Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Mar 4 Nov - 23:10

Naluria a écrit:
ALLEGEANCE DU BOURBONNAIS AUVERGNE

L'élection du Duc s'était faite il y a peu et l'escorte royale était dans les terres du Bourbonnais-Auvergne. Quoi de plus beau que cette allégeance donc.

Auvergne ouvrit donc en grand les portes de la salle du trône après avoir envoyé les lettres d'appel à l'allégeance depuis son bureau Arvenne. Les pages avait lustré le sol et dépoussieré les moulures, les lavandières avaient secouées les tapisseries. Tout était fin prêt pour acceuillir le Duc Régnant, les nobles de mérites bourbo-auvergnats, et quelques sièges de plus si la cour royale voulait y assister.

***

Quelques minutes plus tard, la salle se remplissait, le Duc était là, les chuchots et premières salutations s'effectuaient, Auvergne commença la cérémonie.


Or Oyez ! Or Oyez ! Or Oyez !
Gentes dames et nobles seigneurs
Ce jour, par moi et pour le XXIIIieme Duc du Bourbonnais-Auvergne, Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, vous ouvrons cérémonie d'allégeance de la noblese du Bourbonnais-Auvergne. Je rappelle quelques points de protocole afin que cette cérémonie se passe au mieux possible et dans le meilleur esprit.

Les nobles doivent l'allégeance à la province en laquelle tiennent leur fief. Adoncques ils vont par-devant le duc régnant en ladicte terre, lequel, ayant été élu et ayant reconnu le Roy nostre seigneur comme son suzerain légitime, les accueille et reçoit leur hommage.

Les nobles jurent à la province, en la personne du duc, fidélité (obsequium), aide et service armé (auxilium) et conseil (consilium).

En contre partie le duc leur accorde, pour la durée de son règne, protection, justice et subsistance. Il leur accorde subsistance en leur accordant fief, à eux et à leur descendance, ou en ne leur retirant pas fief déjà accordé.

L'allégeance est cérémonie publique et obligatoire pour tout vassal possédant fief. Elle est scellée par le baiser de paix ou accolade vassalique, et vaut contract.

Si pour une raison ou une autre un noble ne peut se déplacer personnellement, il peut faire missive d'allégeance tant que celle ci soit scellée, datée et signée de sa main. Il trouvera un exemple dans le bureau héraldique du Chasteau de Clermont.

Par coutume du Bourbonnais-Auvergne, la configuration de la cérémonie se fera par présséance.

J'appelle donc dès lors les Ducs et Duchesses à venir prêter allégeance les personnes suivantes :

  • Dame Alivianne d'Azayes, Duchesse de la Tour d'Auvergne
  • Messire Kad, Comte de Forez
  • Messire Pierre de Roanne, Duc de Roanne et Baron de Pierrefort
  • Messire Trollfarceur,Duc de Vichy et Baron de Dienne
  • Messire Silec de Joncheray, Duc de Saint-Nectaire et Baron de Mercoeur d'Auvergne
  • Dame Themisladouce, Duchesse de Combrailles, Duchesse de Mauriac et Baronne de Balsac
  • Messire Martymcfly, Duc de Billy


Citation :
HRP
Petits Rappels des Regles concernant l'Allégeance des nobles d'une province
  • La Cérémonie dure en gros 1 journée RP, 1 Mois Temps Reel
  • Les Nobles du Bourbonnais-Auvergne se doivent à l'allégeance sous peine de dérogeance, soit de vive voix soit en Missive (datée, signée, scellée)
  • Ils doivent fidélité (obsequium), aide et service armé (auxilium) et conseil (consilium). En contre partie le régnant leur devra Susbistance, Aide et Justice. Le contrat étant scellé par l'accolade vassalique et/ou le baiser de Paix. Attention l'allégeance se fait à deux, on ne dit pas "et en échange le duc du Bourbonnais-Auvergne me doit...", le Régnant serait en droit de refuser l'allégeance et de la faire recommencer.
  • La cérémonie se déroulera selon la demande du régnant (présséeance ou au premier venant)
  • Par soucis de réalisme par la peine d'enchainer les allégeances, une allégeance c'est un vassal et le régnant qui lui répond, donc pour un peu plus de réalisme c'est chacun son tour et pour les missives d'empechement soit vous les envoyez soit au régnant qui me les fera suivre pour témoignage soit c'est à moi et je ferai un tir groupé final de presentation des missives Smile
  • Les Missives d'appel à Allégeances seront envoyés afin que tous les nobles de merite soit au courant de la cérémonie ASAP.
  • Bon RP...
/HRP
Alayn a écrit:
J'avais reçu la missive d'Auvergne m'informant de la tenue de la traditionnelle cérémonie d'allégeance suite aux élections ducales et à la nommination de Sa Grasce Thibaud-Xavier de Lugdares qui avait suivi. Tixlu, Pair de France, Duc du Bourbonnais-Auvergne pour la troisième fois, et pour moi un très grand ami. J'étais heureux de venir reconduire mon serment d'allégeance au duché face à lui, une nouvelle fois.

Présent parmis la noblesse du duché, j'attend patiemment mon tour. Je jette de temps à autres des regards autour de moi, scrutant la salle déjà bien remplie.
Toflegrand a écrit:
Le seigneur Toflegrand de Chamblet avait recu la missive d'Auvergne, il se plaça au fond de la salle en attendant que les personnes citées pretent allégeance.
Galswinthe a écrit:
Suite à la missive d'Auvergne, Galswinthe se rendit en salle du trône, plutôt en avance, ce qui était rare, vêtue de sa plus belle houppelande. Elle avait pris soin de coiffer ses cheveux, tout devait être parfait.
Elle entra dans la salle, saluant les personnes déjà présentes.
Jariane a écrit:
Jariane espérait que son époux la rejoigne à la cérémonie, surtout en son fort intérieur qu'il ne lui arrive rien pendant son voyage de retour.

C'est vêtue d'une robe faite pour la circonstance qu'elle pénétra dans la salle, saluant d'un sourire les personnes présentes avant de rejoindre Gal.


Comment vas tu ? tu es en beauté ce soir gal.
Toflegrand a écrit:
Toflegrand vit entrer Galswinthe puis Jariane et il ne pu s'empêcher d'aller saluer les deux élégantes dames.

Bonjour mesdames,
Je dois vous féliciter pour tant de beauté mesdames, la piece s'est ébloui a votre présence, permettez moi de vous offrir une coupe de se délicieux breuvage appelé champagne


Toflegrand tendait deux coupes
Althiof a écrit:
Althiof n'était pas venu prêter allégeance depuis bien longtemps. Depuis Marty en mars en fait entre temps il y avait eu 4 mois en Bretagne et à son retour il n'avait pas souhaité venir ployer le genou devant Asturion et avec le recul il avait eu bien raison. Il ne méritait pas tel respect.

Le duché avait maintenant un grand Duc et il était heureux de revenir pour prêter allégeance à son Duc mais avant tout son ami.

Il n'y avait pas encore grand monde ce qui lui permit de choisir un coin tranquille contre un poteau en attendant son tour.
Jariane a écrit:
Jariane salua Toflegrand d'un sourire, sur sa robe, la fourragère qu'il lui avait remise pour la campagne en Bretagne, s'harmonisait parfaitement avec la couleur du vêtement.
Elle prit le verre qu'il lui tendait


Merci, nous sommes les premiers et j'attends mon époux qui ne devrait plus tarder, comment vas tu ?
Alayn a écrit:
J'aperçois la duchesse Jariane de Sainct Nectaire en compagnie de Toflegrand, Seigneur de Chamblet et de la Baronne Galswinthe. Un rapide ajustement de ma tenue et je décide de me joindre à eux.

Duchesse Jariane, Baronne Galswinthe, le bonjour à vous deux.

Un baise-main à chacune puis je me tourne vers Toflegrand.

Seigneur de Chamblet, bien le bonjour.
Cela faict un certain temps que je ne vous ai vu tous, comme beaucoup d'autres qui seront icelieu en ce jour certainement. Comment allez-vous ?
Galswinthe a écrit:
La duchesse de Saint-Nectaire entra dans la salle :

Comment vas tu ? tu es en beauté ce soir gal.

Bonjour Jariane, j'avoue être un peu fatiguée ces temps-ci, mais je pense que ce n'est qu'une fatigue passagère. Merci pour le compliment, mais ta tenue est somptueuse aussi.


Tof arriva à son tour, venant les saluer et leur offrant un délicieux breuvage de Champagne.


Merci infiniment Tof.

Elle trempa ses lèvres dans la coupe.

Vraiment délicieux !

Le Baron de Cournon d'Auvergné, arrivé également, restait tranquillement dans un coin de la salle, tandis que le Vicomte d'Ambert, vînt les saluer.

La salle du trône se remplissait peu à peu.
Gypsie a écrit:
Elle avait délaissé le bleu très à la mode l'été dernier, préféré une tenue plus sobre, jupe noire, corsage blanc, col et manches en dentelle finement travaillée, décolleté léger laissant juste apercevoir la parure qui habillait son cou. Lequel de ses fils serait présent ? Les deux peut être ? Elle l'espérait de tout coeur.

Serment à renouveler, encore et pour la troisième fois prêter allégeance à Tixlu. Homme brillant, compétent, sachant s'entourer d'excellents conseillers. Etonnant qu'il n'ait encore trouvé épouse, ou épousé Mémé Marguerite.

Entre en souriant dans la salle, Al au coin, comme d'habitude, Naluria près du trône, et un petit groupe que Gypsie rejoint.


Bonsoir Jariane, Gals, Tof, ravie de vous voir aujourd'hui. Comment vous portez vous ?

Accolade à son fils, tendre baiser déposé sur sa joue. De plus en plus bel homme, beau parti à marier. Mais il faudra montrer patte plus que blanche pour épouser son fils. Gypsie y veillerait. Enfin... tant qu'elle pourrait et qu'il la laisserait faire. Pas longtemps quoi. Un coup d'oeil lancé vers l'entrée, sait-on jamais, si Eridan apparait... puis reporte son attention aux amis présents.
Alivianne a écrit:
Alivianne arriva enfin, ses bagages étaient fin prêt. Bientôt le déménagement, elle avait hâte de partir de polignac car elle allait bientôt retrouver ses soeurs.

Polignac allait lui manquer beaucoup, elle aurait toujours ce village dans son coeur. Elle sait que lorsqu'elle reviendra on l'accueillera comme il ce doit.

Elle arriva donc à la salle du trône pour faire allégeance envers le nouveau duc du BA. C'était un 3 iemes mandats qu’allait entamer le duc Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu.

Alivianne était sereine et avait toute confiance envers son com pairs . De plus, pour une fois qu'elle était dans le duché elle allait pouvoir prester allégeance et non comme trop souvent à son goût une missive écrite au loin.

Le duc Tixlu suivait un duc Asturion plus qu’incompétent, après la pluie le beau temps...

La tête haute, magnifiquement vêtu bien que sa grossesse devenait un peu plus apparente. La duchesse de la tour d'Auvergne pénétra dans la salle qui était déjà occupé par nombre de nobles.

Elle salua de la tête ceux qu'elle appréciait et ignora celle qui l'horripilait. Du regard, elle chercha sa vielle ennemie Themis. La dernière fois qu'elle l'avait vu, elle semblait fort souffrante.


Le bonjour, dit-elle simplement le regard neutre

La pair ne s'approcha pas du groupe. Cela vallait mieux pour elle. Ceux qui la connaissaient bien savaient les raisons. En aucun cas, elle les négligeait, mais elle ne voulait surtout pas créer d’incident diplomatique.

Par sa position, elle n'allait pas attendre longtemps pour prester allégeance. Cela l'a soulageait parfaitement. La pièce était tellement petite.

Une table au loin, quelques rafraichissements l'ornait. Alivianne s'y dirigea.

Un serviteur lui demanda ce qu'elle voulait boire, elle précisa qu'un cidre bien fraie lui conviendrait parfaitement.

Un banc pas très loin l'appelait. Elle alla s'y assoir et attendit la suite en buvant de quelques gorgées tout en scrutant l'entré des nobles.
Tixlu a écrit:
Assis sur le trône du Bourbonnais Auvergne, Tixlu s'apprêtait à recevoir une troisième fois les allégeance des noble du duché. Il salua Auvergne lorsqu'elle fit son entrée. Il aurait l'occasion de saluer chaque noble lors de l'allégeance.

Son visage restait impassible, mais pour une raison qu'il identifiait encore mal, son coeur battait plus vite qu'à l'accoutumée... Il avait un mélange étrange d'angoisse et de plénitude à la fois qu'il ne connaissait guère, mais qui l'envahissait progressivement depuis quelques temps...

Beaucoup de choses changeaient en lui depuis qu'il avait retrouvé une famille qu'il croyait à jamais disparue. La vie prenaient une nouvelle dimension, un relief, qui ne lui était encore jamais apparu...
Toflegrand a écrit:
Le seigneur de Chamblet vit arriver le Vicomte d'Ambert et le salua, puis Gypsie arriva, c'est toujours avec grand plaisir qu'il voyait Gypsie, il serait toujours reconnaissant envers cette dame qui lui avait tout appris lors de son arrivé en BA.

Nous allons avoir un grand Duc cela va nous faire du bien dites moi !

Tof ne pu s'empecher de rigoler a ses betisses
Jariane a écrit:
La coupe de champagne à la main, elle salua le Vicomte Alayn

Enchantée de vous revoir Vicomte, cela fait un moment comment vous portez vous ?


Gypsie les rejoignit, un moment Jariane eût le regret de ne pas avoir pu la rencontrer plus souvent mais chaque jour qui passait apportait de nouvelles taches.

Gypsie, tu es en beauté ce soir, comment vas tu ? jamais trop le temps de prendre une pause pour venir deviser avec toi à l'université.
Dis moi, tu le sais peut être.. j'ai eu beau parcourir le château de long en large je n'ai jamais retrouvé la porte qui conduisait à la cave du temps du Duc Lafouine ou Ari. Aurait elle été scellée ou notre duc se réserve la pièce pour lui seul ?


Haussement de sourcil en voyant sa pire ennemie pénétrer en ce lieu, Elle la croyait partie en voyage et déblatérer ailleurs avec sa langue de vipère, amusant de sentir le peu de crédibilité que cette personne avait en ce Duché désormais malgré tous ses titres pompeux, jariane reporta son attention sur les personnes qui l'entouraient, écoutant leur conversation, son éternel sourire narquois sur les lèvres.
Favdb a écrit:
FaVdB avait été informé par l'une de ses éminences grises que la cérémonie d'allégeance allait commencer. Comme le Duc régnant était "son" Duc, il décida de se rendre à cette cérémonie au cas où Auvergne l'appellerait. Déjà le Duc avait pris place et d'autres personnes qualités se préparaient à prêter allégeance. Après les avoir saluer discrètement, il prit place du côté des hautes fenêtres de manière à pouvoir surveiller la grand place et son agitation quotidienne tout en suivant la cérémonie.
Jason_de_vissac. a écrit:
Encore un fois, Jason vient preter allégeance.

Le Duc Tixlu. Il en a beaucoup entendu parler, celui ci a l'air d'être apprécié dans le Duché, ce qui, il faut bien le dire, a facilité les choses pour le vote.

Déjà beaucoup de monde dans la salle, Gypsie, rayonnante, en train de parler a son fils, d'autres sur lesquels il a du mal a mettre un nom.

Une table avec des rafraichissement, bonne idée, la poussière de la route lui ayant asséché le gosier, Jason s'en approche discrètement, saluant au passage les personnes qu'il croise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Mer 5 Nov - 23:22

Alivianne a écrit:
L'air innocent, elle l'écouta faire semblant de s'intéresser au gens. Belle robe, beauté ce soir... Alivianne avait rarement vu autant d'hypocrisie en si peu de minute sortir de la bouche de cette...

Oh aucun mot ne pouvait la décrire...

De toute manière, le naturel revenait toujours au galop et Alivianne savait que les gens qui l'entourait n'était pas dupe de son manêge. Alivianne n'était pas hypocrite et n'avait aucune diplomatie, cela ne changerait jamais. On disait que la vieillesse rendait plus sage...

à d'autres sûrement. Elle eut un sourire en coin.

Elle reposa son verre sur la table. Alivianne se gratta le cou, la belle chaine en d'or de son époux s'était mélangé avec quelques mêches de ses cheveux montée en cascade. Alivianne prenait de l'âge, mais ne perdait en rien de sa beauté pure.
Gypsie a écrit:
Petit rire, la cave du chateau, Ari et Laf, lointains souvenirs.

La porte de la cave ? Ce n'est pas la deuxième à gauche ? Mais tu sais Jariane, depuis le temps, cela m'étonnerait qu'on y trouve encore la moindre bouteille. Tant de monde est passé, et passe encore par là !

Arrive alors Ali, échange de regards pleins de douceurs entre les duchesses. Prunelles soudain capable d'abattre un moineau qui se trouverait sur leur chemin. On parlait d'une animosité entre les deux femmes, Gypsie se demandait bien de quel grief il pouvait s'agir, et comment, depuis tant de temps, il persistait ce différend entre elles. M'enfin... tout ceci ne les concernait qu'elles.

Salutation polie à Fav qui venait d'arriver, suivi du fils de Phaleg, discret, comme à son habitude. Gypsie lui sourit et d'un signe de la main, l'invita à venir les rejoindre.
Diane. a écrit:
Ira, ira pas, elle avait reçu invitation de la Duchesse Jariane de l'accompagner à la cérémonie des allégeances malgré qu'elle n'était point noble de ce duché.
C'est d'un pas peu assuré qu'elle pénétra dans la salle, les festivités n'étaient point de son gout mais en temps que descendante des Saint Nectaire, elle n'avait pu s'opposer à la demande.
Elle aperçut la Duchesse en compagnie d'autres nobles, et s'approcha du groupe en plein discution.
Une révérence aux personnes, sourire à Jariane, reste légèrement en retrait en se demandant si les allégeances ici sont aussi animées que dans certains duchés de sa connaissance.
Jason_de_vissac. a écrit:
Gypsie l'a apercu et lui fait signe de les rejoindre. Seulement, Jason est d'une timidité maladive, de plus le fait d'avoir vécu son enfance chez Thib, il ne connait pas grand monde. A Moulins, il passe pour un ermite.

Allons il lui faut bouger, il ne va pas passer la journée a coté des verres.

En se rapprochant, il lui semble reconnaitre l'épouse d'Oncle Silec, la Duchesse Jariane. Il y a longtemps qu'il ne l'a vu, il espère ne pas se tromper. . .

Arrivé près du groupe, il prend sa respiration, et pour se rassurer commence par aller saluer celle auprès de qui il passe toutes ses allégeances depuis sa majorité


- Bonjour Gypsie dit il en lui faisant un baise main.
Duchesse Jariane enchanté de vous revoir, Mesdames, Messieurs dit il tout a trac, en saluant les hommes et baisant la main des dames, respirant à peine, espérant surtout que personne ne s'appercoive de sa gêne. . .
Ninjaturtel a écrit:
Bien sur, comme beaucoup d'autre, une missive était arrivé un beau matin chez son pigeonnier.
Le serviteur, voyant que la lettre était scellé par l'Hérauderie, accouru alors pour l'apporter a Ninja.

Point encore dans le château, préférant laissé les préparations du lieu se terminé, il attendait paisiblement dans sa demeure, se relaxant après ces dur mois passé.

Température qui a chuté, mais soleil qui réchauffe tout de même le corps, c'est avec un verre a la main et confortablement installé dehors que le serviteur trouvera Ninja.
Essoufflé, celui ci salue Ninja avant de lui remettre la lettre.

Descellement, ouverture de la lettre, Ninja voit le serviteur qui attend les directives.
Sourire, comme il le faisait de si nombreuse fois, il salua l'efficacité et la servitude de l'homme. L'autorisant a reprendre son travail sans se pressé, qu'il pouvait profiter du soleil brillant.

L'homme s'efface, Ninja se plonge alors dans la lettre.
Signé du Héraut, celle ci parle de la cérémonie d'allégeance.
Il allait devoir faire le déplacement, cela ne lui ferai pas de mal et dégourdirai les jambes de Médor.

C'est ainsi que, les jours avancèrent jusqu'au jour J... Enfin un peu avant, Ninja se rendit a Clermont pour y prendre appartement spacieux.
Ceci fait, il rejoignais alors la salle du trône.

Bruit de pas de plus en plus fort, en résonance a cause des couloirs, on entend les gardes a l'entrée salué un homme.
Les pas continuent, surement les salua t-il d'un signe de la tête, et entre alors dans la salle du trône.

Le bruit des pas s'arrêtent, certain regard se tourneront vers l'entrée et pourront apercevoir alors un homme.
Bien droit, le menton haut, chaussure noir de grande taille résonnant fort et bien, robe blanche avec col un peu plus foncé afin de se distingué, cape brune très légère, ceinture dans le même ton tenant a la droite sa masamune et a la gauche l'épée au blason de Glénat.
Sur sa tête, sa magnifique couronne symétriquement placée, l'allure élégante avec un charmant sourire.

Un peu devant l'entrée, il remarqua que plusieurs personne étaient déjà présent.
Un groupe s'était formé, Gypsie, Gals et d'autre noble. Ninja gratifia d'un sourire ces deux dames, remarquant la magnifique houppelande et la coiffure soigné de Gals, puis toute la sobriété et l'élégance de la robe noir et le corsage blanc accompagné d'une magnifique parure de Gypsie. Avec eux l'épouse de Silec, vêtue a son tour d'une belle robe violette.
Décidément, ce groupe savait attirer l'attention.
Il salua ensuite les autres personnes qu'il connaissait que peu pour apercevoir et saluer Althiof dans son coin, et ensuite voir une femme au ventre un peu plus prononcé. Assise déjà il la salua également.

Venu seul, comme a chaque fois d'ailleurs, il n'était pas du genre a rester dans un coin, seulement son manipulateur n'avait pas le temps encore et soudainement Ninja s'avança vers le buffet pour prendre un petit verre en attendant que j'ai plus de temps... ^^
Jariane a écrit:
J'aurais du me douter que cette cave était condamnée depuis le temps gypsie, dommage que de bons souvenirs.

La vicomtesse diane s'approcha de leur groupe, Jariane avait du se batailler avec elle pour qu'elle sorte de sa solitude, elle l'embrassa sur le front avant de la présenter.

Je vous présente ma petite fille la Vicomtesse Diane de Talensac parmi nous pour quelques jours avant de repartir pour le voyage royal.

Elle aperçut un jeune homme qui s'approchait, la ressemblance avec une personne connue autrefois était flagrante.

Bonsoir Jason, votre oncle ne devrait plus tarder et gageons qu'il sera heureux de vous revoir.
Martymcfly a écrit:
Qui disait nouveau conseil, disait nouveau duc. Et ainsi nouveau suzerain. Ainsi donc une nouvelle cérémonie d'allégeance allait débuter, sous la houlette du Héraut du Bourbonnais-Auvergne.

Le Duc de Billy pénétra dans l'enceinte du castel clermontois après un séjour de quelques jours à Thiers. Il lui avait demandé de venir avec lui mais elle avait refusé. Tant pis. Il irait assister à la cérémonie seul. Ce si court moment qui ne durait qu'un instant.

Entrée dans la salle du trône. Moment de nostalgie. Léger soupir avant d'aller prendre place dans la rangée des hauts nobles. Y avait pas grand monde près de lui, mais déjà quelques nobles avaient pris place, attendant leur tour.

Sur son trône le Duc régnant attendait que les premiers appelés viennent s'agenouiller devant lui. Il y avait pourtant quelques uns qui auraient déjà pu prêter allégeance mais non. Ou comment faire pour que la cérémonie s'éternise... Comme toujours d'ailleurs.

Des têtes connues, d'autres pas vues depuis bien longtemps, d'autres dont le visage ne semblait pas inconnu. La salle du trône était bien remplie et l'on discutait joyeusement, levant quelques coupettes. C'était l'humeur festive qui prédominait. Et c'était tant mieux.

Après avoir hésité un moment, il se dit qu'il fallait bien commencer puisqu'
Auvergne avait ouvert les hostilités. Comme il y a deux mois, Marty serait le premier...

Il s'approcha du trône où siégeait Tixlu et ploya le genou et déclara.


Votre Seigneurie, nous voici devant vous pour vous prêter allégeance en ce jour où vous ceignez la couronne ducale du Bourbonnais-Auvergne. Puisse-ce jour être celui de l'avènement d'un espoir pour notre Duché, entaché par tant de fourberies depuis quelques semaines, oserai-je dire deux mois, orchestrées par de vils esprits, que nous savons être indigne de la grandeur et la gloire de notre belle contrée.

Fourberies orchestrées par la vilénie... Marty avait en tête l'entêtement de certains chefs militaires qui n'en faisaient qu'à leurs envies... quitte à faire sauter les plaintes pour Haute Trahison à leur encontre. L'Etat Major... ou cloisonner pour mieux régner. Dans toutes les dernières affaires qui avaient agité le Duché ces dernières semaines, l'on retrouvait de près ou de loin un membre de l'EM. Etonnant. De là à dire ou penser que cette institution était viciée... Enfin, mieux valait ne pas le penser ou ne pas le dire, surtout au moment où le Roy s'apprêtait à venir sur les terres bourbonnnaises-auvergnates...

Marty releva la tête vers son nouveau suzerain et poursuivit.


Nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, vous reconnaissons vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne et de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France, comme notre suzerain légitime, élu par la grâce des urnes et reconnu par le conseil.

Dès ce moment, nous vous assurons de notre entier dévouement féal en vous promettant aide armée. Notre bras et notre épée vous sont d'ores et déjà vôtres si le besoin s'en fait sentir de devoir prendre les armes contre l'ennemi.

Nous vous devons également respect et gagez que nous faisons un point d'honneur à assumer cet aspect de notre serment d'allégeance.

Enfin, nous vous devons conseil. Nul doute que vous ferez appel à la clairvoyance et aux avis expérimentés de vos vassaux lors de décisions importantes. Nous osons espérer faire partie de ceux que vous consulterez à maintes reprises et ferons tout pour vous inspirer et suggérer les meilleurs jugements, utiles à la bonne entreprise de votre règne.

Nous ajoutons à notre allégeance que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui, et que si un conflit venait vous opposer vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.


Après avoir prononcé son serment vassalique, le Duc de Billy soutenait le regard vers son Duc, attendant la réponse de son suzerain. Allait-il l'accepter son allégeance ? Il pouvait très bien la refuser après tout... Moment d'attente interminable...
Jason_de_vissac. a écrit:
Citation :
Bonsoir Jason, votre oncle ne devrait plus tarder et gageons qu'il sera heureux de vous revoir.

- Je vous remercie, il me tarde aussi. J'espère que ses blessures sont bien guéries et . . .

Le duc Martymcfly, arrivé entre temps, commence la longue séries des allégeance, et Jason se tait
Tixlu a écrit:
Le Duc de Billy s'était avancé pour débuter ces allégeances. Même s'il ne s'y fiait pas entièrement, ne sous-estimant pas l'amertume de Billy, mais avait un certain respect, empreint de sympathie, pour celui qui fut son prévot et dont il fut le porte parole. Par deux fois il lui prêta allégeance, retour aujourd'hui. Dans les formes.

Petit préambule que le Duc de Lapalisse attribua au calamiteux mandat d'Asturion, sur lequel il apprenait chaque jour son lot de fourberies... alors qu'ils se penchaient sur un traité avec la Provence passé en force par Arturion, pressant le mouvement, et contenant des clauses illicites, il avait ouï dire que le triste sire fuyait actuellement ses responsabilités... en se dépéchant de rejoindre la Provence, tiens donc... Ainsi, Jardin et Apolonie seraient jugés, mais Asturion lui, alors même que son procès ne peut qu'être effectué par la haute cour de Justice, qui ne le connait pas donc objective, serait en fuite. Un haut-le-coeur vite réprimé souleva un instant le duc à cette pensée.

Enfin, Billy avait prestée allégeance.


Duc de Billy, je reçois ce jour et accèpte votre allégeance. Je vous assure en retour justice, subsistance et protection pour vous et les votres en les terres qui vous sont confiées.

A l'issue de quoi le Duc scella le serment par l'accolade vassalique.
Gypsie a écrit:
Le maître de la glisse arriva, discrètement, pas un mot prononcé. Pourvu qu'il ne soit pas souffrant. Gypsie salua respectueusement la Vicontesse de Talensac, ravie de faire sa connaissance. Puis arriva le Duc de Billy. Longue réflexion intérieure sembla-t-il, avant de renouveller son serment d'allégeance Le silence se fit après son discours, la parole était au duc. Il ne tarda pas, s'ensuivit la première accolade vassalique.
Alivianne a écrit:
Alivianne reprit une gorgée de son verre de cidre. Elle reposa son verre sur la table. Elle se leva, remit un peu d'ordre dans ses vêtements. Elle allait s'approcher du duc lorsque le duc du Billy l'a devança.

Elle resta à l'écart afin d'être la suivante. Elle écoutait sans broncher le serment d'allégence du duc.

Le duc du billy avait sa façon bien à lui de s'exprimer. Il fallait avoir le temps pour l'écouter. Il parlait si bien.

Elle souriait simplement en se disant que le jour qu'il trouverai sa "minimun" baronne, elle aimerait être une petite sourie pour assister lorsqu'il lui fera sa court.
Silec a écrit:
Silec était enfin là pour faire son allégeance, les conflits l’en avait éloigné de longs mois.
Il était d’autant plus heureux que c’était son ami qui en avait les rennes.

Il entra donc en la salle des allégeances fraichement arrivé de Cahors.

Un bref passage en sa demeure pour se toiletter et se renseigner auprès de Planchet, à savoir ou était sa femme, après l’avoir cherché dans le manoir.
Celui-ci lui avait indiqué qu’elle était à Clermont, justement ici.

Il se dirigea donc vers elle, en grande discussion, après l’avoir aperçue.


Mes dames bien le bonjour, saluant les messires présents a la ronde.
Bien le bonjour mes sires.Vostre grâce,le saluant de loin, pour ne point déranger l’allégeance en cours

Alors ma mie s’approchant lui faisant une bise discrète malgré la folle envie de la serrer dans ses bras.
Félicitations ma femme pour cette nomination au poste de capitaine.
Attendons donc que l’on nous appelle pour l’allegeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Sam 8 Nov - 20:55

Martymcfly a écrit:
Accolade en guise d'accord. Les paroles étaient prononcées, l'allégeance acceptée. Le Duc de Billy pouvait retourner à ses occupations. Il se releva et inclina la tête vers son nouveau suzerain avant de faire quelques pas en arrière.

Que devait-il faire ? Rester et assister à la longue procession de génuflexions rituelles et habituelles devant le trône d'or ? Quitter la salle sans dire mot, plongé dans des pensées polissonnes que la rumeur aurait tôt fait de véhiculer par delà les murs, pourtant épais, du Château de Clermont ?

Le choix était cornélien... Sauf que rien ne l'empêchait de demeurer assis sur son siège, dans le rang réservé à la Haute Noblesse, quitte à s'endormir, ce qui arriverait certainement. Il pourrait alors s'adonner à ses rêves interdits où une Gondole porterait enfin en robe, pour mieux l'enlever par la suite...

Alors qu'il reculait, saluant le Duc régnant d'un signe de tête, il choisit de rester. Au pire il irait tenir la jambe à sa Chef qui devait se morfondre de ne pas battre la campagne, cheveux au vent, chevauchant poitrine tendue vers des horizons lointains...

Marty se rassit donc. La seule chose qu'il n'espérait pas : ronfler trop fort !
Alivianne a écrit:
Ce fut le tour de la duchesse de la tour d'Auvergne, Elle rapprocha du duc du BA en lui souriant.

D'un hochement poli de la tête, elle s'agenouilla devant Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne. D'un coin de l'oeil elle remarqua l'arrivé du duc de St-Nectaire. Il semblait s'être bien remis de sa blessure, c'était une bonne chose.

Elle retourna son attention devant son compair Tix et dit d'une voix forte et confiante


Moi, Alivianne d'Azayes, duchesse de la tour d'Auvergne et Pair de France me présente devant vous pour reconnaissance comme le duc élue par les urnes du Bourbonnais Auvergne. Je vous reconnais comme mon suzerain, vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne.

Alivianne fit un silence, quelque chose n'allait pas, mais elle se devait de continuer. Son ventre s'élançait, mais Alivianne ne s'en souciait pas plus qu'il ne faut. C’était peut-être de simple contraction même à mi grossesse.

Elle pensa que c’était peut-être le cidre qu’elle avait bu; trop fraie peut-être… Toujours est-il que sous nombreuses jupes, elle ne sentit pas le liquide chaud.

Alivianne reprit son souffle sa voix ne laissant rien transparaître. Elle ajouta facilement.


Je jure de vous apportez aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès , Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers qui exclurait les terres ducale (d’Argenton) et comtale (Corbières) de mon époux Thierry d’Azayes, je jure que je prendrais cause pour vous.


La pair de France resta dans cette pose malgré le mal qui commençait à l’envahir.

Alivianne sentait ses mains trembler, elle voulu les mettre à son ventre, mais ne bougea pas.

En aucun cas, elle allait montrer sa faiblesse. La duchesse se devait d’attendre l’accolade vassalique.
Tixlu a écrit:
Son amie Alivianne venait de se présenter pour l'allégeance. Elle avait l'air un peu crispé, et le ventre déjà assez arrondi.

Alivianne, je reçois et accèpte ce jour votre allégeance. Je vous offre en retour protection, subsistance et justice pour vous et les vôtres.

Le Duc alors s'approcha pour lui donner le baiser de la paix lorsqu'il sentit une moiteur montant à travers ses chausses... La duchesse commençait à pâlir... Il s'interrompit, interloqué...

Duchesse... que vous arrive-t-il ?

UN MEDECIN, VITE !


et il lui attrappa l'avant bras, de peu qu'elle ne s'effondre.
Thierry54270 a écrit:
Thierry s'apercut que son épousé se sentait mal.
Il fit signe a ses gardes restés au fond de la pièce et accourut vers le Duc qui tenait encore la main d'Alivianne.


Il pris sont épouse dans ses bras et lui tapota la joue


Ma douce, ma douce?

Duc vous nous excuserez mais je crois que mon épouse ne pourra continuer la cérémonie, elle a tenu a etre présente malgré sa grossesse et je crois que ce fut une erreur.
Auriez vous une chambre ou nous pourrions l'y faire reposer en attendant qu'un médecin l'examine?


Puis se tournant vers l'assemblée


Quelqu'un aurait il des sels?
Alivianne a écrit:
Souvenirs de Tix devant elle pour le baiser vassalique...

Souvenirs d'un engourdissement soudain

Souvenirs d'un mal profond était-ce de grosses coliques?

ah ce cidre... où l'enfant? Il était trop tôt! et cette chaleur qui lui coulait entres-les jambes

Souvenirs de son époux, il était là tiens?

Et puis ses bras chaud, à cet instant, elle savait qu'elle pouvait mourrir...

Oh combien son coeur battait que pour lui et pour ses enfants...

On criait, elle sentait qu'on appelait un médecin mais cela n 'avait plus d'importance...

D'autres sûrement souriait... heureux peut-être enfin débarrasser

elle était bien, peut-être trop bien.
Ninjaturtel a écrit:
Alors qu'il était au buffet, a essayer ce qu'on proposer lors des allégeances, il entendit la voix de Marty...

Celui ci allait prêté allégeance, tant mieux pour Ninja il avait a lui parler.
Il avait reçu un courrier de la part d'un conseiller et voulait en savoir plus.

Il prend une gorgée, écoutant l'allégeance depuis le coté de la salle.
Profitant de regarder les tapisseries et de se demander comment il allait habillé sa nouvelle demeure.
Une autre gorgée, et l'allégeance de Marty se finissait. Celui ci fonça direct sur un banc et était comme comateux...

Le temps de finir son verre et il allait le rejoindre. Et puis surtout, il allait lui laisser un peu de temps après l'allégeance.
Une autre gorgée, cette fois ci c'est a la duchesse Alivianne de prêter allégeance...

Une allégeance au allure normal, sauf quand le Duc appel au médecin !
Ninja jette son verre vers le comptoir, comme pour lui dire "hum messire, veuillez avoir l'obligeance de tenir mon verre pendant un instant", et accourut en direction d'Alivianne.

Un homme s'approcha d'elle, il semblerait que ce soit son époux.
Ninja arrive alors auprès d'eux.



Je suis présent, je suis présent.
Que se passe t-il ?

S'approchant de la petite foule, il entendit parler de grossesse, de chambre et de sels.
Les voix derrières commençaient a se faire plus présente, les gens semblant vouloir se tenir au courant de ce qui se passe.
Il fallait réagir rapidement, et malheureusement pour lui, avec ses habits d'apparat, il n'avait rien de ce qu'il fallait, tout était resté dans son appartement sur Clermont.


Emmenons la dans une chambre, j'envoie quelqu'un récupérer mes affaires et nous nous occuperons d'elle.

Tout en disant ces paroles il jette sa clé a un serviteur en lui indiquant ou quand quoi comment prendre.
Galswinthe a écrit:
Galswinthe au fond de la salle du trône assistait au serment d'allégeance de sa suzeraine qu'elle trouvait bien pâle. Le Duc allait lui donner le baiser de paix lorsque...

Duchesse... que vous arrive-t-il ?

UN MEDECIN, VITE !


Elle tressaillit. Le Baron de Glénat qui était tout près d'elle accourut aussitôt. Elle fît de même. L'époux de la duchesse la tenait dans ses bras.
Ninja avait demandé avec des consignes précises qu'on lui apporte de quoi la soigner, après qu'on l'ait transportée dans une chambre.
Jariane a écrit:
UN MEDECIN, VITE !

La duchesse Jariane regarda le Duc qui semblait s'affoler face au malaise de la duchesse de la tour d'Auvergne, en temps que médecin elle aurait du intervenir mais elle ne pouvait faire un pas, se souvenant du passé où Alivianne avait failli la détruire l'obligeant à quitter son époux et ses amis, c'était révolu ce temps là, Jariane en était sortie plus forte de cette retraite et la haine s'était instaurée en elle concernant cette femme qu'elle plaignait quelque part.

Le baron de Glénat se précipita au devant de l'incident, Jariane détourna son regard espérant que les allégeances allaient reprendre rapidement, son époux devait repartir dans quelques heures.
Thierry54270 a écrit:
Thierry prit son épouse dans ses bras, et sortit de la pièce suivit par ses gardes, le médecin et quelques personnes.

Avant de sortir il s'adressa au Duc


Merci a vous Duc d'etre intervenu si rapidement, et veuillez encore nous excuser d'avoir perturbé votre cérémonie.
Gypsie a écrit:
Retenu loin de chez lui durant des semaines, le très attendu Silec fit son entrée. Toujours pareil à lui même, le temps n'avait aucun effet sur lui.
Serment d'allégeance d'Ali, puis son visage changea d'expression, son malaise fut très perceptible et n'échappa pas au Duc qui eu juste le temps de la rattraper avant qu'elle ne tombe lourdement au sol et se blesse.

Gypsie attrapa le bras de Jason d'une main, l'autre se posa sur sa bouche arrondie dans un " Oh " de surprise. A l'appel du régnant, Ninja se précipita vers la duchesse, rapidement rejoint par Gals. Chanceux auvergnats disposant de médicastres très confirmés. Très vite ils la transportèrent dans une chambre. Le trio de pair se limita à l'unité quand Thierry quitta lui aussi la pièce, en s'excusant.

Certainement la grossesse responsable de ce malaise et une Ali qui ne savait rester en place, se reposer. Il fallait toujours qu'elle courre partout, déménager dans cet état, en voilà une idée. Têtue comme une bourrique, elle n'avait sans doute pas écouté les sages conseils de ses proches, pressée de rejoindre ses soeurs à Montpensier. Heureusement, là bas aussi, les médecins étaient nombreux.

Un bruit de fond dans la pièce, chacun y allant de son commentaire et de son témoignage. Gypsie en avait suivi des cérémonies d'allégeance, jamais il n'y avait eu malaise, sauf quelquefois, des gens mal à l'aise. Tous attendaient maintenant la suite des évènements.
Alayn a écrit:
Alivianne, Duchesse de la Tour d'Auvergne, apparemment engrossée jusqu'aux dents - ou peut-être est-ce simplement un laisser aller et un abus de banquets - et pourtant présente à cette cérémonie, à son age avancé qui plus est, il fallait être fou ou avoir une bonne raison. Raison qu'elle devait avoir, la Duchesse aimait à se montrer en public, une fois de trop peut-être ? Il ne fallu pas longtemps pour me donner raison, à peine avait-elle déclaré son serment et Tixlu s'approchant d'elle pour lui donner le baiser vassalique qu'elle s'éffondra, inconsciente. Tout se passa très vite ensuite, Thierry, son époux, resté au fond de la grande salle accouru auprès de la Duchesse, les médecins auvergnats de renom en firent de même. Un brouhaha monta dans l'assistance, tous allant de leur propre explication, l'effet était réussi, Alivianne faisait une fois de plus parler d'elle.

Quel dommage que la Duchesse et Pair soit aussi égocentrique, elle a malgé tout, des qualités... je crois. Il m'avait semblé, fut un temps, que oui, mais lorsqu'on creuse un peu on s'apperçoit qu'il n'y a pas grand chose d'interressant derrière cette façade. Elle est comme un enfant gaté, qui a la possibilité d'obtenir tout ce dont il désire et qui en joue, une haute noble comme il y en a tant d'autres.

Je porte la coupe d'hydromel que je tiens à mes lèvres, en bois une gorgée, scrutant la salle à la recherche d'un potentiel énième Duc ou Comte à venir plier le genoux devant Tixlu. Oui il en reste un présent icelieu, mon ami Silec. Si ce n'avait point été lui, peut-être me serais-je avancé pour renouveler mon serment, mais je le tiens trop en estime pour lui faire subir pareil affront. Me voilà donc obligé d'attendre que la cérémonie daigne bien vouloir poursuivre pour enfin faire ce pourquoi je suis venu. Et puis c'est devant Tixlu que je dois mettre un genoux à terre, ce n'est pas comme si c'était n'importe quel Duc. Il me fait en quelque sorte plaisir d'avoir à le faire devant lui, c'eut été un autre, je serais déjà reparti, laissant mon serment par écrit aux mains d'Auvergne.
Naluria a écrit:
Tout avait bien commencé jusqu'au moment où Alivianne se sente mal et que tout les nobles la rejoignent avec des appel à un médecin.

Ali allait probablement accoucher. Auvergne, prise de sueurs froides par son for intérieur nalurien qui l'avait vu voir sa mère mourir en couche, ne bougeait plus, fixait la scène avec effroi.

Un page lui tappa le bras avec plus de force car elle ne ressentait pas sa présence et prit machinalement les missives, fixant toujours la scène, immobile, droite, frêle, le teint blanchâtre.
Silec a écrit:
Les choses comme à leurs habitudes n’allaient pas très vite. Il fallait que la duchesse Alivianne fasse une pamoison justifiée surement au vu de son état, pour que cela fasse encore durer. Silec avait pas beaucoup de temps à rester en BA, et lui, qui etait d’habitude très patient en perdait un peu.

Comme son frère licorne s’occupait de sa femme, le médecin et plusieurs personnes étaient penchées sur elle pour la soigner, Silec attendit que le couple sorte se promettant de prendre nouvelle de la duchesse plus tard. Il s’avança donc vers le duc son ami.


Vostre grâce pardonnez mon impatience, en les circonstances, mais en ce jour je ne puis attendre plus longtemps, une escorte je me dois de rattraper.
Mettant un genou à terre Silec regarde Tixlu droit dans les yeux.

Nous, Silec, Duc de Saint Nectaire, Baron de Mercœur D’auvergne, Chevalier de l’ordre royal de la Licorne, reconnaissons comme suzerain vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès dict. Tixlu duc du Bourbonnais Auvergne, par la grâce des urnes.

Je jure de vous apporter aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès dict. Tixlu, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.


Voila qui est fait. Silec se relève et tout en attendant la réponse de son ami lui fait l’accolade. Le protocole soit mais il est des situations ou il peut s’effacer. Souriant

Mon duc sache que je suis avec toi même si je m’éloigne encore une fois de mon BA chéri. Je te laisse ma femme, qui je le sais, saura mener la COBA, en cela je suis confiant, protège la même si elle te dit le contraire. Que ces deux mois te soit une réussite, pour le BA.

Je te laisse finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Mar 11 Nov - 1:09

Alayn a écrit:
Le "ouf" que je lache alors que Silec s'avance vers Tixlu et lui preste allégeance fut très certainement perceptible jusqu'à l'autre bout de la salle. Je lève les yeux au ciel, remerciant silencieusement Aristote pour ce geste de bonté qu'il a bien voulu m'accorder, la cérémonie allait pouvoir continuer. Un sourire se dessine à nouveau sur mes lèvres, je termine ma coupe d'hydromel, et me prépare à effectuer mon serment dans les minutes à venir.

Non pas que les cérémonies d'allégeance soient déplaisantes, bon, il est vrai que le plus souvent on s'ennuie fermement, mais tout le monde le sait et on fait avec. Pour une fois qu'il se passe quelque chose d'inhabituel, il faut que ce soit avant que mon tour ne soit passé... Qu'est-ce qui a bien pu passer par la tête d'Alivianne pour qu'elle vienne faire son spectacle en tout début de cérémonie et ainsi gacher sa fin ? C'est vrai, elle aurait attendu un peu, ça aurait réveillé les éventuels ronfleurs, animé la chose, mais là elle a litterralement plombé l'ambiance. Et à en voir le visage d'Auvergne, devenu si blanc, je me demande si elle va pouvoir poursuivre. J'avoue que dans le cas où elle n'y parviendrai pas, cela m'affecterai beaucoup plus que l'incident de la Duchesse de la Tour d'Auvergne.
Tixlu a écrit:
Son com-pair Thierry rejoint rapidement sa femme et la prend dans ses bras en bredouillant quelques excuses tout en s'inquiétant pour sa gravide épouse, tandis que le doyen et Galswinthe se précipitent porter secours à la Pair de France. Elle est très vite extraite vers une chambre un peu à l'écart.

Tixlu, l'air encore soucieux pour la santé d'Alivianne, dépêche des gardes auprès d'elles pour que les médecins ne manquent de rien... Ca commence bien.

Il n'a pas le temps d'avertir
Auvergne qu'il va pouvoir reprendre que son ami Silec, manifestement pressé par le temps, lui preste allégeance et lui donne accolade avant même qu'il aie pu accepter l'allégeance. Il connait l'homme et sa valeur, ne doute pas de ses raisons, et lui pardonne cette incartade, le temps de la surprise passé.

Duc de Saint Nectaire, mon ami, c'est avec plaisir que j'accepte ton allégeance et te promets justice, protection et subsistance ainsi qu'à ta famille. dit-il pendant que le duc anticipe l'accolade Prends bien soin de toi, j'ai su tes récentes mésaventures, et sois sûr que je saurai veiller sur ton épouse, quoi que je doute que quiconque soit de taille à inquiéter femme de sa trempe. Reviens nous vite.
Jariane a écrit:
L'incident clos, la duchesse attendait l'allégeance de son époux et ne fut guère surprise de ses paroles à la suite de celle ci.

Encore moins surprise de la réponse du Duc Tixlu, elle se mordit les lèvres pour ne point rire et se tourna vers Gal.


Dis moi comment vas tu ? on ne se voit plus beaucoup enfermées chacune dans nos bureaux respectifs.
Jason_de_vissac. a écrit:
Une femme, prête a donner la vie, s"approche et prononce son allégeance. C'est donc elle, la baronne Aliviane, 1ère Duchesse du BA ! Jason ne l'avait jamais croisé, les guerres la tenant souvent éloignée du Duché. Un malaise la prend, les médicastres sont appelés et le Baron de Glénat se précipite, tandis que Gypsie, pâle, s'approche de lui et lui serre le bras.

Silec arrive sur ces entrefaits. Un clin d'oeil, un sourire, chacun jaugeant comment se porte l'autre, l'un parce qu'il a promis a la mère du second, l'autre par amitié, aimant bien cet homme qui a bien connu ses parents.

Ce n'est encore pas cette fois qu'ils auront le temps d'aller boire un verre ensmble....
Naluria a écrit:
Auvergne reprit un peu de contenance lorsque Silec et sa Grâce Tixlu arrivèrent pour faire l'allégeance du Licorneux. Cela lui faisait oublier momentanement l'accouchement d'Alivianne. Comment donner la vie pouvait donner la mort à la mère, elle même qui le nourrie. Elle en connaissait tout les aspects malheureusement. Une jeune majeure, voir même une mineure enceinte comme nourisse pour sauver l'enfant... Alivianne fut emmener dans un lieu plus adéquat à sa situation, et les inquiétudes d'Auvergne tant par les souvenirs que part le futur de chaque femmes. Elle fit un signe à Tixlu pour informé qu'elle avait bien écouté le serment de Silec et que la suite pouvait avoir lieu.

Elle tendit les premières lettres qui traînait dans ses mains, elle ne se souvient plus comment.


pierre de roanne a écrit:

Par la grâce d'Aristote,
nous, Pierre de Roanne d'Azayes, Baron de Pierrefort, Duc de Roanne,

à vous, Tixlu, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes,

Salut,

Par la présente, nous renouvelons notre allégeance au duché du Bourbonnais Auvergne et à son duc élu, Asturion.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Que nous ne puissions enfreindre la page de ce serment, ou aller à son encontre par un courage téméraire. Si cependant nous osions le tenter, que nous sachions que nous encourrerions l'indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux prophètes.



Fait à Mimizan l'an de grâce MCDLVI.

Hugues.carpadant a écrit:
A vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, salut.

Par la présente, nous, Hugues de Carpadant, Prince de Montmorency, Comte de Monbazillac et Vicomte de Montboissier, reconnaissons comme suzerain, vous,Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne pour nos terres de Montboissier.

Que nous vous devons désormais obsequium, auxilium et consilium,

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.




Fait à Montmorency, le 9 novembre de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.





Hugues de Carpadant
Prince de Montmorency, Comte de Monbazillac et Vicomte de Montboissier
Tixlu a écrit:
Premières missives d'allégeance. Tixlu dicta les réponses.

Citation :
A Pierre de Roanne d'Azayes, Duc de Roanne, Baron de Pierrefort,

Par la présente, nous, Thibuad-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais et de l'Auvergne, acceptons ce jour votre allégeance et vous assurons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

En attendant le plaisir de vous revoir en Bourbonnais Auvergne,

faict à Clermont le 11 novembre 1456,


Citation :
A Hugues de Carpadant, Prince de Montmorency, Comte de Montbazillac et Vicomte de Montboissier,

Votre Altesse,

Par la présente, nous, Thibuad-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais et de l'Auvergne, acceptons ce jour votre allégeance et vous assurons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

En attendant le plaisir de vous revoir en Bourbonnais Auvergne,

faict à Clermont le 11 novembre 1456,


Il les scella et les remit à Auvergne.
[/quote]
Naluria a écrit:
Un autre page arriva avec une missive et un remontant. Auvergne but la fiole de calva et ouvrit la lettre pour lire s'il n'y avait pas d'erreur avant de la tendre au Duc.

Kad a écrit:


    Par la grâce d'Aristote,
    Nous, Cyril Kad d'Azayes, humble Comte du Forez en Bourbonnais-Auvergne, Seigneur d'Agonac , Préfet des Vidames, Archevêque Inquisiteur, Primat de France et Chevalier d'Isenduil,

    A vous, Votre Grâce Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la biais des urnes,


    En ce cinquième jour de novembre de l'an de grâce MCCCCLVI,

    Salut et Bénédiction apostolique.



    Nous trouvant à Montélimar pour exercer nos fonctions et administrer notre archidiocèse, nous sommes dans l'incapacité de venir vous prêter allégeance. Aussi, nous vous avons fait parvenir ce pli.

    Par la présente, nous vous reconnaissons comme notre suzerain légitime.

    Nous vous promettons respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium) pour autant que n'éclate de conflit opposant directement le Bourbonnais Auvergne au Souverain Pontife.

    Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.


    Ad majorem Dei gloriam



Tout était dans l'ordre. Il manquait encore deux allégeances, elle fit donc un rappel.


Nous attendons donc l'allégeance de Sa Grâce Themis qui a reçu la lettre remis par le page du Château de Clermont, et Sa Grâce Trollfarceur dont le page n'a pu accéder au château. Aucun n'est donc en retraite.
Gypsie a écrit:
Aucun souvenir de la dernière fois où elle avait entendu Silec prononcer les paroles d'allégeance. Toujours des missives pour celui si souvent absent du duché, souvent pour raisons militaires. Accolade sincère entre les deux hommes, cela faisait plaisir à voir. Sourit aux paroles du duc de Lapalisse, qui pourrait en effet tenir tête à un des caractères les plus trempés du Bourbonnais Auvergne. Qui s'y frotte s'y pique disait l'adage, cela aurait pu être la devise de Jariane.

Missives arrivaient, Auvergne se remettait doucement de ses émotions en s'enfilant une fiole de calva. Puisse-t-elle accomplir son devoir jusqu'au bout et sur ses jambes. L'on attendait maintenant Themis et Troll dont l'absence se rééditerait sans doute. Encore des messages en perspective.
Tixlu a écrit:
Le Duc Tixlu répondit au courrier de Kad d'Azayes

Citation :
A Cyril Kad d'Azayes, Comte du Forez, Seigneur d'Agonac , Préfet des Vidames, Archevêque Inquisiteur, Primat de France et Chevalier d'Isenduil

Monseigneur,

Par la présente, nous, Thibuad-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais et de l'Auvergne, acceptons ce jour votre allégeance et vous assurons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

Puisse Aristote et le Très Haut vous avoir en leur Sainte protection pour la mission que vous menez à bien, de sorte de rapidement vous revoir en Bourbon Auvergne,

faict à Clermont le 11 novembre 1456,

Wonderanny a écrit:
Sacs bouclés pour les deux Azayes, équipements, harnachements, les destriers étaient scellés, les missives parties de ci de là et rendez vous était prit pour des retrouvailles et une escorte attendue. Les deux sœurs avaient prit la route tôt pour se rendre à Clermont, direction la salle du trône pour une allégeance particulière. Première escale de leur voyage.
Route tranquille, discussions paisibles entre deux sœurs qui profitent un peu du temps qu’elles ont devant elles pour échanger sur l’organisation de l’escorte, sur leur fils respectif, sur la famille Azayes, sur le passé, l’avenir, sur l’arrivée prochaine de la troisième sœur en la cité de Montpensier.

Mais que ça parle les filles ! la route ne lui avait jamais semblé si courte !
Mettant pieds à terre, elle tend les rênes à un page qu’elle remercie d’un signe de tête puis passe sa main sur la croupe du cheval, avant d’épousseter sa tenue et d’observer celle de Lady.


Je suis sure que face aux belles toilettes qu’on a l’habitude de voir en la salle du trône, nous allons faire sensation avec nos tenues de voyages. Enfin !

Soupirs suivi d’un large sourire qui se glisse sur son visage.

Tu es prête ? On entre ?

Joignant le geste à la parole, les deux sœurs entrent dans la majestueuse salle. Un signe de tête aux personnes présentes, quelques mots rapidement échangés et déjà comme une étrange tension qui s’installe, prémices d’un incident annoncé. Déjà les pages s’enchainent, déjà les premières allégeances parviennent. Elles se sont assises et observent silencieuses.

Le Duc de Billy en premier. Souvenir d’un baisé, souvenir d’un oiseau de papier, souvenir d’une sortie non annoncée…
Alivianne s’avance alors à son tour, tout semble bien se passer jusqu’à ce qu’un appel retentisse dans la salle.


UN MEDECIN, VITE !

Frisson incontrôlable qui lui parcourt le corps tandis que le blanc s'installe sur son visage.
Elle ne peut s’empêcher de serrer le bras de Lady et c’est de cœur que les deux Azayes se lèvent.
Themisladouce a écrit:
Un garde aux couleurs de Mauriac fit son entrée et port au valet du Duc Tixlu une lettre de sa suzeraine. Le protocole avait été suivi et le valet remit le parchemin à son Duc.


Citation :
Themis de Penthièvre Balsac, Duchesse de Mauriac et de Combrailles, Baronne de Balsac, Dame de Saint Hilaire de Loulay, à vous Tixlu de Lugdarès, Duc du Bourbonnais Auvergne, Salut;

Nous, Themis de Penthièvre Balsac dicte "La Douce", ayant appris votre accession au trône du Bourbonnais et de l'Auvergne pour la troisième fois, vous félicitons chaleureusement et nous regrettons de ne pouvoir assister en personne à cette allégeance, retenue à Mauriac pour affaires.

Ayant l'usufruit du duché de Mauriac, du duché de Combrailles et de la baronnie de Balsac, au nom de nos enfants Selaven, Semias et Elegie de Penthièvre Balsac, renouvellons par la présente l'allégeance de nos fiefs au Duché du Bourbonnais Auvergne, et rendons hommage à son Duc, Thibault Xavier de Lugdarès, que nous reconnaissons comme seul seigneur légitime, lui promettant auxilium, consilium et obsequium en toutes circonstances.

Faicts à Mauriac le XIIe jour de Novembre de l'an de grasce mil quatre cent cinquante six sous le règne de nostre bien aimé souverain le Roy Lévan III de Normandie

Themis de Penthièvre Balsac, dicte "la Douce"
Duchesse de Mauriac et de Combrailles
Baronne de Balsac
Dame de Saint Hilaire de Loulay

Tixlu a écrit:
Tixlu sourit en lisant la missive de Thémis et lui répondit

Citation :
A Themisladouce de Pethièvre de Balsac, Duchesse de Combraille et de Mauriac, Baronne de Balsac, Dame de Saint Hilaire de Loulay.

Votre Grasce,

Par la présente, nous, Thibuad-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais et de l'Auvergne, acceptons ce jour votre allégeance et vous assurons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

Je vous, remercie pour vos félicitations et vous souhaite bon séjour en vos terres. Dans l'attente de vous revoir prochainement à Clermont,

Amicalement,

faict à Clermont le 13 novembre 1456,

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Sam 15 Nov - 1:03

Naluria a écrit:
Un valet aux couleurs de Mauriac était passé pour déposer une lettre d'où s'ensuivit une réponse du Duc.

Elle reprit donc la parole.


J'appelle maintenant les vicomtes, attendant une éventuelle réponse du Duc de Vichy.

  • Dame Gypsie de Viverols, Vicomtesse de Ravel
    Dame de Viverols
  • Messire Tcotn,
    Vicomte de Brossadol
  • Messire Nakuneuil d'Azayes
    Vicomte de Carlat

    (*] Messire Alayn
    Vicomte d'Ambert
Gypsie a écrit:
Wonderanny et Ladyblueeyes, discrètes, se lèvent aussi. Que peut-il arriver à Alivianne maintenant, si bien entourée, surtout par ses soeurs Azayes. Sans doute viendrait-on les informer de l'avancée de l'état de santé de la pair.

Chacun son tour, comme à confesse. Vint celui des vicomtes, une seule de ce rang, la rectrice qui avance en souriant vers son duc. Petits pas l'avaient menée vers le précédent régnant, duc incompétent, s'enfonçant chaque jour un peu plus, aidé par d'autres lui sautant dessus à pieds joints pour le faire couler mieux et plus vite, ne lui offrant même pas une planche de salut. Monde cruel et sans pitié la politique, chaque jour elle se félicitait d'avoir toujours refusé d'en faire partie.

S'arrêtant à distance bien calculée, elle posa genou au sol, regard droit vers les yeux ducaux, et du ton le plus sincère, franc et clair déclare


Moi, Gypsie de Viverols, vicomtesse de Ravel, baronne douairière de Domérat, Dame de Viverols, renouvelle mon serment d'allégeance au duché du Bourbonnais Auvergne représenté par vous, duc Tixlu.

Je jure de vous apporter aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).


Puis, attendit l'accolade ou le baiser vassalique.
Tixlu a écrit:
Allégeance de la rectrice... Il se souvenait encore l'avoir connue depuis des lustres, avoir assisté à son déménagement à Montbrisson... Combien de fois lui avait-elle rendu service en servant de marchand ambuland pour le duché ? Respectueuse des lois locales, elle avait toujours pleinement rempli ces missions, et s'en étaient suivi félicitations pour son comportement de la part des autorités locales. Il se souvenait aussi l'avoir nommée rectrice il y avait des années déjà... Choix qu'il n'avait jamais regretté depuis. Ce fut donc avec le sourire qu'il accueillit son allégeance.

Gypsie de Viverols, vicomtesse de Ravel, baronne douairière de Domérat, Dame de Viverols, j'accèpte ton allégeance et te promets en retour protection, justice et subsistance pour toi et les tiens.

Puis, d'un geste délicat, il l'a releva et lui offrit le baiser de la paix de façon à sceller cette allégeance.
Gypsie a écrit:
Promesses faites, Gypsie se releva, reçu le baiser ducal. Hum... Elle se demandait toujours pour quelle raison homme si charmant n'avait trouvé épouse ? Certainement ne cherchait-il même pas. Pourtant, inutile d'aller bien loin ; regard alentour, pensées à belles auvergnates à marier... Souvenir des plaisanteries, taquineries adressées à Gweltas et Tixlu, alors qu'ils oeuvraient de concert pour le duché. L'un aussi pingre que l'autre.

Sourire amical, remerciement et petite révérence, Gypsie retourne près de Jason. Au tour du Vicomte d'Ambert à présent.
Jason_de_vissac. a écrit:
Un sourire sur le visage au retour de Gypsie, il lui tend un verre.

Il a apercu ses tantes, mais celles ci partit au chevet de la Duchesse Aliviane, n'ont pas eu le temps de le reconnaitre.
Alayn a écrit:
Tout est rentré dans l'ordre, c'est pas trop tôt ! La cérémonie se poursuit donc, comme elle a commencé, certains déjà commençant à piquer du nez et par-ci par-là on peut entendre quelques discussions. De quoi parlent-ils ? Peu m'importe, Auvergne appèle les Vicomtes et vicomtesses à venir prester allégeance, c'était bientôt à moi... D'un signe de tête en direction de mère je lui faire comprendre que c'est à elle que revient l'honneur de passer en premier. Ce qu'elle fait.

Puis vient mon tour, suis-je nerveux ? Non, bien au contraire, prester serment au Bourbonnais-Auvergne ne m'a jamais fait peur en soi, c'est plus une question de dirigeant. Et là se trouve devant moi un très grand dirigeant, un ami sincère, beaucoup attendent de lui et de son Conseil pour sortir le duché dans le trou où il est enfoncé...

Je me présente devant lui, sourire amical affiché sur mon visage, je met genoux à terre ne le quittant pas des yeux et déclarant à haute voix :


Nous, Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert, nous présentons à vous, Vostre Grasce Thibauld-Xavier de Ludgarès, en ce jour pour renouveler nostre serment d'allégance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais par la grasce des urnes,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.


Je me relève enfin, lui faisant toujours face, attendant sa réponse et l'accolade vassalique qui scellera ce serment.
Naluria a écrit:
Tout fonctionnait bien, c'était agréable. Un page essoufflé au couleur du Bourbonnais-Auvergne pour lui apporter une missive. Les évènements ayant epprouvée la jeune femme étaient passés, elle était un peu plus sereine. Elle ouvrit la missive, la lu et la donna a Sa Grace Tixlu.

Trollfarceur a écrit:
Par la grâce d'Aristote,

nous, Trollfarceur, Duc de Vichy, Baron de Dienne, Medecin du Roy,

à vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne,

Par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait a Verdun, le 15 Novembre 1456.

Trollfarceur
Duc de Vichy
Baron de Dienne
Medecin du Roy

Tixlu a écrit:
Le jeune Vicomte d'Ambert se présente pour l'allégeance face à Tixlu, souriant. Son père avait été un grand ami du duc, le fils était depuis devenu également un ami fidèle et avisé. Tixlu sourit à son tour au Vicomte en l'aidant à se relever (non qu'il soit déjà grabataire)

Mon ami, j'accèpte avec plaisir ton allégeance et te promets en retour justice, protection et subsistance. Il me fait plaisir de te revoir ici. Nous nous sommes quelque peu recroisés dernièrement, mais ta longue absence a laissé un grand vide.

A l'issue de quoi il lui transmis l'accolade vassalique pour sceller officiellement le serment.

A la suite de quoi il dicta la missive suivante qu'il remit à Auvergne.


Citation :
A Trollfarceur, Duc de Vichy, Baron de Dienne,

Par la présente, nous, Thibuad-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais et de l'Auvergne, acceptons ce jour votre allégeance et vous assurons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

En attendant le plaisir de vous revoir en Bourbonnais Auvergne,

faict à Clermont le 15 novembre 1456,

Alayn a écrit:
L'acceptation du serment, promesses en échange comme le veut la coutume, puis quelques mots personnels que j'apprécie grandement. L'accolade entre le suzerain et le vassal est donnée, en retour je lui glisse à l'oreille des encouragements.

Merci beaucoup mon ami, sachez pour ma part que je suis heureux de vous voir à nouveau sur le trône Ducal, et d'être venu en personne vous renouveler mon serment.

Je fais quelques pas en arrière, lui faisant toujours face, puis m'en vais rejoindre le rang de la noblesse. L'absence habituelle des Vicomtes de Carlat et de Brossadol ne se fait pas remarquer, c'est donc au tour des barons et baronnes de venir prester allégeance. Qu'est-ce que je fais ? Je reste ? Allez, pourquoi pas... Mais je vais encore me reculer, pour être plus près de portes...
Naluria a écrit:
Auvergne s'approcha un peu plus.

Votre Grâce, une missive de Messire Trollfarceur. Par ailleurs, je n'ai toujours pas d'accusé de reception de ma missive pour Messire Tcotn et Messire Nakuneuil bien que pas dans un monastère.

Attendons nous un peu, ou passons nous aux barons ?
Tixlu a écrit:
J'ai répondu à Troll. Pour les autres, je pense que ce seront des missives puisqu'ils ne sont pas en Auvergne, donc je précaunise de passer aux barons.
Naluria a écrit:
Auvergne acquiesca par un signe de tête et appella les barons à prêter allégeances.

Nous appellons les barons à ployer genoux et prêter allégeance.

  • Messire Azdrine de Vissac, Baron d'Usson et de Riom

  • Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse

  • Messire Althiof de Marigny, Baron de Cournon d'Auvergne

  • Messire Ferdinant, Baron de Villemontée

  • Messire Jason de Vissac, Baron de Vissac

  • Messire Eridan, Baron de Domérat

  • Dame Galswinthe, Baronne d'Herment

  • Messire Ninjaturtel, Baron de Glénat

  • Dame Wonderanny d'Azayes, Baronne de Veauce
Galswinthe a écrit:
De retour de la chambre où Alivianne se reposait, l'ayant laissée avec confiance aux bons soins du Docteur Ninjaturtel, Galswinthe franchît à nouveau discrètement la porte de la salle du trône. Auvergne invitait les barons à prêter allégeance, elle était revenue juste à temps. Le temps de reprendre ses esprits, elle irait à son tour à renouveler son allégeance.
Sibella a écrit:
Azdrine était en déplacement durant plusieurs jours et de ce fait, il ne pourrait prêter allégeance au Duc du Bourbonnais-Auvergne. Il avait donc mander à son épouse de s’en charger.

Sibella et sa chambrière Clémence arrivèrent dans une calèche aux armes d’Usson et de Riom, devant le château de Clermont. La future mère en descendit aidé par Clémence qui resta près de la calèche pendant que Sibella se dirigeait vers la salle des allégeances. Depuis quelques temps, elle ne se déplaçait presque plus, prenant le maximum de repos au manoir et elle souhaitait que le bébé attende le retour de son époux avant de voir le monde.

Elle entra dans la magnifique pièce et salua d’un signe de tête accompagné d’un grand sourire les personnes qu’elle connaissait. Elle devisait avec les uns et les autres en attendant d’être appelé.

Subitement, elle entendit la voix d’Auvergne qui venait d’appeler les barons. Elle s’excusa auprès de ses amis, mais pour l’heure, elle devait remplir sa mission

Elle était à quelques jours de son accouchement et avait peur que l’enfant arrive à des moments qui seraient des plus ennuyeux. Elle marchait doucement, toujours son magnifique sourire aux lèvres, salua Auvergne et arriva devant le Duc du Bourbonnais.


Gros problème, impossible de ployer le genou, impossible de faire une profonde révérence comme son époux aimait qu’elle les fasse, le décolleté étant minime actuellement. Par contre, le baiser vassalique devrait pouvoir se faire, même si son ventre était gênant, elle appuierait son ventre contre celui du Duc.

Elle regarda droit dans les yeux le Duc Tixlu, lui fit un signe de la tête et un grand sourire.


Vostre Grasce, je vous prie de bien vouloir m’excuser, mais vu mon état, je ne puis ployer le genoux à terre ou faire une grande révérence qui vous aurait plu, mais néanmoins c’est avec le plus profond respect que je suis là pour vous prêter allégeance.

Elle repris son souffle, passa ses mains sur sa robe pour enlever des plis imaginaires, respira un grand coup et commença son allégeance bien apprise

Par la grâce d'Aristote,


Nous, Sibella et Azdrine de Vissac, Baron et Baronne d’Usson et de Riom, nous présentons à vous, Vostre Grasce Thibauld-Xavier de Ludgarès, en ce jour pour renouveler nostre serment d'allégeance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais par la grasce des urnes,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour nostre Roy.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Sibella baissa un instant la tête en signe de respect puis regarda à nouveau le Duc en attendant sa réponse et ce fameux baiser qui scellerait le serment.

Elle était contente, pas de bafouillage, elle n'avait pas accouché, junior avait été sage, pas de coup de pieds, il devait savoir que le moment était sérieux, rien dans la salle qui interrompit son texte. Dommage qu’Azdrine ne puisse l’entendre, il aurait été certainement fier de son épouse.
Tixlu a écrit:
Tixlu vit arriver l'épouse de son neveu... Elle aussi enceinte jusqu'aux oreilles... aïe. Après Alivianne, il conçut une grande apréhension pour cette allégeance.

Elle ne put ployer le genou. D'un geste de la tête, il lui indiqua qu'il ne s'en formaliserait point. Puis vint le serment. Aucun incident.

Soupir de soulagement.


Sibella et Azdrine de Vissac, Baron et Baronne d’Usson et de Riom, j'accepte ce jour votre allégeance et vous promets en retour protection justice et subsistance pour vous et les vôtres.

Il scella alors le serment par le baiser de la paix.
Sibella a écrit:
Sibella avait été très sérieuse comme à son habitude et apprécia le baiser de la paix de son Duc. Jusqu'ici tout s'était bien déroulé, ouf !

Elle se recula ensuite après un signe de tête et alla retrouver ses amis afin de prendre congé ne voulant pas trop s'attarder hors de chez elle de peur que la progéniture décide d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Mer 19 Nov - 22:47

Jason_de_vissac. a écrit:
Jason a vu s'avancer Sibella, l'épouse de son oncle. Il est content de voir que celui ci va bientôt être père.

Il se repproche encore une fois de vivre en ermitte, et de ne pas avoir fait plus ample connaissance avec le jeune couple, mais ceux ci sont souvent partit et lui bouge peu de son dommaine. allons ainsi va la vie . . .

Une pression sur son bras, Gypsie lui indique qu'en l'absence de Barons près du trône, il peut s'y présenter.

Genoux ployé, épée au coté il s'adresse a Tixlu :


- Nous, Jason de Vissac, Baron de Vissac, nous présentons à vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, dixt Tixlu, en ce jour pour renouveler notre serment d'allégance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Nous vous devons désormais obsequium (respect), auxilium (aide) et consilium (conseil).


Puis, tranquillement, il attend le baiser de paix.
Tixlu a écrit:
Avisant la venue du jeune baron de Vissac, Tixlu réalisa qu'il partageait liens du sang avec lui, qui était son petit neveu, petit fils de sa soeur Marie-Nezida... (non on n'est pas à Santa Barbara ;P)

A l'issue de son allégeance, il lui répondit


Jason, Baron de Vissac, je reçois ce jour et accèpte ton allégeance et te promets en retour justice, protection et subsistance. Je suis fier, mon neveu, de voir quel jeune homme digne tu es devenu.

Suite à quoi il lui remit le baiser de la paix.
Jason_de_vissac. a écrit:
Jason reprend sa place, ému par la réflexion de son oncle Smile .

Il espère que celui ci se représentera une fois de plus aux votes lorsque le moment sera venu . . .
Korydwen a écrit:
Korydwen était au château, elle avait récupéré son fils qui traînait une fois de plus dans la chambre des nobles, à savoir ce qu'il y faisait, mise à part jouer avec Athalia, des coussins et le doyen, il ne devait pas beaucoup aidé dans les grandes discussions.

Elle croisa son époux, pourtant elle pensait, même était certaine qu'il était à la cérémonie d'allégeance, déjà terminé, étonnant. Mais à peine l'avait il vu, qu'il lui demanda d'y aller à sa place, une urgence visiblement. Tendre baiser échangé et la voilà qui prend la direction de la pièce, traînant avec elle, le petit Matthis. Lui qui voulait voir un Duc sur le grand siège, il allait être servi.

Elle entra doucement dans la salle, c'était au tour des barons visiblement. Elle les laissa finir, se demandant si elle pouvait y aller maintenant comme il n'y avait personne... Bien entendu, elle savait comment cela se déroulait en surface...

Elle laissa Matthis non loin d'elle, lui demandant de rester sage, le temps qu'elle fasse son allégeance. Elle s'avança vers le Duc, lui fit une révérence avant de ployer le genoux devant le Duc, de prendre son épée pour la lui montrer, nan nan elle ne l'assassinera pas, voyons... Elle reprit son souffle essayant de faire disparaître cette grosse poussée de stress, afin d'avoir une voix convenablement normale.


Nous, Korydwen et Althiof de Toggenburg-Marigny, Barons de Cournon d'Auvergne, nous présentons à vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, dixt Tixlu, en ce jour pour renouveler notre serment d'allégance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium).


Là petit blanc, y avait bien un truc en plus à dire, elle réfléchit, sentant les regards certainement posés sur elle, c'était pas très agréable, en fait... Ah ça y est ça revenait.

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour nostre Roy.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.


Ca devait être quelque chose dans ce genre là, elle ne savait pas vraiment si il fallait se relever maintenant pour le baiser de paix, ou quand le Duc lui demanderait... Elle décida d'attendre, un signal quelconque du Duc... Petit coup d'oeil derrière pour vérifier que la crapule est toujours sage... Bientôt ça serait terminée, impressionnant la première fois, elle comprenait, mieux Nictail maintenant...
Tixlu a écrit:
Tixlu vit ensuite arriver Korydwen pour son allégeance. Il cotoyait souvent la jeune femme au BAR et accueillit son entrée avec un sourire bienveillant. Elle se sortit fort bien de l'allégeance.

Korydwen et Althiof de Toggenburg-Marigny, Barons de Cournon d'Auvergne, nous acceptons ce jour votre allégeance et vous promettons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

Il se leva, s'approcha pour l'aider à se relever et scella le pacte du baiser de la paix.[/b]
Ninjaturtel a écrit:
Partit avec l'époux d'Alivianne, Gals, et Alivianne elle même, Ninja avait surgit tel un fauve sur sa proie lorsqu'il entendit l'appel au médecin et les avait donc suivit pour s'occuper de la patiente.


Après l'avoir opérer et changer son cœur... Nan je déconne on avait pas de cœur de dispo encore.
Bref, après s'être occupé d'Alivianne, il était resté veillé auprès d'elle car il ne pouvait pas la laisser toute seul. Il avait fait apporté un parchemin, une plume et de l'ancre et avait écrit alors la lettre d'allégeance.

Écrite, le valet part a la salle d'allégeance et attend qu'Auvergne soit seule pour s'approcher, la saluer et lui donner la lettre. Attendant alors une réponse de la part du duc, le valet se retira un peu pour ne pas gêné.

L'on pouvait lire sur la lettre :


Citation :
Par la grâce d'Aristote,
Nous, Ninjaturtel, humble Docteur Doyen Baron de Glénat

à vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, XXIIIieme Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes,

nous vous saluons gracieusement.

Nous, Ninjaturtel, docteur Doyen Baron de Glénat, nous excusons de notre absence pour ce serment d'allégeance.
Serment Symbolique et extrêmement important pour chaque noble, pour le noble que je suis devenu grâce a notre bon duché.

Nous, Ninjaturtel, docteur Doyen Baron de Glénat, ne cherchons pas excuse quand a notre absence, mais nous croyons bon de faire notre devoir en tant que médecin et veillez a la bonne santé de la duchesse Alivianne, c'est pourquoi je m'excuse de ne point être présent en ce moment pour vous prêtez allégeance.

Et, par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, XXIIIieme Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes.

Que nous, Ninjaturtel, Docteur Doyen Baron de Glénat, vous devons désormais fidélité.
Que nous, Ninjaturtel, Docteur Doyen Baron de Glénat, vous devons désormais aide.
Que nous, Ninjaturtel, Docteur Doyen Baron de Glénat, vous devons désormais conseil.


Que nous ne puissions enfreindre la page de ce serment, ou aller à son encontre par un courage téméraire. Si cependant nous osions le tenter, que nous sachions que nous encourrerions l'indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux prophètes.

Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.

nous Ninjaturtel, Docteur Doyen, seigneur de la baronnie de Glénat en Bourbonnais-Auvergne, a écrit et ratifié,

Date en l'enceinte du château de Clermont, le 3 décembre 1456.

Qu'il en soit ainsi et heureusement. Amen.



Korydwen a écrit:
Elle se releva avec l'aide du Duc et le moment tant redouté était arrivé, enfin pas tant que ça finalement, c'était passé rapidement, elle souriait, contente d'avoir réussi sa première allégeance. Elle se recula après l'avoir saluer humblement, lui souhaitant à nouveau un bon mandat. Laissant la place à quelqu'un d'autre.

Son fils n'avait pas bronché, mais il la regardait de travers, erf le baiser, il devait se poser tout un tas de question le gamin. Elle n'était pas sortie de la salle d'allégeance. Comment lui expliquer que c'était une façon de sceller un serment...

Mouarf, elle allait s'amuser la Baronne, elle resta encore un petit moment, pour voir le déroulement de la cérémonie, la première fois et puis Matthis semblait absorbé par toutes ces têtes couronnées.
Wonderanny a écrit:
Retour d'une chambre au pas de course... vite vite... Rejoindre la salle du trône et surtout rejoindre Tix ! Prêter allégeance. C'est un peu rouge et essoufflée que la Dame des Dames refit son apparition après quelques moments d'absence... Ali était entre de bonnes mains, elle avait veillée un moment devant l'entrée mais sa sœur était bien entourée et il n'était pas nécessaire qu'elle se rajoute dans le nombre de personnes déjà nombreuses à son chevet. Baissant le nez, elle faisait les cent pas dans le couloir attendant des nouvelles quand on vint la prévenir que c'était ailleurs qu'on l'attendait et fisa !

Tix ! Non de dzout ! En retard elle allait être pour une fois qu'elle était pourtant ... à l'heure ! Allez comprendre !

Heureusement les tenues de voyage sont bien plus adéquates aux courses effrénées dans les couloirs que les soyeuses robes.

Écarlate, la Blanche quand la porte est poussée. Regard à droite, à gauche... personne devant le trône, le nez se relève fièrement et c'est d'un pas quasi assurée qu'elle avance fixant Auvergne. Point de signe, elle poursuit l'avancée tranchante vers le Duc. Le souffle se rythme lentement à la cadence du pas, le genou se pli et se dépose. Dernière inspiration devant ce qui a ces yeux est sa première allégeance. Faut dire que la dernière, au Duc de Billy elle revenait, avant qu'elle ne vacille vers un invisible... pas le même impact du coup...Regard pers le poursuivant, léger sourire, avant de se retourner vers le sol qui accueille le genou. Se souvenir de tout... Prendre encore une inspiration avant de prononcer les mots d'une voix un peu frémissante.


Nous, Wonderanny d'Azayes, Baronne de Veauce, nous présentons à vous, Vostre Grasce Thibauld-Xavier de Ludgarès, en ce jour pour renouveler nostre serment d'allégeance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais par la grasce des urnes,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour nostre Roy.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.


La Dame des Dames ne bouge plus d'un cil. Elle tente de respirer lentement, de reprendre son calme, avant de relever le visage vers le Duc, son compagnon d'armes, un de ses mentors économiques, entre autre... un Duc... Un vrai. Le sourire s'esquisse faiblement attendant la suite.
Lady.blueeyes a écrit:
Elles avaient chevauché côte à côte pour un brêve arrêt en salle du trône pour que Nanny puisse prêter allégeance au nouveau duc. Les deux jeunes femmes entrèrent non pas vêtues de somptueuses robes mais plutôt en tenues de voyages légèrtes puisqu'elles allaient repartir tout aussitôt pour l'escorte royale autour du duché.

Impressionnée Lady regardait tout autour, elle n'avait jamais mis pieds en salle du trône puisque Ali prêtait allégeance pour la Tour d'Auvergne et les terres l'entourant dont Olliergues que Lady occupait.

Tout à coup des voix...


Un médecin vite!!!!

Les soeurs d'Azayes levèrent les yeux et virent Thierry qui quittait la salle Ali dans ses bras inerte.

Ali!!!!

Les deux jeunes femmes se levaient mais les gens s'étaient légèrement attroupés pour voir ce qui se passait. Le temps que tous se dispersent et que la cérémonie continue, Thierry et Ali avaient disparu.

Les soeurs prirent sortirent inquiètes, se tenant la main. Chemin indiqué, elles suivirent un dédale de couloir pour se rendre dans un appartement mis à la disposition du couple.
Tixlu a écrit:
Recevant le pli du doyen, il répondit à son ami

Citation :
A vous, Ninjaturtel, Baron de Glénat, Doyen d'Auvergne,

Nous accèptons ce jour votre allégeance et vous promettons en retour Protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

Puissions nous toujours profiter de vos avis et conseils avisés, ainsi que de l'amitié fidèle dont vous nous avez toujours témoigné.

Faict à Clermont le 23 novembre 1456.


Puis, Tixlu vit Nanny arriver, écarlate, en trombe depuis le chevet d'Alivianne. Elle reprend contenance et lui prête allégeance parfaite. Tixlu a une estime incommensurable pour ce merveilleux chef d'armée, qui participe tant au rayonnement du BA et de la COBA à travers le Royaume. Il connait la valeur des promesses pour la militiaire et sait le poids de ce serment.

Baronne de Veauce, compagnon d'arme, je reçois et accèpte ce jour votre allégeance et c'est non moins solennellement que je vous promets en retour justice, protection et subsistance. C'est un honneur pour ce duché que de vous compter parmi ses nobles. Je sais pouvoir compter sur vous au sein de nos armées.

Relevez-vous, Wonderanny d'Azayes, soyez droite et fière, car tel est votre rang.


A l'issue de quoi il scella le serment de l'accolade vassalique, qui lui sembla plus appropriée au militaire de valeur qu'il avait en face de lui, et qui lui paraissait plus à son honneur, bien que l'amitié qu'il lui portait lui aurait sans peine valu le baiser de la paix.

Ce faisant il lui chuchota à l'oreille


Comment va Alivianne ? J'espère que ce n'est rien de grave. Je la sais entre les meilleures mains, nous avons la chance de compter nombre médecins de renom en nos rangs...
Naluria a écrit:
Les allégeances duraient... Beaucoup de monde à faire passer encore... Le héraut s'inquiétait.

Elle prit la parole.


Manque aux allégeances Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse qui est chez les moines, Messire Ferdinant, Baron de Villemontée, qui est chez les moines aussi, Messire Eridan, Baron de Domérat, qui est en retraite lui aussi et enfin Dame Galswinthe, Baronne d'Herment.

Que faisons nous Votre Grasce ?
Galswinthe a écrit:
Galswinthe, toujours présente dans la salle du trône attendait patiemment son tour, le Duc échangeant quelques mots avec la Baronne de Veauce.
Elle se demandait si elle aurait quelques nouvelles d'Alivianne, espérant qu'elle était hors de danger.
Auvergne prît alors la parole. Elle comprenait fort bien que la cérémonie ne pouvait s'éterniser, mais elle ne voulait pas manquer de respect en interrompant le Duc.
Elle attendit donc qu'il prenne la parole avant de se présenter devant lui.
Tixlu a écrit:
Eh bien nous les attendons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Dim 23 Nov - 21:50

Galswinthe a écrit:
L'allégeance de la Baronne de Veauce étant terminée, Galswinthe pouvait à présent se présenter devant le Duc, ce qu'elle attendait avec impatience, d'autant qu'elle était revenue spécialement en salle du trône après avoir pris soin d' Alivianne, sa suzeraine.
Elle ne regarda pas Auvergne, lorsqu'elle eut l'audace d'intervenir, comme si elle n'était pas présente ou risquait de ne pas renouveler son serment. Elle sentit la colère monter en elle, touchée dans son honneur, mais tenta de se calmer bien vite.
Tentant de reprendre son souffle et ses esprits, elle s'avança alors près du Duc, posa un genou à terre, le fixant dans les yeux. Son regard... elle s'y noierait. Mais elle se ressaisit et prononça son serment :


Moi Galswinthe, Baronne d'Herment, Dame de Saint-Saturnin , me présente à vous, Vostre Grasce Thibauld-Xavier de Ludgarès, en ce jour pour renouveler mon serment d'allégance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Je vous reconnais comme suzerain vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais par la grasce des urnes.

Je vous jure respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Si un conflit venait à vous opposer à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, je jure de prendre cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer à un tiers, je jure que je prendrai cause pour vous.
Tixlu a écrit:
La Baronne d'Herment s'approcha alors de lui pour l'allégeance... Sa gorge alors se serra et sa bouche parut plus sêche que la garrigue de son Languedoc natal en plein été... Il sentait son coeur s'accélérer et battre avec force dans tout son être, pulsant dans son crâne comme jamais. Une sensation de chaleur l'envahit...

Elle était là, à genou devant lui, son magnifique regard plongé dans le sien, encadré de mêches de cheveux bruns qui ne demandaient qu'à être carressées. Elle lui apparut alors comme une évidence. Toutes ces années perdues à fuir le risque de générer une famille, noyau dur de toute vie affective. La sienne avait été décimée, le laissant détruit de l'intérieur, stérile à toute affection, à tout investissement amoureux. Mais les choses avaient changé. Son neveu, Ferdinand de Villemontée, l'avait retrouvé et lui avait permis de retrouver les traces de sa familles, rameaux vigoureux nés des cendres de ses parents et des ses frères et soeur. Par delà la mort, la vie est plus forte. Ceci le libérait de son fardeau, et cette femme...

Il s'approcha d'elle, et réprimant à peine un tremblement anxieux, lui prit délicatement la main pour la relever. Sa main était chaude et douce et ce contact le submergeait d'émotions.


Galswinthe, baronne d'Herment, j'accèpte votre allégeance et... vous promets ...

Il ne put finir sa phrase qui se perdit, tant sa voix perdait de son habituelle puissance pour se fondre dans le silence de la salle. Soudain plus rien n'existait, ni les nobles ici présents, ni Alivianne dans une chambre du chateau, ni Auvergne qui veillait à la bonne tenue de la cérémonie... Ils étaient seuls d'une certaine manière, seuls face à leurs sentiments...

Doucement, le duc de Lapalisse approcha de la baronne, et alors que leurs corps se touchaient presque, accomplit ce qui aurait pu être le baiser de la paix, mais posant ses lèvres sur celles de la baronne, il ne les pu détacher. Ainsi il était bien. Ainsi il inspirait enfin la vie, prenant conscience de la désolation que son existence avait été jusqu'alors, mais n'en éprouvant que plus d'inclination envers celle qui désormais ferait battre son coeur...

Et si elle le rejetait....
Galswinthe a écrit:
Galswinthe tout en prêtant allégeance sentait comme une sorte d'anxiété inhabituelle chez Tixlu. Depuis quelques temps, ils s'étaient rapprochés, leur complicité de longue date avait laissé la place à des sentiments différents. Des sentiments enfouis au fond d'elle qu'elle ne pensait plus voir resurgir.
Il s'approcha, prenant délicatement sa main pour la relever. Surtout ne pas s'égarer, il s'agissait de terminer l'allégeance et cela devait passer avant toute chose.
Il commença à prononcer les mots d'usage afin de valider le serment, tout en s'approchant pour le baiser de paix mais... leurs lèvres se frôlèrent. Baiser échangé, moment intense. Galswinthe oublia tout durant un instant, ses principes, le lieu où elle se trouvait, se laissant submerger par ses sentiments.
Puis réalisant ce qu'il venait de se passer et qu'elle était en pleine allégeance, le grand silence présent dans la salle, elle s'écarta doucement, gênée mais si heureuse, souriant discrètement à Tixlu sans détacher son regard du sien. Elle savait que ce soir, comme lors du banquet, c'est avec lui qu'elle rentrerait mais pour cette fois-ci ne plus le quitter.
Elle se demanda alors comment la cérémonie allait se poursuivre, que penseraient les nobles, que penserait Auvergne.
Alayn a écrit:
Les barons et baronnes défilent les uns après les autres, éternel recommencement que ces cérémonies d'allégeance tous les deux mois, à chaque nouvelle élection ducale. Plus ou moins les mêmes têtes, et toujours les mêmes mots prononcés... Je commence à me lasser et à entrevoir l'éventualité de filer à l'angloise, me rapporchant d'avantage des portes principales.

Encore une baronne qui s'avance, une amie très chère, Galswinthe. Par respect envers elle je reste pour assister à son serment, on verra qui sera le prochain... Tout se passe normalement jusqu'au moment où il me semble que quelque chose d'inhabituel est en train de se dérouler devant le trône ducal. Les yeux grands ouverts d'étonnement je scrute les visages autour de moi pour savoir si ce n'est pas ma vue qui me joue des tours et s'ils ont bien vu la même chose que moi... Oui, Tixlu est bien en train d'embrasser la baronne ! Ben j'ai bien fait de rester moi, si toutes les cérémonies d'allégeance étaient aussi intéressantes sûr qu'elles seraient plus fréquentées !

Si je m'attendais à ça... Une première fois depuis mon passage devant Tixlu un large sourire se dessine sur mon visage, heureux pour lui, et pour elle aussi... pour eux. Ce n'est pas l'envie qui me manque d'applaudir chaleureusement cet acte, mais je me retiens, on ne sait jamais comment ça va être interprété, je me contente de continuer à sourire bêtement, pensant déjà à la réflexion que je ferais à ce cachotier de Tixlu ! Et aux félicitations que je présenterai à Galswinthe.

C'est décidé, je reste jusqu'à la fin de la cérémonie maintenant !
Gypsie a écrit:
Sourire fier aux paroles de Tixlu à Jason, comme s'il s'était adressé à son petit frère, Phaleg n'était il pas le frère de coeur de Gypsie. Souvent elle pensait à lui, personne n'avait pu le remplacer dans son coeur. Il y occupait une place unique. Souvent les sentinelles parlaient de celui qui fut leur brameur.

Noms cités par Naluria, ou plutôt Auvergne. Les moines savaient qui ils gardaient près d'eux. Gweltas, Ferdinant, Eridan, Gypsie espérait leur venue à tous, ou du moins, un signe de vie, une allégeance envoyé par porteur.

Le " petit " Vissac se souviendrait certainement toute sa vie de la cérémonie de novembre 1456, celle où le duc Tixlu scella le lien de... d'amour avec la baronne d'Herment devant toute, ou presque, la noblesse bourbonnaise auvergnate. Les yeux de tous s'arrondirent, un silence s'établit dans la salle. Sourires niais sur la plupart des visages. Oeillades furtives alentour, était-elle la seule à avoir envie d'applaudir ? Certainement pas !

Oubliant héraut, protocole et étiquette, la Vicomtesse de Ravel avança de quelques pas, et dans le plus grand sourire largement partagé par les heureux témoins de ce baiser devenu lapalissade d'un amour enfouit, se mit à battre des mains joyeusement.


Bravo !! Félicitations aux futurs mariés !!
Naluria a écrit:
Gals s'approcha pour prêter allégeance, se serait la denrière pour le rang baronnal. Etrangement elle évitait son regard, allait elle tout quitter, rendre tout ses titres en pleine allégeance. Cela commençait à devenir une habitude depuis peu...

Un petit moment plus tard, le serment envers le Duc était fait... Mais là réponse....

Auvergne sourit, elle savait ce que c'était. Elle s'en était amusée lors de la remise de sa Seigneurie avec Marty, puis les véritable sentiments s'étaient exprimés après l'anoblissement de Fabien. Assurément que pour un contexte semblable, les retombées seraient différentes...

Attendris par leur baiser, Auvergne leur laissa un peu de temps, puis doucement elle leur chuchota.


Il faudrait finir le serment Votre Grâce, après vous pourrez le sceller par un baiser vassalique.

Elle sourit de nouveau. Ils avaient pu profité d'un baiser en plus.
Wonderanny a écrit:
Les regards s’échangent, mélange de paix et de respect. Echange d’allégeances, à ses paroles elle a repris sa place, cette façade sereine. Il s’inquiète de l’état d’Alivianne, elle baisse la tête devant son ami et son Duc, juste un tremblant murmure en réponse à sa question

J’y retourne de ce pas.

Dernier faible sourire, il reste encore bon nombre de personnes à se présenter, la Dame n’a plus qu’a s’éclipser.
Calmement, elle s’échappe vers la sortie. Sourire en croisant Gals qui s’approche, signe de la tête respectueux entre Dames. Remerciements muets pour sa présence auprès de sa sœur. Démarche qui se veut tranquille et digne dans la salle, mains sur l’encadrement de la porte, dernier regard interrogatif en arrière au cas ou Auvergne aurait chose à rajouter… Que nenni ?! Alors c’est parti !
Terminé les belles tenues, le calme et le protocole. Départ est à nouveau donné pour une nouvelle course folle en direction d’une chambre qui lui semble bien trop loin, de marches qui lui semblent bien trop nombreuses, de couloirs qui lui semblent bien trop longs… Mieux vaudrait éviter qu’on ne la voit ainsi courir échevelée, en tenue quelques peu négligée, le souffle court et le regard inquiet. Tant pis ! Elle n’en a cure ! Courir, savoir enfin ce qu’il en est.
Tixlu a écrit:
Chuchotement du héraut, lointain murmure... Et cette femme devant lui dont il lit dans le regard qu'elle sera désormais à ses côtés, à jamais.

Finir le serment... Doucement, sans y penser vraiment, il égrenne les paroles si souvent répétées... avant de les sceller par un nouveau baiser. Ce qu'il ressentait... plénitude.


... je te promets justice, protection et subsistance... et tellement plus encore.
Naluria a écrit:
Le serment était scellé bien avant la fin du serment... Mais ca allait, il était certain que cela venait du fond du coeur pour les deux parties.

L'heure, bien qu'heureuse, surtout avec les acclamations dont avait fait preuves Gypsie, passait, et les Seigneurs et Dames devaient encore passer.

Elle s'approcha de nouveau du Duc et sa compagne.


Votre Grâce, Messire Gweltas et Messire Eridan sont au monastère, nous ne pouvons pas les contacter. Par ailleurs, en tant qu'amie et vassale de Messire Ferdinant, je vous prie d'excuser son absence. La maladie le retient bien trop loin de ceux qu'il aime... Malheureusement.

Je vais vous laisser savourer les derniers instants avec votre... compagne, et je vais appeller les Seigneurs et Dames de Mérite.


Puis elle sort deux missive.

D'ailleurs, selon les nouvelles coutumes héraldiques, je dois vous remettre mon allégeance par écrit. Je vous donne celle de Son Eminence Ivrel qui ne peux être parmis nous en raison de son voyage en Espagne.


Naluria a écrit:
Par la grâce d'Aristote et de Sa Majesté Lévan III de Normandie,
nous, Naluria Marthun Vaast, Dame de Pléaux, fief de mérite sise en Bourbonnais-Auvergne,

à vous, Thibaud Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne,

salut.

Par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibaud Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes.

Que nous vous devons désormais obsequium (fidélité), auxilium (aides et services armés) et consilium (conseil),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibaud Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibaud Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Que nous ne puissions enfreindre la page de ce serment, ou aller à son encontre par un courage téméraire. Si cependant nous osions le tenter, que nous sachions que nous encourrerions le retrait de nos terres.

Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.




Nous Naluria Marthun Vaast, Dame de Pléaux, fief sise en Bourbonnais-Auvergne, a écrit et ratifié,

Le XXVe jour du mois de Novembre 1456, sous le Règne de Sa Majesté Lévan III de Normandie.



Ivrel a écrit:
Par la grâce d'Aristote,

Nous, Ivrel, Cardinal-chancelier à la Congrégation pour la Diffusion de la Foi, Evêque de Clermont et Dame de Tournoël,

à vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne,

Par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Sainteté Eugène V, notre souverain pontife, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Messire Thibaud-Xavier de Ludgarès dit Tixlu, Duc de Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait a Osma, le 23 Novembre 1456.



SE Ivrel
Cardinal-évêque de Clermont
Dame de Tournoël

Elle donne la missive au Duc avant de se relever et d'appeller les derniers à faire leur allégeance.

J'appelle à ployer genoux et à prêter allégeance :

  • Messire Toflegrand, Seigneur de Chamblet

  • Dame Clothilde de Saint Nicolas les Colombes, Dame de Laveissière

  • Dame Karox, Dame de Montvicq
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Jeu 27 Nov - 22:45

Clothilde a écrit:

Clothilde de Saint-Nicolas-les-Colombes, dont la fatigue due aux festivités organisées pour la visite royale avait accentué celle due au terme imminent, devait à présent se reposer autant que possible.

Delvechior, retenu au Domaine, ne pouvant malheureusement accompagner son épouse, avait donné des ordres à leur cocher pour que celui-ci mène à très douce allure la voiture. La distance menant de Laveissière à Clermont n'était fort heureusement pas énorme, mais le temps mis à parcourir les quelques lieues, avait fait que la jeune femme avait raté le début de cérémonie...

Mais elle était cependant arrivée au bon moment !

En effet, elle avait eu la chance d'assister au baiser... vassalique ? échangé entre Sa Grâce Tixlu et la douce Galswinthe.
Elle n'en était pas si surprise que cela.
Les regards dont elle avait été témoin lors du récent banquet avaient été bien révélateurs.
La jeune femme était sincèrement heureuse pour eux.

Auvergne annonça ensuite la liste des Seigneurs ou Dames devant se préparer à l'allégeance.

Le tour de la Dame de Laveissière et de Bost viendrait après celui du Seigneur de Chamblet.
Elle se redressa donc sur son siège, prête à prononcer une nouvelle fois son serment d'allégeance.
Ce simple geste entraîna une nouvelle contraction... Et la future maman se demanda alors comment elle parviendrait à ployer genou ce jour-là......
Mains posées sur son ventre, elle prit une profonde inspiration, et caressa doucement l'enfant qui ferait certainement très bientôt son arrivée en ce monde. Douleur s'éloignant, soupir de soulagement.
Galswinthe a écrit:
Murmures ici ou là dans la salle, puis Gypsie qui applaudit et les félicite. Elle apprécie cette spontanéité dans une cérémonie pourtant très protocolaire, rappelant que finalement, envers et contre tous, malgré leur rang et leur responsabilités à tous, ils n'en restaient pas moins des hommes et des femmes avant tout.
Intervention discrète d'Auvergne, souriante, pour que le serment soit terminé. Galswinthe se dit que même si elle était très stricte dans l'exercice de ses fonctions, 'elle n'en restait pas moins humaine.
Le serment se termine, longs regards échangés, les quelques mots ajoutés au protocole habituel font battre son cœur à vive allure.
Auvergne a la délicatesse de leur laisser encore un peu de temps, mais elle sait qu'il faut terminer la cérémonie. Souriant à Tixlu elle regagne sa place, ne le quittant pas des yeux.
Jariane a écrit:
Stupeur de la part de la Duchesse de Saint Nectaire, puis sourire flottant sur son visage au vu de ce baiser peu protocolaire.

Eclat de rire quand Gypsie se mit à applaudir en direction du couple, gal fera une magnifique duchesse qui saura tenir son rang.

Encore quelques allegeances et elle pourra rentrer chez elle et retrouver le calme de son domaine.
Tixlu a écrit:
Ne pouvant s'empêcher de jeter nombre de regards à Galswinthe, Tixlu fit de son mieux pour reprendre et finir les allégeances de sorte de pouvoir se retirer au chateau, où il emmenerait Gals à coup sûr.


Citation :
A Ivrel, Cardinal-chancelier à la Congrégation pour la Diffusion de la Foi, Evêque de Clermont et Dame de Tournoël,

Nous Thibaud-Xavier de Ludgarès déclarons accepter votre allégeance et vous accorder en retour protection justice et subsistance. Puissiez vous passer un agréable séjour en terres ibériques et y faire rayonner la gloire de notre duché et la Foi d'Aristote.

Faict à Clermont le 26 novembre 1456.

Puis chuchotant au héraut :

Avant de poursuivre par les seigneurs et dames, comment dois je accepter votre allégeance ? Dois-je l'écrire ou puis-je procéder de vive voix ?

J'excuse pour leur absence les barons Gweltas et Eridan. Ils ont fait beaucoup pour le duché et je ne doute pas de leur fidélité. J'aurais eu plaisir à revoir ce bougre de Gweltas, probablement le plus grand adversaire et également partenaire, puis ami que j'aie eu dans ma carrière politique. Pour mon neveu, je connais sa santé hélas et ne saurais blâmer son absence.
Naluria a écrit:
Auvergne sourit avec bienfaisance aux paroles du Duc avant de répondre.

Je vous remercie pour mon suzerain. Pour ce qui est de mon allégeance, faite par écrit, il sera difficile d'expliquer un baiser vassalique pour un serment à moitié écrit et l'autre moitié oral.


Auvergne sourit malicieusement.
Tixlu a écrit:
Soit... rassurez vous, je n'embrasse pas tous mes vassaux à pleine bouche :wink:

Citation :
A Naluria Marthun Vaast, Dame de Pléaux,

Nous Thibaud-Xavier de Ludgarès déclarons accepter votre allégeance et vous accorder en retour protection justice et subsistance.

Faict à Clermont le 26 novembre 1456.

Soyez remerciée de votre dévouement et de votre abnégation dans votre vocation à servir notre marche, Auvergne.

Sur ce scella-t-il le serment... d'un clin d'oeil.
Toflegrand a écrit:
Toflegrand avait été appelé, il était resté depuis le début de la cérémonie a l'arriere de la salle

Le Seigneur de Chamblet s'avança et il ploya le genou pour preter allégeance à sa Grâce le Duc Tixlu

Nous, Toflegrand, Seigneur de Chamblet, nous présentons à vous, Vostre Grasce Thibauld-Xavier de Ludgarès, en ce jour pour renouveler nostre serment d'allégeance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais par la grasce des urnes,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour nostre Roy.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.
Karox a écrit:
Assise depuis les préliminaires près de Toflegrand, son adorable titit Filleul , Karox s’avança timidement.
Parvenue à quelques pas de sa Grâce le Duc Tixlu, elle posa un genou à terre afin de prêter allégeance à son tour.

Nous, Karox, Dame de Montvicq, nous présentons à vous, Vostre Grasce Thibauld-Xavier de Ludgarès, en ce XXVIIème jour du mois de Novembre, afin de renouveler nostre serment d'allégeance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais par la grasce des urnes,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour nostre Roy.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.
Clothilde a écrit:

Clothilde attendait sagement que le Duc aie répondu à Toflegrand pour pouvoir enfin prêter allégeance à son tour... et regagner bien vite Laveissière pour y donner naissance à son nouvel héritier.
Mais elle dut se résoudre à attendre encore, car Karox avait été plus rapide.

Une nouvelle douleur, encore...
mains posées sur son ventre durci...

** vite que la cérémonie s'achève... que je puisse rentrer à temps !!!!.... **
Tixlu a écrit:
Vint l'allégeance du Seigneur de Chamblet. Tixlu le cotoyait régulièrement à l'Etat Major de la COBA. Un homme de valeur, droit et intègre.

Toflegrand, Seigneur de Chamblet, j'accèpte ce jour votre allégeance et vous promets en retour protection, justice et subsistance. Puisse le Bourbonnais Auvergne encore longtemps dormir sur ses deux oreilles, confiant, car vous veillez.

Serment qu'il clot par l'accolade vassalique.
Puis ce fut le tour de Karox de venir lui prêter serment. Première diplomée de l'Université du Bourbonnais Auvergne, érudite de premier plan.


Karox, Dame de Montviq, nous acceptons ce jour votre allégeance et vous prometons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres. Puissent nos concitoyens s'instruire à votre contact, votre érudition est un honneur pour ce duché.

Serment là aussi clos par l'accolade vassalique.
Clothilde a écrit:

Enfin arriva le tour de Clothilde.
La future maman n'en pouvait plus d'attendre, et elle passait la dernière pourtant...
Elle se leva en grimaçant légèrement sous la douleur, s'approcha du Duc, et dit alors :


Vostre Grasce... pardonnez-moi j'aurais tant aimé ployer le genou devant vous pour prononcer mon allégeance, mais... mais je crois que l'enfant que je porte est très pressé d'arriver et que... qu'il ne serait pas prudent que je m'agenouille, sous risque de déclencher un accouchement qui me parait... imminent...
D'ailleurs mon cocher m'attend au dehors pour... me ramener à Laveissière où m'attendent mon époux... et ma sage-femme.

La jeune femme avait un discours haché, du à une contraction plus longue que les précédentes...
Une fois celle-ci passée, elle prit une grande inspiration, et dit enfn, en se contentant de baisser la tête en signe de respect :




Vostre Grasce... Nous, Clothilde de Saint-Nicolas-les-Colombes, Dame de Laveissière et de Bost, épouse de Delvechior, nous présentons à vous, Vostre Grasce Thibauld-Xavier de Ludgarès, en ce jour pour renouveler nostre serment d'allégeance au Duché du Bourbonnais-Auvergne.

Nous reconnaissons comme suzerain vous, Thibauld-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais par la grasce des urnes,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium).


Voilà, allégeance enfin prononcée, elle avait pu accomplir son devoir malgré la situation, et en était heureuse. Ne restait plus qu'à attendre la réponse du Duc, l'accolade... et regagner bien vite son Domaine pour y donner la Vie !!!!
Gypsie a écrit:
La cérémonie continuait agréablement. Vint le tour des méritants, Karox, Tof, et Clothilde. A voir son état, le terme ne devait pas être loin. Sans plier le genou elle renouvella son allégeance au duché. Que Tixlu se dépêche de lui répondre ou naissance aurait lieu ici même. Au moins il y avait encore des médecins disponibles, et sans doute d'autres chambres. Gypsie imagina le chateau transformé en hospital. Ou plutot, une maternité, avec pouponnière proche, bébés se manifestants bruyamment.
Mais avec toutes les dernières naissances et celles à venir, ce serait une bonne idée d'ouvrir un genre d'hospice dans le duché. Il pourrait aussi servir d'école aux plus grands. Et pourquoi pas de maison de retraite aussi ? Le doyen allait, vieillissant... Ce serait un grand batiment aux multiples ailes, pouvant employer beaucoup de monde. Les pensées de la rectrice divaguaient ainsi, tranquillement.

Oeillade aux nobles présents, souvenirs d'autres cérémonies, drôles et moins amusantes parfois. Tant manquaient, Barbu, Oya, Melkio, Phaleg... Le duc avait parlé juste assez fort, permettant à Gypsie d'entendre le duc excuser Gweltas et Eridan. Etaient-ils dans le même monastère ? S'étaient-ils lancés dans la production de fromages au lait de chèvre ? Sans doute culture très lucrative pour l'un et divertissante pour l'autre. La vicomtesse aimerait bien connaître l'adresse de leur lieu de retraite.

Bientôt ils repartiraient chacun chez eux, pour se retrouver dans deux mois, après une période que tous éspéraient calme ; elle le serait certainement, le duc avait su s'entourer de bons conseillers et n'en était pas à sa première expérience. Un homme de parole et de valeur, respectueux issu d'un parti presque aussi ancien que le duché.

Un toussotement, un éternuement, comment allait Ali ? Bien sans doute, aucune nouvelle alarmante de la chambre d'à côté. Ses soeurs présentes, son époux aussi, rien ne pouvait lui arriver à la duchesse.

Et bientôt les cloches de la cathédrale retentiraient, grand mariage serait célébré, enfin... à en croire ce premier baiser, ces regards échangés entre le duc et son Cac... et la vie continuerait dans ce duché du Ba.
Tixlu a écrit:
Tixlu reçu l'allégeance de Clothilde, présidente du comité des fêtes.

Je vous en prie, ne vous excusez pas, venir dans votre état est déjà preuve de plus de respect qu'il n'est nécessaire, je vous en remercie.

Clothilde de Saint-Nicolas-les-Colombes, Dame de Laveissière et de Bost, nous accèptons ce jour votre allégeance et vous promettons en retour justice, protection et subsistance pour vous et les vôtres. Nous en profitons également pour vous féliciter et à travers vous tout le comité des fêtes pour le travail magnifique que vous avez fait afin d'accueillir notre Roy dans les meilleures conditions. Nous gardons tous excellents souvenirs de ces moments et je ne doute pas que Sa Majesté aura fort apprécié ces honneurs.


A l'issue de quoi il scella le serment par le baiser de la paix - pas comme celui de Galswinthe, chastement cette fois^^.
Clothilde a écrit:

Clothilde releva alors la tête et adressa un sourire sincère à Sa Grâce le Duc Tixlu.

Vostre Grasce, je vous remercie très sincèrement de votre compréhension, ainsi que de vos félicitations. Je ferai part de celles-ci à mes collaborateurs, dès que... dès que je pourrai retourner dans nos bureaux, c'est à dire, je pense, après la naissance.
Je crois qu'elle se fait imminente... aussi, si vous le permettez, je vais à présent me retirer...

Après le très chaste baiser de la paix, Clothilde tenta une révérence qui se trouva fort limitée, et murmura, dans un petit sourire mi-amusé mi-douloureux :
Décidément... je crois vraiment que je dois rentrer au Domaine... et vite !!
Vostre Grasce...

Clothilde baissa la tête en signe de salut respectueux, puis s'éclipsa de la salle, direction Laveissière... dans quelques heures tout au plus, y naîtrait un nouvel héritier...
--Auvergne a écrit:
Heureusement que le Duc n'embrassait pas à pleine bouche tout ses vassaux, même si le baiser vassalique ne lui aurait pas déplu. Soit, maintenant les lettres étaient proposées, conseillées et Auvergne l'appliquait.

Ainsi les allégeances allaient se clore, une ultime question encore avant de refermer jusqu'au prochain mandat les portes de la salle du trône.


Votre Grâce, les allégeances sont à leur fin. Vous avez excusez Messire Gweltas, Messire Eridan et Messire Ferdinant. Qu'en est-il pour Messire Tcotn et Messire Nakuneuil ?

Auvergne patienta, une réponse et la cérémonie était finie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   Sam 6 Déc - 23:48

Tixlu a écrit:
Le Duc Tixlu reçut la missive suivante :

Citation :
A vous, Tixlu, salut.

Par la présente, moi, Tcotn, Vicomte de Brossadol, reconnaissons comme suzerain, vous, Tixlu, Duc du Bourbonnais-Auvergne.

Que nous vous devons désormais obsequium, auxilium et consilium,

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Tixlu, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Tixlu, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait à Paris, le trois décembre de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.

Tcotn, Vicomte de Brossadol


et répondit après l'avoir exposée à Auvergne


Citation :
A Tcotn, Vicomte de Brossadol,

Par la présente, nous, Thibuad-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais et de l'Auvergne, acceptons ce jour votre allégeance et vous assurons en retour protection, justice et subsistance pour vous et les votres.

En attendant le plaisir de vous revoir en Bourbonnais Auvergne,

faict à Clermont le 03 décembre 1456,


Auvergne, nous n'avons pu recevoir à temps l'allégeance du Vicomte de Carlat. Toutefois, connaissant sa fidélité et le rayonnement qu'apporte son statut à notre duché, je décide d'excuser son défaut d'allégeance, qui ne peut être qu'accidentel. Je le connais bien et ne crains pas qu'il fasse défaut si le besoin s'en fait sentir.[/quote]
--Auvergne a écrit:
Auvergne avait laissé quelques temps au Duc pour finaliser les allégeances puis avait noté ses recommandations.

Elle prit la parole une dernière fois.


La cérémonie d'allégeance est désormais close, je remercie tout le monde d'être venu.

Auvergne se retourna et commença a ranger ses affaires pendant que le monde sortait de la salle.

Après que le silence fut revenu, elle ferma les portes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cérémonie d'allégeance au Duc Tixlu, novembre 1456
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Traite du Mont Saint Michel - 03 novembre 1456
» Tournoi de novembre 1456
» Cérémonie du 11 novembre à Brasparts
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !
» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Cérémonies d'allégeance - Annoblissements-
Sauter vers: