Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Carnets de voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Carnets de voyage   Mer 22 Oct - 22:03

Pascale33 a écrit:
Le Départ

Ils s éloignent de Clermont et s enfoncent sur le chemin.Pascale marche d un pas allègre,en compagnie de ses amis.Une brise légère caresse son visage et fait voleter quelques mèches de ses cheveux.
Tous marchent silencieusement.Ils pénètrent dans la forêt sombre.Devant leur petit groupe, Horus , le bas rouge de Pascale, batifole sur le chemin, trop heureux semble t il de partir.Parfois il disparait dans les fourrés ,en ressort un peu plus tard...Derrière lui, l ombre d un loup : Ulfsark, lui ne vient pas sur la route.
Derrière elle, les remparts de Clermont disparaissent....Ces quelques jours dans sa ville natale lui ont permis de revoir les soldats valeureux de la COBA , enfin de retour, mais il est temps pour elle de repartir...de finir ce qu elle a commencé ...de profiter un peu de cette liberté qu on lui a déja ôté par deux fois.
Sourire aux lèvres, elle est heureuse de partir...encore....elle quitte une fois de plus le nid de frelons, qui n hésitent jamais à venir la piquer ....besoin de s aérer....peut être même de vivre ailleurs.
Elle jette un regard a ses compagnons de voyage...Sett, son blondinet...son ami....Il n a pas été épargné lui aussi...Sebastienne, Nuy et Marianne, ses filleules, devenues ses amies et confidentes... et surtout Zikzok, le borgne, celui sans qui elle ne pourra plus vivre désormais...
Loucapel a écrit:
[Clermont - bergerie de loucapel]

Quelques gazouillis d'oiseaux se font entendre, un chien qui aboi, le berger loucapel sort lentement de sa torpeur. Les cloches de l'églises sonnent: "9h déjà ?! Je n'ai donc pas entendu sonner matine ?!"
Puis soudain l'impression d'avoir manqué quelque chose se fait ressentir, ha oui, c'est aujourd'hui qu'il doit tondre ses moutons.
Loucapel se lève tranquillement, les vêtement plein de paille et les cheveux emmêlé.
puis il aperçoit un pigeon, picorant quelques bouts de pain un peu trop vieux, à ça patte un message, c'est Pascale qui lui à éc.... LE DÉPART !!!!
Effectivement, ses doutes son confirmé, ce n'est pas à la tonte de ses moutons qu'il fallait penser, mais plutôt au départ. Il était censé partir ce matin avec ces amis.
"Bon et bien il n'y a plus qu'a les rattraper, hummm.... c'est dans quel direction ? à l'est je crois. pffff je vais devoir me payer tout le voyage tout seul. Si seulement je pouvais emmener mes moutons, ils me tiendrais compagnie, même si leur conversation n'est pas des plus intéressantes."
Loucapel pris donc ça besace remplis de victuailles, son bâton de marche et partis à la "poursuite" de ses amis.


"Pffff mais quel glandu...."
Sebastienne a écrit:
Sébastienne marcha paisiblement au milieu du groupe et regarda également tout autour d'elle et admira la nature. Elle se posa mille question, qui va-t-elle rencontrer, est ce qu'ils seront accueillant.....? Après non, reste positive et se dit on verra bien.

Parmis tous ses amis, elle aurait tellement souhaité avoir son compagnon et sa fille avec elle.

Elle continue à marcher à s'éloigner de Clermont.....
Nyu a écrit:
Nyu reprit la route avec ses compagnons.
Elle était impatiente de rencontrer de nouvelles têtes, de revoir ceux déjà rencontré...
Il fallait que Sett lui apprenne a nager, s'ils faisaient escale dans un ville ou il y avait un lac.
Peux être pourrait elle s'acheter quelques habits afin d'avoir l'air un peu plus correcte.

Plein de nouvelles choses à voir et à apprendre.
La tête dans ses pensée elle cueillait des fleurs le long des champs pour en faire des couronnes.
Elle déposât la première sur la tête de Pascale


Tiens on dirai un ange, merci de veiller sur nous

Puis elle s'approcha de la jeune femme qu'elle ne connaissait pas encore et lui adressa un sourire chaleureux. La dame avait l'air soucieuse

Je me nomme Nyu ravie de vous rencontrée.
Sett a écrit:
Sous un ciel dégagée ... Sett, sur son cheval, parcourait les chemins du BA éclairé pas un beau croisant de Lune .
S'éloignant de Clermont, l'esprit bien torturer ! Parce qu'il venait de croisé la Belle Lola en taverne, et qu'il voulais soutenir Liloote pour les élection ...

Il s'arrêta au bord d'un petit ruisseau, descendit de son cheval et ce posa un petit instant ... Il s'accrocha a une branche, et attrapa une pomme !
Croquant dedans, il admira le paysage ...
... un long moments ...

Son cheval reposée, il le monta, et reprit sa routes ...
Pascale33 a écrit:
Thiers
La journée s écoule au rythme du village.Pascale retrouvent quelques vieilles connaissances, mais Thiers est toujours la même...Heureusement, ils ne restent pas...
La fatigue aidant, Elle se dirige vers la première taverne sur son chemin.Elle marche en souriant, croise quelques personnes affairés qui ne la voient même pas.Elle s en moque.
Elle pousse la porte de la taverne et du regard fait le tour de la pièce.Deux clients...la tavernière...Le calme règne.

M' sieurs dame!

Elle fait un signe de tête, commande a boire et va s installer dans le fond de la salle.La tavernière lui amène sa chope et repart derrière son comptoir.Ils parlent doucement entre eux..Pascale secoue doucement la tête avec un sourire amusée..Quels sont donc tout les secrets qu il y a dans ce village!
Elle boit tranquillement sa bière, repousse la chope vide, met ses coudes sur la table et pose sa tête dessus.
Il faut trouver des montures pour le reste du voyage...aller faire un tour au marché...retrouver tout le monde...Le chercher ...
Ses yeux se ferment petit a petit...Elle s assoupie...

Plus tard

Pascale ouvre un oeil...Pendant une seconde ne sait pas trop ou elle se trouve...redresse la tête, regarde autour d elle.
Sans grande surprise, la taverne est vide de toute âme.
Elle s étire sans complexe

MMMHHH
Pousse un soupir de satisfaction.Ce petit repos lui a fait le plus grand bien.Elle passe machinalement les mains dans ses cheveux, se lève et laisse quelques écus sur la table.
Direction le marché....
Aprés avoir trouver les chevaux et quelques provisions, elle part retrouver ses compagnons qui doivent surement trainer en taverne..l heure de se mettre en route a sonner...
Pascale33 a écrit:
Sur la route
Thiers s éloigne derrière elle. Elle a trouvé la monture qui lui convient. Un camarguais robuste, qui répond au nom de Bonk. Devant elle, ses compagnons de route ...
Elle flatte l encolure de l animal qui avance tranquillement, admire les premières lueurs des étoiles dans le ciel qui s assombrit.
Le calme de la forêt....Horus trottine a quelques mètres en avant..
Monbrison...Un gai sourire illumine son visage. Elle va y retrouver quelqu uns de ses amis...surtout Shel_ezeil, celui qui a toujours été présent dans les moments difficiles.
Sa dernière rencontre avec lui c était a....Elle creuse un instant dans sa mémoire....A Thiers justement!
Il a commencé a lui apprendre les chiffres..


Dans une taverne Thiernoise

Pascale , assise face a Shel, attend impatiemment sa première leçon de calcul.
Shel pose sur la table quelques pommes. En souriant, elle en prend une et croque dedans. Il lui montre son pouce.
-La pomme que tu manges , c est UN!
Elle hoche la tête...

- La pomme UN"
Et elle lui montre a son tour le pouce. Il montre deux doigts.
Les bas que tu mets..il y en a DEUX!

-Une paire de bas? c est DEUX?....d accord...

DEUX comme tes jambes....
Il sourit , amusé.
Pour l instant c est assez simple....pomme UN , Bas DEUX....
Shel montre alors un troisième doigt....
- La pomme et les bas c est TROIS!
là, ca commence a se compliquer....si on mélange...Elle ouvre trois doigts

TROIS!
Elle se concentre.. Fronce un peu les sourcils....TROIS... pomme et bas...
Un sourire sur le visage de Shel la rassure.Il lui désigne le bas rouge, le fait venir prés d eux en l appelant.Horus s avance et vient se coucher a leurs pieds.
- Horus a QUATRE pattes!

Les pattes d Horus ..QUATRE! ....

Shel montre sa main ouverte
CINQ c est..
Elle l interrompt brusquement

- ca je sais c est une claque!!.....Elle se met a rire.....Et ça je vais m en rappeler!...Claque CINQ!!
Shel avec un sourire remplit de bienveillance la regarde finir la pomme et interroge
- Alors , vas y maintenant..comptes!
Pascale termine sa bouchée, et essaie de se rappeler...

pomme UN....bas DEUX....heu....
Ca y est..elle ne sait plus... l air contrit et désolé elle regarde Shel...Il lui souffle
- la pomme et...
Elle cherche...cherche...un éclair de compréhension soudain dans les yeux.

-pomme et bas..heu....TROIS?
Elle n en est pas certaine ... interroge Shel du regard. Il acquiesce.Elle pousse un petit soupir de soulagement
Aprés je sais..pattes c est QUATRE et claque c est CINQ!!....

Sourire aux lèvres, il lui tarde la prochaine leçon..c est pour bientôt...
La route lui parait longue soudain.il lui tarde d arriver... de poursuivre son apprentissage...
Pascale33 a écrit:
Montbrison : premier jour

Odeurs...Bruits...Déja , de bon matin, Montbrison fourmille d activités, nombre de villageois sont déja dans les rues.
Passer la douane n est qu une formalité....

Pascale descend de Bonk, saisit les rênes et avance dans le village. A l aube , le cheval a commencé a boitiller , elle se met a la recherche d un maréchal Ferrant. Une enseigne attire son attention.
Sur celle ci est inscrit Forgeron avec la silhouette d un cheval martelé dans le fer.
Elle s approche ...

Bonjour Forgeron!!
L homme , torse nu et transpirant lui tourne a moitié le dos.Il tape avec entrain sur une épée encore rougeoyante, ne tourne même pas la tête.
Surement qu elle n a pas parlé assez fort! Le bruit du marteau sur le fer...le ronflement de la forge...
Elle fait quelques pas, la chaleur devient palpable, les lueurs du feu font des reflets mouvants sur son visage et sa chevelure. La jeune femme pose la main sur son épaule.

Holà forgeron!
Est ce sa main sur lui, ou bien le ton de sa voix un peu plus appuyé....L homme arrête de cogner...lui jette un regard noir et assassin.Pascale retire sa main et sourit pour l amadouer.
-Oui!!
Sa voix est forte ...le ton agacé...Pourtant son regard s adoucit.La vision de cette femme a la beauté originale et sans pareille semble l adoucir.
Damoiselle, que puis je faire pour vous?
L homme devient plus courtois...Le sourire de Pascale s accentue aimablement.
Elle désigne la patte arrière gauche du camarguais.

-Bonk boite depuis quelques heures...
Le forgeron ,maintenant souriant, pose ses outils , s essuie les mains sur son tablier.
D un geste connaisseur il flatte l encolure de l animal, se baisse , saisit la patte du cheval et examine le dessous du sabot avec attention.Il attrape dans sa poche une rénette et commence a gratter sous le sabot.Appliqué , il sort avec un air triomphant un petit bout de ferraille et le montre a la jeune femme.
Elle le regarde faire, assez admirative de sa dextérité.

- Voila belle damoiselle!...Avez vous une écurie pour le mettre en pension?
Elle n a pas pensé a çà...fronce légèrement les sourcils....encore des écus a dépenser...
-Heu...non ...
L homme face a elle s essuie le front avec un linge pris sur le rebord de l enclume.
- Si vous voulez, je peux m en charger....à 4 écus la journée....
Elle hésite a peine , ne sait pas si c est cher ou pas....
Entendu!
Elle lui tend les rênes, passe sa main dans la crinière de Bonk et regarde le forgeron partir avec l animal....

Deuxième jour

Une soirée bien arrosée...Retrouvailles avec les amis....Rires....Zikzok est là...Elle le retrouve....Une nuit amoureuse...
La matinée est bien avancée quand Pascale ouvre les yeux.
Il a déja disparu..a sa place un bout de parchemin griffonné.Elle le lit rapidement

Citation :
Reçu un courrier de Bourbon , nous devons y aller
Zikzok
Elle hausse les épaules.Eparpillés dans la paille, ses vêtement témoignent d une belle et bonne nuit...
Elle se lève et s habille rapidement.Il lui faut prévenir tout le monde, et finir sa leçon de calcul avec Shel.

Aprés un passage rapide à l écurie du maréchal ferrant , Bonk se portant pour le mieux, Pascale fait un tour au marché en compagnie du bas rouge qui la suit.Que de choses a acheter....
Les denrées et victuailles remplissent les étals, les commerçants sont souriants et agréables. Un peu de maïs..Un peu de légumes...Quelques jolis fruits....Sa musette est remplie.
Il lui reste encore le plus important a ses yeux...Récupérer sa commande....
Elle passe d allée en allée a la recherche du coin des tisserands...Un sourire éclatant sur le visage elle se retrouve dans le passage réservé aux belles étoffes et aux vêtements chatoyants.
Elle avance en prenant son temps, admirant chaque étalage...cherchant des yeux la personne que son ami Shel lui a recommandé...et la trouvant rapidement.
Quelques échanges de paroles et Pascale se retrouve en possession , enfin de ses habits rêvés tant attendus.
Trop heureuse de ses nouveaux achats, elle gambade presque sur le chemin de la taverne ou l attend Shel pour la leçon.

Shel l attend , assis confortablement. Elle s installe face a lui en souriant, attend le début de la nouvelle leçon.

- Alors., Pascale, vas y ..comptes!!
Elle présente sa main face a elle et tout en montrant ses doigts avec l autre main commence a réciter avec un air de satisfaction
Pomme, Bas, Pomme bas, Pattes , Claque !
Shel éclate de rire !! Pascale le regarde..ne comprend pas trop..Ou s est elle trompée?
Avec un grand sourire amusé, il lui souffle doucement

Il faut les chiffres...
Elle pousse un petit soupir de soulagement ..ça n est que ca....
La leçon se poursuit tout l aprés midi...La patience de Shel permet a Pascale de connaître enfin le nom des chiffres
Une dernière répétition...

Pomme 1, Bas 2, Pomme bas 3, Pattes 4, Claque 5, Claque pomme 6, Sett 7, Rat 8, Claque pattes 9 , paire de baffes 10!

Shel applaudit, content de s en être bien sorti...pas facile d apprendre quelque chose a Pascale.....
La journée se termine....la soirée aussi.....Il n est pas venu....

Troisième jour

Les préparatifs pour le départ ....dire au revoir a tout ses amis....assurer à ses compagnons qui restent qu elle revient rapidement....
Pascale fait encore un petit tour sur le marché, achète quelques provisions supplémentaires, s en va récupérer Bonk .
Elle s attarde un peu. Elle est prête...Mais quitte avec regret ce village si acceuillant.
Devant elle , certains ont déjà ont pris la route....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Carnets de voyage   Mer 22 Oct - 22:04

Pascale33 a écrit:
Entre Montbrison et Thiers

Journée sur les chemins à travers la forêt auvergnate...La route , tout comme la ville ou elle se dirige devient monotone.
Pascale se surprend a avoir des pensées moroses...Est ce le fait d avoir laisser derrière elle une partie de ses amis?..Elle n en sait rien...
Bonk, en cheval docile, avance d un pas tranquille.Elle le laisse aller à sa guise, se préoccupant peu de son allure, tenant a peine les rênes.C est une piètre cavalière. Elle n y connait pas grand chose.
Horus , fidèle, trottine au coté du camarguais.
Cadence régulière et monocorde...ses yeux se ferment à moitié...elle se sent lasse...devient somnolante.
Brusquement ,sans prévenir, Bonk se cabre !!!
Pascale, désarçonnée, chute lourdement à terre, à juste le temps de voir l ombre d Ulfsark disparaitre dans le fourrés.

LOUP DE MALHEUR !!! BORGNE DE MALHEUR !!!
La douleur remplace vite la colère.Sa main..non..son bras...Elle ne sait pas trop, regarde avec une certaine appréhension dans les yeux... Son poignet a doublé de volume...prend une couleur vert bleuté...Elle ne commande plus sa main gauche...grimace de souffrance...
Bonk est déja loin.L animal ,apeuré, n a pas demandé son reste.Seul, prés d elle , le bas rouge attend.
Pas d autre choix que de marcher..
Tout en soutenant son poignet , elle se relève tant bien que mal et commence a cheminer sur le bord de la route.
Comment ne pas crier...Comment ne pas pleurer...Elle serre les dents ,un sanglot en travers de la gorge... un pas aprés l autre...suivie d Horus qui ne la lache pas d une semelle.
Elle pense soudain à son amie Kailyne, qui habite prés du village de Thiers, cela amène un trés léger sourire sur son visage qui transcrit le mal de sa blessure.
Elle aperçoit Bonk .Il a l air de l attendre ...Le camarguais revient vers elle. L animal s arrête à sa hauteur.Elle soupire, pour l instant hors de question de le monter.
Elle repart avec pour escorte un cheval et un chien.La maison de Kailyne ne doit plus être bien loin...

Le lendemain

Kaitlyne a été merveilleuse!!
Aprés des soins adaptés, Pascale se retrouve avec une attelle et le bras en écharpe,et son amie lui a offert le gîte et le couvert.
Leur papotage a durer une bonne partie de la nuit, mais quel plaisir de pouvoir un peu oublier ses ennuis...
Pascale a réussi avec l aide de Kait, et aprés maints essais infructueux ,à remonter en croupe.Elle talonne légèrement Bonk.
Les adieux sont fait...Direction Montpensier...
Encore un jour a passer sur les routes. Ses pensées vagabondent.Une ballade vient s imposer...Elle commence a fredonner

Brouillard et matin
Blanches et froides mes mains
Le poids du sac aux épaules
Brumes dans la tête
Les secondes et les gestes
Le froid qui brûle et qui frôle
L'heure n'est plus aux projets, regrets passés, oubliés rêves et délires
Si tu ne sais pas où tu vas, l'habitude est là pour te le dire
Muscle qui fatigue
C'est l'outil qui te guide
Le feu l'acier qui imposent
Douces dans la tête
Des voix, loin, te répètent
Il y a des rêves qu'on ose
L'heure n'est plus aux projets, regrets passés, oubliés rêves et délires
La route est là, ton pas claque pour de vrai, pour ne plus revenir
Je prendrais tous les chemins
Guidé par une évidence
Par une fièvre brutale et je partirai
Je prendrai les pluies du Sud
Pures et lourdes à bras le corps
Les tiédeurs et les brûlures et je renaîtrai
J'écouterai les secondes dans les pays arrêtés
Elles durent tout un monde, une éternité
Et quand j'atteindrai le terme quand le tour sera joué
Je n'aurai jamais plus jamais les yeux baissés
Oublier les visages
Regretter son sourire
Les larmes au coin de ses cils
Savoir briser partir
Pour ne jamais haïr
C'est tellement difficile
L'heure n'est plus aux projets, regrets passés, oubliés rêves et délires
La route est là, ton pas claque pour de vrai pour ne plus revenir

Cela ressemble tellement a son humeur du moment...L envie de fuir..de partir...d aller ailleurs..sous d autres cieux....

Les premiers champs apparaissent...les fermes dispersées....La voilà arrivée a Montpensier...
Pascale33 a écrit:
Bourbon

Taverne " au poney fringuant"


Assise a une table, Pascale, comme toujours discute, parle..
Son bavardage pourtant n est pas l habituel..pas tout a fait le même..
Son parler est moins tendre un peu plus sec, plus agressif...à croire qu elle cherche les ennuis ou peut être pire...Elle provoque, à la limite de l insulte.Elle se sent colèreuse..énervée..
Depuis quelques jours, elle ressent une certaine tension et celle ci augmente de plus en plus...
Depuis quelques jours, l absence du borgne lui pése, devient pénible, insupportable.Le doute s installe petit a petit en elle.
Des idées moroses..macabres ont fait leur apparition
Ceux qui la connaissent sont surpris de l entendre et de la voir invectiver tout le monde.la jeune femme d habitude si douce ,si patiente, si amusante a disparue..laissant une furie prendre sa place qui veut agresser..blesser...comme un animal en proie a la peur.
Pourtant cette colère montante, elle n est destinée qu à lui..qu à elle..La sotte qui croit tout ce qu on lui raconte...
Elle contre chaque parole entendue d une pique mordante... Seule manière de mettre cette angoisse qui la tenaille le plus loin possible
Ses amies clermontoises tentent par de vaines ruses de calmer l orage qui gronde en elle.Mais pascale ne peut s empêcher de faire pleuvoir invectives et hargne sur les autres.Menaces..Défis..tout y passe!!
Elle en oublies son attelle, frappe durement et de toutes ses forces du poing sur la table!
La douleur est immédiate, elle crie, la souffrance irradie dans son bras..Ce mal là est palpable...physique..et calme ses ardeurs guerrières.
Autour d elle , on tempère ..elle devient songeuse..rentre dans un mutisme total....


Fin d une journée


Lentement, comme un sablier le jour s écoule au compte goutte.Aprés quelques bières, Pascale semble redevenue elle même.Elle parle de tout et de rien, comme toujours meuble le silence trop pesant pour elle, elle cause...cause...Avec pourtant cent questions dans sa tête...Interrogations dont seul le borgne peut lui donner la réponse.
L ambiance est sereine presque joyeuse..retrouvailles avec l une , potins avec l autre...tout donne l impression d une atmosphère détendue.
Ouverture de la porte..Il entre ..prononce un "salut" et s assoit.
Pascale devient moins volubile.Comme a chacune de ses apparitions , son coeur tressaille de joie , son sourire s épanouit et son regard pétille.Elle lui parle, quelques questions avec pour réponse des monosyllabes.
Brusquement d une voix froide autoritaire et sans réplique, il lui intime l ordre de se taire.elle baisse la tête, effrayée, il la force a le regarder, elle plonge ses yeux de jade dans son regard sobre, inaccessible.
Chacun sent la tension soudaine qui vient d envahir la taverne.
Il commence a parler..elle n ose l interrompre...écoute..chaque parole est comme une épine enfoncée un peu plus profond dans son coeur. Les yeux verts se remplissent de larmes.Il l oblige toujours à le fixer.La première goutte s avance au bord des cils, immobile...Il prononce trois derniers mots...se lève...part...tout est dit....
La larme vacille et trace un chemin sur la joue de la jeune femme, suivie d autres qui forment un ruisselet sur chaque coté e son visage.
Abasourdie...Ebétée...Pascale ne réalise pas...Les trois dernières paroles du borgne font leur chemin dans son esprit et commence a faire leurs premiers ravages.
L éclat vert de son regard a disparu...il devient terne... sans vie....Le choc est trop rude...Elle n entend plus rien...ne voit plus rien...pas de cris..ni de sanglots...simplement la rigole de larmes qui sans discontinuer coule et vient s échouer au coin de ses lèvres témoigne de l ampleur des dégats...


Plus tard


Pascale n a pas bouger d un pouce... Aller et venue de la clientèle...Chopes qui s accumulent devant elle...Lui a t on parler?..La jeune femme est à present seule dans cette taverne dont le silence devient effrayant.L orage gronde au loin, la pluie tambourine contre les fenêtres.Elle semble s éveillzr..sortir de sa torpeur...
Dans le jade de ses yeux une nouvelle lueur, bien différente...celle de la certitude..de la résignation..
Combien de bières avalées...peu importe...Pour oublier? quelle gageure!
Rien n est oublié...Mais tout est joué...
le regard vert est triste, terne..l étincelle a disparu.Elle vient de perdre sa raison d être.Un coeur mort dans un corps vivant.Cela sert il a quelque chose?...A rien...Elle n est plus rien..n existe déja plus....Pourquoi continuer de vivre sans le goût, ni l envie.L envie...
Elle repense à ces moments exaltants ou ils n étaient plus qu un...
Ses sens se souviennent pour elle du goût de sa bouche ,de sa peau... de chacune des cicatrices qu elle a caressé, embrassé... de cette image de jouissance partagée dans leur regard...de l odeur énivrante de sa peau...de la chaleur et douce caresse de cette main qui la fait frissonner quand elle vient la toucher....
Mourir en pensant a toutes ses sensations... presque à les sentir a nouveau...sur elle ..en elle...
La solution...L ultime...L irréversible...L unique...La mort...
Seul un miracle pourrait la faire changer d avis...Mais elle ne croit ni à Dieu ,ni a Diable...



Sebastienne a écrit:
Sébastienne effectua se voyage sans soucis particulier. Elle apprécit énormément ces compagnons de voyage et apprit beaucoup de chose en leur compagnie. Mais ses pensées se dirigent vers une personne qui lui a marqué l'esprit son départ de son village.

Elle découvre de très beau paysage en faisant ce voyage, et également beaucoup de monde avec qui elle a eu des complicités.

On reprit le voyage en compagnie de deux autres compagnons qui sont venus nous rejoindre et qui nous accompagne à CLERMONT.
Pascale33 a écrit:
Montpensier

Village peu différent des autres, il lui semble pourtant plus triste que les autres.Comme a chaque fois maintenant, elle va faire un tour au marché pour essayer d y vendre quelques denrées.Un peu abasourdie par les prix qu elle entend , Pascale essaie de trouver un coin pour s y installer.Elle n a pas besoin de marchander..tout ce qu elle a décidé de vendre disparait tres vite.ses prix sont bien bas en regardant ceux des marchands.Rapidement elle ramasse ses affaires, n attend pas subir les foudres des autres.
Ses quelques écus en poche, la jolie blonde part faire un tour dans le village.Elle le connait, mais elle a besoin de s isoler un peu .Ses pas la guident dans une belle avenue ou les maisons sont fleuries et semblent bien tenues. Quelques couples déambulent ,femmes élégantes ,coiffe et robe brillante,au bras d hommes galants.Chuchotements a son passage...quelques regards appuyés...Pascale passe son chemin...cherche le lieu ou elle pourrait se laisser aller à ses souvenirs..à ses pensées....Elle s enfonce dans les quartiers plus sombres, comme son humeur....
Odeurs de ripailles mêlées à celles des déjections humaines lui font venir une grimace , mais plus elle s avance dans la ruelle , moins l odeur la dérange.Quelques gamins se disputent une partie d osselets sur les pavés couverts de détritus.Elle n y fait guère attention..toujours préoccupée...visage triste ...vert regard éteint...
Elle se retrouve soudain prés d un jardin... ce n est pas le jardin des roses...les senteurs florales viennent chatouiller ses narines.Elle prend une grande inspiration, se débarrasse ainsi de tout les miasmes encore présents.Un peu plus loin, les cris et les rires des lavandières...La jeune femme suit le chemin et va plus avant..finit par sortir du village...aperçoit les premiers arbres qui annoncent la forêt.Sans se rendre compte son pas s accélère. Depuis toujours, le couvert des bois la rassure et l aide dans ses conflits intérieurs.
L orée du bois ... Le calme... Quelque part cette sérénité qui lui manque a présent....
Sombre, secrète , la jeune femme ne veut plus donner...plus partager.... ne lutte plus vraiment... La crainte..la peur de le perdre à jamais....Son coeur est prisonnier de tenailles puissantes....Elle n a plus cette confiance aveugle en lui.
Il a laisser au fond de son âme l angoisse de l abandon.
Pourra t elle surmonter cette nouvelle déferlante que lui envoie le destin ?...sans couler....sans se noyer....

Combien de temps reste t elle la à ruminer ses idées tristes qui la détruisent petit à petit..Et malgré tout un faible espoir persiste bien ancré.Elle reprend le chemin du village...Demain , Clermont....
Sett a écrit:
Il y a quelque jour, sur un chemin du B.A

Alors, qu'il longeai une grande Foret, Sett entendit le bruit de plusieurs chevaux au Galop ...
Sans hésiter, il quitta le Chemin, et ce mit a couvert dans la foret, derriere un arbre, couché a plat ventre ...

3 Cavaliers s'approcher très rapidement, et firent une halte a quelques mètres de la ou c'était caché Sett ...


Le chemin est Sur! Pas d'ennemis en vue, vas prevenir le Duc, dit lui qu'il peux avancer ...

Oui de suite ...

Un des cavalier fit demi tour et repartit en arrière ...
et les deux autres repartit dans l'autre direction ...


Sett était surpris par ce qu'il venait d'entendre , le DUC avait monté une Armée ... Lui qui ce disait pacifiste ...
Même si les dernière rumeur, montrai bien ces talents de Manipulateur, lui qui pour éviter les conflits direct, savais fais preuve d'une grande intelligence, et fessait en sortes que ces ennemis ne ce batte entre eux ...

L'Armée s'approchait, rapidement ... créant autour d'elle un épais nuages de Fumer ...
Asturion, n'était plus qu'a quelque metres , encerclé par des cavaliers en Armure ...

Sett sortis rapidement une pomme de sa besace, et la Lanca en direction du DUC ...

Avant de s'enfuir a travers la Foret ...
Deilayra a écrit:
Deilayra s'était jointe a Pascale depuis Bourbon, et desormais voyagerais un peu avec ses amis en compagnie de deux nouvelles personnes un musicien du nom de Gryfen et dame Lilotte qui les avait rejoint a Clermont... Ils était reparti pour arriver ici a Montbrisson depuis quelques jours, bien que le voyage était assez tendu au regard des nouvelles peu rassurantes concernant une hypothétique bataille dans le duché, ainsi les frontières furent fermée et l'état de loi martiale déclaré, décidément on devait s'attendre a tout avec un duc pareil....

Mais ici a Montbrisson tout était paisible et insouciant, le lac resplandissait l'air était doux et le paysage toujours aussi agréable....
Elle y revit quelques amis en tavernes et fit encore quelques idioties avec pascale histoire de faire passer le temps agréablement.... Puis quelques note de musiques vinrent boulverser sont voyage, quelques notes qui envahirent sont coeur et donnait un nouveau sens a se voyage ... Lui le beau musicien avait voler son coeur et les heures se faisaient plus douces encore en sa compagnie, et les jours plus beaux avec un sens tout nouveau et un sentiment dont elle ne connaissait rien et qu'elle découvrait au fur et à mesure du temps passer a ses cotés, elle en était ravie elle qui pensait ne jamais savoir ce qu'aimer voulait dire, elle était heureuse qu'il l'ai choisie elle et que ce soit lui qui lui apprenne ce qu'était l'amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Carnets de voyage   Mer 22 Oct - 22:04

Pascale33 a écrit:
Un nouveau départ...pas bien long...
Juste le temps de dire bonjour et revenir.
Aujourd hui...Que lui reste il de cet enthousiasme débordant de débuts de voyages...Que reste-t- il donc de tous ses rêves échafaudés...
l aventure au coin de chaque chemin?
La blonde a besoin de s aérer , de retrouver un sens a sa vie...le trouvera-t elle?
Elle part..Vers l inconnu... Seule..Peut etre trouvera-telle de quoi sustenter sa soif d avancer, d oublier...
Pascale33 a écrit:
Entre Montbrison et Polignac

Sur la route , des milliers de feuilles ...mélange de couleur ....déclinaison de jaunes....rouges....bruns......
Les rayons de soleil en ce début d automne sont moins chauds ...A travers les branches , la luminosité se fait plus discrète.
Bonk, le cheval camarguais avance tranquillement au travers des bois.Sur sa croupe, la jeune femme blonde, le visage pensif, se laisse porter.Dans leur sillage, le fidèle bas rouge suit.
Pascale , partie sans se retourner de Montbrison, son village d adoption, vers une destination encore inconnue pour elle, permet à l' animal d' avancer à son rythme .Rien ne sert de le presser...Elle même à tout son temps maintenant...
Les évènements des jours passés trottent sans arrêt dans sa tête...
Le coup d épée en taverne aurait dû lui être fatal...Sans le secours de son amie, la faucheuse serait venue la prendre.
Aprés l' incompréhension , les regrets, l incohérence et les questions , elle a compris la trahison... La solution se trouve là sur les chemins.
Partir.....Pour probablement trouver des réponses...Pour peut être croiser à nouveau la camarde...Pour éventuellement essayer de survivre...

L astre du jour décline et les premières étoiles commencent à apparaître dans le ciel assombri.La fraicheur du soir commence à se faire sentir.
La jeune femme se décide à s arrêter pour laisser prendre un peu de repos à ceux qui l accompagne....Un cheval et un chien...
Une fois à terre , elle ôte la couverture du dos de Bonk et le laisse aller.L animal, habitué, s éloigne un peu , à la recherche d un peu de substance pour se nourrir.
Pascale , dépose la couverture au sol, et commence à ramasser quelques branchages pour faire une petite flambée.
La froidure s empare des nuits en cette saison et cela éloignera aussi le danger d une approche de bête sauvage.
Petites flammes appairaissant..... odeur du bois se consumant ...légère fumée montante...
La jeune femme s installe à coté de ce petit foyer , la couverture sur les épaules. Elle fouille dans sa besace...se rend compte qu elle n a pratiquement rien a manger... Elle en ressort un quignon de pain rassis et quelques châtaignes qu elle met à griller dans les braises....
Le pain sera pour Horus...Le bas rouge est couché non loin ...Elle lui tend....Il le saisit délicatement et se lève pour aller le manger un peu plus loin...
Avec un morceau de branche, au bout de quelques minutes, elle enlève les châtaignes fumantes...Son regard se fixe sur le feu ..La lueur des flammes se reflète dans le vert de ses yeux , leur donnant un semblant de vitalité, qu elle est bien loin d éprouver.
A quelques distances de la , le Halo d un autre feu de bivouac....D autres voyageurs sûrement...
Elle hausse les épaules..souhaite qu ils ne viennent pas vers elle...Elle aspire trop à la solitude...a besoin de receuillement pour discerner dans les actes passés le vrai du faux.
Elle dépiote une châtaigne..la mange du bout des dents...n a pas vraiment faim....
Sa main replonge dans la besace.Elle en sort un collier de pierres noires....Une à une, elle les fait glisser entre ses doigts.
L homme qui lui a offert, soldat solitaire, à qui elle avait espéré donner un peu d espoir...Sait il qu elle a toujours gardé ce présent, et une pensée pour lui au fond de son coeur....Ce collier, combien de fois l a t elle eu entre les mains..lui donnant le temps de la réflexion, du discernement...
Tout dépasse son entendement, ce qu elle a vécu n était pas qu illusion.....Sa raison défaille t-elle?
La fossoyeuse a refusé de l emmener ..Il lui fallait comprendre ou sombrer dans la démence...
Folie...visions de fantaisie, de déraison, d extravagance, d incartade...
Ses pensées se focalisent soudain sur la petite fiole au fond de la besace...Un sourire rempli de dérision ,vient sur ses lèvres..
Besoin de soulager la douleur de la blessure de son âme....Le moyen grâce à un remède de se désinhiber de tout ce que sa conscience l empêcherait...
Un froncement de sourcils...Elle sait ce qu elle risque a abuser de ce breuvage....Court instant ou elle lutte avec sa raison...
Rapidement elle saisit le flacon de potion , l ouvre et en boit une gorgée..
Elle regarde le niveau...Elle aura encore de quoi se soulager encore quelques jours....Ensuite il lui sera facile d élaborer le remède, la composition en est simple...
Est ce la clef pour continuer à vivre?
Que ne ferait on pas pour avoir l impression d être heureux...Le rêve prend le dessus sur la réalité...Le bien être de l oubli ....
La blonde s allonge prés du feu de camp....Elle ferme les yeux...Un sourire se dessine sur son visage...Le bonheur même artificiel, c est toujours du bonheur....Demain sera un autre jour...Ni pire, ni meilleur....
Pascale33 a écrit:
Polignac

L entrée dans Polignac s est fait des plus discrète....
Arrivée de bon matin, la tête toujours un peu dans les nuages, Pascale se sent de bonne humeur, malgré les quelques passants maussades et taciturnes qu elle croise.
La blonde descend de cheval et avance lentement dans les rues du village a peine éveillé.
Un petit tour en taverne sera le bienvenu!
Laissant le camarguais à l abreuvoir, elle se retrouve devant la porte d une taverne, se passe la main dans les cheveux, tapote légèrement ses vêtements, et ayant un peu meilleure allure, elle entre, le bas rouge sur ses talons.
Quelques clients....

B'jour M'sieurs dames !
Elle les salue de la tête et va s installer à une table non loin...La discution s interrompt, aimablement on lui répond...
La jeune femme est agréablement surprise...Son dernier passage ne lui avait pas laissé le souvenir de gens affables et avenants.
Un peu de conversation...Quelques pintes plus tard, chacun part vaquer à ses occupations.
Assez contente de ce premier contact, La jeune femme décide de revenir le soir même pour d autres discussions et quelques pintes supplémentaires.
En attendant, elle prend le chemin du marché, décidée a dépenser tout les écus sonnants et trébuchants de sa bourse.
Le marché est toujours une mine d or pour elle, n importe ou....Elle achète...Dépense...Sans besoin marchander....Finit par quelques babioles....Regarde encore une fois les étals...
Un objet l attire....Elle s en approche....Le prend dans ses mains...Le tourne dans tout les sens...Elle hésite....Le repose...Non!...Elle doit garder ses derniers écus pour l herboriste..
La blonde s éloigne sous le regard du marchand quelque peu déçu.

La journée avance ...Les pensées de la jeune femme commencent petit à petit à se ternir...A nouveau, la douleur se fait sentir..
Au détour d une ruelle, elle s arrête pour boire une gorgée de la potion.Elle en regarde le niveau....Sourit...Tout va bien...
Un moment de répit,appuyée contre un mur, elle ferme les yeux en attendant les bienfaits du breuvage.
Un sourire arrive gentiment sur ses lèvres, elle a l impression de s éveiller dans un monde legèrement différent.
Il est temps a nouveau de faire un tour dans les tavernes de Polignac...

Quelques heures plus tard, elle reprend la route...Fort déçue...
Apostrophée par quelques villageois, on l a dénigrée, on l a prise a partie, pour finir par l insulter....
La jeune femme accorde peu d importance à tout cela...Elle comprend rapidement qu il suffit d une ou deux personnes pour ternir la réputation d un village ...Et, sans aucun doute, elle est tombée dessus...
Malgré cela, elle est satisfaite. Un semblant de sourire sur le visage, la blonde s éloigne de la ville, laissant derrière elle les imbéciles prétentieux qui se pensent meilleur que les autres...

Pascale33 a écrit:
En route vers Thiers

Reprendre la route....Voilà qui lui convient....
Pascale, montée sur Bonk, le camarguais, suivie d Horus, le bas rouge, ses éternels compagnons de voyage, avance à quelques centaines de mètres de la nouvelle équipée qu elle escorte.
L air frais du petit matin , lui a rosi les joues, elle respire a pleins poumons l odeur de la forêt qu elle aime tant.Les premieres salutations des oiseaux commencent à se faire entendre.
Les cheveux lachés,le sourire joyeux, elle regarde la petite troupe qui est par devant elle.
Ces hommes et ces femmes qui l accompagnent ont tous une particularité qui plaît bien à la blonde...Ils sont chacun si différents....Mais elle a un attachement pour chacun d entre eux....
La petite bande, un peu hétéroclite, s achemine tranquillement vers le village de Thiers.
Une main sur le licou de Bonk, l autre sur le collier de pierres noires qu elle porte autour de son cou, la jeune femme repart à l aventure, laissant derrière elle les tourmenteurs et leur tracasserie, négligeant la nostalgie qu elle éprouve.
Impossible de revenir en arrière...
Sourire éclatant....Mais sûrement aller de l avant!!!
Pascale donne un léger coup de talon dans le flanc du camarguais.L animal se met à trotter jusqu a rattraper le mini convoi qui paraît si ordinaire. Un petit mot pour chacun, un sourire....
Les bavardages et les rires vont bon train et rythment le chemin de gaité....
La blonde a le coeur léger...Il suffit parfois d un regard...D un geste anodin....D une gorgée de potion qui semble magique...
Un soupir d aise....La route s annonce belle....

Sett a écrit:
Une chope dans la main, traversant les rues de sa belle Capitale, Sett profitai a nouveau de sa Taverne préféré, et sans modération ! Il lui fallait bien oublié ces dernier jours ou il avait êtes malades ...

Il ce dirigeai vers le marché, pour y cherché un peu de farine ... En pensant a la douce Pascale ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Carnets de voyage   Mer 5 Nov - 0:25

Pascale33 a écrit:
Montluçon

Là ou le sourire et l acceuil des habitants fait oublier la fatigue du voyageur....Le nom du village n évoque que de bons souvenirs dans sa tête....Soirées de franches rigolades...Biens arrosées...Nuits inoubliables...
Pourtant les choses semblent différentes....
A l entrée du village, le contrôle de la prévosté se fait long.
Ses compagnons de route se dispersent...On la retient pourtant...
Pascale voit passer devant elle, voyageurs et marchands, nobles et paysans....On fait patienter la jeune femme....
Un parchemin vient entre les mains du douanier en face d elle. Il la regarde avec insistance, et d une voix sans réplique lui annonce

Votre lance n est pas autorisée!!
La blonde a un doute...Est ce bien a elle qu il s adresse?....Serait il aveugle au point de ne pas reconnaître l uniforme qu elle porte?...
Elle fronce les sourcils, ouvre la bouche pour remettre à sa place cet incapable!...
Son bon sens l arrête à temps...Il n est que l exécuteur et certainement pas le responsable ...
La blonde lui offre alors un charmant sourire...

- Vraiment?..Il doit s agir d une regrettable erreur..
Pour vous confirmer la légalité de ma lance, et vous rassurer quant a mes intentions, contactez votre prévost....
En attendant permettez que j envoie moi aussi un courrier...

Pascale continue de sourire...Elle griffonne quelques mots sur un vélin , surveille un instant les passants et hèle un jeune garçon
- Tiens, 1 ecu pour toi si tu cours a la garnison porter ce message au Sergent Chef....
L enfant ravi de l aubaine part en courant...
La jeune femme n a plus qu a attendre le résultat dont elle connait l issue par avance...
Effectivement, la réponse arrive....
Le douanier se confond en excuses...Pauvre garçon!...Il lui offre même un rafraichissement dont elle décline gracieusement l offre.
Décidément, cette insistance de la part des autorités...Elles n ont pas peur du ridicule..
Cela ne fait que la troisième fois que l on déclare sa lance interdite, alors que son autorisation émane de la COBA....
C est fortement amusée, son visage souriant et les yeux pétillants de malice qu elle pénètre enfin dans le village....

Hélas son amusement est de courte durée...
Comme à son habitude, elle s avance vers le marché, et lorgne sur les étals à la recherche d une bonne affaire....
Une ville aux immenses vergers..Il doit bien y avoir quelques pommes, prunes, figues, ou bien encore des noix , noisettes ou chataîgnes a des prix intéressants...Mais la blonde a beau regarder les étals, chercher du regard l allée des fruitiers...Son étonnement grandit...va jusqu à la consternation...
Elle interroge un marchand

N ya t il point de fruits en vente?
L homme, aprés avoir détaillée de pied en cap la belle jeune femme, hésite un tant soi peu à lui répondre...Pour finalement lui annoncer d une voix gouailleuse
Ben non ma p'tite dame!...Mais si t en veux des fruits, j'va t en trouver moi!!
Pascale hausse les épaules et fait une grimace...
Tes fruits ...Ouais....Chiabrena!!
Elle tourne les talons, en rigolant, croyait il avoir à faire a une jeune naïve?..Ce temps là est terminé pour elle...
La blonde s éloigne...Tant pis...Mais la politique de ce village est bien étrange...

La journée tire à sa fin...Comment ne pas finir celle ci en taverne?...
Pascale va peut être y trouver un peu de gaité...
Elle a eu beau chercher, elle n a pas retrouvé l auberge si agréable de son précédent séjour et le regrette fort...
Entre cette recherche infructueuse et la pénurie de fruits sur le marché...La joie de la matinée a vite disparue.C est assez morose qu elle cherche un refuge dans une taverne...
La blonde a surtout besoin de se changer les idées, et malgré tout ses efforts, ses pensées vont vers un seul homme qu elle a laissé derrière elle...Peut être qu il l a déja oublié...
Elle n aime pas l incertitude et une certaine confusion règne dans sa tête...Il lui faut vite de la compagnie...
Malheureusement, les tavernes semblent toutes vides...Toutes?..non...Il lui semble apercevoir à travers une fenêtre une silhouette prés de la cheminée.
Elle se passe la main dans les cheveux, affiche un joli sourire , et pousse la porte....
Son sourire diminue...Prés de l âtre... Un vieil homme assis dans un siège confortable , qui selon toute apparence somnole.
Ses yeux sont clos et sa tête repose contre le dos du fauteuil.
Pascale s approche doucement, avec l intention de prendre place à ses cotés...Au moins qu elle profite de la chaleur de la flambée...
.Au fur et à mesure de son approche, un sourire se dessine dans les traits ridés du vieillard...Le regard vert de la blonde est fixé sur ce faciès sympathique...Elle est intriguée...A-t-il senti son approche? ou tout simplement rêve-t-il?
Elle prend place dans le siège face à lui...N est pas aussitôt assise que l ancien ouvre les yeux....Lui adresse un immense sourire....Comme si il l attendait...

Bonsoir gente dame...C est un plaisir de vous voir....
Pascale ne sait quelle contenance avoir....Elle se présente et use des politesses d usage....
Lui n en fait rien...Il la regarde simplement , avec un sourire bienveillant.La jeune femme n est point effrayée..Ca n est pas vraiment son genre...Plutôt intéressée par ce patriarche...
Un silence s installe entre eux...Loin d être génant, elle a l impression de pouvoir reposer son âme au coté du vieux sire...
Elle regarde les flammes...leur reflet danse dans ses yeux...
Le vieil homme se penche vers elle et lui saisit la main.Il se met alors a parler...

N ayez point de crainte...Quel ennui pourrais je vous faire si ce n est vous agacer avec quelques parlottes insignifiantes...
Leur regard se croisent...Le jade de la blonde plonge dans l onyx du vieillard
Aimeriez entendre conter une aventure...
Pascale, toujours curieuse de récits nouveaux, hoche ostensiblement la tête.
A voix basse, l homme commence son monologue...Semblant chercher dans sa mémoire...

La saison finissante de l automne...Le froid qui pénètre insidieusement ...
J étais à l époque un homme dans la force de l âge.. Fort... Fier...Mais ma foi dans l humain... dans toute chose avait disparue....

Le regard noir se fait soudain plus insistant...
Comme vous ma toute belle...
Surprise, la jeune femme se recule un peu et retire sa main de celle du vieillard...
Comment peut il savoir sans lui avoir poser une seule question??...
Comment a-t-il pu deviner le règne de la détresse au fond d elle??...
Le coeur de la jeune femme se met a battre un peu plus vite...Pas de frayeur... Non...Ni d angoisse...Simplement de l inquiétude...Est il si simple de la mettre à jour?
Avec un sourire rempli de bonté il s adresse a nouveau a elle

Appelez moi Bérenger...
Sur son visage les traits ridés semblent disparaitre derrière le sourire qu il lui adresse.
Sans savoir pourquoi , Pascale se sent en confiance.
Bérenger pousse un léger soupir de lassitude...
Sa voix douce et grave se met a résonner dans les oreilles de la jeune femme, dont l' attention est uniquement portée sur les paroles qu il prononce ...
Il commence à lui raconter une étrange histoire....Elle sourit petit à petit...Cette narration a tellement de similitudes avec sa propre vie...
Elle entend de plus en plus loin la voix dans sa tête...ses yeux se ferment...Un instant, elle essait de lutter contre l endormissement...Mais en vain....

Est ce la fraîcheur du lever du jour...Est ce la pâle lueur du soleil à travers les carreaux...
Pascale se réveille avec l impression d avoir dormi profondément.Une couverture est posée sur elle, et un bol de lait chaud est posé sur la table non loin d'elle.
La jeune femme se redresse et regarde autour d'elle...Personne...
Le souvenir de la veille est bien ancré dans sa mémoire....Le vieillard ...Bérenger...L histoire...Un sourire de bien être sur le visage, elle s étire...
Puis, se lève d un bond !...Ses compagnons de route doivent l attendre à la sortie de la ville...
Elle avale le liquide fumant...se brûle un peu...souffle en râlant...sort précipitement de la taverne ...
Elle réfléchira plus tard à tout ça ...Il est temps de reprendre la route...Et la route est longue...

--Berenger a écrit:
Depuis combien de temps arpente-t-il les chemins?...
L homme a vieilli sur les routes...Il a parcouru des centaines de lieues , franchi des ruisseaux, traversé des rivières...Inlassablement....
Depuis quelques jours il se reprend à espérer...
A pas lents, il avance dans ce village du Bourbonnais Auvergne...Mantel élimé et défraîchi....Bottes rapées, usées...
Barbe et cheveux longs grisonnants presque blancs ...Le visage a moitié caché sous un chapeau presque aussi vieux que lui...
Tout en marchant , il repense a son histoire...L histoire qui l a mené jusqu ici...
Juste pour au moins la voir...
Juste pour peut être la rencontrer...
Juste pour lui raconter...
Juste peut être pour qu elle accepte ce qu il pourra lui offrir...Peu de chose en vérité...Mais combien important pour lui...

Berenger entre à nouveau dans cette taverne vide...Son souhait va-t-il se réaliser ce soir?...
Le regard noir est triste. Il s approche de la cheminée , dépose son mantel et son chapeau sur le dossier d un fauteuil devant l âtre.D un geste las, il ranime les braises et rajoute quelques bûches dans le foyer.
Berenger s assied...Il attend...Les yeux mi-clos ...Le crépitement des flammes sur le bois... Un nom vient sur ses lèvres...Manon...
Les souvenirs s égrènent...Sourire sur ses lèvres minces...Il est tellement facile pour Berenger d évoquer les temps anciens alors qu avec la même facilité il oublie ce qu il a fait la veille...

Il a vingt ans..Il a .Manon....Si belle, si douce ,si blonde....Ils s aiment...
L amour que l on sait être éternel...Si l éternité existe...Ils vivent jour après jour cet amour si dense....
Jeunesse irréfléchie...La soldatesque embarque Berenger vers la route des croisades....
Promesse de gloire et de fortune...
Après de tendres embrassades, c est fièrement qu il abandonne Manon....
Ne sachant pas que c est la dernière fois qu il la tient dans ses bras , qu il sent la douceur et l intensité de leur amour...
La dernière fois qu il la voit....


Berenger essuie maladroitement la larme furtive qui coule dans les pliures du coin de ses yeux...Jamais il n a revu son aimée...ni vivante...ni morte...
Son visage se crispe sous la peine...Maudit soit il d avoir quitter Manon pour des rêves de grandeur!!
Il ravive un peu les flammes...Le regard d onyx se perd dans la lueur....
La seule chose qu il a ramené c est la vision du sang , de la souffrance et de la mort...
Un profond soupir s échappe de ses lèvres....Il ferme à nouveau les yeux....Les regrets sont inutiles....Il a fait le mauvais choix...

Le bruit de la porte....Des bottes qui claquent sur les carreaux de terre cuite....Le bruit qui s approche ...Le sourire sur le visage ridé s agrandit...La présence a ses coté fait battre son coeur un peu plus vite.....
Les paupières du vieillard s ouvrent...Une appréhension vite dissipée..
Le regard d onyx de Berenger s illumine devant la jeune femme assise en face de lui...croise celui de jade...

Bonsoir gente dame...C est un plaisir de voir....
Il ne la quitte pas des yeux...Elle parle ..se présente...Il ne retient que son nom ...Pascale...
Même le son de la voix lui semble sensiblement le même....
Dans le silence qui s installe, il l observe....Il retrouve certains traits..mais surtout..la couleur si originale de son regard..et la merveilleuse blondeur de la chevelure....
Avec douceur, presque tendrement Berenger prend la main de Pascale dans les siennes...
A nouveau son coeur se serre...Pourtant une nouvelle émotion semble naître....
Il est sûr maintenant...Même si ses yeux peuvent le tromper, son coeur lui ne le peut...
Il ne veut point lui faire peur...Elle a presque l air plus sereine qu a son arrivée...
Aprés quelques paroles qu il pense rassurantes

Aimeriez entendre conter une aventure...
De sa voix la plus douce, Berenger lui parle de l homme qu il est devenu à cause d un mauvais choix....
De ce vieillard qu elle a face a elle...De celui qui depuis quelques mois a retrouver peu a peu l espoir...
Tout en parlant, Berenger regarde la jeune femme qui se laisse bercer par ses paroles....
Il lui raconte ...Sans lui expliquer le lien qui peut l unir a elle...
Pascale sombre dans le sommeil...
Berenger reste un long moment à la regarder dormir.Puis avec regret , il lache sa main, se lève, attrape une couverture dont il la couvre.
Debout , il regarde encore cette belle jeune femme qu il suit de loin depuis quelques mois...
Le vieil homme est enfin heureux...Il va accomplir son devoir....Si elle l accepte...
Il rajoute quelques bûches...se rassoit et attend la levée du jour en surveillant d un oeil bienveillant le repos de Pascale...

La nuit commence a éclaircir...Berenger sort de sa contemplation et prépare un bol de lait chaud pour elle sur une table.
Une dernière fois, il s approche d elle...se penche et lui dépose un baiser sur le front....murmure

A bientot petite...Nous nous reverrons bientot...
Le veillard enfile son mantel , met son chapeau et sans bruit sort de la taverne....
Pascale33 a écrit:
Nouveau départ

Enfin, elle arrive en vue de son village d adoption...Montbrison...Une petite talonnade et Bonk accélère le pas.Pascale pénètre dans le village, regarde autour d elle , aperçoit des visages connus...Elle les salue...Enfin de retour...Une tournée des tavernes s impose...

Aprés quelques jours de joyeuses retrouvailles, il lui faut reprendre la vie quotidienne.La blonde reprend sa place de tavernière, rit, s amuse...a déjà oublié l épisode de sa rencontre avec le vieil homme.
Au contraire , la jeune femme en fait de nouvelles...
Comme toujours Pascale recherche de la compagnie...Le seul moyen pour elle de ne pas vraiment penser ni au passé, ni au lendemain...
Pour la rappeler à l ordre...Ses amies Capri, Deilayra et Rosanna, à tour de rôle, veillent sur elle et la protègent contre elle-même.
Pour interrompre son train train, elle part quelques jours à la traque aux brigands.
Elle en revient les mains vides, certes....Mais une étrange chose lui est arrivée.
La blonde s interroge... demande conseil ..ne comprend pas vraiment...
Avec cet homme a belle allure et au port de tête si noble, comment a-t-elle pu perdre tout ses moyens...
Le souvenir de son attitude avec le borgne lui effleure la mémoire....Non, ce n est pas la même chose...
Un mot lui vient en tête...Timidité...C est impossible!... Pas elle!!
Les jours passent, et Pascale ne peut admettre ce changement étrange de comportement de sa part en la présence du sire....Pourtant il est bien réel...

Un soir ou elle est en train de fermer la taverne , une estafette de la garnison vient lui porter un message.
Elle est réquisitionnée pour une escorte et doit partir immédiatement rejoindre le Duc et sa lance a Polignac..
La jeune femme munie de quelques victuailles , récupère son camarguais à la garnison et part à bride abattue, suivie du fidèle Horus, en direction du village voisin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carnets de voyage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carnets de voyage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Balades au B.A.-
Sauter vers: