis préparant une bêtise contre Beths. La jeune femme sourit puis accueilla la nouvelle maman près d'elle.

Modso, veux tu bien t'agenouiller s'il te plait, afin que la promesse soit tenue et que le compliment dont tu mérites soit effectué.


Naluria sourit.
Sibella a écrit:
Sibella et Kory étaient en train de parler de choses et d'autres, regardant en même temps les gens qui dansaient, d'autres qui mangeaient quand Althiof arriva et pris la main de son épouse pour l'inviter à danser.

Sib était heureuse de voir ses amis s'envoler au rythme de la musique sur la piste de danse, quand subitement Naluria se pose au milieu de cette piste, les danseurs s'écartèrent et elle se mit à crier.
Qu'avait-elle donc ? une patente non signée, un blason difficile à réaliser ? elle paraissait nerveuse. La jeune femme se dit que la soirée chez Marty était pleine de surprise. Elle attendit la suite



Chers invités du bal, je profite de cette festivité pour vous prendre comme témoins.
En effet, j'ai une promesse à tenir, et un homme doit y répondre.
Modso, vient, j'ai un compliment à te faire, et donc tu dois t'agenouiller.
Kory, vient près de moi, tu fais aussi partie de cette promesse.


Les troubadours s'arrêtèrent de jouer et les danseurs cessèrent également de tournoyer. Tout le monde avait les yeux fixés sur Naluria.
Modsognir a écrit:
Modsognir regarda un instant Natafael....devait il y aller.....humm il ne semblait pas avoir le choix apparement. Les regards se tournaient peu à peu vers lui......ah oui là il pouvait pas faire machine arrière.

Un clin d'oeil vers sa filleule


Tu dois venir avec moi oui. Hey c'est comme le mariage, pour le meilleur et pour le pire......bon là ca sera le pire pour moi et le meilleur pour toi car tu vas rire mais bon

Il prit sa main l'entraînant vers Nalu. Il la regarda sourire en coin secouant la tête. Ah pour ca elle oublie pas murmura-t-il. Evidemment Kory faisait son apparition comme une fleur. Ca s'entend toujours bien des femmes pour ca.........ah elle est belle la vie......Pour ca il avait pas à se plaindre, tout le monde ne peut pas avoir la prétention de recevoir un compliment de Naluria en présence de sa noble préférée de plus est.

Un regard vers Nalu, puis Kory, puis Nata et les personnes qui commencaient à s'aglutiner ici tel des curieux. Il se retourna de nouveau vers Nalu sourire aux lèvres,la mordant légèrement, les yeux pétillants. Son regard ne quittait pas le sien et se baissa peu à peu le genou fléchissant, la main se tendant vers elle.

Le genou arriva à terre, la main vers le haut comme si elle était devenue le Tres Haut. Ses yeux ne quittaient pas sa vue, son coeur se mettant à battre de plus en plus malgré tout. Quel compliment allait elle pouvoir lui dire. Il avait pensé maintes fois à quoi elle pourrait lui dire et le moment était arrivé. Il ne se rendait même plus compte qu'un attroupement s'était formé.
Martymcfly a écrit:
Evidemment tout le monde s'était arrêté de faire quoique ce soit. Chacun avait sa coupe dans la main. A moitié vide. A moitié plein. Ca dépendait de l'envie...

Quel manège cela allait être tout cela ? Tous devait se le demander. La Baronne de Cournon d'Auvergne avait exigé que le Vice Chambellan s'agenouille aussi. Ca ressemblait de plus en plus à une conspiration ! Tout cela pour quoi ?

Marty savait très bien ce qui se tramait. Il sourit en voyant son ami poser le genou à terre et... il s'approcha. Posant la main sur l'épaule du Héraut il lui chuchota.


Merci, je n'aurais pas trouver mieux pour qu'il s'agenouille...

Un clin d'oeil plus tard, il se tourna vers Modsognir, et d'un ton solennel.

Modsognir ! Je profite de l'occasion pour enfin faire quelque chose qui me tient à coeur. Depuis toujours tu as été présent, aussi bien pour moi que pour ma défunte épouse. Tu as très souvent été de bon conseil. Tu es quelqu'un que j'estime.

Devant l'étonnement général, principalement de Modso, qui rougissait doucement, Marty sourit légèrement et poursuivit.

Je souhaite faire de toi mon vassal. Acceptes tu les terres de Saint-Etienne-de-Vicq, terres situés en mon fief de Billy ?

Le Duc attendit la réponse de son ami, à genoux.
Ninjaturtel a écrit:
Arrivé tout deux dans la salle, profitant d'une teinte légèrement rose de ses joues, il propose un verre. La façon de formuler plait a sa cavalière, qui rit des paroles de son cavalier.

Second choix lui est offert, participer a la danse qui est en train de se faire. En effet on les a appelé, allaient ils rejoindre les appelant ou alors commencé par se reposer de ce voyage ?

La dame ne s'est pas bien, hésitation, puis décision.
Elle choisit un peu de repos. Bon choix, Ninja l'aurai conseillé ainsi mais que faire si elle avait eu envie de prendre la piste maintenant...

A peine elle avait finit sa phrase, a peine avait il sourit pour accepter son choix que la musique s'arrêter, qu'une voix se fit entendre dans la salle.
Auvergne qui était également présente appela deux personnes. Ninja sourit a Wonderanny puis dit :


Il semblerait que vous savez faire les bon choix.
Je devrais vous fréquentez plus souvent pour que vous m'aidiez quelque fois dit il en laissant échappé un petit rire.

Avançons nous si vous le voulez bien pour mieux voir ce qui se passe, mais d'ailleurs tant que nous ne sommes pas dans la foule, que voulez vous comme boisson pour nous accompagnez de cet événement ?

Un autre sourire, ça lui faisait plaisir d'être en sa compagnie.
Il écoutait d'une oreille Wonderanny, de l'autre pour savoir ce qui se passait non loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 23 Oct - 22:34

Althiof a écrit:
La piste de danse était bien garnie. Althiof faisait de son mieux pour ne pas être trop ridicule. Il regardait son épouse et lui souriait mais n'était guère rassuré. Cela lui paraissait être une eternité mais en fait il ne dansait que depuis quelques minutes. Mais son épouse était heureuse et c'était bien là le plus important.

Soudain il entendit Nalu crier :


Chers invités du bal, je profite de cette festivité pour vous prendre comme témoins.
En effet, j'ai une promesse à tenir, et un homme doit y répondre.
Modso, vient, j'ai un compliment à te faire, et donc tu dois t'agenouiller.
Kory, vient près de moi, tu fais aussi partie de cette promesse.


Il sourit. Une pause. C'était même pas sa faute en plus. Un break bienvenu en tout cas alors que son épouse prend sa main et l'entrainer auprès de Nalu et Modso.

Il vit la grande carcasse poser le genou à terre et attendit que Nalu parle mais il vit arriver Marty qui commença à parler. Mouarf il avait senti le traquenard. Il les repérait maintenant. Il avait fait un coup similaire à Beths.

Et ça ne manqua pas ! Excellente nouvelle. Il avait tellement travaillé pour la diplomatie auvergnate mais aussi en tant que maire de Polignac et bien d'autres choses encore. C'était là une récompense plus que méritée. Il sourit et attendit la suite de la cérémonie et rit en repensant à un certain papier qui était passé de mains en mains il n'y a pas bien longtemps.
Natafael a écrit:
Nata ne lachait pas la main de Modso jusqu’à ce qu’ils soient devant Naluria.
Les paroles de Modso résonnait encore…

Modsognir a écrit:
Tu dois venir avec moi oui. Hey c'est comme le mariage, pour le meilleur et pour le pire......bon là ca sera le pire pour moi et le meilleur pour toi car tu vas rire mais bon

Là devant Naluria, elle inclina la tête afin de la saluer ainsi que Kory.

Des chuchotis se faisaient entendre partout autour d’eux, chacun se demandant ce qui se passait.

Nata vit son parrain poser un genou à terre.

Les invités se rapprochant de plus en plus avaient formé un cercle

Soudain, Marty s’approcha lui aussi !

Elle le regarda se demandant se qu’il allait se passer…

Nata regarda Modso, puis Naluria, puis Marty et à nouveau Modso…Pour le meilleur et pour le pire, avait il dit ! oui, mais là , Nata n’avait pas du tout envie de rire.
Elle n’était point inquiète mais bon.

Marty prit la parole. Les chuchotements stoppèrent nets.

Puis…
Martymacfly a écrit:
Je souhaite faire de toi mon vassal. Acceptes tu les terres de Saint-Etienne-de-Vicq, terres situés en mon fief de Billy ?

Nata vit les joues de Modsognir rosir.
Elle était ravie de cette merveilleuse nouvelle et fière de son Parrain.
Un grand sourire se dessina sur son visage…
Wonderanny a écrit:
Il semblerait que vous savez faire les bon choix.
Je devrais vous fréquentez plus souvent pour que vous m'aidiez quelque fois


Elle rit.
Oui peut être… L’aider dans les bons choix… Voilà bien large débat dans lequel elle ne se laisserait pas tomber ce soir, sinon interminable polémique était annoncée. Point n’est l’heure, cependant elle s’exprimera mais ailleurs, plus tard, plus… Enfin bref, là… n’est point le moment.


Avançons nous si vous le voulez bien pour mieux voir ce qui se passe, mais d'ailleurs tant que nous ne sommes pas dans la foule, que voulez vous comme boisson pour nous accompagnez de cet événement ?

Elle l’observe, œil discret mais attentif. Son attention est tout comme la sienne attirée par la scène qui se déroule sous leurs yeux. Curieuse la Dame des Dames… oui comme souvent pour toutes les dames me direz vous, mais à voir l’attroupement autour d’Auvergne, sur que les dames sont loin d’être seules ce soir.
Voilà qui promet d’être amusant. Aux paroles du Duc… voilà qui promet d’être valorisant. Joli choix encore que celui là.
Elle ne le connait que peu, mais méritant, humble est l'image de l'homme que la route de Baraka a croisé… juste choix encore !

Un frisson a accompagner le geste à la parole. La main se pose à nouveau sur l’avant bras du Doyen avant de décider de son choix.


J’avoue avoir un petit faible pour un verre d’hypocras…
Ninon914 a écrit:
Du coin de l'oeil, elle vit Anyllae arriver et se promit d'aller la rejoindre dès la fin de la danse.

Subitement, la musique cessa et tous les danseurs semblèrent évoluer encore quelques instants sur une mélodie imaginaire, très jolie toile éphémère qui l'enchanta.

Elle sourit à Sarez puis s'aperçut que tout le monde regardait dans la même direction.
Que se passait-il ?
Un groupe s'était formé et Modsognir, qu'elle avait rencontré récemment, semblait au centre de l'intérêt général. Elle s'approcha.
Ninjaturtel a écrit:
Réussir a la faire rire en cette soirée, c'est une bonne chose pensa t-il.
Par contre, il devrait éviter de reparler des choix afin que ça ne lui retombe pas sur la tête... Cela se voyait après le petit rire, ce petit regard qui... Ou alors elle essayait de le séduire par son regard comme les dames savent si bien faire.

Discutions, proposition d'alcool, on voit et on entend Modsognir partir a destination afin d'être... anoblit ?
On dirait oui, c'était on dirait le Duc de Billy qui commençait attitrer ses seigneuries. Ninja ne le connait que peu, mais reconnait fort bien Natafael auprès du futur vassal.
L'un a coté de l'autre, il était surement son cavalier pour ne pas dire qu'elle était sa cavalière et qu'on me reproche d'être sexiste...

Petit sourire qui s'affiche, il faudrait lui passer faire coucou. Pourquoi pas quand ils iront les félicité.
Réflexion, observation de la scène et une main qui se pose a nouveau sur l'avant bras de Ninja. Celui ci tourne sa tête vers la baronne et écoute ses exigences.

Sourire lui est adressé, il dépose sa main en dessous de la sienne pour la faire retirer délicatement.


Dans ce cas, je m'excuse de devoir vous abandonnez un court instant.
Ceci dit, je ne vous quitte pas des yeux afin d'observer et de surveiller tout approche envers ma cavalière. Il me faut être vigilant, la seconde ou je risque de m'éclipser risque de m'être fatale, une si charmante dame au regard si envoutant, plus d'un viendrai ici directement.

Autre sourire, il file prendre les verres. Un verre d'hypocras, et un verre de moretum pour lui.
Se dépêchant, comme s'il faisait attention comme le disait ses paroles, il revint assez vite avec les deux verres et tend l'hypocras a Wonderanny.


Dame est servit.
Voici l'hypocras dont vous avez un petit faible, et qui fera des jaloux dans la salle.

Sourire pour accompagné le geste, petit rire a la fin de sa phrase. Il l'a regarde amusé, et ne lâchant pas son sourire, ni le regard de la dame.
Crapaudine a écrit:
Crapaudine !!!!! Quel plaisir de te voir

La jeune femme lui attrapa les mains toujours aussi vive et pétillante.

Comment vas-tu ? J’ai appris que tu te mariais prochainement ?! Je suis heureuse pour toi, sache le.
Il fait un peu chaud dans la salle, m’accompagnerais-tu dehors ?


Crapaudine lui sourit et ravie la suivi près du bar, elle y reconnu une ancienne collègue de la maréchaussée du BA, Legowen. Un atroupement se formait un peu plus loin, son ami Modso et Naluria semblait en être le centre, Le duc de Billy s'approcha également. Curieuse de savoir ce que le témoin de son futur époux avait pu faire pour mériter ça , elle s'approcha à son tour et écouta ce qui allait suivre.

Marty prit la parole regardant Modso, agenouillé devant lui.

Je souhaite faire de toi mon vassal. Acceptes tu les terres de Saint-Etienne-de-Vicq, terres situés en mon fief de Billy ?


La jeune femme n'en fut guère étonnée, si une personne méritait d'être élevée à un rang de seigneurie, c'était bien lui. Elle attendit avec impatience sa réponse.
Korydwen a écrit:
Korydwen regarda Modso s'atteler à la tâche, cette fois, il était bien coincé, pas moyen de faire demi-tour comme les autres fois... Enfin l'autre fois, elle le regardait tentant de garder son sérieux au mieux. Pas spécialement évident alors que "son" pouilleux se trouve à genoux.

Mais alors à ce qu'elle s'attendait qu'une phrase sorte de la bouche de Nalu, non ce fut de celle de Marty et qu'elle annonce à vous en couper le souffle. Elle le regarda attendant une réaction de sa part, elle se demandait bien ce qu'il allait répondre...

Un beau présent qu'il lui faisait Marty, il avait travaillé dur jusque là et toujours très bien. Elle savait aussi qu'il avait déjà refusé une seigneurie, le ferait-il encore cette fois ? Ils semblaient tous attendre une réponse, massé autour d'eux, étrange situation quand même...
Modsognir a écrit:
Modsognir s'était agenouillé devant Naluria, attendant enfin le moment du compliment....un moment dont il avait attendu. Il regarda la noble qui se faisait écarter par un 'homme et fut surpris de voir Marty derrière. Il le regarda étonné sans comprendre. Un long moment passa, il n'avait toujours pas réalisé ce qu'il se passait. Remerciement......terre.....annoblir........quoi? Mais c'est quoi ces mots? Il mit un long moment avant de comprendre ce que son ami venait de lui dire.

Son visage changeait peu à peu de mine. Le sourire quittait son visage, les frissons mélangés à la chaleur de ses joues montaient peu à peu en lui. Marty lui offrait des terres, Marty cet ami de longue date...sans doute l'une de ses premières connaissances. Modsognir le regarda l'oeil perdu. Il ne savait pas réellement ce qu'il regardait en fait. Toutes les images de sa vie revenaient en tête, surtout ses souvenirs d'enfance. La ville de son enfance à Cluny, le rêve de réussir dans la vie, à monter socialement, le besoin de partir de cet endroit, son arrivée dans le BA qui est devenu son duché, la rencontre de personnes qui sont devenus des amis. Toutes ces images le frappèrent, lui qui au départ voulait devenir noble à tout prix, mais lui qui a appris ce qu'était le mérite et le travail......cette nouvelle lui faisait réfléchir. Ces derniers mois avaient été non pas dur mais éprouvant. La guerre, ses fonctions.......et la demande de son amie Gals pour devenir sa vassale. Dur choix à prendre qui avait été un non après un long moment de réflexion.

Il reprit ses esprits regardant mieux son ami, lui sourit. Il regarda rapidement les gens qui étaient autour le mettant mal à l'aise puis fixa de nouveau Marty. A cet instant il compris pourquoi Marty voulait expressement qu'il vienne à son bal.

Il le regarda longuement plongeant son regard dans le sien en signe de pardon. Il se releva pour se rapprocher de son vieil ami. Il posa la main sur son épaule s'efforcant de sourire.


Marty......je....je sais pas quoi te dire. Merci d'avoir pensé à moi, merci d'etre mon ami depuis tout ce temps.

Il le regarda gêné reprenant peu à peu son souffle.

Je ne vais pas accepter ces terres. Tu es mon ami, ce n'est pas d'être ton vassal qui m'empechera de continuer de te soutenir et t'aider. Tu m'as aidé à grandir dans ce duché, aidé à devenir ce que je suis. Tu es celui qui m'a accueilli comme un véritable confrère quand je suis arrivé à la Source. Tu as toujours eu du temps pour se parler, même quand tu étais duc. Tu m'as fais connaître tes amis, ta famille....le meilleur cadeau que tu pouvais me faire....partager ta vie.

Quand j'étais gamin, je pendais la langue quand je voyais un noble.....je voulais avoir leur condition sociale, leurs belles armures, leur chateau. Le temps a passé, moi aussi. Maintenant je sais qu'être noble, c'est dû à un mérite, un travail sans mesure pour un groupe....son duché. Je ne crois pas mérité ce titre....je travaille pour mon duché, pour moi.....pas pour un titre ou de jolis noms à mettre à coté de Modsognir.

Je sais que tu vas me dire que certains nobles ne méritent pas leur titre ou encore que je serais ton vassale et qu'à tes yeux je suis méritant........mais pas pour moi. La noblesse n'est pas une fin, un but.......avoir des amis, vivre heureux dans sa conditon....ca c'est un but.


Il regarda intésement Marty voyant son air déçu

Je suis désolé de te decevoir mais je ne veux pas devenir noble.......du moins pas de suite. J'espère que tu me comprendras. Sache que tu restes un ami très cher, que tu pourras compter sur moi comme hier.
Si tu acceptes d'avoir des amis roturiers, je serais l'un d'eux.

Pour ce qui est d'etre présent pour toi et Mativa, cela n'est qu'un juste retour de tout ce que vous m'avez offert tous les deux.....toutes les choses et moments que tu sais.


Il serra de sa main son épaule souriant et versant une larme. Il espérait que cela ne changera rien entre eux et qu'il comprendra ou du moin accepteras son choix.

Il lui chuchota


Merci Marty......sincerement merci de ton geste. Je t'ai connu maire et t'es vu évolué. Je t'ai toujours hautement estimé pour le dur travail que tu as toujours fait, sans etre toujours reconnu à juste valeur. Ton geste me touche beaucoup.......Merci....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 23 Oct - 22:35

Martymcfly a écrit:
Forcément c'était la déception qui primait. Son ami refusait d'être son vassal. Ca devait être à la mode de refuser de devenir noble... Il l'avait bien fait lui même fut un temps. C'est pour cette raison qu'il comprenait le geste de Modsognir. Il comprenait ainsi davantage celui de sa marraine...

En l'écoutant parler tout un tas de souvenirs revenaient en mémoire du Duc. Tout ce pourquoi il avait souhaité que son ami devinsse son vassal... Il n'avait pas grand chose à ajouter car il avait à peu près tout dit. C'était certain que quelques uns ne méritaient pas leur titre et leurs terres. Mais c'était certain aussi que d'autres valaient bien plus que les premiers. Modso en faisait partie ce devenait une chose plus qu'évidente après ce moment.

Il le regarda se lever et expliquer tout ce pourquoi il refusait de devenir son vassal. Une main amicale sur une épaule, quelques mots chuchotés à l'oreille... Une réponse devait être faite sur le même ton.


Tu mérites bien plus que ce que tu prétends mon cher. Je regrette ton choix et j'espère que tu le comprendras, tout comme je comprends ta décision. Tu me parais toujours l'un des seuls à pouvoir gérer l'une de mes terres tu sais, et sache, sans être trop insistant, que je reviendrais à la charge le moment venu. Sourire en coin. Et ne t'inquiète donc pas, ce n'est pas parce que tu es un gueux que nous ne seront plus amis ! Loin de moi cette idée, non mais !

Le sourire revenait doucement sur le visage de Modsognir. Malgré sa déception, en bon hôte et sentant que l'atmosphère pouvait se tendre un peu, il frappa des mains...

Allez, allez ! C'est pas pour ça que la fête ne doit pas continuer hein ! Zou ! Buvons un peu pour fêter le célibataire le plus convoité du Bourbonnais-Auvergne. Après moi bien évidemment... ! Se retient de rire. J'ai nommé Modsognir !

Un valet s'avança pour porter des couples pleines, le Duc en tendit une à son ex-futur vassal.

A la tienne mon ami.

Un léger sourire avant de se tourner vers Auvergne.

Pour une rupture de grève, ça commence mal...

Haussement d'épaules. Marty prit une gorgée d'alcool de châtaigne...
Naluria a écrit:
Le moment était des plus merveilleux. Modsognir ploya genoux devant elle et lui tendit la main. Le moment des fiancialles aurait pu être celui-ci, mais c'était pour un autre évènement que tout les regards de la salle ou presque s'étaient posés sur Modso. Naluria sourit puis laissa la parole à Marty qui ne tardit pas à arriver, et prit son rôle de héraut comme l'on met une capeline.

La demande était faite.... Le silence était pire que celui qui stagnait dans un monastère. Le sourire de la jeune héraut se transforma en inquiétude puis en incompréhention lorsque Modso ouvrit la bouche pour exprimer un refus. Il aurait du s'arrêter là... Naluria, bien Naluria elle-même, nulle place pour le héraut à ce moment, sentit la colère lui monter.

Elle sera les poings, elle regardait Modso fixement, les dent serrées, la gorge sèche, le corps bouillonnant de l'intérieur. Comment pouvait il refuser. C'était comme renier le mérite qu'il avait. Bien entendu qu'il n'aurait pas accepté sa seigneurie pour être noble ! Mais juste par respect de la personne qui offre l'octroi.

Naluria repensa à son refus d'anoblissement, elle n'avait rien fait pour Ali, et donc ne méritait pas de devenir noble. Plus tard, les mots de Ferdinant la touchèrent, la simple question dont la réponse devait être oui et non à "veux-tu être ma vassale" lui avait donné un long moment de réflexion. Aucunes questions ou explications alentours n'aurait été écouté. Après un long silence elle avait accepté, incapable de dire non, je ne veux pas être ta vassale, d'ailleurs même un simple non... Si elle avait du être vassale, ca aurait été de Tchii. Ferdinant l'avait conquise, elle avait accepté.

Marty la fit sortir de sa nostalgie, gaiement... Mais elle n'avait pas le coeur à rire.

Elle réponda un simple "oui" puis sorti dans les jardins.
Bettym a écrit:
Le froid commençait à la pénétrer, se frottant les avant-bras, elle allait rentrer dans la salle de bal lorsqu'elle se trouva nez à nez avec Beths, toute penaude et rouge. Elle sursauta, surprise de cette apparition quand d'une petite voix, Beths lui demanda...

Bettym ? Tu … tu m’en veux ?

Elle lui sourit et au moment où elle allait lui répondre....

Chers invités du bal, je profite de cette festivité pour vous prendre comme témoins.

En effet, j'ai une promesse à tenir, et un homme doit y répondre.

Modso, vient, j'ai un compliment à te faire, et donc tu dois t'agenouiller.


Froncements de sourcils, regard interrogatif vers le Prévôt Royal...

Qu'est-ce qu'il se passe encore ? Tu viens, on va voir ? Sans attendre la réponse de Beths, Bettym lui attrapa la main et se dirigea vers la salle du bal où un attroupement avait lieu au centre de la pièce. On pouvait y voir Dame Naluria et Sa Grâce Marty. Tiens mais où se trouve Modso ? Sautillant pour essayer de voir au-dessus des convives... Tu le vois Beths ? Rho je suis trop petite pour savoir ce qu'il se passe ! bougonna-t-elle. Et si on jouait des coudes ? fit-elle à son amie, une lueur mutine dans l'oeil.

Ce fut à ce moment là que Marty prit la parole. Un silence de plomb gagna la salle et là une tête... celle de Modso.


Mais qu'est-ce qu'il fait ? Pourquoi il se lève ? Beths ? Tu entends ce qu'il lui dit ?

En voyant la mine déconfite de son filleul, elle comprit qu'il s'agissait d'une mauvaise nouvelle. Lui aussi avait refusé un titre. A croire que les parias étaient devenus les nobles encore plus que les lépreux. Allez savoir ! Fort heureusement, Marty trouva les mots pour que la fête recommence, cependant, ce fut cette fois-ci, Dame Naluria qui partit déçue dans les jardins.

Décidément... Ces annoblissements sont plein de rebondissements ! fit-elle à Beths.
--papapala a écrit:
Une boule de poil se faufile, glissant bondissant entre les lumières et les flonflons. Sautillant entre les chausses et les poulaines (pas confondre avec les pouliches, parceque c'est pas pareil, très différent, attention), le mâle est attiré par la cochonaille du buffet...

A lui les poitrines fumées (son pécher moignon ça...), les saucisses alléchantes, les fruits juteux, nan, pas trop les fruits quand même... Au passage, il trempe la tête dans un pot de liquide mousseux...


*hips* Pas là???*hips*
--Mamanpala a écrit:
Une grande tanière... bien ça pour abriter une grande famille! mamanpala décide d'installer son nid ici!

palaaaaaa!! pala! palalapapalapala!!

du bruit?! non, des sons discordants, bouuuuh, trop de bruit... mais ça sent bon... hop, un petit saut par la fenêtre, hop, encore un de ces drôle d'animal! en tous cas leur crinière est bien pratique pour accéder à la grande planche au fond avec plein de manger dessus!
hophophop, en quelques bonds elle a rejoint les victuailles, croque un bout de jambon par ci, un bout de pain par là, renverse une ou deux coupes au passage...

*SNIF SNIF* PALA!!!

papapala!!!! LAAAAAAAAAAAAAAAA!!!



enfin! elle vient de retrouver son mâle!!!!
--papapala a écrit:
Hhhhiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!

Là là!!

Papapâla, s'enfuit, suivi de prêt par Mamanpala, plus près, peut pas...

C'est que c'est glouton ces bêtes là...




----------------------------------
[hrp] Nous avons tous rencontré les palapala sans les voir, sans oser les voir... Souvenez vous, en taverne.. ils entrent, sortent, croquent un morceau parfois...sans un mot, juste, ils se cherchent... Laissons vivre les palapala.[/hrp]
Modsognir a écrit:
Modsognir regarda Marty l'oeil amicale le sourire se dessinant de plus en plus. Il l'avait compris.....c'était cela l'important.

Marty fit détendre l'atmosphère invitant ses hôtes à continuer la fête. Il le fixa intrigué et amusé


Heyyy mon cher ami, c'est toi le célibataire le plus convoité du BA......surtout ce soir. Regarde ta carrure, ton charisme, ton petit coté duc!......et cette prestence. Et j'oubliais ce vêtement qui te fait tant rajeunir. On dirait presque un jeunot

Il prit le verre que son ami lui tendit

A ton merveilleux bal.
A tes belles terres


Sourire en coin suivi d'un clin d'oeil puis tourna son regard vers Natafael qui n'en manquait pas un mot. Son corps se tourna de nouveau vers Marty

M'accorderiez vous cette danse cher duc?

Il lui sourit largement essayant de tenir au mieux son sérieux. Il fallait détendre l'atmosphère et rien de tel que ca!
Martymcfly a écrit:
Un ange passait tranquillou... Et la fête avait repris ses droits. Pas pour tout le monde cependant. Naluria, la mine contrite, était allée faire un tour vers l'extérieur. Elle était plutôt déçue. Son écuyer avait failli devenir noble, mais il avait refusé.

Marty la vit s'éloigner tout en se demandant si elle allait revenir... C'est que la soirée n'était pas terminée. Il irait la voir, à moins qu'elle ne revienne.

Mais... Maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis !! Modso !!! Le bougre fit un tas de compliment au Duc. Bon ok il avait un tas de pierreries sur lui, la valeur des caisses d'au moins trois comtés sur le dos, sans compter la couronne qui valait à elle seule la trésorerie d'une capitale, plus les bottes qui venaient de l'autre côté des Alpes, et son habit qui... qui quoi ?! Le faisait rajeunir ?!

Naaaaaaaaaaaaannnnnmmmméhhhhhhhhhhhhhhooooooooooooooooooooo !!

C'était pas l'envie de grincer des dents qui manquait là. L'était pas si vieux que ça. Tsss... Pas au point d'importer un déambulateur à Billy... Petit sourire en coin en pensant au cadeau fait au Doyen il y a peu. Se reprend soudainement alors que Modso, sourire en coin, lui propose une danse ?!

Et d'ajouter, mi-amusé, mi-en rogne, mi-molette. (oui trois demies vous comptez bien..)


A défaut d'un langoureux baiser de paix ? Humm... Laisse moi réfléchir un instant.

L'attente ne se fit pas très longue... Il s'approcha de Modso et tendit le bras, puis sourit largement et se rapproche un peu plus de Modso, comme pour se positionner pour une danse... avant de se pencher à son oreille.

Je préférerais danser avec quelqu'un d'autre, si tu n'y vois pas d'inconvénient. Regard vers ses demoiselles... laquelle allait-il choisir pour une nouvelle danse ? J'ai... hmm.... quelqu'un, peut-être... Et je suis sûr qu'il y en a à ton goût.

Les deux se mirent à rire de bon coeur, pourtant près à entamer une tarentelle que les troubadours commencèrent à jouer...
Beths a écrit:
La fraicheur du soir commence à se faire sentir c’était indéniable. Le cœur battant Beths attendait la réponse de son amie, lui en voulait-elle toujours ? Lui pardonnait-elle ?
Les yeux brillants, pleine d’espoir elle étudiait le visage de Bettym. Cette dernière ouvrait la bouche pour lui répondre quand …


Chers invités du bal, je profite de cette festivité pour vous prendre comme témoins.

En effet, j'ai une promesse à tenir, et un homme doit y répondre.

Modso, vient, j'ai un compliment à te faire, et donc tu dois t'agenouiller.



Bettym et elle se regardèrent.


Mais qui peut brailler plus que moi ?
s’indigna ouvertement a Gondole.
Pas le temps d’imaginer la réponse qu’elle se sentit voler. Bettym venait de lui attraper la main et la trainait sans ménagement vers la salle de bal. Et là un attroupement. Beths allait de surprise en surprise. Elle ne put retenir un rire en voyant Bettym sautiller pour voir ce qui se passait. Et là … un déclic … Bettym ne lui en voulait pas, elle … elle s’amusait et se plaisait à la fête.
Et puis la question de Marty, le sourire de tous les convives, les souffles qui s’arrêtaient. L’excellent souvenir de son propre anoblissement lui revint en mémoire, la surprise qu’Al lui avait faite, la perte de sa voix, sa timidité, enfin elle était toujours timide, mais le cachait derrière sa voix, bref, la fierté qu’elle avait éprouvé ce jour que son ami lui fasse cet honneur.
Soudain stupeur, la réponse de Modso. Beths écarquille les yeux. Si un méritait bien ce titre de Noblesse c’était lui !!


Mais qu'est-ce qu'il fait ? Pourquoi il se lève ? Beths ? Tu entends ce qu'il lui dit ?

Euh non, non je n’entends pas vraiment, nous sommes un peu loin ….


Mais la réponse était bien un refus. Pensive elle regarda Naluria quitter la salle pour se diriger vers les jardins. Elle avait eu le temps de lire la déception sur son visage. Elle s’en étonna, mais … Modso était son écuyer il était vrai … étrange tout de même … aurait-elle des sentiments plus tendre pour lui ? Beths rougit a l'instant même où elle pensa à cela, mais ... enfin ... depuis quand s'intéressait-elle aux sentiments amoureux des autres ? Mais cela ne la regardait pas!

Les personnes présentent s’écartaient progressivement et Beths put enfin voir ce qui se passait dans le cercle pour entendre une phrase qui la fit pouffer de rire


M'accorderiez vous cette danse cher duc?


Modso invitait Marty. Situation plutôt causasse. Beths se doutait que le Billy était déçu, mais a défaut d’y gagner un vassal, il ne perdait pas un ami, voire même il renforçait des liens d’amitié


A défaut d'un langoureux baiser de paix ? Humm... Laisse moi réfléchir un instant.


Interloquée la Gondole. Elle resta coites un … un baiser de paix ??? Et voila Marty qui tend les bras pour une danse.
Ah ben … ça … Ainsi donc son intuition avait vu juste … ironie et moquerie. Et devant le comique de la situation, devant … devant ce numéro de duettiste parfait qui se chuchotait même des mots tendres à l’oreille, devant sa propre idiotie, Beths ne put se retenir, un éclat de rire fort peu discret s’échappa de ses lèvres.

Alors que les troubadours entamaient un air entrainant, Beths se dirigea alors vers d’autres amusements proposés par le Duc … les énigmes … voila c’était parfait les énigmes. Cela occupait la pensée, et puis elle croiserait peut être quelques connaissances pour papoter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 23 Oct - 22:36

Lady.blueeyes a écrit:
Un attroupement se fit soudain...elle regarda et vit Modso agenouillé devant Nalu. Mais que faisait-il donc? Léger sourire...elle vit tout à coup Marty s'avancer et prendre la parole. Son sourire s'agrandit lorsqu'elle se rendit compte que Marty offrait une de ses terres à Modso. Il était là aussi chez les XLV mais elle n'avait pas eu le loisir de vraiment faire sa connaissance puisqu'elle ne faisait partie d'aucune compagnie...elle était un peu de toutes les couleurs, multicolores comme elle aimait si bien le dire, étant le médecin des troupes.

Tout à coup revirement de situation, Mosdo refusa. Voyant qu'un malaise pouvait s'installer...Marty enchaîna...


Allez, allez ! C'est pas pour ça que la fête ne doit pas continuer hein ! Zou ! Buvons un peu pour fêter le célibataire le plus convoité du Bourbonnais-Auvergne. Après moi bien évidemment... ! J'ai nommé Modsognir !


Un beau moment ils avaient failli vivre...une demande spontannée...un refus tout autant spontanné. La musique repartie de plus belle, les couples se remirent à danser. Lady porta à nouveau sa coupe à ses lèvres les regardant danser.
Legowen a écrit:
Farandole terminée, les couples formés pour la plupart par le hasard des passes de la danse se séparent . Les troubadours s’arrêtent un court instant, puis reprennent
et, la musique s’élève de nouveau , se mêlant aux bruits des conversations
Quelques infatigables retrouvent la piste de danse tandis que d’autres se tournent vers les buffets , c’est que ……danser…. donne soif , chaud aussi, du moins pour certains .qui recherchent la fraîcheur de la terrasse

Legowen !!!!! Eh beh, c’est la soirée des surprises

Et la jeune femme reçoit dans ses bras , une Beths ravie qui l’embrasse sur les deux joues , rend son étreinte à son amie , lui répond en riant

Que veux tu, un bal , et voilà une Leg ! plus sérieusement , j’arrive tout juste , finalement, il eut été dommage de rater cette superbe fête
dis, tu m’avais caché tes talents de danseuse …

et Crapaudine a pu venir aussi ? mais c’est formidable

tourne son regard vers la salle, l’aperçoit, échange de sourires entre les deux anciennes collègues

Bettym ? Tu … tu m’en veux ?

petite phrase qui l’interpelle , elle n’avait pas vu la jeune femme dans l’ombre de la terrasse , remarque le sourire
qu’elle adresse à Beths, et qui a tout l’air d’une réconciliation

sourit à son tour


Bettym !! quel plaisirde te retrouver aussi !

va lui demander de ses nouvelles lorsqu’une voix résonne et arrive ....et oui ...arrive à couvrir le brouhaha , et ce n’est pas celle de Beths !qui a d'ailleurs l'air offusquée de découvrir que quelqu'un peut crier au moins aussi fort qu'elle

Chers invités du bal, je profite de cette festivité pour vous prendre comme témoins.

En effet, j'ai une promesse à tenir, et un homme doit y répondre.

Modso, vient, j'ai un compliment à te faire, et donc tu dois t'agenouiller.


Souriant en coin devant la tête de son amie , Leg suit le mouvement pour se retrouver dans la salle, fendre la foule qui s’est regroupée , ce n’est pas évident , mais elle arrive à voir son vice chambellan agenouillé
le Duc a pris la parole, léger silence et une réponse qui surprend la plupart des invités et.....

une situation pour le moins original et amusante

l’invitation à la danse d’un vice chambellan à un Duc , ou comment dissiper le malaise d’un refus

murmures , éclats de rire des deux amis auquel répond comme un écho celui de Beths qui , l’instant d’après fend la foule pour s’éloigner

Leg la suit du regard et se tourne vers Bettym restée près d’elle


Notre amie m’inquiète, que lui arrive t-il ? nous devrions peut - être la suivre ?
Crapaudine a écrit:
Crapaudine resta coîte de longues minutes. Elle avait écouter les belles paroles de Modso, un beau refus oui. Elle secoua la tête, décidemment elle devait être bien simplette, mais elle ne comprenait pas comment on pouvait refuser une telle marque de confiance et d'amitié. Un excès de fierté surement quoi d'autres...
La jeune femme connaissait de nombreuses personnes de la noblesse, c'était tous des hommes et des femmes de valeur comment ne pas vouloir être leur égal.

La jeune femme regarda Naluria partir promptement vers les jardins, elle comprenait sa déception, puis son attention se reporta sur Marty , il semblait bien le prendre... et bien...
Haussant les épaules, elles s'en retourna vers le buffet. Un verre ne serait pas de refus.
Arthurdayne a écrit:
La jeune femme fila sans même s'apercevoir de sa présence. Perdue dans ses pensées, sans aucun doute. Arthur la regarda disparaître. Puis la musique sembla s'interrompre à l'intérieur, ce qui attira l'attention d'Iliana, toujours perchée sur ses épaules. Elle babilla d'impatience, et Arthur retourna dans la grande salle pour la seconde fois de la soirée.

La foule n'était plus massée à la porte, mais s'était dispersée à l'intérieur de la vaste pièce. Un petit attroupement s'était formé, mais trop loin pour qu'Arthur puisse en entendre la cause. Il jeta un coup d'oeil alentour. Il aperçut quelques têtes connues. Bettym, qui semblait intriguée elle aussi parce qui se passait là bas. Krups et Anyllae, qui devisaient un peu plus loin. Ninon, au bras de Sarez, visiblement interrompus au cours d'une danse.

Arthur se dirigea vers ces deux là. Il avait brièvement croisé Ninon au tir à l'arc, mais n'avait pas eu l'occasion de la saluer. En s'approchant, il eut un temps d'arrêt. Non, ce n'était pas Ninon. Il fit quelques pas de plus. Si, c'était bien elle, mais portant une robe qui lui allait à ravir, tenue qu'elle n'avait jamais, à sa connaissance, arborée en taverne... Il arriva à sa hauteur.


Bonsoir, dame Ninon. Que te voilà fort en beauté, ce soir.

Iliana, toujours juchée sur ses épaules, ponctua son salut par un gazouillis de ravissement. La musique reprit, et l'attroupement se dispersa, révélant Marty et un homme qu'Arthur ne connaissait pas, se préparant apparemment à danser ensemble. Tiens donc.

Un moment distrait par cette curiosité, Arthur revint à Ninon et Sarez, qu'il salua à son tour.

Bonsoir à vous, sieur Sarez. Vous voilà en charmante compagnie. Permettez-vous que je vous vole Ninon pour une danse?
Althiof a écrit:
Althiof avait suivi attendant le "oui" que tout le monde espérait mais au lieu de cela Modso declina la proposition de Marty. Il était un peu deçu de la décision de son ami qui méritait tant d'être annobli. Et qui plus est une seigneurerie de la part d'un ami si cher. Il avait été touché au delà de ce qu'on pouvait decrire que son amie Beths accepte la sienne mais refuse celle du duché de plus grande valeur sur le papier pourtant. Cela représentait davantage un engagement envers la personne comme un contrat.

Mais Modso était ainsi, bourreau de travail, mais discret. Il avait toujours beaucoup oeuvré pour le BA, la Chancellerie notamment, souvent dans l'ombre. Il faisait là preuve de beaucoup de modestie comme à son habitude, ceux qui ne le connaissaient pas pourraient dire trop mais il était comme ça.


Alors que les festivités reprenaient il attendit un peu et s'approcha de son ami.

Alors Modso on reste gueux ? Nulle critique rabaissante la dedans. Juste des taquineries. Tant mieux ça m'aurait gêné de devoir chercher une nouvelle nounou pour Eléa.

Comment vas tu ? Toujours rédident de Polignac ou tu viens poser tes valises sur les bords du lac. J'ai appris que nombre d'anciens étaient revenu ça doit te faire plaisir. Il faudra que j'aille saluer Laure à l'occas.
Modsognir a écrit:
Modsognir regarda l'air amusé de Marty et lui répondre presque du tac au tac qu'il préférait un long baiser passionné....humm faut peut être pas éxagérer. Marty lui chuchota que Modso n'était pas vraiment de son genre, sans doute qu'il préférait des êtres humains avec plus de poitrine...du moins il pensa ca. Ils se mirent à rire ensemble finissant de boire le verre.

Il regarda autour de lui et apercut qu'effectivement Naluria n'était plus là après avoir recu son mécontentement par son regard qu'il connaissait bien maintenant.


Je vais aller rejoindre Naluria dehors. Elle doit avoir des choses à me dire je pense.

Une tape sur l'epaule de son ami et il partit le laissant enfin profiter d'une danse avec l'une de ses belles demoiselles. Il regarda en coin Natafael s'excusant de devoir sortit et lui fit signe qu'il reviendra bientôt vers elle.

Il sortit de la salle. La nuit était bien tombée. Le ciel était non voilé, laissant montrer à ses yeux le reflet des étoiles sur ses pensées. Il traversa le jardin regarda de partout s'il arrivait à voir son amie. Il arriva vers une grande allée d'arbres qui cachaient derrière une jolie parterre de roses. Il s'avanca dans cette direction se doutant qu'il trouverait Naluria ici. Une silhouette se distinguait au loin....c'était elle. Il s'approcha de sa jouteuse la regardant. Elle semblait toujours énervée. Il prit une voix des plus douces.


Coucou. Je te cherchais

Il plongea son regard dans le sien puis huma la senteur qui se dégageait de l'endroit. Un sourire se dessina sur son visage se rappelant d'un soir

Tu te souviens du soir où on est allé dans un monastère en Champagne, où on l'avait visité. Tu t'étais perdue et tu criais à la fin pour que je te retrouve. Nous étions sorti dans les jardins ensuite où on avait regardé pendant les étoiles adossé à un arbre à côté d'une rosière......cet endroit y ressemble tu trouves pas?

Un long silence se fit entendre. Il s'adossa contre un des arbres de la longue allée. Il écrit les différents bruits des oiseaux et du vent sur les feuilles des arbres qui tombaient peu à peu. Il ne peut s'empêcher de dire

Tu m'en veux d'avoir dis non à Marty? Dis moi...

Il tourna son regard vers son amie s'efforcant de sourire.

[Oups désolé Al Embarassed ]
Ninon914 a écrit:
Elle ne perdit pas une miette de l'échange, très intéressée. Elle vit beaucoup de visages se modifier durant le bref entretien, la curiosité, la joie, l'étonnement, la déception, le soulagement, tant d'expressions si différentes .
Elle connaissait peu ou pas du tout les personnes en présences, mais étudier les réactions lui permit de se faire une petite idée des personnalités de l'un ou de l'autre, les gens oubliant souvent de garder leur masque durant un moment intense.


Petit à petit les convives s'éparpillèrent à nouveau et la fête repris son cours, à la plus grande joie des danseurs.

Elle allait s'éloigner quand elle entendit une voix bien connue auprès d'elle


Bonsoir, dame Ninon. Que te voilà fort en beauté, ce soir.

Arthur se tenait à ses côté, Iliana sur ses épaules, comme d'habitude. Elle fit une caresse à la petite fille et sourit à son ami mais ne rencontra qu'un regard tourné ailleurs. Il était absorbé par tout autre chose, pour ne pas changer.
Voilà qui ressemble tout à fait à Arthur se dit-elle en riant, me faire des compliments sur ma tenue, sans même me regarder.
Enfin, le regard revint vers elle et Sarez, comme au sortir d'un rêve et il s'adressa à eux, comme si de rien n'était.


Bonsoir à vous, sieur Sarez. Vous voilà en charmante compagnie. Permettez-vous que je vous vole Ninon pour une danse?

Ninon éclata de rire, elle aimait beaucoup Arthur et Orkis, même s'ils n'avaient vraiment rien en commun. Ils étaient doux et gentils, alors qu'elle... Gentille, parfois, oui, mais douce n'était certes pas un qualificatif approprié.

Bien sûr qu'il permet Arthur, en voilà une question ! Par contre, je crois que nous avons un problème avec ta fille, je crois qu'il vaudrait mieux que tu la déposes et que nous dansions à trois, si la demoiselle accepte, évidemment
Naluria a écrit:
[Dans le Jardin]

Naluria s'était enfuit dehors, fortement déçue. La nuit noire dehors ne laissait que peu de lueur à la Lune pour l'éclairer.

Elle marcha sans vraiment savoir où se calmer quand elle sentit le parfum des roses. Suivant l'effluve, elle aperçue une masse noire laissant présager la roseraie. Elle s'approche, casse une tige et prend la rose malgré le sang perlant sur le bout de ses doigts à cause des épines puis se dirigea vers une allée et marcha en humant l'odeur de la rose pour s'en ennivrer et se calmer.

Etant dans ses pensées, elle n'entendit pas l'homme qui la rejoingnait, la voix de celui-ci la fit sursauter et se retourner. La même voix que ce refus de fief. Son regard qui s'était appaisait se durcit de nouveau.


Coucou. Je te cherchais

Un coucou en plus, comme si de rien n'était ! Il l'a regarda intensément avec un sourire et continua de parler. Elle n'était pas en mesure d'écouter les bons souvenirs nostalgiques. Elle le laissa parler, le visage indifférent, le regard sévère puis elle se retourna et continua de marcher dans l'allée le laissant deviser seul. Après qu'il eu dit ses derniers mots sur une intonation de questionnement qu'elle n'avait pas prit la peine d'écouter, un grand et long silence se fit.

S'inquiétant tout de même du sort de Modsognir, elle se retourna de nouveau, puis observant qu'il avait capté son attention, il lui posa LA question.


Tu m'en veux d'avoir dis non à Marty? Dis moi...

Nauria leva les yeux au ciel devant une telle évidence. Elle était toujours énervée mais devait répondre à cette question malgré ce que ca lui coûtait. C'était comme devoir donner des aveux à un ennemi.

Non.

Un simple non autoritaire avec un goût amer. Un non sévère montrant un mécontantement.

Elle regarda Modso, lança la rose en sa direction puis continua sa marche dans l'allée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 23 Oct - 22:39

Wonderanny a écrit:
Duo avec un Doyen

Dans ce cas, je m'excuse de devoir vous abandonnez un court instant. Ceci dit, je ne vous quitte pas des yeux afin d'observer et de surveiller tout approche envers ma cavalière. Il me faut être vigilant, la seconde ou je risque de m'éclipser risque de m'être fatale, une si charmante dame au regard si envoutant, plus d'un viendrai ici directement.

Il s'échappe... lui galamment, elle rosissant. Se laisserait elle prendre gentiment aux sons des flatteries du Doyen ? Courte absence durant laquelle elle observe le genou à terre. Réapparition avec deux verres.

Dame est servit.
Voici l'hypocras dont vous avez un petit faible, et qui fera des jaloux dans la salle.


Sourire et petit rire échangés mais rapidement effacés par la scène qui se poursuit.
Non !!! Il a dit non !
La bouche s'entrouvre un peu sous le coup de la surprise, cela semblait si bien parti, le choix était tellement pertinent. Encore un non pour Marty, 'tention jamais deux sans trois mon ami !
Heureusement le froid lancé est rapidement dissipé.


Allez, allez ! C'est pas pour ça que la fête ne doit pas continuer hein ! Zou ! Buvons un peu pour fêter le célibataire le plus convoité du Bourbonnais-Auvergne. Après moi bien évidemment... ! J'ai nommé Modsognir !

Dommage tout de même...
Léger bruissement d'étoffes, elle se tourne alors à nouveau vers le Doyen


Alors... a quoi levons nous nos verres ?
Modsognir a écrit:
La nuit prenait peu à peu ses vêtements d'hiver, cette froideur qui pénètre au plus profond de son être. Ces frissons qui parcourent tout notre corps dont on ne sait si cela d'un froid réel ou d'un froid venu du coeur. Les nuages cachaient peu à peu les étoiles, le vent se mettant à souffler de plus en plus ardemment. Le feu ardent comme était cette amie, mi ange mi démon.

Le temps semblait s'être arrêté, laissant l'atmosphère lourd s'installer semblant vouloir le punir. Sa question posée, il la regarda d'un regard inquiet, le coeur battant à vive allure comme il y a peu.


Non

Il esquissa un sourire en coin. Il laissa s'éloigner quelque peu son amie recevant en plein sa rose. Il la prit dans sa main restant adossé à son arbre. Il connaissait bien Naluria, tout ce temps passé pour obtenir sa confiance, tout ce temps gagné pour mieux la connaitre, il savait qu'il fallait qu'il attende. Naluria était souvent impulsive, toujours pressée, charmeuse....mais surtout une bonne amie, toujours prête à aider. Elle avait certes son caractère, mais elle valait le coup d'apprendre à la connaitre. Que de bons moments passés avec elle.

Il la laissa un moment marcher dans l'allée attendant qu'elle revienne vers lui.....du moins il l'espérait. Il resta là, un peu vide, se demandant s'il avait pris la bonne décision, semblant avoir blessé plus d'un ami par son refus. Il se laissa glisser s'asseyant sur le sol. Il espérait vraiment que ses amis comprennent sa décision......uniquement cela il espérait.
Naluria a écrit:
Naluria continuait à marcher. Elle aurait voulu qu'il l'a rattrape, mais non. Une idée lui venant, elle sourit en coin, le regard malicieux et les yeux brillant.

Sans bruit afin que Modso ne l'entend pas le moins du monde, elle fit un détour pour se rendre dans la salle de bal qui semblait bien animée.

Elle entra doucement, essayant de ne pas se faire remarquer, puis s'exclama haut et fort une nouvelle fois.


Mes Dames, je vous propose, comme toutes Arvennes qui se respecte un concours sur notre timide régional Modso.

Vous avez ici des couteaux pour découper un morceau de tissu.

Le but étant d'avoir le plus grand morceau de tissu.

Afin d'engaillardir mon écuyer j'offre six bouteilles de calva à la gagnante.


Il est dans le jardin, près de la roseraie, dépêchez vous avant qu'il s'enfuit. S'il rentre dans la salle de bal le concours s'arrête.

Naluria sourit.


[HRP : envoyez moi un chiffre entre 1 et 10, ce sera le nombre de lancé d'un dés 20. Le dernier chiffre sera pris en compte pour calculer la largueur de tissu. RP obligatoire sinon c'est pas drôle^^]
Ninjaturtel a écrit:
Toujours avec la ravissante dame des dames

Le verre est apporté, les voila donc servit et prêt a regarder la suite de l'évènement et surtout la raison de l'attroupement.

Regard attentif, plus un bruit dans la salle, tout le monde posa les yeux sur Marty, Nalu et Modso qui fut appelé.
La tension était a son comble et on avait hâte de savoir pourquoi un tel rassemblement soudainement. Le calme était cependant un peu dérangé par les derniers arrivant, le bruit des pas hâtif désignant l'envie de ne pas raté une miette de ce qui se passait durant le bal.

Voix clair et visage avec le sourire de la part de Marty, il semblerait qu'il veuille remercier Modso. Bien que Ninja ne le connaisse pas, il sait que celui ci travaille pour le duché depuis longtemps, c'était un bon choix et une bonne chose de le remercier.
L'attente de la réponse ne se fait pas sentir, mais Ninja a le temps de rapidement tourner la tête vers Wonderanny, affichant un sourire, la regardant une paire de seconde avant d'a nouveau porter son attention vers la scène.

Suspens, pas vraiment, on savait qu'il y allait avoir un acquiescement de la part de Modso et... énorme surprise, la personne se lève et refuse la seigneurie issue du mérite... Etonnant, on entend dans la salle des interrogations et on se rappelle que c'est déjà le second a refuser un fief de la part de Marty... Ninja s'interroge, Marty n'était pas un bon seigneur ? Ou alors étais ce une honte de recevoir un fief de sa part ?
Ces suppositions disparaissent rapidement, ce n'était surtout pas ça. La première fois les raisons étaient bien obscure, et la seconde et bien le futur pas vassal ne pensait pas le mérité... Ah... ou alors il aurai préféré une seigneurie de mérite... Qui sait...

Ça papotte sur ce qui venait de se passer, et les personne suivaient les paroles de Marty et Modso qui essayait de faire oublier rapidement cette petite déconvenue. De toute façon comme il le disait, ce n'était pas pour ça que ça allait s'arrêter et qu'ils n'allaient pas en profiter.

Les bruits de pas se faisaient a nouveau entendre, et les voix s'entrechoquaient signe que les discutions étaient revenu.
Ninja, encore sous le choc... euh non pas vraiment, encore un peu étonné par ce qui venait de se passer se tourna a on tour vers la Dame des Dames, la DD ? Elle posa alors une très bonne question auquel Ninja allait répondre.


Fort bonne question ma chère, en plus de faire les bon choix vous posez les bonnes questions. Décidément vous tenez a plaire dit il en riant.

Et bien, levons nos verres a notre bon duché, du fait qu'ils nous ai remercié, du fait qu'il m'ai laissé a nouveau la chance de vous revoir et qu'ils nous donnent le plaisir de passer de bon moment en ses terres. Bien pour cela que nous sommes encore ici.

Levons nos verres a notre bonne santé, afin que j'ai le moins d'intervention a vous et me faire. Pour les autres aussi tant que nous y sommes finit il avec un léger rire.

Et levons nos verres a notre bon Roy, car portez un toast sans remercier notre Roy c'est comme manger une tarte a la framboise sans framboise.

Air de fataliste sur sa dernière parole, il affiche un grand sourire par la suite, levant doucement son verre vers l'avant afin de trinquer, tout en plongeant son regard vers celle de sa cavalière afin de s'y perdre a jamais...

Enfin... tout ça lorsqu'elle aura énoncé elle aussi peut être un toast, et quand elle aura levé son verre pour le "trinquage".

Puis, on entend la voix d'Auvergne, elle qui avait semblé quitté la salle rapidement, suivit de près par la personne ayant refuser il y a peu la seigneurie issue du mérite.
Ninja se tourne donc vers sa direction et voit qu'elle propose alors une nouvelle occupation qui est des moins plutôt... original... Était ce prévu ? Vengeance ? Ou alors défi ? Qui sait, en tout cas Auvergne a fait référence a "gagnante" donc il n'y avait que les filles qui pouvait participer. Pas intéresser de revêtir un déguisement de femme pour pouvoir participer, il se tourna alors vers Wonderanny et aperçu Lady.

Voulant proposer l'activité a Wonderanny pour voir sa réponse, il allait changer ses plans et réduire ses chances de la voir partir s'amuser dehors. Tourner donc vers elle, il tend son bras et dit :


Ah, je crois apercevoir votre sœur Lady la bas.
Que diriez vous d'allez prendre de ses nouvelles et de la salué.

Avec ce tragique accident récemment, nous devrions partir la voir.
Elle est très courageuse d'être venu d'ailleurs, profitons pour lui faire changer un peu les idées qu'en dites vous ?

Appréciant Lady, qui en plus est la sœur de Wondy, sachant que Connor était décédé il y a peu, il était tristounet pour elle et affiché une petite mine un peu inquiète a son sujet.

EDIT : j'avais pas vu que nalu avait posté, j'étoffe donc.
Arthurdayne a écrit:
Bien sûr qu'il permet Arthur, en voilà une question ! Par contre, je crois que nous avons un problème avec ta fille, je crois qu'il vaudrait mieux que tu la déposes et que nous dansions à trois, si la demoiselle accepte, évidemment.

Arthur sourit et dépercha sa fille de ses épaules pour la caler entre ses bras.

Qu'en dis-tu ma petite fée? Une danse à trois te convient-elle?

Iliana gazouilla et frappa dans ses mains, ce qu'Arthur traduisit par un oui enthousiaste. Ils allaient se mettre à danser lorsqu'un appel retentit dans la salle.

Mes Dames, je vous propose, comme toutes Arvennes qui se respecte un concours sur notre timide régional Modso.
Vous avez ici des couteaux pour découper un morceau de tissu.
Le but étant d'avoir le plus grand morceau de tissu.
Afin d'engaillardir mon écuyer j'offre six bouteilles de calva à la gagnante.
Il est dans le jardin, près de la roseraie, dépêchez vous avant qu'il s'enfuit. S'il rentre dans la salle de bal le concours s'arrête.


Tiens donc... Une drôle d'activité à nouveau. Arthur jeta un regard interrogateur à sa cavalière, cherchant à savoir si elle était impliquée dans le "mes dames" et si elle allait filer arracher des bouts de tissu à ce pauvre homme.
Modsognir a écrit:
Modsognir adossé contre son arbre attendait que Naluria revienne vers lui. Il espérait tant distinguer au loin sa silhouette fine, sa longue chevelure apparaître et son parfum titiller son odorat. Le froid commencait vraiment à pénétrer sous son mantel. Un long moment se passa ainsi, le vide se faisait autour de lui ainsi que dans ses pensées. Prendre l'air lui faisait du bien en fin de compte, un besoin de se recentrer sur lui, fuir pendant quelque instants les regards qui allaient certainement se faire après ce refus.

Il se releva frictionnant legerement ses bras pour les rechauffer et prit le chemin du retour rejoignant la salle espérant retrouver Naluria là bas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 23 Oct - 22:42

Beths a écrit:
Elle s’était donc dirigée vers la place réservée aux énigmes. Elle aimait ce jeu. Et puis elle avait besoin de s’occuper l’esprit, elle avait besoin de se concentrer de réfléchir de focaliser son attention sur … sur n’importe quoi !!! Des dossiers, des faits passés, des lettres types à rédiger, tout plutôt que de laisser encore une fois sa raison lui échapper au profit d’étranges pensées.
Elle avait eu fort à faire avec l’énigme 4 qui s’était avérée particulièrement difficile et qui avait fait de nouveau resurgir ses étranges idées … des poèmes amoureux !!!! Il ne manquait plus que cela ! Elle avait autre chose à faire que s’intéresser à ces futilités ! SISISISI et SIIII
Le quizz s’était avéré particulièrement difficile. Enfin, elle avait eu réellement du mal à répondre aux vingt cinq questions, mais en feuilletant les divers recueils laissés par Marty à la disposition de ses convives, elle s’était amusée et avait redécouvert son duché. Et puis cela lui avait prit du temps.
Puis vint l’énigme 5 et son étrange référence qui l’avait laissée pantoise. Elle ne savait que penser. Mis à part qu’il commençait à se faire tard et qu’elle devrait peut être partir et que



Mes Dames, je vous propose, comme toutes Arvennes qui se respecte un concours sur notre timide régional Modso.

Vous avez ici des couteaux pour découper un morceau de tissu.

Le but étant d'avoir le plus grand morceau de tissu.

Afin d'engaillardir mon écuyer j'offre six bouteilles de calva à la gagnante.

Il est dans le jardin, près de la roseraie, dépêchez vous avant qu'il s'enfuit. S'il rentre dans la salle de bal le concours s'arrête.




Décidément ! Encore des cris ? Elle se précipita vers la salle de bal où elle tomba sur une Naluria au centre qui était tout sourire. Beths la regarda attentivement avant de s’approcher d’elle

Euh Naluria ? Tu .. tu vas bien ? Sûre ? Dis, tu sais que je suis un mauvais exemple en termes d’expression ?

La Gondole ne put s’empêcher une grimace en pensant qu’on le lui avait répété suffisamment souvent qu’elle criait et que c’était insupportable, et qu’on ne s’entendait plus et que les oreilles blablablablablabla. Et voila qu’une autre l’imitait. Hum … si toutes les femmes du BA se mettaient à s’exprimer ainsi, il était clair qu’on les entendrait jusqu’en Artois !

Beths réfléchit un instant au jeu que proposait Naluria. N’était-ce point un moyen de se venger de Modso ? Oui mais se venger de quoi ? D’avoir refusé la Seigneurerie que lui proposait Marty ? Mais cela n’avait aucun sens !
Rho elle pensait trop la Gondole. Et cela ne lui réussissait pas. Ah mais le jeu de Nalu n’était il pas un moyen de … se changer les idées ?



Nalu, passe moi un couteau ! Et tu devras m’expliquer pourquoi ce jeu, pourquoi sur Modso et pourquoi je te sens agacée

Elle offrit soudain un grand sourire à la charmante jeune femme qui lui faisait fasse et parlant un peu fort

Je ne peux résister à la tentation de gagner des bouteilles de calva ! Je garde un tel souvenir de ma dernière dégustation !

Elle se tourna à demi en cherchant son suzerain des yeux. L’apercevant elle lui tire la langue. Sa dégustation, sa cuite plutôt, elle avait fini dans un abreuvoir, trempée et vociférant, envoyant voler différents choses qu’elle avait pu trouvée, fâchée sur le moment mais amusée et un peu honteuse deux jours après le temps de cuver, aider en cela par sa suzeraine qui s’était montrée d’une patience exemplaire.

Attrapant le couteau tendit, et avant de changer d’idée, elle se précipita vers le jardin. Ne pas courir avec un objet tranchant à la main lui avait toujours hurlé sa mère. Ouais, mais sa mère, elle, elle n’était pas maréchale et toc, alors, elle courait la Beths. Sauf qu’elle n’avait aucune idée d’où était la roseraie. Tient, il faudrait qu’elle demande à Ma…. Rho mais naaaaaan !!! Et puis elle n’aimait pas les roses.
Et voila que cela recommençait, ses pensées vagabondaient, ce qui eut pour résultat une rencontre violente. Elle cogna de plein fouet un individu, ayant fort heureusement le réflexe d’ouvrir la main pour lâcher son arme, réaction de deux corps qui se percutaient et se repoussaient, les voila à terre


Aïe


La gondole ouvrit un œil, puis le deuxième, ah tient, elle avait fermé les yeux, et se rendit compte qu’elle venait de trouver celui qu’elle cherchait.
Agissant aussi vite qu’elle le pu, elle attrapa le pourpoint du Vice Chambellan par la manche, et tira d’un grand coup sec vers l’arrière, déchirant irrémédiablement le tissu



FRIIIIIIICHHHHHHHH


Priant tous les astres que Modso ne l’ait pas reconnu dans l’obscurité ambiante, elle se releva et se mit à courir en direction du château son trophée à la main.

Elle arriva essoufflée et ravie sur les lieux du bal. Et soudain, elle faillit trébucher lorsqu’elle se rendit compte de ce qu’elle avait fait : arracher un morceau d’habit, habit porté par un homme !!! Diantre, où était la prude Beths ? Et … et si elle rencontrait quelqu’un alors qu’elle tenait un bout du pourpoint de Modso dans la main ? Elle chercha rapidement Nalu. Elle était toujours dans la salle de bal à attendre. Elle s’approcha d’elle aussitôt.



Tiens voila pour toi. La jeune femme lui tend le morceau de manche qu’elle a volé

Et ne relance jamais un tel concours, ou si tu le fais, rappelle-moi de ne plus participer !!!


Beths ne revenait toujours pas de ce qu’elle avait fait. Pauvre Modso, il allait devoir se payer une nouvelle tenue. Les remords virent. Peut être, peut être devrait elle lui faire porter anonymement quelque chose dans la chambre qui lui était réservée ?
Euh, oui, mais où trouver un vêtement masculin ? Déjà qu’elle ne portait pas de robe …
Korydwen a écrit:
Chose étrange, ils s'attendaient tous à un "oui" et finalement ce fut un "non". Elle sourit, elle reconnaissait bien son ami et son pouilleux préféré. Seulement certain semblait légèrement, vexé, déçu ? Elle n'en savait rien, toujours est il qu'elle était contente que l'on est proposé pareille chose à Modso.

Elle retourna auprès de son époux, attrapa son bras avec ses deux mains et posa sa tête sur son épaule, regardant autour d'elle. Il s'était adressé à Modso, sauf qu'il avait filé, elle retient un rire. Elle déposa un tendre baiser sur la joue de son époux et regardait l'agitation ambiante.


je crois que tu risques d'attendre un petit moment avant d'obtenir réponses à tes questions, mais ne t'inquiète, pas je ne te demanderai pas de danser à nouveau. J'ai..

Elle le regarda en souriant.

J'ai vu ton sourire heureux de quitter la piste de danse. Elle le regarda un grand sourire sur le visage, elle ne lui en voulait pas, elle savait les efforts qu'il faisait pour elle et puis elle l'aimait tant.

Naluria arriva et hurla à nouveau, elle rit, le syndrome Beths venait de frapper à nouveau. C'était drôle ce qu'elle proposait, couper un bout de vêtement à Modso, elle hésita fortement, réfléchissant, le buffet était bien tentant, mais embêter Modso... Ni une ni deux, elle se hissait sur la pointe des pieds, embrassa son époux, lui murmura quelque chose, dans le style "je reviens" et elle partit en courant en direction de Modso couteau en main.

La roseraie, elle l'aperçu, fonça doucement vers lui, saisit un bout de tissu et le découpa sauvagement avec son couteau, quel drôle de forme, elle se demandait bien si elle gagnerait. Elle observa le beau trou qu'elle avait fait en riant, pauvre Modso...


J'espère pour toi que l'on te prêtera des vêtements, ça pourra devenir génant, quoi que ça pourrait attirer les charmantes femmes célibataires... Pis t'aurais pu dire oui quand même, on t'aurait arrangé un mariage avec Marty... Une alliance entre nos vassaux respectifs, franchement t'as pas honte ! Tu viens de perdre l'occasion d'épouser Beths !

Elle éclata de rire en le regardant, il devait avoir une mine déconfite, peut-être même que Beths l'avait entendu. Elle retourna auprès de Nalu et lui montra son bout de tissu, cela ne l'intéressait pas de gagner, juste de passer un bon moment à embêter son ami, elle fit un crochet par le buffet attrapa deux verres d'un délicieux alcool et en offrit un verre en arrivant vers son époux...

Tiens... Je crois qu'il te manquait quelque chose... Danser ça donne soif. Grand sourire.
Anyenka a écrit:
Il était déjà tard quand elle quitta enfin sa chaumine. Les heures à se préparées avaient été longues, trop sans doute mais en contemplant son reflet, un léger sourire lui étira les lèvres. Elle avait réussi à camoufler son apparence militaire sous des jupons et voilages dignes d’une dame. Des drapés rouges, un corsage bien ajusté et le tour était joué.

Machinalement elle passa la main aux cicatrices visibles sur son corps. Son visage… l’arcade portait cette rayure pâle, souvenir d’une époque qui subsistait dans ses cauchemars. A son cou, la trace de morsure était celle qu’elle appréciait le moins. D’un geste rapide elle ramena ses cheveux sur, pour faire disparaître au maximum les traces de mutilation.
Sortant de la chambre elle croisa Harmony qui couchait le petit silencieusement.


La nourrice vient plus tard?

Elle fit oui de la tete. la jeune muette semblait déjà toute excitée.

Tu sauras me rejoindre directement là bas?

Elle acquieca encore.

bien ... si Flavius rentrer assez tot... fait la route avec lui.
Elle alla seller Rousseau et chevaucha jusqu’au lieu ou se déroulait le bal.
Il y avait du monde, tant de visages familier. Elle sortait bien peu ces temps ci.
Les changements derniers opérés dans sa vie avaient eux aussi marqué son apparence par un air las.

En arrivant elle confia rousseau à un palefrenier. Le temps lui manquait pour les formalités, elle était en retard et Marty le lui ferait sans aucun doute remarqué.
Ninon914 a écrit:
Arthur allait l'emmener vers les autres danseurs, sa fille entre eux, bien posée sur son bras, quand une voix de stentor les stoppa net.

Encore ? Mais quand va-t-on pouvoir danser ?

Ils écoutèrent le règlement du concours lancé par une dame, d'une voix haut perchée, presque criée et elle en resta pantoise.
Comment ? Lancer une bande de furies aux trousses d'un homme sous prétexte que .... Pour quelle raison en fait ? Et dans quel but ?

Ninon regarda Arthur, un demi sourire aux lèvres, tout en faisant non de la tête. Non, elle n'allait sûrement pas participer.
Elle le saisit par le bras et l'entraîna plus loin dans la salle, peut-être la musique allait-elle reprendre.
Natafael a écrit:
Nata, après le refus de Modso, était retourné près du buffet pour prendre une boisson.

Un verre à la main, elle regardait tranquillement les gens évoluer dans la grande salle, repensant aux rires de Modso et Marty. Finalement, ça s’était plutôt bien terminé !

Son parrain était partit en direction des jardins. Elle avait répondu à son signe par un sourire, lui faisant comprendre qu’il ne s’inquiète pas, elle l’attendrait.

Nata dégustait avec plaisir son vin, lorsqu’elle entendit Naluria proposer un jeu.

Un concours sur Modso ? Des couteaux ? Mais que voulait-elle faire ? Non quand même pas…

Beths s’approcha, prit un couteau et partit en courant vers les jardins…suivi de Kory…

Arf, pauvre Parrain !

Quelques instants plus tard, Beths et Kory reviennent un morceau de tissus à la main.

Nata reconnu de suite la couleur de l’habit de Modso.
Elle resta un moment bouche bée.
Mais pourquoi ? Un jeu ? Une vengeance ? Les deux ?

Nata posa son verre et avança vers une des portes se demandant ou pouvait bien être Modso.

Elle regarda à l’extérieur.
Le ciel voilé cachait la lune et les lueurs des jardins ne laissaient voir que quelques silhouettes se découpant dans la nuit, elle ne voyait pas son Parrain de là ou elle était…
Modsognir a écrit:
Modsognir reprenait le chemin du retour dans cette grande allée qui semblait interminable. Il soupirait se posant mille questions comme à son habitude. Il leva la tête au ciel comme il aimait tant le faire comme si une réponse pouvait tomber du ciel tel un messie. Il marcha un bon moment, se perdant très certainement lorsque sans vraiment comprendre pourquoi ou plutot comment il recut un coup violent et se retrouva à terre.

Le postérieur à terre, la tête sonnée il recut un second coup sentant son bras partir qui était plutôt sa manche. Cet être étrange repartit comme elle est venue, tel une comète qui traverse pendant une fraction de seconde notre vue. L'obscurité de la nuit et le bruissement des arbres l'a empêché de voir qui c'était ou quoi c'était.

Il posa sa main sur sa tête puis se releva. L'autre main se diriega directement sur sa hanche qui avait recut en premier la chute. Une vive douleur lui fit grimacer lorsqu'il appuyait. Il fit quelques pas sentant sa tête moins vaciller. Il regarda sa manche partie, un bras dénudé...cela ne sera certainement pas de bon goût pour un bal où de grandes s'y trouvaient. Un long soupir se fit à nouveau ressentir se demander ce qu'il pouvait bien lui arriver encore ce soir.

Une autre personne en furie, du moins à ses yeux, fit de nouveau son apparition. Plus calme celle là et rebelotte un bout de tissu en moins. Tout cela se passa si vite qu'il n'eut le temps de voir qui c'était. Mais cette personne lui avait parlé. Il ne réussit pas à comprendre tous les mots tellement elle semblait excitée mais il reconnut sa noble préférée. Le bout de tissu déchirée, le temps de reprendre ses esprits il dit finalement


Mais......mais que se passe-t-il?

Même pas eu le temps de parler qu'elle était déjà repartie, ne l'avait entendu parler. Une inquiéude montait peu à peu. Mais qu'est-ce-qu'il se passait là bas? Se sont-ils donc tous mis à boire d'un coup et ils n'étaient plus maître d'eux? Etait-ce un jeu? Humm il se demandait bien ce qu'il se passait.

Il rejoigna la salle de bal écoutant le moindre bruit suspect et se mettre en garde. Il vit enfin au loin la lueur de la salle et quelques bruits. Il s'avanca davantage, poussa délicatement la porte puis entra. Il resta au fond regardant ce qu'il se passait à l'intérieur, voir si tout le monde semblait normal. Il avait honte aussi de se montrer de cette sorte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Ven 24 Oct - 23:51

Gandrel a écrit:
Dans les couloirs de Billy


Entre deux soupirs
Une pensée furibonde
Un regard noir

Celoui là, il ne perdait riene pourr attendre, cet petite pagé à la mine de fouine inventérrait n'importe quoi pour l'ennuyer tudieu, comme par exemple cette histoire saugrenoue, non mais franchément, il aurait tout de même pou s'en débrouiller tout seul de la pécore ! Et voilà, maintenant, elle avait raté certainement l'anoblissement de Modso, l'un des meilleurs amis de soun douc préféré. Elle né saqvait même pas quelle tête il avait lé modso... Vraiment, il était capable dé tout pour l'enquiquiner cet Barbeliviene crévindiou...

Amples pas
Dans les couloirs
Coeur qui bat
dans le noir
Soudain
Lumières vives
Rires des convives
Musique en sourdine, comme un chat qui rôde
Clignements de paupières sur les émeraudes

Un homme ...
Il est mal fagoté
ses habits sont en lambeaux
une manche baille
son pantalon semble déchiré ...

Froncement de sourcils blonds
Regard couleur de lac sur l'homme
Il semble anxieux
comme sur ses gardes, à l'affut

Ne pas l'effrayer

Gandrelina sourit largement et s'approche bras ouvert vers l'homme




Bounsé messiré qué puis jé pourr vos, vous avez l'air ennouyé ...

Regard instant sur son anatomie dénudée, rien de bien grave jusque là mais il a l'air terriblement gêné, peut eter n'a t -elle pas tout vu se dit elle, c'est vrai que pour une telle soirée sa tenu est .. un peu décalé...
Martymcfly a écrit:
C'était comme si la fête s'essoufflait. Les troubadours continuaient à jouer et certains danseurs poursuivaient à user leurs pieds sur la piste. Marty sentait un peu la fatigue poindre mais il y avait autre chose.

Autre chose qui le perturbait un peu, fallait le dire... Son regard. Sa présence. Elle le troublait en fait.

Alors que tous s'animaient non loin, le Duc de Billy s’était écarté. Ayant fait quelques pas vers sa terrasse, pour sentir l’air frais lui caresser le visage. Il avait sans doute un peu trop bu… L’alcool de châtaigne… Léger sourire.

Accoudé à la grande balustrade, Marty avait enlevé sa couronne. Elle pesait son poids celle-là ! Et il soupira en pensant à demain. Les invités seront partis… et il sera seul à nouveau. Un frisson lui parcourut le dos. La solitude… Il se demandait si elle resterait… ou si elle partirait ce soir. Elle devait avoir du travail. Nouveau soupir.

Quelque chose avait changé. Depuis ce jour où elle était tombée dans ses bras sur la grand place de Clermont. C’était un accident, vraisemblablement, mais il se plaisait à croire que non. C’est ce jour là qu’il s’était rendu compte qu’elle n’était pas qu’une maréchale. Elle était également une jeune demoiselle. Une jolie demoiselle… Jamais ô grand jamais il ne devrait lui dire tout cela. Il risquerait sans doute de se prendre un coup dans la figure… Mais rhaaaaa ! Que se passait-il en lui… ??!!

Le ciel n’était pas voilé et Marty regardait les étoiles, pensif. Malgré tout, il pensait qu’elle ferait une Duchesse de Billy parfaite. Il en rougissait en y pensant. Il ne fallait pas non plus lui dire tout cela.

Cela laissait le Billy tout rêveur, chamboulé mais rêveur… Beths n’était pas qu’une brute hurlante finalement. Comme toutes les jeunes femmes, elle avait sa timidité, son coeur à prendre.

Il fut dérangé dans ses rêveries par un valet qui venait lui conter les dernières péripéties de la fête.


Votre Grâce, voici un courrier qui vient de nous parvenir. Il tendit la lettre à Marty. Votre père est également arrivé, de même qu’une dame, répondant au nom d’Anyenka.

Un sourire plus large sur son visage, le Duc décachète la missive, lit rapidement pour comprendre les raisons de la non présence de son oncle ce soir.

Installer mon père dans ses appartements, il doit être las vu son âge. A moins qu’il ne souhaite voir du monde et boire une petite coupe. Hmm… Oui finalement, faites le conduire en salle de bal. Inclinaison de tête du valet. Quant à Any, faites la venir ici, dans les plus brefs délais. Demander à la Dame de Pléaux de venir ici également, je dois lui parler.

Le valet s’en retourna, conscient de sa mission d’importance.

Quelques minutes plus tard, le Héraut et son Capitaine Anyenka arrivèrent l’une après l’autre…


Any ! Content que tu aies pu venir. J’espère que tes enfants vont bien et que tu as fait bon voyage jusqu’ici. Et de lancer un regard vers Auvergne qui hocha la tête, il reprit. Any… J’aimerai que tu poses un genou à terre dans l’instant.

Elle le regardait de travers, n’ayant pas très bien compris. Elle n’était pas là pendant l’épisode Modso et ne devait pas s’attendre à cela…
Anyenka a écrit:
Any avait attendu sagement qu'on la mène là ou elle était attendue. Les gens étaient bien habitués à ce genre de situation.

Le duc vous attend ma dame...

D'un geste de la tete elle acquièsca, traversant la foule rassemblée. Un ivresse se lisait sur les visages de nombre d'entre eux. C'est un léger sourire qui vint égayer alors son visage. Les parfums chaleureux qu'elle respirait étaient un peu comme un doux souvenir qu'on oublis trop rapidement. Un verre... puis deux... elle buvait trop parfois. Mais pouvait on le lui reprocher? La charge qu'elle avait porté bien des jours était devenue bien lourde.
Elle soupira passant devant deux jeunes gens eperdu l'un de l'autre. Le temps de l'insoucience était loin lui aussi.

Toute les idées noire s'estompèrent d'elle meme quand elle arriva sur une terrasse. Elle ne connaissait pas les lieux mais ne fut pas étonnée de trouver Marty acoudé et l'air un peu rêveur. Il avait néanmoins cet air triste qui lui fit plisser les yeux.
elle faillit oublier ses convenances mais se reprit rapidement. Elle s'inclina respectueusement.


Ma famille va très bien... Le jeune dernier grandis à vitesse folle...

Marty semblait attendre quelqu'un. Régulièrement il regardait par la grande porte. Any s'étonna alors en voyant arriver l'Héraut, elle ne la connaissait pas mais l'avait déjà apperçut. Elle s'inclina alors pour la saluer également.

Ravie de vous rencontrer Dame.

Any... j'aimerai que tu poses un genou à terre dans l'instant.

any tourna brusquement la tete vers le duc. Elle n'en revenait pas de la demande. Elle redressa la tete, un regard un peu méfiant posé sur lui.
Qu'....

elle n'acheva pas sa phrase. Elle avait confiance en Marty. S'il lui demandait celà, il avait forcément un excellent motif.
Elle déglutit, ravalant une part de fierté. elle ne se rapelait pas avoir poser genoux à terre devant qui que ce soit si ce n'est un orphelin... un mourrant.

Une inspiration, elle relève ses jupons pour ne pas abimer la facture délicate du tissus. Elle n'est pas habituée mais se débrouille plutot bien. La tete toujours droite, elle regarde fixement Marty.
Martymcfly a écrit:
Finalement, elle avait ployé le genou, sans trop savoir pourquoi. Elle devait bien se douter malgré tout. Un sourire naissait sur son visage alors qu’il reprenait la parole.

Any, mon capitaine, depuis tout ce temps tu as été une grande amie, une fidèle amie je devrais dire. Tu m’as toujours soutenu et je sais que tu es loyale et droite. J’ai une grande estime pour toi, j’oserai dire une grande amitié. C’est pour cette raison que j’ai souhaité que tu deviennes ma vassale. Le sourire s’élargit tout en doutant de la réponse… Acceptes-tu les terres de Marcenat, sises en mes terres de Billy ?

Il avait déjà essuyé un refus et n’espérait pas qu’il en fut ainsi une deuxième fois…
Naluria a écrit:
A peine le jeu lancé que des bruits se firent entendre.

Quelques minutes plus tard une Beths essouflée débarqua une manche à la main. Naluria fit des gros yeux d'étonnement. Imaginez si elle s'était trompée avec les braies.

Quelques secondes suivante et se fut Kory qui arriva avec un morceau de tissu issu de la chemise apparement.

Naluria sourit, si elle n'avait pas été l'organisatrice elle aurait bien fait la furie arrachant les habits de Modso. Courte pensée avant d'être dérangée.

Rooooooooooooh même pas le temps de jouer qu'un valet au couleur de Billy arriva pour la faire venir dans le bureau privé du Duc. Un grand sourire s'afficha sur son visage. Un jeu d'un autre style tout aussi corporel y aurait il lieu ?

Elle s'excusa auprès des joueuses.


Mes Dames, surtout n'hésitez pas, six bouteilles de calva à la clé.

Elle sourit puis suivit le valet dans les couloirs à travers le château jusqu'a entrer dans le bureau.... avec.... encore plus d'étonnement qu'auparavant...

Une femme à genou devant Marty... De loin cela semblait peu conventionnel.

Ah bah non, à peine arrivée, que Marty la salua du regard et commença la cérémonie.
Anyenka a écrit:
Le coeur d'Any semblait avoir entammé une danse effrainée. Elle n'était pas à l'aise genoux plié. Les secondes semblairent s'eterniser quand Marty reprit la parole. la respiration de la soldate se coupa.

Any, mon capitaine, depuis tout ce temps tu as été une grande amie, une fidèle amie je devrais dire. Tu m’as toujours soutenu et je sais que tu es loyale et droite. J’ai une grande estime pour toi, j’oserai dire une grande amitié. C’est pour cette raison que j’ai souhaité que tu deviennes ma vassale.

Acceptes-tu les terres de Marcenat, sises en mes terres de Billy ?


il lui fallu quelque secondes pour réaliser. Chaque mot prenait un sens quand il raisonnait au fond de son esprit. Elle sentait sa gorge se nouer.
La confiance et l'estime que lui portait Marty étaient choses qu'elle savait mais qu'elle n'avait jamais entendu ennoncées de la sorte. Elle le fixait dans les yeux, et enfin expira l'air gardé dans ses poumons avant de reprendre son souffle pour répondre.


Mon cher duc... c'est un honneur extrème que je ne puis décliner.

elle ne savait que dire.

C'est avec plaisir que j'accepte votre proposition.

Elle lui sourit un peu, un regard empreint de tendresse alors pour ce vieil ami.

Ma loyauté et la confiance que vous me porter ne sauraient etre contrariés.

elle inclina alors respectueusement la tete, comme elle ne l'avait encore jamais fait devant personne, non en signe de soumission, mais en promesse d'une loyauté certaine, d'une amitié sincère...
Martymcfly a écrit:
Après quelques secondes d'attente, une attente qui fut insurmontable pour le Duc, Any répondit enfin...

Mon cher duc... c'est un honneur extrème que je ne puis décliner.
C'est avec plaisir que j'accepte votre proposition.
Ma loyauté et la confiance que vous me porter ne sauraient etre contrariés.


Le coeur de Marty bondit d'un coup. Elle acceptait !! Il en était fier, très fier. Et de lui répondre.

Il faut à présent que tu me prêtes allégeance.

Longue inspiration. Sa première vassale... Il sourit largement attendant qu'elle prononce les mots rituels, sous l'oeil avisé d'Auvergne...
Anyenka a écrit:
Any releva la tête vers Marty, le regard se plongeant dans celui de son vieil ami. Bientot les mots sortirent d'eux meme de la bouche de la soldate.

Moi, Anyenka, Veuve Varthak, Jure allégeance au Duc Martymcfly de Billy. Je prend Aristote à témoin pour lui promettre jusqu'au trépas cette fidélité que je lui témoigne depuis des années.
Je jure de lui porter Conseil dans toutes les situations, qu'elles soient difficile ou au contraire très simple, tant qu'il en fera la demande. Que pas une fois il ne se trouve face à une langue nouée si de son vassal il attend un conseil .
Je fait la promesse loyale de toujours lui venir en Aide. Mon épée est à sa disposition aussi longtemps que je puis porter les armes.


un leger sourire étira à nouveau ses lèvres.

Suis-je obligée de rappeler le respect que je vous porte mon duc? Car c'est sans malice que je prette serment ce soir. Le temps de notre première rencontre me semble bien loin et pourtant il n'est un seul instant où je n'ai eut pour vous un profond respect et une profonde affection. Aussi, Martymcfly de Billy, je vous jure de poursuivre cette relation de respect aussi longtemps que mon coeur continura de battre, car il n'est de promesse plus sincère que celle ci.

Nous étions déjà amis, et venant consolider cette relation, me voila votre Vassale, et vous mon Suzerain.


Et à voix toute basse, elle ajoutat.

tout ceci t'étais déjà acquis....


Et elle lui sourit plus franchement
Martymcfly a écrit:
Allégeance était prêtée, et le Duc de Billy devait à présent répondre à celle-ci.

Moi, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, entend et accepte ton allégeance, Anyenka. A mon tour, je te promets protection, justice et subsistance pour toi et pour les tiens, faisant ainsi de toi ma vassale, la dame de Marcenat.

C’était le moment… tant attendu ! Il tendit son bras à sa vassale et releva Any… Ses lèvres se touchèrent pour un tendre baiser de paix scellant le lien vassalique qui les unissait à présent. Sentant la gène de la nouvelle dame de Marcenat, le Duc ne s’attarda pas très longtemps… Pourtant il appréciait les baisers de paix. Il lui sourit maintenant que tout était terminé… ou plutôt non… que tout commençait.

Il se tourna vers Auvergne.

Je crois que tout est en règle, Chef !

Sourire en coin.
Anyenka a écrit:
Any s'empara du bras de son suzerain et se releva avec fierté, la tete plus droite que jamais. A son tour il lui jurait protection justice et subsistance, pour elle et les siens.
Les souvenirs de l'annoblissement d'alan lui revinrent en mémoir. Elle déglutit en revoyant les images de son défunt époux, genoux à terre devant sa suzeraine. Ses pensèrent se tournèrent alors vers Flavius.
machinalement elle le chercha dans autour d'elle, par reflexe mais il n'était pas là.
Marty posa alors sur ses lèvres un baiser. Elle connaissait les formalités mais sentit ses joues s'empourprer légèrement bien qu'elle tenta de contenir la réaction. En d'autre circonstance une personne posant les lèvres sur elle était promis à de longues heures au dispensaire ou dans des cachots... mais le baiser scellant leur lien vassalique n'était pas comparable.
Il y mit fin, et elle reprit conscience des gens tout autour. Pendant ces longues minutes qui avaient semblé leur appartenir exclusivement, elle avait perdu la notion de réalité. Ses pensèrent se tournèrent alors vers Flavius.
machinalement elle le chercha dans autour d'elle, par reflexe mais il n'était pas là.
Une lueur triste passa sur son regard. Elle aurait souhaité qu'il soit là... Les faits lui seraient sans doute rapporté bien avant son retour à Moulins.


Tout semble en ordre oui...

Elle reporta son attention sur marty, les joues encore empourprées. Elle porta ses lèvres à l'oreille du duc et lui souffla

t'attend pas à ce que te lèche les bottes en taverne hein. et si j'ai envie de te botter le c.... l'arrière train... j'hésiterai pas... surtout après m'avoir fait mettre un genoux à terre en public...

Un rire s'échapa de sa gorge qu'elle ne put retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Sam 25 Oct - 17:23

Naluria a écrit:
Auvergne sourit. Le serment était beau, sincère et plein de conviction. C'était agréable d'assister à cela et d'officier. Elle termina donc cette cérémonie par le protocole habituel.

Naluria sourit puis termina la cérémonie en validant les serments prestés.


J'entends bien les serments ce jour échangés dont je suis témoin.
Dame Anyenka, dorénavant Dame de Marcenat..
A Moi !

Par ce contreseing et ce blasonnement vous êtes officiellement reconnue Dame de Marcenat. Puissiez vous faire honneur à la Noblesse en général et à vostre suzerain ici présent en particulier.

Portez ostensiblement vos couleurs et veillez au Vivre Noblement. Gagez que j'y veillerai personnellement

Avec toutes mes félicitations.


Naluria pris le contreseing, le posa sur le bureau de Marty puis fit couler la cire avant de déposer son sceau délicatement et de souffler dessus pour le durcir.

Citation :
Par la présente, Nous Naluria Marthun Vaast, Héraut du Bourbonnais Auvergne faisons acte de la demande de Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, quant à l'octroi d'une seigneurie se trouvant sur ses terres de Billy Sise au fief nommé Marcenat à Dame Anyenka.

Apres recherches héraldiques dument entérinées, le Fief de Marcenat est bien seigneurie du Duché de Billy.
Après consultation d'armoriaux, l'écu se référant à ladicte seigneurie est : De gueules à la fasce ondée d'azur bordée d'argent accompagnée en chef d'une fleur de lys d'or accostée de deux brins de muguet au naturel et en pointe d'une tête de chevreuil coupée d'or. , soit, après dessin :



Pour compléter le présent dossier, voici une lettre manuscrite de Messire Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, attestant de la volonté d'octroi d'une seigneurie à Dame Anyenka :

Martymcfly a écrit:
Nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, souhaitons octroyer la seigneurie de Marcenat sise sur nos terres de Billy à dame Anyenka.

Nous voulons par le présent octroy remercier dame Anyenka qui a oeuvré pour nous et pour les notres. Elle a toujours été une fidèle amie, présente et nous soutenant en toute occasion. Elle est droite et loyale, nous serions fier de pouvoir la compter parmi nos vassaux.

Fait à Moulins le onze septembre, l'an mil quatre cent cinquante six.





Par nostre Scel, actons ce document comme valide et conforme aux réglements Héraldiques et nous engageons en tant que Héraut du Bourbonnais-Auvergne, à être le témoin Héraldique des serments vassaliques échangés entre l'octroyant et l'octroyée.

Fait le XXV jour du Mois de Octobre 1456 sous le règne de notre souverain bien aimé le Roy Lévan le troisième de Normandie.


Je vous invite donc Dame Anyenka, à vous présenter et à demander vos clés à la chambre des nobles du Château de Clermont et de me contacter lorsque vous le pourrez afin d'établir vostre cry et devise afin d'effectuer vostre jeu de sceaux tricolores qui ornera dorénavant vos missives.

Auvergne regarda autour d'elle si elle ne pouvait pas faire comme pour l'anoblissement de Beths et piquer une fleur pour la donner à Anyenka mais non. Elle arbora alors un sourire.

Je suis sûre que Marty saura vous épauler pour ce passage vers la noblesse.
Modsognir a écrit:
Modsognir entra dans la salle de bal, manifestement très mal vêtu. Il regarda la grande salle où certains dansaient, d'autres discuter. Le duc de Billy était absent visiblement tout comme la femme qui l'avait fait sortir dehors. Mais où pouvait elle être. Une femme s'avanca vers lui. Elle ne semblait pas vouloir lui arracher ses vêtements. Il la regarda s'efforçant de sourire. Il était bien en piteux état pour une si belle femme.

Ennuyer vous dites? Humm vous voyez mes habits....je pense qu'il y a de quoi? Si vous avez des habits d'homme, je suis preneur.

La femme semblait peiné pour lui. Il sourit davantage se détendant peu à peu.

Belle soirée que le duc de Billy nous offre vous ne trouvez pas?

Il s'efforca de faire abnegation de sa tenue fort peu séduisante et regarda la charmante demoiselle.
Martymcfly a écrit:
Et d’un pensait le Duc ! Et cette fois-ci, elle avait accepté. C’était pas comme si il n’essuyait que des refus depuis qu’il demandait des anoblissements… Beths qui avait refusé… Bettym aussi… Modso également… Heureusement, la Baronnie de Veauce avait trouvé suzeraine, et le fief de Glénat avait été élevé en Baronnie.

Et voilà qu’à présent il avait sa vassale à lui, la dame de Marcenat. Cela le réjouissait.

Il fallait maintenant retourner au bal, saluer toutes les personnes qui étaient arrivées, et il y en avait.

Mais avant il voulut se rendre dans la chambre de Clothilde, voir si tout se passait bien. Il savait que la jeune mère allait bientôt enfanter à nouveau et malgré tout elle avait fait l’effort de venir.

Marty prit Naluria par le bras et l’entraîna avec lui.


J’espère qu’elle n’est pas en train d’accoucher sans que personne ne s’en aperçoive ! Ce serait terrible s’il y avait des complications…

Ils pressèrent alors le pas et arrivèrent dans la chambre préparée pour la Dame de Laveissière.

Le Duc de Billy frappa doucement, attendant une réponse qui ne se fit pas tarder.


Entrez ?!

Je venais voir si tout allait bien Clothilde. J’espère que tu passes un bon moment à Billy et que tu n’es pas trop douloureuse.

Il lui sourit. Et de regarder Auvergne, en se demandant comment il allait faire pour qu’elle s’agenouille…Il se pencha à son oreille.

Dis… on ne peut pas faire une exception... Clothilde est au bord de l’accouchement là…
Gandrel a écrit:
Ennuyer vous dites? Humm vous voyez mes habits.... je pense qu'il y a de quoi? Si vous avez des habits d'homme, je suis preneur.

Modsognir lui sourit et semble plus ... détendu.

Belle soirée que le duc de Billy nous offre vous ne trouvez pas?

Vous trrrouvez ? tant mieux j'espère qu'il en sera heurreux ... ma quelqué chose mé dit que c'ete déjà lé cas ... * rire en grelot, regard appuyé sur les parties à nues* Des habits d'homme, ma foy vos en avez sour les fesses ! C'est jouste ces dos pétites entailles qui vos mettent mal à l'aise ? Jé vais vos arrangez ça en un clin d'oeil, Vous me faite confiance ?


Gandrélina lui décoche un sourire plein d'étoiles et s'approche doucement de lui, tend sa main aux longs doigts blancs vers la partie déchirée de la chemise en la regardant d'un œil attentif


Pas moyen de la réparer rapidement, jé puis aller vous en chercher oun autre bien sour ... en attendant, laissez moi fairre quelqué chose ...

Gandrelina se penche et soulève doucement sa robe, puis passe sa main sous sa robe blanche et sort un petit poignard finement ouvragé

Eclair blanc
Reflet d'acier
Les tissus s 'entrouvre
découverte d'un torse
magnifiquement sculpté
Sourire malicieux
La chemise glisse
frôle la peau nue
l'étoffe est brandit
haut la main
L'homme reste pantois
de tant de hardiesse
Cascade de cheveux blonds
Course folle
Coeur battant
éclat de rire
regard émeraude
à la ronde

Où se cache donc Naluria ?
Gandrelina ne la trouve pas monte sur une table en brandissant la chemise et crie



A moi le calva !


La jeune femme redescend de la table et marche à pas de louve vers Modso, le grand ami de SMarty. Elle se plante devant lui, son visage d'ange éclairé par un sourire timide

J'espère qué vos me pardonnérez ....un jourrr .. lointain ... jé sabi pas cé qu'il m'a pris ouna envie de calva ?
* la jeune femme devient coquelicot* Ma croyez moi vos êtes vraiment trres beau ainsi * se mor la lèvre inférieure et se tait qeulques instants d'éternité* Vos volez que j'aille vos cherchez ouna camiseta, c'est ouna manie jé né sabi pas cé qué j'ai avec les camiseta ... jé vais vos donner la mienne tout dé souite !?


Gandrelina plonge son regard émeraude dans les prunelles de l'homme, quêtant son approbation son pardon... que sais je encore ?
Clothilde a écrit:

Loin des danses, des rires, des éclats de voix, Clothilde se reposait dans la chambre que le Duc de Billy avait fait préparer pour elle.

Chambre très confortable, très calme. Son ami avait décidément pensé à tout.

La Dame de Laveissière rêvassait, les douleurs ressenties en début de soirée s'étant fort heureusement estompées.

Lorsqu'elle entendit toquer à sa porte.
Elle crut reconnaître la voix de Marty, se releva sur ses coussins, et s'empressa de répondre :

Entrez ?!

Ce fut bien son hôte qui entra alors, accompagné d'Auvergne.

Clothilde leur sourit, heureuse de les voir, et touchée qu'ils soient venus prendre de ses nouvelles.

Je venais voir si tout allait bien Clothilde. J’espère que tu passes un bon moment à Billy et que tu n’es pas trop douloureuse.

La jeune femme répondit en souriant :

Je te remercie de cette délicate attention, Marty. Je vais mieux, les douleurs se sont calmées. Sans doute les chaos du voyage. Je suis désolée d'avoir dû quitter si tôt ta réception, qui par ailleurs est magnifique.

Clothilde vit le Duc de Billy se pencher vers Auvergne pour lui murmurer quelque chose, mais n'en entendit pas le moindre mot.
Sa curiosité naturelle était cependant aux aguets...
Martymcfly a écrit:
Forcément... il ne pouvait y avoir d'exception... La coutume, que dis-je, la loi devait être la même pour tout le monde...

Je te remercie de cette délicate attention, Marty. Je vais mieux, les douleurs se sont calmées. Sans doute les chaos du voyage. Je suis désolée d'avoir dû quitter si tôt ta réception, qui par ailleurs est magnifique.

Il lui sourit avant de s'exprimer.

Ne sois pas désolée voyons ! C'est tout à fait normal, et à vrai dire je m'étais un peu douté que tu aurais pu être incommodée. C'est pour ça que j'avais demandé à ce qu'on te prépare une chambre, confortable.

Nouveau sourire avant de toussotter légérement.

Heu... Je ne sais pas trop comment te dire Clothilde... je ne sais s'il te sera possible de le faire d'ailleurs... Mais j'aimerai que tu poses un genou à terre.

Il regarda son énorme ventre et se dit que cela releverait du miracle si elle y arrivait... Elle devait sûrement se douter de quelque chose en plus, connaissant le pourquoi du ployé de genou...
Clothilde a écrit:
Ne sois pas désolée voyons ! C'est tout à fait normal, et à vrai dire je m'étais un peu douté que tu aurais pu être incommodée. C'est pour ça que j'avais demandé à ce qu'on te prépare une chambre, confortable.

Clothilde sourit chaleureusement à son ami, en guise de nouveau remerciement.
C'est alors qu'il se mit à toussoter avant d'ajouter :

Heu... Je ne sais pas trop comment te dire Clothilde...
Le Duc bredouillant, ça cachait souvent quelque chose, cela. La jeune femme s'en fit mentalement la réflexion, en souriant doucement.


je ne sais s'il te sera possible de le faire d'ailleurs...

Soudain, la jeune femme ne sourit plus du tout, et se mit à paniquer en son for intérieur.


* Par le Très-Haut, non, Marty, ne me demande pas cela...
Je ne suis pas en état de reprendre la route dès ce soir... demain matin, oui, mais là... je dois encore un peu me repos....... *

Marty compléta :

Mais j'aimerai que tu poses un genou à terre.

Regard stupéfait de la part de Clothilde. Avait-elle bien compris ce que lui demandait son ami ?
A son tour de bafouiller !!


Marty... tu... tu... tu aimerais que je... poses un genou à terre ?!

La Dame de Laveissière savait très bien toute la symbolique de ce geste.
Elle en fut émue aux larmes.

Alors, dans un sourire, elle se leva de son lit.
Puis, elle s'approcha de Marty et d'Auvergne, remettant de l'ordre en sa coiffure et tapotant sa robe.
Et, avec toutes les précautions que lui imposaient sa fin de grossesse, elle ploya doucement le genou devant son ami... devant son Duc...
Martymcfly a écrit:
C'était le moment le plus délicat. Comment ne pas dire à quelqu'un ce qui allait se dire... Comment le faire mettre à genou précisément... C'était plutôt inhabituel comme position. Inhabituel et tellement chargé de sens, pour ceux qui savaient...

Clothilde était l'une d'eux. Elle devait connaître le symbole du fait de ployer le genou. Pourquoi faire si ce n'est.... hmm...

Et son attente ne se fit pas longue. Elle s'était approchée, yeux brillants, comprenant.

Il la regarda, alors qu'elle posait le genou au sol et prenant une grande inspiration il lui dit.


Ma chère Porte Parole, ma chère Clothilde. Si ma défunte épouse était encore de ce monde, elle aurait souhaité ce moment plus que tout, à mon sens. Et je n'aurais pu que lui donner raison. Ton amitié pour notre famille a toujours été sincère et j'ai grand plaisir à te compter parmi mes proches. Je sais ton dévouement sans faille pour nous, et sais également que tu mérites amplement ta noblesse. C'est pour tout cela que j'ai souhaité t'octroyer une de mes terres et que tu deviennes ma vassale.

Et d'annoncer finalement.

Acceptes-tu de recevoir les terres de Bost, fief seigneurial relevant de mon Duché de Billy ?

Le Duc regarde sa future probable vassale, espérant une réponse positive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Dim 26 Oct - 22:37

Clothilde a écrit:

La demande que Marty avait adressée à Clothilde de ployer le genou, lui avait laissé entendre la suite...

C'était donc avec grande émotion qu'elle se trouvait face à lui, genou à terre.

Emotion qui grandit et la submergea comme une grande vague, lorsque Marty évoqua Mativa.
Clothilde sentit son coeur s'accélerer soudain à l'évocation de son amie disparue.
Oui, le mot "amitié" était bien réel entre Clothilde et Marty, comme il le fut envers sa défunte épouse.

Clothilde essuya discrètement son regard humide du revers de la main, tout en écoutant la suite de la demande de son ami.

C'était le Duc de Billy qui, durant son mandat, avait octroyé à la jeune femme son titre de Dame de Laveissière, titre demandé pour elle par Feu Sa Grace Sallaberry.

C'était lui qui, ce soir, lui demandait à présent de devenir sa vassale.

Son regard fixé dans celui de Marty, Clothilde répondit alors :

Mon cher Duc, mon cher Marty...
Ta demande me touche infiniment, tout autant que les raisons la motivant.
Avoir été ta porte-parole, fut un réel plaisir.
Faire partie de tes amis, ainsi que de ceux de ta défunte épouse, un bonheur et un honneur.
Et ce sera également un immense honneur pour moi que de devenir ta vassale.

Aussi, à cet égard, et au nom de notre amitié, c'est avec émotion que j'accepte ce soir icelieu, de recevoir les terres de Bost, fief seigneurial relevant de ton Duché de Billy.
Je fais promesse de m'en montrer digne.

Clothilde ajouta, un ton plus bas, dans un grand sourire :

Tu ne pouvais me faire plus grand plaisir et honneur, mon ami.

Martymcfly a écrit:
Sous l'oeil avisé du Héraut qui n'en bronchait pas une, signe que tout se déroulait selon les formes protocolaires, la cérémonie se poursuivait. Clothilde avait accepté la demande du Duc. Et Marty avait sourit grandement.

Elle ne devait pas s'attendre à cela. Une invitation banale à un bal... Des festivités toutes simples... C'était pourtant écrit sur l'affiche ! Il y aurait des surprises... Peu savait lesquelles... A vrai dire seule Auvergne et lui même étaient au courant. Ce qui rendant la chose un peu piquante, mais délicate. Car comment faire ployer un genou à quelqu'un... ?


Je ne me fais pas de souci et suis persuadé que tu seras digne de porter les couleurs de Bost.

Un sourire sincère avant de conclure.

Je suis prêt à entendre ton allégeance à présent.
Clothilde a écrit:

Marty lui avait pourtant parlé de surprises durant la soirée, mais celle-ci en était réellement une pour Clothilde !!
En se rendant au bal, elle était loin de se douter qu'elle se rendait sur les terres de son futur suzerain !!

Un peu remise de ses émotions, elle répondit à la demande d'allégeance du Duc de Billy.
Regard chargé d'amitié et de franchise, et emprunt de toute la solennité de l'instant.


Moi, Clothilde, Dame de Laveissière, époouse de Delvechior de Saint-Nicolas-les-Colombes,
jure Allégeance au Duc Martymcfly de Billy,
et lui promets Fidélité.
Je jure de lui porter Conseil dans toutes les situations, dont il me fera la demande.
Je lui promets également de toujours lui venir en Aide, tant que mes forces me le permettront.
Martymcfly a écrit:
Première partie effectuée. Il restait à présent la réponse du suzerain.

Moi Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, entend et accepte ton allégeance.

Je te promets en retour protection, justice et subsistance pour toi et les tiens et pour le fief de Bost, sis en mes terres de Billy, faisant de toi ainsi ma vassale.


Il l'aida à se relever. Elle pesait son poids, forcément. Y en avait pour deux !

Et nouveau moment... Si on lui avait dit qu'il embrasserait une femme enceinte jusqu'aux cheveux à nouveau, il ne l'aurait pas cru ! Malgré tout, il déposa ses lèvres sur celles de Clothilde, la nouvelle Dame de Bost, sa vassale, pour un baiser de paix, scellant le lien vassalique qui les unissait lors.

Le Duc de Billy comptait à présent une nouvelle vassale. Il était entourée de beaucoup de femmes finalement... Pas étonnant pour le célibataire le plus convoité du Bourbonnais-Auvergne...

Il ne manquait plus que le Héraut annonce la nouvelle dans tout le Duché... La nouvelle que Clothilde allait porter un nouveau blason... que Marty, en tant que Poursuivant d'Armes, se ferait un plaisir, 'fin un devoir, de réaliser.
Clothilde a écrit:

A son tour, Marty prononça à l'adresse de Clothilde la promesse du suzerain.
Ils partageaient à présent un nouveau lien, qui découlait d'ailleurs de leur amitié.

Le Duc aida sa vassale à se relever.
Petit sourire un peu gêné de la jeune femme, dont le corps habituellement frêle et gracile, avait gagné quelques menues livres durant ces derniers mois.

Puis, le Duc de Billy offrit à la toute nouvelle Dame de Bost le baiser symbole du lien vassalique.
Baiser échangé à huis clos dans cette chambre du Domaine de Billy.
Baiser fort agréable, d'ailleurs, tout comme le premier, enfin, les deux premiers, que Marty avait offerts à Clothilde lors de sa toute première allégeance.

Toujours aussi plaisant, décidément


lui murmura-t-elle en souriant.

Mais cependant baiser des plus chastes, échangé en présence du héraut, baiser symbolique,
baiser de paix, baiser d'amitié.

Sourires échangés.
Clothilde ajouta doucement, simplement, en dehors de toute formule prescrite :

Grand merci mon ami, mon suzerain. Sincèrement, tu ne pouvais me faire plus grand honneur et plus beau cadeau que de me choisir pour ta vassale.
Je suis très fière et heureuse de t'avoir pour Suzerain.
Une bien belle surprise que tu m'a réservée, vraiment.


La jeune femme poursuivit d'un ton mutin :

Mais dis-moi, mon cher poursuivant... sera-ce toi qui dessineras mon nouveau blason ?
Martymcfly a écrit:
Tandis qu'Auvergne s'affairait à se dépatouiller avec une cire qui ne s'étalait pas... satanée cire... fallait bien le signer ce foutu contreseing... la nouvelle Dame de Bost exprima sa reconnaissance envers son suzerain.

Faut dire qu'après un baiser de Marty, on avait besoin de dire merci aussi. Il se demandait s'il n'allait pas demander à ses vassales de renouveller régulièrement leurs serments d'allégeance, histoire de toucher à nouveau leurs lèvres...


Grand merci mon ami, mon suzerain. Sincèrement, tu ne pouvais me faire plus grand honneur et plus beau cadeau que de me choisir pour ta vassale.
Je suis très fière et heureuse de t'avoir pour Suzerain.
Une bien belle surprise que tu m'a réservée, vraiment.


Echanges de sourires et réponse appropriée.

Quant à moi je suis très fier de t'avoir pour vassale ma chère Porte Parole. C'est un honneur que je partagerai toujours avec le Duc du Bourbonnais-Auvergne, ton autre suzerain. Et en effet, c'est une surprise. Je suis content qu'elle t'ait plue, car c'était le but... Surprendre. Certains l'ont été au point de refuser aussi... Léger soupir. Mais d'autres, dont toi, ont accepté les terres que je leur confiais et je m'en réjouis sincèrement.

Elle lissa sa robe comme elle pouvait et conclut...

Mais dis-moi, mon cher poursuivant... sera-ce toi qui dessineras mon nouveau blason ?

Alors que le Héraut terminait le contreseing, Marty rit doucement et répondit.

Je le pense bien en effet. Et d'ajouter plus bas... mais Auvergne aurait sûrement entendu... Tu sais Clothilde, ma Chef, elle fait pas grand chose, c'est moi qui lui fait tout... Un peu plus et il faudra bientôt que j'aille lui acheter de nouvelles chausses... ou un nouveau corset. Elle en abîme pas mal dans la cache.

Petit sourire en pensant à tout cela, avant qu'Auvergne, oeil noir, vint s'interposer, parchemin à la main.


Je plaisantais Chef ! Grand sourire.
Ninon914 a écrit:
Plus de cavalier, elle ne trouvait plus Arthur dans cette foule, comment cela avait-il pu arriver ? Son regard se perdit dans la masse, impossible de retrouver qui que ce soit, elle se dirigea donc vers l'entrée et le buffet, presque complètement dévasté, à cette heure tardive.

Et Minlawa, où était-il ? Elle ne l'avait pas vu de la soirée, sans doute avait-il changé d'avis, trop fatigué par la journée dans le parc et les nombreuses activités proposées.

Elle avait vu entrer Anyenka, mais n'avait pas eu le temps de la saluer que déjà elle avait disparu, peut-être en aurait-elle l'occasion plus tard, elle était magnifique dans sa robe rouge, elle ne devrait pas la manquer pourtant.

Enfin, elle aperçut son amie Anyllae en compagnie de Krups, elle se faufila parmi les danseurs, tentant de les rejoindre avant de les perdre à nouveau de vue.
Bettym a écrit:
Modso venait de refuser son titre et Beths était partie vers d'autres aventures. Bettym et Leg se retrouvaient parmi les invités dans la salle de bal. La fête reprit son cours alors que Leg s'inquiétait sur les états d'âmes du Prévôt Royal des Provinces Vassales.

- Notre amie m’inquiète, que lui arrive t-il ? nous devrions peut - être la suivre ?
- Beths est très bizarre en ce moment il est vrai Leg, mais je crois qu'elle a plus besoin de calme qu'autre chose...

Même si la Dame de Gondole n'aimait pas être seule, ces derniers temps ses saute-d'humeur étaient assez fréquentes. Elle avait pu constater quelques changements et si Bettym ne la savait célibataire, elle lui aurait posé la question quand à une éventuelle grossesse. Mais, Beths n'aurait jamais fait cela sans avoir en "poche" un amoureux même bien plus un mari. Elle resta un petit moment ainsi à vagabonder parmi ses pensées les plus absurdes les unes que les autres et sourit en imaginant son amie avec un bébé. Pour ceux qui la connaissait bien, Beths préférait faire face à dix brigands d'un seul coup plutôt que d'avoir à s'occuper d'un enfant. Et là se fut plus qu'elle, Bettym se mit à rire. Heureusement pour elle, ce fut masqué par la nouvelle annonce...

Mes Dames, je vous propose, comme toutes Arvennes qui se respecte un concours sur notre timide régional Modso.

Vous avez ici des couteaux pour découper un morceau de tissu.

Le but étant d'avoir le plus grand morceau de tissu.

Afin d'engaillardir mon écuyer j'offre six bouteilles de calva à la gagnante.


Il est dans le jardin, près de la roseraie, dépêchez vous avant qu'il s'enfuit. S'il rentre dans la salle de bal le concours s'arrête.


Elle regarda Leg perplexe, se demandant ce que pouvait être ce nouveau jeu...

Ca te tente ? fit-elle d'un sourire amusé. Je suis nulle avec une lame mais qui sait... Modso est parfois si naïf que ça en sera que plus facile tu ne crois pas ? Et en voyant Beths demander un couteau... Tiens même notre amie s'y met. Regarde ! Elle en a pris un. Je suis sûre que le fait qu'il y ait des bouteille à la clé l'a poussée à se prêter au jeu.

Alors qu'elle s'apprêtait à sortir de la salle avec la lame, elle aperçut Dame Anyenka toute en beauté. Elle la suivit du regard et en peu de temps qu'il ne faut pour le dire, elle se retrouva un genou à terre. Serment partagée et là voilà de Marcenat. Les paroles sacrées étaient dites et toute l'assemblée applaudit à cette allégence.

Il était temps pour elle de tenter l'expérience Modso... Elle allait sortir quand elle vit son Confrère en pleine discussion avec... Non ce n'était pas possible ! Gandrelina avait pris une grosse partie de la chemise de la victime. Un sourire aux lèvres devant la mine dépitée de l'homme de Polignac, Bettym essaya de trouver un stratagème pour qu'elle puisse elle aussi gagner ces bouteilles de calva.


Leg ? Tu m'excuses ? Il faut que j'aille voir mon filleul une seconde... et sans attendre de réponse, Bettym entra dans la salle de bal où une nouvelle allégeance avait cours... Dame Clothilde, enceinte jusqu'au cou avait un genou en terre. Pauvre Clothilde, pensa-t-elle, être obligée presque de se coucher au sol pour pouvoir prêter serment. Si elle n'avait pas des choses à se reprocher, Bettym aurait dit deux mots sur les exigeances de Marty. Mais... elle préféra faire profil bas et attendit que Clothilde devint officiellement Dame de Bost. Mes félicitations Dame Clothilde pour ce nouveau fief ! fit-elle, tout sourire. Vous m'excuserez un petit moment mais je dois vous emprunter votre suzerain ne serait-ce qu'une minute. Après je vous le rend ! Promis. Grand sourire et promesse main sur le coeur faite, elle attira non loin de là son filleul. Dis moi Marty... Tu peux m'indiquer où se trouve ta chambre ? Ce pauvre Modso se cache. Il est si dévêtu qu'il n'ose plus revenir, fit-elle dépité de savoir que leur ami était comme une âme en peine dans les couloirs après s'être vu délesté de sa chemise devant tous les convives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Dim 26 Oct - 22:40

Naluria a écrit:
A peine le contreseing montré que Marty embarqua Auvergne par le bras, la laissant étonnée d'un tel entrain soudain. Avait il une envie pressante ? Mais pourquoi devait elle le suivre dans ce cas ?

J’espère qu’elle n’est pas en train d’accoucher sans que personne ne s’en aperçoive ! Ce serait terrible s’il y avait des complications…

Encore plus d'étonnement, elle supposait que ce n'atait pas une partie du corps de Marty qui allait accoucher mais.... en ouvrant la porte de la chambre vers laquelle les deux comparses s'étaient dirigé rapidement, elle découvrit Clothilde.

Attendrit devant cette mère au bord de donner la vie, elle la salua d'un sourire et avant même de pouvoir répondre à Marty que les exceptions étaient bien évidemment possible, il l'avait mis à genoux.

Après cette légère erreur, bien qu'elle le savait attentif aux femmes et qui plus est aux femmes enceinte, la cérémonie d'anoblissement se passa sans encombre, du moins extérieurement. Suffit que l'enfant intérieur venait de se réveiller et n'était pas content de la posture de sa mère qu'il se mettrait à galoper pour le faire comprendre. En tout cas, Clothilde ne faisait rien paraître.

Après les serments échangés, elle alla sceller le contreseing, mais qu'elle ne fut pas sa peine en voyant que la cire s'étalait mal puis ensuite ne souhaitait pas durcir. La chambre était suffisament chaude pour une femme enceinte mais apparement trop pour le durcissement d'une cire.

Ecoutant en même temps ce qui se disait, elle ne manqua pas d'entendre les bêtises de son poursuivant, se ravisant par la suite, mais que nenni.


[colo=darkred]Marty, tu n'oubliera pas d'aller m'acheter un corset bleu ainsi qu'un autre noir. En même temps tu pourra y déposer mes botines, un peu de velour s'abîme sur le devant.[/color]

Auvergne sourit puis finissa l'anoblissement.

J'entends bien les serments ce jour échangés dont je suis témoin.
Dame Clothilde de Saint-Nicolas les Colombes, Dame de Laveissière, vous avez dorénavant lunnouveau titre de Dame de Bost..

A Moi !

Par ce contreseing et ce blasonnement vous êtes officiellement reconnue Dame de Bost. Puissiez vous faire honneur à la Noblesse en général et à vostre suzerain ici présent en particulier.

Portez ostensiblement vos couleurs et veillez au Vivre Noblement. Gagez que j'y veillerai personnellement

Avec toutes mes félicitations.

Pour preuve voici le contreseing.


Auvergne montra le dit contreseing.

Citation :
Par la présente, Nous Naluria Marthun Vaast, Héraut du Bourbonnais Auvergne faisons acte de la demande de Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, quant à l'octroi d'une seigneurie se trouvant sur ses terres de Billy Sise au fief nommé Bost à Dame Clothilde de Saint Nicolas les Colombes, dame de Laveissière.

Apres recherches héraldiques dument entérinées, le Fief de Bost est bien seigneurie du Duché de Billy.
Après consultation d'armoriaux, l'écu se référant à ladicte seigneurie est : D'azur à la grange d'or, accompagnée de trois demies fleurs de lys du même posées en 2 et 1. , soit, après dessin :



Pour compléter le présent dossier, voici une lettre manuscrite de Messire Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, attestant de la volonté d'octroi d'une seigneurie à Dame Clothilde de Saint Nicolas les Colombes, dame de Laveissière :

Martymcfly a écrit:
Nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, souhaitons octroyer la seigneurie de Bost sise sur nos terres de Billy à dame Clothilde de Saint-Nicolas les Colombes.

Nous connaissons la valeur et le dévouement de dame Clothilde et savons son amitié à notre égard sincère et loyale. Notre attachement à elle est grand. Notre défunte épouse l'appréciait énormément et nous tenons à lui donner la gestion des terres de Bost afin que nous puissions être plus proches. Nous serions fier de pouvoir la compter parmi nos vassaux.

Fait à Thiers le dis-septième septembre, l'an mil quatre cent cinquante six.




Par nostre Scel, actons ce document comme valide et conforme aux réglements Héraldiques et nous engageons en tant que Héraut du Bourbonnais-Auvergne, à être le témoin Héraldique des serments vassaliques échangés entre l'octroyant et l'octroyée.

Fait le XXV jour du Mois de Octobre 1456 sous le règne de notre souverain bien aimé le Roy Lévan le troisième de Normandie.


Auvergne sourit puis continua.

Je ne t'invite pas en chambre des nobles Clothilde, je pense que tu connais très bien cette salle, et je préfère que tu te reposes afin de nous faire un beau bébé.

Bettym entra dans la chambre et pris le bras de Marty et l'emmena un peu plus loin des deux femmes pour lui parler en iintimité.
Beths a écrit:
Encore étonnée de son geste, et après avoir tendu son trophée à Naluria, Beths vit arriver Kory avec étonnement.


AH MAIS PARCE QUE TOI AUSSI ????!!!!! ne put s'empêcher de brailler Beths en regardant sa suzeraine.

Devant l'éclat de rire que cette dernière lui rendit, Beths ne put qu'être étonnée. Quoi ? Comment ? Sa suzeraine ? Rhoooooooooo
Elle sentait que ses lèvres commençaient doucement à s'étirer dans un sourire.


Eh bien ma suzeraine j'espère que si tu gagnes tu m'offriras un peu de calva tout de même!
D'te façon t'aura pas l'choix, viendrait boire dans vos réserves.


Beths n'osa demander si c'était sur Al que Kory s'entrainait, mais elle y pensa bien amenant sur son visage un joli exposé de couleurs.
Rhaaaaaaaaaaaaaaaa mais voila que cela recommençait avec ces idées saugrenues!!!!!!

Voyant que Kory la regardait en fronçant les sourcils, Beths afficha un sourire angélique, genre tout va très bien Mme la Marquise, et ...



Ben quoa? Z'êtes mes suzerains toi et Al, donc faut subvenir à mes besoins nan ?
Et puis comme cha ... j'pourrais revoir les petits


Elle avait annoncé les derniers mots dans un murmure. Elle avait honte de le dire, mais oui ... elle aimait bien les enfants de ses suzerains.
Eléa lui avait offert une peluche, hum particulière, mais qui trônait fièrement sur son bureau de maréchale, n'ayant pas reçu de cadeau depuis longtemps, elle avait été émue la maréchale, elle n'avait rien dit, mais avait été émue.
Matthis, son traite d'héros qui apparemment suivait les dignes traces de son père pour tenter de l'assommer avec un oreiller. Elle ne désespérait pas de s'en faire un jour un allié pour combattre, plumes voletant, le Doyen.
Quant au dernier, elle l'avait presque vu naître. Enfin si elle n'avait pas disparu pour aller chercher de l'eau et des linges, elle l'aurait vu naitre, mais ... elle avait été là et en avait été touchée.
Voui, elle qui franchement, franchement ne se sentait pas à l'aise avec les petits, eh bien ceux là ... c'était un peu différent.


Toutes à ses réflexions, elle ne vit pas Nalu partir, mais lorsqu'elle le constata elle souffla.


Pfffff et notre concours alors ?

Puis regardant une nouvelle fois Kory, et imaginant le pauvre Modso quelque peu débraillé, elle grimaça

Euh ... il faudrait peut être lui envoyer un laquais ? Quelqu'un ? un cheval j'sais pas moi, mais pour lui faire amener un habit ? Ou alors ... une robe ? Ca lui irait bien une robe aussi.
Le pauvre ... comment va-t-il finir la soirée ?


Elle avait des remords, mais elle ne pouvait s'empêcher de dire des bêtises, de s'amuser.

Inconsciemment elle scrutait la salle des yeux comme si, comme si elle cherchait quelqu'un. Un quelqu'un qui aurait disparu, un quelqu'un qu'elle ne voyait plus dans la grande salle, un quelqu'un qui devait être important puisqu'elle le cherchait. Sauf qu'elle ... n'en avait pas conscience ...
Et puis, comme une envie se fit sentir, elle avait soif, elle avait faim, elle n'avait ni mangé ni bu depuis son arrivée. Elle n'allait pas passer à côté du superbe buffet que leur hôte avait préparé ? Il avait peut être mis des spécialités fromagères. L'eau lui monta à la bouche


J'ai faiiiiiiiiiiim! Et soif.
J'vais au buffet, tu m'accompagnes suzeraine ?
Martymcfly a écrit:
Et bien évidemment, le Héraut trainait les oreilles dans le coin…

Marty, tu n'oubliera pas d'aller m'acheter un corset bleu ainsi qu'un autre noir. En même temps tu pourra y déposer mes botines, un peu de velour s'abîme sur le devant.

Clin d’oeil vers Clothilde et sourire en coin.

Tu demanderas à un laquais de Pléaux de s’en occuper, ou à ton écuyer sinon, je suis sûr qu’il se fera un plaisir de t’habiller, à défaut de te déshabiller.

Léger rire en pensant à ce pauvre Modso… Le souffre douleur de Naluria. Fort heureusement, Marty n’en était pas encore à ce point.

Bettym entra alors dans la chambre de Clothilde et prit son filleul par le bras.


Dis moi Marty... Tu peux m'indiquer où se trouve ta chambre ? Ce pauvre Modso se cache. Il est si dévêtu qu'il n'ose plus revenir,

Haussement de sourcil alors qu’ils s’éloignent tous les deux, direction la salle de bal.

Que ferait Modso dans mes appartements ?! Et complètement dévêtu ou presque ? Il serait en train de conclure enfin ?!! Yeux brillants. Mais c’est plutôt une bonne nouvelle. Il a raison de se cacher. Qui est l’heureuse élue ?

Cela réjouissait un peu le Duc pour son ami. Il était temps que le Vice Chambellan s’encanaille un peu. Ce devait être aussi pour ça qu’il avait refusé de devenir son vassal. Une jeune paysanne avait du l’envouter et comme il était un cachotier, timide de surcroit, il n’avait pas osé tout raconter. Ah la la… Sacré Modso !

Tandis que Marty discutait avec sa marraine, ils étaient retournés dans la salle de bal qui grouillait toujours autant de monde. La plupart ne dansait plus mais discutait, certains arboraient des bouts de tissus. Le Duc se demanda un instant si les tentures n’avaient pas fait les frais de ses convives…

D’autres enfin étaient affalés sur des coussins, dégustant quelques mets préparés avec acharnement par la cuisinière du Duc. Quel boulot avait-elle abattu celle-là ! Berthe s’était surpassée c’était sûr. Et Marty n’avait même pas encore goûté sa tarte au citron…


Tu viens marraine, on va prendre une part de tarte, ça te rappellera la Procure et le Conseil. Sourire. Et puis une petite coupe aussi, pour toi et moi. Yeux d’enfants. Et d’ajouter tout bas. Ca me fait plaisir que tu sois venue finalement. Tu es magnifique dans cette robe. De quoi faire pâlir ton tavernier.

Le Duc réprima un rire, tandis qu’il prenait une part de tarte au citron. Son regard se porta alors sur la salle, et il vit Kory et Beths se diriger vers eux.
Arthurdayne a écrit:
Un mouvement de foule suite à l'annonce de taillage de costume les avait séparé. Ninon avait disparu de son champ de vision, puis Iliana avait émis le besoin de manger quelque chose. Arthur parvint à atteindre le buffet, où il piocha dans ce qui restait pour lui et sa fille. Diable, il y avait quand même suffisamment de monde pour se perdre, ici, même si la foule s'était grandement réduite.

Il aperçut enfin Ninon, qui tentait de rejoindre Anyllae et Krups. Une fois Iliana rassasiée, il la recala sur ses épaules, et se lança à son tour dans la traversée de la pièce. Il parvint à rejoindre Ninon en se demandant s'ils allaient réussir à danser, et en se demandant surtout si Orckis allait pouvoir venir le rejoindre afin qu'il se sente un peu plus à l'aise dans ce monde un peu... particulier.
Modsognir a écrit:
Modsognir laissa faire la gente demoiselle essayer de retaper un minimum ses vêtements. Il la regarda d'un air enchanté semblant bien faire son travail. Et là d'un coup.....CRACCC....mais qu'est ce qu'elle fait. Il releva la tête pour la mieux l'observer mais elle partit en furie vers la salle de bal brandant son bon bout de tissu.

Il la vit revenir vers lui, ce regard se voulant attendrissant. Il ne comprenait plus rien. Cela en était trop. Il allait finir en haillon ou quoi? Il fit comme si la demoiselle ne lui avait parlé, lacha un regard vers la salle qui semblait s'amuser au mieux. Il aurait souhaité voir Marty une dernière fois à sa soirée, s'excusant encore.

Il fit demi-tour sortant de la salle, rejoignant le froid du dehors, légèrement déçu de sa fin de soirée. Il fit quelques pas sortant du domaine et alla rejoindre le village le plus proche faisant une longue marche sans se demander où il pouvait bien aller. Un remord ne lui quittait plus, il avait laissé sa douce filleule seule là bas, n'ayant même pas pu danser une seule fois avec sa belle robe bleue.

Une autre fois certainement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Lun 27 Oct - 23:25

Bettym a écrit:
Inquiète pour le vice Chambellan, Bettym espérait que Marty lui indique l'endroit qu'elle avait demandé. Il fallait dire que le château avait tant de pièces qu'elle en était arrivée à confondre la salle de bal avec la chambre de Clothilde. Se perdre encore une fois aurait été un désastre.

- Que ferait Modso dans mes appartements ?! Et complètement dévêtu ou presque ? Il serait en train de conclure enfin ?!! Yeux brillants. Mais c’est plutôt une bonne nouvelle. Il a raison de se cacher. Qui est l’heureuse élue ?
- Ce qu'il ferait ? Il se rendrait présentable, pardi ! petit sourire Ne te borde pas d'illusion Marty ! Modso a été la victime de vandales dans ton château ! Et l'heureuse élue... malheureusement il n'y en a pas !

Elle suivit son filleul vers le lieu des réjouissances d'où elle aperçut Modso s'enfuir par la grande baie vitrée. Un pincement au coeur... Elle lui aurait bien couru après mais pour lui dire quoi ? Qu'elle était désolée ? Piètre consolation pour le douanier. Il ne devait espérer qu'une chose à cet instant... rentrer chez lui et d'un certain côté, elle le comprenait bien et si elle n'avait pas été chez son filleul, elle l'aurait sûrement suivi.

Mais ne te fais plus de soucis... lui montre une silhouette au dehors... tu n'auras plus besoin de me montrer tes appartements, il vient de prendre la fuite et je ne sais s'il reviendra de sitôt.

Mais il fallait se rendre à l'évidence, le seul souci pour l'instant de Marty était son ventre qui gargouillait à la vue de toutes ces gourmandises.

Oui j'arrive, dernier regard vers les jardins, emboîtant le pas du Duc de Billy. Par contre... pour la tarte, tu m'excuseras mais j'ai peur qu'elle passe en travers de la gorge. Alors je vais éviter ! grimace Cependant une coupe me fera le plus grand bien en effet.

Les confidences du Seigneur de Terves lui redonnèrent du baume au coeur et sur le même ton...

Je suis heureuse de te faire plaisir après ce qu'il s'est passé et je pensais même que tu me jetterais à la porte, à dire vrai. le regard penaud puis un petit sourire aux lèvres quand il parla de son Berger. Je te remercie mais tu vois... il n'est malheureusement pas là et avec tes sous-entendus de Baron prétendant, ben je crois que je ne suis pas prête de le voir ! lui fit-elle comme un reproche.

Elle sentait bien que Marty avait une forte envie de rire mais cette attitude changea vite quand il aperçut... Qu'avait-il vu d'ailleurs ? Bettym essaya de suivre son regard et tomba sur... le couple Kory et Beths. Là pour le coup, c'était qui avait envie de rire.


Tu attends quoi Marty ? le pressa-t-elle.
Legowen a écrit:
Bettym avait raison et le mieux était de laisser Beths profiter seule du calme des jardins , calme tout relatif d’ailleurs vu le nombre de couples
s’y promenant , elle aussi aurait aimé …….repensa à la lettre qu’elle avait reçue et qu’elle avait gardée sur elle , elle eut envie de raccourcir les jours pour
enfin profiter de sa présence , elle sourit en repensant aux tendres mots écrits, sentit aussi l’inquiétude la gagner , espérant que le malaise qu’il avait évoqué
n’était que passager ,
elle avait hâte de le retrouver


ça te tente?

elle revint sur terre, mais de quoi lui parlait Bettym ? elle écouta son amie , sourit

Bien sur Bettym que je t’excuse , mais j’avoue que non, pas trop envie de tenter ma chance , je ne pourrais faire ça à mon vice chambellan

elle regarda son amie partir, pensa " pauvre Modso ", surtout en voyant une invitée revenir avec un grand morceau de tissu qu’elle arborait en riant
son vice chambellan avait intérêt à se trouver vite fait une cachette s’il ne voulait que plus grand mal ne soit fait à ses vêtements
peut –être Marty pourrait-il lui fournir une tenue de rechange ?

Marty ! d’un coup Leg repensa au quizz du Duc de Billy elle l’avait rempli et il ne lui restai qu’à le poser dans l’urne , elle sortit pour y aller par les jardins ,ce serait plus court
elle avait juste le temps de le remettre

elle reviendrait sans doute faire honneur au buffet, elle ne s'en était pas approchée encore , il eut été dommage de ne pas y gôuter
Korydwen a écrit:
Beths était toujours et visiblement étonnée de ce que sa suzeraine était capable de faire, des bêtises, des blagues, des jeux de mots bien niais et tant d'autres choses... Fallait pas non plus s'imaginer, qu'elle était coincée avec un manche à balai...

Elle sourit en entendant sa vassale hurler, hum non s'exprimer !

AH MAIS PARCE QUE TOI AUSSI ????!!!!!

Gros yeux ronds qui se plantent sur Beths, grand sourire, puis éclats de rire, elle l'avait eu.

Bein quoi ? Pis d'abord Modso c'est mon pouilleux préféré... J'ai le droit de l'embêter !

Eh bien ma suzeraine j'espère que si tu gagnes tu m'offriras un peu de calva tout de même!
D'te façon t'aura pas l'choix, viendrait boire dans vos réserves.


Aaaaaaaaah soiffarde ! Calva... Pas sur que j'partage, mais bon t'es ma pire vassale, faut bien que j'partage un peu ! Pis sans toi on pourrait pas renouveler aussi vote nos stocks !

Grands eclats de rire, bein oui, elle a envie de l'embêter sa vassale, puis elle la voit rougir doucement et visiblement ça cogite à l'intérieur, elle va lui sortir une histoire dans le même genre que le foin, comme aux joutes... La fois où elle a été gênée, elle sourit rien qu'en y songeant.

Pense pas trop... Tu vires au rouge ! Ou alors t'as d'jà bu ! C'est ça t'as d'jà vidé 3-4 bouteilles ? Rhoooooo et tu m'as même pas attendu ?

Elle la regardait en souriant.

Ben quoa? Z'êtes mes suzerains toi et Al, donc faut subvenir à mes besoins nan ?
Et puis comme cha ... j'pourrais revoir les petits


Subvenir à tes besoins en alcool ? Besoin qui sont énooooooooooooooooooooooormes ! T'as d'la chance qu'Al est plein d'sous pour remplir sa cave !

Grand sourire, il avait fallu tendre l'oreille pour entendre la fin de la phrase, la Baronne pour faire comme sa vassale répondit doucement.

Les petits seront très contents de te voir... Tu sais qu'Eléa s'entraîne à être prévôt... Donner des ordres et crier c'est son truc... Elle a du voir comment tu faisais toi ou alors son père... Elle est plongée la dedans depuis sa naissance... Quand à Matthis... Il a été très triste que tu le traites de traitre, mais il compte bien "t'apprivoiser" maintenant, pour que tu sois son ami... Quand à Timothée... on verra plus tard, quand il sera un peu plus grand.

Elle sourit, commençait à faire soif ici et pour une fois, une seule soirée son cerveau avait besoin de baigner dans l'alcool... Une fois sans responsabilité, sans enfant... Le pied quoi... Nalu venait de filer... Certainement encore un anoblissement surprise... Elle sourit rien qu'en pensant au prochain qui aurait lieu à Cournon, de très vieux amis... Beths la tira de ses pensées, elle se tourna à nouveau vers elle.

Modso ? Il a du trouver quelque chose... Une robe non peut-être pas. On devrait peut-être lui trouver des vêtements...

Le ton fut plus bas à la fin de la phrase, elle venait de s'apercevoir que sa vassale était étrangement attirée par le buffet... Et biiiiiiim

J'ai faiiiiiiiiiiim! Et soif.
J'vais au buffet, tu m'accompagnes suzeraine ?


J'aurai dis l'inverse personnellement... D'abord la soif et ensuite la fin ! Aller j'te suis.

La Baronne emboîta le pas derrière sa vassale jusqu'au buffet pour chopper quelques verres.
Natafael a écrit:
Nata avait vu ces femmes revenir en courant avec les bouts de chemise de son Parrain.

Alors qu’elle se tenait toujours vers la porte le cherchant du regard, elle vit surgir par une autre ouverture, Gandrelina qui riait un tissu à la main.
Celle ci monta sur la table et cria sa victoire en montrant la chemise.
Oh, non ! pas elle aussi !!!

Nata regarda le spectacle, désespérée pour son Parrain.
Elle s’avança vers le couloir d’où venait d’arriver Gandrelina. Son parrain devait être par là.

Elle chercha, mais ne le vit point…Mais ou s’était t il caché ?
Soudain, elle se dit qu’il avait peut être du partir !

Nata ne pouvait laisser son parrain, mais elle ne pouvait pas non plus s’éclipser ainsi sans remercier Marty.
Elle retourna dans la salle

Regard circulaire
Ah ! Le voilà !
Il était près du buffet en train de manger de la tarte au citron en compagnie de Bettym.

Nata s’approcha d’eux.
Révérence gracieuse


Bonsoir Bettym
Puis regarda Marty
Marty, excuses moi, je vais devoir partir, mais je voulais te saluer avant.
En tous cas, je te remercie pour cette belle soirée, cependant je dois aller à la recherche de Modso.
Je ne sais ou il est allé et je suis inquiète.
Encore merci pour ton invitation et à bientôt j’espère.


Nata inclina la tête, sourit à Bettym puis partit en direction des jardins.
Naluria a écrit:
Marty s'éloigna avec Bettym et laissa Nalu seule avec Clothilde. Naluria sourit et s'excuse auprès de la future maman, préférant la laisser se reposer tandis qu'elle irait remettre le présent de son jeu. Un dernier sourire et elle referma la porte quand un page derrière elle la fit sursauter. Il l'informa que Grandelina avait eu l'ingénieuse idée de récupérer la reste de la chemise de Modso pour participer au jeu. Elle sourit mais icelui s'arrêta net quand le page continua et l'informa que le dit Modso avait quitté la fête avec mécontentement. Le regard du héraut se durcit, comment pouvait il abandonner la fête, sa filleule à qui il avait promis une danse, Faustine aussi, sans parler de Marty. Etait il si faible pour ne pas s'opposer à elle, s'enfuir lentement, ne pas dire qu'elle était allée trop loin, que ca ne lui plaisait pas, de la giffler tout simplement ? Naluria serra les poings de colère. Quand Modso deviendrait cet homme qu'il devait devenir !

Descendant l'escalier, elle respira un bon coup avant d'entrer dans la salle de bal et d'annoncer les vainqueurs.


Les gagnantes du Grand Concours d'arrachage de vêtement de Modso m'a beaucoup fait réfléchir quant aux gagnantes.

Voici les résultats :


Citation :
tissus :
Beths : 7
Jet de "1d20" 7 fois

1 : 20 = 20
2 : 19 = 19
3 : 2 = 2
4 : 9 = 9
5 : 10 = 10
6 : 1 = 1
7 : 8 = 8

Kory : 9
Jet de "1d20" 9 fois

1 : 13 = 13
2 : 5 = 5
3 : 1 = 1
4 : 20 = 20
5 : 8 = 8
6 : 6 = 6
7 : 1 = 1
8 : 11 = 11
9 : 17 = 17

Naluria montre les tissus.

Kory gagne donc. Grandelina ayant fait preuve d'une grande ruse mérite aussi de gagner, mais cela serait donc injuste pour Beths qui s'est débattu pour son morceau de tissu.

Par conséquent, les trois femmes se partageront les six bouteilles, deux pour chacun, les remerciant d'avoir participer.


Naluria sourit, s'excusa et sorti, une idée fixe dans la tête : Modso. Un seul endroit, l'abbaye. Elle prit sa cape, sa monture, en route.
Krups a écrit:
Krups tentait de danser avec Anyllae depuis plusieurs danses, et son style s'améliorait à chaque fois.

Il vit Ninon venir vers eux, puis la perdit de vue.


Désolé de t'abandonner quelques instants Any, mais j'ai cru voir Ninon en plein désarroi. Je m'en vais de ce pas la chercher, et je te rejoint.

Ce disant, il parcouru la salle, retrouvant Ninon.

dites moi damoiselle, mes pas de danses se sont bien améliorés au contact d'Anyllae, puis je vous en faire profiter tout en allant la rejoindre?
Gandrel a écrit:
Alors que Gandrelina revenait vers Modso afin de lui proposer une nouvelle chemise, celui-ci fit comme si elle n'existait pas, un regard sombre plana au dessus de la salle lumineuse et habitée de rires et l'homme fit un demi-tour martial et disparut. Gandrelina se lança à sa poursuite, il était hors de question d'abandonner un invité sans chemise à Billy. D'un autre côté elle était étonné de la réaction de l'homme. En général les hommes étaient plutôt contents que les femmes leur arrachent leur chemise de ce qu'elle avait pu en voir... Plongée en eau trouble dans des souvenirs d'ombres et de lumières.

Bruit de pas
Long couloir
Grandes enjambées
Temps qui s'étire sur les ombres
Bruits de pas plus lointains
Ou est il passé ?
Elle ne mieux le perdre
Elle connait mieux le château
que personne d'autre au monde
Et pourtant
A la faveur des torches
l'homme s'égare
et la perd
Son cœur bat plus fort
Elle arrive dans les cours
cherche de ses yeux sa silhouette
des tas de gens
mais pas trace de Modso...
Sentiment d'errance
Une erreur...
elle l'a fait fuir
si maladroite
elle a commis une grave erreur
quelle intendante digne de ce nom aurait commis une telle chose ?
elle n'est pas digne
non pas digne

son esprit imagine ...
Modso a demi nu
la lune dessine des ombres
sculpte ses courbes
le froid l'enveloppe
il porte la tête haute
marche d'un pas sur
vers on ne sait ou ...

Il a la crève,
il est malade,
mourant c'est de sa faute
tout ça pour un jeu
elle voulait ...
juste rire
rire
rire
rire
elle rit si peu
depuis si longtemps
elle aime rire
elle aime la vie

"Ma quelle imbécilé tou fait !"
Gandrelina retraverse le château dans l'autre sens à pas petits pas pressés, rentre dans la salle de bal.

Éblouissement
son regard couleur de lac se fixe enfin
s'accroche sur une silhouette
Musique
Rires et chants
regards émeraudes à la ronde
Enfin, il est là ...

Sa chevelure de jais
son port si particulier,
son sourire
ses yeux de nuit
où dansent des lueurs incertaines
comme un brasier qui couve

Elle s'approche de Marty et attend qu'il ait fini avec ses invités.

Son regard en dit long
Elle attend
leur yeux se croisent
Il se sépare de son hôte
Elle se plante devant lui
et plonge son regard
dans ses prunelles


jé vienne vos présenter ma démissionne Cher douc... jé né souis pas digné

gnein ?
digne ?
mais pourquoi donc ?
qu'avez vous fait que vous me cachez ?


jé né rien caché
vos n'avez joute pas prêté attentione
j'ai fait fouir Modso ....votre ami ... jé né souis pas digne


oh... à mon avis il n'avait pas besoin de vous pour s'enfuir le bougre !

ma jé crois qu'il n'a pas apprécié qué jé lé déshabille, qué jé lé mette nou

Marty sourit en coin. le visage habituellement blanc de la jeune femme qui se fait appeler Gandrelina passe soudain au rouge coquelicot

ohet j'ai raté ca ! zut

ben moi aussi j'ai raté...il est parti...c'est dé ma faute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 30 Oct - 0:30

Martymcfly a écrit:
Devant le buffet, il y avait de quoi manger pour au moins toute la semaine à venir, voire le mois ! La cuisinière s'était plus que surpassée là. Pendant qu'il dégustait sa part de tarte au citron, sa marraine lui répondit, chuchotant. C'est vrai qu'il y avait été un peu fort avec le berger l'autre jour... 'fin ça lui apprendra à pas venir aux fêtes ! Tsss...

J'attends quoi ? Hé bien... je...

Sauvé par Nata ! Ouf !

Marty, excuses moi, je vais devoir partir, mais je voulais te saluer avant.
En tous cas, je te remercie pour cette belle soirée, cependant je dois aller à la recherche de Modso.
Je ne sais ou il est allé et je suis inquiète.
Encore merci pour ton invitation et à bientôt j’espère.


Modso était donc parti ! Fichtre !

Ne t'inquiète pas, tu connais ton parrain. Si tu le retrouves, demande lui de revenir un de ces quatre à Billy. Et merci d'être venue. Ta robe te va comme un gant.

Clin d'oeil avant que Naluria ne dévoile le résultat d'un concours. Marty comprenait alors toute l'histoire. Il sourit largement... Ah la la ! Ces femmes...

D'ailleurs, son Intendante s'était rapprochée, souhaitant visiblement demander quelque chose au Duc. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle parla de démission !


La conversation se poursuivit entre eux deux...

Mais non ce n'est pas de votre faute ! Il devait être gêné simplement. Modso est très timide c'est tout.

Mais elle n'en démordait pas...

C'est ma faute ! jé né souis pas digne d'être intendante... si je ne l'avais pas mis tout nou aussi...

Mais non ! vous jouiiez... C'était un jeu ! et vous êtes une femme avant d'etre une intendante hein.

Sourire en coin alors qu'il porte son regard sur la poitrine de la jeune femme puis le remonte...

J'ai tout foiré avec Modso. Ma j'ai gagné deux bouteilles dé calva... Jé né crois pas qu'il vueile mé revoir oun jourr... Il va mé détesté pour touté la vida c'est sour.

Haussement de sourcil.

Il ne faut pas dire cela voyons. Il y aura d'autres fêtes à Billy, d'autres occasions pour vous de le revoir Gandrelina.

Jé vais présenté mes escouses à Messire Modso.

Grand sourire... Est-ce qu'il comprenait bien ce qu'il comprenait ?

Mais oui !! Envoyez lui une missive, il se fera un plaisir de répondre j'en souis persouadé. Hmm.... j'en suis persuadé !

Voilà que l'accent de Gandrelina déteignant sur les paroles de Marty. Elle se mit à rire doucement et le Duc de se joindre à son rire...
Orckis a écrit:
Guidée par le son de la musique, Orckis s'approcha de la salle de bal, le fête battait son plein. Intimidée par le monde, ne reconnaissant que quelques visages, elle prit son courage à deux mains, et entra dans la pièce.

Elle chercha Arthur du regard mais ne le trouva pas, il devait pourtant se trouver là avec Iliana. Apercevant Messire le Duc Marty, elle entreprit d'aller le saluer . Elle se fraya un chemin parmi les convives et arrivant auprès du maître des lieux, elle s'aperçut qu'il était en grande discussion. N'osant l'interrompre, elle passa son chemin et continua parcourir la salle à la recherche de son bien-aimé.
Modsognir a écrit:
Modsognir erra dans cette nuit bien sombre, marchant sans regarder reellement où il se rendait. Il marchait, voilà ce dont il avait besoin réellement. Ses pensées allèrent vers cette femme dont il avait tourné le pas rapidement, son ami Marty dont il n'avait pas dis au revoir, à Nalu dont il avait pu la revoir après son simple "non"....et sa filleule dont il n'avait pas été là. Drôles de sensations que tout cela, les remords, une légère déception de "je ne sais quoi".

Il continuait de marcher encore et encore ne sentant plus le froid parcourir son corps ou plutot il ne voulait plus le sentir. Dur mélange de satisfaction d'être parti, mais de remords aussi.

Il arriva devant une imposante batisse, grand portail avec au fond une imposante église entouré de batiments. Ces grandes ombres le firent reprendre ses esprits. Il se trouvait devant l'abbaye non loin de la demeure de Marty. Il s'y était rendu à quelques reprises, aimant cet endroit, sans doute lui rappelant sa jeunesse. Il frappa à la porte. Un moine vint l'ouvrir se demandant qui il pouvait bien être. Mais l'homme le reconnut pour l'avoir vu à quelques reprises.

Modsognir lui fit un léger surprise s'excusant de sa venue. Il lui demanda refuge pour la nuit ainsi qu'un endroit où il pouvait ecrire une missive. Il eut le grand privilège d'etre conduit vers le bureau des copistes où il s'installa et ecrit cette lettre


Citation :
Cher Marty,

Je suis désolé de n'avoir pu te saluer et te prevenir de mon départ de ta fête. Je ne dois dire que je ne me sentais plus trop à ma place à cette soirée surtout à ma tenue vestimentaire.

Je te prierais de ne point en vouloir à dame Gandrelina pour sa conduite où visiblement elle ne voulait que s'amuser.

Je técris d'une cellule à l'abbaye située non loin de ta demeure où j'ai trouvé refuge. Je me suis rendu ici sans véritablement m'en rendre compte, mes pas m'ont emmené là bas. S'il te plait, présente mes excuses à Natafael et Naluria d'être parti aussi si tu arrives à les voir.

Merci encore, cher ami, pour ton invitation et ta demande d'annoblissement. Désolé de ne point pourvoir te le dire en face mais......merci.

Je te souhaite une bonne fin de soirée, de bonnes discussions et une bonne dégustation de ton alcool de chataigne.

Ton ami
Modsognir

Il cacheta la lettre et la donna au moine qu'il demande à l'un de ses convers de partir au plus vite au chateau de Billy.
Beths a écrit:
Quel plaisir de pouvoir discuter avec sa suzeraine pour une fois. Et pour une fois que c’était elle et non le suzerain qui la taquinait. C’était amusant. Doucement, mais surement, la Gondole appréciait ces échanges et appréciait ces moments avec Kory. Elle n’oublierait jamais que cette dernière l’avait soutenue quand cela n’allait pas fort et quand brusquement son humeur s’était assombri sans que ni Al ni le suzerain de ce dernier ne comprennent pourquoi.


Aaaaaaaaah soiffarde ! Calva... Pas sur que j'partage, mais bon t'es ma pire vassale, faut bien que j'partage un peu ! Pis sans toi on pourrait pas renouveler aussi vote nos stocks !

Oooooohhh mais quelle réputation elle avait ! Voila que Kory utilisait le même terme que son époux "soiffarde", mais ce n’était pas vrai quand on y songeait bien.
Depuis quand exactement pensait on qu’elle buvait plus que de raison ? Depuis … après son mandat de Prévôt, oui c’était cela. Une terrible déprime l’avait assaillie. Ne pouvoir que constater une pareille gestion à la Prévôté, alors qu’elle avait tant fait juste avant, qu’elle avait tant donné et que tout disparaissait, l’avait totalement accablée. Et Al, ce cher Al, ben il avait bien compris, et c’est pour cela qu’il avait de nouveau invitée son écuyère à des joutes Normandes. Ah le calva, il fut délicieux et terriblement entêtant, et douloureusement mémorable. C’était ce jour là qu’elle avait commencé à acquérir sa réputation de soiffarde. Et … à la prévôté également, avant ou après, elle ne se rappelait plus, mais elle se souvint parfaitement qu’en total désaccord avec celui qui servait de prévôt lors de ces horribles mois, elle avait longuement réfléchit : démissionner ou ne pas démissionner ? Au cours de cette nuit là de nombreuses bouteilles y étaient passées, elle s’était même retrouvée totalement saoule dans les couloirs, en train de tituber tout en hurlant et chantant. Mémorable. Le plus amusant était que les maréchaux, aspirants et douaniers avaient suivis ! Ils l’avaient rejointe et avaient bu à ses côtés dans un grand rassemblement de couloir, dans une grande ronde assise où les bouteilles circulaient. Elle en avait eu les larmes aux yeux, sa famille, sa seule raison de vivre, ses collègues, ils l’avaient soutenue.
En y repensant, ses joues se colorèrent.


Pense pas trop... Tu vires au rouge ! Ou alors t'as d'jà bu ! C'est ça t'as d'jà vidé 3-4 bouteilles ? Rhoooooo et tu m'as même pas attendu ?

Ah mais nan !!! Pas du tout, je n’ai rien bu !!! Ni mangé encore ! M’enfin !!! Je rougis facilement c’est tout ! Je tentais de me rappeler d’où me venait cette réputation de soiffarde, alors que je suis toujours sage !



Et puis la jeune femme fut heureuse d’apprendre que les petits seraient contents de la voir, et que Matthis souhaitait être son ami. A cette idée, une grande bouffée de tendresse la prit en pensant aux deux des plus grands héritiers Cournon.

Et puis les rires avaient fusés, et elles s’étaient approchées doucement, mais surement du buffet ou des merveilles les attendaient. Délice des sens : vue, odorat, goût, Plaisirs gustatifs qui n’allaient pas manqués d’être pleinement satisfaits. Huuum. Le Duc de Billy avait gâté ses convives.
La Gondole et sa suzeraine firent honneur aux boissons en se faisant servir de quelques spécialités que le Duc avait dans sa cave, dont l’inconditionnelle liqueur de châtaigne. Beths ne put que sourire à ce souvenir : combien de caisses Marty avait-il ramené à la prévôté ? Malheureusement il n’en restait plus, peut être pourrait elle lui demander de leur en faire livrer ? De nouveau le rouge qui lui monta jusqu’à la racine des cheveux. Non, non elle n’irait pas déranger Marty pour ces bêtises, et puis, nul besoin de liqueur de châtaigne ! Que lui arrivait-il encore ?
Pour se changer les idées la jeune femme commença à goûter de-ci de-là les mets qui avaient plus excellents les uns que les autres. Bien évidemment elle s’arrêta devant la table réservée au fromage. Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaa elle ne pouvait y résister.

Le temps de faire un petit aller retour à la salle des énigmes et des quizz, à peine le temps de croiser Marty pour le remercier, instant fugace et pourtant déjà largement suffisant pour trop rougir, cafouiller, et passer pour une godiche. Mais pourquoi en sa présence elle se sentait si étrange ? Non, non, elle ne voulait pas savoir, et il n’y avait rien à savoir, il n’y avait rien, c’était l’alcool. La jeune femme revint rapidement auprès de sa suzeraine, auprès du buffet pour qui sait, y chercher quelque réconfort ? Kory était toujours là en train d’agréablement converser avec d’autres convives. S’adressant brusquement à elle


Pfiou fait chaud non ? Enfin elle avait chaud.

Sa suzeraine n’eut pas le temps de répondre que Nalu harangua la foule pour exhiber les résultats. Laquelle d’entre elles avait rapporté le morceau de tissu le plus long ? Le mystère fut rapidement dévoilé et au final, chacune des trois participantes pouvaient repartir avec … deux bouteilles de calva chacune.
Sauf que … Modso avait disparu et la Gondole s’en trouvait vraiment gênée. Comment avait elle pu participer à ce jeu cruel ? Elle ne connaissait Modso que parce qu’il était Sourcier. Oh bien évidemment elle savait qu’il était Vice-Chambellan, mais elle n’avait jamais été diplomate donc … et ils ne se croisaient que rarement. Toutefois elle avait cru percevoir qu’une certaine timidité habitait le Vice-Chambellan. Or, étant timide elle-même, et terriblement mal à l’aise dans beaucoup de situation, pourquoi avait elle agit de la sorte ?
Elle … elle devrait peut être lui écrire pour s’excuser ? Elle se mordit le pouce. Puis regardant Kory



N’a-t-on point été trop cruelles ? Enfin … nous voila avec deux bouteilles chacune … nous allons ainsi pouvoir nous inviter l’une l’autre à déguster un petit verre.

Ebauche d’un sourire. Soudain la Gondole sent une immense fatigue l’habiter. La beuverie de la veille avec Bettym, leur folle chevauchée de la journée, la tension créée par la soudaine colère de son amie, le soulagement de savoir qu’elle ne lui en voulait pas, l’arrachage d’un morceau de pourpoint d’un homme, les énigmes et le quizz proposées par Marty, et … le trouble qu’elle ressentait en sa présence. Tout cela mélangé eut raison de la maréchale, il était temps qu’elle se repose. Elle dormirait donc dans l’une des nombreuses chambres préparées pour les invités, et serait repartie avant l’aurore le lendemain. Elle devait donc prendre congé de son hôte. Dernier regard vers Kory

Bien, je vais aller dans ma chambre prendre du repos. Pourrais-tu dire bonsoir à mon suzerain de ma part s’il te plait ? Je ne le vois plus. Ne te gêne pas pour l’embêter de ma part d’ailleurs.
Je vais prendre congé de quelques autres convives et de … Marty



La jeune femme tacha de ne pas regarder le sourire amusé de Kory, l’embrasse rapidement, et chercha des yeux Bettym et Legowen qu’elle aperçues un peu plus loin


Bettym, Leg, bonne nuit mes amies. Elle s’approcha d’elle pour leur déposer une bise sur chaque joue
Bettym je suis heureuse de t’avoir trainée ici, j’espère que tu ne m’en garderas pas rigueur et … merci … car sans toi, je ne serais pas venue non plus. Or j’ai apprécié les activités proposées par Marty. Elle a un sourire un peu pale la prévost royal, puis regardant Leg
A bientôt Leg, et je suis heureuse que tu sois venue aussi. Et que sois enfin rétablit et que les sœurs t’aient laissées rentrer

Elle chercha alors des yeux le Duc de Billy, il était un peu plus loin … gauchement, elle s’approcha de lui, et accéléra le pas lorsque la Dame qui était avec lui partit. Il était seul, c’était le moment de lui parler, ce qu’elle fit lorsqu’elle arriva à son niveau

Marty ? Euh … Légère appréhension, que lui dire ? Elle se rappela ses missives et le rouge de nouveau commença doucement à lui monter sur le visage

Merci … pour tout. Pour l’invitation, pour avoir organisé cette fête, réussie hein ! Elle se demanda si elle n’avait pas parlé un poil trop vite, évidement que la soirée était une parfaite réussite, mais elle se sentait … comme … oppressée.

Euh, voila, je euh, je vais prendre un peu de repos, profiter de l’un des nombreuses chambres que tu as mis à disposition, et comme je serais partie demain avant que tu ne sois réveillé, je tenais à te saluer
Mouais, elle aurait très bien pu lui laisser un mot en partant, elle n’avait pu résister à aller le voir et lui parler une dernière fois plutôt …
Ces pensées la firent rougir encore davantage, et elle baissa la tête admirant sa magnifique tenue de maréchale et ses superbes chausses.


Voila donc, je prends congé … Il était temps qu’elle s’arrête de parler la Gondole c’était de pire en pire.
Troublée plus que de raison, elle lève finalement les yeux sur le visage de Marty, son trouble grandit devant son regard pénétrant.
Comme une promesse de se revoir plus vite qu’elle ne le pensait ? Comme un espoir fragile qui venait de naître ? Elle baissa la tête de nouveau afin de briser ce lien imperceptible qui lui semblait avoir pourtant ressenti et qui les avait unis une seconde. Le rouge aux joues, elle fit demi-tour et gagna l’étage du château, se faisant aider de quelques serviteurs pour lui indiquer son chemin.

Elle n’était qu’une imbécile, elle n’était qu’une rêveuse, il fallait qu’elle revienne à la raison et vite. Demain … dès demain … se promit la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 30 Oct - 0:33

Arthurdayne a écrit:
Un nouveau mouvement de foule emporta Ninon au loin avant qu'Arthur ait pu lui attraper le bras. Il entendit vaguement parler de calva, et se dit que ce devait être obscurément la cause de ce nouveau chambardement. Pourtant, la pièce semblait bel et bien se vider peu à peu, mais il restait encore une foule suffisante pour lui faire barrage de nouveau. Lorsqu'il retrouva Ninon du regard, il s'aperçut que Krups se dirigeait vers elle. Et un peu plus loin, perdue au milieu de la foule, il distingua une silhouette qu'il aurait reconnue entre mille. Une jolie chevelure fort bien apprêtée, deux émeraudes brillantes en guise de paire d'yeux, un léger chaloupement des hanches qui donnait grâce à ses mouvements.

Un grand sourire illuminant son visage, Arthur fendit la foule pour rejoindre son bel ange. Iliana, qui l'avait repérée elle aussi, babilla joyeusement, toujours juchée sur ses épaules. Ainsi, ils devaient être assez repérables. Pourtant, lorsqu'Arthur prit la main de sa douce, elle n'avait pas encore remarqué leur présence. Elle se tourna, surprise, et Arthur lui dit:


Bonsoir, bel ange. Vous me semblez égarée...
Ninon914 a écrit:
dites moi damoiselle, mes pas de danses se sont bien améliorés au contact d'Anyllae, puis je vous en faire profiter tout en allant la rejoindre?

En reconnaissant la voix de Krups poussa un soupir de soulagement, se retourna toute souriante et posa sa main sur la sienne.

Mais avec le plus grand plaisir mon cher, quelle bonne idée !

Elle se laissa entraîner, appréciant les progrès fait par le chef depuis le début de la soirée et si elle avait eu quelques craintes pour ses jolis pieds si bien chaussés, elle n'en avait plus.
Lorsqu'il la lâcha en arrivant auprès d'Any, elle le gratifia d'un sourire admiratif et félicita son amie pour ses talents de professeur.


Any, j'ai perdu tous mes cavaliers, en fait, certains, je ne les ai même pas aperçus, mais je me suis bien amusée, et vous autre ?

Sans même attendre la réponse tant elle était excitée, elle raconta sa soirée à ses amis et collègues, son débit était trop rapide, elle s'en rendait compte, et elle aurait du les laisser parler, mais c'était plus fort qu'elle, fallait qu'elle parle. Quand, finalement, elle eut fait le récit des ses exploits lamentables au tir à l'arc, elle se tu d'un coup et les regarda.

Et bien, vous ne dites rien ! Rien à raconter ?
Naluria a écrit:
[Attends moi... Excuse moi...]

Naluria chevauchait dans la nuit, toujours vers le monastère de Clermont. Elle était sûre d'y retrouver Modso. Leur premier lieu de réel sentiments entre eux. Ils s'étaient balladé tout deux mains dans la mains, lui lui faisant découvrir une Abbaye style Cluny, elle visitant comme une enfant, émerveillée par le savoir de Modos sur cette architecture.

Comment mieux se retrouver que dans le lieu on l'on s'est acceptés. Naluria avait enfin donné sa confiance, avait été plus docile et était devenue une enfant timide. C'était peut être le goût des lèvres...

Sortant de ses songes, Naluria aperçue la bâtisse, talonna Lys d'Orléans jusqu'à se trouver devant l'huis moniacale. Elle descendit de cheval, prit le heurtoir entre ses doigts et frappa à la porte. La lucarne dur l'huis s'ouvrit, les yeux d'un moine apparurent et une voix se fit entendre.


Bonsoir ma fille, que souhaitez vous du monastère ?

Naluria s'approcha de la lucarne et souffla quelques mots.

La repentence mon père, et le pardon.


Le moine ouvrit lui, détourna le regard lorsque Naluria entra dans le monastère.

Merci mon père, où se trouve la roseraie ?


L'homme religieux montra du doigt l'eglise. Le voeu de silence étant qu'il ne pouvait parler que pour la sécurité du monastère, et donc pour la vérification des entrées et sorties.

Naluria releva ses jupons et courra vers l'édifice religieux, y faisant le tour à la recherche des effluves enivrant des roses. Le parfum apparu et baigna la jeune femme comme Eve se complaisant dans le jardin d'Eden.
Comme à son habitude, Naluria cassa la tige d'une des roses et la prit avec elle, un seul sussure sorti de ses lèvres avec une même répétition douce et ne voulant pas briser le silence de ce hâvre de paix feutré.


Modso, Modso, Modso...
Korydwen a écrit:
Korydwen passait un très bon moment avec sa vassale, à rire, boire et manger. Après tout elles étaient pareilles sur certains points, l'une plus silencieuse que l'autre, mais sinon. Naluria annonça le nom des gagnantes, les trois seules participantes...

Mais pourquoi avait-elle mal au coeur et au ventre... Parce que c'était mal ce qu'elle avait fait, elle s'en voulait terriblement et Modso devait lui en vouloir aussi... Elle soupira et mit sa tête entre ses deux mains alors que Beths lui faisait la même réflexion.


On devrait peut-être lui offrir une bouteille... On a gagné en le ridiculisant...

Elle soupira, puis Beths décida d'aller se coucher, elle devrait peut-être en faire de même.

Bonne nuit Beths ! A la prochaine !

Elle salua à son tour l'assemblé et monta dans une des chambres du château, son époux la rejoindrait certainement plus tard et le lendemain ils rentreraient chez eux...
Wonderanny a écrit:
En duo… en route pour un trio. [très en retard, navrée]

La fête est splendide, sous les lumières multiples, la bas, les couples tourbillonnent, ici, le vin coule à flot.
Lentement les tensions s’évaporent, l’ambiance est des plus agréables.


Fort bonne question ma chère, en plus de faire les bon choix vous posez les bonnes questions. Décidément vous tenez a plaire.

Et bien, levons nos verres a notre bon duché, du fait qu'ils nous ai remercié, du fait qu'il m'ai laissé a nouveau la chance de vous revoir et qu'ils nous donnent le plaisir de passer de bon moment en ses terres. Bien pour cela que nous sommes encore ici.

Levons nos verres a notre bonne santé, afin que j'ai le moins d'intervention a vous et me faire. Pour les autres aussi tant que nous y sommes finit il avec un léger rire.

Et levons nos verres a notre bon Roy, car portez un toast sans remercier notre Roy c'est comme manger une tarte a la framboise sans framboise.


Le toast est proposé, les verres sont levés, tintement des coupes, étincelles dans les prunelles. Etrange sensation tandis qu’il lui sourit.
Trouble rapidement dissipé par une nouvelle annonce d’Auvergne. Encore une seigneurie ? Hooo non, cette fois ci un… jeu !
Rien que pour vos yeux mesdames !
Déjà rayonnent quelques plans dans les yeux de certaines, déjà quelques unes s’empressent. Voilà qui promet d’être amusant mais le Doyen ne lui laissera point le temps.


Ah, je crois apercevoir votre sœur Lady la bas.
Que diriez vous d'allez prendre de ses nouvelles et de la salué.


Le couperet est tombé, le sourire effacé. Regard vers sa sœur, seule, puis regard à nouveau vers le Doyen.
Les lèvres effleurent le verre, elle s’interroge.
Mais que croyait-il ? Qu’elle allait s’empresser de partir à la chasse à l’homme ? Frémissement de sourcils, un frisson de sourire s’esquisse sur les lèvres de la Dame tandis que le regard se tourne dans la direction indiquée. Ce regard triste, la Douce est là, seule. Le visage se crispe avant qu’elle ne se retourne vers le Doyen.


Oui… Venez ! Vous avez l’œil cher ami, je ne l’avais point vu.

Sourire léger, froissement d’étoffes, la Dame est partie rejoindre la Douce.
Lady.blueeyes a écrit:
Elle sirotait son verre de Châtaigne depuis un moment plongée dans ses souvenirs...Quelques rires et mouvement devant elle lui avait fait lever les yeux mais sans vraiment la distraire.

Les couples virevoltaient dans la salle de bal, des femmes courant couteau à la main revenaient avec des lambaux de tissu. Certaines autres personnes se gavaient devant le buffet et d'autres tout simplement sirotaient un verre tout en dévissant.

Restée en position depuis un moment sans bouger, elle tourna la tête à droite et à gauche pour y déloger les petites raideurs qui s'y étaient logées. Un couple s'amenait vers elle...couple façon de parler bien entendu. Une ravissante jeune femme au bras d'un vieux doyen qu"elle aimait bien agacer lorsqu'elle le pouvait se dirigeait vers le fauteuil où elle était assise.

Un léger sourire se dessina sur le visage triste de la Douce. Elle se leva et prit sa soeur dans ses bras lui faisant une énorme bise.


Je suis heureuse de te voir ma Nanny! Tu es resplendissante.

Nouveau sourire et bise sur la joue du doyen.

Bonsoir mon petit Nin! Oups pardon, je devrais plutôt dire baron maintenant. Je suis heureuse pour toi! Ton mérite a été récompensé à sa juste valeur. Et toi ma Nanny! tu le mérites amplement. Tu as beaucoup oeuvré au sein de la COBA et pour le bien du duché. Baronne de Veauce...mes hômmages.

Courte révérence...léger rire. Lady leva son verre à moitié vide.

À vous deux! toutes mes félicitations! Que vos terres soient des plus prospèrent!

Un énorme sourire, verre porté à ses lèvres. Aucuns doutes dans son esprit. Avec une suzeraine comme Nanny, ses gens seraient très bien. Elle est d'une gentilesse extrême mais elle peut être très ferme. Elle est douce, sensible, a un coeur d'or. Elle les protègerait...elle avait confiance en elle.
Modsognir a écrit:
[Je suis là....je t'écoute]

La lettre envoyée, il resta planté là un moment assis sur cette chaise bien dur. Ses coudes sur la table, ses mains tenant sa tête...instant de quiétude, instant de paix, instant de recueil. Le lieu se prêtait si bien à ca. Un lieu dont peu de personnes savaient qu'il s'y rendait souvent. La quiétude du lieu, la vie paisible des moines, la grandeur du lieu, la vie spirituelle....tout ce mélange lui donnait envie de venir dès qu'il le pouvait, surtout en moment de doute.

Il se souvint de cette nuit où il emmena son amie, bien plus qu'une amie, à ce monastère. La visite du scriptorium où il se trouvait, de l'autre coté de l'église, la visite du cloitre, les salles des moines où des rires s'echappèrent de la jeune femme sans doute gênant les moines.....et bien sur en arrière de tout ceci les jardins.

Toutes ces pensées lui remontaient à la mémoire comme un choc. Il aurait aimé être avec elle à cet instant précis, elle qui aimait le taquiner dont il amait tant ca mais aussi elle qui a été un peu loin ce soir. Le regard vers la petite fenêtre espérant.....espérant quoi? Il ne pouvait rien espérer, jamais elle ne viendra ici.

Il sortit du scriptorium et ramena la clé au moine responsable de ces locaux. L'homme vit que son hôte d'un soir était soucieux, du moins triste. Il posa sa main sur l'épaule de Modsognir puis lui sourit. Modsognir savait qu'il ne dirait mot mais ce réconfort, cette chaleur humaine lui fit grand bien. Il marcha un peu dans les couloirs de la vie des moines et se retrouva dans le cloitre. Le cloitre....instant de nostalgie, instant de bonheur. Il leva la tête vers les cieux voulant demander à Aristote conseil. Rien.....rien ne lui arriva. Comme un souvenir, le besoin de retourner à ce moment, il alla vers la rosière. Les roses...fleurs par excellence, fleurs de mille variétés, fleurs de mille beauté. Naluria était sans aucun doute l'une de ses roses....cette senteur qui réveille les sens, ces pétales qui montre sa fragilité, son coeur; ces piquants qui montre son caractère mais ce tout qui montre l'amie qu'elle est comme cette fleur qui est la magnificience des sentiments.

La rosière pointait de son nez, se cachant quelque peu par la pénombre de la nuit. Il huma le gout parfum qui degageait de cet endroit lorsqu'il lui sembla une silhouette au loin se degageant peu à peu par les rayons de la lune. Il se rapprocha un peu plus sans faire de bruit afin de ne pas deranger cette personne...sans doute un moine...mais à cette heure-ci?

La silhouette se faisait de plus en plus distincte, une silhouette de femme, une longue chevelure.....se pouvait-il être elle. Elle semblait mumurer quelque chose mais il en était trop loin. Un léger soupir, un craquement d'une branche qui se trouvait là....la femme savait maintenant qu'il y avait quelqu'un derrière elle. Il espérait qu'elle se retourne et....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Jeu 30 Oct - 0:36

Bettym a écrit:
[Dans la salle de bal]

Proche du buffet, discutant avec son filleul. Enfin... essayant d'avoir la réponse à sa question, Natafaël, telle le gong, sauva Marty de tout explication.

Bonsoir Natafaël, posant une main sur le bras de Marty lorsque la jeune femme s'adressa à lui, je vais vous laisser discuter. Passe une bonne soirée Natafaël et à bientôt.

Un sourire aux lèvres, elle retrouva Leg et prit quelques verres en sa compagnie. Malgré la musique et l'ambiance bon enfant qu'était ce bal, Bettym était quelque peu triste. Une personne lui manquait. Mais pourquoi avait-elle fui ? Comme elle le regrettait en cet instant présent. Mais elle n'eut pas le temps de continuer à se morfondre. Beths était arrivée et...

- Bettym, Leg, bonne nuit mes amies. Beths s’approcha d’elles pour leur déposer une bise sur chaque joue

- Bonne nuit Beths, d'ailleurs, je crois que je vais te suivre. Bise en réponse de ses souhaits et voilà le Prévôt Royal qui recommençait à s'inquiéter...

- Bettym je suis heureuse de t’avoir trainée ici, j’espère que tu ne m’en garderas pas rigueur et … merci … car sans toi, je ne serais pas venue non plus. Or j’ai apprécié les activités proposées par Marty. Elle a un sourire un peu pale la prévost royal

- Je ne t'en veux pas. Ne t'inquiète pas et l'important c'est que tu te sois amusée non ? Elle la regarda d'un air serein et complice. Derniers mots pour Leg quand Beths leur annonça qu'elle allait dire au revoir à Marty. Beths ? Tu lui diras bonne nuit de ma part aussi. Je vais y aller. Petit sourire à l'attention des deux maréchales avant de prendre la direction vers la chambre qu'il lui était préparée.

[Dans la chambre]

Une fois arrivée dans cette pièce froide, elle se demandait bien ce qu'elle faisait ici. Alors que la nuit était bien avancée, elle ota la robe que Marty, à son insu, lui avait prêté, la déposa sur le lit et remit ses braies et chemise.

Elle regarda autour d'elle et vit une table où un nécessaire d'écriture s'y trouvait. Elle prit une chaise et se mit à rédiger une note à son hôte.


Citation :
Mon Filleul Préféré,

Ne m'en veux pas d'être partie comme une voleuse mais je dois réparer ma bêtise d'aujourd'hui. Je t'expliquerai si besoin est quand nous nous reverrons mais il me manque de trop.

Je te remercie de tout coeur pour ton invitation et cette fête qui était merveilleuse. J'espère que nous aurons la chance de nous revoir avant mon départ du duché et si ce n'est le cas, je t'enverrai des nouvelles régulièrement.

Je t'embrasse bien fort et prends bien soin de toi.
Ta marraine.

PS : Félicite Gandrelina pour tout ce qu'elle a fait. Tu as une perle alors garde la précieusement.

Elle laissa le pli bien en vue, posa sa toque sur la tête et sortit en catimini du chateau...

[Dans les écuries]

Elle chercha des yeux le cheval qui l'avait conduit jusqu'ici. Bon nombre se trouvait arnachés et elle n'arrivait pas à savoir qu'elle avait été le sien durant ces heures de promenade. Au bout d'un petit moment, n'en pouvant plus, elle alla réveiller un des serviteurs de Marty qui dormait non loin de là.

On se réveille !.... elle le bouscula un peu... Eh oh ! Vous pouvez me seller mon cheval ? C'est urgent. Je dois partir immédiatement.

L'homme la regarda hagard. Elle imaginait bien ce qu'il pouvait penser et elle sourit à cette idée. Il était vrai qu'elle réagissait telle une noble qui pensait que tout le monde devait être à sa botte. En temps normal, elle aurait eu honte de son attitude mais là... l'affaire était bien trop importante pour qu'elle ne soucie du bien être du petit personnel.

Enfin, le cheval prêt, elle le monta et chercha dans ses poches de la menue monnaie qu'elle lança à l'homme.


Tenez mon brave, c'est pour vous remercier de votre gentillesse et de votre rapidité. Elle lui sourit en le voyant s'incliner plus bas que terre puis talonna les flancs de l'équidé.
Anyllae a écrit:
Anyllae, si elle se sentait maladroite au début, prit rapidement du plaisir à être dans les bras de son parrain, pour apprendre à danser. Ils rigolaient comme des fous. Essoufflés et tout rouge, ils commençaient à prendre le rythme et les pas s'harmonisaient.

Je m'amuse comme une folle et oui, s'est nettement plus drôle que l'infirmerie de la caserne, encore que, quand on voit vos têtes quand vous devez avaler mes tisanes, ça vaut le coup aussi d'être vu.

Anyllae éclata de rire à l'évocation de ce souvenir et lui fit une grimace.

Entre deux danses, krups aperçut Ninon. Il s'excusa auprès de sa cavalière et lui proposa d'aller chercher leur amie et d'essayer de la ramener près d'elle.

Finallement, elle profita de l'absence de son cavalier pour s'approcher du
buffet où leur hôte avait mis à la disposition des invités de délicieux mets et des boissons. Elle se saisit d'un verre remplit d'un liquide de couleur ambré. Elle y porta les lêvres et sourit, une bonne boisson alcoolisée, de l'alcool de châtaigne.

Elle revint à sa place de façon à se que krups et ninon la retrouve dans cette foule.

Quand ils revinrent tout les deux, ninon était toute excitée par cette soirée, elle parlait sans arrêt. Elle leur raconta ses exploits au tir à l'arc.
Anyllae souriait en regardant krups, essayait de parler, mais ninon avait trop de chose à dire, et anyllae refermait la bouche et écoutait.


Quand ninon leur demanda s'ils n'avaient rien à raconter. Anyllae éclata de rire et lui répondit que depuis tout à l'heure, elle essayait de lui raconter aussi sa journée mais peine perdue, devant ce déluge de parole.
Gandrel a écrit:
Le duc ne semblait pas du tout affligé par le départ précipité de son ami. gandrélina était quant à elle partagé, d'un côté elle se trouvait tout à fait indigne de ses fonctions de gouvernante de Billy, d'un autre côté... elle était étonné de l'extrême timidité de Modso, l'ami de son duc. Etre torse nu pour un homme n'atait pas la fin du monde, beaucoup au contraire aimeint à s'exhiber et Modo était plutôt pas mal... Rouge coquelicot. Vite penser à autre chose ...

regard vert d'eau à la ronde
verre sans eau à la main
poulardes grillées qui lui fait de l'oeil
elle ets affamée
d'uen main experte,
elle plante ses dents blanches
dans la chair tendre
et délicate de la viande
façon Berthe ...mmhhh
"cette femmé est'ouna sancta "
Éclipse sur quelques visages
des invités s'envolent vers le nid
d'autres le quittent...

Gandrelina craint soudain
le retour des silences
de ces silences habités,
qui vous font sursauter
au moindre bruit,
des longs couloirs mornes
des jours qui s'étirent sans fin
et sans SMarty ...
sans son sourire
sa bienveillance
veillance ...
elle est la veilleuse
elle veille
mais ne s'éveille
elle cherchera
elle veut vivre
pleinement

Un grand sourire éclaire
son visage blanc
Elle approche des musiciens
Et alors que le bal s'endort
que les gens s'en vont,
elle pose ses doigts longs et fins
sur la harpe en bois clair
ses lèvres dessinent
une mélodie vibrante
chantante comme l'eau
qui coule entre les roches
qui parsèment son cours
la bas dans son pays
qui ressemble un peu
à celui ci
le vent d'Autan en plus
...
le vent oui c'est cela
elle ets le vent
et elle souffle
quelques accords
venus de sa gorge profonde
grave et mélodieuse


Débat de la finèstro
Qué y a u awzérou
Touto la nouéyt que canto
Canto la souo cansou

Sé canti, you qué canti
Canti pas pér you
Canti per ma mïo
Qu’éy tan louégn dé you

Aquéros mou tagnos
Qui tan awtos soun
M’émpéchon dé bédé
Mas amours oun soun

Bacha’pé mountagnos
Planos, hawça’pé
Ta qui pousqui las bédé
Mas amour z’ oun soun

Aquéros mountagnos
Qué s’abachéran
E mas amourétos
Qué paréchéran

Aquéros mountagnos
Qui tan awtos soun
M’émpéchon dé bédé
Mas amours oun soun

Si sabi las bédé
Ou las réncountra
passéri l’aïguetto
Chéns pow dé’m néga

Aquéras mountanhas
Qué s’abaisharàn
E mas amoretas
Que pareishéran




Dessous ma fenêtre
Il y a un oiselet
Toute la nuit il chante
Il chante sa chanson

S’il chante, qu’il chante
Il ne chante pas pour moi
Il chante pour ma mie
Qui est si loin de moi

Ces montagnes
Qui sont si hautes
Elles m’empêchent de voir
Où sont mes amours

Baissez-vous montagnes
Plaines haussez-vous
Pour que je puisse voir
Où sont mes amours

Ces montagnes
Tant s’abaisseront
Que mes amours
apparaîtront

Ces montagnes
Qui sont si hautes
Elles m’empêchent de voir
Où sont mes amours

Si je sais les voir
Ou les rencontrer
Je traverserai le ruisseau
Sans peur de me noyer

Ces montagnes
S’abaisseront
Et mes amours
Apparaîtront

Les pommes sont mûres
Il faut les ramasser
Et les jeunes filles
Il faut les marier...
Legowen a écrit:
[ Salle de Bal]

La soirée s’achevait , certains convives déjà regagnaient la chambre mise à leur disposition au château, ou prenaient congé
Bettym l’avait rejointe au buffet , ce buffet où elle était allée enfin se restaurer après les résultats du quizz , Les deux jeunes femmes avaient papoté tout en
dégustant les mets délicieux offerts à leur gourmandise
Leg avait beaucoup à rattraper en matière de nouvelles, elle écoutait Bettym lui décrire les dernières bêtises de ses enfants en riant de bon cœur .Cela lui faisait du bien
dissipant ses pensées un peu moroses ; Le bal était réussi, elle avait retrouvée ses amies , mais ……ne dit-on pas « un seul être vous manque ?......et Il lui manquait .

Elle devait bien s’avouer qu’elle n’avait pas imaginé son retour sans lui et son absence lui pesait . Voyant Beths s’avancer vers elles, elle sourit, elle rayonnait et
elle était ravie qu’elle ait profité des animations proposées



Bettym, Leg, bonne nuit mes amies

A bientôt Leg, et je suis heureuse que tu sois venue aussi. Et que sois enfin rétablit et que les sœurs t’aient laissées rentrer


Leg pouffa

oh je crois bien qu’elles ont été ravies de se débarrasser de moi, à bientôt Beths , attends moi pour ton retour sur Thiers



Leg embrassa son amie , lui chuchota si tu vois Marty, ce que je ne doute pas , regarde Beths , amusée et taquine pourras tu lui transmettre
tous mes remerciements pour cette belle soirée et mon regret de n’avoir pu le remercier de vive voix ?


les trois femmes se séparèrent , bises, derniers mots , oui à bientôt

[ dehors ]

Leg se dirigea vers les écuries , une activité fébrile régnait , les palefreniers s’occupant d’harnacher nombres de chevaux , de guider ceux attelés aux carrosses . Elle fit signe au petit valet qui l’avait accueilli et auquel elle avait confié Illuin

Le gamin comprit , s’engouffra dans l’écurie pour ressortir avec le grand étalon tenu par la bride . Le cheval secouait sa crinière , frappant du sabot , relevant la tête , faut dire que quelques juments attendaient bien sagement
Leg rit


Quand tu auras fini de faire ton cabotin, on pourra peut-être partir

Elle donna un écus au jeune valet , qui derechef lui fit un énorme sourire

merci, Gente Dame

Puis enfourchant Illuin,elle le guida sur le chemin, elle releva la tête , laissant errer son regard sur le ciel étoilé, la nuit promettait d’être belle
Ce serait un plaisir de galoper ainsi et elle en éprouvait le besoin
Bientôt elle sentit le vent de la course sur son visage , le vent s’insinuer dans ses chevaux qu’elle avait défait , le vent chasser les pensées
qui s’entrechoquaient en elle. Amertume, espoir, doute, attente, un tournant dans sa vie ? peut-être……. ne savait pas , ne savait plus

Demain, elle verrait , demain ……….
Naluria a écrit:
[Regarde moi... Approche toi]

Le prénom de Modso résonnait à faible ton dans la nuit. Naluria avancait progressivement en faisant attention où elle marchait afin de ne point abîmer les délicates fleurs d'amour dont les pétales douces comme la chair cachait des épines pointu comme la haine. La lueur de la lune ne permettait pas d'avoir une vision exacte de se qui l'entourait. Une bise soufflant entre les arcades du cloître donnait l'impression d'accompagner le chant lyrique des prières du monastère qu'entonnaient les moines pour le salut de leurs âmes. De même, le bruissement des feuilles des arbres voisins laissait supposer un vent plus fort que la jeune femme ne pouvait sentir, protégée par le bâtiment ecclésiastique.

Elle ondulait toujours dans la roseraie lorsqu'un craquement de branche se fit entendre. Elle s'arrêta et se retourna lentement en direction du bruit organique, abaissant ses yeux vers le sol espérant voir un chat errant, seul animal récupéré par les ascètes pour son autonomie, la protection des vivres en chassant les sourit, et les flatteries quémendées à ces cloîtriers. Son regard butta non pas sur un félin, mais sur des chausses. Elle leva son regard, s'appercevant que nul bure se trouvait face à elle. Elle continua son ascension visuelle puis observa que Modso était là, la regardant. Naluria souria avec bienveillance puis le voyant se tenir les bras, signe qu'il avait froid, elle détacha sa fibule, prit sa cape entre ses mains puis la tendit à Modsognir sans un bruit, sans un mot, comme si la religiosité du lieu leurs interdisait de s'exprimer autrement qu'en acte.

Elle se rapprocha, tendant toujours la cape à bout de bras. Plus elle s'approchait plus ses bras se rapprochait d'elle-même comme voulant retrouver la chaleur qui les animes.

Arrivée à la hauteur de Modso, Naluria lui prit la main et lui déposa la cape dans le creu de celle-ci tout en le regardant droit dans les yeux et lui chuchotant un pardon effarouché.
Ninon914 a écrit:
Elle était fatiguée, peu à peu les invités s'en allaient et elle avait envie de rentrer elle aussi. Il y avait tant de gens qu'elle aurait voulu saluer et qu'elle n'avait vu que de loin, mais elle aurait d'autre occasions, elle le savait.

Elle était ravie de sa soirée et d'après ce que son amie lui avait raconté, elle et Krups l'étaient aussi. Elle leur proposa de rentrer tous les trois ensemble, le jour commençait à pointer le bout de son nez, heure qu'elle aimait tout particulièrement, "entre chien et loup", disait la rumeur.

Elle se dirigea vers la sortie, raflant au passage une brioche de pain encore croustillante, malgré l'heure tardive.
Krups a écrit:
Krups écoutait ses deux cavalières qui n'en finissaient pas de décrire leurs dernières aventures .

Tout ce bruit, et toute cette foule, il se sentait mal à l'aise. Il aurai voulu se retrouver dans sa chaumière, seul, au calme.

Mais son devoir de cavalier servant faisait qu'il se devait de rester auprès de Ninon et Anyllae.

Il leur sourit pour dissimuler son mal être, en espérant qu'aucune des deux ne le verrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Sam 1 Nov - 22:50

Wonderanny a écrit:
Fendre lentement la foule au bras du Doyen pour rejoindre la triste Douce. Dans cette allégresse perce ce regard, cette marque, ce cœur encore meurtri… ce chagrin encore bien visible qui vous transperce jusqu’à l’âme. Les apercevant, Lady sourit légèrement en les regardant s'approcher.

Je suis heureuse de te voir ma Nanny! Tu es resplendissante.

Echanges affectueux entre sœurs Azayes. Courageuse Lady.

Lady !

Juste un souffle s’échappe des lèvres de la Dame, elle l’embrasse à son tour avant que Lady ne salut le Doyen en le taquinant.

Bonsoir mon petit Nin! Oups pardon, je devrais plutôt dire baron maintenant. Je suis heureuse pour toi! Ton mérite a été récompensé à sa juste valeur. Et toi ma Nanny! tu le mérites amplement. Tu as beaucoup oeuvré au sein de la COBA et pour le bien du duché. Baronne de Veauce...mes hômmages.

Esquisse de révérence suivi de rires, suivi d'une levée de verres.

À vous deux! toutes mes félicitations! Que vos terres soient des plus prospèrent!

Les verres s’entrechoquent doucement. Les sourires sont revenus, radieux, complices.

Merci Lady ! Je suis ravie que tu sois venue. Mais que faisait tu toute seule ainsi ? Tu sais que sans l’œil perçant de notre ami, je ne t’aurai pas vu ! Il y a tant de monde en cette merveilleuse fête. Tu te cachais de moi ?

Elle sourit avant de poursuivre, taquine.

Il est déjà tard, je ne vais pas tarder. Demain nous avons une longue route à parcourir… On se la joue Cendrillon ma sœur ?!
Modsognir a écrit:
[Un son...un bruit...quelque chose]

La nuit semblait s'éclaircir d'un seul coup comme si les nuages se dissipaient pour laisser passer une lueur d'espoir, cette lueur qui illumine son visage d'un sourire caché. On ne voit que celui qui veut voir, et là il voulait voir et regarda lentement ce corps de femme, ces dos si joliment dessiné puis cette chevelure qui se balancait suivant son rythme deretournement et ces bras élancés fins si féminin. Elle se retourne peu à peu. Le temps semblait s'être arrêté.....elle ou pas elle. Mille idées lui vint à l'esprit, mille espoirs aussi. Son visage s'offrit à lui, ces yeux légèrement cachés par l'obscurité de la nuit, ce nez si charmant et le contour de ses lèvres qui était tellement suave. Il ne savait pas vraiment si c'était ce qu'il voyait réellement ou bien ce qu'il pensait mais c'était bien elle, bien Naluria....il la voyait. Ne voit que celui qui veut voir....humm oui il voyait à cet instant.

Un léger frisson parcouru le corps de Modsognir. Un frisson de la voir, de savoir qu'elle a parcouru tout ce chemin pour lui. Il la regarda dans les yeux, esquissant un sourire, croisant ses bras voulant calmer le frisson qui lui parvenait. Elle lui tendit sa cape, qu'elle déposa au creux de sa main. Il baissa son regard vers cette douce main. Il entendit un léger mumure de sa part mais ne comprenant pas ce qu'elle disait. Ce voyage de nuit, sa venue jusqu'ici sachant qu'il se trouvait ici valait pour lui tous les pardons. Elle le connaissait bien......comme une amie très proche ou plus.

Il posa sa main sur la sienne levant son regard vers elle. Sa main était chaude et douce à la fois. Un sourire plus large se dessina sur son visage et lui murmura d'une voix douce


Merci

Il voulait rester comme ca encore longtemps, là.....dans la roseraie, sa main sur elle, à la regarder. Elle qui a parcouru tout ce chemin pour lui.

Sa présence, ce regard lui suffisait. Il vit la rose qu'elle portait ce qui lui fit sourire en coin se rappelant qu'elle lui avait appris qu'elle était symbole de l'amour...
Lady.blueeyes a écrit:
Sourires affectueux et complices doucement échangés. Nul besoin de mots entre les deux Azayes, un regard leur suffissait...

Merci Lady ! Je suis ravie que tu sois venue. Mais que faisait tu toute seule ainsi ? Tu sais que sans l’œil perçant de notre ami, je ne t’aurai pas vu ! Il y a tant de monde en cette merveilleuse fête. Tu te cachais de moi ?

Léger rire...

Je ne savais pas que tu serais ici, j'en suis heureuse. Donc non je ne me cachais pas de toi et de toute manière tu aurais finis par me trouver.

Nouveau rire, brève étincelle dans ses yeux tristes.

J'avais complètement oublié l'invitation de Marty lorsque je suis tombée dessus. Margueryte m'a un peu forcé la main je dois dire. Disons que le coeur n'est pas trop à la fête...

Il aurait dû être ici avec moi...nous danserions enlacés sur la piste de bal. Le tout puissant en a voulu autrement. Je n'ai guère le choix que de l'accepter et aller de l'avant. Connor ne voudrait pas que je me referme à nouveau comme une coquille. Il dirait que les perles se doivent d'être montrées et cajôlées pour qu'elle garde leur doux éclat naturel.


Sourit et caresse la joue de sa soeur, lui dit dans le creu de l'oreille pour que personne n'entende.

Ne fais surtout pas comme moi...profite de la vie et amuse-toi sans évident dépasser les limites de la convenance.

Dépose à nouveau une bise sur sa joue avant de se remettre droite.

Je ne vais pas tarder non plus, j'ai pris une décision ma Nanny...que dirais-tu si je te rejoignais pour escorter le Roy dans son périple auvergnat? Changer de paysage me ferait le plus grand bien.

Yeux moqueurs...air des plus espiègle envers sa frangine. Lève un doigt vers elle...

T'es mieux de dire oui!!!! même si tu refuses...j'irai pareil.

Pouffe de rire...un nouveau tournant devait être entrepris et il se ferait avec ce voyage...
Anyllae a écrit:
Anyllae étouffa un baillement derrière sa main.

Je suis désolée mais je commence à fatiguer, est ce que vous seriez d'accord pour rentrer à moulins ?

Elle regarda Ninon et Krups, en espérant que leur réponse serait positive.

Les invités commençaient à partir et elle avait fait le plein d'émotions et de souvenirs. Elle serait ravie de faire le voyage de retour en compagnie de ses amis.
Ninjaturtel a écrit:
Si je me souviens bien c'était dans une salle de bal, plus précisément entre Ninja et Wondy, une histoire de verre ou quelque chose comme ça

Les verres sont levés, la santé est demandé.
Ninja dévia la conversation ou plutôt l'attention vers Lady qu'il venait d'apercevoir.

Peut être aurait il mieux fallu se taire, la dame semble avoir perdu de son sourire. Elle regarde sa sœur, puis Ninja. Le fait un peu patienté, ce qui déclenche chez Ninja quelque interrogation.

Était ce la vue de sa sœur et des derniers événement qui lui a enlevé son sourire, ou bien alors le fait d'être a moitié contraint de se voir refuser le jeu de la chasse a l'homme.
Pourquoi se met il a y réfléchir soudainement, la baronne est du genre un peu discrète et il est vrai qu'il ne l'a voit pas partir d'un coup dehors... En fait en y repensant mieux il ne l'a connait pas vraiment pour savoir ce qu'elle aurai fait.

Réflexion continue, la dame des dames elle se tourne vers Ninja.
Ah, il semblerait que Ninja ne soit pas aussi vieux que ça. Mis a part le fait de savoir contempler les charmantes dames, ses yeux servaient aussi a regarder aux alentours, il gagnait des points ricanait il intérieurement.
Pas le temps de répondre que la dame part rejoindre Lady, Ninja fera signe de la tête pour la suivre a son tour et se dépêcher de la rattraper.
Il lui propose son bras, elle le prend et c'est ainsi que tout deux ils se dirigèrent vers Lady.

Ils arrivèrent vers Lady, elle salua Wondy puis Ninja, alliant grâce, gentillesse et taquinerie. Il lui sourit, laissant de côté la tristesse et essayant de lui faire changer ses idées.
Elle les félicite, fait une révérence, Ninja sourit amuser.

Il répond a la bise, puis fait alors a son tour une gracieuse révérence a Lady.


Bonsoir Lady.

Je te remercie Lady pour ces mots.
Au début tu peux m'appeler Baron pour que je l'entends un peu, j'aime bien la consonance que cela fait dit il dans un petit rire.
Mais bon, ton petit Nin restera petit nin n'est ce pas.

Il lève son verre lorsque tout le monde le lève, boit une petit gorgée afin de se désaltéré, les paroles de Lady était dans la continuation de la fête, il le fallait bien.

De plus, Wondy fait éloge du regard perçant de Ninja qui a aperçu Lady.
Seulement, la discutions vire assez rapidement sur la soirée et les jours qui vont se suivre. Ninja qui est présent, écoute d'un air de moins en moins enthousiaste. En effet il semblerait que les dames ici présente, et plus particulièrement sa cavalière, veulent s'éclipser assez tôt dans la soirée...
Les laissant discuter, ne pouvant caché une petite once de tristesse qui s'affiche sur son visage, il réfléchissait a ce qu'il pourrait bien faire par la suite... Ajournée la soirée serait surement la meilleur chose a faire, il n'aurai pas l'envie de rester ici seul.

Qu'allait il faire, ou dire maintenant.
Elle allait partir, quand il ne sait pas exactement et il fallait bien profiter un peu de la soirée tout de même. Un peu embêté, tristounet aussi, il attendit le bon moment durant la discution des deux jeunes dames pour alors se glisser dans la conversation.


Il semblerait mesdames et surtout madame dit il en portant son regard sur Wonderanny, que je n'aurai pas la chance de vous avoir comme compagnie encore longtemps.

C'est pourquoi Lady je m'excuse déjà de devoir faire ceci.

Il se tourne alors entièrement vers Wonderanny, s'il elle devait partir alors au moins qu'elle ou plutôt ils, devaient au moins profiter un peu.
Il dépose une main derrière son dos, l'autre tendu vers elle.
On entend derrière la musique qui est joué encore et encore, des rythmes qui font bouger le corps.
Des bruits de pas et de danse surtout se font ressentir, ils sont présent cette soirée pour prendre du plaisir.
Il affiche alors un sourire puis d'une voix douce et posée, il prononce ces quelques mots :


Baronne, auriez vous le plaisir de m'accorder cette danse je vous prie.
Wonderanny a écrit:
Rires, étincelles des lueurs, douceur d’un moment partagé. Etrange trio. Une phrase, une interrogation.

Ne fais surtout pas comme moi...profite de la vie et amuse-toi sans évident dépasser les limites de la convenance.

Juste un moment de réflexion. Pourquoi pas ?! Clin d’œil amusé. Sur que ça elle sait ! Une luciole a Vendôme s'en souvient, cela est sur...

Je ne vais pas tarder non plus, j'ai pris une décision ma Nanny...que dirais-tu si je te rejoignais pour escorter le Roy dans son périple auvergnat? Changer de paysage me ferait le plus grand bien.

Froncements de sourcils. Le choix est vite vu. Il est temps d'avouer son aval non ?

Je crois, Lady qu’il est temps d’y aller. Enfin… histoire d’être en forme car bien évidement je ne peux refuser. On ramène le Doyen ?

Bras dessus, bras dessous ? ! Une Azayes à droite, une Azayes à gauche, s’il se plaint d’être si bien entouré, faudra…

Sourires.

Qu’en penses tu Lady ? Tu prends le bras droit… je prends le gauche !

Œillade vers le Doyen…

Vous savez, cher ami qu’il est largement l’heure. Juste repos devons nous assurer !

Sauf que le Doyen ne s’en laisse point compter

Baronne, auriez vous le plaisir de m'accorder cette danse je vous prie.

Un regard vers Lady, un autre vers l’homme et la main oublie la raison et se glisse, souriante, sur le bras du Doyen. C’est qu’elles étaient proches de le kidnapper pour le coup ! Il a échappé aux...

Une danse… Une seule …
Une… se laisser bercer,
Une … se laisser entrainer,
Deux… abandonner les festivités,
Deux… pour tournailler,
Trois… pour aimer !

Une danse… Une seule
et … s’éclipser …
Ninjaturtel a écrit:
Les dames ont vraiment envie d'y allez... Et c'est dans une dernière tentative que se lance le Doyen...
Enfin... Il ne savait plus vraiment a vrai dire... Les dames avaient plus qu'envie de partir et cela lui avait échappé subitement, comme s'il ne voulait pas rater quelque chose ou que c'était une nécessité...

Malgré leur envie, la baronne semble accepté sa dernière requête mais... Il avait une impression d'avoir forcé, que cela n'était pas vraiment approuvé ou pas dans les papiers de la dame...

Que faire... que dire... forcez une dame était bien la dernière chose qu'il souhaitait, et par ses dernières paroles il avait totalement compris ce qu'elle voulait dire... Bien qu'elle voulait surement lui faire plaisir en le raccompagnant elle et Lady...
Choix délicat, que devait il faire... Une seconde de réflexion et il n'y avait pas de doute a y avoir.

Toujours tourné vers sa cavalière, il respire un bon coup puis répond alors.


Tout compte fait, qui a dit qu'un bal devait forcement s'accompagner d'une danse disait il en pensant le contraire, mais en affichant un sourire qui cachait sa tristesse.

Après réflexion, il est vrai que je ne suis pas vraiment d'aplomb pour rejoindre la piste, et que du repos après ces derniers événement me ferait du grand bien.

Et voila, il avait tout dit.
Affichant un radieux sourire, cachant un radieux pincement au cœur, il était prêt a contre cœur de rejoindre ses appartements. Et c'est ainsi, qu'avec un charmant sourire dans un petit rire qu'il dit.


Sur ce, je vais faire appeler alors mon carrosse en leur avertissant que je repars avec deux charmantes dames.
Je ne pense pas que je m'en plaindrai, mais j'attiserai surement jalousie a la place. Comme quoi ces terres nouvellement acquis sont très bénéfique on dirait finit il en riant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Sam 1 Nov - 22:51

Lady.blueeyes a écrit:
Les regarde tous les deux souriante...déception dans les yeux du doyen. Nanny qui finalement accepte la danse de celui-ci, main sur son avant-bras, elle attend qu'il la mène et la fasse tournoyer au milieu des autres convives.

Hochement de tête négatif de l'ainée...


Merci! mais je ne vais pas rentrer avec vous, Nahara m'attend bien au chaud aux écuries. Profitez des minestrels, Marty serait déçu que vous n'honoriez pas leur talent.

D'ailleurs je vais aller prendre congé de notre hôte.


Une bise sur la joue de sa soeur et du baron...quelques mots glissés à son oreille.

Ne change pas d'idée maintenant qu'elle a dit oui. Je me sauve et on se revoit une autre fois.

Nouveau sourire...clin d'oeil discret. La doctoresse partie à la recherche du duc. Elle se mit à scuter la salle de bal...aucune trace de celui-ci dans les bras d'une dame. Surprenant de sa part de dit-elle. Elle continua donc ses recherches, un oeil sur le balcon de la terrasse...rien. Dans les jardins? elle n'avait pas envie de s'y aventurer, la nuit tombait.

Elle continua donc en observant les couples qui dansaient et finit par voir celui-ci près de la table du buffet à s'empiffrer de tarte. Elle s'approcha de lui tout sourire.


Faute d'avoir une jolie dame dans les bras pour danser on se rabat sur une délicieuse tarte?

Léger rire...

L'heure avance à grand pas...il est temps pour moi de regagner la Douce. Merci pour cette charmante invitation Marty. Tu nous avais promis pleins de surprises. Tu as tenu parole. Je te laisse à tes invités...sur la table basse de la chambre qui m'a été gentiment assignée, un cadeau pour toi. J'espère qu'il te plaira.

Elle savait qu'il apprécierait...son cognac cuvée spéciale de la Douce...sourire. Regard vers la salle de bal.

Journée et soirée très réussie! Merci encore!
Arthurdayne a écrit:
Après avoir enfin pu danser avec sa douce, Iliana toujours perchée sur ses épaules, Arthur repassa au buffet. Orckis était partie, et il n'allait plus tarder à la rejoindre, mais avant ça, il voulait trouver Marty pour le remercier de son invitation. Avec toute cette foule et les occupations bien compréhensibles du Duc, il n'avait pas eu le temps de le saluer.

La salle était désormais beaucoup moins animée, même s'il restait des groupes de danseurs ça et là. Ninon, Anyllae et Krups étaient partis, semblait-il. Il avait vaguement aperçu Bettym quitter la salle également. Il ne restait plus là que des têtes inconnues de lui, et il s'en sentit d'autant plus mal à l'aise. Iliana, elle, loin d'être fatiguée comme il l'aurait cru, continuait de tout regarder avec émerveillement, des lustres au buffet, des splendides robes de la noblesse aux décorations de la salle.

Mais pas de trace de Marty. La salle restait immense, et il pouvait très bien se trouver à discuter dans un des coins de la pièce, invisible aux yeux d'Arthur. Ou bien occupé ailleurs dans le château. Bah, il restait encore quelques minutes, au cas où le maître des lieux se trouverait disponible à un moment, puis il filerait rejoindre sa chaumière.
Naluria a écrit:
[Le silence, un sourire, un baiser]

Lorsque leur mains se rejoingnèrent, Naluria sourit, attendrit. Elle continua de regarder Modso dans les yeux, leurs quinquets luisants à la lueur de la lune, leur souffle se croisants et s'entrelaçant dans une chaleur brumeuse avec la froideur de la nuit. Elle prit la cape et la posa sur eux deux, l'un contre l'autre, serrés bien que frisonnant, marchant l'un près de l'autre.

Modso, rentrons à la fête, tu n'as pas tenu tes promesse de danse.


Elle lui prit la main pour l'entrainer plus en avant vers l'église, la contournant comme deux oiseaux de nuit volant autour du clocher.

Traversant les arbustes d'amour, Naluria devient nostalgique et pense à Lui, elle serre un peu plus la main de Modsognir comme pour y trouver cette chaleur corporelle qu'elle aime tant.

Ils passèrent sous l'une des arcades du cloître tel un demi-lac d'amour, demi-commencement d'une infinité qui débute seulement et qui a pour vocation de durer. Le couloir, cet avancement, puis la porte du monastère ouvert par le trappiste les saluant d'un signe de tête, se taisant à jamais de cette réunion entre cet homme et cette femme.

Il quittèrent les terres du monastère sur Lys d'Orléans, la jouteuse et l'écuyer étaient de nouveau réunis, pour l'ultime étape, le château de Billy, où promesse devait réellement faite et réellement révélée...
Gandrel a écrit:
HRP si vous voulez poster un "avant la fin du bal" faite ! je ne voudrais pas vous couper la chique^^ ce sera des allers-retours dans le temps :-) façon flash back dans les films^^ mais attention marty finit dans son lit et Gandrelina dans les bois comme à son habitude !!!
-------------------------------------------------------------------------------------------------

Sous les étoiles, nuit du bal, quand tous les invités sont partis


La silhouette noire du cavalier sur sa monture avalait les kilomètres de plaines à l’herbe rase en cette nuit de pleine lune. Son cœur battait la chamade de ce galop enfin libre. Sa monture bondit soudain pour enjamber un tronc d’arbre aux abords d’un rigaillou. Cette sensation, le cavalier l’adorait. La chasse, sa chasse, était l’un des rares moments ou les autres membres de la domesticité se préoccupaient suffisamment peu de sa personne pour qu’il puisse jouir enfin d’un moment de liberté. Ces derniers temps, le gibier ce n’était plus lui même et la peur qui avait dévoré les pans de sa vie comme la gangrène ronge une jambe s’estompait peu à peu. Que lui reste-t-il à la fin de cette folle cavale ? S ’agissait il d’un simple instant de répit ou avait il trouver enfin un chez lui ? Les hauts troncs les entouraient maintenant, l’allure se fit plus modérée.

Au moment même où, sous le capuchon, son humeur dérivait vers cette envie de rocher auquel s’accrocher, de vieilles pierres encore chaudes de leur journée sous le soleil du midi, la bâtisse de belle facture, même usée part le temps, perça à travers les frondaisons. Ce pavillon de chasse qui dormait entre les branches des chênes centenaires et des vieux sapins dans les bois de Billy, loin des souvenirs du duc Marty qui n‘avait jamais pris le temps de visiter son domaine.

Le cavalier, menu et souple, glissa sans bruit le long des flancs de sa monture d’ébène et noua les rennes du magnifique cheval noir, à la carrure robuste. Il s’avança vers la porte en bois massif attiré comme les abeilles vers le miel. On sentait que sa vie l’attendait là à l’intérieur. Un besoin irrépressible. Sa vie eut pu en dépendre, il serait venu ici et aurait accompli ce même rituel maint fois accompli à l’heure où le monde dort.

Après quelques instants, une torche éclaira l’intérieur d’un halo vif qui laissait la pièce dans l’obscurité mais lui permis de se mouvoir avec aisance vers une autre porte… Sous la douce lueur de la torche, les mèches blondes s’échappaient du capuchon rebelles. Gandrelina souffla sur son front pour faire fuir quelques « gênantes » puis, accrocha la torche à un reposoir de métal inséré dans le mur de pierre. Elle poussa la petite porte et disparut dans la pièce suivante, un sourire sur ses lèvres vermeilles.


Son cœur se gonfle.
Là se tiennent ses ailes
Deux rêves emplumés
De fort jolie manière
Un couple de ciel
Au regard perçant
La nuit
Deux soleil qui dorment
Dans ces orbites
Luisant d’intelligence
Elle tend la main
Caresse peau contre plumes


Bounsé Pimparéla y Galactée, l’heur’ est vénoue, pardounnez j’avais beaucoup à faire y j’ai tarrdé …

Entre deux mamelons mauve en cette aube pâle, deux ombres planes sous les nuages gris. La lumière envahit la Terre et lève peu à peu le voile étoilée pour laisser place à une toile bleutée. Au sol, le cavalier et son frison s’élance à l’assaut d’une colline. Puis, Gandrelina se perche en haut, sur un aplat et tend son bras, ses yeux couleurs de lac de montagne tournées vers le ciel, la bouche arrondie sur un O silencieux.

Plongée fantastique
Piqué puis courbe rapide
Deux pattes se plantent sur le gant
Pression forte sur son bras
Grand sourire qui l’éclaire
Caresse sur la tête du faucon
Tous deux sont prêts.
Plus question d’attendre
Sinon , ils seront à elle
Or l’un deux est un cadeau
Promis intérieurement
il y a longtemps déjà


Lé douc est là et il va répartir sous peu, c’est mainténant ou jamais… Galactée, Pimparéla ... jé vais vos présentar SMarty, lé douc insaisisable *rire en grelots* mäa vos est plous rapidé qué moi, votré œil ....plous perçant.... ptêt mesdemoiselles qué vous saurez y faire …


Gandrelina rit doucement puis, pose le rapace à côté de sa compagne sur un pommeau de selle spécialement crée pour accueillir ces deux hôtes. Des mois qu'elle y travaille à ce dressage. La perte de son propre faucon l'avait beaucoup émue lors de son long voyage pour vebnir à Billy du Béarn. Elle dépose avec fierté un capuchon sur le yeux de Pimparéla et sourit béatement au premier rayon du soleil qui perce la voûte en montrant du doigt une flaque d’eau lointaine… les bras attendris du lac qui entoure Billy et le protège.

Gandrélina talonne son frison bien décidé à cueillir le duc au sortir du lit.


Dans la chambre du duc Marty, château de Billy, au petit matin lendemain du bal


Les appartements du duc raisonnent de ses ronflements -et oui même les ducs ronflent surtout quand ils ont abusé des bons mets et alcools locaux lors d'une grande fête - même qu'il cause ans son sommeil, un peu, il rêve sans doute ... Bon je vous raconte pas tout ce qu'il raconte y'a des oreilles innocentes et la bouche du duc ne l'est pas elle^^ surtout après cette soirée en charmante compagnie ...

Froissement de tissus
Gandrelina se glisse
à pas de louve
tout près du lit à baldaquin
Son regard se pose sur lui
son visage paisible
elle se perd au grès d'un cil
écoute sa respiration
se rend à l'évidence
elle tremble d'excitation
il dort ...
*rire intérieur*
sourire ému devant cet umbre
ses courbes sou l'édredon
Gandrelina reste ainsi un long moment
Soupire
Il dort bien lé bougré...
regard jeté sur le fauteuil
ses bras de velours ...
elle s'y enfonce mentalement
dans ses replis ouaté
avant de sombrer pour de bon
la jeune femme s'assied
replie ses genoux sous son menton,
tête blonde penchée sur le doux tissus
le sommeil s'empare de ses yeux clairs
ses paupières papillonnent
son cœur s'évade
elle attend son réveil
Elle veille ...
Modsognir a écrit:
[Maitre silence, reine désir, roi éphémère]

Un sourire dans la lueur de la nuit, une main sur la sienne, un regard qui se perd en elle......l'alchimie qui transforme le plomb en or se faisait. L'espace se resserait les collant l'un à l'autre. DOuce sensation du froid accompagné de cette timide chaleur de sa peau douce qui réchauffait tout son être. Elle était devenu en un instant le soleil de sa nuit. Le soleil qui réchauffe son coeur, le soleil qui lui offrait la vue et l'envie de toujours la regarder mais dont on n'ose pas.

Modso, rentrons à la fête, tu n'as pas tenu tes promesse de danse.

Un sourire franc et sincère se dessina sur son visage. Il en avait envie maintenant. S'excuser auprès de dame Gandrelina, voir sa filleule et Marty. Il lui serra plus la main

Oui allons-y. Je devrais peut etre passer à une des chambres de Marty prendre de nouveaux vêtements.

Il se laissa emmener par la belle femme à travers le monastère. Cet endroit était devenu un peu leur endroit à eux. La traversée fut des plus long et court à la fois. Melange de désir, de sentiments et de chaleur humaine. Le cloitre, le jardin, les galeries, les murs avaient repris une autre texture, texture de la joie, du paradis...une terre d'asile des pensées. Ils arrivèrent devant la porte de sortie voyant de nouveau le moine. Un échange de sourire entre les deux hommes, le moine comprit que cette femme était la personne que Modsognir voulait voir. Ils sortèrent puis montèrent sur Lys d'Orléans qu'il connaissait bien maintenant. Drôle de sensation de se retrouver comme ca. Bon retour en arrière, elle jouteuse, lui escuyer....espoir d'une autre joute.

Le trajet du retour se fit plus rapide. Lys d'Orléans semblait vouloir rejoindre au plus vite l'avoine du duc de Billy. Le chateau se dessina rapidement au fond, ombre imposante...c'etait bien ca. Ils posèrent le pied à terre. Il descendit le premier puis tendit sa main à Naluria. Il l'aida à descendre puis rejoignerent l'entrée de la demeure


Tu sais où je peux trouver des vêtements? Je ne peux entrer comme cela.

Une envie folle de vouloir déposer sa main sur sa joue le fit rougir. Il espéra qu'elle croira que cela est dû à sa question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Mer 5 Nov - 22:56

Martymcfly a écrit:
La fête battait son plein, et touchait à sa fin à présent. Bon nombre d’invités avaient pris la poudre d’escampette, d’autres avaient souhaité profiter des chambres mises à disposition du Duc. Maintenant tout allait redevenir calme, tranquille… Les longs corridors du château allaient reprendre leur morne vie, poussiéreuse. Et Marty allait se retrouver seul. Cette fois-ci le deuil était terminé. Une nouvelle vie allait pouvoir débuter.

Et peut-être pas. Il savait que la Dame de Gondole viendrait passer quelques jours à Moulins, non loin de Billy. Beths s’était rendue dans sa chambre pour la nuit, après avoir remercié l’hôte des festivités. Il avait senti son trouble quand elle lui parlait. Quelque chose changeait. C’était étrange. Son coeur s’accélérait quand elle ouvrait la bouche. Les joues de la Gondole viraient trop souvent au rouge pour que ce soit anodin. Il aurait l’occasion de lui en parler lors de son passage à Moulins.

Assis devant le buffet, les parts de tarte au citron s’enchainaient les unes après les autres. Elles étaient succulentes. De temps à autres, entre deux bouchées, un petit signe de tête à ses invités. Les danseurs semblaient s’amuser. Des rires venaient de l’extérieur. Les animations qu’il avait proposées avaient plu on dirait bien. La force et la sagesse des convives avaient été testées, et approuvées aussi. Ils s’étaient bien démenés.

La Baronne de Veauce au bras du Baron de Glénat ? Marty fronça le sourcil croyant à une plaisanterie, et il soupira s’imaginant peindre l’union de leurs blasons. Ca ne serait pas facile, déjà qu’avec toutes les terres de Wonderanny, cela avait été coriace… Sans compter ce fichu collier d’abord d’azur puis finalement de sinople. Rahhhh… Si en plus fallait rajouter des gerbes la dedans… ce pourrait être à gerber justement…

Puis Gandrelina se mit à entonner une chanson dans son Béarnais natal, lui rappelant la raison qui l’avait poussé à la faire venir jusqu’en Bourbonnais-Auvergne. Ce charmant accent qui lui rappelait tant celui de sa tendre mie, trop rapidement disparue. Elle n’aura même pas été Duchesse de Billy finalement… Si… peut-être une journée… Soupir chassant ce douloureux souvenir.

Les soldats de Moulins qui étaient venus commençaient eux aussi à quitter les lieux. Il n’aura eu que trop peu le temps de leur parler. C’était dommage. Il aurait bien l’occasion de les croiser en taverne bientôt… Même sa marraine qui était venue, malgré les récents événements de la salle du trône. Elle avait regagner une chambre dans le château. Le Duc lui avait fait préparer l’une des meilleurs d’ailleurs. Bettym aurait sa chambre à Billy quoiqu’il arrivait.

Et la dame d’Olliergues s’approcha de lui… Lady le remerciait et Marty lui avait sourit. Ah… si seulement… il y a quelques années… Sourire en coin. Elle préféra rentrer à Montpensier, qui n’était pas si éloigné de ses terres au final, et elle avait même pris le soin d’apporter un présent au Duc. C’était un honneur pour lui et la connaissant il se doutait que cela ne pouvait qu’être une bouteille. Probablement un Cognac. Il irait vérifier cela tout à l’heure.

Il y en a tout de même un qu’il ne voulait pas voir partir sans l’avoir saluer… Il l’aperçut dans un coin de la salle de bal, adossé à une colonne, semblant perdu dans ses pensées… toujours avec sa petite fille sur les épaules. Marty se dirigea vers lui après avoir salué Lady, et engouffré un énième morceau de part de tarte.


Bonsoir Arthur. J’espère que la soirée te plait et que tu… regard vers la fillette… que vous vous êtes bien amusés. Encore félicitations pour ta participation aux énigmes et au quizz. Tu t’es débrouillé vraiment parfaitement. Avant de conclure. J’espère que nous nous reverrons prochainement. Sache que tu es le bienvenu en mes terres billyssoises.

Un sourire sincère et franc à son intention.
Oui vraiment c’était une belle fête. A refaire. Peut-être pour des fiançailles ?
Arthurdayne a écrit:
Il ne restait plus que quelques personnes ça et là dans la grande salle. Iliana continuait à babiller joyeusement malgré l'heure tardive. Arthur songeait qu'elle était bien partie pour lui ressembler, à traîner ainsi jusqu'aux premières heures du jour...

Perdu dans ses pensées, il ne s'aperçut pas tout de suite que Marty était revenu dans la grande salle. Le duc s'approcha, et il put enfin le saluer.

Bonsoir Marty. Merci pour cette grande fête fort sympathique. Moi qui ne suis pas très à l'aise en société, je dois dire que je ne me suis pas senti trop mal, ici... Et Iliana a été vraiment émerveillée par ta demeure. Petit gazouillis de confirmation de sa petite fée. Au plaisir de te revoir en taverne, quand tu passeras par Moulins!

Sur ces mots, il serra la main du duc et quitta le château. Entre ses sensations retrouvées au tir à l'arc, les quelques danses partagées avec Ninon puis Orckis, le plaisir de se creuser les méninges sur le quizz et les énigmes, Arthur devait bien avouer que sa journée avait été bien remplie, et que rejoindre son lit lui ferait le plus grand bien. Déperchant Iliana de ses épaules pour la caler dans ses bras, il s'aperçut que la fatigue commençait à refermer ses paupières sur ses jolis petits yeux.
Naluria a écrit:
[Doucement, tendre pas, réchauffe toi]

Le château apparaissait dans la nuit. L'immence bâtisse trônait au milieu de terre fertile dont le gris se différenciait mal du noir du Château. La lune continuait de luir, et Modso de frissonner dans son dos, ses mains tremblantes aggrippées à son bassin. Etait-ce le froid hivernale qui commençait à pointer le bout de son nez ou la chaleur qui animait Modso lorsqu'elle était auprès de lui ?

Devant l'huis, Modso descend et, comme tout galant homme, proposa sa main et son épaule pour que la belle descende. Un sourit et un regard s'entrecroisant, elle posa délicatement sa main sur l'épaule de son partenaire de croupe, puis l'autre rejoind la main du dit homme pour qu'enfin elle descende allégrement.

Ils entrèrent dans le hall, et Modso lui attrappa le bras pour l'arrêter dans sa course et lui confesser sa gêne.


Tu sais où je peux trouver des vêtements? Je ne peux entrer comme cela.


Le pourpre atteingnit les pommettes de Modso se qui fit sourire l'héraut. Elle tendit l'oreille, un garde arrivat à grand pas vers eux.

Ah vous voilà enfin, l'on s'inquiétait.

L'homme leur délivra des couverture afin de s'y emmitoufler. Les deux compères du monastère suivirent le garde qui leur expliaquait que la fête était fini mais qu'une chambre leur avait été préparée.


*Une chambre, un lit ?*

Naluria suivit le garde à travers les couloirs de Billy, le regard fixe comme pour attendre de voir se réaliser ce qu'elle ne souhaitait pas...

***

Après une bonne nuit de sommeil, Naluria se réveilla, un bras enlaçant Modso, se qui la fit sursauter et sauter du lit. Pas de repas des matines, elle s'échappa de chez Marty où, elle espérait, les rumeurs ne fuseraient pas trop, surtout à propos de leur nuit agîtée...

Une lettre de remerciement sufira amplement.

Sur Lys d'Orléans, déjà les rêves de la suite s'éveillaient, il faudra après, le retrouver.
Gandrel a écrit:
Sous les étoiles, nuit du bal, quand tous les invités sont partis


La silhouette noire du cavalier sur sa monture avalait les kilomètres de plaines à l’herbe rase en cette nuit de pleine lune. Son cœur battait la chamade de ce galop enfin libre. Sa monture bondit soudain pour enjamber un tronc d’arbre aux abords d’un rigaillou. Cette sensation, le cavalier l’adorait. La chasse, sa chasse, était l’un des rares moments ou les autres membres de la domesticité se préoccupaient suffisamment peu de sa personne pour qu’il puisse jouir enfin d’un moment de liberté. Ces derniers temps, le gibier ce n’était plus lui même et la peur qui avait dévoré les pans de sa vie comme la gangrène ronge une jambe s’estompait peu à peu. Que lui reste-t-il à la fin de cette folle cavale ? S ’agissait il d’un simple instant de répit ou avait il trouver enfin un chez lui ? Les hauts troncs les entouraient maintenant, l’allure se fit plus modérée.

Au moment même où, sous le capuchon, son humeur dérivait vers cette envie de rocher auquel s’accrocher, de vieilles pierres encore chaudes de leur journée sous le soleil du midi, la bâtisse de belle facture, même usée part le temps, perça à travers les frondaisons. Ce pavillon de chasse qui dormait entre les branches des chênes centenaires et des vieux sapins dans les bois de Billy, loin des souvenirs du duc Marty qui n‘avait jamais pris le temps de visiter son domaine.

Le cavalier, menu et souple, glissa sans bruit le long des flancs de sa monture d’ébène et noua les rennes du magnifique cheval noir, à la carrure robuste. Il s’avança vers la porte en bois massif attiré comme les abeilles vers le miel. On sentait que sa vie l’attendait là à l’intérieur. Un besoin irrépressible. Sa vie eut pu en dépendre, il serait venu ici et aurait accompli ce même rituel maint fois accompli à l’heure où le monde dort.

Après quelques instants, une torche éclaira l’intérieur d’un halo vif qui laissait la pièce dans l’obscurité mais lui permis de se mouvoir avec aisance vers une autre porte… Sous la douce lueur de la torche, les mèches blondes s’échappaient du capuchon rebelles. Gandrelina souffla sur son front pour faire fuir quelques « gênantes » puis, accrocha la torche à un reposoir de métal inséré dans le mur de pierre. Elle poussa la petite porte et disparut dans la pièce suivante, un sourire sur ses lèvres vermeilles.


Son cœur se gonfle.
Là se tiennent ses ailes
Deux rêves emplumés
De fort jolie manière
Un couple de ciel
Au regard perçant
La nuit
Deux soleil qui dorment
Dans ces orbites
Luisant d’intelligence
Elle tend la main
Caresse peau contre plumes


Bounsé Pimparéla y Galactée, l’heur’ est vénoue, pardounnez j’avais beaucoup à faire y j’ai tarrdé …

Entre deux mamelons mauve en cette aube pâle, deux ombres planes sous les nuages gris. La lumière envahit la Terre et lève peu à peu le voile étoilée pour laisser place à une toile bleutée. Au sol, le cavalier et son frison s’élance à l’assaut d’une colline. Puis, Gandrelina se perche en haut, sur un aplat et tend son bras, ses yeux couleurs de lac de montagne tournées vers le ciel, la bouche arrondie sur un O silencieux.

Plongée fantastique
Piqué puis courbe rapide
Deux pattes se plantent sur le gant
Pression forte sur son bras
Grand sourire qui l’éclaire
Caresse sur la tête du faucon
Tous deux sont prêts.
Plus question d’attendre
Sinon , ils seront à elle
Or l’un deux est un cadeau
Promis intérieurement
il y a longtemps déjà


Lé douc est là et il va répartir sous peu, c’est mainténant ou jamais… Galactée, Pimparéla ... jé vais vos présentar SMarty, lé douc insaisisable *rire en grelots* mäa vos est plous rapidé qué moi, votré œil ....plous perçant.... ptêt mesdemoiselles qué vous saurez y faire …


Gandrelina rit doucement puis, pose le rapace à côté de sa compagne sur un pommeau de selle spécialement crée pour accueillir ces deux hôtes. Des mois qu'elle y travaille à ce dressage. La perte de son propre faucon l'avait beaucoup émue lors de son long voyage pour vebnir à Billy du Béarn. Elle dépose avec fierté un capuchon sur le yeux de Pimparéla et sourit béatement au premier rayon du soleil qui perce la voûte en montrant du doigt une flaque d’eau lointaine… les bras attendris du lac qui entoure Billy et le protège.

Gandrélina talonne son frison bien décidé à cueillir le duc au sortir du lit.


Dans la chambre du duc Marty, château de Billy, au petit matin lendemain du bal


Les appartements du duc raisonnent de ses ronflements -et oui même les ducs ronflent surtout quand ils ont abusé des bons mets et alcools locaux lors d'une grande fête - même qu'il cause ans son sommeil, un peu, il rêve sans doute ... Bon je vous raconte pas tout ce qu'il raconte y'a des oreilles innocentes et la bouche du duc ne l'est pas elle^^ surtout après cette soirée en charmante compagnie ...

Froissement de tissus
Gandrelina se glisse
à pas de louve
tout près du lit à baldaquin
Son regard se pose sur lui
son visage paisible
elle se perd au grès d'un cil
écoute sa respiration
se rend à l'évidence
elle tremble d'excitation
il dort ...
*rire intérieur*
sourire ému devant cet umbre
ses courbes sou l'édredon
Gandrelina reste ainsi un long moment
Soupire
Il dort bien lé bougré...
regard jeté sur le fauteuil
ses bras de velours ...
elle s'y enfonce mentalement
dans ses replis ouaté
avant de sombrer pour de bon
la jeune femme s'assied
replie ses genoux sous son menton,
tête blonde penchée sur le doux tissus
le sommeil s'empare de ses yeux clairs
ses paupières papillonnent
son cœur s'évade
elle attend son réveil
Elle veille ...
Modsognir a écrit:
[nuit inhabituelle, nuit inoubliable...]

Sa main offerte pour la faire descendre de son cheval. Nouvelle chaleur humaine qui s'offrait à lui. Il se faisait tard mais la fatigue ne le guettait pas encore. Il voulait juste profiter de l'instant présent. Instant de douceur, de sensualité, de passion...douce saveur du bonheur. Le corps de deux êtres qui se rejoignent par la main, symbole d'une union, d'un plaisir de l'autre, d'une compassion, d'une empathie. Le pied de Naluria à terre, il lui adressa un sourire des plus charmants en quittant son regard.

La vue du garde le rassura. Il lui offrit une couverture et leur indiquèrent une chambre que Marty leur avait préparé....enfin sa gouvernante pensa-t-il plutot dont il aimerait la retrouver s'excusant de son départ rapide. Ils furent conduits à la chambre n'osant regarder Naluria ou du moins furtivement. Une certaine gêne se faisait ressentir...nouvelle sensation, sensation inconnue. Ils pénétrèrent dans la chambre. Bien sur Marty leur avait réservé une chambre à un lit. Il ne put s'empecher de sourire en coin tout en regardant Naluria


Il en rate pas une Marty


****

La nuit passée, il fut réveillé en surtout par sa compagne de la nuit. Il ouvrit les yeux. Elle semblait pressée. Il n'osait lui dire quelques mots mais en aurait il eu le temps, elle s'enfuya rapidement. Il se leva à son tour. Il se mit devant la glace de la salle de bain. Un seau d'eau rempli se trouvait à coté. Il plongea ses mains dedans et les mit sur son visage. Il se tapota.....un long moment se passa comme ca devant sa glace à repenser à cette nuit....étrange. Il sortit de la chambre, descendit vers la salle à manger espérant voir quelqu'un...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   Ven 7 Nov - 15:02

Beths a écrit:
[Le lendemain, soleil à peine levé, dans une des chambres mise à la disposition des invités, sa chambre donc]


Elle s'était tournée, retournée, re re re tournée toute la nuit et n'avait pas dormi pour finir. Le trouble qu'elle ressentait en présence du maître des lieux la laissait désemparée, que lui arrivait il ? Elle allait vite devoir se pincer et se trouver une occupation pour que son esprit stoppa ces divagations certaines.
Et puis la honte aussi l'avait tenue éveillée. La honte d'avoir arraché une partie du pourpoint du Vice Chambellan. Comment, comment avait elle pu ? Comment avait elle pu oser ? Qui plus est, elle, la prude Beths ? Non décidément quelque chose ne tournait pas rond chez elle.
L'ignominie de son geste, elle s'en voudrait toute sa vie. Elle ... elle devait s'excuser auprès de lui. Aussi difficile que cela était, elle n'avait pas le choix, sans quoi des remords la hanteraient.

Avisant table, nécessaire à correspondance : plume, encrier, et parchemin, elle s'attabla et commença à rédiger.


Citation :
Modsognir,

Je suis mortifiée. La honte me gagne.
Malheureusement je ne peux qu'avouer que j'ai participé au jeu cruel qui était de ramener un morceau de votre habit pour gagner une quelconque récompense.
Je m'en veux terriblement. Je ne sais ce qui m'a pris.
Modsognir, je vous prie d'accepter mes plates excuses.

Sincèrement,

Beths

Nulle cire pour cacheter sa missive. Tant pis, elle la ferma comme elle put avec un brin de ficèle.
Oui, mais comment transmettre sa lettre ? Modsognir était parti ... à la Source. Oui il y passerait un jour où l'autre. Mais pourquoi dans ce cas ne pas lui remettre en main propre ? Parce qu'elle mourrait de honte.
Prête à partir, elle dénicha un serviteur matinal du Duc de Billy. Le domaine était encore si silencieux, elle s'exprima doucement


Bonjour, je souhaiterais que vous fassiez parvenir cette missive à Messire Modsognir, Vice Chambellan du BA. Je ne sais où il se trouve actuellement. Mais, au pire, vous pourrez lui transmettre cette missive au Castel. Je compte sur vous, c'est important.

Le serviteur semblait avoir comprit. La conscience un tant soit peu soulagée, elle se dirigea vers l'écurie, fit sceller Canasson, et repartit en direction de Thiers
Lady.blueeyes a écrit:
Remerciements faits au duc, dernier signe de tête à sa soeur et à Nin, Lady se dirigea vers le fauteuil où reposait sa cape. Elle la revêtit et la noua autour de son cou. Elle monta doucement les escaliers et ouvra pour la dernière fois la porte des appartements qui lui avaient été attribuées, elle prit sa trousse et doucement referma celle-ci pour ne pas pertuber le sommeil des invités qui dormaient déjà.

Descente et direction des écuries où elle retrouva sa monture. Trousse attachée, pied à l'étrier, elle monta en amazone sur Nahara et prit la direction de Montpensier. La lune brillait d'un doux éclat la guidant sur les chemins sombres de la nuit naissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Festivités à Billy - Le bal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Festivités à Billy - Le bal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Sortez vos chapeaux de fêtes et vos divers accessoires de festivités.
» Billy Bat par Naoki Urasawa
» Billy Hatcher and the Giant Egg
» Nouveau club à Billy Montigny
» Billets pour Billy Talent au Centre Bell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Divertissements - Festivités-
Sauter vers: