Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Sam 1 Nov - 23:01

Bettym a écrit:
[Bureau de Brigandage]

Les plaintes affluaient, les descriptifs aussi. Le branle-bas était de rigueur tous les jours au bureau. Althiof, Beths, le Prévôt, en l'occurence Messire Azdrine encore pour quelques jours, et Bettym se mettaient en quatre pour préparer les avis de recherches à temps et pour répondre aux différents courriers qui leur parvenaient des villageois, soldats ou encore maréchaux qui croyait avoir reconnu une personne d'après les avis de recherches.

Malgré le fait d'un recensement de brigands pas plus nombreux qu'avant, les informations qu'ils recevaient des personnes soucieuses de la sécurité de leur village ou du duché, mettait du baume au coeur des responsables de ce bureau un peu particulier...

Toutefois, ils souhaitaient quand même faire une annonce importante et de taille afin d'éviter tout souci pour les victimes. Une annonce fut mise sur le panneau d'affichage du bureau en gros caractère...


Citation :
Chers Voyageurs & Habitants du Bourbonnais-Auvergne,

Arrow Vous avez été victime d'un vol ?

Veuillez contacter sous pli privé (IG ou MP) le Prévôt. Ceci en va de la validité de votre plainte. Il serait dommage que vous soyez accusé de diffammation alors que vous êtes une victime.

Arrow Vous avez reconnu quelqu'un sur un avis de recherche ?

Veuillez contacter sous pli privé (IG ou MP) le Prévôt ou Messire Althiof. Ceci afin que la victime ne soit lésée de votre maladresse. De plus, il serait dommage que vous soyez accusé de diffammation alors que vous souhaitiez aider notre duché.

Nous vous remercions de votre compréhension.
Le Bureau de Brigandage.

Une fois cette note apposée, les membres se regardèrent d'un air entendu et continuèrent leur travaux.
Titan34 a écrit:
[Clermont bureau du brigandage]

Au terme d'une longue chevauchée, Titan arriva en la Capitale, baguenaudant dans les rues, ses pas le menèrent au bureau du brigandage.

Curieux, comme à son habitude, voyant la porte ouverte, il pénétra dans les locaux, regardant les divers portraits de brigand qui tapissaient les murs.

Son regard, resta fixé, sur une photo d'une brigande, il resta longtemps pensif, certain d'avoir déjà vu cette personne, mais ou, là était la question.

Le bureau semblant désert à cette heure de repas, il tentât malgré tout d'appeler, demeurant toujours pensif.


Holà!!!!! y a t-il quelqu'un icelieu!!!!

il s'assit sur un siège tout proche, cherchant à se remémorer ses rencontres de ces derniers jours.
Bettym a écrit:
[Bureau de brigandage]

Alors qu'elle archivait des dossiers et que Beths et Althiof s'amusaient à simuler une arrestation de fou à lier (je vous laisse deviner qui faisait le fou Laughing ) dans l'arrière cour, Bettym entendit une voix à l'accueil.

Oui oui ! J'arrive ! fit-elle tout en se rendant vers la salle principale. Tiens ! Titan ! Qu'est-ce que tu deviens ? lui sourit-elle. Puis-je t'aider ? Alors qu'elle allait se préparer une tasse de tisane... Tu en veux ?
Titan34 a écrit:
[Bureau de brigandage]

Toujours assis, il entend des bruits venants de l'arrière, curieux, il allait se lever pour regarder par la fenêtre.
Un grincement de porte, puis une voix se fait entendre


Oui oui ! J'arrive ! Titan sursaute et regarde vers le couloir, il vit alors arriver Bettym, les traits un peu fatigués.

Tiens ! Titan ! Qu'est-ce que tu deviens ? Puis-je t'aider ?

Puis continuant sur sa lancé, elle commença à se préparer une tasse de tisane, lui en proposant une.

Oui , je veux bien Bettym, ça me désaltéreras dit-il en souriant En fait vois tu, je passais par là pour divers achats et je n'ai pu m'empêcher d'entrer, espérant te voir ou Althiof ajoutât-il rougissant.
En souriant et montrant le mur d'un geste ample.


Ben dis donc, tu as une sacré collection de portrait, cependant, l'un deux me laisse pensif.
Mais je t'embête buvons notre tisane et dis moi un peu, que deviens tu? Tu m'as l'air un peu fatiguées.
Bettym a écrit:
Des achats ? Tu repars en campagne ? fit-elle tout en servant son hôte, puis se retournant. Tu voulais nous voir ? Un souci ?

Bettym comme à son habitude ne cessait de poser des questions sans en attendre les réponses ou presque. Un mauvais tic qu'elle avait depuis la maréchaussée... assommer son interlocuteur de questions afin de le déstabiliser. Mais pour le coup quel intérêt avait-elle de le faire ? Aucun de toute évidence ! Elle ne faisait plus partie de la Prévôté et donc n'avait plus d'enquêtes à mener, à peine pouvait-elle former quelques personnes et encore !

Alors que Titan faisait l'éloge du tableau de chasses, Bettym sourit.


Alors dis moi tout... Quel portrait veux-tu acheter ? Sourire espiègle tout en tendant la tasse au Veilleur puis soufflant sur le liquide bouillant elle poursuivit. Mais non, tu ne m'embêtes jamais. Tu sais très bien que je suis à la disposition de ceux qui ont besoin et apparemment tu en as vraiment besoin. Tu m'as l'air même contrarié ! fit-elle préférant se soucier de Titan tout en éludant les questions qui se rapportaient à sa personne.
Titan34 a écrit:
[Bureau de brigandage]

Titan prit la tasse de tisane, bouillante, qui manqua de lui échapper des mains, il la posa rapidement sur la table prés de lui.
Il subit sans broncher, le flot de paroles continu de Bettym avec un petit sourire, profitant de souffler sur le liquide bouillant et attendant patiemment que Bettym est terminé.
profitant d'une petite trêve.


Oui! Vois-tu! Cette personne! Attend! Titan se dirigea vers les portraits, puis revint s'asseoir La Dame qui se trouve sur l'avis N° 62, Dame Wess il me semble, je suis certain de l'avoir rencontré déjà plusieurs fois, mais dernièrement ce fut en taverne ou à la sortie de taverne à Montbrisson.
Cependant je suis indécis, car elle portait une robe noire, mais enfin un vêtement se change, par contre les traits de son visage, je suis sur que c'est elle.


Il commença à boire sa tisane qui avait un peu refroidit, scrutant le visage de Bettym, en quête d'une réponse.
Bettym a écrit:
Alors que Titan lui expliquait ce qui le chagrinait, elle le suivit pour voir le portrait. Elle arracha l'affiche et la mit bien sous les yeux de son intercoluteur.

Tu veux dire cette femme là ?

Citation :
AVIS DE RECHERCHE n°62 (selon la nouvelle formule)

Oyez, Oyez,

Conformément à l'Annexe 1 du Livre III du Code Pénal du Codex du Bourbonnais Auvergne,

La Maréchaussée du Bourbonnais-Auvergne recherche activement une vile scélérate, originaire de notre duché, qui a brigandé sur les chemins de notre duché à l'est de Montbrisson dans la nuit du 29 au 30 septembre puis du 1er au 2 octobre 1456. Voici la description de ce fugitif :



Cet individu est très dangereux, certainement armé et peut-être idiot, toutes les précautions sont recquises si vous le rencontrez !

Si vous avez des renseignements sur ce malfrat, veuillez prendre contact avec les autorités.

Pour l'heure une prime de 100 écus est offerte pour chacune de leur capture conformément au décret ci joint.

Merci de m'avoir écouté !

Azdrine de Vissac
Prévôt des Maréchaux du Bourbonnais Auvergne


Voyant que le Veilleur n'avait pas l'air de douter une seconde, elle se dirigea vers la porte qui donnait sur l'arrière cour.

Tu m'attends un peu ? Je vais appeler Al et Beths. Je ne voudrais pas que l'on se trompe. Ce serait embêtant d'arrêter la mauvaise personne.

Elle lui fit un sourire avant de prendre son inspiration et de crier à tue-tête....

BBBBEEEEETTTTHHHHHSSSS ! AAAAAAALLLLLLLLLL ! VOUS POUVEZ VENIR AU LIEU DE JOUER AU MARECHAL ET AU VOLEUR ?

Puis se tournant vers Titan...

Avec ces deux-là, on n'a pas le temps de s'ennuyer ! De vrais momes... En tout cas, dans mon malheur, j'ai de la chance. Ils auraient pu jouer au papa et à la maman ou encore au docteur ! Ah non... ça c'est Messire Ninja !

Elle s'interdit de rire, à cette idée saugrenue, même si elle pensait souvent à ce médecin qui n'hésitait pas de jouer de son charme pour avoir la moindre attention. Pensées espiègles, elle reprit sa place aux côtés de Titan et sirota sa tisane à la bergamote.
Beths a écrit:
[Arrière cour du bureau de brigandage]


Ah mais nan tu te goures complètement mon pauvre Al!!! Ce n'est pas du tout ainsi qu'agirait un fou à lier!!!! M'enfin !!!!! Oh!!!!
A croire que tu n'as pas assez côtoyé de brigand pendant la loooooooooooongue expérience de prévost, alors qu'avec ma petiiiiiiiiiiite expérience de rien du tout j'en saurais plus que toi hum ?

Donc, je disais que pour arrêter un fou à lier de brigand, tu frappes d'abord. Avec tact, élégance, délicatesse, un bon gourdin quoi ... Paaaaaaaaaaaas une arme sophistiquée genre une fronde. D'te façon tu sais pas viser suzerain alors ...



Et blablablablabla.
C'était toujours ainsi entre eux : ils se ... chamaillaient. De toute façon il aurait dit blanc, elle aurait aussitôt dit noir, uniquement pour le plaisir de le contredire et la réciproque était parfaitement vraie. Bref Al et Beths travaillaient efficacement pour le bureau du brigandage à leurs heures perdues. Ils tentaient d'imaginer comment arrêter au mieux ces vils scélérats qui leurs échappaient.


C'est comme l'art du dessin que tu m'as appris et qui ...


BBBBEEEEETTTTHHHHHSSSS ! AAAAAAALLLLLLLLLL ! VOUS POUVEZ VENIR AU LIEU DE JOUER AU MARECHAL ET AU VOLEUR ?


La maréchale n'eut pas le temps d'achever qu'un déferlement, un soulèvement de terre, une voix incroyablement forte se fit entendre.

Beths étonnée regarda Al en clignant des yeux. Comment ? Une personne s'exprimait ? Et ce n'était pas elle ? Diantre!!!
L'un comme l'autre avaient reconnu la voix de Bettym. Ils se bousculèrent pour savoir qui arriverait le premier dans le bureau




[Bureau de brigandage]

VLAAAAAAAAAAAN


Porte violemment poussée qui sortirait presque de ses gonds, et qui en tout cas venait de rencontrer le montant du mur en un bruit sonore distinct. La Gondole et sa discrétion étaient arrivées, accompagnées comme il se devait du suzerain et de sa taquinerie.

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ?
Tu nous as appeléééééééééééé Bettym ?



La thiernoise remarqua alors la présence d'un homme. Bettym et lui sirotaient tranquillement quelques rafraichissements pendant qu'Al et elle travaillaient. Humpf....
Affichant un sourire, genre, tout est normal, elle se dirigea vers lui pour le saluer


Oh bonjour Titan, comment vas tu ? Puis les regardant respectivement

C'est l'heure du thé et de la détente ?

Regard espiègle, elle n'avait pu s'en empêcher.
Titan34 a écrit:
[Bureau de brigandage, pause tisane]

Pendant qu'il réexaminait pour la xème fois le portrait, tout en sirotant sa tisane, maintenant buvable sans risque de brûlure.
Il releva la tête, pour confirmer ce qu'il venait de dire, il n'en eu guère le temps qu'un hurlement se fit entendre, il porta ses mains sur ses oreilles.
Ce qui ne l'empêcha pas d'entendre le claquement brutal d'une porte sur le mur, tournant la tête, il vit entrer Beths, suivit de? de? Mais oui pas de doute, c'était bien le Baron Althiof.


Beths! Althiof! Quel plaisir de vous voir! Ben dis donc vous avaient l'air de vous entraîner dur.

Il se tut car déjà Bettym commençait à expliquer la situation.
Bettym a écrit:
Pas le temps de profiter de sa tisane et de Titan qu'une furie entre dans le bureau, alors que Al, égale à lui même, arrivait tranquillement, avec le flegme que tous lui connaissait.

- Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ? Tu nous as appeléééééééééééé Bettym ?
- Ah non ! Ce n'est pas moi... Ca ne vous va pas de jouer les fous, vous entendez des voix ! Mais... puisque vous êtes là, vous allez être utiles pour une fois !

Elle avait envie de rire à cette réflexion, imaginant Beths, boudeuse et faisant son caliméro... "la vie est trop injuste ! personne ne m'aime !" et Al, qui dirait "ah non ! c'est Beths qui ne fait rien moi je réfléchis !" Mais avant qu'elle n'ait eu le temps de faire les présentations d'usage, Beths salua leur hôte de marque...

Ben voilà, Titan pense avoir reconnu Dame Wess lorsqu'il était à Montbrisson. Je ne la connais pas donc je ne peux confirmer ou infirmer ses suppositions mais vous qui êtes souvent à Montbrisson peut-être que vous pourrier nous enlever ce doute !

Elle regarda ses deux acolytes et compagnons de travail depuis des années qui observaient l'affiche en long, en large et en travers... Au bout d'un moment, aussi impatiente de savoir que Titan, elle posa sa tasse sur le bureau et se figea droite comme un I devant les deux fous de la prévôté.

Alors ? C'est elle ou pas ? les deux points sur ses hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Sam 1 Nov - 23:07

Althiof a écrit:
[Arrière cour du bureau de brigandage]

Ah l'arrière pendant que Bettym tenait la barraque d'autres s'occupaient ou pluôt s'amusaient. Bein quoi on a bien le droit non.

Un fou à lier ? Bah moi j'en ai jamais trop vu. A part toi quoi ! Pire que toi ça existe ? Mouarf toi tu sais des choses ? Surement pour ça que tu poses moins de questions...

Tact, élégance, délicatesse tu dis ? Hum comme un bon coup d'oreiller au visage quoi ! Du tact, de l'élégance, de la délicatesse. Pis d'abord si je vise très bien. Même que je rate presque jamais ta tête...


Rhalala ils étaient incorrigibles mais c'était pour ça qu'ils s'entendaient si bien.

Le dessin ? Pwow je t'avais pourtant dis d'utiliser la main pas le pied sinon ça ressemble à rien !

BBBBEEEEETTTTHHHHHSSSS ! AAAAAAALLLLLLLLLL ! VOUS POUVEZ VENIR AU LIEU DE JOUER AU MARECHAL ET AU VOLEUR ?

Ouai on n'arrive y'a pas l'feu. Pis c'est Beths qui m'embête d'abord. Hé dis donc tu lui as donné des cours de cri à Bettym ?

Grand rire alors qu'ils se dirigaient vers le bureau. Puis Althiof fit un croche pied à Beths juste avant d'arriver à la porte.

Attention à la marche !

Elle trébucha un peu. Je t'avais dis de faire attention... enfin ! Arrête de boire et marche droit.



[Bureau de brigandage]

Pauvre porte c'était elle qui avait pris pour lui. Elle avait tremblée. Peut etre encore plus que quand Beths joue de sa voix pour tester la solidité des fondations du château.

Althiof salua Bettym et Titan.

Beths! Althiof! Quel plaisir de vous voir! Ben dis donc vous avaient l'air de vous entraîner dur.

Bonjour Titan, de même vraiment ravi. M'en parle pas quel entrainement ! En plus moi je traine un boulet tout le long.


Signe du pouce vers Beths. Pis d'abord on est vachement utiles Bettym. Enfin moi surtout. Beths c'est une pertubatrice !

Ben voilà, Titan pense avoir reconnu Dame Wess lorsqu'il était à Montbrisson. Je ne la connais pas donc je ne peux confirmer ou infirmer ses suppositions mais vous qui êtes souvent à Montbrisson peut-être que vous pourrier nous enlever ce doute !

Alors ? C'est elle ou pas ?


Althiof regarda l'avis puis la description de Titan. Il voulait en être sûr mais cela semblait évident.

Hum oui pour moi ça ne fait pas de doute, il s'agit bien de Wess.

T'en penses quoi Gondole ? Enfin si t'es capable de penser. Te froisse pas le neurone surtout.
Beths a écrit:
[Bureau de brigandage]


Mais pourquoi regardaient ils tous cette porte avec désespoir ? Elle avait quoi la porte ? Beths se retourna, ben nan elle était bien là toujours en place. Bon avec une léégèèèèèèèèère trace sur la clenche, mais c'était de la faute de Al d'abord!! Il avait tenté de la faire s'étaler par terre. Franchement quelle idée!!! Elle aurait pu baver sur le sol ce qui eut été ennuyeux pour tout visiteur qui passait par la .. une vrai glissade assurée.


En plus moi je traine un boulet tout le long.

C'est pas gentil de parler ainsi de ta descendance!!!!! Non mais c'est vrai quoi! Je sais bien que tu dois prendre les deux grands avec toi pendant que Kory s'occupe de Timotée, mais bon ...
Sont où d'ailleurs les gosses ?


Elle regarde autours d'elle, mais nan les grands petits ne sont pas là. Elle adresse un regard de reproche au père.

Pis d'abord on est vachement utiles Bettym. Enfin moi surtout. Beths c'est une pertubatrice !


C'est paaaaaaaaaas vrai!

Franchement!!



Puis se tournant vers Titan

N'est ce pas Titan ? Je ne perturbe personne moi!

Euh à la réflexion ... Secouage de tête, replacement d'idée, écoute Bettym et son sérieux revient. Elle examine attentivement l'affiche et le portrait qui y est dessiné.
Dame Wess ... hum ...

Al semble sûr de lui quant à elle


T'en penses Gondole ? Enfin si t'es capable de penser. Te froisse pas le neurone surtout.


Elle lève les yeux au ciel. Mon royaume pour un oreiller, mon rooooooyaaaaaaaume pour un oreiiiiiiiiiiiiiller!!
Judicieusement Bettym avait retiré toute arme possible de la pièce, quelle tristesse! Enfin, elle les connaissait bien il fallait dire



Eh bien, oui il semble que c'est elle. Je ne suis pas Montbrissonnaise, mais cela lui ressemble effectivement.
Mais quelle surprise ! Elle ... elle serait un brigand ?
Titan34 a écrit:
Titan regardait à tour de rôle Althiof et Beths, après avoir examinés attentivement l'affiche, Althiof reconnu indéniablement la coupable comme étant Dame Wess, Il sourit en entendant Beths se qualifier d'éléments non perturbateur.
A son tour, Beths s'étant penchée sur l'affiche, Beths confirma également que c'était sûrement cette personne, émettant une petite réserve n'étant pas Montbrissonnaise, paraissant même surprise.


Mais non Beths, tu n'est pas perturbatrice! petit sourire de coin et il poursuivit Oui , vois tu Beths, cela me surprend aussi, cependant, il faut se méfier de l'eau qui dort.
Bettym a écrit:
Les deux maréchaux se chamaillaient tant et plus mais, Bettym resta un moment interloquée en apprenant que les petits de Al étaient dans le secteur...

Ils sont où tes petits ? J'espère que tu ne les as pas attachés à un arbre pour leur faire croire qu'ils étaient tes otages dans votre simulation ! Père indigne que tu es !

Mais la suite valait bien le détour quand Al accusa Beths de pertubatrice. Comme à l'accoutumée, la Prévôt Royal des Provinces Vassales nia en bloc prenant à témoin Titan qui le pauvre homme devait bien se demander dans quel bureau de fous il était entré. La réponse qu'il fit n'étonna point Bettym. Titan, si poli, n'avait osé affirmer les pensées de tous. OUI Beths était une perturbatrice mais si attachante que personne ne lui en voulait et peut-être que même beaucoup en redemandaient comme ce cher Al.

Bon ben 3 contre 1, adjugé vendu ! Titan, tu as gagné le gros lot. Al va te faire un courrier pour le maréchal de Montbrisson. Elle regarda l'ancien/futur prévôt le sourire en coin alors que ce dernier rechignait à la tâche. et un autre pour le duché afin que tu puisses demander ton dû.

Elle était heureuse qu'un brigand de moins soit poursuivi en tout cas pour la maréchaussée. Maintenant, il restait le procès et là, cela allait être moins marrant mais qu'importait... Le tout était que les victimes soient dédommagées et que le juge fasse son travail correctement.

Et si on fêtait ça avant que vous ne partiez pour Montbrisson ? Moi je garde la boutique... on ne sait jamais !

Joignant le geste à la parole, elle sortit une bonne bouteille d'hypocras et servit toute l'assemblée.

A un brigand de moins ! trinqua-t-elle.
Beths a écrit:
Elle pouffa de rire la Gondole en voyant l'air indignée de son amie lorsqu'elle appris que les enfants d'Al étaient par là, mais sans la surveillance de leur père ... ça promettait. Beths s'amusa à compter les points : Gondole 1, Cournon 0
Ehehehe

C'est ensuite qu'elle nia être une perturbatrice ce dont l'accusait son suzerain ce qui était totalement farfelu. La maréchale prit même à parti le pauvre Titan qui n'avait rien demandé, enfin qui simplement venait œuvrer pour la tranquillité de son duché ... Bien évidement le galant Titan ne pouvait qu'affirmer l'exacte vérité, il n'aurait su mentir ... et le sérieux revint, la reconnaissance, sa question, une réponse.


Oui , vois tu Beths, cela me surprend aussi, cependant, il faut se méfier de l'eau qui dort.

A cette phrase, elle ne peut que sourire

Oui Titan, tu as parfaitement raison.

Et Bettym prit les choses en main, comme elle savait si bien faire.


Bon ben 3 contre 1, adjugé vendu ! Titan, tu as gagné le gros lot. Al va te faire un courrier pour le maréchal de Montbrisson, et un autre pour le duché afin que tu puisses demander ton dû.


Et biiiiim mon suzerain, comme tu t'ennuyais, voila du boulot pour toi Le sourire de la jeune femme s'élargit

Râle pas, j'y suis pour rien, c'est Bettym Mouvement de l'index dans la direction de son amie.

Puis Bettym proposa de faire la fête, ce qui n'étonna nullement la Prévost Royal


Excellente idée Bettym! Elle ne put s'empêcher de lui chuchoter

Dis tu n'aurais pas de la liqueur de châtaigne plutôt ? C'est meilleur que l'hypocras non?

Une légère rougeur imperceptible marque ses traits, et puis ne souhaitant surtout pas lancer de débat devant le regard désespérée de Bettym, elle attrape son verre et trinque avec les autres.

Un grand HOURRA à toi Titan ! Pour l'avoir reconnu.

Bon maintenant, il nous reste à l'assigner, l'arrêter, monter un dossier, pour que le Procureur et le Juge fassent leur travail.

A un brigand de moins !



S'il pouvait y en avoir de moins en moins, pour que leurs routes soient plus sures. Mais Beths ne désespérait pas : un jour, cela serait vrai.
--Matthis. a écrit:
c'est trop tentant alors le fiston va réagir ^^ Embarassed

Matthis était avec sa soeur, dans un coin du bureau très sage, il travaillait sur une plainte lui aussi, digne fils de son père le futur prévôt. Eléa jouait avec une poupée, c'est nul les filles ! Sauf Maman et Athalia.

Il avait trouvé un encrier tout seul en fouinant un peu dans les tiroirs, comme son père, il l'avait observé plusieurs fois son papa et il fouinait dans les tiroirs. Il plongea ses doigts dedans et commença à faire un beau dessin de la dame qui l'avait embêté l'autre fois, comme les affiches sur les murs. Il fallait bien faire dans les règles, si on la retrouvait il donnerait une petite pièce d'un écu, il n'était pas très riche, un comble pour un noble.

Il regardait les grands s'agiter, même que les dames elle criait après son Papa en disant que c'était un mauvais père. Mais Matthis n'était pas de cette avis, il attrapa son parchemin d'une main, allongea les bras le long de son petit corps et regarda les dames.


Zentil mon Papa ! Lança le petit garçon. Pas boulet ! rajouta-t-il. Bonzou !

Il s'approcha de son Papa et lui tendit son bout de parchemin.

Peux che'cher dame ? A dit à moi que euh.. Taite... Traite... Traitre ! Dis à moi Traître ! La t'ouves et tu punis elle !



Dame hu'le tout le temps, tout le temps ! G'ande bouche !

Il laissa le dessin à son Papa, se demandant si il reconnaîtrait Beths dessus. Après tout c'était elle qui l'avait traité de traître en chambre des nobles quand il avait donné l'oreiller à Ninja. Il regarda les dames et le messire boire en attendant une réaction de son père.
Bettym a écrit:
Alors qu'ils discutèrent et trinquèrent, une petite voix et une feuille firent leur apparition au milieu des "grandes" personnes.

Bonjour jeune homme ! fit-elle, après avoir trouvé la tête de Matthis cachée derrière le dessin.

Elle sourit en admirant le portrait qu'il tendait à son père puis se mit à hauteur de petit.


Tu veux bien donner ton avis de recherche à cet homme-là, Matthis ? fit-elle en montrant Titan. C'est un bon chasseur de prime et je suis sûre qu'il trouvera celle qui a osé dire que tu étais un traître. Vraiment, elle n'est pas gentille cette dame. Parler de toi comme ça alors que tu aides déjà ton duché !

Elle fit mine d'être offusquée face au garçonnet mais en son for intérieur, elle avait une forte envie de rire. Puis une idée lui vint en tête.

Matthis ? Je sais ce que je vais faire... Elle s'approcha de son oreille et lui chuchota ce qu'elle avait en tête, une lueur amusée. Tu es d'accord ? fit-elle après avoir exposé son idée.
Althiof a écrit:
Althiof tira la langue à Beths.

Bah oui il vaut mieux que ça soit moi, avec tes grosses mains potellées tu ferais des pattés partout ça serait illisble. Quand on voit déjà comment tu dessines... Pis tu vas encore boire... T'ecriras pas droit. Rhalala et c'est prévôt royal ça... Bois sans soif ! Trou sans fond !

Un bim un partout ! Il y avait tellement d'agitation dans ce bureau que Matthis et Eléa qui avaient accompagné leur père passaient presque pour des anges. Presque hein faut pas trop en demander. Matthis avait même pris un crayon pour dessiner. Il semblait bien concentré. Ca avait l'air sérieux.

Après qu'il ait fini, il arriva vers lui.


Peux che'cher dame ? A dit à moi que euh.. Taite... Traite... Traitre ! Dis à moi Traître ! La t'ouves et tu punis elle !

Il prit le portrait et le regarda avec de grands yeux.

Tiens regarde patate. Matthis dessine mieux que toi... Traître ? Qui a osé dire ça de toi mon grand. Un chevalier en plus !

Dame hu'le tout le temps, tout le temps ! G'ande bouche !


Il sourit. Il tourna le portrait un peu dans tous les sens. Il essayait de se retenir de rire et jettait des coups d'oeil à Beths. Toute façon à l'endroit, à l'envers ou de travers, vu l'original ça ne pouvait être que ressemblant. C'est à dire que ça ressemblait pas à grand chose. La bouche en tout cas était parfaite.

Il rendit le dessin à son fils puis Bettym lui chucota quelque chose et le petit garçon se dirigea vers Titan et lui tendit le dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Sam 1 Nov - 23:10

Beths a écrit:
Alors qu'ils sirotaient tranquillement un douce liqueur ou un doux verre de vin, Al se mit à lui tirer la langue tout en précisant évidemment qu'elle était une soiffarde.
Elle haussa les épaules. Mais quelle idée! Franchement, elle qui était si sage, et qui ne buvait jamais plus que de raison, sauf lorsque la raison était perdue. Ce qui pouvait malencontreusement parfois arriver.
Elle renonça à lui répondre ... hum ... eh puis non, en fait non


Quand on voit déjà comment tu dessines...

J'ai le talent de mon professeur mon cher Al.



A son tour de lui tirer la langue. Quel dommage que Bettym avait vraiment planqué tous les oreillers, humpf. Il n'en restait vraiment pas un, il ne restait même pas une plume. Enfin avec une plume, elle n'aurait pas été bien loin, quoi que cela pouvait s'avérer être une arme redoutable pour qui savait en user.


Et soudain, une petite voix se fit entendre, Matthis, son petit traite héros. Elle commença à lui sourire lorsqu'elle remarqua qu'il tentait une feuille à son père. Ne pouvant empêcher sa curiosité de savoir, elle regarda le dessin. Mais ... Maaaais ... MAAAAAAAAAIS ???!!! C'était un portrait ?!
Elle en resta pantoise. Pendant ce temps là Bettym admirait déjà l'œuvre en suggérant à Matthis de donner le portrait à titan pour qu'il parte en quête.
Bien évidemment Al s'occupa de cette affaire puisqu'il se mit à regarder avec sérieux le dessin de son fils tout en étant ... charmant avec elle.



Tiens regarde patate. Matthis dessine mieux que toi...

Aucune objectivité ! Et puis tu devrais l'savoir Prévot Royal que tu es juge et parti dans cette histoire ! Humpf !


Dame hu'le tout le temps, tout le temps ! G'ande bouche !

Pfffff elle était exaspéré! Comment Matthis pouvait il dire qu'elle avait une grande bouche ??? Rhaaaaaaaaaa!!!

Elle ne huuuuuuuuuuuuurle pas!!!! Elle s'expriiiiiiiiiiiimeuh la Daaaaaaaaaaaaame

Elle eut le bon ton de rougir un peu après s'être exprimée, et ayant dévoilé un futile indice sur qui diantre pouvait être cette Dame.
Elle vit Bettym s'accroupir et chuchoter quelques mots au jeune garçon. Beths leva les yeux au ciel se demandant ce que Bettym avait derrière la tête.
Hum ... Puis se tournant vers Al


Eh bien il faut mener contre enquête. Pourquoi cette Dame aurait dit à ce jeune chevalier qu'il était une traitre hum ? Ne se serait il pas, par hasard, allié à un quelconque individu fort sournois, pour tenter de mettre à mal la faible, tranquille, adorable, et fragile Dame ?

Devant le rire étranglé qu'elle entendit derrière elle, sa tentative de recherche d'explication ne devait pas être tout à fait la bonne ...
--Matthis. a écrit:
L'on finit par le remarquer, il était content, même que son Papa le complimenta sur son dessin, il le regarda tout fier avec un grand sourire, parait même qu'il dessinait mieux que Beths. Il sourit en se grattant la tête, est-ce qu'elle l'avait reconnu. Pas forcément sur...

Il attrapa à nouveau son dessin, puis Bettym lui chuchota quelque chose dans l'oreille, il la regarda avec des grands yeux ronds et hocha la tête de bas en haut.


'Acco' !

Puis il se dirigea vers Titan pour lui donner son dessin et voir si il était si fort que ça pour trouver les personnes, surtout que là c'était très facile, Beths était dans la pièce. Et ça ne manqua pas , Beths se mit à hurler, Matthis posa ses mains sur ses oreilles et même avec ça, il entendait encore Beths.

Son papa, juge et parti ? Mais il était pas parti son Papa et il était encore moins juge, il était prévôt chez le Roy. Elle disait vraiment n'importe quoi Beths !

Tu dis 'étises : Pas pati Papa et pas zuge !

Matthis la regarda et se prit un hurlement dans la tronche. Il la regarda et grimaça, elle venait d'hurler... C'est bien.

Eh bien il faut mener contre enquête. Pourquoi cette Dame aurait dit à ce jeune chevalier qu'il était une traite hum ? Ne se serait il pas, par hasard, allié à un quelconque individu fort sournois, pour tenter de mettre à mal la faible, tranquille, adorable, et fragile Dame ?

Matthis la regarda et lui répondit les bras tendu le long de son corps.

Pace que ! Pace que... l'est messante ! Il ne savait pas trop comment se sortir de ça, et puis il était mauvais en mensonge, il se faisait tout de suite griller par son père et s'enfonçait généralement tout seul.

Pou' zouer ! Papa zoue aussi ave' les n'oreillers ! Alo' moi aussi ze peux !

Matthis regarda son père en souriant et glissa sa main dans la sienne, comme ça, elle ne pourrait pas lui dire quelque chose, parce que son Papa était là pour le protéger.
Bettym a écrit:
Tandis que Matthis donnait des explications tant et plus, Bettym se mit au bureau et rédigea une note...

Citation :
AVIS SPECIAL DU BUREAU DE BRIGANDAGE DU BOURBONNAIS AUVERGNE :

En date du 31 octobre 1456 : valable jusqu'à l'arrestation.


Citation :
Oyez, Oyez,

La Maréchaussée du Bourbonnais-Auvergne recherche activement une noble qui aurait insulté le petit Matthis de Cournon, fils de notre cher Prévôt. Cette personne est originaire du Bourbonnais Auvergne. Ces méfaits ont été constaté dans le courant de ce mois-ci à la chambre des nobles. Voici la description de cette diffammante :



Cette personne peut être dangereuse surtout si vous lui dites qu'elle est blonde ou qu'elle crie. Toutes les précautions sont recquises si vous la rencontrez !

Si vous avez des renseignements sur ce noble, veuillez prendre contact avec les autorités.

Pour l'heure une prime de 1 écu est offerte pour tout renseignement.

Merci de m'avoir écouté !

Bureau de Brigandage

Elle s'approcha du petit, tout sourire...

Regarde, tu en penses quoi ? Devant la mine enjouée du petit elle lui lança... On l'affiche ?
--Matthis. a écrit:
Il avait vu la grande dame qui s'appelait Bettym apparemment partir rédiger quelque chose, il donnait de nombreuses explications à son père et Beths.

Bettym s'approcha de lui et lui montra une affiche, Matthis posa ses mains dessus et fit semblant de la lire, parce qu'il ne savait pas encore lire et puis il fallait s'intéresser c'était hautement important cet avis de recherche, il fallait chercher quelqu'un de très important. Il reconnu son prénom et son dessin.


Pafait ! Dit le petit garçon en frappant dans ses mains. Peut-être que lui aussi plus tard il ferait un bon prévôt. Il sourit à Bettym et s'approcha timidement pour lui faire un petit câlin contre ses jambes.

Me'ci ! Vi on le z'affisse ! Matthis regarda Bettym en souriant et sortit des bidules de sa poche, bouton, bout de bois caillou, une petite pièce que son père lui avait donné. Il s'approcha du bureau et posa tout son petit trésor qui valait beaucoup pour lui et dit.

Ze voudais des bièhes pou' tout monde ! Même pou' moi ! Dit il en faisant un grand sourire à son père, il savait qu'il la lui prendrait mais pas grave, avec son avis de recherche il se trouvait assez grand lui pour en boire.
Beths a écrit:
Alors qu'elle tentait de faire comprendre à l'assemblée présente que le fils était en tord sous l'oeil critique du père et de Bettym ... ah non, Bettym était plus loin, assise devant le bureau en train de travailler.
Elle était épatante Bettym, ou alors elle avait l'habitude et savait travailler malgré les hurlements et les expressions qui tombaient régulièrement.



Pace que ! Pace que... l'est messante !

Oh Matthis!! Menteur !



Mais bien évidemment personne ne la croirait. Le petit de Al et Kory était bien trop mignon avec ses yeux plein de timidité et de confiance ... rhhhaaaaa les enfants!!! de vrais bandits! Elle penserait à les utiliser plus souvent pour faire des demandes officielles, elle enverrai un sceaux ET un fanfant, peut être l'écouterait on.

Pou' zouer ! Papa zoue aussi ave' les n'oreillers ! Alo' moi aussi ze peux !

gnnnn
Comment expliquer à un enfant que ... que quoi au juste ? Que ce n'était que pour les grands enfants ? Qu'il risquait de se faire mal ? Boaf, elle haussa les épaules, après tout, lui aussi avait droit de jouer, tant qu'il ne complotait pas comme il l'avait fait pour être deux à l'attaquer ...


Et brusquement Bettym s'approcha de Matthis lui chuchotant quelque chose et lui montrant un papier.
Beths ne put s'empêcher de s'approcher et de jeter un oeil au document de Bettym. Ce qu'elle y vit la fit trembler de colère. Diantre, voila qu'elle faisait les frais du bureau du brigandage contre son gré !


ggggggnnnnnnnnnnnn!!!!

Non, non, elle ne hurlerait pas ...

Elle se rapprocha de Bettym et l'attrapa par le coude pour l'éloigner un peu


Ah non, non et non et encore non et triple non et flute !

Je vaux bien plus qu'un écu ! M'enfin !!


Ses yeux se firent rieur, et elle ne put s'en empêcher, elle éclata littéralement de rire.
Rhalala, entre Bettym et Althiof, le bureau était magnifiquement géré et en prime, l'on y travaillait dans la bonne humeur. Beths était heureuse.

Et son rire redoubla encore lorsqu'elle entendit Matthis réclamer des bières. Elle regarda Al



Encore un soiffard de plus à Cournon ? Quelle misère pour ta cave!
Althiof a écrit:
Beths essayait de rester calme mais ça semblait un effort surhumain pour elle.

Ah non, non et non et encore non et triple non et flute !

Je vaux bien plus qu'un écu ! M'enfin !!


Il rit. Voilà donc le problème. Il fouilla dans sa poche et en sortit un vieux gâteau entammé et une pièce rouillée.

J'ai ça si tu veux. On peut le proposer en plus pour ta capture. M'etonne d'ailleurs que Matthis t'ait pas encore sauté dans les pattes pour t'arrêter.

Sourire à son fils qui le regarde et qui sourit à son tour en allant vers Beths mais il revint pour demander une bière. Althiof rit et leva les yeux au ciel.

Encore un soiffard de plus à Cournon ? Quelle misère pour ta cave!

M'en parle pas. A force de te cotoyer ils prennent de mauvaises habitudes. Heureusement que t'as pas encore trouvé la cave.
Alex0159 a écrit:
Alex arriva au bureau du brigandage d'un pas nonchalant. Il avait des information concernant un avis de recherche et avait décidé d'aller en personne donner l'information. Après avoir passé quelques gardes, il entra dans un bureau rempli de jolies femmes.

Bien le bonjour mesdemoiselles;

Marque une pause.


J'aurais du commencer par venir ici pour rencontrer de jolies femmes.


Sourit


C'est un critère pour être intégrer au bureau du brigandage?

Enfin, je viens apporter mon témoignage concernant l'avis de recherche "spécial". J'ai des informations a vous communiquer et par conséquent, une récompense a toucher.
Beths a écrit:
Elle avait commencé doucement à ranger un peu ce qui leur tenait lieu de bureau suite à leurs dernières chamaillerie avec Al, Bettym, et Matthis, lorsqu'un individu entra et se présenta au bureau du brigandage.
Se relevant et grimaçant un ouch, son pauvre dos la tiraillant à cet instant


Bien le bonjour mesdemoiselles,

J'aurais du commencer par venir ici pour rencontrer de jolies femmes.


Sa pelle en main, la mèche rebelle lui tombant sur le nez, soufflant dessus, laissant une trace de poussière sur la joue ...

Bien le bonjour Messire ...

Mais où diantre avait-il vu les jolies demoiselles ?
Beths se tourna un peu ... aaaaah oui, les avis de recherches. Certains portraits étaient tout simplement magnifiques et certaines Dames sublimes, enfin si tant est que l'on pouvait les appeler Dame ... au vu de leurs vils crimes.


C'est un critère pour être intégrer au bureau du brigandage?

Elle se mit à pouffer de rire la maréchale

Nan j'crois pas!

De nouveau le rire lui secoua les épaules, rire qui se calma aussitôt entendant les paroles de l'homme.

Enfin, je viens apporter mon témoignage concernant l'avis de recherche "spécial". J'ai des informations a vous communiquer et par conséquent, une récompense a toucher.

Zut de zut de flute de rataflute pensa immédiatement Beths en tentant d'adresser à son visiteur un sourire angélique. Bon elle avait très sérieusement des cours à prendre en la matière car vu les yeux ronds de l'homme en face, son sourire angélique ensorceleur était totalement à revoir. Booooon, restait plus qu'à être elle même, c'est à dire à l'assaillir sous les questions.

Ah? Des informations ? Mais c'est intéressant ça! Où? Quand ? Comment ? Quelle heure ? Pourquoi ? Enfin tout ca tout ca. Racontez moi TOUT! Parce que vous comprenez bien que je dois vérifier vos dires, vos affirmations, vous pourriez vous tromper, il me faut enquêter, et s'il s'avère que vous avez eu raison ... alors ... eh bien voui surement une récompense ...

Chose à laquelle elle ne préférait même pas penser.
Alex0159 a écrit:
Alex observa la petite scène assez surpris de l'organisation peu commune du bureau du brigandage. Étant habitué aux allures martiales des diverses salles des plaintes, bureaux de lieutenant ou encore salles d'audience de tout genre... Il se trouva très vite amusé devant la fraicheur et la curiosité non dissimulé de la demoiselle. Il décida de s'amuser un et lui adressa un large sourire.

Ah? Des informations ? Mais c'est intéressant ça! Où? Quand ? Comment ? Quelle heure ? Pourquoi ? Enfin tout ca tout ca. Racontez moi TOUT! Parce que vous comprenez bien que je dois vérifier vos dires, vos affirmations, vous pourriez vous tromper, il me faut enquêter, et s'il s'avère que vous avez eu raison ... alors ... eh bien voui surement une récompense ..


- Eh bien mademoiselle, j'irais droit au but il s'agit de ...


Il s'interrompit se dirigeant vers une console sur laquelle une carafe de vin était posé:


- Je peux?


Sans attendre la réponse, Alex servit deux verres de vin


- Vous comprenez, j'ai fait un long voyage et j'ai accouru ici dès que j'ai vu cet avis de recherche. D'ailleurs, je suis impardonnable je ne suis même pas présenté; Je suis Alex0159 et je viens de Provence. Ravi de vous rencontrer.


Attend une réaction de la jeune femme avant de poursuive, en se demandant si son nom lui évoquerait un vague souvenir. Pas certain au vu de l'empressement de la demoiselle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Ven 7 Nov - 15:11

Beths a écrit:
Elle était paaaaaaaaarfaitement à l'aise. Paaaaafaitement. Une pelle à la main, poussiéreuse, avec un homme en face qui disait avoir des éléments sur l'avis de recherche spécial. Gloups. Bettym lui payerait ça un jour. Oh oui! Quelle idée avait-elle eu boudiou d'boudiou.

Sa tentative de sourire ensorceleur angélique s'étant soldé par un échec, elle avait, eh bien fait ce qu'elle savait faire de mieux. Questionner.


Eh bien mademoiselle, j'irais droit au but il s'agit de ...

Elle buvait littéralement ses paroles. Sa main en serrant le manche de la pelle serrant et serrant encore jusqu'à en avoir les jointures qui blanchissaient. Qui avait-il reconnu ... QUI?!
Mais pourquoi se dirigeait il vers la console ? Il voulait un coup de pelle ?


Je peux?

Rhaaaaaaaaaaaaaa naaaaaaaan!!!! Et pourtant la politesse l'emporta dans un grommellement

Gnnnn Mmmmouais faites donc

Mais l'homme se servais deux verres de vins en justifiant un long voyage, mais elle n'en avait que faire!!!! Allait elle devoir l'attraper par le col et le secouer pour avoir sa réponse ?
Préférant déposer la pelle de peur d'une quelconque bavure, elle se tourna pour la déposer au sol prêt de l'entrée, ne prêta qu'une oreille distraite à ses dires sauf que quelque chose fit tilt dans sa tête.


Je suis Alex0159 et je viens de Provence. Ravi de vous rencontrer.

Aussitôt elle se retourna et ses yeux étudièrent avec beaucoup d'attention l'homme, sa méfiance et son instinct étant aussitôt en alerte. Que faisait cet homme ici ? Ce n'était pas une simple coïncidence. Elle avait désormais le choix entre jouer les bécasses, ce qu'elle faisait en fait relativement bien ou bien aller droit au but. Hum ...

Raaaavie, raviiiiiiiie de vous rencontrer et de voir que même nos chers voyageurs portent un intérêt éééééévident à nos avis de recherches. Vous disiez donc avoir des éléments ?
Et puis, mais vous venez de loin Messire, la Prooooovence, tout de même. Pouquoi être vous là ?


toute sa petite tirade avait été dite sur un ton légèrement aigüe a l'exception ... de la dernière phrase qui tomba froidement.
Alex0159 a écrit:
Pourquoi être vous là ?

La phrase tomba et malgré la tonalité détachée et enjouée de la conversation, Alex compris immédiatement que cet entretien avait pris une nouvelle tournure. Il garda son air enjoué et détaché en affichant un grand sourire puis repris.

- Certainement pas pour le climat n'est ce pas ?


Émit un léger rictus en jetant un œil par la fenêtre ou la grisaille dominait. Il en profita pour remettre une buche dans l'âtre et se dirigea vers un fauteuil dans lequel il prit place son verre de vin à la main.


- Ou en étions nous déjà? Vous m'excuserez je ne suis point habitué aux choses de loi voyez vous. Et puis je dois avouer être légèrement troublé. Je ne m'attendais guère a tomber sur une charmante jeune femme icilieu.

Je me voyais déjà dans un bureau austère avec un fonctionnaire zélé, fort peu aimable.
Beths a écrit:
Mais il gardait le sourire. Etrange pourtant, elle avait cru déceler dans l'éclat de son regard quelque chose, quelque chose de dangereux. Cet homme n'était pas venu innocemment. Qu'attendait il exactement ? Elle savait pertinemment qui il était ... et ce qu'il avait fait. Elle ne l'avait jamais vu toutefois, c'était la première fois, mais un nom, un dossier, elle n'oubliait jamais, c'était son défaut, sa lubie, et était son salut.

Elle observa donc l'homme attentivement


Certainement pas pour le climat n'est ce pas ?

Le ton était trop détaché. Elle se regarda mettre une buche dans l'être et s'installer dans un fauteuil verre à la main.
Elle même jeta un oeil sur la console. Il avait servi deux verres. Plutôt galant donc. Et puis, un verre, cela ne pourrait pas lui faire de mal. Elle se dirigea vers la console, prit le verre dans une main, en admira la couleur chaleureuse, la robe velours, et s'adossa contre le meuble attendant la suite.



Ou en étions nous déjà? Vous m'excuserez je ne suis point habitué aux choses de loi voyez vous. Et puis je dois avouer être légèrement troublé. Je ne m'attendais guère a tomber sur une charmante jeune femme icilieu.

Je me voyais déjà dans un bureau austère avec un fonctionnaire zélé, fort peu aimable.


Elle se mit à sourire l'adjoitne au prévot du BA. Galant et charmeur, voila comment était son interlocuteur. Amusée, elle constata qu'elle avait changé. Ceci l'aurait très certainement agacé il y a peu, mais aujourd'hui ... hum.
Son sourire se fait amusé et mutin. La conversation risquait d'être amusante.



Diantre, mais quelle opinion de ce beau Duché. D'une part le climat y est rude, mais cela forge le caractère et l'esprit. Et puis toutes les jeunes femmes sont charmantes, sinon elles sont vite expédiées hors BA, c'est évident, nous gardons que les meilleurs crus. La jeune femme se retient difficilement de rire

Eh bien trinquons messire, à votre ... trouble.

Le regardant droit dans les yeux, sourire amusé toujours affiché sur ses lèvres, elle lèva son verre puis le porta à ses lèvres.

Messire, j'espère que votre trouble ne durera pas. Vous avez franchi ce bureau pour une raison précise. Je suis toute ouie.

L'âtre crépitait prodiguant douce chaleur. Beths en était heureuse, cela promettait d'être long
Alex0159 a écrit:
Alex était aux anges ravi de passer un moment en si charmante compagnie. Un verre de vin à la main auprès en du feu, pour rien au monde il n'aurait souhaité être ailleurs. La réputation de "dragons" du pôle justice du BA était donc quelques peu fortuites; A la bonne heure.

Il observa amusé le changement de comportement de Beths qui ne manqua pas de l'amuser quelque peu.


Eh bien trinquons messire, à votre ... trouble.

- Oui, trinquons avant de parler de l'affaire qui nous préoccupe.

Il effleura son verre et un Tchin se fit entendre.


- A mon trouble passage.


Il sourit en la regardant avant d'ajouter.

- Et a celle qui en est la cause.

Il porta alors le coupe a ses lèvres puis s'installa avant de commencer son récit. Il jeta un coup d'œil aux flammes crépitantes puis commença:

- eh bien soit entrons dans le vif du sujet. Comme je vous le disais, je viens de Provence et je dois dire que le hasard m'a fait rencontrer sur le chemin celle qui, a mes yeux semblent être la personne représentée sur votre avis de recherche.

Marque une petite pause:

- Je dis bien le hasard car je dois bien avouer que des événements indépendants de ma volonté ont bien souvent repoussé ce voyage dans ma terre natale qu'est l'Auvergne. Des broutilles d'ordres juridiques interminables - Vous connaissez comme moi la lenteur de la Dame aveugle quand il s'agit de relaxer un honnête homme.

J'ai eu ensuite des obligations que les provençaux, dans leur grande sagesse ont voulu me confier; une charges de maire; puis un poste de responsable de la garde comtal, celle de responsable de lance des volontaires Aixois.


Il s'arrêta une seconde en la fixant; elle avait su le mettre a l'aise et c'est avec plaisir qu'il parlait a cette inconnue de cette période de sa vie qui était maintenant derrière lui. Qui sait; peut être un moyen pour lui de marquer un point final? Il reprit de sa voix la plus douce et avenante en observant ses réactions.


- Il faut savoir que les Provençaux sont des âmes généreuses et chaleureuses quand on mérite leur confiance. Ils m'avaient même financièrement aider a m'installer a Aix. Généreuse proposition que je ne pu refuser mais qui en contre partie m'obligeait a rester 3 long mois dans les frontières de la Provence libre... J'aurais préféré decliné leur proposition et garder ma liberté de mouvement mais je dois bien avouer que la proposition m'a tellement ému que je n'ai eu le coeur de la refuser.

Que voulez vous on ne se refait pas, non?


Marque une petite pause par un sourire chaleureux.


- Enfin, je vous relate le contexte pour que vous soyez a même d'appréhender ma disposition d'esprit lorsque je suis arrivé a Uzes; charmé de retrouver les routes et attentif a chaque détail. C'est à Uzes qu'il me semble avoir repérer l'auteur du larcin:

Une jeune femme blonde certainement de haute noblesse.

Permettez moi juste d'ajouter que malgré ses parures et ses soieries raffinées sa beauté n'égalait pas celle des auvergnates. Enfin, je dis cela je ne connais pas toute les auvergnates et je me contente de me référer a vous. Elle était donc plutôt jolie.


Marque une légère pause


- J'ai revu cette jeune personne à Mende et il y a peu en gargote Auvergnate. il faut croire que le très haut a fait en sorte de le faire rencontrer afin que je la reconnaisse.

Il sourit a nouveau à Beth qui semblait réceptive observant chez elle si il décelait de l'impatience:

- Elle voyageait avec un certain "Vent", le vent c'est ainsi que les gens l'appelaient pour être précis. Surement une canaille, qui a mieux réussit que les autres; les gens l'accusaient par derrière d'envoyer leurs enfants a la mort et de racketté les honnêtes travailleurs.. Si votre avis avait comporté de la couleur, nul doute que out a chacun aurait reconnu la jeune femme blonde qui l'accompagnait; elle portait une coiffe dorée sur la tête très distinctement reconnaissable sur l'avis bien que l'on pourrait la confondre avec une chevelure dessiné d'un trait mal assuré.


Alex affichait un grand sourire à Beths et se demandait qu'elle serait sa réaction. Avant de se délecter de sa réaction qui ne manquerait pas de le surprendre il en était certain; il ajouta


- Les volontés du très haut sont impénétrable et je me demande si il n' a pas placé cette personne sur mon chemin afin que je trouve quelques prétextes a venir vous rencontrer.

Je dis cela car ce n'est pas la seule affaire qui m'amène a venir vous voir il faut dire. En tant que provençal connaissant tous les signataires du traité "litigieux" avec la Provence, Azdrine m'a envoyé vers vous lorsque je lui est narré quelques éléments. Il y a aussi cette étrange coïncidence qui m'a permis de venir au château vous trouver concernant Serman4.

...

Sans compter, un léger malentendu qui m'oppose a votre duché qui j'en suis certain sera vite dissipé.


Il plongea alors son regard dans le sien attendant avec une impatience dissimulée sa réaction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Ven 7 Nov - 15:12

Beths a écrit:
Eprouvait-elle réellement le calme qu’elle affichait ? Il fallait avouer que c’est une bonne question, à laquelle elle ne savait que répondre. Généralement, elle se sentait mal à l’aise en présence d’hommes en dehors de quelques rares amis, mais aujourd’hui … eh bien, il était indéniable qu’elle avait changé. C’était amusant.

Toujours ses abatis calés contre la console, elle choisit alors une position confortable, jambe droite chevauchant sa jambe gauche. Son verre à la main, faisant parfois tournoyer le doux nectar qu’il contenait, Beths écoutait son interlocuteur, tentant d’apprendre la raison de sa venue au bureau du brigandage, mais aussi pour apprendre qui il était. Elle savait qu’un dossier l’attendait.


Je dis bien le hasard car je dois bien avouer que des événements indépendants de ma volonté ont bien souvent repoussé ce voyage dans ma terre natale qu'est l'Auvergne. Des broutilles d'ordres juridiques interminables - Vous connaissez comme moi la lenteur de la Dame aveugle quand il s'agit de relaxer un honnête homme.

Un rire s’échappa alors de sa gorge. Galant, charmeur, beau parleur aussi. Que c’était intéressant, qu’allait-elle donc découvrir d’autre ?
Son rire lui avait fait froncer un sourcil. D’un petit mouvement de bras, elle l’engagea à continuer


Pardonnez mon intervention, je vous en prie, continuez, je suis captivée

Oui totalement captivée, intriguée de savoir ce qu’il pourrait inventer.


J'ai eu ensuite des obligations que les provençaux, dans leur grande sagesse ont voulu me confier; une charges de maire; puis un poste de responsable de la garde comtal, celle de responsable de lance des volontaires Aixois.

La jeune femme sentit son sourire s’élargir davantage. Modeste avec cela, le tableau se dessinait lentement sous ses yeux.
Elle s’amusait la maréchale, oui vraiment, présentement, elle s’amusait. Elle porta tranquillement à ses lèvres son verre pour se délecter d’une lampée du doux breuvage, alors qu’il la fixait. Allait-il reprendre ? Car pour le moment, elle ne savait toujours rien. Mais c’était sans compter sur le caractère de son interlocuteur, il reprit rapidement la parole pour poursuivre son histoire.


Il faut savoir que les Provençaux sont des âmes généreuses et chaleureuses quand on mérite leur confiance. Ils m'avaient même financièrement aider a m'installer a Aix. Généreuse proposition que je ne pu refuser mais qui en contre partie m'obligeait a rester 3 long mois dans les frontières de la Provence libre... J'aurais préféré decliné leur proposition et garder ma liberté de mouvement mais je dois bien avouer que la proposition m'a tellement ému que je n'ai eu le coeur de la refuser.


Afin de ne pas rire une nouvelle fois, elle se pinça et mordit fortement la lèvre. Pas le cœur à refuser la proposition ? Hum, comme il n’avait pas eu le cœur de refuser celle de la mairie de Polignac … C’est ce qu’elle comprenait entre les mots. Ainsi il avait réitéré. Un voleur, resterait toujours un voleur, même si elle devait reconnaitre que celui qu’elle avait en face d’elle était charmant, et qu’il était fort plaisant de l’écouter parler. Pour une fois qu’une affaire la mettait en face d’une personne avec un minimum de savoir vivre, et pas un mufle lui soufflant des mots odieux qu’elle se faisait un plaisir à noter pour compléter les dossiers de plaintes.

Que voulez vous on ne se refait pas, non?

En plus de son sourire amusé, ses yeux se mirent à pétiller, décidément, qu’il était amusant.

Hum, effectivement, l’on ne se refait pas messire.

Et puis il se remit à parler de la recherche

Enfin, je vous relate le contexte pour que vous soyez a même d'appréhender ma disposition d'esprit lorsque je suis arrivé a Uzes; charmé de retrouver les routes et attentif a chaque détail. C'est à Uzes qu'il me semble avoir repérer l'auteur du larcin:
Une jeune femme blonde certainement de haute noblesse.


L’amusement doucement quitte ses traits laissant place à une certaine perplexité. Comment cela une femme blonde de haute noblesse à Uzes ? Mais … elle n’avait jamais été à Uzes, et elle était de basse noblesse …. Ooooooooh. Aurait-il pensé reconnaitre une Dame via l’avis de recherche ? Mais réellement ? Alors que cet avis n’était qu’un jeu ? Qu’une plaisanterie faite par son amie Bettym ? Bettym, dans quelle situation m’as-tu encore entrainée ? pensa alors l’Adjointe au Prévot du BA.
L’homme en face d’elle semblait sérieux. Non, elle devait se tromper d’avis de recherche …


Permettez moi juste d'ajouter que malgré ses parures et ses soieries raffinées sa beauté n'égalait pas celle des auvergnates. Enfin, je dis cela je ne connais pas toute les auvergnates et je me contente de me référer a vous. Elle était donc plutôt jolie.

Elle se mit à le regarder avec des yeux ronds. Euh, il essayait de la charmer là, où elle rêvait ? La jeune femme savait qu’elle n’était pas réellement douée pour déceler ce genre de chose, mais là, même elle comprenait le message.
Mais à quoi jouait-il boudiou ? Elle sent une légère rougeur lui monter aux joues, mais étonnement elle se tait la maréchale. Etrange … elle aurait hurlé il y a peu.

Et son interlocuteur se mit à la lui décrire, où il l’avait vu, le fait qu’il l’avait recroisé en BA, apparemment en compagnie d’un homme louche … Il s’agissait d’informations intéressantes toutefois. Après tout qui sait s’il n’allait pas l’envoyer sur de réels brigands ? Ou bien alors … Beths se mit à réfléchir subitement, et elle plongea son regard dans celui de l’homme. Jusqu’où était-il prêt à aller. Il pouvait être parjure, elle n’en doutait point. Par vengeance souhaitait-il souiller et entacher la réputation de cette Dame ? Et que c’est dans cette intention qu’il s’était rendu au bureau du brigandage ? Après tout, tout était possible en ce bas monde, et les hommes en étaient les plus vils habitants.


Les volontés du très haut sont impénétrable et je me demande si il n' a pas placé cette personne sur mon chemin afin que je trouve quelques prétextes a venir vous rencontrer

Trop, c’était trop. Elle décroisa ses jambes, se dirigea vers l’avis de recherche « spécial », l’arracha du mur, déposa son verre alors qu’elle passait devant le bureau et revint jusqu’à lui en lui mettant l’affiche sous le nez

Citation :
AVIS SPECIAL DU BUREAU DE BRIGANDAGE DU BOURBONNAIS AUVERGNE :

En date du 31 octobre 1456 : valable jusqu'à l'arrestation.


Citation :
Oyez, Oyez,

La Maréchaussée du Bourbonnais-Auvergne recherche activement une noble qui aurait insulté le petit Matthis de Cournon, fils de notre cher Prévôt. Cette personne est originaire du Bourbonnais Auvergne. Ces méfaits ont été constaté dans le courant de ce mois-ci à la chambre des nobles. Voici la description de cette diffammante :



Cette personne peut être dangereuse surtout si vous lui dites qu'elle est blonde ou qu'elle crie. Toutes les précautions sont recquises si vous la rencontrez !

Si vous avez des renseignements sur ce noble, veuillez prendre contact avec les autorités.

Pour l'heure une prime de 1 écu est offerte pour tout renseignement.

Merci de m'avoir écouté !

Bureau de Brigandage

C’est de cet avis que vous parlez ? Et ne cherchez point de prétextes à venir me rencontrer, je gage qu’avant la fin de cette journée vous le regretterez.

L’homme n’avait apparemment fini de sortir son jeu de sa manche puisqu’il continua tout en gardant un œil sur elle, et sourire aux lèvres, alors qu’elle se dirigeait de nouveau vers le meuble. L’avantage de cette place c’est qu’elle l’avait en face d’elle et avait tout le loisir de pouvoir l’observer … le dominant quelque peu puisqu’il était assis confortablement dans le fauteuil.

Je dis cela car ce n'est pas la seule affaire qui m'amène a venir vous voir il faut dire. En tant que provençal connaissant tous les signataires du traité "litigieux" avec la Provence, Azdrine m'a envoyé vers vous lorsque je lui est narré quelques éléments.

Azdrine ? Azdrine vous a envoyé vers moi ? Moi personnellement ?

Qu’est ce que c’était encore que cette histoire. Elle n’était clairement pas au bout de ses surprises. C’était donc le Prévost Royal qu’il était venu rencontrer ? Mais comment aurait il pu savoir qu’il tomberait sur elle en poussant la porte du bureau du brigandage ? L’affaire se complexifiait, l’homme était réellement dangereux.

Il y a aussi cette étrange coïncidence qui m'a permis de venir au château vous trouver concernant Serman4.

Prudence, mère de sureté

Oui …..

Sans compter, un léger malentendu qui m'oppose a votre duché qui j'en suis certain sera vite dissipé.

Nous y étions. La jeune femme soutint sans broncher son regard. Doucement un petit sourire recommença à étirer ses lèvres.

Eh bien Messire, vous ne vous déplacez pas pour une broutille si je puis dire. Nous allons reprendre dans l’ordre, mais …

Elle se dirige vers la porte qu’elle ouvrit, avisa un garde qui n’était pas loin. Discrètement elle lui chuchote quelques mots l’intimant de faire vite. Refermant la porte, elle retourna vers son … invité.

Veuillez m’excuser, une petite chose à régler.

Cette fois, elle choisit de s’asseoir derrière son bureau, et méticuleusement, elle prépara son matériel : plume taillée, encrier, parchemin

Donc, eh bien quel serait le nom de cette Dame selon vous. Celle de l’avis de recherche. Je mènerai ensuite mon enquête et vous tiendrai au courant. Vous restez quelques jours en BA, si je comprends bien ?

Attends la confirmation qui ne tarde pas

Bien donc je pourrais vous joindre … pour régler les différentes affaires j’entends.

Ensuite, le traité "litigieux", diantre …
Que dire … elle ne savait toujours pas à qui il souhaitait parler. Elle grimace puis sourit

Dites m’en plus. Elle s’amusa de sa propre réponse. Pour cela, elle n’avait pas changé, ouf, elle était toujours aussi directe.

Pour Serman4, eh bien, comment dire …

Beths sentit une nouvelle rougeur la gagner. Evidemment ce genre d’histoire tombait sur elle, alors qu’elle était si peu à l’aise sur … bref. Cet homme prétendait qu’il n’y avait pas eu brigandage à proprement parlé, mais plutôt … assaut physique. La jeune femme sentit ses joues changer de couleur. Elle devait trouver réponse sans cafouiller

Ben d’dire …

Elle était mal partie. Elle inspira doucement, et, la porte se manifesta, l’on toquait. Ouf, sauvée. Elle se précipita pour ouvrir. Le garde de tout à l’heure était devant la porte, et il lui tendit un dossier. Elle le remercia d’un sourire, referma la porte et retourna s’asseoir. Où en étaient ils ? Ah oui … rougeurs

La victime déclare un vol, et le Sieur Serman n’en est pas à son premier coup d’essai, il a été plusieurs fois reconnu coupable de brigandage. Il reste … a l’appréhender. Je reste sur cette version des faits et nulle autre.

Elle avait fixé son interlocuteur en disant cela. Puis, elle se plongea brusquement dans le dossier qu’on lui avait apporté, et se mit à lire quelques éléments qui lui confirmèrent ce qu’elle savait déjà sur l’homme assis en face d’elle.

Votre affaire Messire maintenant. C’est très simple, le malentendu sera dissipé si et seulement si vous vous êtes disposé à rendre l’argent que vous avez volé. Hum pardon, malencontreusement emprunté devrais je dire ? Dois-je vous relire les minutes de votre procès ?

Beths avait son doigt posé sur la peine dont il ne s’était pas acquitté. Mais elle préférait attendre et entendre ce que cet homme allait encore imaginer. Avec un petit sourire moqueur, elle ne le quittait pas des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Ven 7 Nov - 15:12

Alex0159 a écrit:
Alex avait durant sa conversation observer son interlocutrice et il ne savait pas vraiment que penser. Drole de jeu que celui auquel ils se livraient. Malgré l'apparente décontraction, la tension était palpable. Lui même ne savait pas vraiment ou tout cela allait les mener. Ce n'était pas la première femme de loi a laquelle il avait affaire; sans se vanter il avait un certain talent pour embrouiller les choses même si, au final nul n'était dupe.

A son arrivée, il avait envisagé la possibilité de filer par la fenêtre au cas ou l'entretien prendrait une trop mauvaise tournure. Jusqu'ici, les choses se passaient comme prévu ou presque mais l'idée ressurgit quand la demoiselle s'éclipsa un instant. Alex avait bien du mal a penser que cette "broutille à régler ne le concernait pas. Il écouta la série de question de la demoiselle puis se releva et commença a fare quelques pas dans la pièce.

Si il fallait prendre la poudre d'escampette et filer la fenêtre, mieux valait être debout.



C’est de cet avis que vous parlez ? Et ne cherchez point de prétextes à venir me rencontrer, je gage qu’avant la fin de cette journée vous le regretterez.


- Oui c'est bien de celui ci que je parle ma douce amie. Ne m'en demandez pas plus sur cette affaire car ma foi il me semble vous avoir déjà aider au maximum de mes possibilités... Recherchez ce "Le Vent" (Levan) et peut être que votre enquête aboutira. Je ne vous parlera pas de la récompense car ce moment passé en votre compagnie est a mes yeux plus importante que quelques écus. Il y a bien une chose que je pourrais vous demander mais non je n'oserais pas. Ma timidité me perdra.



Bien donc je pourrais vous joindre … pour régler les différentes affaires j’entends.


- Je suis un courant d'air je dois l'avouer malheureusement et je ne sais ce que l'avenir me réserve. Aujourd'hui dans votre bureau, et je ne sais ce dont demain sera fait


Dans une geôle ou en fuite pensa t'il. A moins qu'une jolie femme decide de partager sa couche avec lui. Qui sait? en Auvergne pour quelques jours ou pour toujours.
.

Azdrine ? Azdrine vous a envoyé vers moi ? Moi personnellement ?

Il fit un large sourire et sortit une missive. Il commença la lecture d'une phrase et s'arrangea pour que Beths puisse apercevoir la signature.



Citation :
Quoiqu'il en soit, ca ne peut qu'agrémenter le dossier.

Je peux par contre vous orientez vers Beths, qui pourra transmettre le dossier.

Azdrine de Vissac

Il releva la tête et la regarda.

- Encore une bien longue histoire a raconter et de nombreux éléments susceptibles d'agrémenter votre dossier.


Il se resservit un verre de vin , observant son interlocutrice farfouiller dans un épais dossier. Il sourit en pensant à la paperasse qu'il avait bien pu occasionné.

Votre affaire Messire maintenant. C’est très simple, le malentendu sera dissipé si et seulement si vous vous êtes disposé à rendre l’argent que vous avez volé. Hum pardon, malencontreusement emprunté devrais je dire ?

- C'est effectivement dans mes intentions mais je dois dire que les échos d'une plainte a mon encontre me sont parvenus. Je ne voudrais pas me retrouver en procès en venant exécuter la sentence prononcée. Vous me comprenez je suppose ? Cela finit par salir la réputation d'un homme tous ces procès; ce qu'un honnête homme comme moi ne peut accepter.



Dois-je vous relire les minutes de votre procès ?


- Avec grand plaisir. Entendre les mots de ma vicomtesse à travers une femme de qualité tel que vous me plairais je dois dire... Cette chère Azraelle, comme je regrette notre séparation... Un mandat comtal çà change une femme je peux vous le certifier.


Il se laissa alors a songer à celle qui était désormais depuis peu son ex fiancé puis revint après quelques instant de flânerie à la conversation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Dim 9 Nov - 18:13

Beths a écrit:
Aurait-elle pensé lorsqu’elle l’aperçu entrant dans le bureau du brigandage qu’autant d’affaires alambiquées allaient lui tomber dessus ? Hum, non, certes non. Cet homme était à la fois déstabilisant et amusant. Il avait le mérite de la sortir de son état léthargique qui l’avait habité depuis quelques jours, non sans lui déplaire d’ailleurs, bien au contraire … Elle espérait juste arriver résoudre les énigmes qu’il lui tendait, avant qu’il ne reparte. Car il repartirait elle en était certaine.

Recherchez ce "Le Vent" (Levan) et peut être que votre enquête aboutira.

Pire que tout, c’était pire que tout. Elle en était où exactement dans le décompte ? Ah oui, galant, charmeur, beau parleur, modeste, menteur, voleur, et antimonarchique. Eh beh, quel tableau.

Je ne vous parlerais pas de la récompense car ce moment passé en votre compagnie est a mes yeux plus important que quelques écus.

Qu’un seul écu. Hum devait-elle bien prendre la chose en fait ? Considérait-il qu’elle avait si peu de valeur ? Ce n’était point la référence pécuniaire qui l’ennuyait, mais bien plus son honneur qui était en jeu, son honneur de maréchal. Le dernier a en avoir douté … leur querelle raisonnait encore au Pole Judiciaire…

Il y a bien une chose que je pourrais vous demander mais non je n'oserais pas. Ma timidité me perdra

Un rire fort peu discret lui échappa.

Timide ? C’est évident, seul les gens timides parlent comme vous savez le faire. Et vous avez osé beaucoup jusqu’à présent …

Phrase laissée en suspend … qu’avait-il donc encore derrière la tête ?

En tout cas l’oiseau avait bel et bien l’intention de s’envoler. Hum … à elle de savoir correctement l’attraper, à faire que soit main soit suffisamment ferme pour qu’il ne s’échappa point, mais guère trop de peur de l’étouffer. Sauf qu’elle n’appréciait guère les oiseaux.

Et puis l’affaire tourna vers le traité "litigieux" avec la Provence, et elle ne put masquer son étonnement lorsqu’il lui fit lecture d’une lettre dont il lui montra la signature. Azdrine ! C’était bien son sceau. Mais ?? Qu’est-ce qu’il avait encore manigancé contre elle ? Mais ce n’était pas possible ! Il le faisait exprès, elle en était sure ! A chaque fois, elle se trouvait dans des situations extravagantes à cause de lui, elle repensa à des joutes …. Le joues lui vint aux joues. Et pourquoi ne pas lui envoyer un brigand dans son bureau tant qu’il y était ?! Enfin c’est approximativement ce qui se passait. Beths tenta de maîtriser la colère qui la gagnait.


Encore une bien longue histoire a raconter et de nombreux éléments susceptibles d'agrémenter votre dossier

Je vous l’ai déjà dit, je suis toute ouïe, je dirais même que je bois vos paroles. Et j’ai tout mon temps. La réserve de petits bois et de buche est loin d’être épuisée. Et j’aime agrémenter mes dossiers.

Pendant ce temps là il était parti se resservir un verre de vin, des yeux elle chercha le sien. Où diantre l’avait-elle abandonné ? Ah mais là, juste sous ses yeux, légèrement sur sa droite, sur le bureau. Elle le prit et finit son verre. Elle reporta ensuite les yeux sur son dossier.

C'est effectivement dans mes intentions mais je dois dire que les échos d'une plainte a mon encontre me sont parvenus. Je ne voudrais pas me retrouver en procès en venant exécuter la sentence prononcée. Vous me comprenez je suppose ? Cela finit par salir la réputation d'un homme tous ces procès; ce qu'un honnête homme comme moi ne peut accepter.

Cet homme semblait bien au courant de certaines choses. Elle ne le quitta pas des yeux. Et proposa juste de lui relire les minutes de son procès. Ce dernier accepta, mais son ton de voix avait changé, il s’était montré … caustique. Oui, il lui semblait bien.
Prenant alors une grande inspiration, elle se mit à lire


Verdict rendu par la Cour d'Aix en Provence

Citation :
Pour rappel,le traité susnommé prévoit de juger l’accusé sur base des règles du Bourbonnais-Auvergne.Nos deux pôles ont donc collaboré pour juger de cette affaire.

Des éléments présentés à cette Cour,il est avéré qu’un mandat de la mairie de Polignac est toujours en possession de l’accusé.
Ce dernier ne le nie pas.

Sur base des dires de Messire Lucas_de_Minestrol,le mandant,le contenu initialement présenté dudit mandat est erroné.
Le fer a été retiré avant le départ effectif.

Ce mandat contenait donc à l’origine 1500 bois et 600 viandes.

Notre Commissaire au Commerce,Messire Fumseck,a officialisé l’achat de bois.Des témoignages convergents font état d’une perte d’une grosse partie de la cargaison.
Ceci n’est imputable à aucun intervenant dans cette transaction.

Dès lors,la question tourne principalement autour du bois vendu et de la viande.

Il ‘a pas été possible de déterminer le nombre de bois vendus.De même,le mode d’écoulement des morceaux de viande reste un mystère.

Par contre,la perquisition de notre prévôt,Dame Hersende,a révélé que l’accusé possédait 500 écus en marchandises et 1912,86 écus.Soit un total estimé à 2412,86 écus.
Le Sieur Alex0159 a reconnu avoir effectué des transactions avec les marchandises restantes dans le mandat,afin de rétablir une situation devenue incontrôlable.

Entre temps,l’accusé a montré que son attachement à la Provence,confirmé icelieu,n’était pas une rumeur.
Il s’est installé et a produit pour notre capitale.Soit un investissement de 1000 écus (champs + échoppe).

La durée du procès ne peut lui être imputable,dès lors la Cour estime ses possessions actuelles à 1412,86 écus.

Compte tenu de son implication sincère pour la capitale,compte tenu de son attachement incontestable à la Provence,compte tenu des zones d’ombres subsistant dans cette affaire,mais sans oublier la rétention injustifiée d’un mandat municipal et les transactions abusives effectuées,nous déclarons l’accusé coupable et le condamnons à une peine de 700 écus d’amende à verser à la mairie de Polignac,soit la moitié de ses avoirs,et l’enjoignons de rendre ledit mandat en Bourbonnais-Auvergne dans un délai raisonnable.

Je veillerai personnellement à l’exécution de cette sentence.

Cette condamnation sera transmise aux autorités auvergnates pour inscription en leurs livres.

Ceci clôture le procès Alex0159.»

Fait à Aix,le 16 juin 1456
Azraelle
Juge de Provence

Elle releva la tête de son dossier, et le regarda attentivement

Cher Messire Alex, quel serait votre définition de délai raisonnable ? Car j’ai aussi trace d’une missive de Dame Halliwell, maire de Polignac courant juillet, qui précise, à la date du 14 juillet, soit un mois après votre procès, que vous n’avez rendu ni le mandat, ni payé votre peine de 700 écus.
Or vous revoici aujourd’hui sur les terres du Bourbonnais Auvergne. Donc effectivement si vous refusez de vous plier au verdict, alors nous serons obligés de rouvrir un procès contre vous. Par contre, si vous restituez ce mandat et payez votre amande, alors, aucun procès ne sera ouvert.


Son regard ne quittait pas le sien

Les dés sont dans vos mains Messire. Si vous ne souhaitez pas vous retrouvez avec un procès vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Un instant son regard s’adoucit

Mais j’ai cru comprendre par vos paroles que vous étiez revenu en BA dans cette intention.

Allait-il le lui confirmer ? Mais l’homme était beau parleur et menteur …

Comprenez aussi bien que je vous demanderais de régler cette affaire dans les plus brefs délais. Au vu des fait et de votre non règlement de peine, comprenez que les membres actuels du Pole Judiciaire ne vont laisseront pas un temps déraisonnable pour que vous rendiez ce fameux mandat plus les 700 écus d’amende …

Etait-il réellement revenu pour régler sa dette ? Etrangement, elle le souhaitait.
Alex0159 a écrit:
Alex se détendait et sentait que ce n'est pas par la fenêtre qu'il filerait mais bien par la porte. Décidément, il aimait bien les femmes de lois. Étrange tout de même pour lui qui collectionnait les procès. De la a dire qu'il aimait se mettre dans des situations extravagantes pour côtoyer ses femmes il n'y avait qu'un pas.


Beths n'échappait pas a ce travers féminin qu'est la curiosité. Travers particulièrement exacerbé quand elle se mêle de justice. Il sourit a cette idée. Force était de constater que son interlocutrice lui plaisait et poursuivre cette conversation le réjouissait au plus haut point. Nul doute, il avait éveillé sa curiosité et elle l'écouterais tant qu'il aurait des choses a raconter.



Timide ? C’est évident, seul les gens timides parlent comme vous savez le faire. Et vous avez osé beaucoup jusqu’à présent …



- Il y a en vous un je ne sais quoi qui m'incite a me confier à vous. Comme si je vous connaissais depuis bien longtemps alors qu'avant de franchir cette porte je ne vous avais jamais rencontrer. Sentiment étrange, je l'avoue. Moi qui suis habituellement de nature discret et réservé.




Je vous l’ai déjà dit, je suis toute ouïe, je dirais même que je bois vos paroles. Et j’ai tout mon temps. La réserve de petits bois et de buche est loin d’être épuisée. Et j’aime agrémenter mes dossiers.



- Vous êtes vraiment trop aimable chère Beths de me consacrer votre temps que je sais si précieux. J'aurais préférer que vous me disiez que c'est par pur plaisir de jouir de ma compagnie mais bon. Je profite déjà pour ma part de votre agréable compagnie alors je serais fort impoli de me plaindre.



Il sortit alors un sachet de son manteau qu'il déposa sur un plateau


- des calissons, une spécialité Aixoise qui se déguste généralement avec un pastis.



Il s'approcha alors de la console ou était entreposer les verres et servi un fond de pastis dans lequel il ajouta de l'eau. Il se saisit des deux verres et se dirigea vers Beths et lui en tendit un.



Cher Messire Alex, quel serait votre définition de délai raisonnable ?


- Ah la raison! parfois je devrais l'écouter au détriment de mon cœur qui me dicte toujours ma conduite. Enfin si je ne voulais ni procès ni payer ma dette je me serais contenter de rester chez moi, non? Je vais regler cette affaire au plus vite; une question de jour...



Après avoir voler 18000 écus, il serait bien bête de laisser une plainte en suspend de 700 écus. La lecture du verdict lui avait rappeler ce procès interminable. 4 longs mois a courir pour trouver un procureur. Et encore, ils n'étaient pas rentrer dans le fond de l'affaire ce qui arrangeait bien tout le monde...



- Asturion le provençal, Edorazio l'hérétique, Lanfeust le fidèle disciple et Ilgrande l'éternel absent. Il y en a bien des choses a raconter sur ce traité et sur ces gens et les liens qui les unissent.


A vrai dire je ne sais par qui commencer

Vous en connaissez déjà 2 je pense voir 3. Vous connaissez certainement Asturion, Lanfeust aussi le diacre clermontois. Edoras ou Edorazio aussi?


Avez vous une préférence?



Lui fait un petit sourire en se demandant si elle connaissait Edo et si elle lui dirait


- Je les connais tous pour ma part de longue date et je crois bien que c'est une longue histoire que je vais vous racontez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Mer 12 Nov - 23:52

Beths a écrit:
La jeune femme se cala confortablement dans son siège, elle pensait que cette entrevue aller durer, mais au train où aller les choses, ils y passeraient la nuit en prime. Cela l'amusa follement, et ses yeux pétillaient du fait de la distraction proposé par cet homme. C'était un brillant narrateur qui mêlait vrai et faux, il fallait porter suffisamment attention pour savoir ce qu'elle voulait apprendre.
Elle avait indéniablement changé, il y a peu, elle aurait vociféré pour démêler le vrai du faux, aujourd'hui, elle pratiquait une autre approche, approche qu'elle ne maitrisait point mais dont la technique donnait des résultats qu'elle qualifierait ... d'intéressant ...


Vous êtes vraiment trop aimable chère Beths de me consacrer votre temps que je sais si précieux. J'aurais préférer que vous me disiez que c'est par pur plaisir de jouir de ma compagnie mais bon. Je profite déjà pour ma part de votre agréable compagnie alors je serais fort impoli de me plaindre.


Elle se mordit la joue pour ne pas rire. voila exactement ce qu'elle nommerait un résultat intéressant. C'était une franche nouveauté cela pour elle, étant donné que par le passé, elle ne donnait certes pas le loisir à ses interlocuteurs de pouvoir ne serait-ce qu'énoncer un tiers de cette phrase.
Sauf qu'elle n'avait pas encore assez d'assurance pour savoir que répondre en dehors d'un sourire amusé. Cet homme était un charmeur et ça elle l'avait bien compris.

L'homme mit alors la main dans son manteau, et Beths instinctivement se raidit et fronça d'un sourcil.


des calissons, une spécialité Aixoise qui se déguste généralement avec un pastis.

Il avait déposé la spécialité sur un plateau devant elle. Méfiante elle, approche son buste et donc par la sa tête et tente de humer l'odeur à travers le sachet ... douceâtre.
Pendant ce temps, Alex alla chercher des verres et leur servit une boisson dont elle ignorait l'existence dans la console. Il lui tendit un verre et naturellement elle l'attrapa, mais elle ne put que se pencher de côté pour observer la couleur du breuvage ... cela ne lui disait rien qui vaille ...

Elle l'interrogea alors sur sa notion de délai.


Ah la raison! parfois je devrais l'écouter au détriment de mon cœur qui me dicte toujours ma conduite. Enfin si je ne voulais ni procès ni payer ma dette je me serais contenter de rester chez moi, non? Je vais regler cette affaire au plus vite; une question de jour...

De combien de jours exactement ? Je n'ai pas la moindre intention de vous laisser quitter cette pièce sans avoir une assurance que vous allez payer votre dette rapidement c'est à dire dans un délai de moins de cinq jours. Cela vous suffira-t-il ?

Elle approcha le verre de son nez ... étonnant. Se décidant finalement à gouter, elle avala une petite gorgée ... Ah mais! c'était bon en fait. Elle avança alors sa main vers le plateau dans l'intention d'attraper un ... comment avait il appelé cela ? un calisson ?

Pensez vous pouvoir respecter ces cinq jours ? Ou dois je menacer de l'ombre d'un dossier contre vous ?

Délicatement, elle croqua dans la spécialité. Hum ? Relativement onctueux et croquant, et sucré, très sucré. De surprise ses yeux s'agrandirent et gourmande, elle termina en moins de temps qu'il ne fallait pour dire ouf son morceau.


Et puis, il commença à lui parler de "l'affaire". Elle nota dans un coin de son esprit qu'elle pourrait aller remercier Azdrine ...



Asturion le provençal, Edorazio l'hérétique, Lanfeust le fidèle disciple et Ilgrande l'éternel absent. Il y en a bien des choses a raconter sur ce traité et sur ces gens et les liens qui les unissent.

J'adore les histoires ... dont le résumé est clair nouveau sourire amusé. Du coin de l'oeil elle regarda les calissons, oserait elle en reprendre ?


Vous en connaissez déjà 2 je pense voir 3. Vous connaissez certainement Asturion, Lanfeust aussi le diacre clermontois. Edoras ou Edorazio aussi?
Avez vous une préférence?


Je n'en connais que deux en fait sur les quatre cité, et non je n'ai aucune préférence, faites comme bon vous plaira, ou plutôt dans l'ordre logique des choses.

Je les connais tous pour ma part de longue date et je crois bien que c'est une longue histoire que je vais vous racontez.

Eh bien les fauteuils et chaises sont confortables, j'ai une réserve pleine d'encre pour noter les différents éléments que je trouverai fondamentaux, et vous avez amenez des douceurs. D'ailleurs puis je en abuser ? C'est délicieux.



Un d'un petit mouvement de bras, elle l'engagea à commencer son histoire
Alex0159 a écrit:
Alex poursuivait la conversation qui se déroulait à merveille. Le lieu était des plus agréables et la compagnie des plus charmantes. Que demander de plus. Il reviendrait c'est certain. Il sourit a cette idée.


Pensez vous pouvoir respecter ces cinq jours ? Ou dois je menacer de l'ombre d'un dossier contre vous ?



- Oh point de menace entre nous, je vous en prie. Désobéir a une injonction d'un tribunal, ma foi je le pourrais mais vous navrez, je dois bien dire que j'en serais bien incapable.


Il sortie quelques documents contresignés qu'il lui remis.



- Je crois que tout est en ordre, faites donc remettre ces paperasseries a la mairesse de Polignac et nous en aurons terminé


Il la regarda s'installer et sourit en la voyant déguster cette petite douceur Aixoise à laquelle aucune femme ne résiste.




J'adore les histoires ... dont le résumé est clair


- "Ce qui est logique s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément"


Il lui sourit puis reprend

- Mais malheureusement cette affaire est complexe comme toutes les trahisons. Je ne vous apprend rien je suppose. Je vais tacher d'être clair mais je dois vous dire que je dois faire appelle a des faits relativement anciens pour que vous compreniez toute cette affaire.


Marque une pause, puis approche la console sur laquelle il allume quelques chandelles.


- resservez vous donc je vous en prie je suis certain que vous en mourrez d'envie



Affiche un léger rictus puis s'installe a coté d'elle; lui prend la main en la regardant droit dans les yeux.




- Je vous fais le serment de vous révéler toute la vérité sur cette affaire. Je me permettrais au passage d'ajouter quelques points juridiques afin qu'a la fin de notre rendez vous vous puissez au mieux étayer ma plainte contre le duché du Bourbonnais Auvergne.



Il s'installa confortablement et commença son récit.



- Par ou commencer? Hum, peut être par l'ordre de Saint Lazare; après tout c'est là que ce sont rencontré les principaux protagoniste. Il y a quelques temps de cela, cet ordre militaro-religieux d'origine provençale est apparu en Auvergne. Le verbe de son grand Maistre, le sieur Edorazio lui permis de recruter quelques personnes de qualité dont moi même, toujours prompt a servir son prochain. C'est la que j'ai connu ce cher Lanfeust qui a ma connaissance est un des derniers disciple de l'hérétique.

- Jusque la rien d'anormal, vous me direz. Une initiative respectable saluée par des gens intègrent. Feu Mativa nous avais mis une salle au Castel de la Source pour préparer notre voyage à Marseille afin d'y reconstruire une Eglise a la gloire de Saint Lazare. Asturion alors Maire de Clermont, grand ami d'Edorazio nous avais donné sa bénédiction pour ouvrir une hostellerie en Halle et Edorazio tentait, par l'entremise de la compagne du Duc Martymacfly, de faire reconnaitre l'ordre en Auvergne.




Alex repris une petite douceur et une rasade de pastis avant de continuer son récit.



- L'ordre prosperait mais déjà le déclin avait commencé. Mativa, guère dupe sur la personnalité d'Edorazio pris ses distance contrairement à Lanfeust qui a ce jour est l'un des derniers disciples de l'Hérétique. Je l'appelle ainsi car il a depuis été mis en procès par l'inquisition et le primat de France KAd instruit son procès dont le verdict ne fait aucun doute au vu des témoignages accablants. Il ne dirige plus a ce jour cet ordre officiellement mais personne n'est dupe sur ce qui se passe en coulisse.


- Voila pour les liens entre les deux ambassadeurs. Vous pourrez j'en suis certain facilement vérifier mes propos. Vous comprenez désormais comment ce traité fallacieux été négocier. Ai je été suffisamment précis dans mon récit, très chère Beths ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Mer 12 Nov - 23:54

Beths a écrit:
Tout en écoutant son interlocuteur, Beths jetait un coup d'oeil régulier aux documents qu'il lui avaient remis. La lettre semblait vraie tout comme les signatures apposées, mais ... cet homme n'était il pas capable de falsifier des documents ?
Il lui faudrait écrire à la mairie de Polignac, elle n'avait d'autre choix, afin de savoir si les documents qu'elle avait étaient bien ceux de ladite affaire et que le porteur de la lettre de change restituait les 700 écus à qui de droit.

Et alors qu'elle découvrait les spécialités Aixoise, Alex commença son histoire ... par un serment. Elle eut un hoquet de surprise lorsqu'il sa main dans la sienne


Je vous fais le serment de vous révéler toute la vérité sur cette affaire. Je me permettrais au passage d'ajouter quelques points juridiques afin qu'a la fin de notre rendez vous vous puissez au mieux étayer ma plainte contre le duché du Bourbonnais Auvergne.

Horriblement gênée, elle attendit néanmoins la fin du serment pour retirer prestement sa main et lui jeter un regard incrédule

Messire vous avez volé un mandat pendant plus de 4 mois, et même si vous le rendez aujourd'hui, comment voulez vous que je vous fasse une aveugle confiance quant à vos dires ?
Il me les faudra vérifier ...


Ce qui sembla guère le surprendre. Cherchant une contenance, elle jeta un oeil à sa fenêtre, effectivement, la nuit doucement commençait à poindre et l'obscurité gagnait. Cet homme était trop calme et trop sûr de lui ... malgré son amusement, Beths commençait progressivement à se sentir mal à l'aise.

Et puis il parla et elle écouta, silencieusement, osant à peine cligner des yeux de peur de l'interrompre. Les origines de cette affaires étaient anciennes comme il l'avait promis et Beths se demanda à cet instant précis ce qu'il attendait d'elle. Car il était évident qu'il avait une idée derrière la tête, ce n'était pas par bonté d'âme ou par volonté d'oeuvrer pour son Duché qu'il était venu la trouver, elle en était certaine, ce n'était point un bon samaritain, bien au contraire, mais quoi alors ? Se racheter une conduite ? Hum ...


Ai je été suffisamment précis dans mon récit, très chère Beths ?

clair, on ne peut plus, mais ... et la suite ? Quel est votre intérêt à m'exposer tout cela ?



Elle grimaça, elle ne s'était pas particulièrement bien exprimé, mais voyons comment son interlocuteur comprendrait sa question ... après tout c'était un moyen comme un autre de chercher la vérité.
Alex0159 a écrit:
Alex avait senti le changement de Beths à son égard. Elle était suspicieuse a son égard. cela s'était traduit par son changement de ton sur son mandat; ce qu'elle avait désigné comme "argent malencontreusement emprunté" était maintenant qualifié de vol.



Messire vous avez volé un mandat pendant plus de 4 mois, et même si vous le rendez aujourd'hui, comment voulez vous que je vous fasse une aveugle confiance quant à vos dires ?
Il me les faudra vérifier .




- Vérifier, vérifier; c'est bien la moindre des chose et le contraire aurait été une faute de votre part...




Il lui adressa un sourire puis croisa son regard fuyant après le contact physique qu'il avait décidé de tenter. C'est déjà plus d'une l'aurait déjà mis dehors au vu des circonstances. Beths semblait curieuse et à son sens elle le ménageait afin d'avoir le fin mot de son histoire.


- J'en attendais pas moins de vous, il y a des choses que l'on lit dans les yeux. Même si votre regard m'intimide quelque peu...


Marque une légère pause feignant l'hésitation.


- J'ai peine a l'avouer mais j'ai tendance a succomber aux charmes d'une femme telle que vous.Vous atténuez mon discernement au point parfois de ne pas voir dans votre regard l'honnêteté, la volonté de servir autrui par la justice et le caractère consciencieux qu'il laisse transparaitre.


Il commença ensuite son long récit en tentant de citer des gens de l'entourage de Beths; il n'ignorait pas qu'elle était de la source. Pour qu'elle prenne son récit en compte il était essentiel de citer des gens auprès desquels elle pourrait vérifier sans mal les informations qu'il lui livrait.

Il décida de faire une pause; elle ne l'avait pas interrompu jusque la et il jugea utile de voir sa disposition d'esprit.




clair, on ne peut plus, mais ... et la suite ? Quel est votre intérêt à m'exposer tout cela ?



Il ne savait que penser de son questionnement. Au final, il ne savait pas comment interpréter sa question. La curiosité de Beths concernait elle uniquement l'objet de sa présence ? Les notes qu'elle semblait prendre finirait elle dans la corbeille a papier une fois qu'il aurait franchit le pas de la porte.

Il la regarda droit dans les yeux et décida de lui répondre



- Eh bien nous y sommes. Vous avouerez que dans cette affaire je suis susceptible de vous apporter un éclairage nouveau. Les faits sont là et vérifiables. Je doute que quelqu'un d'autre que moi possède autant d'information sur cette affaire de traité.



Alex pris alors un air sérieux ce qui était rare chez lui et repris



- Vous vous demandez pourquoi je vous raconte tout cela; c'est compréhensible je l'admet et je vais donc vous répondre sans détour. Cela peut vous paraitre étrange mais j'aime que justice soit faite. Par dans le même sens que vous certes.

- J'ai commis des actes répréhensibles et j'ai payé ma dette. Je suis désormais un citoyen comme un autre. J'ai a cœur de prouver que je suis un honnête homme qui a commis quelques erreurs d'une part et d'autre part, je ne peux supporter l'idée que la justice est réservé au non noble. L'impunité des trahisons commises par des élus m'insupporte voila tout.

- J'ajouterais comme je vous l'ai dit tout a l'heure que j'ai l'intention de cloturer notre entretien par une plainte.


Marque une petite pause; elle n'avait pas noté cet élément lui sembla t'il puis la regarde a nouveau.

- J'avoue aussi que vous m'êtes sympathique Beths, vous m'incitez a la confession de ce secret un peu trop lourd a porter pour ma modeste personne.

Si vous n'y voyez pas d'objection je vais poursuivre.


Alex posa alors son regard sur sa feuille de note. De sa position il ne pouvait voir si elle avait pris des notes ou non. Il s'était concentré sur son récit et avait omis de fixer son attention sur cet élément pourtant très important. Il s'en voulu quelque peu pour cet oubli. Ce n'était pas son genre ce genre d'erreur...

- Je vous aiderais a relire vos notes si vous le voulez chère Beths. De toute maniere, je compte faire une synthèse de tout cela que j'enverrais a quelques personnes. Il serait dommage que certains pense que cela n'est rien d'autre que l'acharnement d'un prévôt royal; non?

Il attendit sa réaction avec une certaine impatience. Impatience de reprendre son récit ou de connaitre sa réaction ? Lui même ne le savait pas en fait.
Beths a écrit:
Et voila qu'il recommençait! Ce n'était plus du charme mais de la séduction! C'était un peu comme ces médicastres qui voulait à tout prix vous tâtonner ... enfin pour certain d'entre eux. C'est qu'elle n'avait vraiment pas l'habitude d'un tel comportement face à elle. Étrangement, bon nombre la fuyait ... sa voix paraitrait-il ... elle ne voyait pas du tout pourquoi.

J'en attendais pas moins de vous, il y a des choses que l'on lit dans les yeux. Même si votre regard m'intimide quelque peu...

D'habitude c'est ma voix qui intimide ou agace pensa la maréchale mais sans intervenir pour le laisser poursuivre. Enfin, sans intervenir, une légère rougeur habitait tout de même ses traits ..

J'ai peine a l'avouer mais j'ai tendance a succomber aux charmes d'une femme telle que vous.Vous atténuez mon discernement au point parfois de ne pas voir dans votre regard l'honnêteté, la volonté de servir autrui par la justice et le caractère consciencieux qu'il laisse transparaitre.

Elle ouvrit la bouche pour sortir une vive répartie et ... elle y renonça prenant soudain consciente d'une chose. Cet homme se moquait d'elle. Il devait connaitre sa réputation de femme ... expressive, et en fait, c'était à cela qu'il jouait, il voulait la voir s'énerver pour mieux tenter de la manipuler. D'autres que lui avaient tenté cette expérience à leur dépend. Bon ... elle l'avait perçé à jour, il voulait qu'elle s'énerve ? Elle se ferait mielleuse. Elle croisa alors les bras sur sa poitrine tout en l'invitant à poursuivre son récit.

Je doute que quelqu'un d'autre que moi possède autant d'information sur cette affaire de traité.

C'était évident, comment n'y avait elle pas songé en le voyant passer la porte ? Cet homme en savait plus que tout sur cette affaire. Elle lui sourit ironiquement.

Vous vous demandez pourquoi je vous raconte tout cela; c'est compréhensible je l'admet et je vais donc vous répondre sans détour. Cela peut vous paraitre étrange mais j'aime que justice soit faite. Par dans le même sens que vous certes.

Parce que la justice a plusieurs sens ? Précepte intéressant, mais poursuivez je vous en prie

J'ai commis des actes répréhensibles et j'ai payé ma dette. Je suis désormais un citoyen comme un autre.



Elle ne put que grimacer, un citoyen avec un casier judiciaire tout de même ... Elle regarda sa plume ne sachant que noter de plus que tous les éléments et les noms qu'il lui avait cité auparavant.

J'ai a cœur de prouver que je suis un honnête homme qui a commis quelques erreurs d'une part et d'autre part, je ne peux supporter l'idée que la justice est réservé au non noble. L'impunité des trahisons commises par des élus m'insupporte voila tout.

En cela nous sommes bien d'accord je vous rassure, je ne vais aucune distinction de rang ou de sang, et je monte des dossiers quelque soit la personnes, à partir du moment où je constate un non respect de notre Codex. Ou bien que l'on me fait constater ...

J'ajouterais comme je vous l'ai dit tout a l'heure que j'ai l'intention de cloturer notre entretien par une plainte.


Ah ah, ceci lui tenait donc apparemment à coeur, c'est la deuxième fois qu'il y faisait référence. Elle l'avait déjà noté, mais qu'importait, elle lui fit croire en griffonnant vaguement sur le vélin qu'elle notait, mais elle ne put s'empêcher ...

Vous portez plainte en tant que quoi ? Victime ? Victime de quoi ? D'un malencontreux emprunt à l'encontre de votre personne ?

Mais il n'écoutait pas, ou plutôt, il ne suivait que son idée

J'avoue aussi que vous m'êtes sympathique Beths, vous m'incitez a la confession de ce secret un peu trop lourd a porter pour ma modeste personne.
Si vous n'y voyez pas d'objection je vais poursuivre.

Je pense n'inciter personne à rien si ce n'est à respecter nos lois et celle du Roy ... et si vous souhaitez entrer en confession nous allons avoir besoin du recours d'un curé ... dois je en appeler un ?
Mais poursuivez, poursuivez, mes oreilles de mécréantes pour encore une bonne quinzaine peuvent entendre ...



Elle jouait dangereusement, et en avait pleinement confiance, mais elle était curieuse de connaitre les fruits qui tomberaient de l'arbre.

Je vous aiderais a relire vos notes si vous le voulez chère Beths. De toute maniere, je compte faire une synthèse de tout cela que j'enverrais a quelques personnes. Il serait dommage que certains pense que cela n'est rien d'autre que l'acharnement d'un prévôt royal; non?

Elle laissa sa plume en l'air en suspend en le fixant attentivement, elle ne lui avait nullement précisé qu'elle était prévôt royal ... nullement. Et elle doutait que cette information soit un élément si connu. Il s'était donc renseigné sur elle avant qu'il ne vienne la trouver. Ainsi elle avait vu juste, il était loin, très loin d'être innocent.
Ses yeux se refermèrent légèrement, et elle l'étudiait, prolongeant le petit silence qui venait de s'installer. Enfin elle s'éclaircit la voix



Eh bien non, mes notes ne vous seront pas présentées, toutefois, j'attends bien évidemment votre synthèse, ou plus particulièrement votre témoignage écrit. Il me sera indispensable pour votre plainte ... si tant est qu'il y ait matière à. Mais laissez moi en juger en poursuivant ...


Il ouvrait la bouche lorsqu'elle l'interrompra aussitôt


Ah et je suis bien prévost royal, mais ceci n'est pas écrit sur la porte de ce bureau. Un lapsus révélateur peut être ?


Elle lui adressa un sourire, sourire plein de miel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Dim 16 Nov - 0:24

Alex0159 a écrit:
Alex avait bien du mal a cerner Beths. Elle souriait et rougissait parfois puis de temps à autre elle lâchait des questions sèches et des remarques ironiques. Difficile de savoir ce qu'elle pensait vraiment. Sans compter les sourires mielleux qu'elle lui lançait parfois.

Il ne releva pas ses remarques et se contenta d'écouter et d'en prendre bonne note.

Il essaya ensuite de se détendre. Il s'essaya plus confortablement puis pris un une gorgée de Pastis. Ainsi assis, il commença a regarder ailleurs et réfléchir un peu a tout ce qu'elle venait de dire.



En cela nous sommes bien d'accord je vous rassure, je ne vais aucune distinction de rang ou de sang, et je monte des dossiers quelque soit la personnes, à partir du moment où je constate un non respect de notre Codex. Ou bien que l'on me fait constater ...

Vous portez plainte en tant que quoi ? Victime ? Victime de quoi ? D'un malencontreux emprunt à l'encontre de votre personne ?



Au bout de quelques minutes, il se décida a reprendre d'un ton serein


- Beths, très chère Beths. Je vous sens des plus sceptiques à mon encontre. J'avoue que votre ton ironique me chagrine mais bon si c'est ce que vous souhaitez Constatons ensemble les manquements a la loy qui ont été commise en Auvergne mais aussi aux quatre coins du royaume. Je ne vous ferais pas l'affront de vous citer le traité entre le SRING et la France...


Il lui adressa un léger sourire

- Victime oui; victime d'un acharnement judiciaire en dépis du bon sens. Ma réputation a été salie sur une base illégale et je vais vous le démontrer de suite.Je ne demande rien de particulier en fait bien que des excuses officielles et une réhabilitation serait a mon sens la moindre des choses

Il sorti alors quelques documents portant le sceau impérial, et se mis a en lire quelques passages:

Citation :
la Provence est déclarée félonne conformément aux lois universelles de la trahison vassalique, ne portant plus allégeance à leur Empereur LongJohnSilver Ier. Nous déclarons à nouveau ne toujours point reconnaître le Marquisat des Alpes Occidentales et les conseils comtaux provençaux successifs.

Nous appelons également toute autorité de province et de royaume d'Occident a ne signer aucun traité avec cette province traître et leur déconseillons d'accueillir toute ambassade provençale en leurs terres..

Il tendit le document a Beths pour qu'elle puisse juger de son authenticité puis repris.

- Et bien, je considère pour ma part que tout traité avec la Provence est illégale au yeux de la loi royale et du traité avec l'Empire. Je me permet de vous faire remarquer que le sceaux apposés sur ces traités est celui de comte de Provence. Cela veut dire ce que cela le veux dire; le Bourbonnais Auvergne reconnait depuis bien longtemps la légitimité du conseil félon vu qu'il considère que le sceau usurpé suffit à validé un accord. J'ai donc été jugé sur la base d'un traité illégal, vous en conviendrez.

Il lui sourit a nouveau.

- Bien entendu que je sais que vous êtes prévôt royal. Pour quelle autre raison, Azdrine m'aurait 'il renvoyé vers vous sinon? Les maréchaux ne s'occupe pas a mon sens des affaires d'État.

Il se remémora alors le sourire mielleux qu'il appréciait particulièrement.


Peut être avez vous une remarque ou une interrogation à éclaircir? Sinon je continuerais en vous parlant de ce cher Ilgrande et d'Asturion .
Serman4 a écrit:
je serai a montlucon mardi matin , je me presenterais a la mairie pour que vous puissiez proceder a mon arestation , j espere que le fait que je me rende aura une influance sur mes proces , et que vous pourrez en temoigner lor de mon proces
Alex0159 a écrit:
Alex attendait avec une certaine impatience la réponse de Beths quand ils furent interrompu; un garde entra dans la salle tenant une missive a l'attention de Beths.

Alex se pencha, curieux de savoir si cela le concernait. Beths en le voyant faire, releva de suite le papier qu'elle tenait entre les mains de sorte a ce qu'il ne puisse le lire.

Était ce vraiment utile ? Pas certain vu la distance il n'aurait pu lire. Il avait cru apercevoir la signature; Serman4. Il n'en était pas certain. drôle de coïncidence si c'était le cas. comme on dit, quand on parle du loup...

Une pensée le traversa; s'il évoquait d'autres personnes; allaient ils eux aussi se manifester ? Il afficha un franc sourire a cette pensée qui, si il la formulait a haute voix en mauvaise compagnie le conduirait naturellement au bucher

Beths s'approcha de son bureau puis commença a griffonner un bout de papier; probablement sa réponse à la missive. des instructions peut être a ses subalternes; qui sait?

Alex fit comme si de rien n'était et en profita pour se désaltérer.
Beths a écrit:
[HRP : désolée pour le temps de réponse :? /HRP]


Décidément son interlocuteur était beau parleur, elle qui avait toujours du mal a s'exprimer distinctement, calmement, et avec des mots choisis, admirait l'exercice de style.
Elle admira aussi le fait que l'homme était particulièrement bien renseigné. Oui, le Prévost Royal commençait à prendre la mesure, cet homme n'était pas venu là pour s'amuser, enfin si un tantinet à ses dépend, mais il recherchait un objectif en venant la voir. Et elle savait pertinemment que ce n'était pas un désir de justice, puisqu'il n'hésitait pas à voler des mandat municipaux. Hum son instinct ne l'avait pas trompé, l'homme était dangereux.


Beths, très chère Beths. Je vous sens des plus sceptiques à mon encontre. J'avoue que votre ton ironique me chagrine mais bon si c'est ce que vous souhaitez Constatons ensemble les manquements a la loy qui ont été commise en Auvergne mais aussi aux quatre coins du royaume. Je ne vous ferais pas l'affront de vous citer le traité entre le SRING et la France...


Elle porta sur lui un regard amusé. Il était peu, oui relativement peu nombreux si l'on comptait bien, ceux qui s'amusait à vouloir mettre en doute ses compétences, en général s'était immanquable, une sorte de furie furieuse se déchainait dans ces cas là ....
Bizarrement, Beths était très calme, trop calme ? Elle le regarda sourire


Victime oui; victime d'un acharnement judiciaire en dépis du bon sens. Ma réputation a été salie sur une base illégale et je vais vous le démontrer de suite.Je ne demande rien de particulier en fait bien que des excuses officielles et une réhabilitation serait a mon sens la moindre des choses


Hum, vous vous plaisez à croire que vous êtes victime d'un acharnement judiciaire, mais voyons les faits. Vous vous êtes lâchement enfui à l'issu de votre procès avec le mandat de 700 écus, mandat de la ville de Polignac, en poche. Ou est l'acharnement ? 700 écus n'est pas une brindille dans la trésorerie d'un village.
Aujourd'hui vous êtes venu le rendre. Soit c'est parfait, je dois d'ailleurs écrire à Laure pour m'assurer qu'elle a bien reçu votre lettre, mais je ferais cela plus tard.
Donc, je ne vois pas pourquoi vous pourriez prétendre à des excuses ou une réhabilitation. Nous sommes tous maître de nos actes Messire. Et, vous n'avez été ni lapidé, écartelé ou brulé vif sur place publique ? Bon alors tout va bien.



Et les échanges se poursuivait. Alex avait une idée derrière la tête, mais la jeune femme n'était pas vraiment sur de l'avoir deviné. L'homme sorti alors document officiel portant sceau. Oui ... il connaissait son sujet. Elle prit le document qu'elle parcouru rapidement

Et bien, je considère pour ma part que tout traité avec la Provence est illégale au yeux de la loi royale et du traité avec l'Empire. Je me permet de vous faire remarquer que le sceaux apposés sur ces traités est celui de comte de Provence. Cela veut dire ce que cela le veux dire; le Bourbonnais Auvergne reconnait depuis bien longtemps la légitimité du conseil félon vu qu'il considère que le sceau usurpé suffit à validé un accord. J'ai donc été jugé sur la base d'un traité illégal, vous en conviendrez.

Beths se retint difficilement de rire, et elle porta ses yeux amusés sur lui. Hum ... lui dire ? Ne pas lui dire ?

Bien entendu que je sais que vous êtes prévôt royal. Pour quelle autre raison, Azdrine m'aurait 'il renvoyé vers vous sinon? Les maréchaux ne s'occupe pas a mon sens des affaires d'État.

Les raisons d'Azdrine parfois me laisse songeuse pour ne pas dire totalement abasourdie. Et il peut être capable d'actes, apparemment dénué de sens, mais qui bien des jours plus tard se révèlent. Bref, donc oui je suis prévost royal, Azdrine pourrait très bien ne pas vous l'avoir dit, les maréchaux ne s'occupent pas d'affaire d'Etat, mais les adjoints au prévost d'un état si. Oui parce qu'accessoirement pour occuper mon temps libre, je suis adjointe au prevost du BA.
Mais passons ce détail. Sachez que j'en convient parfaitement. C'est bien pour cela qu'un magnifique dossier de trahison contre Asturion, signataire dudit traité, est actuellement dans les mains de la Haute Cour de Justice


Elle ne quittait pas des yeux l'homme avec un petit sourire calme toujours affiché sur ses traits. Le dossier contre Asturion était connu, mais jusqu'à quel point ? Pourquoi Alex n'y avait pas fait référence ?

Gourmande toujours et voyant des sucreries encore à sa portée, elle ne put s'empêcher d'en prendre un


Ah messire Alex, c'est parfaitement délicieux. Je vous remercie de m'y avoir fait gouter. Mais désormais je vais devoir aller dans cette contrée pour en retrouver. hum ....

Peut être avez vous une remarque ou une interrogation à éclaircir? Sinon je continuerais en vous parlant de ce cher Ilgrande et d'Asturion .

Elle allait répondre lorsqu'un garde frappa à la porte et lui remis une missive en main propre. Zut. Que se passait il encore ? Elle prit conscience que cela faisait déjà quelques heures qu'elle était tranquillement installée dans les bureaux du brigandage pour parler d'une affaire qui n'avait rien à voir avec du brigandage. Hum ... tant pis. Elle se dit que son chef saurait où la trouver s'il avait besoin d'elle.

Elle décacheta la lettre, et remarqua haussitôt que le Sieur Alex se penchait pour lire ses missive privée. Aussitôt, elle releva le papier en lui jetant un regard furieux, non mais on ne lisait pas le courrier des Dames!!! Et si tantôt elle avait reçue galante missive ? A cette étrange idée, elle se mit à rougir, et de nouveau regarda furieusement l'homme


Vous devriez apprendre à ne point lire les courriers qui ne vous sont pas adressé.

Elle sortit alors nouveau parchemin et se mit à rédiger une missive à l'attention d'Althiof.

Citation :
Mon cher Al,
Je viens de recevoir des nouvelles de Serman4, oui oui, tu lis bien, tu sais celui qui propose mariage à toutes les femmes qu'il croise, enfin, avant de les alléger de leurs bourses malheureusement. Sans compter qu'avec les hommes ...
Bref, ce charmant m'écrit pour me prévenir qu'il sera à Montluçon, devant la mairie, pour que nous puissions procéder à son arrestation. Si cela se fait, il demande à ce que nous tenions compte dans son procès de sa bonne volonté. Je me demande s'il demande de la bonne volonté à toutes les victimes inscrites sur son tableau de chasse.
Al, je compte sur toi pour faire le nécessaire.

Beths


Une fois sa rédaction terminée, elle rappela le garde, lui tendit la missive qu'elle avait soigneusement scellée, lui précisa en chuchotant de remettre la lettre dans les mains du prévots, ou à défaut son adjoint Hermanicus, mais à nul autre.

Ke garde repartit, et elle passa une main fatiguée sur ses tempes. Que lui arrivait il ? Aurait elle trop bu ? Impossible, un verre de vin, et cette boisson à la couleur étrange qu'il lui avait fait goûter. Hum, elle aurait peut être du se méfier ? Boaf, il en avait bu aussi, et elle n'imaginait pas le Sieur en face d'elle voulant l'empoisonner.


Vous vouliez me parler d'Asturion et d'Ilgrande ? Servez moi un verre d'eau s'il vous grès et je vous écoute.
Althiof a écrit:
Althiof avait été absent de la vie de la place publique de Clermont une bonne partie de la semaine, enfermé chez lui ou à la prévôté. Souvent pas tout seul d'ailleurs à en juger par les bruits qui s'echappaient parfois de la salle des archives.

Il reçut une missive de Beths mais il ne sut pas dire depuis quand elle était sur son bureau.


Citation :
Mon cher Al,
Je viens de recevoir des nouvelles de Serman4, oui oui, tu lis bien, tu sais celui qui propose mariage à toutes les femmes qu'il croise, enfin, avant de les alléger de leurs bourses malheureusement. Sans compter qu'avec les hommes ...
Bref, ce charmant m'écrit pour me prévenir qu'il sera à Montluçon, devant la mairie, pour que nous puissions procéder à son arrestation. Si cela se fait, il demande à ce que nous tenions compte dans son procès de sa bonne volonté. Je me demande s'il demande de la bonne volonté à toutes les victimes inscrites sur son tableau de chasse.
Al, je compte sur toi pour faire le nécessaire.

Beths

Surement plusieurs jours mais finallement ce n'était pas plus mal et il laissa echapper un rire nerveux en la lisant avant de répondre à sa chère amie.

Citation :
Coucou Beths,

Serman ? Se rendre à Montluçon ? J'ai presque failli vérifier si on était le 1er avril ! Le jour de la Saint Glinglin peut-être ! Il a été apperçu par Clochette franchissant la frontière entre Polignac et le Puy... Pas vraiment le chemin de Montluçon ça.

De la bonne volonté ? Y'a de quoi se gausser ! Mais Jariane en a fait en le mettant en ennemi de l'armée. Il ne mérite pas mieux.

Bises, Al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Sam 22 Nov - 21:56

Alex0159 a écrit:
Beths semblait s'être légèrement détendue. Elle était calme; trop calme peut être. Le calme avant la tempête ? pas certains et de toute manière il le saurait bien assez tôt...


Hum, vous vous plaisez à croire que vous êtes victime d'un acharnement judiciaire, mais voyons les faits. Vous vous êtes lâchement enfui à l'issu de votre procès avec le mandat de 700 écus, mandat de la ville de Polignac, en poche. Ou est l'acharnement ? 700 écus n'est pas une brindille dans la trésorerie d'un village.



Il sourit en l'écoutant; visiblement elle n'avait pas lu son dossier dans son intégralité. Devait il lui dire ? Non ce n'était pas utile bien que cela le démangeait. Passer pour un voleur d poule ne lui plaisait guère. Autant de risque pour une somme aussi ridicule que 700 écus ! Force était de constater que les maréchaux raisonnaient tous de la même manière; peine de 700 écus signifiait pour eux vol de 700 écus. Difficile pour eux d'imaginer que le crime peut payer.

Il sourit a cette idée en se demandant qu'elle serait sa réaction si elle savait que c'est 19000 écus qu'il avait dérobé et qu'il avait conservé une marge de plus de 18000 écus.

Mieux valait ne rien dire!



- Beths; très chère Beths. Je vous en prie, j'ai déjà subi un procès, inutile de revenir sur ces faits. Ils ont été jugé. J'ai malheureusement le doux rêve de penser que Dame Justice est bien aveugle et qu'elle juge belle et bien en droit sans parti pris.

Il lui sourit.


- Et dans mon cas, le fondement était fallacieux; un traité illégal au yeux de la loi royale. Mais bon comme je vous le disais je ne souhaite aucune réparation et c'est uniquement pour faire en sorte que cela ne se reproduise plus que je suis ici.



C'est bien pour cela qu'un magnifique dossier de trahison contre Asturion, signataire dudit traité, est actuellement dans les mains de la Haute Cour de Justice.

- Asturion oui; j'allais y revenir sur ce scélérat mais voyez vous; je souhaite bien évidement qu'il soit jugé pour sa trahison mais... Est il le seul a être concerné ?

Je ne pense pas pour ma part. Comme je vous le disais document a l'appui; le fait de reconnaitre le conseil comtal de Provence comme légitime est une violation de la loi royale. Quid des autres traités et des autres scélérats au quatre coins du royaume ? Peuvent ils impunément apposer leurs sceau a coté de celui d'un félon au mépris de notre bon roy.

Qui d'autre que le prévôt royal aurait légitimité a remettre un peu d'ordre dans cette situation intolérable?


Il lui sourit


- Vous êtes a mon sens la femme de la situation j'en suis certains.


Ah messire Alex, c'est parfaitement délicieux. Je vous remercie de m'y avoir fait gouter. Mais désormais je vais devoir aller dans cette contrée pour en retrouver. hum ..


Beths; ça serait pour moi un honneur de vous en faire expédier. J'aime a satisfaire les femme que je tiens en haute estime. Autant vous dire que le moindre de vos désirs résonne comme un commandement dans mon esprit.



Vous vouliez me parler d'Asturion et d'Ilgrande ? Servez moi un verre d'eau s'il vous grès et je vous écoute.


De l'eau ? bien entendu très chère.

Alex servit le verre en question qu'il apporta a Beths accompagné d'un sourire

c'est avec grand plaisir que je vous parlerais de ce regretté Ilgrande et d'Asturion... Une fois que vous m'aurez éclairé un peu sur les actions que vous envisagez de prendre.
Tiadriel a écrit:
Tiadriel était très occupée ces derniers temps. Cependant, une affaire plus qu'urgente l'avait poussée à se rendre au bureau de brigandage. Elle pensait avoir reconnu un vil scélérat trônant sur un avis.
Il avait essayé de passer inaperçu en se changeant entre temps, mais elle ne s'était pas laissée abuser. L'habit ne faisait, après tout, pas le moine. Elle ne le laisserait pas s'en tirer à si bon compte. Surtout qu'il briguait le poste de bourgmestre de son nouveau village. D'ici, à ce que ça soit plutôt la caisse... Elle ne laisserait pas faire une telle chose.

Elle frappa fermement à la porte et attendit sagement qu'on l'autorise à entrer. Elle avait perçu un vague bruit de conversation de l'autre côté et ne voulait pas déranger une affaire importante en cours.
Peut-être aurait-elle du prendre un siège et attendre son tour ?
Althiof a écrit:
Alors qu'il partait vers Cournon pour la nuit il passa par le petit bureau que la prévôté avait ouvert il y a bien longtemps pour gérer et coordonner les recherches de brigands. Actuellement de nombreux brigands se faisaient prendre grace à l'excellent travail de la COBA et la maréchaussée et il espérait que cela continue.

Quelle ne fut pas sa surprise de voir Tia qui attendait dehors dans la fraîcheur de la nuit. Elle n'était pourtant pas du genre timide.


Bonsoir ma chère filleule. Tu vas bien ?

Il la prit dans ses bras. De la buée sortait de leur bouche lorsqu'ils respiraient.

Pas trop frigorifiée ? Qu'est ce que tu fais ici à une heure si tardive ? Tu es venue voir les quelques avis qui sont en cours. Ca fait plaisir de voir des noms mis sur les visages presque quotidiennement.


Il poussa la porte.


Entre ne reste pas dehors tu vas attraper mal.
Beths a écrit:
Beths tentait de ne pas soupirer de façon trop perceptible, mais décidément cet homme était, ben il était ... rha il n e lâchait rien en fait. Elle se demandait si elle devait en rire ou s'énerver. Hum, elle préférait largement la première solution

Asturion oui; j'allais y revenir sur ce scélérat mais voyez vous; je souhaite bien évidement qu'il soit jugé pour sa trahison mais... Est il le seul a être concerné ?

C'est une excellente question à laquelle je suppose que vous avez des éléments de réponse ? Elle lui adressa un sourire candide. Elle se doutait pertinemment qu'il était convaincu quant à la réponse à cette question. Ce qu'Alex ne manqua pas de confirmer dans la suite de ses propos.

Qui d'autre que le prévôt royal aurait légitimité a remettre un peu d'ordre dans cette situation intolérable?

Hum ... le Grand Prévôt ? Le Duc de notre Duché, celui de Provence ? Il y a plusieurs réponses à cette question.


Mais pourquoi donc voulait il que les autres personnes concernées entrent en jugement ? Car c'était apparemment cela qu'il souhaitait ...
Qu'avait donc cet homme en tête ?


c'est avec grand plaisir que je vous parlerais de ce regretté Ilgrande et d'Asturion... Une fois que vous m'aurez éclairé un peu sur les actions que vous envisagez de prendre.

Elle ne peut s'empêcher un sourire en coin la maréchale. Il souhait donc qu'une enquête soit menée. Eh bien en tant que tel, cela ne la dérangeait pas bien au contraire, elle aimait que justice soit faite, mais pourquoi cette insistance de sa part. Elle était convaincu que pour sa part ce n'était pas une soif de justice qui le guidait.
Elle prit donc son temps pour lui répondre


Eh bien une enquête peut être menée, mais je ne peux vous éclairez davantage si vous ne m'exposez pas les faits. Que je sache si cela est vraiment de mon ressort, ou bien d'autre ou bien encore de personne. Je ne juge de rien sans savoir.

Elle le regardait en souriant, se satisferait il de cette réponse, elle en doutait quelque peu.

Soudain la porte s'ouvrit laissant passage à ... Al ??? Il n'était pas seul. Elle se pencha un peu sur le côté et la personne avança


Tia? Al ? Ben bonjour vous deux. Tout va bien ?

Tourne la tête vers l'homme et les nouveaux entrant

Entrez, entrez, je vous présente Messire Alex ... de Polignac qui se décide à rendre son mandat, et à entrer dans le droit chemin de la Justice, et c'est dans cette grandeur d'âme qu'il est venu me trouver. Al ? Alex m'exposait des choses intéressantes concernant Asturion et la Provence. Enfin, il commençait à m'exposer. Cela peut aussi t'intéresser je pense, enfin si Alex n'y voit pas d'inconvénient.

N'attendant même pas la réponse, elle se leva et s'éloigna quelque peu. Elle imagina fuir un instant ... Mais non, elle se contenta d'aller à la fenêtre prendre un peu d'air.
Althiof a écrit:
En entrant Althiof trouva Beths en grande discussion avec quelqu'un qui ne lui était pas inconnu, mais alors pas du tout.

Coucou Beths, ma foi ça va traqnuille à part qu'on commence à se les geler.

Entrez, entrez, je vous présente Messire Alex ... de Polignac qui se décide à rendre son mandat, et à entrer dans le droit chemin de la Justice, et c'est dans cette grandeur d'âme qu'il est venu me trouver. Al ? Alex m'exposait des choses intéressantes concernant Asturion et la Provence. Enfin, il commençait à m'exposer. Cela peut aussi t'intéresser je pense, enfin si Alex n'y voit pas d'inconvénient.


Ils s'avancèrent.

Ouai j'en ai déjà bien entendu parler, beaucoup trop je dirais même. Le droit chemin ? On verra. Les paroles c'est bien beau mais l'avenir nous en dira plus.

Asturion et la Provence ? Encore ? Ou plutôt toujours... Vi ça m'intéresse vu qu'il a annoncé revenir de Provance pour se rendre aux gardes royaux. Mais c'est pareil je demande à voir.

Je suis à vous de suite, Tia a semble t-il quelques infos à nous donner et je ne fais pas attendre une dame, qui plus est ma chère filleule, pour un bandit repentis.


Se tournant vers sa filleule.
Je suis toute ouie ma chère.

Il voyait qu'elle scrutait les avis avec insistance.
Tiadriel a écrit:
Elle hésitait toujours à entrer quand elle entendit une voix familière dans son dos.

Bonsoir ma chère filleule. Tu vas bien ?

Surprise, elle se retourna et sourit à son parrain qui la prit dans ses bras. Il ne faisait vraiment pas très chaud. Quelle idée elle avait eu à ne pas se décider et à rester dehors ? Elle n'en savait rien du tout, elle savait juste qu'elle ne voulait pas déranger...

Bonsoir Parrain, je vais bien merci. Et toi tu as l'air en forme, quoique sûrement surmené et fatigué avec tes longues journées...

Pas trop frigorifiée ? Qu'est ce que tu fais ici à une heure si tardive ? Tu es venue voir les quelques avis qui sont en cours. Ca fait plaisir de voir des noms mis sur les visages presque quotidiennement.

Non, ça va, juste un petit peu froid, merci.
Oui, j'ai appris que des nouveaux avis étaient passés et je voulais m'assurer que je ne reconnaissais personne.


Il poussa la porte.

Entre ne reste pas dehors tu vas attraper mal.

C'est que... Il me semble qu'il y a déjà quelqu'un à l'intérieur, j'ai perçu, enfin, je crois, des voix et je ne voulais pas déranger...

Elle le suivit néanmoins à l'intérieur. S'il ouvrait la voie, elle risquait moins de paraître de trop.
Elle vit Beths pencher la tête et Tia lui sourit. Elle ne s'était pas trompée. Il y avait bien des personnes en pleine discussion dans le bureau.


Tia? Al ? Ben bonjour vous deux. Tout va bien ?

Bonsoir Beths, oui, tout va bien, ne t'inquiètes pas, je venais juste jeter un oeil aux avis de recherches, j'ai un petit doute que je voudrais lever.

Entrez, entrez, je vous présente Messire Alex ... de Polignac qui se décide à rendre son mandat, et à entrer dans le droit chemin de la Justice, et c'est dans cette grandeur d'âme qu'il est venu me trouver. Al ? Alex m'exposait des choses intéressantes concernant Asturion et la Provence. Enfin, il commençait à m'exposer. Cela peut aussi t'intéresser je pense, enfin si Alex n'y voit pas d'inconvénient.

Elle salua poliment le Messire. Il ne lui disait rien du tout... Mais ce n'était pas le cas d'Al apparemment. Elle le laissa lui faire la conversation et s'approcha des avis. Il n'en restait plus beaucoup en cours de validité. Mais le n°72 lui parlait. Elle le connaissait... Elle réfléchissait... C'est qu'elle en voyait passer beaucoup, pas autant que les douaniers mais un certain nombre quand même. Puis un sourire étira ses traits. Elle savait ! C'était bien lui ! Si on lui avait dit, elle ne l'aurait sûrement pas cru, mais il était bien là, sur cette affiche.

Je suis toute ouie ma chère.

Parrain, tu vas être content, je le connais celui-là, lui montre l'avis n°72, c'est Zefta ! Il a été bourgmestre à Montpensier et aux dernières nouvelles, il se représentait aux élections, je l'ai vu afficher son programme...

Il cachait décidement bien son jeu... Si elle l'avait eu sous la main, à cet instant, elle lui aurait bien fait tâter de sa lame...
Bettym a écrit:
A peine le baptême de Beths terminé que le travail reprenait. De retour au bureau de brigandage, Bettym avait eu une nouvelle fort surprenante et il fallait qu'elle en parle à tout prix à son amie. Elle était sûre qu'elles allaient bien rire. Enfin... Bettym oui. Mais Beths ? Comment allait-elle réagir ?

Elle entra dans la salle des préparations d'avis où le Prévôt Royal des Provinces Vassales s'était endormie. Elle ne peut s'empêcher de s'approcher lentement et sans bruit, une folle envie de s'esclaffer à la pensée de la réveiller en sursaut.


Debout là dedans ! cria-t-elle à tue-tête Il est l'or ! Madame le Prévôt.

Le bond que fit Beths avait fini de mettre en joie Bettym qui s'éclata de rire en voyant la mine ahurie de la Thiernoise.
Althiof a écrit:
Beths piquait du nez. Elle vaait du trop boire à son baptême la soiffarde et ça passait pas. Althiof quant à lui continuait de discuter avec Tia. Ils étaient penchés au dessus d'une table à regarder des portraits.

Parrain, tu vas être content, je le connais celui-là, c'est Zefta ! Il a été bourgmestre à Montpensier et aux dernières nouvelles, il se représentait aux élections, je l'ai vu afficher son programme...

Il prit le portrait de Zefta qui lui tendait son amie et comparait.

Ha oui y'a une grosse ressemblance effectivement, très louche d'autant qu'il vient de se tirer j'ai vu ça à la douane. De là à dire qu'il se savait repéré. Hé bien je vais le mentionner sur le dossier.

Merci à toi Tia Smile Et pour la prime je vois ça dès que j'ai deux minutes ma chère.


Ils n'avaient pas entendu entrer Bettym, elle s'était fait discrète mais cela ne tarda pas à changer. Elle hurla à un point que même Beths aurait eu du mal à atteindre... enfin nan quand même pas mais elle avait mis le paquet.

La pauvre Gondole venait de faire un bon ahurissant et semblait en avoir des palpitations. Il se mit à rire mais cela l'avait bien surpris lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Lun 15 Déc - 23:56

Tiadriel a écrit:
Elle sourit quand elle entendit Al lui confirmer qu'il y avait une réelle ressemblance. Si elle pouvait aider à la capture de ce brigand, elle n'en serait qu'heureuse. Un de moins dans la nature, c'était toujours ça de pris.
Elle déchanta cependant en apprenant qu'il était déjà en fuite... Sacrebleu... Vraiment pas de chance. Il avait vraiment filé ? Elle en fut vraiment très déçue, bien qu'elle tenta de cacher sa déception. Son parrain n'y était pour rien.


Pour la prime, ne t'inquiètes pas. Je ne suis pas pressée. Je serai contente une fois qu'il sera sous les barreaux, ça oui. Le reste peut attendre. Je n'ai pas fait ça pour l'argent de toute manière, mais juste pour protéger mon village et éviter qu'il ne le pille.

Pendant qu'ils discutaient, penchés sur les parchemins, Bettym était entrée. Lorsqu'elle cria, Tiadriel fit un bond, elle aussi. Décidément, quand ce n'était pas Beths, Bettym prenait le relais. Au moins, on ne s'ennuyait pas.
Elle alla la saluer, puis prit congé de tout ce petit monde, déposant une bise sur chacune des trois joues. Sa petite famille devait l'attendre à la maison et c'était presque l'heure de la tétée de Georges. Elle resserra les pans de sa cape sur elle, avant de pousser la porte et de sortir.
Beths a écrit:
[Bureau du brigandage, quelques jours plus tôt]

Prendre l’air, elle en avait besoin …. Elle s’était donc écartée alors qu’Al prenait la parole. Depuis combien de temps était elle enfermée avec le Sieur Alex dans la même pièce ? A cette idée elle sourit en coin. Il fallait dire que la conversion de l’homme était plaisante, amusante, et surprenante. La maréchale savait bien que cet homme était dangereux et qu’il fallait mieux se méfier de ses douces paroles, mais la jeune femme s’était amusée au cours de leurs échanges. Elle était juste chagrinée de ne pas avoir totalement percé à jour la raison exacte pour laquelle il était venu la trouver.
Boaf, Al allait remédier rapidement à la chose, et puis cela la libérerait. C’est qu’elle avait un baptême à préparer. A cette idée une douce quiétude l’envahit. Elle devait prendre congé.
Se rapprochant de nouveau des personnes présentes au centre de la pièce.


Bien puisque tout va pour le mieux et qu’Al tu gères, je vous laisse, deux trois choses à faire, dont un baptême à préparer et des invitations à envoyer.
Messire Alex, ravie de vous avoir rencontrée, et vous pourrez parlez tout à votre aise au prévôt ici présent.
Tia, Al à très vite.


Ne laissant même pas temps à ses interlocuteurs d’intervenir, elle prit la veste qu’elle avait déposé sur le porteur, et sortit dans la nuit, sifflotant, heureuse.



[Bureau du brigandage, un autre jour, plus tard, une Beths baptisée et revenue de retraite]


Effacée, invisible, découragée, Beths était revenue de retraite mais n'avait qu'une envie étrangement, celle d'y retourner. Elle avait oublié qu'elle revenait en pleine période électorale, cette si belle période exceptionnelle où tous participaient, ou tous promettaient merveilles et monts. Ou tout irait bien dans leur si beau duché. Et puis ... autre chose la tracassait.
Fuir, voila la seule chose qui lui venait en tête.

Elle était épuisée malgré son passage chez les sœurs. Trop de questions lui étaient venues en tête, trop de questions, d’inquiétudes et de larmes …malgré toute sa volonté, ses principales pensées avaient cheminées jusqu’à l’homme qui lui avait volé son cœur … et dont elle n'avait aucune nouvelle depuis son baptême. Allait il bien ? que faisait-il ? pensait-il à elle ? Et surtout, surtout, ses sentiments avaient ils changés ? Elle avait eu beau tenter de s’occuper les mains avec divers travaux d’aiguille, action totalement inutile puisqu’en temps normal elle ne brillait déjà pas beaucoup dans ce domaine, mais là ce fut un véritable carnage. Autant pour ses doigts que pour l’ouvrage qu’elle avait commencé.
Elle avait aussi tenté de s’occuper l’esprit en tournant ses prières vers Aristote, malheureusement la grâce, qui l’avait touché lors des pastorales qu’elle avait suivies, ne revint pas, elle n’arrivait ni à se concentrer sur les textes, ni à prier correctement. Et même le poids de sa médaille de baptême n’y changeait rien. Un impression de brulure, d’écrasement, de mal être … de tristesse …

Et puis elle était retournée à Thiers, à ses activités, maussade, craintive, désabusée.

Et là, dans ce bureau où elle se sentait si bien, en étudiant les divers portraits qu’elle n’avait pas encore eu le temps d’étudier, alors qu’aucunes pensées Martymcflysienne ne venaient la troubler, doucement, elle s’endormit la tête posée dans ses bras, lesquels étaient posés sur le bureau.

Ni l’arrivée d’Althiof, ni celle de Tia ne la réveillèrent. Ce n’est qu’un hurlement strident qui la fit brusquement et douloureusement sursauter, lui vrillant immédiatement les tempes d’une migraine qui mettrait du temps à partir.


Debout là dedans ! Il est l'or ! Madame le Prévôt.

Sa main droite inconsciemment se porta vers son épée alors qu’elle redressait le buste, plissant les sourcils de douleurs, et fermant quelque peu les yeux, la lumière n’aidant pas à son état. Toutefois, son subconscient avait déjà reconnue celle qui avait braillée … les 2B étaient de nouveau réunies.


Bettym ….

Nouvelle vrille dans son crane, cette fois la main droite passée devant les yeux. Et puis elle entendit un rire, suivit d’un second. Grognant, elle tourna doucement la tête vers Althiof, le son caractéristique qu’il faisait en riant l’ayant trahi. Observant la pièce afin de savoir qui se cachait encore en ces lieux, elle remarqua Tia. Elle adressa un pauvre sourire à cette dernière en guise de salut.
Etait-ce le cri de Bettym ? Tia s’empressa de s’enfuir. Il fallait dire qu’avec une telle mise en bouche … pfiou …


gnnnnnnnnnnn. Ca va pas non …. Gnnnnnnnnnnnnnn

Des yeux elle cherchait … elle cherchait … elle ne savait pas ce qu’elle cherchait. De l’eau ? une tisane ? n’importe quoi qui lui ferait passer ce mal de tête. Elle sentait d’avance que c’était peine perdue, d’autant plus si elle en croyait les rires venant du prévôt et de son amie.

gnnnnn …. Quoi qui s’passe me requérant ?
Bettym a écrit:
Bettym n'avait pas vraiment fait attention au couple qui était dans la pièce à côté et ce fut elle qui fut étonnée de voir les maréchaux de Montbrisson.

Alors que Beths essayait de faire surface, Tia ne fit pas de vieux os au bureau de brigandage. Peut-être la surprise de ses cris ou la peur de ceux à venir, allez savoir. La jeune femme salua Bettym qui en fit autant.


- Bonne journée Tia, et désolée de t'avoir fait peur. fit-elle, un sourire mi-angélique, mi-démon avant de se tourner vers Beths qui avait retrouvé l'usage de la parole.
- Bettym ….
- C'est moi ! fit-elle enjouée

Cependant, la Moulinoise observa la Thiernoise qui était curieusement... introvertie.


- gnnnnnnnnnnn. Ca va pas non …. Gnnnnnnnnnnnnnn
- Bien sûr que si ! Mais peut-être que tu parlais pour toi ! essaya-t-elle de dire tout en réprimant un fou rire qui la gagnait.
- gnnnnn …. Quoi qui s’passe me requérant ?
- Rien de particulier. J'étais juste venir te faire un coucou et surtout de raconter la dernière rumeur en cours. Je suis sûre qu'elle va te plaire.

Voyant la grimace de Beths, Bettym lui sourit en coin. Le temps que Beths se réajuste, la Moulinoise en profita pour préparer de quoi prendre une tisane. Elle se tourna vers Althiof afin de lui demander si il se joindra à elles. Le connaissant curieux, elle ne doutait de sa réponse et avait mis d'avance trois tasses sur un plateau et s'avança vers le bureau de la miss.

Devant l'insistance de Beths, Bettym s'installa au bureau et commença son histoire.


J'ai une bonne nouvelle à vous annoncer. Elle put voir se dessiner sur le visages de ses "spectateurs" un sourire curieux. Figurez-vous que j'ai appris ce que je vais vous dire lors de mon retour à Moulins et pas par la personne qui l'aurait dû.

Devant la mine interrogative de ses amis, elle se rendit compte qu'elle n'était pas très clair et grimaça avant de reprendre.

En clair, j'ai appris que j'allais me marier.

Elle évita les deux paires d'yeux qui s'étaient jetées sur elle et attendit les réactions sans bouger.
Beths a écrit:
Mon royaume pour .... pour quoi déjà ? Elle ne savait plus, elle ne savait plus rien en dehors ce mal de tête lancinant. Et pourtant ... elle n'avait rien bu. Arg! C'était encore pire.

D'un oeil mi-mauvais, mi-curieux, elle observait son amie qui paraissait particulièrement gaie. La thiernoise était donc interrogative, autant se faire que peu vu son état.


Rien de particulier. J'étais juste venir te faire un coucou et surtout de raconter la dernière rumeur en cours. Je suis sûre qu'elle va te plaire.

Gnnnnnn ??

Décidément la maréchale constatait qu'elle s'exprimait de plus en plus clairement. Fort heureusement Bettym ne s'en offusqua pas, et commença à leur préparer un peu d'eau chaude avec des plantes. Quelle délicieuse idée, elle en avait grand besoin.

Plus elle observait Bettym s'agiter à droite et à gauche, plus elle était curieuse de savoir quelle était cette fameuse rumeur. Voyant qu'elle allait devoir insister légèrement


ALOOOOORS!!!

Ce fut comme des cloches qui se mirent à sonner ... dans son crane. Horrible sensation s'il en était en fait! Mais c'est terrible une cloche quand on y pense tout de même! A cet instant elle comprit la douleur que certain pouvait ressentir lorsqu'elle ... hum ... s'exprimait ... pauvre d'eux. Enfin non, si elle s'exprimait c'était mérité. Bref ... main sur la tête, gorgée de tisane avalée, regard à Bettym qui commençait son histoire.

Elle ne su si c'était l'effet combiné des cloches qui tintaient ou de la tisane, ou encore du fait qu'elle était partie chez les soeurs, ou bien parce qu'il faisait froid et que le temps de se réchauffer, bref, elle se mit à regarder Bettym avec un regard interrogateur les deux mains entourant sa tasse.

Apparemment Bettym n'était pas clair car elle reprit la parole pour ...


En clair, j'ai appris que j'allais me marier.

Aaaaaaaoutch!

D'étonnement, Beths avait regardée son amie avec un regard ahuri la bouche ouverte, les mains glissant légèrement. Elle avait juste oublié un mini détail, trois fois rien, une broutille, une brindille, une paille, sa ... tisane ...
Doucement, le liquide s'était échappé de sa tasse et était venu terminer son chemin sur ses genoux. Enfin terminé ... ce ne fut pas le cas, car à l'instant même où elle hurlait de douleur, ben vi c'est chaud l'eau d'une tisane, elle fit un bond spectaculaire, la tasse vola, son contenu manquant de peu son suzerain, tandis qu'elle même se mettait à courir autours des fauteuils pour tenter de rafraichir sa cuisse, comment çà le vent ne rafraichit pas ...

Lorsque la douleur fut plus supportable, lorsqu'elle comprit qu'il ne servait à rien de courir, elle s'arrêta devant son amie Moulinoise.


Te ... te ... te maarier ?? Mais euh ... c'est ... oui, merveilleux, oui .... le Grognon a fait sa demande alors ? Et euh ... c'est prévu pour quelle date ?

Grimaçant soudain en pensant à ses paroles qui pouvaient laisser croire qu'elle n'était pas heureuse pour Bettym, elle attrapa son amie par les épaules et la prit dans ses bras quelques secondes

Ben, euh, j'suis contente pour toi bien sur.

Un vague sourire apparu alors sur les traits du prévôt royal
Bettym a écrit:
Comme elle s'y attendait, Beths réagit immédiatement par un cri. Cependant, la cause n'était pas tout à fait ses déraclations mais la conséquence d'un lachage involontaire d'une tasse de tisane bouillante.

Quand Bettym s'aperçut des dégats, Beths courait déjà autour de la table, comme si faire de l'exercice calmerait la brûlure.

Regarde Beths ! fit-elle à Al... Voilà qu'elle s'entraine pour les futurs jeux du BA !

La Moulinoise essayait de réprimer son rire mais lorsque le Prévôt Royal des P.V. se mit à bégayer, ce fut la goutte d'eau. Elle s'éclaffa...

Désolée... Mais je ne t'ai jamais vu aussi... heureuse pour moi ! puis essayant de reprendre son sérieux... Ah si ! lorque je t'ai annoncé mes fiançailles avec Maxfan. A cette évocation, Bettym ne put réprimer un soupir, se rappelant comment tout cela avait fini. En fait, Nim ne m'a pas fait de demande. regretta-t-elle. D'ailleurs, le jour où il m'en fera une, il pleuvra des hallebardes ! Et pour la date... haussant les épaules, je n'en ai aucune idée.

Devant la mine mi-enjouée mi-intriguée de son amie, elle continua...

En réalité, je n'étais pas moi-même au courant que j'allais me marier et encore moins avec la personne que l'on m'a désignée comme fiancé ! D'ailleurs, je parie que tu ne devineras jamais qui serait mon futur époux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Dim 21 Déc - 14:35

Althiof a écrit:
Althiof regardait partir sa filleule et sortit un calepin pour noter les primes.

Citation :
100 écus pour Tia pour avoir trouvé Zefta.
100 écus pour Aellfall pour avoir trouvé Flodusmv.
100 écus pour Shel pour avoir reconnu Serman, à verser après l'arrestation effective.

Il s'approcha ensuite de Bettym qui avait rejoins Beths.

Coucou Bettym tu vas bien ?

Elles semblaient parties dans une conversation. Surement encore un truc de fille inutile mais bon... il avait rien de mieux à faire. Et pis il appréciait tellement la compagnie de ses deux amies. Et pis qui sait elles auraient peut-être un truc intelligent à dire... On a le droit de rêver... Ce sont que des filles...

En plus la Gondole semblait bizarre elle parlait encore plus bizarre que dab ce qui était pas peu dire.


- Quoi qui s’passe me requérant ?
- Rien de particulier. J'étais juste venir te faire un coucou et surtout de raconter la dernière rumeur en cours. Je suis sûre qu'elle va te plaire.

Bettym semblait très enjouée. Ca promettait et là... Après quelques phrases sans queue ni tête.

En clair, j'ai appris que j'allais me marier.

Il restait bouche bée. Se marier ? Mais avec qui ? Et pis elle semblait tellement pas sérieuse. Heureusement la Gondole s'occupait de l'animation.

Aaaaaaaoutch!

Il fit un bon sur le côté avant d'etre ejecté à plusieurs mètres. Beths faisait des bons dans tous les sens et en avait mis plein ses braies. Et pis elle courait en tous sens en criant à tue-tête... bref rien d'extraordinaire en soi.

- Regarde Beths ! Voilà qu'elle s'entraine pour les futurs jeux du BA !
- Ah oui mais là y'a du boulot c'est pas encore ça ! Pis elle est même pas capable de boire son eau chaude proprement. J'lui ai toujours dis que c'était pas bon pour la santé mais elle m'ecoute pas. Au fait Beths evite d'enlever tes braies même si ça brûle. Y'a des âmes sensibles dans l'coin. J'voudrais éviter un attentat à la pudeur. Pis arrête de grogner souffre en silence.


Il rit mais n'empêche qu'à voir sa façon de parler elle avait du le sentir passer. Moralité : buvez de la bière ça fait moins mal quand vous en mettez partout.

Alors Bettym ? Avce qui alors ? Pas Marty quand même ?

Bein quoi il était bien Moulinois. Maire de surcroit. Un beau parti quoi ! Et là il sentit une grande claque derrière sa tête.

Bein quoi ? Ca serait marrant... Pour moi en tout cas. Que je fasse diffuser la rumeur rapidement.
Bettym a écrit:
En entendant la remarque de Al, Bettym se retint de rire de peur d'être victime du courroux de Beths. Ce que Al n'échappera sûrement pas vu les relations qu'avaient les deux Prévôts.

Alors Bettym ? Avce qui alors ? Pas Marty quand même ? A la proposition de Al, la jeune Moulinoise soupire... Bein quoi ? Ca serait marrant... Pour moi en tout cas. Que je fasse diffuser la rumeur rapidement.

Elle regarda Al, suspicieuse, puis Beths, inquiète de sa réaction lorsqu'elle répondit...

Comment as-tu trouvé aussi vite Al ? Ce ne serait pas toi qui serait à l'origine de cette rumeur ? levant un sourcil interrogatif, cherchant à déceler la vérité.
Beths a écrit:
Alors qu'elle était vraiment sincèrement heureuse pour son amie, mais bon, exprimer ses sentiments n'était pas son fort apparemment, il suffisait qu'elle repense à son baptême et à la réponse qu'elle avait faite à Marty, enfin au désastre plutôt, vu le néant silencieux qui avait suivi, aucune nouvelle de celui qu'elle aimait, aucune, allait-elle devoir aller jusqu'à Moulins pour ? Hum peut être ... ou pas, ou si elle demandait justement à Bettym ?
Rhaaaaaaaaaaa mais zut, il y avait d'autres choses follement passionnante qu'un Duc en ce Duché naméo, sisisisisisi. Donc que disait Bettym ? Ah oui qu'il pleuvait des hallebardes


Gni?

Comment ça il pleuvait des hallebardes ? Beths la regardait totalement intriguée.
Elle jeta alors un regard à son suzerain, regard étonné, mais également courroucé, elle était sure qu'il avait dit des choses désagréables alors qu'elle courait pour tenter de se rafraichir la cuisse, elle avait vaguement cru entendre attenta à la pudeur mais sans en être certaine tant sa conscience était obnubilée par une chose ... AAAAAAAAIE AIE AIE AIE CA BRUUUUUUUUUULEUH
Bref, elle le regarda alors que Bettym faisait sa mystérieuse


Ca doit faire mal une hallebarde qui te tombe dessus par la pluie, non ?

Et puis Bettym révéla le mystère ... enfin révéle ... épaissit serait plus juste

En réalité, je n'étais pas moi-même au courant que j'allais me marier et encore moins avec la personne que l'on m'a désignée comme fiancé ! D'ailleurs, je parie que tu ne devineras jamais qui serait mon futur époux !

Euh, non ... le pape Eugène VI ? Ou .... nooooooooooooooooooooooooooon!!!! Le Doyen, il a parfois des idées farfelues, mais euh, vous vous connaissez ? hum ... non en fait je ne vois pas qui

Elle n'eut guère le loisir de finir sa phrase que son suzerain émettait une hypothèse qui lui fit sortir les yeux de la tête

Pas Marty quand même ?

et la fit réagir instinctivement, sa main vola en direction de l'arrière de la tête d'Althiof en une claque phénoménale

Bein quoi ? Ca serait marrant... Pour moi en tout cas. Que je fasse diffuser la rumeur rapidement.

Marrant???? HUMPF!!!!!!!! Attends que je t'arrache les yeux et que


Et là ... c'est le drame

Comment as-tu trouvé aussi vite Al ? Ce ne serait pas toi qui serait à l'origine de cette rumeur ?

La jeune femme happe l'air tel un poisson hors de l'eau, elle regarde alternativement Al, puis Bettym, puis Bettym, puis Al ... non ce n'est pas possible c'est une plaisanterie, une mauvaise plaisanterie, oui, mais alors pourquoi est-il silencieux depuis tout ce temps ? Non ce n'est pas possible, il n'aurait pas pu, il était sincère lors de son baptême, elle en était sure, oui mais alors pourquoi n'avait il pas cherché à la revoir ?
Doucement ses jambes ne la portèrent plus, les cloches se mirent à sonner une mélodie horrible qui ressemblait plus a une sonnerie d'alarme, bruit persistant, criard et douloureux. La thiernoise ne put émettre qu'un son


Pourquoi ? Avant que ses abattis n'atteignirent le sol ...
Bettym a écrit:
Bettym était restée coite à la question de Beths... Elle essayait de tourner en tout sens sa question mais n'arrivait toujours pas à trouver une réponse. Au bout d'un petit moment, elle se décida enfin à ouvrir la bouche....

Pourquoi ? Pourquoi quoi d'ailleurs ? puis la voyant au sol... Parce que tu as glissé ou que la nouvelle te fait tellement plaisir que tu en es tombée sur le hum hum se tordit-elle la bouche s'interdisant d'être vulgaire euh... ton séant. J'en sais rien pourquoi moi !

A moins que tu ne souhaiterais savoir pourquoi "on" leva les yeux au ciel en se rappelant ce que disait sa chère Soeur Rita... Bettym il ne faut jamais dire "on" car "on" est un ... puis sourit et se reprit. Est-ce que ta question est de savoir pourquoi une personne veut me marier avec mon filleul préféré ?

Elle regarda Beths qui avait franchement décidé de rester au sol, endroit certainement le plus sûr pour éviter une autre chute du même genre. La savoir ainsi désemparée face à l'annonce qu'elle lui avait faite l'avait mise mal à l'aise. Mais comment expliquer la bêtise des gens qui apparemment n'arrivaient à faire la différence entre une insulte et un cri, une blonde et une brune, une Thiernoise et une Moulinoise ? C'était pourtant pas difficile ! Il suffisait juste de faire attention aux détails, détails qui pour l'occasion était encore plus visible qu'un nez au milieu de la figure.

Devait-elle lui dire d'où venait cette rumeur ? Elle grimaça quand elle essaya d'imaginer la réaction de Beths. Pour l'instant, il valait mieux occulter cette information car pour le coup, la Thiernoise risquerait d'en faire une attaque ou bien pire encore.

Reposant son regard attendri vers le Prévôt Royal des Provinces Vassales...


Alors que veux-tu savoir exactement ? Je t'écoute...
Beths a écrit:
Assise tranquillement au sol, ou plutôt installée par la force des choses sur le paquet, fort beau au demeurant, et parfaitement ciré, hum quelle efficacité qu’était celle du personnel de Clermont, peut être devrait elle en toucher deux mots au Duc pour éventuellement emprunter ces personnes fort compétentes et les envoyer une journée s’occuper du bureau de la prévôté thiernois, bref, euh, à quoi pensait-elle en dehors d’admirer les us et faits de domestiques ?
Ah oui de l’annonce tout à fait classique, banale, insignifiante, habituelle, que l’on allait marier une autre qu’elle-même à l’élu de son cœur, une pierre dans le lac de Montbrisson quoi.
Et puis la logique de Beths tenta de faire surface pour analyser la situation. Qu’avait donc dit Bettym exactement ? Rhaaaaaaa satanée migraine qui ne lui laissait pas les idées claires. Elle fronça les sourcils et passa une main calmante sur l’arrête de son nez. Hum …bon elle ne savait plus exactement, mais elle se rappela que Bettym avait adopté un ton amusé. Qui disait Bettym et ton amusé disait … boutades ? Bêtises ? Bettym adorait s’amuser et taquiner ses amis, donc …


Est-ce que ta question est de savoir pourquoi une personne veut me marier avec mon filleul préféré ?

La thiernoise regarda alors fixement son amie n’osant sourire. Et si …. Non … Si ? Encore ? Serait-il diantre possible que ? Déjà par le passé … d’où leur surnom également … les deux B … hum. Et pourtant, elles ne se ressemblaient en rien physiquement, mais elles dérangeaient, et cela ne plaisait pas. Même panier … ce nain qui les avait confondu sans cesse prenant l’une pour l’autre et vice et versa, les paroles de l’une pour celle de l’autre, à croire qu’elles ne furent qu’une et même entité. Aurait-il encore sévi ? Ou alors était-ce autre chose encore ? Autre chose mais quoi ? Pourquoi ?
Tout en observant son amie, ses idées filant au travers sa tête, la maréchale s’installa plus confortablement, elle était au sol, eh bien soit, le sol pouvait être agréable, elle s’était déjà trouvée assise au beau milieu de la prévôté et avait apprécié la chose. Glissant ses pieds sous elle, ajustant son dos pour qu’il soit droit, mettant un poing sous son menton, elle regardait ses amis, Al, Bettym, et se mit à sourire. Oui ces deux là étaient exceptionnels, et elle pouvait aveuglément leur faire confiance, quoi que leurs paroles pourraient apporter d’étrange. Elle pouvait compter sur eux. Un trio, celui du bureau du brigandage, celui de la redoutable efficacité.
Elle avait été lente à faire l’analyse, son violent mal de tête ne l’y avait pas aidé, son humeur ronchon et ses idées obnubilées par une chose, ou plutôt une personne non plus … l’amour était chose merveilleuse, mais elle rendait aveugle et moins vif … enfin dans son cas.


Alors que veux-tu savoir exactement ? Je t'écoute...


C’est quoi ce nouveau pot de lait ? Rougissante sans même comprendre pourquoi, toussotant un brin et reprenant son sérieux

Jardin a encore fait des siennes ? Il t’a félicité de ton mariage futur avec Marty, d’une part car il ne sait toujours pas nous différentier, il faudrait l’envoyer se faire soigner dans un quelconque hospice, c’est lassant à force, d’autant plus que ses sources d’information sont erronées, car Beths, c'est-à-dire moi, ben aucun mariage n’est prévu à ce jour …

Bon et si mon suzerain voulait se montrer adorable, il m’aiderait à me relever, mais pourquoi ne le fait il pas ?
C’est un peu comme l’histoire du chien, la connais-tu ? Le chien secoue-il la queue parce qu’il est content ou bien est-il content parce qu’il secoue sa queue …. Euh bref …


Regardant brusquement par la fenêtre, et même assise, elle put le voir …

Oooooooh il neige ! Ca doit être joli un verger sous la neige … Mais pourquoi avait-elle dit ça ? Et euh tient encore un pourquoi, mais pourquoi était-ce son mot de prédilection ? Hum … fichtre.
Althiof a écrit:
Que c'était-il passé dans ce bureau d'habitude si plein de vie. Une sensation bien étrange était née, un malaise. et pourtant il n'y avait là aucune raison. Althiof continuait de rire et de discuter avec Bettym rajouttant à chaque fois une couche sur cette histoire fort marrante mais complètement fausse évidemment et c'est justement cela qui l'amusait. Le quiproquo.

Comment as-tu trouvé aussi vite Al ? Ce ne serait pas toi qui serait à l'origine de cette rumeur ?

J'ai trouvé parce que je suis le meilleur enquêteur bien entendu. Il souffla sur son poing et le frotta sur sa chemise en riant. Moi ? Allons absolument pas... Regard moqueur vers la Gondole. Mais j'aurais bien aimé.

Et pis là alors qu'il s'attendait à recevoir un autre coup derrière la tête associé un explosement du tympan dans les règles de l'art, Beths s'était figé, le regard agard, l'air ahuri en train d'essayer de gober les mouches ce qui assurément n'était pas chose facile en plein hiver.

Il se tourna vers Bettym qui semblait toute aussi surprise. Etrange réaction de la part de leur amie qui avait d'habitude toujours le mot pour rire et le sens de l'humour mais visiblement pas cette fois. Bettym avait pourtant harboré un joli sourire narquois tout au lond de son annonce preuve qu'il n'y avait rien de sérieux. Mais Beths semblait assez tendue visiblement quand on parlait de Marty.


... que tu en es tombée sur le hum hum...

Il compléta par dessus Bettym. Sur le cul ouai pis nous aussi là quand même.

Heureusement Beths reprenait du poil de la bête toujours assise par terre. Visiblement neurone avait gelé dehors et il commençait à refaire surface. Pas facile la vie quand on est mono neurone et qu'en plus l'info doit partir des pieds pour y remonter.

- C’est quoi ce nouveau pot de lait ?
- C'est le nouveau pot de la crémière. Tu rentres la tétine et ça fait un biberon tout prêt
.

Il leva les yeux au ciel. Question stupide réponse stupide.

- Bon et si mon suzerain voulait se montrer adorable, il m’aiderait à me relever, mais pourquoi ne le fait il pas ?
- Bein j'avais l'impression que t'étais bien moi là assise par terre. Pis j'ai pas de monte charge sous la main en plus...


Beths le fusilla du regard alors qu'il explosait de rire. Elle se tourna vers la fenêtre.

- Oooooooh il neige ! Ca doit être joli un verger sous la neige …
- Ouai t'as vu ça c'est blanc, en flocon et ça tombe du ciel. Tu veux aller voir. Je crois que t'as bien besoin d'une bonne boule pour te rafraîchir les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   Dim 28 Déc - 19:25

Bettym a écrit:
La réaction de Beths mit mal à l'aise Bettym. L'annonce de son mariage et de surcroît avec Marty fut prise au premier degré et bien sûr, la Moulinois n'avait pas pensé à cette option.

A l'accoutumée, Beths en aurait ri qu'elles soient de nouveau confondues mais là, était-ce l'amour ? la peur de perdre celui qu'elle aimait plus que tout ? Il n'y avait plus aucun doute. Beths était jalouse et il fallait être stupide pour penser autrement.


Beths... franchement, tu crois que je me marierai un jour avec mon filleul ? lui sourit-elle, tendrement. Marty sera toujours pour moi, un fils, un frère, un bébé... même si nous n'avons pas beaucoup de différences d'âge. Je l'ai aidé à se construire et à voler de ses propres ailes mais jamais Ô grand jamais, je ne pourrais être son amoureuse ! J'aurai l'impression de pratiquer l'inceste.

Voyant une petite lueur d'espoir dans les prunelles de son amie, l'ancien Procureur continua...

Les gens sont stupides et ça, malheureusement nous n'y pourrons rien. Une mauvaise vue ? Possible... Un mauvais état d'esprit ? Sûrement. Il faut être idiot pour ne pas voir la différence entre nous ! C'est vrai que nous avons la même façon de voir les choses, c'est vrai que nous sommes toutes deux de la Confrérie de la Source, c'est vrai que nous nous mettons en colère pour des choses qui nous tiennent à coeur comme la justice mais ce ne sont que des aspects caractériels.

Elle s'approcha d'elle et fit face à Althiof...

Toi, qui nous cotoie chaque jour, est-ce que nous nous ressemblons tant que ça ? Elle est blonde... marque un temps d'arrêt, sourit en coin sachant que Beths avait horreur qu'on la traite de blonde... et je suis Brune. C'est déjà une grande différence non ? Elle crie, euh... pardon, toujours le sourire moqueur sur les lèvres, elle s'exprime haut et fort et moi j'ai un verbe bien plus qu'acéré voire tranchant. Et pour couronner le tout, elle fait des batailles d'oreillers avec toi alors que moi, même pas tu essayes ! finit-elle par dire en riant et de surenchérir... et d'ailleurs je ne te conseille même pas d'essayer !

Elle passa le bras autour de Beths, geste amical et consolateur. Son amie était sa joie de vivre. Pour ceux qui la connaissait vraiment, Beths était la gentillesse même, une valeur sûre de la Prévôté et du duché. Beths était celle que tout le monde voudrait avoir pour amie. Elle était franche mais se saignait les quatre veines pour vous venir en aide et c'était pour rien au monde, Bettym ne voudrait qu'il arrive quoi que ce soit à sa Beths !

Et si nous allions à Moulins ? lui proposa-t-elle. Tu pourras constater que Marty est bien amoureux de toi et toi seule ! Que je ne suis que sa marraine, et que parfois, s'il pouvait me trouver en dehors de son chemin, il serait bien content. Ce que je doute à ton sujet !
Beths a écrit:
Doucement elle commençait à comprendre, doucement, fichtre, voilà maintenant que son esprit était ralenti et qu'elle mettait un temps fou pour faire des déductions, ou plutôt pour comprendre ses amis, on aurait tout vu, grumpf.

Enfin tout ceci était de la faute de cette fichue migraine qui l'avait assaillie au cours de la nuit à peine rentrée de retraite, et puis aussi de la faute de celui qui ne lui avait pas donné de nouvelle, de ce fait, elle se posait encore plus de questions que de coutume, et ce n'était pas peu dire.

Bref, elle commençait doucement à comprendre la thiernoise, et son état naturel revenait avec tranquillité. Tout comme l'humour de son suzerain qui ....


Bein j'avais l'impression que t'étais bien moi là assise par terre. Pis j'ai pas de monte charge sous la main en plus...

Elle le fusilla littéralement du regard, mais pour une fois, ne dit mot. Elle eut peur d'aggraver sa migraine qui commençait tout juste à se résorber si tant est qu'elle s'exprimait encore.
Et puis elle regarda la neige tomber tout en se relevant. Al lui précisa qu'elle aurait besoin d'une boule de neige pour que ses idées se rafraichissent. Hum, c'était sans doute une bonne idée.
Pourquoi avait-elle réagit ainsi ? Ce n'était pas dans sa nature pourtant ....

Elle jeta un regard timide à Bettym


Beths... franchement, tu crois que je me marierai un jour avec mon filleul ?

oui effectivement comment avait-elle pu penser cela ? La jeune femme baissa la tête honteuse. Elle haussa ensuite les épaules pour tenter de s'excuser tout en regardant en coin son amie. Ben vi, elle avait eut une drôle d'idée, mais bon, Marty ne lui avait pas donné signe de vie depuis son baptême et pffff .... mouais ... rhaaaaaaaaaaa ... c'était de SAAAAAAAAAAAAAAAAA fauteeeeeeeeeuh. A cause de lui, elle n'était plus elle même.

Bettym poursuivait ses explications logiques et Beths retrouvait le sourire. Elle fut amusée en voyant la Moulinoise se planter devant Al pour demander si elles étaient si semblables que cela


Elle est blonde...

Naaaaaaaaan!!! J'suis châtain clair, pas blonde! gnnn

Ses yeux s'étaient fait rieurs et elle put apprécier le sourire en coin que lui adressait Bettym tout en poursuivant ses questions.
Ah ben voila maintenant qu'elle disait qu'elle criait, elle ouvrit la bouche pour la contredire, mais, fort heureusement, Bettym corrigea toute seule son erreur, et Beths se mit alors à glousser.


Vala c'est ça, je m'exprime, et je le fais bien en plus

Toujours un tantinet honteuse d'avoir pu penser que Bettym allait se marier avec Marty, la jeune femme sentit les bras de son amie autours d'elle. Elle leva son regard vers elle et lui sourit

Et si nous allions à Moulins ? Tu pourras constater que Marty est bien amoureux de toi et toi seule ! Que je ne suis que sa marraine, et que parfois, s'il pouvait me trouver en dehors de son chemin, il serait bien content. Ce que je doute à ton sujet !

Une myriade de couleur passa sur ces joues : rose, rouge, vert, jaune, bl ... ah non pas bleu, il faisait chaud dans le bureau.
Finalement, la carnation de sa peau s'arrêta sur un rose tendre.


Euh ... Moulins ? Voui ... Non ... C'est à dire que ... certes ? Et voyant les mines hilaires d'Al et Bettym Rho bon d'accord je viens! Mais je ne sais pas ce que je constaterai ... une lueur de tristesse passa devant ses yeux, elle secoua la tête, préférant penser à autre chose, mais ravivant un poil sa migraine
Bettym je m'excuse, je n'avais pas compris, c'est que, ben, euh, je n'ai pas eu des nouvelles de Marty depuis quelques temps et euh, ben, c'est à dire que, euh ... Beths grimaça devant sa propre clarté, prit une goulée d'air pour s'exprimer au mieux et devant le regard encourageant de son amie Ben je m'inquiète, je suis deviens idiote, je fais des migraines, et je ne comprends plus l'humour, et je deviens susceptible, et je vois une sorte de bestiole verdâtre derrière ma tête, gnnnnn, et c'est toujours comme ça l'amour ?

pfiou, tant de mots alignés ... elle comprit pourquoi deux éclats de rire se firent entendre. Les tensions qui l'habitaient avait disparues, elle partagea donc l'hilarité avec ses amis. Pfiou ... quelle histoire !

Bon, je pars faire mes bagages, et nous nous retrouvons en chemin. Moulins, me voilaaaaaaaaaaaaaaaaaa!
Al, tu feras une bise à Kory pour moi, enfin tu me diras je pourrais la lui faire en la croisant à la prévoté, mais bon, si jamais j'oubliais et que ...


Gros yeux de ses amis, regards clairs et compréhensifs

Oui j'me t'ais! j'y vais là

Et c'est presque en sifflotant qu'elle quitta le bureau du brigandage pour aller préparer quelques effets. Une semaine, elle partirait une semaine, et elle reviendrait pour sa garde. Elle devrait prévenir sa marraine également de son départ, et peut être ... viendrait elle aussi ? A cette pensée son coeur s'égaya.
Et puis une angoisse sourde, et lorsqu'elle le verrait ? Que se passerait - il ?
Bon elle y réfléchirait en chemin .... une brusque envie de faire demi tour et de dire que non elle ne venait pas ... Heureusement ses pieds n'écoutèrent pas sa pensée, ils la menèrent jusqu'à son cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chasse aux brigands - reconnaissances et arrestation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Prévoté - Brigandage-
Sauter vers: