Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Jeu 6 Nov - 23:06

Clothilde a écrit:
    [Grande Salle de Réception du Comité des Festes du Bourbonnais-Auvergne,
    Castel de Clermont-en-Bourbonnais,
    jeudi 6 Novembre 1456 :

    En cuisines, à l'aube de grandes festivités...]




Commis, cuistôts, pâtissiers, sauciers, échansons, serveuses, s'affairaient joyeusement dans les cuisines de la Grand Salle des Fêtes du Bourbonnais-Auvergne.
La nuit avait été courte... la journée serait longue !!

Ils ne verraient guère le jour ni se reposeraient guère durant une petite semaine.
Mais c'était avec au coeur une grande fierté qu'ils étaient à la tâche !!

Les membres du Comité des Festes du Duché les avaient chargés du Grand Banquet qui allait être donné en l'honneur de la Visite de Sa Majesté Levan III de Normandie, ainsi que de sa Cour.

Tandis que l'on s'agitait en cuisine, Rodrigue, le Héraut du Comité des Festes, placarda sur la porte l'affiche annonçant le Banquet qui débuterait dans la soirée,
et se poursuivrait six jours durant.

Dans la journée, les troubadours viendraient répéter, et les commis dresseraient les tables, afin d'accueillir dignement les invités en début de soirée.

Clothilde a écrit:



Oyez Oyez !!

En l'honneur de la visite en nostre Duché
de nostre Roy Sa Majesté Levan III et de sa Cour Royale,

le Comité des Festes du Bourbonnais-Auvergne organise

un Grand Banquet et un Grand Bal,
avec Jeux, surprises et troubadours.

Le banquet se déroulera du Jeudi 6 au Mardi 11 novembre 1456,
à chaque jour un nouveau service :

ouvre-bouche, potages, rosts, desserte, yssue, boute-hors.


Festin ouvert à tous !!
Venez nombreux !!!!!

Armoria a écrit:
En Bourgogne, pour la parade militaire, elle était arrivée en compagnie du Roy, ayant apprécié cette attention. Dans le Lyonnais-Dauphiné, elle était arrivée dans la salle du banquet juste à sa suite. Mais, même faisant par alliance partie de la famille royale, elle devait honorer son souverain, ce qui signifiait se ployer devant lui comme tout un chacun. Aussi s'était-elle arrangée pour arriver cette fois avant lui dans la salle de réception.

Elle portait l'une de ces robes dont elle avait elle-même choisi la forme, réalisée par ses cousettes, à Sémur : l'on ne voyait que le décolleté, écrin de son canard en diamant, le bas de la robe plus éloigné du corps. Le tissu bleu de France, pour faire honneur à son Roy, était réhaussé de fils d'argent finement brodés. La couronne, la lourde couronne de Princesse, était posée sur des cheveux dont les folles mèches blondes avaient été disciplinées en un chignon de tresses, bas sur la nuque.

L'huissier l'annonça, et elle entra dans la pièce, sanglée dans des bandages étroitement serrés, invisibles sous le lourd brocart de sa tenue.
Chevalier_dide a écrit:
En ces jours de festivité pour le Banquet au Castel de Clermont, il décida de ne point venir en retard comme à son habitude.

Il Portait son Habit Vert d'Academicien Royal de France qui n'avait point encore us l'occasion de vêtir, cela était une veste de couleur verte foncé et d'une Robe verte, brodés en plein d'une branche d'olivier sur le collet et aux parements de la manche cousus aux fils d'or, d'une Cape, d'une ceinture noire aux couleur de la broderie et de son épée.

Il entra dans la salle de réception, Sa chevelure blonde encore humide sous l'annonce de son nom.

Voici Messer Didier de Wareghien, Seigneur de Corau

Il S'inclina devant sont Altesse, la Princesse Donà Armoria ...
Diane. a écrit:
La Vicomtesse Diane pour sa première sortie officielle depuis des mois s'était parée d'une robe bleue émeraude, cheveux relevés en cascade et agrémentés de peignes retenant les boucles blondes, c'est au bras de son compagnon Fur de Chéroy qu'elle pénétra dans la salle réservée aux festivités.

Diane de Talensac, Vicomtesse de Clamecy
Fur de Cheroy, Baron de Yèvre le Chatel


Leur nom furent annoncés par l'huissier de service, visage rayonnant, elle se laissa guider par son compagnon vers la princesse.
Fur a écrit:
Fur était vétit d'une tunique faite d'étoffe bleuté assortie à sa compagne. Le tout couvert de la cape de la Garde Royal, marquant son dévouement pour la Couronne.

Fur les mena jusqu'à la Princesse devant laquelle ils se poyèrent respectueusement.

Pour vos servir Vostre Altesse
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Intrigué, la couriosité était visiblement un bien vilain défaut chez l'archevêque de Bourges, Monseigneur de Bouviers répondit à l'invitation publique pour le bal et le banquet royal. Nul doute que si la danse - pourquoi refuser un tel plaisir à un prélat - ne convenait point, les services seraient des plus intéressants. Gourmandise aussi, et il ne s'en cachait plus...

Vêtu proprement, sans les fastes du paramentique, une soutane émeraude et une aumusse d'hermine sur laquelle tombait la croix pectorale de bois du prélat, il se présenta. Le huissier le salua respectueusement et l'annonça en remplaçant le suggestif "Monseigneur" pour un plus discret "Sieur", mais tous reconnurent facilement un évêque, malgré cela.

Dans la grande salle, l'archevêque zyeuta autant la princesse autour de laquelle plusieurs semblaient tourner que les valets qui allaient et venaient avec les plats odorants...
Mysouris a écrit:
Mysouris s'avança, sa canne à la main pour la guider en son chemin à ne pas bousculer homme ou objet. Drizz le fol, son chien l'accompagnait d'un pas vif. Mysouris le maintenait à l'aide d'une courte corde pour qu'il ne risque pas de s'échapper dans la ville trop grande pour que Mysouris consente à l'y perdre.

Sur sa route elle avait demandé le chemin pour la salle du banquet. Contrairement au dernier banquet où elle avait essayé d'aller, elle n'était pas malade, et avait pris grand soin de sa tenue, revêtant pour l'occasion sa houppelande verte. Elle avait laissé l'épée et le bouclier à l'hôtel pour être plus à l'aise. Si bien que malgré la canne, le chien aux pattes sales et le bandeau passé sur les yeux de la Dame, personne ne la prenait en ce jour pour quelque vagabond. Au contraire on lui donnait du Dame qui la faisait rougir.

Enfin elle arriva devant la porte du banquet. Elle respira un bon coup, se demandant si c'était les mêmes gardes qu'à Lyon qui étaient là ce soir. Ceux là qui l'avait si violemment repoussé alors qu'elle était si malade. Drizz grogna, et Mysouris le calma d'une caresse. Puis elle s'avança, sereine.


Bonjour, veuillez annoncer Mysouris, Dame de Selles sur Cher je vous prie.


Elle sentit l'interrogation des hommes d'armes, mais bien qu'un peu hésitants ils la laissèrent passer sans difficulté.
Mais au moment même où elle franchissait la porte l'un d'eux mis la main sur son épaule. Elle sursauta, et Drizz grogna sourdement.

Dame, je crains qu'il ne faille laisser l'animal dehors.

Mysouris se retourna vivement pour se tenir face à l'homme. La main ne suivant pas son mouvement se retrouva dans le vide, et l'homme ne broncha pas quand Mysouris lui dit :

Vous plaisantez ? Et comment je fais sans lui ? Elle se mit à frissonner légèrement. Mysouris sentit alors le garde l'observer minutieusement. Puis dans un soupir, il regarda son homologue qui fit un signe de négation. Le premier homme fini par dire : Bon... bin... je suppose que c'est bon... mais au moindre embêtement de l'animal, il fini la soirée dehors !

Mysouris remercia avant d'entrer en soupirant de soulagement. Drizz lui préférait renifler le sol et humer l'air, curieux de toutes les senteurs de nourritures qu'il reniflait.

Il y avait encore peu de monde dans la salle, ce qui rassura pleinement Mysouris qui n'était pas en retard, et pourrait ainsi facilement retrouver les quelques personnes qu'elle connaissait ici. Elle espérait pouvoir saluer Armoria avant qu'elle ne soit trop prise par d'autres.
Mimicracra a écrit:
Mimi arrive enfin. Elle salue Tonton Rodrigue qui se tient à l'entrée.

Dame Mimicracra de Saint Christophe annonce-t-il

Elle lui sourit et entre dans la salle. Peu de convives sont arrivés, mais ce sont visiblement des hôtes de marque. Elle traverse la salle en faisant révérences et sourire à tous. Puis s'arrête vers la Princesse et fait la plus longue révérence restant un instant baissée. Se relevant, elle lui sourit et dit


Ravie de vous revoir Princesse. Vostre présence est un nouvel honneur pour notre Duché. Vous êtes resplendissante et votre robe sublime !

Elle rougit vivement ne sachant si on pouvait ou non dire ce genre de choses à une princesse. Elle n'était habillée que d'une simple robe verte réhaussée de quelques broderies sur le côté droit, d'un vert plus foncé. Les cheveux attachés en chignon laissant choir quelques mèches par endroit. Seul un collier, fin mais très coloré vient raviver la tenue, de même que de longues boucles d'oreilles assorties.

Dame Clothilde ne saurait tarder de même que nostre Duc Tixlu. Permettez moi de vous servir d'hôtesse dans cette attente. Désirez vous quelque chose ?
Clothilde a écrit:
Entrée de la Salle de Réception

Tandis que l'on s'affairait en cuisine, les gardes surveillaient l'entrée de la Salle de Festivités.
A leurs côtés, Rodrigue, l'Huissier du Comité des Festes, qui recevrait les noms des convives, et les annoncerait.

Les premiers arrivèrent, et l'Huissier, après avoir respectueusement salué chacun, annonça donc :




Oyez Oyez !! Faistes place à :

Son Altesse Royale la Princesse Armoria

Messer Didier de Wareghien, Seigneur de Corau
Dame Diane de Talensac, Vicomtesse de Clamecy
Messire Fur de Cheroy, Baron de Yèvre le Chatel
Sieur Zabouvski_le_jeune
Mysouris, Dame de Selles sur Cher
Dame Mimicracra de Saint Christophe



La Présidente du Comité des Festes, qui supervisait avec ses collaborateurs les derniers préparatifs, avait sans nul doute entendu l'annonce faite au porte-vois, et ne tarderait certainement pas à venir accueillir ces hôtes de marque.
Sebastienpirlet a écrit:
Sébastien arriva accompagné de son épouse Kemaille au bal donné en l'honneur de la visite du Roy, il avait fait le déplacement depuis Montbrisson pour pouvoir être présent. La ville avait revêtu ses plus beaux apparats, signe de la visite de la cours, jamais il n'avait vu la capitale aussi rayonnante. Pendant qu'ils traversaient la ville, ils avaient pu constater le grand nombre d'activités, de spectacles de joutes... qui jalonnait la rue principale.
Plus impressionnant encore, les artères de la ville était pleine de monde, bien plus encore que pendant le marché. C'était une image impressionnante et rien que pour cela, le voyage en valait la peine.

Sébastien avait l'habitude du faste des fêtes germaniques mais n'avait pas encore eu la chance de voir à quoi ressemblait une grande fête royale de France bien qu'il y vive depuis maintenant trois mois.

Tous deux entrèrent dans la salle de réception après s'être fait annoncer par l'huissier.


Kemaille de Roquevillard, Baronne de Belrupt
et Sébastien Pirlet de Rubempré, Baron de Belrupt


Les époux entrèrent dans la pièce, le baron balaya la salle du regard et aperçu dame Armoria, elle avait bien changé avec les années. Il était si jeune quand il l'avait rencontré pour la première fois, c'est elle qui l'avait initié au monde lorsqu'ils vivaient, il y a bien longtemps, tous les deux à Tournai dans les Flandres.

Il se décida à aller la saluer, se doutant qu'elle l'avait probablement oublié depuis le temps, surtout qu'à l'époque c'était un jeune vagabond vêtu de vêtements usés.


Bonsoir votre Altesse Lui dit-il sachant que désormais elle était devenue Princesse, sa ascension était prévisible, mais cela lui paraissait étrange de l'appeler ainsi.
Je viens vous rendre hommage en tant que baron du Saint Empire et désormais habitant du Royaume de France. Déclara-t-il en s'inclinant. Je tenais également à vous montrer où vous conseils et votre aide très précieuses lors mes débuts à Tournai m'avaient mené. Je vous en serai toujours redevable.
Cela fait tant d'années que je ne vous avais plus vu, c'est un réel plaisir pour moi de vous voir à nouveau, cela me rappelle beaucoup de bons souvenirs.
Azzera a écrit:
Azzera, jeune fille de 16 printemps, assistait pour la première fois à un banquet royal.
N'étant point de noble naissance, elle s'avança près de l'huissier de service (un aboyeur, non?) et montra l'invitation qu'elle avait reçu en mains propres au campement des dames blanches à l'écu vert...

L'huissier la scruta de la tête aux pieds, tant et si bien que la jeune fille, pas très à l'aise sur le coup, se demanda si elle avait lissé ses cheveux comme il se doit? ou si un reste de repas n'était pas coincé entre ses dents?
Passage de langue rapide sur ses incisives. Respiration profonde. Allez, on se calme !

Mais, ce soir, il lui en fallait plus pour la déstabiliser!
Elle releva le menton fièrement et s'approcha de l'oreille de l'huissier:

Veuillez annoncer Azzera je vous prie!


Il s'exécuta, non sans ajouter
Damoiselle Azzera, aspirante dame blanche à l'écu vert!

Elle lui lança un regard noir... après tout, tout le monde se fichait bien de savoir de quel ordre elle venait!

Azzera attendit son tour pour aller présenter ses respects à la princesse...
Elle espérait bien que ses sœurs ne soient pas très longues à venir.
Pour combler l’attente (ben, vi il y a du monde pour voir la princesse) elle admirait la perfection de la décoration de la salle, elle reluquait les tenues somptueuses de Dames présentes, puis elle aperçu Drizz le fol…. Et au bout de la corde : Mysouris… Inutile de lui faire signe… elle s’avança donc vers elle
Mysouris ? c’est moi…Tu n’as pas eu de problème avec Drizz ?

L'ambiance icelieu la détendit peu à peu, bien sur il y avait le protocole, bien sur il y avait des gardes... mais l'heure était à la détente!

Elle lissa de la main les pans de sa robe émeraude, replaça son châle ocre et respirât profondément.
Gypsie a écrit:
Invitation reçue, nulle envie d'assister une fois de plus à un bal, non accompagnée. Et puis, pourquoi pas après tout, elle trouverait bien un cavalier, et à défaut, aurait l'occasion de faire nouvelles connaissances.

Robe d'un rouge andrinople, décolleté plongeant, avantageux, poitrine rehaussée par un corset de la facture du meilleur tisserand de la capitale, manches bouffantes terminées par fines broderies de dentelles, la rectrice arriva dans la salle de fêtes.


Dame Gypsie de Viverols, Vicomtesse de Ravel !!

Entrée discrète impossible avec tel valet de service. Qu'importe, Gypsie entre, la Princesse est déjà là, d'autres dames, tenues plus magnifiques les unes que les autres. Mimi est là aussi. Un peu plus loin, la fille de Jariane et Silec. A peine eu le temps de faire sa connaissance la veille.

Déjà du monde entoure Sa Majesté, un page lui offre une coupe et lui propose une petite collation au buffet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Jeu 6 Nov - 23:14

Clothilde a écrit:

A l'annonce de Rodrigue, Clothilde lissa sa robe, et vérifia sa coiffe.

Celle-ci était bordée de dentelle de Luxeuil, délicatement retenue par les deux peignes d'or et d'émeraude que Son Altesse Royale la Princesse Armoria lui avait offerts lors de sa Visite en décembre 1455.


Sa robe, composée d'une cotte et de sa surcotte assortie de soierie blanche, qui permettait de laisser place à son ventre rond, était quant à elle bordée de bleu profond.
Dans son décolleté généreux, blottie la colombe d'or présent de son époux Delvechior.

La Présidente du Comité des Festes prit une grande inspiration, puis, empruntant le couloir dérobé, se retrouva comme tout invité devant les gardes, puis devant Rodrigue.
En souriant, le coeur battant, elle demanda à son Huissier :

Veuillez m'annoncer mon ami, je vous prie.

Rodrigue dans un petit sourire, lui murmura :
Tout va bien se passer, Ma Dame, point d'inquiétude.
Puis il annonça :

Clothilde de St-Nicolas, Dame de Laveissière et de Bost



Clothilde entra alors, et salua avec respect chaque personne présente.
Mimicracra avait été plus rapide qu'elle à arriver, Clothilde lui sourit pour l'en remercier.
A ses côtés se tenait la Princesse Armoria.

Clothilde alla vers elles, et fit la plus belle révérence que son petit ventre lui permettait, avant de dire dans un sourire sincère :

Votre Altesse...
Ce m'est grand honneur et grand bonheur que de vous accueillir de nouveau en nostre Duché. J'ose espérer que le voyage ne fut point trop pénible ?
Mais ne restez point debout, veuillez prendre place à la tablée d'honneur, je vous prie.

Clothide sourit et fit signe à un valet d'avancer le siège réservé à Son Altesse Royale.
Pyrotess.. a écrit:
Pyrotess arriva au bal donné en l'honneur de la cour royale elle avait aperçut son filleul faire son entré, se présentant a son tour le sourire aux lèvres la jeune hospitalière vêtue d'une robe sable brodée d'une croix d'argent arborant fièrement sa tenue d'hospitalière.

Bonjour je me nomme Pyrotess La Rose, Sergent de l'ordre hospitalier de Saint Jean de Jérusalem

La jeune femme a la chevelure d'or souriante comme a son habitude entra et alla rejoindre son frère hospitalier qui se trouvait non loin de son altesse elle fit une révérence

Bonsoir votre altesse ravie de vous revoir.

Puis se tournant vers Dide

Bonsoir Dide comment va tu ? Tu a fière allure ainsi vêtue
Clothilde a écrit:

Les arrivées continuaient, Rodrigue annonça :



Dame Kemaille de Roquevillard, Baronne de Belrupt
Messire Sébastien Pirlet de Rubempré, Baron de Belrupt
Damoiselle Azzera
Dame Gypsie de Viverols, Vicomtesse de Ravel
Dame Pyrotess La Rose




A l'office, l'on donnait la dernière touche aux ouvre-bouche

tandis que les échansons apportaient en la Salle les liqueurs apéritives, et que les valets s'apprêtaient à distribuer les Menus.

Levan a écrit:
C'était le premier bal de la tournée. Et la première question liée à un bal : devait-il danser ou pas ? Si le deuil était terminé pour ce qui était du Royaume, il n'en était pas moins veuf. Un veuf en train de danser, c'était un veuf joyeux...

Sans compter qu'il avait tout de même une certaine timidité dans ce genre de circonstances.

Il ne danserait donc pas, se contentant d'assister au banquet et de regarder les danseurs de l'oeil bienveillant du souverain veillant au bonheur de ses sujets.

Sa nouvelle camériste - charmante, la Comtesse Nebisa avait l'oeil - lui avait préparé une tenue confortable, le bleu de France un peu assombri du fait de son deuil.
Jariane a écrit:
La duchesse Jariane toujours vêtue somptueusement se présenta à la porte.

Veuillez annoncer la Duchesse Jariane de Saint Nectaire

Elle aperçut la Vicomtesse de Ravel, puis sa petite fille Diane en compagnie de Fur de Cheroy, elle se dirigea vers eux saluant au passage quelques personnes connues.
Val1 a écrit:
Val1 arriva à l'entrée de la salle de banquet, il manquait encore du monde et comme d'habitude, un grand nombre de personnes était déjà arrivé. Aucun membre de la cour, à voir les attelages présents ou alors, discrets.

Il se décida à entrer, vérifiant sa tenue, élégance quand même pour un fonctionnaire royal et ducal.

Il salua l'huissier et se présenta, lui demandant de l'annoncer.

Une fois fait, il pénétra et alla saluer Clothilde pour la féliciter de son travail.


Bonjour Clothilde, comment va ? Je te vois partout définitivement. Comment va la famille ? Je tiens aussi à te dire que ce banquet est superbe, j'espère que nous aurons plus de chance de voir la cour qu'à Murat.

Il parla encore un moment avec les différentes personnes sur place et espérait voir des membres de la cour, une fois ne serait pas coutume, mais il semblait que Dame MarieAlice ne serait pas du voyage.
Armoria a écrit:
A chaque salutation, elle répondait d'une souriante inclinaison de la tête, et quelques mots, de circonstances quand elle ne connaissait pas la personne, adaptés si c'était le cas. Ainsi :

Elle baisa respectueusement la bague de l'Archevêque, s'inclinant légèrement pour ce faire ;

Elle n'eut pas le temps de faire signe à Forrest d'aller guider Mysouris que déjà, celle-ci était prise en charge ;


Elle répondit à mi-voix à Mimi : Vous voici grandette, jeune fille... Je préfère attendre Sa Majesté avant que de prendre place, ou verre en main.

Elle sourit largement à Sébastien : Oncques n'aurais pensé voir un ancien Tournaisien icelieu... Je vois qu'en effet, mes quelques conseils ont porté leurs fruits.

Elle salua Clothilde à voix haute, ajoutant à voix basse : Ces peignes vous vont à ravir, décidément.

Pyrotess fut saluée aussi, avec une complicité datant de Fougères : le bonjour, la dame aux missives.

Puis, le Roy s'avança : elle marcha à sa rencontre, et s'abîma dans une profonde révérence, comme lui seul pouvait prétendre en voir de sa part.

Majesté...
Azzera a écrit:
Silence...
Emotions... là... le Roy.... juste devant elle... enfin, pas loin....
Elle exécuta une si longue révérence que ses genoux manquèrent de ne pas tenir le coup!
Galswinthe a écrit:
Galswinthe se présenta à l'entrée de la salle. Depuis fort longtemps elle n'avait pas assisté à un bal. Houppelande pourpre brodée, coupe évasée marquant sa taille fine, elle avait tressé soigneusement quelques mèches de cheveux, laissant ses boucles tomber élégamment sur ses épaules. Les invités arrivaient nombreux, du beau monde. Elle aperçut même au loin sa Majesté Levan qui faisait l'honneur au Bourbonnais Auvergne de sa présence à ce bal. Jariane venait également de faire son entrée, ainsi que Val.

Elle s'avança pour se présenter :


Galswinthe, baronne d'Herment.
Alayne a écrit:
Alayne est toute excitée ce soir; un grand bal, quel chance!

Tisserande de métier elle avait achetée de très beaux tissus pour confectionner à ses mesures sa robe brodée de fil d'or. Elle avait passée une bonne partie de l'après midi à se pomponner espérant pouvoir séduire le prince charmant ce soir....

Elle se présenta quand son tour arriva:


Alayne du Mont des Loups
Titan34 a écrit:
A son tour, Titan arriva devant l'immense salle de réception, lissant quelque peu son pourpoint et rejetant négligemment sa cape en arrière, dévoilant une splendide épée ornée des armes de la Dailhe.

il s'avança pour se présenter tout en regardant autour de lui, s'adressant au garde.


Titan34 de Rhodes, Seigneur de la Dailhe et de Puisaye!

en attendant que le garde vérifie, il aperçu au loin Sa Majesté le Roy LevanIII de Normandie et prés de lui la Princesse Armoria, ainsi que nombre de connaissance Gals, Jarianne, Val1, gypsie......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Jeu 6 Nov - 23:17

~ethan~ a écrit:
Ethan l’invitation en main se présenta à l’huissier.
Un sourire de circonstance à l’adresse de celui-ci, qui le reluque d’un air hautain.
Il se penche et lui murmure discrètement, son nom ainsi que celui de son amie et le voila qui vocifère.



Ethan, levée d’armes en l’ordre du Saint-Esprit
Et Dame Somara


Il entre dans la salle, regarde autour de lui, tire sur les manches de sa chemise à jabot d’un blanc écarlate sous sa tenue de l’ordre.
Que de monde autour de ses Altesses, les convives arrivent, la salle se remplit peu à peu.
Il se perd parmi les convives aux côtés de Somy.
Damisella a écrit:
Il y avait grand bal ce soir, Dami s'était pour la première fois de sa vie confectionné une robe.
Ses pauvres doigts portaient la marque de nombreuses piqûres; il n'est pas facile de passer de l'épée à l'aiguille, mais elle voulait se perfectionner dans un domaine jusqu'à présent étranger afin d'honorer la confiance qui lui avait été faite.
Elle avait usé d'un léger parfum de verveine-citronnelle, passé une crème rose sur ses lèvres.





Elle se présenta à l'entrée, montrant son invitation

Bonsoir, je suis Damisella, camériste de Sa Majesté

Elle salue les personnes qui arrivent en même temps qu'elle.
Somara a écrit:
Soma d' abord surprise , fini par accepter d' accompagner son ami Ethan , et ainsi se retrouva au Bal en sa compagnie.

Pour l"occasion elle portait une robe en mousseline bleu nuit au collet légèrement relever vers l arrière, et un décolleté carrer a l avant , les manches diaphanes qui laissaient entrevoir sa peau laiteuse , etais fermer par de jolis boutons sur les poignets remontant jusqu’au coude. .

Intimidée , elle regarda Ethan ... puis les convives déjà présents, en suivant celui ci qui la guidait d'une main passé sous son coude s' assurant ainsi de ne pas la perdre parmis la foule .

Roseedumatin a écrit:
Tant de festivités d'un seul coup en l'honneur du Roy et de sa cour ... La jeune Dame Blanche n'avait jamais assisté à un tel événement. Finalement elle avait décidé d'aller au Bal et au grand Banquet qu'avait prévu le comité des festes ducales, elle était vraiment impressionné de l'effort qu'à fait ses membres durant le passage royal. Et puis ce courrier d'invitation lui vint, elle se décida alors définitivement d'aller à la grande place publique, même si elle n'avait guère de cavalier, qu'importe ?

Vêtue d'une somptueuse robe verte que lui avait cousus une bien aimable tisserande Montpensieroise, un pendentif en or, souvenir d'un défunt compagnon, cheveux en un chignon sage, elle se présenta devant la porte d'entrée du lieu en question :


Veuillez annoncer Damoiselle Rosée je vous pris.

Et elle entra dans l'immense salle, un peu suprise, il y avait déjà beaucoup de monde, dont la princesse et le Roy même ! Elle paniqua sur le coup, mais son visage s'illumine en apercevant ses Soeurs Azzera, Mysouris et Galswinthe. Elle reconnut d'autres connaissances qu'elle salua d'un geste de tête.

Elle s'avança vers les Dames Blanches souriante ...


Bien le bonsoir mes Sœurs, vous êtes ravissantes ce soir !
Caporalescu a écrit:
Capo venait d'arriver au banquet. Il était en retard, mais il avait souhaité parler aux Corinthiens, faire le point sur le début de la mission. Ils étaient contents de faire cette mission, mais les vivres commençaient à manquer et les deniers de Capo n'étaient pas illimités. Alors qu'il avançait le nez plongé dans son mantel et la tête à la mission, capo se rendit compte que les gens étaient vraiment calmes. C'est alors que levant la tête il aperçu le Roy. C'était la deuxième fois qu'il le voyait, la dernière fois était en Champagne. Il fit donc une profonde révérence au moment du passage de Sa Majesté devant lui.
Lunedor a écrit:
Un bal. Un banquet. Le b-a ba de la vie de Cour en somme. Il ne manquait plus qu'une allégeance quelconque pour se mêler au duo et en faire un trio au refrain maintes fois répété, dans ce lieu ou dans un autre. Seuls les artistes différaient d'une interprétation à l'autre. Parfois, une fausse note, une dissonance particulière venait caractériser et faire émerger du brouillard froufroutant une fête qui n'eut été sans cela que l'énième répétition d'un ballet de paroles creuses et futiles.
Mais ce n'est pas parce qu'elle avait déjà vécu cela qu'elle bouderait son plaisir d'être là. Vêtue avec recherche d'une longue robe grenat rehaussée de fourrure et de perles qui accompagnaient chacun de ses gestes d'un léger cliquetis, Lune' offrait aux regards la silhouette empruntée de la fillette qu'elle était il y a peu encore mais dont les formes naissantes laissaient présager de la jeune femme qu'elle serait un jour.
Un unique bijou parait son mince cou gracile de l'éclat d'un croissant d'or.


Damoiselle...damoiselle, qui dois-je annoncer?

Le brouhaha d'une foule se faisait entendre dès le seuil. Si elle ne savait trop qui serait présent, elle...

Demoiselle...

De? Tête malemortienne qui se tourne en direction de la voix. C'est à moi que vous parlez?

Ben oui. A qui d'autre? Qui dois-je annoncer?

Ho. Et bien, je suis Lunedor de Malemort mais je ne suis pas sûre que...

Même pas le temps de finir sa phrase que l'huissier se mit à brailler comme il semblait en avoir l'office.

Damoiselle Lunedor de Malemort!

Dans le genre arrivée discrète, ça se pose là. Bon. Il s'agissait de se frayer un chemin à travers la foule sans écraser de pieds avec sa canne et sans trébucher.
La jeune fille entra dans la salle de banquet comme le gladiateur entre dans l'arène, tous ses sens aux aguets, le front lisse marqué d'un pli par la concentration.
Clothilde a écrit:

Lorsque soudain...
sous les étendards portant couleur royale, suspendus par des fils d'or sous le porche de la Salle de Réception,
résonnèrent les cors et trompettes :


Sa Majesté honorait de sa présence le banquet !!

Dans la salle, grand roulement de tambours :


Silence se fit, lorsque Rodrigue annonça :




Sa Majesté Nostre Roy bien aimé : Levan III de Normandie !!

--Forrest a écrit:
Forrest était aux aguets : posté là par sa maîtresse, s'il avait manqué Mysouris, il n'en serait pas de même pour la damoiselle, ah ça non ! Sitôt qu'il la vit, il trottina donc vers elle :

Le bonsoir, damoiselle, Son Altesse m'a demandé de vous escorter, ce soir, si vous le vouliez.

Et puis, devoir guider une jolie jeune fille, pas encore assez grande pour la noce, mais pas loin... Il y avait pire comme service. Il y avait mieux : aider la Princesse au bain, par exemple.

En somme, Forrest était un valet heureux.
Clothilde a écrit:

Son Altesse Royale Armoria était décidément toujours aussi charmante, une Princesse dans tout le sens le plus noble du terme.
Clothilde rosit à ses paroles, et lui offrit son plus beau sourire.

Puis, elle rosit de nouveau à celles de son ami Val, qui la félicitait.

Lorsque soudain, trompettes et tambours résonnèrent, ainsi que la Présidente du Comité des Festes l'avait demandé de faire lorsque le Roy serait en vue, annonciateurs de l'arrivée de Sa Majesté !

Entendant cela, la jeune femme sentit son coeur bondir dans sa poitrine : "Il" arrivait !!

Annonce bientôt confirmée par Rodrigue !!

Clothilde alors effectua une profonde révérence, tête respectueusement baissée durant tout le passage du Roy.

Celui-ci fut conduit à la tablée d'honneur, où l'attendait un trône.



Puis, de nouvelles arrivées, annoncées par Rodrigue :



Dame Jariane, Duchesse de Saint Nectaire
Messire Val1
Dame Galswinthe, baronne d'Herment
Dame Alayne du Mont des Loups
Messire Titan34 de Rhodes, Seigneur de la Dailhe et de Puisaye
Messire Ethan
Dame Somara
Damoiselle Damisella
Damoiselle Rosée
Messire Caporalescu
Damoiselle Lunedor de Malemort
Mimicracra a écrit:
Mimi avait les joues roses de plaisir, Armoria se souvenait d'elle, et elle l'avait même reconnue. Elle avait un superbe sourire lorsque Clo arrive. Elle la salue joyeusement et admire son ventre qui s'arrondi de plus en plus.

Prise dans ses pensées, elle voit la princesse partir et entend les roulements de tambours qui annoncent l'arrivée du Roy. Son regard balaye rapidement la salle et le voit enfin, en chair et en os.

D'instinct, elle s'incline rapidement et reste ainsi courbée quelques instants. Se relevant enfin, elle regarde à nouveau dans la salle et apperçoit Gals. Tout sourire, elle traverse la salle d'un pas léger mais rapide pour la rejoindre.


Gals ! Contente de te voir ici. Ne me laisse pas s'il te plaît... Elle l'attrape par le bras et lui murmure te rends tu compte, la princesse m'a reconnue, elle se souvient de moi ! Allons boire quelque chose à moins que tu n'aies prévu autre chose.Nous devons parler, tu me sembles particulièrement resplendissante depuis ton déménagement...
Lunedor a écrit:
Ah, Forrest. Le bonsoir.

Ne pas laisser transparaître une once de soulagement, faire comme si elle hésitait à accepter sa proposition.

Et bien, je veux bien vous tenir compagnie si vous voulez.

Ils sont brièvement interrompus par l'arrivée en grande pompe de Sa Majesté annoncée à grand renfort de trompettes tonitruantes. Une révérence respectueuse plus tard...

Dites-moi, savez-vous si est présent un jeune homme d'une beauté époustouflante, à la conversation brillante et au charme indéniable?
Galswinthe a écrit:
Galswinthe passant près de Sa Majesté s'inclina respectueusement et entra dans la salle. Que de monde ! Elle eu même le plaisir de voir deux de ses sœurs Dame Blanches : Azzera et Mysouris. Mais voilà que Mimi arrivait en trombe vers elle et l'attrapait par le bras.

Bonjour ma belle. voyons n'aies point d'inquiétude. Si son Altesse Armoria se souvient de toi, c'est que votre rencontre ne lui a pas été indifférente, c'est un grand honneur.

Elle sourit.

J'ai de nombreuses personnes à saluer, mais allons boire quelque chose si tu veux oui. La soirée ne fait que commencer.
Merci pour le compliment Mimi, mais je crois bien faire pâle figure à côté de ta jeunesse rayonnante.

Elle partirent toutes deux à la recherche d'un petit rafraichissement.
--Forrest a écrit:
Le véloce valet s'était fendu dans une courbette digne d'un habitué de la chose. Puis il regarda alentour, réfléchissant à la question de la jeune Malemort.

A part moi, vous voulez dire ? Les gens que que je connais grâce à Son Altesse sont déjà accompagnés. Peut-être l'homme en habit vert, là-bas ? ajouta-t-il en désignant Didier de Wareghien.
Diane. a écrit:
Après avoir saluer la Princesse, Diane aperçut la Duchesse qui entrait, elle la désigna à fur avant d'aller à ses devants, elle reconnu Dame Galwinthe croisée ses derniers jours ainsi que Dame Gypsie.

Allons saluer la duchesse Fur,

Puis plus bas

Surtout si nous avons l'intention de faire une exploration à Saint Nectaire dans les prochaines heures.
Lunedor a écrit:
A part vous, cela va de soi. Si je vous demande, c'est que je vous ai éliminé de la liste des potentiels. Ou alors il faudrait que je veuille vous rendre jaloux. Mais pourquoi voudrais-je faire cela? Ce n'est donc pas le cas.

Donc, vous disiez, un homme en vert? Comment est-il? Comment se nomme-t-il? D'où est-il originaire? Ce qui lui vaut sa présence céans? Savez-vous ce qui nous sera donné de manger ce soir?

Il s'avérait toujours difficile d'arrêter la Malemort lorsqu'elle voulait tout savoir, et plus encore. En ce moment, c'est Forrest qui en faisait les frais.
Korydwen a écrit:
Korydwen s'était préparée pour l'occasion, elle se serait bien fait accompagner par son cher et tendre, mais il devait être retenu à la prévosté et elle avait promis à Clothilde de l'aider durant le banquet et le bal. Elle portait une robe rouge, sa couleur préféré et les couleurs de Cournon, c'était parfait. Point de coiffe, elle les avait en horreur et son époux était bien d'accord avec elle la dessus. Cela devait être si lourd à porter. Ses cheveux étaient attachés en un chignon plus que précaire qui ne tiendrait certainement pas la soirée, mais ce n'était pas grave, elle se retrouverait certainement avec ses cheveux brun libre, comme dans la plupart des cas.

Elle arriva à la salle des fêtes et visiblement tout le monde devait se faire annoncer. Elle se plia au protocole, pas spécialement douée sur l'étiquette, adepte des bourdes... Surtout avec la douane... Quand elle avait le malheur d'envoyer une lettre à un noble... Elle s'était fait recevoir une fois. Elle en riait, comment pouvait on manquer à ce point de politesse. Elle s'approcha de Rodrigue, le salua discrètement.


Bonsoir Rodrigue, veuillez annoncer Korydwen de Marigny, Baronne de Cournon d'Auvergne. Ca suffisait dans les titres pompeux...

Elle sourit, cherchant discrètement Clo dans la salle, histoire qu'une fois annoncée, elle puisse foncer sur elle, pour voir si d'aide elle avait besoin. Elle finit par entrer une fois que ce cher Rodrigue eut fait son travail, salua les personnes présentes par des petites révérences. Elle s'avança vers Clothilde, saluant au passage le Roy, c'était impressionnant...

Bonsoir Clo ! Tu es sublime ! Pas trop fatiguée ? Tu as besoin d'aide peut-être ? Tu veux que je fasse quelque chose ?
--Forrest a écrit:
Eh bien... Elle posait presque autant de questions que la fille de sa maîtresse. Comment allait-il s'en sortir ? Par une pirouette, comme toujours :

Voulez-vous que je vous guide à lui, damoiselle ? Je pense ne l'avoir jamais vu, je ne saurais vous dire grand chose de lui. Il semble bien mis...

Forrest, ou l'art d'esquiver un problème épineux tout en se rendant serviable. Un valet serviable, c'était tout de même la moindre des choses...
Azzera a écrit:
Lorsqu'Azzera vit arriver Rosée, elle lui sourit, se remémorant un combat au bâton d'exeption.

Elle salua sa sœur avant d'apercevoir Galswinthe au loin, elle n'osa pas faire de signe de la main, l'endroit ne se prêtait pas aux gestes trop peu protocolaires.
Elle espéra la voir plus tard

Elle n'aurait pu exprimer à quel point elle était heureuse d'être là.
Machinalement, elle tortillait son châle du bout des doigts.

Bien le bonsoir mes Sœurs, vous êtes ravissantes ce soir !
Toi également Rosée... la couleur de ta robe est ravissante…
Azzera aussi avait choisi une tenue verte… sans doute était-ce un signe de reconnaissance entre les sœurs

Drizz semblait bien calme aux pieds de sa maitresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Ven 7 Nov - 15:33

Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :


Dame Korydwen de Marigny, Baronne de Cournon d'Auvergne.



Kory rejoignit Clothilde, qui l'accueilla dans un grand sourire.
A la demande de son amie et collaboratrice, la jeune femme lui répondit qu'un peu d'aide serait en effet la bienvenue, et lui demanda de veiller à ce que soient servies les premières mises en bouche...


Les invités se faisant nombreux, Clothilde fit signe aux valets de déposer sur les tables le Menu :



A chaque convive fut également distribué un petit parchemin :

Clothilde de St-Nicolas a écrit:



Dans le cadre de ce Grand Banquet donné en l'honneur de la Visite Royale en notre Duché,
le Comité des Festes du BA vous propose un petit jeu :

"Le Mets Mystère".


Principe :

- Deviner les Mets qui se cachent mystérieusement dans le Menu sous forme de ***

Pour vous y aider : quelques tirets !!

Exemple de présentation :
/_ _ _ _/_/'/_ _ _/_ _/'/_ _/_ _ _ _ _ _ _/.
[ = "Ceci n'est qu'un exemple" Wink ]

- Accumuler le maximum de points durant toute la durée du jeu afin d'en être le Vainqueur.

- Il y aura un Mets par jour à deviner durant toute la durée du banquet,
soit au total : six noms à trouver.


Règles du jeu :

Les candidats doivent proposer une lettre au choix.
Chacun aura le droit de proposer 3 lettres par Mets.

Attention :
il est interdit de proposer le "E"
, qui se trouve très présent dans la langue française.

A chaque lettre proposée sera attribué un point à la première personne l'ayant proposée.

Mais attention, pas n'importe quel point : il peut être positif ou négatif !!

- bonne réponse : + 1 pt
- mauvaise réponse : - 1pt

Donc réfléchissez bien avant de proposer une lettre Wink

La première personne à proposer le mets exact gagnera : + 3 pts

Dès que le nom du Mets aura été trouvé, celui-ci pourra vous être servi !!

Les scores seront comptabilisés :
le score le plus élevé au Mardi 11 novembre déterminera le Vainqueur.


Bon jeu à tous !!



Citation :

Premier Mets Mystère :

/_ _ _ _ _ _ _ _ _ _/ /_ _/ / _ _ _ _ _ _ _ _ / /_ _ _/ /_ _ _ _ _ _ / /_ _ _ _/


Un grand merci pour son aimable autorisation à Robinwood, qui a lancé ce jeu l'an dernier sur la halle de Murat, sous forme de "phrase mystère".
Lunedor a écrit:
Et bien, pourquoi pas? Maintenant que l'idée est lancée, ne la laissons pas retomber. Allons importuner ce damoiseau.

Elle s'essayait au badinage mondain sans trop savoir si elle parvenait à laisser voir l'assurance tranquille de ceux qui sont rompus à cet exercice.

Est-il venu seul? Porte-t-il des armoiries particulières?
--Forrest a écrit:
L'aimable sourire de Forrest se figea : il pensait qu'elle serait intimidée à cette idée, et balbutierait un "oh non, ce n'est pas la peine".

Eh bien, il arbore des armoiries de seigneur, damoiselle, et j...

Le repas ! Divine distraction !

Ah, mais voici que l'on dépose les menus sur la table... Vous vouliez savoir ce que vous alliez manger, je crois...

Difficilement - parce qu'un valet qui savait lire, c'était déjà bien, mais il butait sur chaque mot - il entreprit de lire les noms marqués sur l'un des menus posés sur les tables.
Gandrel a écrit:
Flaque éclatante d’ocre sur les dalles de pierres, tapis vermeille aux entrelacs d’une finesse incroyable, enserrant en leur écrin, une scène campagnarde de badinage aux allures à la fois divine et coquine. Tout son être est plongé dans ces fils tissées et ses pensées s’entortillent aux gré des mailles. Puis, son regard émeraude se déplace sur un meuble d’excellente facture, en bois sombre, lustré, elle en détaille les coins, remarquablement dorés à l’or fin qui dessinent des têtes de lions dormant sur une plume, puis les pieds qui donne une allure vivante au guéridon avec ses pieds d’or, on dirait qu’il va d’un instant çà l’autre se déplacer et apporter à ma visiteuse cette carafe et cette coupe d’argent qui doivent sûrement contenir un liquide à même d’étancher sa soif et de lui faire oublier pour quelque instant encore, sa faim.. Elle sourit. Devant elle se presse une foule multicolores en grandes tenues d’apparat.

Quelques notes de musique s’échappent pour venir ricocher ici et là. Gala attend que le valet se soit occupé des personnes devant elle puis, lorsque l’homme s’avance vers elle , elle dit amusée


Qui dois-je annoncer dame?


Vos né dévez annoncer personne, il n’y pas dé damé ici jouste moi hein *rire en grelot* pardoun … annoncez Gandrélina, oui Gandrélina tout simplement …

Le jeune valet avait paru si décontenancé de son humour qu’elle n’avait osé continuer. Elle pencha la tête sur le côté et le regarda courir à petit pas pressé pour exécuter avec zèle sa tâche puis son regard se perdit au détour d’un tissus chatoyant qui rasait le sol. Elle remonta et découvrit perché en haut de la robe, un visage inconnu, une belle dame. Elle ferma ses paupières quelques instants et inspira.
Mimicracra a écrit:
Mimi sourit en entendant Gals et lui fait un clin d'oeil.

Je n'aurais jamais ta classe... Regarde tout ces pains d'épice ! Une merveille autant pour les yeux que pour le goût ! Elle saisit deux verres de gentiane et en tend un à son amie.

Il me faudra aussi passer dans la salle pour voir si tous les convives sont satisfaits du banquet tout comme du bal.

N'est ce pas Gypsie là bas ? Elle lui fait un signe de la main. Cela fait tellement longtemps que je ne l'ai vue !
Clothilde a écrit:
Rodrigue un peu surpris par la demande de la nouvelle arrivée, annonça donc simplement :

Gandrélina !




Puis, les valets servirent aux convives les Mises en Bouche :

la Farandole de pains aux épices :


accompagnée de Liqueur apéritive à la Gentiane :


ainsi que des Fruits de saison et leur Vin moelleux :







Le "mets mystère" ne serait servi qu'ultérieurement, lorsque l'on en aurait deviné "l'identité" !!!!
Lunedor a écrit:
Lune' écouta attentivement l'annonâge laborieux du valet.

Cela a l'air fameux. Croyez-vous qu'il y en aura suffisamment pour tous? J'ai bien envie de goûter à chacun de ces mets. Mais auparavant, je veux faire la connaissance de cet homme en vert dont vous m'avez tant vanté les mérites. Conduisez-moi à lui, dès à présent. Vous pourrez ainsi retourner au secours de Son Altesse pendant que je deviserai avec lui.
--Forrest a écrit:
Et voilà... Encore raté. Stoïque, il se contenta d'un bref :

A votre service, damoiselle...

Et la guida vers l'homme en habit vert.
Azdrine a écrit:
Azdrine était venu accompagné de son épouse. Il avait revêtu un surcot de couleur azur semé de lys blanc.

Pour l'occasion, il avait troqué ses caducées de héraut contre son collier de Chevalier de l'Ordre du Saint Esprit et celui de membre de l'Ordre de Saint Ouen.

Son épouse était presque à terme de sa grossesse et il espérait que bientôt une progéniture pourrait déambuler dans les couloirs du Manoir. Il adressa un joli sourire à Sibella et l'embrassa tendrement avant de se présenter à l'entrée de la salle des festivités où il y avait déjà des convives d'arriver.


Azdrine et Sibella de Vissac, Baron de Riom et d'Usson déclara t il à l'annonceur.

Ce qu'il fit de suite. le couple entra dans la pièce et la première chose qu'Azdrine fit fut de saluer son souverain comme il se doit dans une courbette de circonstance.


Votre Majesté, mes respects.

Voyant ensuite la princesse Armoria, il la gratifia d'un baise main.

Votre Altesse, mes salutations. Je vous souhaite une excellente soirée. Que Dieu nous fasse oublier ce soir tous les tracas de la vie quotidienne.
Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Messire Azdrine et Dame Sibella de Vissac, Baron et Baronne de Riom et d'Usson
Carmody a écrit:
Mondanité et prestance dans une grande réception, voila bien longtemps que le Carmo n'avait plus pris le temps s'adonner a de tels événements. Il avait pris la décision de venir assister au banquet en l'honneur du roy et de sa cour pour tenter de retrouver une part de ses anciennes habitudes mais force lui était de constater que les premiers pas était les plus difficiles quand le chemin était parsemer de dorures

Toujours était il que sa journée n'avait pas été de plus perdu, ses déambulations dans les rues de Clermont lui avait permit de trouver la parure idéale pour cette soirée. Ainsi heureux de pouvoir porter les couleur de mise pour aller se rendre hommage a la visite de la cour royale, il fit le chemin qui le mènerait de sa chambre au festivités a pied. ainsi il aurait le temps de se préparer a tout ce qu'il pourrait lui arriver ou du moins a tout ce qu'il pourrait lui venir en tête.

Arrivant devant les porte, les Carmo prit une longue respiration puis comme dans un long exercice, il fit un pas en avant et retrouva l'un des masques mondains dont il avait le secret. Sourire de malice, attitude désinvolte et regard qui volent de silhouette féminine en silhouette féminine, voila ce qu'il était redevenu pour ne plus avoir faire lus attention a ce qu'il ferai maintenant.

Passant les porte, il fut arrêter par un homme, légère moue de regret sur les trait du seigneur.


Annoncez Messire Charles Martial de Tartasse, ce sera suffisant pour ma personne.

Sans même attendre, il reprit sa marche contournant l'homme et le faisant disparaitre de son esprit. Ses yeux devinrent comme fous devant les plaisirs qui s'offraient a eux. et ne trouvant encore objet qui fixait assez son attention, il se mit a déambuler dans la foule, inclinant parfois la tête pour saluer certain hommes, des sourire chaleureux quand son regard croise celle d'une dame.
Sibella a écrit:
Sibella la main posée délicatement sur le bras de son époux était ravie de pouvoir assister au bal donné en l'honneur de sa Majesté le Roy.

Pour cette soirée, elle avait revêtu une ample robe en satin de couleur azur, bordée de fils d'argent et sur ses épaules une courte cape de fourrure blanche.
Le décolleté très peu profond n'avait rien à voir à ce qu'elle avait l'habitude de porter avant sa grossesse, mais compte tenu de ses formes avantageuses en cette période, elle se devait d'en montrer un peu moins.

Après le tendre baiser de son époux, ils se présentèrent et entrèrent dans la grande et belle salle. La décoration était absolument grandiose et les buffets apparemment garnis à profusion. La future mère, avait pris pour habitude de repérer immédiatement les buffets en cas de fringale.


A la suite d'Azdrine, la jeune femme fit une révérence à sa Majesté le Roy. Elle était prudente dans son geste, de peur de s'étaler sur les pieds de son souverain. C'est là qu'on s'aperçoit que le ventre est gênant dans ces circonstances. Elle lui fit un très grand sourire dents blanches

Votre Majesté mes hommages !

Elle se tourna ensuite vers la Princesse Armoria et recommença une belle révérence suivit d'un sourire.

Je vous souhaite une agréable soirée votre Altesse.
Armoria a écrit:
Une arrivée. Son regard se porta vers l'entrée - réflexe somme toute normal, et elle se surprit à sourire : encore un visage connu, et qu'elle avait accueilli à Ménessaire, pour la fête de ses fiançailles. Son regard s'assombrit quand elle songea à la soeur de l'arrivant, qui avait - selon elle - sombré du mauvais côté, celui qui s'opposait au Roy.

Et lui, où en était-il, au juste ?

Elle salua Azdrine et son épouse, avec amabilité. Des gens loyaux, sans nul doute possible.
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Tout d'un coup on fait silence,
On fait silence, Ah ! que se passe-t-il ?
Plus de cris, c'est l'instant !

L'archevêque leva les yeux. Le voilà, le grand, le très aritotélicien roi, avec ses cheveux noirs épais et en broussaille. Le visage allongé...

Son entrée fastueuse avait de quoi impressionner même un prélat, du plus dépensier (hum hum) au plus orthodoxe. Pourtant, pas un seul mot, le souverain se contentant de poser son regard sur les autres personnes présentes.

L'homme d'Église ne fut distrait que par la vision des ouvre-bouches. Mets d'automne, raisins apétissants et liqueur salivante...

Voyant le huissier s'essayant à faire deviner aux illustrers invité le menu, Monseigneur de Bouviers tenta...


Et que diriez-vous d'un "A" mon frère?
Legueux a écrit:
25 pigeons... La tournée de la cour royale s'apparentait à une visite circonstanciée de tous les pigeonniers locaux, il pourrait bientôt faire une étude comparative très documentée de l'architecture des pigeonniers du royaume de France. Des ronds, des hexagonaux, des carrés, des octogonaux, des sur pilotis, tours esseulés ou encastrées dans des murailles, en pierre, en bois, mixtes... Bah ça où les armes erronées arborées par l'ost locale. Les relais de la poste royale aussi d'ailleurs, il commençait à les connaitre...

Ils arrivèrent enfin dans la cour, devant la salle de réception. Au laquais chargé des annaonces il dit :


Adissiatz ! Faites annoncer Sa Grandeur LeGueux d'Alanha, Rei d'Armas de França, et son épouse, Paula Estéva, Comtessa de Gévaudan, je vous prie.

Il entrèrent ensuite, révérence envers Sa Majesté, puis baise main traditionnel envers la Princesse, puis des saluts respectueux envers les hôtes de la soirée - surtout qu'il y avait des liqueurs auquelles il faudrait faire honneur.
Galswinthe a écrit:
Gals lorgna du coin de l'oeil les pains d'épices.

Tu as raison Mimi, comme tout cela a l'air appétissant ! Cette gentiane les accompagnera admirablement j'en suis certaine. Enfin nous allons peut-être attendre et ne pas nous servir les premières.

Si nous allions saluer Gypsie en attendant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Ven 7 Nov - 15:34

Gandrel a écrit:
Son nom raisonna dans la pièce la sortant de ses rêveries. Elle entra à pas de louve dans la pièce, avec sa robe blanche au tombée simple mais élégant qui couvrait ses pieds, on n'eut su dire si elle marchait vraiment ou si elle survolait le monde. Elle pénétra dans la salle de bal et fut ébloui par tant de magnificences et surtout par la lumière vive du lustres en cristal aux milles bougies qui trônait au plafond comme la lune au milieu de la nuit.

Ses yeux couleur de lac papillonnent
Clignent quelques instants
Ses émeraudes se fixent enfin
Après réflexion ...
C'est une corbeille de fruits...
Ils ont quelques choses de féériques
pourtant, un vernis particulier ...
Il semblent briller...
Rire en grelot
La présence du roy
peut faire tourner la tête des foules
mais en aucun cas celle des fruits

Gala rit toute seule, tend la main et grappille quelques grains de raison s juteux qui éclate sous ses dents blanches dans un moment de pur délice. Soudain , le valet annonce à nouveau quelqu'un, elel se tourne et voit un home entrer, sa tenue est de fort belle facture. Elle le regarde quelques instants puis, jugeant inconvenant de regarder plus un inconnu se détache de la grappe de raison et parcourt la foule de ses yeux émeraudes.

Les troubadours jouent quelque air
Son esprit convole avec les notes
sa main au longs doigts blanc
effleure ses mèches blondes
longue errance ...


Tiens tiens un jeu un A est lancé
un a ...


Mâaa jé dirais même plous monseigneur

Gala se rapproche de l'homme en soutane et lui fait uen révérence puis baise son anneau


gandrélina mon seigneur, gouvernante de Billy. Si vos mé perrmettez après vostre A, jé voudrrais ajouter un" R"
Damisella a écrit:
Chacun à son tour se présentait devant la famille royale, Damisella fit une profonde révérence devant son auguste Maitre, autre révérence devant la Princesse Armoria qui se tenait près de lui un pas en retrait.

Puis elle se promena dans la salle, saluant de vieux amis, admirant les toilettes couteuses.

Un jeu , des lettres à trouver..... Pourquoi pas


Je propose la lettre O
Armoria a écrit:
Sourire amical à Damisella, qui semblait à l'aise dans son nouveau rôle.

Je dirais un L, en l'honneur de notre bon Roy.
Guendoloena a écrit:
Guendoloena était en train de se parer avec soin, Harlan lui avait proposé de l’accompagner aux festivités données en l’honneur du Roy, avant d’aller vers ses occupations ce matin :
Je pourrais passer te prendre. Qu'en dis tu ?
Bien, je pense que cette idée te plaira. Je te souhaite une excellente journée.

Sachant combien il prisait peu les sorties tardives, elle avait apprécié qu’il cherche à lui faire ce plaisir, sans doute parce qu’il l’avait trouvée un peu bougonne, comme il l’avait fait remarquer juste avant. Elle haussa les épaules
Bougonne ! Même pas ! Il m’imagine de mauvaise humeur dès je ne suis pas gaie comme un pinson…Elle voulait être à son avantage, fière de paraître à son bras, lui l’homme qui la faisait fondre avec un simple regard.
Reconnaissant son pas, elle courut à sa rencontre, impatiente d’arriver avant le début du dîner.
Son coeur cogna, comme toujours en sa présence.

Quelle élégance Mon Cher ! Ne nous attardons pas, j’ai vu du monde se diriger vers le Grande Salle du Castel.
Rougit légèrement en le voyant la détailler, souriant malicieusement.

Le chemin était court, ils arrivèrent facilement, il suffisait de suivre les personnes qui allaient tous dans cette direction.
Devant la porte, ils échangèrent quelques paroles avec l’homme au milieu des gardes de l’entrée
Bonsoir Messire veuillez annoncer son Excellence Guendoloena Ambassadrice Orléanaise, Lieutenant des Corinthiens, ainsi que Messire Harlan_le_Hardi, Membres de l’Escorte Royale.
Serrant son bras, ils avancèrent. Sa Majesté Levan et la Princesse Armoria étaient présents. Ils allèrent immédiatement les saluer faisant un signe discret au passage à la vicomtesse Diane assise près de Messire Fur.
Lunedor a écrit:
Sans doute avaient-ils rejoint la proie (non pas la proie quand même, la cible? pas beaucoup mieux, disons l'homme en vert, Didier de Warengien) car Forrest s'arrêta.
Armée de son plus beau sourire, elle entreprit d'engager la conversation.


Bonsoir messire. Excusez-moi de vous importuner mais je brûlais de connaître celui que Forrest, valet ici présent, m'a décrit comme la perle du royaume, l'acier tranchant de Sa Majesté et le symbole incarné de la chevalerie tout à la fois. Avouez que vous auriez été aussi impatient que moi de faire la connaissance de celui qu'on tient en si haute estime.
Il n'a même pas daigné me dire votre nom, vous désignant sous le mystérieux surnom de l'Homme En Vert.
Gandrel a écrit:
Alors qu'elle venait de lancer ce R au monde dans un élan de pure excitation animale, jouer jouer, toujours jouer ^^, la jeune femme sentit sa mâchoire se décrocher quelques instants, sa bouche se referma sur un O silencieux, mou délicate d'émerveillement non feint, joie d'enfant : là devant elle se tenait une princesse de chair et d'os, une immense robe l'enveloppait dans un halo surréaliste, lui donnant l'air d'une femme sortit tout droit d'un de ses livres aux enluminures finement exécutée set dorées à l'or fin. Et elel était juste là à quelques mètres d'elle ...

Mille roulement de tambours
sa poitrine se souleva
Ses joues s'empourprèrent
Puis vint un déclic
L'homme qui faisait face à la princesse ....
Ses armoiries
sa couronne incrustée de pierres précieuses
finement ciselées
reconnaissable entre toute
passées depuis trois générations ..

................................................

le Roy


Il semble à lui seul éclairer la pièce
par sa seule présence
Ses jambes se défilent sous elle
elel se sent défaillir

Se reprendre se reprendre
Ses yeux cherche du regard
quelque chose
à quoi se raccrocher
quelque chose de tangible
de bien réel
pas ce rêve un peu fou
trop grand pour elle
Carmody a écrit:
Le poids d'un regard sur lui, il n'avait souvent ressenti cette impression comme si l'on cherchait a sonder son fort intérieur. Qui donc pouvait il bien avoir tel intérêt pour lui au point qu'il sen rend compte. un instant le masque souriant disparu et ses yeux devinrent inquisiteur alors qu'il s'arrêtait brusquement et scrutait la foule.

Puis il vit alors les invité principaux de la soirée, le Roy et a ses cotés la princesse. Tous se pressaient pour leur présenter leur hommage. Peut être devrait il faire de même . non cela était une certitude, c'était une des raisons premières de sa presence. Reconstituant son visage du soir, il se mit a fendre la foule pour aller au devant du couple qu'il voulait voir en cet instant. S'arrêtant devant le roy, le Carmo pose un genoux a tete et incline la tête.


Votre Majesté, mes hommage. c'est un honneur que de vous rencontrer.

Relevant alors les yeux, ses yeux brillèrent quand ils se posèrent sur la Princesse. Sa main prie délicatement celle d'Armoria, ses lèvres vinrent légèrement effleurer sa peau.

Votre Altesse, un plaisir de vous revoir. Mais je doute que vous souveniez de moi. Ma sœur était plus proche de vous que moi, quand elle nous a présente.

Se relevant, il caressa les doigt de la princesse en libérant sa main et lui offrit sourire charmant alors que son regard ne quittait les yeux princiers.

Mais je dois vous ennuyer et remuer souvenirs qui n'ont pas lieu d'être. Je vous souhaite une bonne soirée.

Reculant de quelques pas, il ne parvient à détourner son regard et resta un instant immobile.
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Le R était audacieux, le L peu probable, mais de circonstances, le O, réfléchit...

Le prélat y pensa quelques instants. Amateur de voyelles, il se proposait d'en citer une seconde.


Et pourquoi pas "I"?
Armoria a écrit:
Elle laissa le Roy répondre au salut, et se reprit à sourire.

Votre soeur a manifestement omis de vous parler de ma mémoire. Je me souviens d'avoir fait votre connaissance en mes terres de Saulieu.

Mais il... Enfin, cette façon de caresser ses doigts, l'air de rien, sans que nul ne puisse le remarquer... Il se faisait séducteur ? Devant son beau-père ? Mais...

Un sourcil se leva - oh, à peine - et le regard vert se fit interrogateur. Si personne n'avait vu, il aurait été malséant de le faire remarquer.
Elegie2 a écrit:
Elegie s'etait haussée sur la pointe des pieds pour parvenir à voir quelque chose du banquet offert en l'honneur de la visite royale. Une haie de garde barrait l'entrée et l'aboyeur n'avait pas l'air commode. Elle bougonnait interieurement de ne pouvoir aller plus avant dans la salle pour admirer toutes ces belles dames et beaux sires aux si riches atours. Et le roy .. etait il si vieux qu'on lui avait décrit ?

Reconnaissant le fils du jardinier parmis les gardes honorés à faire le gué à l'entrée, elle s'approcha de lui en minaudant.

Nicolas .. tu me reconnais ?? je suis Elegie !

Bien sur ma Moiselle que j'vous reconnais ! Vous ai vue à Mauriac pas plus tard que l'an passé!

Offrant un regard un peu trop egrillard à son gout, Elegie fit mine de ne pas apercevoir l'oeil allumé du garde.


S'il te plait .. Nicolas . laisse moi entrer .. personne ne le saura ..

Le fils du jardinier prit un air désolé.

C'est pas moi mam'zelle. Je peux pas ! C'est pour tout le monde pareil !

Pff ! aucune originalité dans l'armée ! à bientôt Nicolas !

S'éloignant en sourire enjôleur, elle prit un miroir de poche, arrangea un peu sa tenue, lissa sa robe du bout de ses doigts et se présenta officiellement à l'entrée, le pas sûr et plongea son regard d'eau claire dans ceux de l'aboyeur

Bonjour messire, veuillez annoncer Elegie de Balsac je vous prie.

Et, secouant un petit papier avec un très grand G dessus, elle fixa l'archeveque du regard de son plus joli sourire .. faites passer .. s'il vous plait ..
Fur a écrit:
Fur regarda avec un énorme respect son Roy entrer, s'inclinant à son passage, une main sur le coeur, toujours pret à servir à sa protection comme sa promesse l'y engageait.

Puis il suivit Diane, vers sa grand-mère la Duchesse de St Nectaire


Oui... allons-y... je m'en voudrais de ne pas la saluer...

oui... nous tacherons d'etre calme...
Fabien74 a écrit:
Une invitation avait été reçue au domicile des jeunes mariés. Fabien et Noeline de la Fléchère se firent une joie de se rendre au bal en l'honneur du Roi et de sa suite. Il firent appeler un coche puis se rendirent de suite à Clermont, pour ne point avoir à transporter leurs toilettes à cheval. Ils prirent sur place une chambre dans une auberge puis se préparèrent pour le Banquet.

Devant la salle, Fabien s'adressa au héraut:

Bonjour Messire, veuillez annoncer Fabien et Noeline de la Fléchère, s'il vous plaît.

Il sourit au jeune homme puis attendit que celui-ci fit son office. Il entra avec son épouse dans la salle de bal magnifiquement préparée par le Comité des festes du BA.



De loin ils voyaient déjà des visages amis, ils iraient les saluer.
Clothilde a écrit:

De nouveaux arrivants, Rodrigue annonça :

Messire Charles Martial de Tartasse
Sa Grandeur LeGueux d'Alanha, Rei d'Armas de França, et son épouse, Paula Estéva, Comtessa de Gévaudan
Son Excellence Guendoloena
Messire Harlan_le_Hardi
Dame Elegie de Balsac
Messire Fabien et Dame Noeline de la Fléchère




Puis le héraut du Comité des Festes, recueillit les propositions de lettres pour le jeu, et les regarda attentivement, les confrontant mentalement avec le "mets mystère" à deviner, avant de donner réponse aux participants.
Clothilde a écrit:

Après avoir comparé les lettres proposées, Rodrigue ajouta ou retrancha les points, puis écrivit le résultat provisoire sur une grande ardoise, bien lisible et visible de tous :


Citation :


/A _ _ R O I _ I _ _/ /_ _/ / _ O L A I L L _ / /A _ _/ /_ R _ I _ _ / /_ _ _ _/


Classement provisoire :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres Wink ]

Zabouvski_le_jeune : 2 pts. Félicitations Monseigneur !!
Gandrelina : 1 pt
Damisella : 1 pt
Armoria : 1 pt
Elegie : - 1 pt. Désolé, Dame...

Lettres proposées présentes :
A, R, O, L, I

Lettres proposées non présentes :
G
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Prenant goût au jeu...

Et pourquoi pas "V"?
Carmody a écrit:
IL était rester face a elle, , oubliant un instant ce qu'ils étaient tout deux tandis que ses yeux restait sur la silhouette de la princesse. comme souvent il ne mesurait en rien la teneur et l'implication de son acte, il se contentait d'être tel qu'il était.

Ses lèvres s'entrouvrirent un instant mais aucun son ne les franchit puis elle se refermèrent en un sourire. Que faisait il vraiment? où avait il penser être pendant ces courtes seconde. Assurément sa sœur ne lui avait pas tellement dit sur leur hautesse quand ils étaient aller sur ses terres. En y repensant A l'époque sa Sœur voulait le voir s'assagir, aurait elle omis lui parler de la moratoire de la princesse pour qu'il ne cherche pas a la revoir? non il en doutait ce devait être un oubli fortuit de sa part.

Penchant la tête son esprit revient a l'instant de la fête et son sourire se fit plus appuyé. puis ses parole sortirent d'elle même comme si parlait pour lui même sans faire la moindre attention a ce qui l'entourait.


Elle avait omis de faire en effet. Mais elle n'aurait pu cacher ce que la vision inspirait alors et continue a le faire.

Ses yeux se mirent a cligner comme si des étincelles les habitaient, puis il se força a regarder ailleurs tandis que ses doigts jouait machinalement entre eux.

Et rien ne changeras jamais avec cette nature. Qu'importe le reste quand on est honnête envers soi même.

Retour des yeux rieur et du sourire malicieux, il ne lui faudrait plus se plonger autant dans des pensées qu'il ne devrait avoir.

Je pense qu'un E serait de mise aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Ven 7 Nov - 23:40

Clothilde a écrit:

L'archevêque ayant fait sa troisième proposition de lettres, il s'approchait de plus en plus du mets-mystère.

Rodrigue lui dit en inclinant respectueusement la tête :

Monseigneur, vous excellez !! Vous pouvez si vous le désirez proposer le mets-mystère, ou bien attendre que d'autres lettres le dévoilent davantage.
Par contre, vous ne pouvez plus proposer de lettres pour ce mets...


Puis se tournant vers Carmody, il lui dit :

Désolé Messire, mais comme il est énoncé dans les règles, le "E" se trouve être la seule lettre interdite, car trop présente en notre belle langue.
Mais vous pouvez tenter une nouvelle proposition si vous le souhaitez.



Le Héraut inscrivit sur l'ardoise :


Citation :


/A _ _ R O I _ I _ _/ /_ _/ / V O L A I L L _ / /A _ _/ /_ R _ I _ _ / /_ _ _ _/


Nouveau Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres Wink ]

Zabouvski_le_jeune : 3 pts.
Gandrelina : 1 pt
Damisella : 1 pt
Armoria : 1 pt
Elegie : - 1 pt.

Lettres proposées présentes :
A, R, O, L, I, V

Lettres proposées non présentes :
G
Carmody a écrit:
Fronce les sourcil sous l'acte d'un intense réflexion en regardant le maitre de cérémonie puis retrouve son sourire.

Alors je vais choisir un U. une voyelle pour une voyelle.

Petit moue enfantine pour tenter de faire pardonner son étourderie, il met son doigt tendu devant sa bouche et penche de nouveau la tête sur le coté. Il était étrange comme il lui arrivait parfois ne pas faire assez attention au paroles que prononçait les hommes,, un jour, il lui faudra aller demander a une médicastre si cela n'était pas trop grave. Et justement il en avait en tête une parmi ses amie qui pourrait l'aider a merveille et dont il avait toujours voulu pouvoir se retrouver sous ses mains.
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Quelques secondes...

Il est question de volaille, cela m'apparaît clair. Ensuite, comment fut-elle apprêtée...
Elegie2 a écrit:
perd le G en cloche et le balance du bout du pied. Zut de zut ! L'archeveaque a piqué le V .. il me reste la croix du X . allez hop !! Je me lance .. un X ??
Clothilde a écrit:

Rodrigue ne put s'empêcher de sourire aux réflexions de ses trois derniers interlocuteurs, à qui il répondit :

Messire, j'accepte votre "U" qui vous vaut un point.
Monseigneur, effectivement, je pense ne pas trahir de secret en vous avouant qu'il s'agit bien de volaille... reste à trouver son accommodement !!
Dame, votre score remonte lentement, certes, mais sûrement.
Voici donc :



Citation :


/A _ _ R O I _ I _ _/ /_ _/ / V O L A I L L _ / /A U X/ /_ R U I _ _ / /_ _ _ _/


Nouveau Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres Wink ]

Zabouvski_le_jeune : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Damisella : 1 pt
Armoria : 1 pt
Carmody : 1 pt
Elegie : 0 pt

Lettres proposées présentes :
A, R, O, L, I, V, U, X

Lettres proposées non présentes :
G
Elegie2 a écrit:
tente de faire partir le fveu qui est fur fa langue un ff ?? F ?
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Proche de la table - quelle joie - l'archevêque dégusta la liqueur de gentiane. Un goût nouveau, saveurs novatrices... rien de tel n'avait jusqu'alors visité l'archiépiscopale bouche, pourtant habituée aux alcools les plus divers.

Pendant ce temps, le prélat posait son regard sur les différentes personnes présentes, et plus particulièrement sur le roi et la princesse et le seigneur qui, visiblement proche de Son Altesse, avait eut l'audace d'une discrète manoeuvre sensuelle (seul un vieux moralisateur aguerri peut remarquer une telle chose).

Sentant le besoin d'entamer conversation, le prélat ne put cependant se décider sur la manoeuvre à tenter... s'approcher de Sa Majesté ou essayer plus modeste?
Damisella a écrit:
Damisella commence à avoir des idés, il faudrait creuser encore

Eh bien, je vais demander........ un M
Clothilde a écrit:

Petit sourire en coin du Héraut, qui répliqua :


Félicitations Mesdames, grâce à vous deux, l'on s'approche de la révélation !!
Voyez plutôt :

Citation :


/A M _ R O I _ I _ _/ /_ _/ / V O L A I L L _ / /A U X/ /F R U I _ _ / /_ _ _ _/


Nouveau Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]

Zabouvski_le_jeune : 3 pts
Damisella : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Armoria : 1 pt
Carmody : 1 pt
Elegie : 1 pt

Lettres proposées présentes :
A, R, O, L, I, V, U, X, F, M

Lettres proposées non présentes :
G
Damisella a écrit:
Puis-je demander ma dernière lettre?

Je souhaiterai un C
Clothilde a écrit:

Rodrigue sourit puis répondit :


Mais bien entendu, Dame, vous pouvez utiliser votre troisième lettre... surtout qu'elle se trouve présente !!
La preuve :


Citation :


/A M _ R O I _ I _ _/ /_ _/ / V O L A I L L _ / /A U X/ /F R U I _ _ / /_ _ C _/


Nouveau Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]

Zabouvski_le_jeune : 3 pts
Damisella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Armoria : 1 pt
Carmody : 1 pt
Elegie : 1 pt

Lettres proposées présentes :
A, R, O, L, I, V, U, X, F, M, C

Lettres proposées non présentes :
G
Elegie2 a écrit:
ouvre grand les yeux et dit tout doucement

Ambroisine de volaille aux fruits secs ?

a murmuré timidement ce qui n'est pas dans ses habitudes. Se dit qu'après un tel plat il lui faudra aller saluer. Retarde un peu le moment ne sachant comment s'y prendre.
Damisella a écrit:
Damisella hésite, se lancer et avancer une phrase, attendre que d'autres personnes avancent des lettres?

Elle a pourtant l'impression d'avoir trouvé.


Je pense que le plat sera une

Ambroisine de volaille aux fruits secs

Elle regarde le héraut, espérant une réponse positive.
Clothilde a écrit:

Pratiquement en choeur, les deux jeunes femmes proposèrent alors la bonne réponse !!
Cependant, Dame Elegie avait une très légère avance sur Dame Damisella, et, si minime soit-elle, ce fut cette avance qui lui octroya les trois points, la mettant soudainement en tête du classement.


Dame Elegie, toutes mes félicitations !!
Dame Damisella, permettez-moi de vous féliciter également, même si les points ne vous reviennent pas.


Et bien, je vous souhaite donc à toutes et tous bon appétit, et surtout excellente dégustation d'une délicieuse...



Citation :



Ambroisine de Volaille aux Fruits Secs



Nouveau Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]

Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 3 pts
Damisella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Armoria : 1 pt
Carmody : 1 pt

Lettres proposées présentes :
A, R, O, L, I, V, U, X, F, M, C

Lettres proposées non présentes :
G
Clothilde a écrit:

Ainsi à cette annonce, les valets servirent à chaque convive une portion généreuse de cette Ambroisine de Volaille aux Fruits Secs, riche en saveurs, fondante à coeur, et... tant attendue !!!!


Caporalescu a écrit:
Un homme racla sa gorge derrière Capo. Il se retourna étonné de la sonorité de ce raclement. Un homme se tenait derrière lui. Il le regarda l'air étonné. L'homme dit enfin:

Messire sans vouloir vous offenser, la coutume veut que l'on se fasse annoncer à son arrivée...

Capo se sentit tout honteux...

Euh... annoncez... Caporalescu Grand Maitre de la guilde des Corinthiens...

Il se sentait minable après tous les titres qu'il avait entendu prononcé. Enfin peu importe, le ridicule ne tue pas...
Somara a écrit:
Elle tourna la tête en entendant une voix bien connu , et aussitôt reconnu Capo , juste a ses coté, et le sourire aux lèvres lui dit d'un ton bas et moqueur :

On ne dit point bonjour Messire Caporalescu ?
Tixlu a écrit:
Retardé quelque peu par quelque affaire urgente, le Duc Tixlu arriva alors que nombre de convives étaient déjà arrivés, et non des moindres.
Passant la porte, bien qu'il douta que ce fut nécessaire, il se présenta à l'huissier :


Vous pouvez annoncer Sa Seigneurie Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais Auvergne et de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France.

Le Duc entra alors dans la salle de banquet et salua les nombreuses personnes qu'il croisa en gagnant sa table, où trônait déjà le Roy. Beaucoup de beau monde... Et déjà le premier met arrivait. Il en saist le nom alors que Damisella le claironnait. Sans doute suite à une des animations choisies avec goût par le comité des fêtes.
Mimicracra a écrit:
Allons donc saluer Gypsie.

La salle ne cessait de s'emplir, et les bavardages allaient bon train. Clo lance le jeu qui reçoit un vif succès. Pour le moment, tout se passe bien, et c'est encourageant pour la suite.
Gals et Mimi marchent pour rejoindre Gypsie.


Gypsie... pouvons nous nous joindre à toi ? Elle lui sourit ravie de la revoir.
Gypsie a écrit:
De plus en plus de monde, le roy fit son entrée plongeant la princesse dans une révérence digne de son rang. Quelle grâce et quelle élégance ! L'assemblée fut distraite par un jeu, les premiers mets fins furent servis, la soirée se déroulait parfaitement bien.

Soudain une voix, Gypsie se retourna, agréablement surprise par une Mimicracra suivie de Gals. Large sourire rendu à la jeune fille plus revue depuis l'enterrement du cher Bobi. Qu'il leur manquait à tous, sa gentillesse, son esprit, son humour aussi.


Gals ! Mimi !! En voilà une bonne surprise !! Bien sur vous pouvez !! Vous êtes très en beauté ce soir ! Comment allez vous ?

Fait un clin d'oeil à Gals, connaissant sa gourmandise, sans doute a-t-elle déjà touché à quelques délicatesses.

Tu as gouté un de ces plats raffinés ? Lequel me suggères tu ?

A peine installé, le duc Tixlu fut servi, voilà un autre gourmand satisfait et heureux ce soir.
Rick a écrit:
Rick et Tia s'étaient longtemps demandés s'ils allaient pousser la porte du banquet. Ils avaient vu entrés de nombreuses personnes dans la salle et pas des moindres. Le jeune homme avait peur de ne pas être à sa place parmi la noblesse. Mais après tout, le banquet était ouvert à tous. Après de nombreuses hésitations, les deux époux étaient arrivés aux portes. Ils avaient vêtus leurs habits du dimanche pour venir jusqu'au château. Lorsqu'ils arrivèrent, ils aperçurent que du beau monde, dans des tenues magnifiques. L'oeil de l'ancien tisserand qu'il était ne pouvait qu'admirer la finesse des étoffes et le choix des coloris.

Il se rapprocha du héraut chargé d'annoncer les arrivés.


Pourriez vous annoncer Tiadriel, maréchale de Montpensier et Rick, ambassadeur auvergnat ?

Il avait longtemps hésité sur le comment se faire annoncer. Ils n'avaient pas de longs titres à énoncer et même s'il était fier de sa condition d'artisan, il s'était dit que ça ferait tâche parmi la noblesse. Il donna donc leur fonction. Il se tourna vers son épouse et lui sourit. Elle allait enfin pouvoir voir le Roy. Il n'était pas donné à tout le monde de pouvoir saluer le souverain du royaume et c'était une occasion à ne pas manquer. Rick l'avait aperçu vite fait dans les rues lors du défilé, mais ses gardes du corps l'avaient trop vite entourés, de peur d'un acte criminel, sans doute. Mais là, ils allaient enfin pouvoir le voir. Le jeune homme prit une inspiration et avança dans la salle, au bras de son épouse. Il la trouvait encore plus belle que d'habitude, mais certains diront que c'est parce qu'il était amoureux...
Alayn a écrit:
Nous arrivions, en retard... Et j'étais gêné de me présenter à ce banquet en l'honneur de la visite Royale en terres Bourbonnaises et Auvergnates après que Sa Majesté eut fait son entrée, mais après tout, tant qu'à se faire remarquer, autant aller jusqu'au bout...

Nous avançons vers les portes de la salle de banquet, son bras par dessus le mien, l'huissier prononça nos noms et titres à haute et intelligible voix.


Apolonie de Nerra, Dame d'Orval,
Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert


Les portes s'ouvrent devant nous, je peux apercevoir la salle déjà bien pleine, de nombreuses personnalités, connues ou non, puis Sa Majesté Lévan, Son Altesse Armoria et bien d'autres. Plusieurs images et scènes du passé refont surface : mon allégeance à la couronne lors de mon accession au trône ducal du Bourbonnais-Auvergne, les deux mois qui en suivirent, puis les 45... tiens, Damisella... Je m'attendais à en voir d'autres avec elle, mais non.
Un retour dans la haute société après des mois passés à vagabonder plutôt particulier, non sans me déplaire, d'autant plus que je suis en charmante compagnie.

Notre entrée se fait tout de même discrète, celle du Tixlu nous ayant précédée de peu. Une révérence adressée à Sa Majesté Lévan, puis à la Princesse, il ne nous reste plus qu'à nous fondre parmis les autres. La soirée s'annonce bonne.
Chevalier_dide a écrit:
Dide se tourna vers sa Marraine, Donà Pyrotess

Qu'elle plaisir de te voir ici Pyrotess, Bien pour l'instant tout va parfaitement bien et je te remercie.
Tu est splendide dit moi, vêtus de cette Robe sable.


Quand une autre Dame s'approcha de lui, il S'inclina

Bonsoir Demoiselle, mais vous ne m'importunez point, belle Demoiselle.
Cela est trop d'honneur, allons Demoiselle, je n'ai point une t'elle réputation.

Bien, t'elle sera alors mon surnom pour cette Soirée " l'Homme en Vert "


Dide Sourit de ce surnom

Je n'ai point encore le plaisir de connaître Vostre doux nom Demoiselle ...
Aiguemarine a écrit:
Aiguemarine s'était parée pour l'occasion d'une houppelande couleur cyan, légèrement décolletée, avait vainement relevée ses longs cheveux bruns en un chignon. Question. Le chignon tiendrait'il toute la soirée ?! ça...c'était moins sûr.

Elle arriva seule devant le garde. Son époux avait promis de l'y rejoindre au plus vite pour la faire danser. Depuis le temps qu'elle en rêvait, ce banquet et ce bal tombaient vraiment à point nommé.


Veuillez annoncer Aiguemarine, Dame de Sarliève...

Aiguemarine prit une grande inspiration et s'avança dans la grande salle.
Yeux bleus qui parcourent l'assemblée.
Elle s'avance parmi la foule, le sourire aux lèvres, espérant croiser rapidement quelques connaissances...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Ven 7 Nov - 23:55

Fur a écrit:
Fur était heureux d'être accompagné... Car a par la cours et son entourage, il ne connaissait pas la plus part des gens ici... Et il n'allait surement pas aller tapper la causette avec sa Majesté...

En se dirigeant vers la Duchesse, il appercu un homme à la robe verte... Et sourit en le regardant, repensant à leur rencontre cette apres-midi....

Diane et lui arrivèrent donc au niveau de la Duchesse....


Vostre Grâce, vous me voyez enchanté d'avoir la change de vous saluer icelieu...
Apolonie a écrit:
Une halte dans le voyage entrepris, une rencontre des plus surprenantes, un regard qui a évolué de part et d'autre et une invitation absolument pas académique plus tard, la jeune femme se rend compte de ce qu'elle a fait, et un léger vent de panique souffle sous son crane d'écervelée. Le sourire nait tout de même aux commissures des lèvres tandis que dans les quelques malles du campement monté par son écuyer elle fouille désespérément à la recherche d'une tenue appropriée pour un banquet royal.

Voilà, sous ses yeux, enfin, une robe qui lui semble convenir. Rapidement, elle fait glisser au sol braies et chemise qui habillent habituellement sa silhouette, pour se faufiler sous le lourd velours. Entourée pendant son voyage de deux hommes, ayant préféré un écuyer à une dame de compagnie, ce qui correspond bien plus à son caractère, elle a dû apprendre il y a longtemps à lacer son corset seule, soulignant ainsi une taille assez fine, surplombant des hanches rondes. Dans le même esprit, elle a ôté les bandes qui enserrent sa poitrine, laissant le décolleté s'orner d'une jolie manière. Ce dernier reste discret, le tissu se devant de recouvrir sa dernière cicatrice.

Une fois vêtue, elle attaque un démêlage en règle de sa tignasse. La rivière auburn, aux reflets soulignés par le rouge profond du velours, coule jusqu'à ses reins. Deux peignes pour les relever sur les côtés, et ils ondulent, plis joyeusement formés par la natte qu'elle arbore en temps normal. L'azur de son regard est quant à lui rehaussé par l'éclat du saphir qui pare sa gorge blanche et dont elle ne se sépare plus. Bien sûr, sur sa cuisse, tenue par un fin lien de cuir, la dague aux armoiries d'Orval sans laquelle elle se sentirait nue, même couverte par la robe.

Le froid sec du temps auvergnat se combat d'une cape de la même étoffe que sa tenue, et c'est ainsi qu'elle se présente avec le vicomte d'Ambert à la porte du bal. Bienséance et protocole lui ont été inculqués alors qu'elle n'était encore qu'une jeune ambassadrice, et au fil de son année diplomatique, elle n'en a rien oublié, même si les règles ne sont pas son fort. Elle laisse donc Alayn les annoncer, et c'est à sa suite qu'elle s'engouffre dans la salle.


Apolonie de Nerra, Dame d'Orval,
Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert


Une fois entrés, elle se plie à la révérence comme son cavalier. Non pas qu'elle y tienne vraiment, mais ça ne la dérange pas. La Cour Royale lui parait comme à la plupart des gens si lointaine, aux histoires si royalo-royalistes... Un léger sourire à Armoria qui semble avoir bien dégonflé depuis leur dernière rencontre, à un bal berrichon. Faut dire qu'elle était enceinte à l'époque, ceci explique peut-être cela. Puis, son bras glissé sous celui du montbrisonnais, elle tourne vers lui son minois mutin, pour une fois les traits ne sont pas tirés par une quelconque convalescence, et d'un souffle discret elle lui glisse :

Gouterons-nous cette ambroisine ?
Jariane a écrit:
La duchesse naviguait entre les différents groupes, gals était toujours en beauté comme à son accoutumée, gyspie que qui ne semblait pas avoir pris une ride avec le temps qui passait, elle n'avait point encore vu thibantik, ni son époux d'ailleurs, le vicomte Alyan, il faudra qu'elle trouve un moment pour lui parler.

Elle observait le jeune couple qui se dirigea vers elle, Diane était en beauté et rayonnait ce soir au bras de son cavalier, Fur semblait heureux, dommage que valéria n'était point là pour se réjouir avec elle de la situation

Vostre Grâce, vous me voyez enchanté d'avoir la change de vous saluer icelieu...

Elle tendit la main à Fur,

Je suis enchantée de vous voir vous et Diane ice lieu. J'espère vous voir à Saint Nectaire avant que vous quittiez le Duché.

Diane restait silencieuse, Jariane sourit

Silec devrait se joindre à vous pour le voyage royal dans les prochains jours.
Naluria a écrit:
Naluria s'était enfin décidé. Elle n'aimait pas tout ses banquets mondains qui le plus souvent duraient une éternité, mais, étant Grand Veneur de Sa Majesté, qui avait de plus fait le voyage jusqu'en Bourbonnais-Auvergne, l'obligation était de mise.

Elle revêtit sa longue robe couleur or qu'elle avait spécialement prévue pour les chasses, ses botines, puis quitta l'auberge où elle louait une chambre.


***

Arrivée au château de Clermont, moult personnes étaient présente, elle tenta de se faufiller, rentrant son ventre, écrasant sa poitrine, c'est bon ca passe tout bien entre les deux hommes. Elle regarda ceux deux ci avec un sourire pour s'excuser de les avoir déranger, bien qu'ils aient profité de ses formes assurément. Elle se retourna pour entrer dans la salle du banquet lorsqu'elle se cogna contre du métal.


*Encore !, mais il va falloir que je laisse mon amour pour le méta...l*

Elle leva un peu les yeux et observa le garde avec une tête acerbe. Elle s'empourpra un peu ne sachant pas s'il avait cette tête sévère parce qu'elle s'étai fauffilée, parce qu'elle s'était cogné contre lui ou si s'était sa nature même. Elle se présenta donc avec une voix fluette.

Naluria Marthun Vaast, Grand Veneur de Sa Majesté.

Le soldat opina du chef puis la laissa passer. Elle se dirigea ensuite vers le Suzerain suprême et elle ploya genou devant icelui.

Votre Majesté, mes respects. J'espère que vous passez un excellent voyage en notre compagnie et en nos terres du Bourbonnais-Auvergne.

Elle se releva puis se présenta en effectuant une révérence.

Naluria Marthun Vaast, votre Grand Veneur. Les Chasses Royales vous remercie de l'honneur que vous nous faites en nous autorisant Vincennes et vos animaux.

Elle sourit puis disposa avant de se diriger un peu plus dans la foule et saluer par un sourire la Princesse Armoria discutant avec son Grand Louvetier.
Clothilde a écrit:

Rodrigue sourit à la demande de Messire Caporalescu, et lui murmura qu'il l'avait déjà annoncé dès son arrivée.

Mais déjà d'autres personnes faisaient leur entrée, et Rodrigue annonça donc :




Sa Seigneurie Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc du Bourbonnais Auvergne et de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France
Dame Tiadriel, et Son Excellence Rick
Apolonie de Nerra, Dame d'Orval
Sa Grâce Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert
Aiguemarine, Dame de Sarliève
Dame Naluria Marthun Vaast, Grand Veneur de Sa Majesté

Caporalescu a écrit:
On ne dit point bonjour Messire Caporalescu ?

Capo se retourna étonné que quelqu'un lui adresse la parole icelieu, c'est alors qu'il reconnu Somy, son visage s'éclaira:

Oh ma petite Somy quel plaisir de te voir ici!


Il la prit dans ses bras.

Ton mari est là? j'aimerai énormément le rencontrer...
Clothilde a écrit:

Clothilde venait de terminer son ambroisine, lorsque Rodrigue annonça de nouvelles arrivées.
La jeune femme alla accueillir les nouveaux convives.
Tout d'abord le Duc du Bourbonnais-Auvergne, à qui elle adressa une jolie révérence, avant de lui dire dans un sourire :

Votre Seigneurie, grand merci d'honorer de votre présence ce banquet. Permettez-moi de vous souhaiter une excellente soirée.

La Dame de Laveissière et de Bost fit prestement signe aux laquets afin que le Duc soit conduit à la tablée d'honneur.

Un autre geste adressé aux serveurs, afin que ceux-ci accueillent les personnes venant d'arriver par une liqueur apéritive.



Puis, Clothilde alla saluer Dame Naluria qui se tenait parmi les nouveaux arrivants.

Bien le bonsoir Naluria. Je suis heureuse de te voir icelieu. Tu n'as raté que les mises-en-bouche, le banquet ne fait que de commencer.
Alayn a écrit:
Les salutations d'usage faites, nous pouvons entrer dans le vif du sujet, le banquet. Bien entendu je ne suis pas venu icelieu uniquement pour ça, la perspective de passer une soirée avec la Dame d'Orval prévaut sur le reste.
Notre rencontre à Montbrisson avait été des plus agréable, mais sa tenue de tous les jours n'était pas faite pour la mettre en valeur. Comprenez alors ma surprise lorsque je la vis arriver devant moi avant de nous rendre au bal, portant cette robe qui lui allait à merveille et sa longue chevelure détachée mettant en valeur son visage. Je n'avais pas été avare de compliments, il n'est jamais assez de compliments pour une si belle dame.

Elle tourne son regard vers moi, me demandant doucement :
Gouterons-nous cette ambroisine ? Je lui adresse un sourire et lui souffle à mon tour :

Bien entendu, nous goûterons même à tous ces mets s'il le faut Dame Apolionie.

Sourire se fait plus taquin, elle m'avait défendu de la nommer ainsi mais l'envie était trop forte. Le ton est donné, je m'attend à une répartie quasi immédiate...
Aussi rapide qu'efficace - l'habitude - je me saisi de deux coupes de vin sur une table avoisinante et en tend une à ma cavalière sans même qu'elle ai eu le temps de se rendre compte de mon absence. Je lève la mienne en sa direction et lui murmure un
" A votre venue à Montbrisson, à notre rencontre, et à cette soirée en vostre compagnie. "
Martymcfly a écrit:
Une missive d'invitation était parvenue jusqu'à lui. Sa vassale avait pensé à tout, même à inviter personnellement son suzerain. Clothilde devait avoir fort à faire entre le passage de la Cour en Bourbonnais-Auvergne et ses contractions, sans doute de plus en plus douloureuses. Malgré tout, elle semblait gérer de front ces deux événements avec la plus grande efficacité.

Marty avait quitté Thiers il y a peu, après quelques jours à surveiller les remparts du village ou envoyer quelqu'un travailler à la mine de pierre pour lui. Mais surtout après ces quelques jours passés en la compagnie la plus divine qui soit. Elle lui avait avoué ses sentiments, il n'avait rien répondu. Quel idiot...

Jusqu'à cette lettre, reçue alors qu'il préparait ses dernières affaires. Elle voulait venir à son bras. Elle tenait à paraître à ses côtés, de surcroit vêtue d'une robe. Mais ?! Serait-ce un moyen de le tenir ? De le retenir ? Elle n'avait pas besoin de cela, loin de là. Le Duc de Billy s'était empressé de lui répondre, se livrant à son tour. La perspective de paraître accompagné de Beths à la salle de bal le réjouissait. Bien évidemment il décida de la pénétrer ensemble. La salle devait regorger de monde et du beau monde de surcroit.

C'est ainsi que le Duc de Billy avait rejoint la Dame de Gondole devant ladite salle. Ce serait la première grande réception où ils s'afficherait ensemble et Marty se contrefichait de ce que l'on pourrait dire. Au pire, Beths ferait entendre sa douce voix et il savait comment la faire taire. C'était un moyen fort peu aristotélicien mais tant pis...

Sa Dame était, comme annoncée, habillée d'une robe resplendissante, d'un corset qui tenait magnifiquement ses formes et d'une coiffe qui la rendait magnifique. Non ce n'était plus la même Beths qu'il y a quelques jours. Quelque chose avait changé et Marty était fier d'en être la cause, du moins il aimait à le penser.

Emerveillé par tant de beauté qui s'offrait à lui en ce jour béni du Très Haut, Marty lui donna un tendre baiser avant de lui offrir son bras pour entrer dans la salle.

Quelques pas les séparaient de l'entrée... Chuchotements à l'oreille...


Tu es magnifique Chaton, je t... Il s'était retenu... je t... Raaaaaaahh !! Il ne pourrait pas lui dire encore, l'écrit avait été suffisant mais il voulait pourtant lui dire de vive voix. je t'espère à l'aise à mes côtés.

Il lui sourit et reconnut le héraut du Comité des Fêtes ducal. Marty s'adressa alors à lui.

Veuillez annoncer la ravissante Beths, Dame de Gondole et Prévost Royale des Provinces Vassales, accompagnée de Sa Grâce Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves, je vous prie.

Une délicieuse odeur s'échappait de l'intérieur... Cela fleurait bien bon... Forcément avec tous ces nobles. Fallait-il rappeler que la noblesse sentait bon ? Mais ce n'était pas cela cette fois... C'était quelque chose de plus délicat qui avait le don de faire gargouiller son estomac. Marty avait omis qu'il s'agissait d'un grand banquet ! S'il avait su il aurait mis vêtement plus ample pour avoir le loisir de s'adonner à son plaisir de déguster.

Ce qui était certain c'est qu'il allait faire des rencontres. Ne dit on pas que la table est l'entremetteuse de l'amitié ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Ven 7 Nov - 23:59

Tiadriel a écrit:
Tiadriel avait longtemps hésité à demander à Rick de l'accompagner à ce banquet en l'honneur du Roy. Poussée par son désir de Le "rencontrer" enfin et sa peur de se sentir de trop à cette soirée. La curiosité avait fini par l'emporter. Après tout, quand elle était entrée au Saint Esprit, c'était pour Lui. Elle était partie deux fois défendre Son Honneur, laissant tout derrière elle pour son Roy. Se triturant parfois l'esprit entre soigner un ennemi ou laisser mourir un homme...

Mais c'était loin tout ça. Elle avait choisi de se ranger pour sa famille à elle. Elle ne regrettait pas son choix, mais elle voulait Le voir.
Elle avait donc choisi sa plus belle toilette pour cette grande exception, doutant fort de pouvoir égaler celles des grandes dames. Mais l'essentiel était toujours de participer. Elle avait hésité sur sa coiffure. Chignon ? Hum, non, elle avait finalement opté pour les laisser flotter sur ses épaules. Elle avait simplement ramené deux mèches, prises sur les côtés et tressées derrière la tête. Elle avait accroché ses pendants d'oreilles, ceux offerts par Rick, puis après un dernier regard dans le psyché, elle avait rejoint son époux.

Ils s'étaient mis en route et étaient... en retard... La jeune mère avait eu du mal à confier son fils pour la soirée. Mais maintenant qu'il faisait ses nuits, cela les laissait un peu plus libre de profiter de ce genre de soirée.
Elle laissa son époux les annoncer au héraut posté là à cette occasion pendant qu'elle jetait un oeil à la salle de réception, magnifiquement décorée pour cette grande occasion. Elle n'écouta donc pas la façon dont ils devaient être annoncés.


Dame Tiadriel, et Son Excellence Rick

Dame ? Elle manqua s'étouffer, se demandant ce que Rick lui avait raconté. Elle lui jeta un regard interrogateur et devant son air, en déduisit qu'il n'y était pour rien. Elle respira un grand coup et reprit contenance.

Ils s'avancèrent dans la salle, elle, avec son regard curieux, cherchait le Roy. Elle se demandait à quoi Il pouvait bien ressembler. Elle finit par L'apercevoir, puis Le voir. Elle fut impressionnée, s'avança et se perdit en une grande révérence devant sa Majesté. Son expérience dans la diplomatie lui avait au moins appris à faire cela comme il fallait.

Elle se releva et chercha ensuite du regard un visage connu. Kory ! Elle entraîna Rick vers elle. Elle faisait partie du Comité des Fêtes, elle devait avoir du travail, mais pas grave. Elle avait envie de la saluer. Elle s'approcha et lui fit la bise.


Bonsoir Kory ! Il y a du monde, c'est impressionnant !
Tu vas bien ? Pas trop fatiguée par tous les préparatifs ?
Beths a écrit:
Une malle qui s’ouvre, un désespoir devant le contenu d’un trousseau exempt ou presque de toutes robes, jusqu’à présent la jeune femme ne s’était jamais inquiété de la chose, ne s’intéressant point à la mode, et préférant par-dessus tout sa tenue de maréchale, ample, confortable, qui lui permettait tous mouvements dont au besoin courses les vils individus épée au poing.
Mais aujourd’hui … une fébrilité certaine gagnait la jeune femme. Pour la première fois de sa vie, elle souhaitait être présentable, réellement présentable. Non aux yeux de leurs Majestés, même si elle aurait certainement fait un petit effort en passant sa tenue de membre de la Grande Prévôté, mais non, ce jour c’était pour une toute autre raison, ou plutôt pour d’autres yeux qu’elle désirait être belle. Une Gondole doucement prenait l’eau sous le doux regard de celui qui avait su conquérir son cœur.
Elle grimaça, quel choix avait-elle ? Remettre la seule robe qu’il avait déjà vu, la plus élégante, ou bien une autre, déchirée et pleine de terre, n’ayant point eu le temps de s’en occuper depuis son annoblissement, ou bien encore une dernière propre et simple, qui ne lui avait servi qu’une seule fois, pour des joutes, malheureuse idée qu’elle avait eu là. Vaste dilemme qui la laisserait pantoise et qui l’aurait bien fait rire quelques semaines auparavant.
Depuis sa Noblesse, elle ne s’était guère préoccuper de trouver tenue adéquate. Attrapant la dernière robe qu’elle avait vue, elle la plaça devant elle, n’était-elle point trop simple pour un bal où le Roy serait présent : velours et voile ? Elle était de sa couleur préférée, mais elle ne faisait ni honneur à son Roy, ni à son blason en ne portant pas de bleu, mais de bleu, elle n’en avait point.
Elle se décida donc pour cette robe qui mettait en valeur sa taille fine, mais qui à la différence de la précédente, ne laissait rien qu’à peine imaginer la naissance de sa poitrine. La jeune femme rougit, et sa pudibonderie chassa toutes ces folles pensées de son esprit. Elle dénicha ensuite un peigne dans ses affaires, elle ne souvenait même pas en avoir un, peigne qu’elle usa pour domestiquer un peu ses cheveux. Elle tenta d’élaborer un chignon. Las, soit il pendait trop d’un côté, soit de l’autre, soit … Une coiffe, humpf … elle n’aimait pas et n’en avait pas. Ses cheveux resteraient libres, ils seraient son plus bel atout. Réfléchissant un instant, elle plongea au fond de la malle. Des peignes, anciens, qu’elle avait acheté à un marchand ambulant, pourquoi pas, ils seraient … sa coiffe. Elle les plaça dans ses cheveux. Elle était prête. Elle jeta un regard sur son épée, et main tendue en avant allait la prendre. Non ! Pas ce soir. Elle lissa doucement sa robe. Non ce soir, elle ne serait pas maréchale. Son épée, resterait chez elle, autant que cela puisse lui coûter.

Elle se présenta alors au château de Clermont. Était-il déjà là ? Son cœur cognait avec ferveur dans sa poitrine. Un sourire s’était affichée sur ses traits, et elle se demanda, si cette fois, il la reconnaitrait.
La nuit tombait, et passant devant l’une des nombreuses baies vitrées qui menaient à la salle de bal, son image lui fut renvoyée. Oui décidément, Beths était métamorphosée.




Elle allongea le pas et arriva à proximité de la porte du bal, et ses yeux s’arrondirent de ravissement. Il arrivait lui aussi. Timidement, elle s’approcha de lui. Il l’accueilla d’un tendre baiser qui la fit délicieusement rosir. Le sourire qu’il lui adressa fit une nouvelle fois chavirer son cœur. Délicatement, elle posa sa main sur son bras, et levant ses yeux vers lui, lui sourit.

Tu es magnifique Chaton, je t... je t'espère à l'aise à mes côtés.

Le rose devient rouge, et son regard encore plus amoureux s’il en était, elle hoche la tête en une affirmation heureuse.

Il l’entraina alors vers la salle de bal, précisant leurs noms et titre à l’annonceur.
Aussi droite que la justice pourrait, l’être, au bras de celui qu’elle aimait, la jeune femme pénétra dans la salle de bal.
La salle est déjà pleine, la plupart des visages qu’elle croise lui sont familiers, Marty la conduisait vers Sa Majesté Lévan III et Son Altesse Armoria et la Cour. Révérence devant le Roy puis la Princesse. Les présentations étaient requises


Vos Majestés, mes respects. Je suis Beths, Dame de Gondole, votre Prévost Royal des Provinces Vassales. C’est un honneur que de vous recevoir dans notre Duché.

Un doux sourire accompagne sa déclaration qu’elle avait faite d’une voix calme et sereine. Incontestablement, Beths était toujours Beths, mais elle avait été transformée.
Puis il disposèrent et Beths se laissa conduire par son cavalier vers la foule présente.
Apolonie a écrit:
La rencontre fut fortuite, ne s'attendant pas à croiser celui qui est ce soir son cavalier lorsqu'elle avait franchi la porte de l'auberge montbrisonnaise. Presqu'un an depuis leur dernier échange. L'azur de la demoiselle s'est assombri au cours de cette année, les traits sont plus creusés, le ton est plus rude. Tout ce qu'elle a perdu, gagné, vécu, vu, ces deuils, les exactions qui s'en sont suivies, la vie de voyageuse et les combats ont modifié la jeune fille naïve qu'elle était alors. Il semblerait que le temps en ait fait de même avec son cavalier.

Lorsqu'ils avaient devisé la veille, elle avait cherché en lui le souvenir qu'il lui avait laissé l'an passé. Un jeune homme qu'elle trouvait alors arriviste, un duc qui avait brillé par son absence à l'époque, elle n'avait pas cherché à le connaitre plus avant, l'impression avait été mauvaise au départ. Mais aujourd'hui, lui aussi, dans son ton, son allure, porte les stigmates d'une vie de voyageur, son regard l'éclat sombre de celui qui a tué, blessé, combattu et vu tomber les siens. Les deux jeunes gens avaient beaucoup changé entre l'année dernière et cette soirée qu'ils ont choisi de passer l'un avec l'autre. Le sourire d'Apolonie n'est pas feint, elle est ravie d'être en sa compagnie.


Bien entendu, nous goûterons même à tous ces mets s'il le faut Dame Apolonie.

Plissement de nez désapprobateur lorsque le mot "dame" vient frapper ses oreilles. Elle l'avait pourtant prévenu qu'elle n'aimait pas être nommée de la sorte. Le sourire se glisse en coin, la lueur malicieuse dont le jeune Von Frayner avait fait les frais aux festivités de Billy s'éclairant dans ses yeux.

N'en faisons pas une obligation, Vicomte, mais un plaisir. Ajoutant un ton en dessous: Mais si vous répétez ce dame, vous devrez le faire seul.

Un verre trouve rapidement le creux de sa main, comme le sourire le pli de ses lèvres alors que galamment Alayn lui propose de gouter le vin. Il lève sa coupe, elle imite le geste. Recueille le murmure, inclinant poliment la tête et y répond doucement:

A votre retour en Auvergne, à cette surprenante rencontre et à cette soirée en votre compagnie !


Laissant l'azur planté dans le regard du vicomte, elle porte la coupe à ses lèvres, carmin en glissée savoureuse dans la gorge assoiffée par le voyage, le goût un peu âpre du vin auvergnat réveillant les papilles, qui s'affolent avec les effluves échappées des plats présentés.

Ainsi donc vous comptez rester longtemps sur vos terres ?
Une envie de se relancer en politique ou le simple désir de profiter de l'Auvergne calmement ?
Diane. a écrit:
Diane aperçut Caporalescu un peu plus au loin entrain de deviser avec une charmante dame, s'excusant auprès de jariane et de Fur, elle s'approcha du couple.

Bonsoir Caporalescu, Madame permettez que je vous l'emprunte quelques minutes, Capo je voudrais te présenter Jariane le capitaine de la COBA et Messire Fur de Chéroy.

Elle prit le bras du GM puis retourna auprès de sa famille.

Duchesse, Fur je vous présente Caporalescu des Corinthiens, spécialiste des glissades.
Caporalescu a écrit:
Capo eût à peine le temps de faire un sourire à Somy, qu'il était face à la Duchesse et au Baron. Capo fît une profonce révérence.

Vôtre Grâce... Baron... honnoré de faire votre connaissance... bien qu'il me semble que nous nous sommes déjà vu en taverne Baron.

Capo esquissa un sourire en repensant à cette soirée...
Alayn a écrit:
Imitant ma cavalière, je prend une gorgée de ce vin délicieux qui nous est offert, et je me perd dans son regard azuréen lorsqu'elle m'interroge sur mon retour en Bourbonnais-Auvergne.

A dire vrai, je n'ai encore pas eu le temps de me rendre sur mes terres. Peu après mon retour je suis allé voir mère sur celles qui étaient, il y a encore quelques temps, à son époux, le Vicomte Jazon, à Sainct Maurice.
En l'absence de Jazon, j'ai décidé de l'aider à s'installer sur les terres de nostre famille, à Viverols, nous nous y rendrons très prochainement.


Je porte à nouveau ma coupe à mes lèvres, puis entame une marche, le bras d'Apolonie toujours sous le mien, nous nous mélons un peu plus dans la foule.

La politique... vaste sujet. On n'arrête jamais vraiment la politique lorsqu'on aime. On peut s'en éloigner, mais elle vous rattrape plus vite qu'on ne peut imaginer.
Aujourd'hui je vous répondrais que non, je ne compte point me replonger dedans, mais on ne sait jamais, un jour peut-être.

Et vous ? Comptez-vous poser vos bagages longtemps ? Pour en avoir fait l'expérience, je sais aussi que lorsqu'on a goûté à l'aventure, il est difficile de tenir en place.
Clothilde a écrit:
Rodrigue, après avoir salué les nouveaux venus d'un respectueux signe de tête, annonça :



Beths Dame de Gondole et Prévost Royale des Provinces Vassales accompagnée de
Sa Grâce Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc de Billy et Seigneur de Terves







Clothilde se tenait aux côtés de Rodrigue, pour lui transmettre le parchemin scellé contenant le nom du second mets-mystère.
Aussi, fut-elle aux premières loges pour accueillir son Suzerain et la cavalière de celui-ci.
Grand sourire sur le visage de la Dame de Laveissière et de Bost.
Deux raisons particulières à ce sourire : tout d'abord, elle était visiblement ravie de la présence de son Suzerain.
Et puis, elle jubilait intérieurement de constater que son intuition féminine ne l'avait pas trahie. En effet, lors du Bal donné au domaine de Billy par son ami Marty, et malgré sa présence écourtée par quelques menues contractions, qui lui avaient gagner sa chambre, Clothilde avait surpris des regards, des sourires, qui ne trompaient point.
Sincèrement heureuse de tout cela, elle accueillit ses deux amis.
Ravissante révérence adressée à son Suzerain. Ornée d'un non moins ravissant sourire à partager entre Marty et Beths.

Votre Grâce, Ma Dame... soyez les bienvenus tous deux icelieu. Je suis sincèrement ravie de votre présence parmi nous ce soir !!
Bonsoir Marty, bonsoir Beths !! je vous souhaite à tous deux une excellente soirée, le bal débutera après le service des potages. De quoi répondre je l'espère à tes deux petits péchés mignons, mon ami.


Petit clin d'oeil complice, avant de déposer furtivement une bise sur la joue de Marty et sur celle de Beths, ni vu ni connu. Ce petit geste dénué de tout protocole, étant masqué des regards des convives par la bienveillante et imposante stature de Rodrigue, dont le silence était d'or.
Korydwen a écrit:
Korydwen avait été chargé par Clothilde de vérifier quelque chose, seul problème, elle ne se souvenait pas de ce qu'elle devait faire, la chaleur de la pièce l'ayant un peu étouffée, elle était sortie prendre un peu l'air et en revenant, elle se rendit compte que tout était parfais, les plats distribués, les menus et la phrase mystère, elle ne participerait pas, ayant vu les plats, enfin elle se souvenait les avoir vu.

Elle déambulait dans la salle, toute seule, un peu perdue, faisant quelques révérences par-ci, par-là, écoutant les annonces, mais pas de prévost de son coeur, plus tard certainement.

Elle finit par trouver Tiadriel, elle sourit.


Bonsoir Kory ! Il y a du monde, c'est impressionnant !
Tu vas bien ? Pas trop fatiguée par tous les préparatifs ?


Bonsoir Tiadriel, Rick.

Elle sourit.

Oui beaucoup de monde, je suis perdue... Et vois-tu Clo voulait que je vérifie quelque chose, mais j'ai oublié... Elle s'en sort comme un chef ! Ca va bien et vous deux ? J'espère qu'Al réussira à se libérer pour venir... Les préparatifs ça a été nous sommes un bon petit groupe, alors tout fonctionne très bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Sam 8 Nov - 0:07

Lunedor a écrit:
C'était presque trop facile.

Si vous gardez votre nom secret, messire l'Homme en Vert, je trouve normal de vous rendre la politesse. Pour vous, je serai Nuèch car les ténèbres sont mon royaume.
Mais je ne devrais sans doute pas vous parler, -a-t-on jamais vu la nuit entretenir les hommes hormis pour les conduire au hasard d'un chemin détourné peuplé de coupe-jarrets?
Croyez-vous que je veuille votre perte mon vert damoiseau?
Tiadriel a écrit:
Kory semblait chercher quelque chose...

Bonsoir Tiadriel, Rick.

Oui beaucoup de monde, je suis perdue... Et vois-tu Clo voulait que je vérifie quelque chose, mais j'ai oublié... Elle s'en sort comme un chef ! Ca va bien et vous deux ? J'espère qu'Al réussira à se libérer pour venir... Les préparatifs ça a été nous sommes un bon petit groupe, alors tout fonctionne très bien...


Peut-être que si tu demandais à Clo de te rappeler ce que tu dois vérifier, cela pourrait t'aider, non ?
Oui, elle s'en sort vraiment bien. J'espère qu'elle ne se fatigue pas trop, pour elle et le futur bébé.

Oui, nous allons bien. Je suis un peu impressionnée, je n'avais encore jamais vu le Roy !
J'espère aussi qu'Al pourra se libérer, ça lui ferait du bien de faire un peu la fête, il travaille trop...


Elle marqua un petit temps d'arrêt. A force de parler, elle allait se déssecher sur place.

Tant mieux si tout va comme vous voulez. En tout cas, ça sent terriblement bon. J'ai hâte de goûter aux petits plats.
Tiens, d'ailleurs, tu sais où nous pouvons nous installer ? Je crois avoir vu Aigue, d'ailleurs, tout à l'heure...


Elle jeta un oeil en même temps pour voir si elle apercevait la Dame de Sarliève.
Apolonie a écrit:
La pupille pétille à l'évocation de la Sentinelle. Elle ne l'avait pas vu depuis un moment, mais l'absence n'empêche pas l'amitié, et Jazon fait partie de ceux sur lesquels on peut compter, en toute circonstance. Droit, fier, il était la sentinelle avec laquelle elle avait tissé le plus de liens. Il lui avait conservé sa confiance quand la demoiselle avait suivi d'autres chemins, la loyauté en point commun.

J'ai appris pour le départ de Jaz'. J'espère qu'il nous reviendra entier.
C'est un homme bon, et je crois qu'il forme avec votre mère un beau couple.
Et c'est très aimable d'aider Gypsie à s'installer sur vos terres familiales.


Une pression sur le bras et le pas s'entame, elle le suit entre les convives, dans un parcours aléatoire, prêtant une oreille attentive aux propos de son cavalier.

La politique... Oui, vaste sujet.
Et bien espérons que si elle vous rattrape elle vous réussira.
Pour ma part... mes bagages je viens de les faire. Entre ma blessure et mes mandats de maire, j'ai été retenue deux mois à Moulins. Mon plus long séjour quelque part cette dernière année...
Je viens juste de prendre la route. Pour faire une première halte dans votre ville. Qui se prolonge...


Elle acquiesce en souriant quand il parle du sentiment que tout voyageur connait... L'appel des chemins et de l'inconnu, l'aventure, et la douce sensation du vent poussiéreux sur son visage, le claquement des sabots sur les routes du Royaume.

Croyez-vous que vous tiendrez vous même longtemps en place ?
Pyrotess.. a écrit:
Pyrotess sourit à son filleul

Merci Dide, cela fait plaisir a entendre même si tu es un flatteur comme toujours d'ailleurs je ne porte que la tenue de l'ordre tu le sais fort bien.

La jeune hospitalière était d'humeur fort taquine, souriante comme a son habitude connaissant son filleul elle s'étonnait qu'aucune dame n'essaie de le charmer pour éviter que l'on ne pense que celle ci était sa douce comme son tendre l'avait pensé la première fois ou elle l'avait rencontré avec Dide tant elle et Dide se chamaillait souvent la jeune femme s'approcha de lui et lui souffla

Mon cher je te laisse avec de jolie damoiselle et je m'éloigne afin que je ne te fasse point ombrage a ta jolie tenue mais j'aurais tout de même préférée te voir arborer nos couleur enfin maintenant je peu te repérer de loin

Pyrotess sourit avec un air regardant tout autour voir si elle connaissait des personnes présentes
Martymcfly a écrit:
Le Duc et sa Dame venaient d’entrer dans la salle de réception, remplie, comme il s’y attendait. Le Héraut Rodrigue, ce cher Tonton avait annoncé l’arrivée d’un Gondole rougissante en sinople et d’un Billy fier en azur. L’annonce de leurs patronymes fut aussitôt ponctuée par la venue de la rondelette maîtresse des lieux, Présidente du Comité des Fêtes ducal. Son sourire la trahissait. Elle se doutait bien de quelque chose entre les deux, en même temps elle n’avait pas tort. Une Gondole au bras d’un Billy cela ne passe pas inaperçu.

Marty savait que Clothilde ferait des merveilles de cette salle qui était comme toujours magnifiquement décorée par des tentures aux armes royales. D’azur aux trois lys d’or. Sa Majesté avait fait l’honneur de sa présence sur les terres auvergnates mais aussi bourbonnaises, chères au coeur du Duc de Billy. Evidemment il faudrait aller le saluer. Peut-être que son ancien suzerain se souviendrait de lui ? Peut-être aussi son Altesse Armoria se rappelait du Duc Marty ? Sûrement même. Il irait la voir pour quelque affaire, missive qu’il lui avait fait parvenir quelques jours avant la fin de son dernier règne.

Que de monde ici ! C’était même terrible… Heureusement qu’il ne fallait pas saluer toutes les personnes présentes ici, sinon on y passerait la soirée. Quoique le protocole le vaudrait bien.

Rapidement il fit le tour des personnes déjà assises, goûtant les premiers mets servis. Zut ! On avait raté le début du repas. Il fallait devoir se rattraper ! Le Duc reconnut bien évidemment Apo. Il irait la voir pour lui dire. Maintenant il fallait l’appeler Apolonie la Directe. Tel en avait décidé les Moulinois. Sourire en coin. Marty savait qu’elle n’aimerait pas. Il la vit discuter avec le Vicomte d’Ambert, ce qui ne manqua pas de l’étonner. Regard se tourne vers les autres personnes présentes. Il y avait également bon nombre de notables du Duché. Le Duc lui-même avait quitté la salle du Conseil, de même que quelques uns de ses conseillers, pour assister à ce banquet qui s’annonçait comme l’un des plus mémorables de l’histoire du Bourbonnais-Auvergne.

Certains noms entendus alors qu’il passait la porte ne manquèrent pas de le faire hausser le sourcil. Principalement celui du Sieur Caporalescu. Il se souvenait très bien d’une de ses missives. Sur le moment, il avait pesté contre lui mais au final il avait comprit très aisément ce qu’il voulait lui signifier. Cet homme était un vaillant soldat qui débordait d’énergie, ou d’aspirations, peut-être d’ambition. Le Duc voulut aller le voir, probablement entre le fromage et le dessert.

Son ancien Chambellan était parmi les convives, ainsi que les organisatrices du Comité, le Baron d’Usson et son épouse, la Dame de Sarliève, les Saint-Nectaire aussi, de même que… son Intendante ?! Mais que faisait-elle là la Gandrelina ? Peut-être était elle venue pour trouver un cavalier. C’est vrai que Billy souffrait du manque de palefrenier ces temps-ci. Mais c’est vrai aussi qu’elle devait s’ennuyer la pauvre, seule dans ce grand château… Surtout s’il n’était pas présent en ces terres. Car c’est vrai que depuis qu’il avait reçu son fief de retraite, Marty avait parcourut plus les routes entre Moulins et Thiers que de se reposer dans ses appartements. Sans compter son travail de Poursuivant d’Armes ou d’Assesseur à la Chambre Législative… Pfff… Finalement c’était pas une retraite que celle-ci, quoiqu’il aimait à apprendre, principalement exercer de nouvelles activités, jusque là jamais testées. Gandrelina avait bien raison de venir s’amuser ici, ce n’est pas le Duc qui lui interdirait. Elle avait amené un peu de vie dans son domaine quand il fut veuf, si elle pouvait ramener un coquin ce ne serait pas plus mal.

Une bise vint sonner alors sur sa joue. Grand sourire de sa vassale.


Votre Grâce, Ma Dame... soyez les bienvenus tous deux icelieu. Je suis sincèrement ravie de votre présence parmi nous ce soir !!

Que c’était formel tout cela !

Bonsoir Marty, bonsoir Beths !! je vous souhaite à tous deux une excellente soirée, le bal débutera après le service des potages. De quoi répondre je l'espère à tes deux petits péchés mignons, mon ami.

Elle le connaissait bien sa Porte Parole et savait très bien comment contenter Marty.

Je vois que tout a l’air parfait comme toujours ma chère Porte Parole. Tu t’es surpassée ainsi que le Comité des Fêtes, j’espère que tu n’es pas trop exténuée, du fait de ta grossesse. Ce n’est pas très sérieux tout cela.

Ton qui sonne comme une morale envers sa vassale enceinte. C’est qu’elle comptait repeupler le Bourbonnais-Auvergne à elle seule ?! Son regard se porta vers celle qui l’accompagnait, puis à nouveau vers Clothilde.

Merci pour ces festivités Clothilde. Mais promets qu’après le passage de la Cour, tu iras te reposer. Tu pourrais venir quelques jours à Billy si tu veux. Je ferai en sorte que tu sois bien.

Puis le Duc de Billy tint fermement le bras de sa cavalière et se dirigea vers le trône où siégeait le Roy, et auprès duquel la Princesse et Grand Maître de France veillait.

Votre Majesté. Inclinaison de tête. Je demeure votre dévoué. Soyez le bienvenu en terres du Bourbonnais-Auvergne. Puisse votre séjour vous être des plus agréables.

Se tournant vers Armoria.

Votre Altesse, vous honorez nos terres par votre présence. J’espère que vous vous plairez. J’ose me permettre de vous ennuyer quelques instants en vous demandant si vous aviez nouvelle d’un aboutissement éventuel quant à une lettre que je vous avais envoyée il y a quelques mois maintenant, et concernant une demande de grâce de la part de notre bien aimé souverain.

Ce n’était certainement pas le moment, mais le Duc souhaitait savoir et l’occasion était trop belle pour ne pas la saisir. Parler travail alors que les réjouissances gustatives commençaient à peine devait être chose inqualifiable. Peut-être que la Princesse n’en savait rien de l’évolution du cas mentionné. Peut-être même qu’elle ne s’en souvenait pas. Elle devait tant avoir à gérer et à faire.

Il lui sourit avec le plus grand respect, espérant une réponse.
Chevalier_dide a écrit:
Belle demoiselle Nuèch, je suis enchanté d'avoir le plaisir de vous rencontrer.

La nuit n'effraie point l'homme, quand l'homme porte en lui la lumière en son Coeur.

Je ne crois point, que vous voulez ma perte Demoiselle, mais mesme si cela était le cas, bien rien que l'idée de suivre Vostre beauté vers un destin tragique ne me dérange point.
Noeline a écrit:
La route depuis Aurillac était longue d’autant que la saison devenait maussade. Les routes humides et les jours trop courts les festivités en l’honneur du Roy réchaufferaient les cœurs.
Les malles transportées à l’Auberge renfermaient leurs tenues pour la soirée et c’est avec une certaine appréhension que Noeline s’était préparée.
Les occasions de rencontrer le Roy étaient somme toute assez rares, il fallait faire bonne figure.

Ils se présentèrent et furent annoncés à la suite d’autres invités. La salle déjà se remplissait et les festivités avaient commencé.
Plusieurs personnes de leur connaissance étaient déjà là, ils espéraient pouvoir les saluer rapidement.
Quelques signes de tête, petits saluts amicaux par ci par là.

Les mets passaient devant eux répandant leurs fumets sous le nez de Noeline qui entendit son estomac gronder.
Il y avait foule autour des tables, dans la salle, partout, il fallait saluer Sa Majesté, tout le monde se pressait, voir et être vu.

Elle aperçu Kory, Apolonie, Mimi, Gals, Clo, Dami … tiens ? Ne connaitrais je que des femmes dans le BA ? Elle sourit.
Clothilde a écrit:

Compliments suivis d'un léger ton moralisateur de la part de Son Suzerain, petit sourire en coin :

Je vois que tout a l’air parfait comme toujours ma chère Porte Parole. Tu t’es surpassée ainsi que le Comité des Fêtes, j’espère que tu n’es pas trop exténuée, du fait de ta grossesse. Ce n’est pas très sérieux tout cela.

Joues rosissantes de Clothilde sous l'effet du compliment.

Je te remercie mon cher Duc. Mais tu sais, je ne suis point seule à avoir oeuvré pour ces festivités. C'est un tel honneur pour notre Duché que de recevoir Notre Roy ainsi que Son Altesse Royale, et la Cour.
Mes collaborateurs et amis Kory, Althiof, et Viviane, m'ont bien secondée dans cette noble tâche.
Quant à ma fatigue... et bien, j'y songerai lorsque j'aurai deux minutes !!

Petit rire gêné, puis regard se baissant, sous la gentille remontrance, comme un aveu semblant dire que son ami avait raison.

Merci pour ces festivités Clothilde. Mais promets qu’après le passage de la Cour, tu iras te reposer. Tu pourrais venir quelques jours à Billy si tu veux. Je ferai en sorte que tu sois bien.


Merci de ton offre Marty, cela me touche sincèrement. La dernière fois, tu m'as reçue de manière si chaleureuse !! encore merci mon Ami.
Je te promets de me reposer un peu après ces festivités, et ce sera avec joie que j'accepterai ton offre... Du moins si le petit m'en laisse le temps, sait-on jamais !!

Doux sourire, main se posant tendrement sur son ventre rond.
Puis laisser son ami et suzerain se diriger vers les hôtes de marque, et faire signe aux laquets de commencer le Service des Potages, et à Rodrigue de lancer la seconde session du mets-mystère.
Alivianne a écrit:
Elle avait longtemps hésité à venir à la fête. Non pas parce qu'elle n'avait pas envie. C'était tout le contraire. Son époux, le duc Thierry était venu lui demander si elle désirait venir.

Cela faisait si longtemps qu'ils étaient sortis dans un banquet. Leurs lourdes responsabilités en tant que pair leur laissèrent peu de temps pour s'amuser. Et puis ils avaient perdu un peu le goût à tout cela.

Ils s'habillèrent pour l'occassion et arrivèrent avec beaucoup de retard.

Qui allaient-ils rencontré? Qui s'étaient déplacé pour assister à ce bon banquet.

Alivianne espéra y voir ses vassaux. Cela faisait si longtemps qu'elle les avait vu dans ce genre d'évènement.

Au bras de son époux, ils pénétrèrent dans la salle. L'ambiance semblait exquise. Ses yeux firent un tour de la salle, elle reconnu bons nombres d'amis. Finalement, c'était peut-être une bonne idée.


Mon coeur, tu as eu raison de me demander de t'accompagner. Nous allons je pense nous amuser.
Et écoutant un peu la musique d'ambiance....


Une petite danse plus tard mon coeur comme dans le bon vieux temps? lui demanda-t-elle caline
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Sam 8 Nov - 0:12

Clothilde a écrit:

A la demande de Clothilde, les laquais servirent le premier potage, ouvrant ainsi le second service de la soirée.

Il s'agissait d'une délicieuse Cretonnée de Pois cassés :





Tandis qu'était servie la cretonnée, Rodrigue ouvrit le pli qui lui avait été confié, et annonça la seconde session du "mets-mystère", avant d'inscrire sur la grande ardoise les renseignements nécessaires :


Citation :
Second Mets-Mystère :

/_ _ _ _ _ _/ / _ _ _ _ _/ /_ _/ / _ _ _ _ _ _/ /_ _ _ _/


Rappel du Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]

Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 3 pts
Damisella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Armoria : 1 pt
Carmody : 1 pt

Lettres proposées présentes :


Lettres proposées non présentes :

Fabien74 a écrit:
Le ballet des courtisans se poursuivait et s'amplifiait, c'était une véritable danse autour de leurs altesses royales. Quelle occasion que ce bal pour se faire remarquer, assurément. Fabien ne savait pas s'il aurait au cours de cette soirée le plaisir d'être présenté à son altesse Armoria ou au roi Levan, mais il était certain en revanche qu'il irait saluer ses amis, et ceux de son épouse Noeline.
Celle-ci toujours à son bras, il sentait que son étreinte se resserait par moment, sans doute ne se trouvait-elle pas très à l'aise au milieu de ce beau monde. Lui non plus n'était pas forcément plus à l'aise, mais il avait pris l'habitude de le laisser paraître.
Il lui chuchota:


Mon amour, détend toi un peu, tu renvoies l'image de quelqu'un qui aurait aperçu un revenant!

Il rit.
Puis ajouta en lui glissant à l'oreille:


Viens, si tu veux bien, allons saluer nos amis, chacun à notre tour, comme ça pas de jaloux!

Des tables où étaient placés les mets et des plateaux des valets s'échappaient des senteurs toutes aussi plaisantes les unes que les autres, celles-ci donnaient vraiment envie de se ravir les papilles. Il se dit qu'il faudra aller féliciter Clo, au cours de la soirée. En se faufilant parmi les convives, ils finirent par arriver aux Côtés de Damisella, qui semblait fort amusée par le jeu du met mystère. Fabien lui dit:

Dami! Marraine!

Il voulut la prendre dans ses bras puis se ravisa. Very Happy

Comment vas-tu?
Félicitations pour le poste que tu occupes! Nul doute que notre roi est entre de bonnes mains! Te voilà repartie pour plusieurs mois donc... Peut-être nous croiserons-nous, car comme tu sais nous partons en voyage diplomatique en Berry, Champagne et Franche-Comté avec Noeline.


Il était vraiment heureux de retrouver sa marraine, qu'il avait très peu vu ces derniers temps...
Puis il laissa la place à sa belle épouse.
Lanfeust86 a écrit:
Lanfeust arriva au bal et banquet ducal donné en l'honneur du Roy. Corv était avec lui et ARthur était resté avec sa nourrice. De nombreuses personnes étaient présentes et pour la plupart que des nobles. Il s'approcha de l'huissier.

Bonsoir, Consul Lanfeust de Troy et Corinne de Vierzon (Corv).
Alayn a écrit:
Croyez-vous que vous tiendrez vous même longtemps en place ?

Oh non, l'envie de prendre la route est déjà présente en moi, mais j'ai donné parole à mère et je tiens à faire mon possible pour la respecter. Je reprendrai certainement les chemins une fois que je la saurais installée comme il faut.

Je prend une nouvelle gorgée de vins et d'un coup d'œil rapide, je remarque des places vides sur une table.

Que diriez-vous de nous attabler et de manger un morceau ? Toutes ces odeurs appétissantes me font envie.

Une réponse positive de sa part et nous nous installons dans le coin réservé à ceux de mon rang, entre comtes et barons, non loin de mère que je salue d'un signe de tête discret. Nos assiettes bien vites remplies, nous dégustons les différents mets en poursuivant notre discussion, parlant de tout et de rien.

En tout cas, j'espère que vostre route vous conduira de nouveau à Montbrisson, ou que la mienne la croise afin que nous ayons de nouveau l'occasion de partager une chope ensemble.

Affirmation plus que sincère... nous avons appris à nous connaître un peu plus, et le plaisir de la revoir croît à chacune de nos rencontre. Je plonge mon regard dans le sien, en arrivant presque à en oublier nos voisins de tablée, laissant les secondes défiler... Puis la réalité refait surface, je sens mes joues rougir sous la gêne, nous ne sommes pas seuls et certaines choses ne se disent ou se font en public, encore moins lors d'une cérémonie comme celle-ci. Je porte vite ma coupe à mes lèvres pour prendre une gorgée de son contenu, faisant comme si de rien n'était, surtout pour les personnes autour...
Silec a écrit:
A peine de retour en Bourbonnais auvergne, voila Silec courant partout.
Après être passé au manoir se changer, pris des nouvelles auprès de Planchet le régisseur du domaine, et s’être assuré ou était sa capitaine de femme, il se dirigea vers le banquet.
Au crieur il dit


Veuillez annoncer Silec de Joncheray, duc de Saint Nectaire, Baron de Mercœur d’Auvergne, Chevalier de l’ordre royal de la Licorne, Sénéchal de la grande COBA.

Silec attendit l’annonce pour se diriger vers sa majesté. Il scrutait en même temps les personnes présentes espérant voir sa mie.
Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Sa Grâce Silec de Joncheray, duc de Saint Nectaire, Baron de Mercœur d’Auvergne, Chevalier de l’ordre royal de la Licorne, Sénéchal de la grande COBA

Son Excellence Lanfeust de Troy, Consul, et Dame Corinne de Vierzon

Damisella a écrit:
Dami sourit à son filleul et à sa belle épouse, leur fait une bise amicale.

Alors comme ça vous avez pris goût aux voyages?
Portez haut les couleurs de notre belle Auvergne et tachez de garantir une paix durable.


Elle les attire vers un buffet, verre en main elle porte un toast à leur union, leur souhaitant tout le bonheur du monde.

Tu dois bien connaitre pas mal de personnes ici? Allons nous promener dans la salle, je n'ai pu encore embrasser ma sœurette tant elle est occupée.

Oh, un instant, je vais demander une lettre, ce jeu est amusant.


Elle se tourne vers le héraut, faisant demande de la lettre A
Elegie2 a écrit:
Elegie regardait un peu partout autour d'elle. Ses yeux pétillaient de joie à la vue du spectacle qui s'offrait devant elle. Les femmes brillaient de tous leurs atours et les hommes étaient bien élégants. Bien sûr elle savait que tout était un peu factice et que la vie ne se construisait pas autour d'un banquet avec un hôte aussi prestigieux soit il. Mais celà etait si amusant d'observer l'un .. ou l'autre ..

Apercevant sa tante Korydwen bien entourée, elle lui adressa un discret signe de la main puis passa devant Apolonie et lui fit un baiser furtif sur la joue sans s'attader. Un coup d'oeil à Carmody perdu dans ses pensées et un sourire à Fabien qui vient d'entrer. Les autres . elle ne les connaissait pas.

La jeune fille visa du regard un siège innocupé en bout d'une table et se saisit d'un pilon de volaille qu'elle dévora à pleine dents. Devant le regard desapprobateur de ses voisins, elle sourit innocemment, et parlant la bouche à moitié pleine, osa ..


Che bon hein ?

Si ma mère me voyait ainsi .. elle me tuerait certainement de ses propres mains ! pensa la jeune Balsac d'un sourire malicieux. Elle ne savait à quel moment elle devait aller saluer le souverain, mais elle supposa que quelqu'un lui en ferait la remarque si sa note était fausse, et continua à dîner de bon appetit.
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Tout en appréciant le potage...

Et pourquoi pas "I"?
Alivianne a écrit:
Le couple continua leur marche. Ils s'approchèrent de l'huisier et Alivianne lui dit gentiement.

Messire, Veillez à annoncer notre présence, je vous prie

Les grasces Thierry d'Azayes duc d'Argenton, comte de Corbières et duc de la tour d'Auvergne, Pair de France

et Alivianne d'Azayes, duchesse de la tour d'Auvergne, duchesse d'Argenton et comtesse de Corbières, Pair de France.
Lunedor a écrit:
Caustique

Tiendriez-vous le même langage si sur l'heure il vous était requis de le mettre en pratique? Badiner est chose aisée, avoir le courage de ses dires l'est moins. Mais rassurez-vous, je ne crois guère que nous aurons à en avoir le coeur net ce soir. Votre honneur et votre orgueil sont donc saufs.

Sautant du coq-à-l'âne avec un sourire retrouvé.

Que diriez-vous si nous nous trouvions des sièges et dégustions les merveilles que nous promet ce banquet? Je vous avoue que j'ai grand faim.
Apolonie a écrit:
Une promesse faite à sa mère qu'il tient à honorer, connaissant un peu Gypsie elle se doute qu'on ne veuille pas décevoir une femme telle que la rectrice. Mais il confirme ce qu'elle avait cru voir en lui, le même besoin, cette envie terriblement pressante de prendre la route, à peine arrivé quelque part. Peu comprennent ce désir insatiable de découverte et cette bougeotte irrépressible. Jusqu'à présent, les seuls qu'elle a connus ainsi sont les sentinelles et libertadiens avec lesquels elle a parcouru une bonne partie du royaume.

Que diriez-vous de nous attabler et de manger un morceau ? Toutes ces odeurs appétissantes me font envie.

Un acquiescement discret mais volontaire, les effluves titillent sa gourmandise depuis un moment déjà, sans qu'elle ne souhaite particulièrement écourter la conversation. Il lui semble qu'elle a été suffisamment cavalière pour la journée, et le laisse la mener jusqu'à une table d'une noblesse bien plus élevée que la sienne, mais après tout, elle y est habituée, c'est le cas à la plupart des banquets auxquels elle se rend. Celle qui a refusé si longtemps d'être anoblie savoure un instant sa contradiction, à compter dans ses amis autant de ducs, de vicomtes et de barons que de libertaires aux idées tranchées.

Alors que les plats sont servis dans un ballet orchestré de main de maître par Clothilde, la discussion se poursuit tranquillement, partageant différents souvenirs et impressions sur des destinations qu'ils ont en commun. Comme les gens peuvent évoluer en une année, et se découvrir finalement, malgré ce qu'ils entendent l'un sur l'autre. Sans surprise, elle apprend qu'il ne la voyait pas ainsi. Bruits et rumeurs, où que l'on soit, taillent leur route plus rapidement que les gens qu'ils décrivent.


En tout cas, j'espère que vostre route vous conduira de nouveau à Montbrisson, ou que la mienne la croise afin que nous ayons de nouveau l'occasion de partager une chope ensemble.

Ne précipitez pas mon départ, je n'ai pas encore quitté le village. Sourire amusée de la demoiselle. Je ne doute pas que nos routes se croiseront même plus tard. Peut-être même en partagerons-nous une à une occasion ou l'autre...

Le rouge est attiré sur les joues de son cavalier qui avait un instant semblé perdu et la contenance se reprend grâce à la coupe de vin qu'il porte à ses lèvres. La lueur malicieuse dans les yeux de la jeune femme n'en brille que plus, et elle se dit que la rencontre est plus étonnante qu'elle ne l'avait d'abord pensé. Le temps qu'il reprenne ses esprits, et elle a parcouru rapidement de l'azur les convives. Sa Grace préférée n'est pas loin, accompagné d'une jeune femme qu'elle peine à... Par Aristote, mais c'est Beths ! En robe ! La surprise doit se lire sur les traits qu'elle tourne de nouveau vers le jeune vicomte.

Un baiser furtif déposé sur sa joue par la jeune Balsac auquel elle répond par un sourire franc, mais la jeune Elegie est déjà repartie prendre place un peu plus loin. La fille de son parrain virevolte et finit par se jeter sur la nourriture. Un instant Apolonie espère que Thémis ne verra pas ça... Et de nouveau, elle regarde Alayn, cherchant une sottise à lui dire pour rompre l'épaisseur qui les entoure.
Armoria a écrit:
Le jeu sur les mets était une riche idée, même si elle avait peu le loisir d'y participer. Le frère d'Ariadne, s'il avait renoncé aux caresses du bout des doigts, en faisait de la voix. Elle sentit ses joues rosir, et se prit à espérer que le Roy n'aurait rien entendu. Un rapide coup d'oeil vers lui : il était occupé à recevoir les hommages, et à saluer chacun et chacune d'un mot aimable.

Mais les arrivées se succédaient, lui offrant une diversion fort à propos. D'inclinaisons de tête en sourires, de saluts en réponses plus personnelles, l'incident fut vite oublié. Sauf peut-être par l'Archevêque ? Elle avait cru percevoir un regard perçant... Bah, elle n'avait rien fait de mal, après tout... Quoi, lui couper la main pour une tentative aussi discrète ? Après tout, qui ne tente rien n'a rien...

Ah, le Duc était arrivé. Quand il vint les saluer, elle put lui dire en toute discrétion :


Sa Majesté préfère ne point danser, pour cause de son veuvage, aussi, si vous souhaitez ouvrir le bal, vous le pouvez, cher com-Pair.

Un ancien Duc, et ancien 45 - pour lui rappeler que le Bourbonnais-Auvergne était le berceau de cette vaste tribu chère à son coeur : elle salua Alayn, qui eut droit à un chaleureux sourire. Saluée aussi, Auvergne, qui s'éclipsa bien vite. Tout comme un autre ancien Duc, et sa compagne - d'un soir ou non, elle ne se tenait pas au courant des potins - lequel Duc eut droit à une réponse sous forme d'aimable remontrance :

Allons, messire Duc, pensez-vous que je n'oeuvre point assez, pour me vouloir faire travailler un soir de liesse ?

Son sourire se fit amusé.

J'ai souvenance du sujet, nous aurons l'occasion d'en parler lors de mon séjour... Qui va sans nul doute se passer fort bien, comme chacune de mes visites sur ces terres.

Elle voyait s'avancer au fond de la salle Silec - membre de la tribu - et deux com-Pairs, Alivianne et son époux.

En évoquant son précédent séjour, elle se surprit à espérer que ce fameux fromage ne se trouverait pas à proximité : cette fois, une faiblesse n'aurait pas d'excuse officielle.

Et à propos d'espoir, elle chercha du regard si Tixlu était accompagné : si c'était le cas, elle pourrait sans doute éviter d'ouvrir le bal à son bras. Trop risqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Sam 8 Nov - 0:20

Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Les grasces Thierry d'Azayes duc d'Argenton, comte de Corbières et duc de la tour d'Auvergne, Pair de France

et Alivianne d'Azayes, duchesse de la tour d'Auvergne, duchesse d'Argenton et comtesse de Corbières, Pair de France.




Puis, après les première propositions, écrivit sur son ardoise :




Citation :
Second Mets-Mystère :

/_ _ _ A _ _/ / _ _ _ _ _/ /A _/ / _ _ _ _ I _/ /_ _ A _/


Rappel du Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]

Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Damisella : 4 pts
Gandrelina : 1 pt
Armoria : 1 pt
Carmody : 1 pt

Lettres proposées présentes :
A, I

Lettres proposées non présentes :

Armoria a écrit:
Armoria réfléchit... Avec un A tout seul entre deux mots, il y avait forcément un :

U, cette fois, pour moi.

Un point, l'honneur était sauf. Mais deux, c'était tout de même mieux.
Chevalier_dide a écrit:
Avec Grand plaisir demoiselle prenons place en cette belle table, voici juste devant nous deux sièges libre.

Dide ce tourna

Un " O ", pour moi ..
Elegie2 a écrit:
Regarde les mets qui passent

Ah la bonne souplette !

dirait ce rustre de Nicolas.

Il ne sait même pas la différence entre un potage et de la soupe !
Tsss ..

Les mets de chez nous sont souvent abondants. Proposons le S de saveurs .

SSSSSSSSSSSSSS ???
Polstephie a écrit:
Ils avaient mis du temps à se préparer et la faute n'en incombait aucunement à son époux mais bien à elle... Malgré tous ses efforts, Pol n'avait pas pu cacher son mal à son époux et elle lui avait avoué qu'effectivement, depuis leur départ du Languedoc, elle se sentait étrange. Sans doute le mal du pays : elle ne l'avait jamais quitté longtemps et la perspective d'être si loin de sa terre, de son sang, c'était bien difficile. Enfin bref, elle avait finalement réussi à trouver toilette à son goût et surtout qui faisait honneur au statut de son époux.

En cette belle soirée donc, la jeune femme avait revêtu, comme à son habitude diront certains, surcot dit aux portes d'enfer sur cotte. Le fin ouvrage donnait toute lumière à l'habit aux couleurs du Comté qu'elle portant dans son coeur : Languedoc. Et c'est donc sur une cotte fendue d'un amigaut et toute d'un baudequin or dont les manches étaient boutonnées à l'ancienne mode que venait le surcot de gueules coupé dans du bougrain d'excellente qualité, délicatement bordé d'entrelacs de fil d'or. Pour toute parure, la Comtesse portait, parfois visible par l'amigaut, la croix Languedocienne d'or émaillée d'un vert émeraude que son époux lui avait offerte il y avait maintenant plus d'un an. A ses doigts, seuls une alliance, semblable à celle de son Aimé, fin entrelac de trois joncs précieux, et son scel monté sur bague, et pas encore actualisé... Et puis, au front de la "jeune" femme, une couronne d'orfèvrerie, simple bandeau d'or retenant une résille du même métal et parsemée de perles et de rubis, réhaussant le feu de ses longs cheveux bouclés.

C'est donc ainsi qu'apparut la Comtesse, au bras de son époux, rougissante de sentir les regards passer sur elle qui ne souhaitait que quiétude et restait encore étonnée de l'intérêt que parfois elle pouvait soulever. Ne serait-ce que parce qu'elle n'était finalement qu'une inconnue qui n'avait, sans doute, pour seul intérêt, que d'être l'épouse d'un grand homme. Un soupir discret alors que son Epoux les fait annoncer et que la voix de l'aboyeur retentit... Puis elle releva la tête et tente de faire bonne figure, s'inclinant très respectueusement devant Sa Majesté, sa bru et tous les personnages importants déjà présents en ces lieux.

Ils avancèrent ensuite pour gagner l'Assemblée. Son époux, prévenant, lui signalait les noms des personnes qu'ils croisaient et qu'elle ne connaissait point. Ainsi, elle savait parfaitement la façon de s'incliner et de saluer les gens qui venaient leur parler. Au moins elle ne commettrait pas de faute d'étiquette.
Silec a écrit:
L’annonce était faite Silec pouvait avancer dans cette grande salle, cherchant, et trouvant après un court instant il se dirigea vers le Roy. Ne pas le déranger simplement lui rendre hommage.
Vostre majesté, un simple mot pas trop, puis, le laisser profiter de cette réception en son honneur.

La princesse, là, rester un peu plus avec elle, mais point trop non plus. Sa femme ou est elle? Planchet aurait il menti, cela Silec en doutait fortement tellement son régisseur était proche de lui.

Altesse, princesse, s’approchant d’elle

il m’est plaisir à vous revoir dans d’autres circonstances. Le plaisir de la fête est quand même plus agréable que la guerre.
On a beau être militaire, et être pacifiste.
La guerre n’est point forcement l’essence du militaire, en tout cas pas le mien quand on peut faire autrement.


Puis lui glisser Je me doute que vous attendez avec délice les desserts. prendre de la distance discretement sait on jamais, Silec lui sourit en meme temps

Permettez que je vous abandonne altesse, j’ai une femme à retrouver.
Lunedor a écrit:
Vous me voyez ravie d'apprendre qu'il y a des sièges libres pour un banquet. Qu'eut été notre soirée sans cela? Nous eûmes seulement pu errer ça et là comme des âmes en peine ne sachant où s'arrêter pour discourir et emplir nos panses des cadavres de nos contemporains. Mais point d'errance pour nous, lo meu verd donejador, nous avons un hâvre qui nous tend les bras.

Elle lâcha le bras de Forrest qu'elle tenait toujours.

Auriez-vous la bonté de me guider jusqu'à cet abri sûr? Je crains de chanceler.
Zabouvski_le_jeune a écrit:
R?

Lettre plutôt commune aussi.
Noeline a écrit:
Fabien l'entraina vers Dami

Mon amour, détend toi un peu, tu renvoies l'image de quelqu'un qui aurait aperçu un revenant !


En souriant, elle lui murmura ... c'est ta marraine que tu qualifies de revenante ?

Bonsoir Dami, contente de te revoir et toutes mes félicitations en effet, quel honneur pour toi.
Elle l'embrassa chaleureusement puis il faisant un clin d'oeil ... si tu savais ce que ton filleul dit de toi ...

Alors comme ça vous avez pris goût aux voyages?
Portez haut les couleurs de notre belle Auvergne et tachez de garantir une paix durable.


Eh oui Dami nous partons pour quelques longues semaines mais il me tarde si tu savais.


Ils croisèrent alors Kory l'air préoccupé ou cherchant quelqu'un à travers tout ce beau monde.

Oh bonjour Kory, comment allez vous ?
Je voulais vous renouveler mes félicitations pour votre cours à l'Institut, grandiose, vraiment
... se tournant vers Fabien ... oh pardonnez moi, je sais que vous avez assisté à la messe de notre mariage mais je ne pense pas avoir eut le loisir de vous présenter mon époux Fabien.

Fabien, voici Dame Korrywen de Marigny, elle est l'épouse de Messire Althiof que tu connais bien sûr.
Thierry54270 a écrit:
Alors qu'ils s'avancaient dans la salle, et que l'huissier les annoncait, Thierry sourit et regarda son épouse, elle était aujoud'hui plus belle qu'au premier jour, et sa grossesse n'y était pas pour rien.
Il était heureux d'avoir un nouvel enfant, les jumeaux grandissaient trop vite a son gout et lui rappelaient que le temps passait trop vite.
Il se pencha vers son épouse et lui murmura :


je suis heureux de te faire plaisir en t'amenant a cette soirée, mais regarde les bien tous, ils font les bons royalistes bien fidèles et n'espèrent tous qu'une chose, planter un couteau dans le dos de notre bon Roy.
Nous allons profiter du spectacle durant cette soirée et voir qui léchera le mieux les bottes a son Altesse.
Ce qui m'importe c'est que tu t'amuses et prenne du bon temps, car a servir la couronne nous n'en avons plus l'occasion, moi tout cela m'agace au plus haut point, meme si les regarder faire des ronds de jambe continue de m'amuser.
Alors prenons du bon temps et profitons du banquet.


Il reprit une posture martiale, et se dirigea vers le Roy, les deux époux firent la révérence et saluérent l'auguste personne, puis se retirèrent après avoir échangé quelques mots.


Thierry, montra une table encore vide un peu a l'écart de la foule a son épouse et l'aida a s'installer.

Ici nous serons bien pour admirer le spectacle.
Korydwen a écrit:
Korydwen discutait avec sa charmante belle-soeur et son frère tout en se souvenant qu'en fait, elle devait vérifier que le service se déroulait bien, ce qu'elle fit en se hissant sur la pointe des pieds et en regardant un peu partout dans la salle.

Peut-être que si tu demandais à Clo de te rappeler ce que tu dois vérifier, cela pourrait t'aider, non ?
Oui, elle s'en sort vraiment bien. J'espère qu'elle ne se fatigue pas trop, pour elle et le futur bébé.


Oui, nous allons bien. Je suis un peu impressionnée, je n'avais encore jamais vu le Roy !
J'espère aussi qu'Al pourra se libérer, ça lui ferait du bien de faire un peu la fête, il travaille trop...


Et bien moi non plus vois-tu et pourtant j'ai eu l'honneur, que dis-je le privilège de transpercer quelques bretons pour lui. Elle rit bêtement, c'est que ça la hantait...

Ah oui... Mais tu sais comme il aime la prévôté.

Tant mieux si tout va comme vous voulez. En tout cas, ça sent terriblement bon. J'ai hâte de goûter aux petits plats.
Tiens, d'ailleurs, tu sais où nous pouvons nous installer ? Je crois avoir vu Aigue, d'ailleurs, tout à l'heure...


Ah ma vassale est ici ? J'ai vu aussi Beths quelque part par là-bas tout à l'heure avec Marty ! T'installer et bien à une de ces tables par là-bas, si tu le souhaites.

Elle agita son bras pour lui montrer des tables. Mais alors qu'elle regardait la porte, elle vit arriver Noéline, elle sourit.

Oh bonjour Kory, comment allez vous ?
Je voulais vous renouveler mes félicitations pour votre cours à l'Institut, grandiose, vraiment ... oh pardonnez moi, je sais que vous avez assisté à la messe de notre mariage mais je ne pense pas avoir eut le loisir de vous présenter mon époux Fabien.


Bonjour Noéline, bien merci et vous deux ? Merci beaucoup Noéline, j'ai résumé mon cours dans un grimoire à l'Institut, si vous souhaitez le lire... Je suppose que vous en aurez peut-être besoin un jour. Elle sourit, elle le leurs souhaitait. Oui j'étais à la messe... Je n'ai pu venir à votre petite fête, j'ai du rentrer précipitamment mon fils... Le dernier né, réclamait un peu d'attention... Encore félicitations pour votre mariage, tous mes voeux de bonheur et grande descendance enfin si vous le souhaitez.

Elle sourit à Fabien, elle l'avait croisé à la chancellerie quand il était chambellan.

Enchanté de vous rencontrer, même si j'ai déjà eu l'honneur de vous croiser dans les couloirs de la chancellerie quand vous étiez Chambellan. Bravo pour votre mandat d'ailleurs.

Elle sourit, et regarda à nouveau la porte, parfois on dit que lorsque l'on parle du Loup on en voit la queue... Mais pas d'Al, tant pis.
Elegie2 a écrit:
Elegie observait tout ce qui se passait autour d'elle avec l'innocence de son âge et le savoir penser maternel. Elle scrutait tel ou tel regard, telle ou telle attitude. Elle s'amusait vraiment à decouvrir fastes et manières d'une cour qui lui étaient jusqu'alors inconnus.

L'oeil aux aguets elle regardait phrasés et bougers. Un homme entra le dédain en rictus de bouche. Posant son menton sur ses mains, coudes sur la table, la jeune fille le fixa pour deviner quel etait le but de sa présence en ces lieux. Etait il forcé de venir ? Le pauvre . ça devait être ça. Obligé de paraitre, sans vouloir en avoir l'air. Un regard de commisseration à son endroit et un pauvre sourire en sa direction. Le pauvre homme. Elle sourit et fixa son attention vers d'autres visages aux riches attitudes.
Alivianne a écrit:
Alivianne eut un sourire en coin lorsqu'on son époux lui répondit. Effectivement, c'était du déjà vu. Oh la belle robe... Oh qu'elle est en beautée ce soir... tous le monde est beau, tous le monde est gentil..

mais oui.. mais oui... à d'autres surtout!

Poliement, ils saluèrent avec tout le protocole qu'il fallait la famille royale. La princesse Armoria semblait un peu fatigué. Il est vrai que ce voyage était long, mais sûrement fort plaisant.

Alivianne lui souriait en signe d'encouragement. Elle ne serait pas encore rentré chez elle avant un moment.

La pair remarqua qu'on présentait le repas d'une façon originale. En faisant découvrir le menu par des lettres.

Alivianne trouva que le petit jeu était une excellente idée.

Elle suivit son époux vers cette petite table et s'assied tout contre lui. Ils étaient toujours autant amoureux comme au premier jour. Elle mit sa main discrêtement sur la cuisse de son époux et commença à déguster la suite du repas.


Par contre, mon coeur, je trouve que le petit jeu de devinette est vraiment original. Les invités semblent s'y amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 18:25

*atalante a écrit:
C'est bien habillée, pour une fois que je viens à ce bal.
J'ai passée mes plus belles braies, une chemise neuve achetée en ville ce matin. puis, mon épée à la ceinture, ma belle cape verte à la couleur de l'ordre par dessus pour la dissimuler.
J'entre, un gars est là à l'entrée qui guette.


Salut l'homme, ça va? Bon, il y a qui d'interressant ici ce soir? Ah mais j'aperçoit la princesse la bas, mais ...

Je me met sur la pointe des pieds pour mieux voir, c'est bien lui.

C'est mon parrain, le duc de saint nectaire, bon, je vais le voir, je suis trop contente qu'il soit revenu, bonne soirée.

Je lache le valet pour rejoindre Silec. Il est en grande discussion avec la princesse ce charmeur, voila, sa femme n'est pas là pour le surveiller, faut qu'il discute avec une femme, heureusement que je suis là.
Je m'approche par derriere, lui met les mains sur les yeux.


Coucou, qui est là, devine, la plus belle de tes femmes.

je l'embrasse, le serre dans mes bras, je suis trop contente qu'il soit là.

Tu m'as manqué, j'espere que tu vas bien, et tu devrais etre au lit pour te reposer au lieu de venir danser, enfin, je suis contente de te retrouver en pas trop mauvaise santé.

Zut, j'en oublie le protocole, heureusement, Jariane n'est pas là, ni Kalimalice, bon, la princesse.

Je me tourne vers elle, fait une belle révérence, ayeeeeeeeuh, je me prend le pied dans le foureau de mon épée, j'ai pas encore trop l'habitude. Je vacille un peu, mais me rattrape, c'est bon.


Princesse, je suis heureuse de vous revoir ici, je fait partie de votre escorte, mais je n'ai pas encore eut le loisir de venir vous presenter mes hommages.
Avez vous enmener votre valet, car il ne me reste plus de ces petits gateaux que j'avais fait pour mon parrain avec lui à Fougeres, ils étaient excellent.
Maintenant, je fait partie des Dames Blanches, c'est pour cela que je suis ici pour votre escorte et celle du roy, il est là, je ne l'ai pas encore vue lui non plus, ha mais c'est le duc Tixlu là bas, j'ai discuté un peu avec lui l'autre jour parrain, c'est ton ami lui aussi alors? Et la duchesse, enfin, notre bon capitaine, elle est là, ou elle s'occupe de surveiller la garde? les pauvres soldats,
oups, zut, faut que je me ratrappe, encore trop vite parlée moi , enfin, elle est bien hin, j'aimerai bine la saluer, il fait quelques jours déja que je ne l'ai point vue elle non plus, vous me manquez tout les deux un peu.
Clothilde a écrit:

Rodrigue après les nouvelles propositions de lettres, écrivit sur l'ardoise :



Citation :
Second Mets-Mystère :

/_ O _ A _ _/ / _ R _ _ _/ /A U/ / _ _ R S I _/ /_ _ A _/


Rappel du Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]

Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 5 pts
Damisella : 4 pts
Armoria : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Chevalier_dide : 1 pt

Lettres proposées présentes :
A, I, U, O, S, R

Lettres proposées non présentes :





Pendant ce temps, les laquais continuaient le service des potages, offrant à présent :

Velouté d'Asperges :

et Velouté aux cerneaux de Noix :

Beths a écrit:
Les lumières brillaient de mille feux jouant à faire ressortir l’éclat des Dames et de leurs pus beaux atours. Fil d’or, d’argent, d’azur, de gueule aussi. Les riches brocards des tenues masculines se confrontaient et rivalisaient avec les tulles, sergés, et dentelles des tenues féminines.
Main délicatement posée sur le bras de Marty, Beths avançait au milieu de la foule, une jolie couleur coquelicot rehaussait ses joues, s’harmonisant encore une fois avec le vert de sa robe.
Ils progressaient doucement vers le trône Royal. Soudain Clothilde fut devant eux. Beths lui adressa un sourire sincère. Elle était heureuse de la voir en si bonne forme, formes joliment arrondies par sa grossesse, et le regard lumineux. La présidente du Comité des fêtes avait encore fait des merveilles. Timide et sincèrement troublée de paraître ainsi officiellement au bras de Marty, Beths, pour le moment ne dit que peu de chose. Elle écoutait, et elle sourit une nouvelle fois en entendant la proposition de Marty. Puis elle reçoit une bise sur sa joue, une bise de Clo, un léger frôlement de son ventre adorablement rebondit, la jeune femme comprit dans son geste ce que quelques autres lui avait dit … Bettym, Apo, Leg … le bonheur de les savoir heureux tous deux. Ni jugement, ni moquerie, juste un contentement. Beths sentit son appréhension doucement s’envoler.


Oh Clo ! Tu as fait des merveilles, encore une fois. Sincèrement, bravo. Et je pense que nous pourrions féliciter tous les membres du Comité des Fêtes pour le temps passé et ce que vous avez fait, c’est … une belle réussite.

Elle laissa le suzerain et sa vassale échanger ensuite, tentant de se faire discrète entendant bien malgré elle leur conversation. Un lien de vassalité était chose forte, et pour rien au monde, elle aurait voulu interférer entre eux.

Marty la conduisit alors vers le trône où elle salua d’abord le Roy, puis la Princesse, Grand Maître de France. Marty fit de même et elle se du se morde doucement la langue pour ne pas glousser en l’entendant parler à la Princesse Armoria. Il était incorrigible, travailler le soir de la réception, lui seul pouvait avoir une telle idée.
Tous deux attendirent quelques mots de la Grand Maître de France. Et elle parla, elle se moqua gentiment de Marty. Elle était aimable et avenante. Beths souriait. Mais alors qu’elle s’était présentée, son Prévost Royal des Provinces Vassale, la Princesse l’avait à peine regardé, son regard avait glissé sur elle sans aucune expression. Oh certes, elle ne s’attendait pas à grand-chose, mais un sourire, un geste, un mot, était ce trop demandé ? Son travail était-il donc déconsidéré à ce point ? Et d’ailleurs pourquoi le Grand Prévost n’était pas avec eux.
Les sentiments qu’elle portait à Marty l’avaient doucement fait changer, et la jeune femme s’était adoucie, elle n’hurlait presque plus, et les plumes volaient moins souvent. Mais voyant la réaction, ou plutôt l’absence de réaction de la Princesse, Beths sentit la colère monter. Sur le bras de Marty ses doigts se crispèrent. Déjà la Grand Maître de France regardait ailleurs pour saluer de nouveaux arrivants, Beths ne put s’en empêcher, elle s’adressa à la Princesse Armoria.


Votre Altesse, pardonnez mon intervention, mais en fait je suis terriblement ennuyée et tracassée, mais je suis pleinement convaincue que Votre Altesse saurez trouver solution à mon embarras. Voila, à la différence de tous mes collègues de la Grande Prévôsté je ne possède aucun ornement. Je n’apprendrais rien à Votre Altesse en lui précisant que je gère dix huit Provinces Vassales, vous pouvez imaginez le nombre de missives officielles que je suis amenée à rédiger et envoyer, bien évidemment un nombre moindre que le vôtre, mais missives pour lesquelles aujourd’hui je ne puis y appliquer aucun sceau officiel où les ornements correspondraient à ma fonction. Votre Altesse, pourriez-vous avoir la bonté d’en parler à la Hérauderie ? Une demande de Votre part, ne pourra qu’être traitée avec sérieux et rapidité.

La Gondole ponctua sa petite tirade d’un sourire plein de considération. Elle sentait bien le regard étonné de Marty sur sa nuque. Elle n’avait pas hurlé son mécontentement, elle s’était contentée d’un discours doucereux, un tant soit peu différent de son style direct qui pouvait surprendre, ou bien encore de son enchainement sans fin de questions. Mais la Princesse, la Grand Maître de France méritait largement l’effort qu’elle venait de fournir.

Beths attendait patiemment sa réponse. Elle avait toute la soirée devant elle, et les émotions fortes qu’elle ressentait depuis ces dernières semaines avaient quelque peu altérer son appétit. Elle n’avait pas grand fin.
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Les veloutés étaient exquis (le prélat, goinfre qu'il pouvait être, dégustait les deux) et c'est avec beaucoup de peine, la bouche pleine, qu'il essaye de lancer la lettre M.

Oui, il prenait goût au jeu.
Rick a écrit:
Rick avait suivit en souriant son épouse, après avoir été annoncé. Elle avait d'abord été étonnée de la façon dont elle avait été présentée et l'avait regardait d'un air interrogateur. Mais pour une fois, il n'avait pas fait de compliment à son encontre, pour qu'elle soit mieux présenter. De toute façon à ses yeux, elle n'avait pas besoin de jolis attributs pour paraître la plus belle. Ils avancèrent jusque devant le Roy et la Princesse et après que salua ait fait une jolie révérence, ce fut à son tour. Il ota son chapeau, montrant son crâne chauve, reflétant les chandelles, à l'assemblée. Puis, il ploya le genou et fit un salut respectueux envers le souverain et sa brue. Puis, les deux époux s'éloignèrent pour se fondre dans la masse.

Le jeune homme regarda autour de lui pour voir des visages connus, mais déjà son épouse l'entraîna dans une direction connue d'elle seule. Ce ne fut qu'après avoir réussi à se faufiler parmi les invités qu'il vit une connaissance. Et quelle connaissance... Il sourit en la reconnaissant. Elle avait vêtue de jolis apparâts. Sa soeur Kory, puisque c'était elle, portait une magnifique robe rouge. Son passé de tisserand faisait toujours de Rick un fin connaisseur des jolies toilettes. Après un baiser à la baronne qu'il portait dans son coeur, le jeune homme la laissa discuter avec son épouse. Elles évoquèrent le Roy et leur passé guerrier pour Lui. Cela amusait le jeune homme. Il savait que son épouse avait toujours voulu voir la personne pour qui elle avait versé son sang. Elle, comme lui, savait très bien que par leur rang de simples artisans, ils n'auraient pas d'autres occasions et ne pourraient l'approcher plus qu'ils ne venaient de le faire. Mais si pour le Roy, ils étaient déjà oubliés parmi le nombre des invités, Tia, elle n'oublierait jamais cette rencontre. Et juste pour cela, Rick était heureux de s'être laissé convaincre d'y aller. Et puis ce soir, Georges n'était pas avec eux, ce qui laisserait le champ libre à Rick de pouvoir danser allégrement avec son épouse.

Kory et Tia parlaient désormais des invités. Son épouse avait réussi à remarquer Aigue parmi les invités. Le jeune homme ne savait pas comment elle faisait car il y avait tellement de monde, qu'il était difficile de pouvoir voir et reconnaître les différentes personnes présentes. Mais son oeil aiguisé par de nombreuses nuits de garde avait su faire le tri parmi les invités. Lui avait cru apercevoir Beths et son Duc, mais il en était pas sûr totalement. Sa soeur leur indiqua une table où ils pourraient s'installer. Rick regarda en direction des tables et vit que les convives jouaient à un jeu organisé par Clothilde. Kory venait d'être interpellé par une Dame qu'il avait déjà croisé à la chancellerie. Et quand il vit la personne à côté d'elle, il sourit. Il venait de reconnaître Fabien et du coup sa nouvelle épouse Noeline. Il inclina la tête et entraîna Tia à son tour vers les tables de libres. Ils s'assirent côte à côte en souriant. Très rapidement, des laquais vinrent leur proposer un apanage de différents plats. Le jeune homme salivait déjà à l'avance de goûter à tout cela. La cuisine serait-elle aussi bonne que celle de Ratatouille ? Il allait bientôt le savoir.
Damisella a écrit:
Dami craqua pour le velouté aux cerneaux de noix, quelle finesse, les cuisiniers s'étaient surpassés.

Mais elle cherchait toujours à deviner quel était ce plat mystère.

Elle allait tenter une consonne, le
T
Fur a écrit:
Elle tendit la main à Fur,

Je suis enchantée de vous voir vous et Diane ice lieu. J'espère vous voir à Saint Nectaire avant que vous quittiez le Duché.

Silec devrait se joindre à vous pour le voyage royal dans les prochains jours.


Fur prit délicatement la main de la Duchesse, inclinant brièvement la tête puis répondit

Je ne me permettrai pas de refuser votre noble invitation... Je me ferai un plaisir de vous rendre visite en votre domaine.

L'arrivée de Sa Grâce Silec en nos rangs est une excellente nouvelle. Il me tarde qu'il nous rejoigne.


C'est alors que Diane s'éloigna pour revenir avec Messire Caporalescu

Heureux de vous revoir... effectivemment, nous avons déjà eu la chance de fur connaissance en taverne...

esquissa un sourire
Clothilde a écrit:

L'archevêque proposa une nouvelle lettre à Rodrigue.


Oh grand dommage Monseigneur, elle n'est point présente et vous fait donc perdre un point...

Damisella enchaîna et marqua quant à elle un nouveau point.


Citation :
Second Mets-Mystère :

/_ O T A _ _/ / _ R _ _ _/ /A U/ / _ _ R S I _/ /_ _ A T/


Rappel du Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]

Elegie : 5 pts
Damisella : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Chevalier_dide : 1 pt

Lettres proposées présentes :
A, I, U, O, S, R, T

Lettres proposées non présentes :
M
Naudeas a écrit:
Naud arriva en retard comme toujours, elle avait oublié l'heure, enfin faudrait il déjà qu'elle écoute les cloches de la Cathédrale. Elle entra, saluant au passage tous les personnes qu'elle connaissait, elle savait pas qu'elle en connaissait autant.
Elle le reconnut dans l'assistance et se dirigea vers lui.


Bonsoir toi, tu vas bien ? alors tu as oublié ta cavalière comme ca dit elle en riant
Caporalescu a écrit:
Capo la voyant arriver dit au Baron et à la Duchesse:

Je suis à vous tout de suite.

Se retournant vers Naud, il l'embrassa:

Je ne vous avait pas oublié je vous attendait Dame Naudeas, suis moi je vais te présenter...

Il la tira par le bras, revenant devant le Baron et la Duchesse:

Je vous présente Dame Naudeas de Farge... accessoirement ma douce qui me fait la bonne Furprise d'être là.

Capo sourit au Baron


Se retourant vers Naudeas:

Je te présente la Duchesse Jariane de Saint-Nectaire, Capitaine de la COBA et le Baron Fur de Yèvre le Chatel.
Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Dame Atalante
Dame Naudeas de Farges


Damisella a écrit:
Je demande avec moult hésitation la dernière voyelle, le Y
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 18:32

Martymcfly a écrit:
Il savait que ce ne serait pas le moment de parler de tout cela et la Princesse lui avait clairement fait comprendre, dans un sourire amusé cependant. Il valait mieux penser à autre chose… comme manger par exemple ! Ce qu’on appelait des ambroisines semblaient appeler d’une voix très forte le Duc…

Mais Beths, visiblement contrariée de ne pas avoir été remarquée par Son Altesse également, s’adressa à Armoria. Marty savait bien que sa Dame n’appréciait pas que l’on dénigre son travail. Les oreillers auraient volé s’il y en avait eu dans la salle.

Un signe de la tête du Duc vers la bru du Roy pour marquer qu’il comprenait la situation, il se recula d’un pas pour laisser sa belle s’exprimer.

C’est là qu’il vit et entendit que l’on jouait à deviner ce que l’on allait manger ! Le Duc, friand de tout ce qui était amusement et dégustation, n’en manquait pas une miette et suivait d’un oeil attentif le déroulé du jeu, lorsqu’une illumination vint chatouiller son estomac à la lecture du panneau tendu par le Rodrigue.

Aussitôt il s’exclama :


Je sais ! Je sais !! C’est du bon potage que les cuisiniers de Clermont s’apprêtent à nous servir ! Du potage crécy pour être précis. En plus il va être drôlement bon puisqu’il sera au persil et pas n’importe lequel : du persil plat, un des meilleurs à mon goût.

Il remit tout les mots de la phrase mystère dans le bon ordre…

Il s’agit d’on d’un potage crécy au persil plat !
Damisella a écrit:
Dami rit, elle s'est vue doublée sur le fil; la réponse elle l'avait, ça l'apprendra à vouloir vérifier une dernière lettre.

Envie de demander un coussin à Beths, mais au vu des regards tendres qu'elle
adresse à Marty, il n'est pas sur qu'elle lui en déniche un.

Coucou Beths, tu es bien belle en robe, Marty, je ne sais comment tu as réussi ce miracle, permettez pour ce haut fait que je salue votre Grâce.

Petite révérence rieuse.

Il ne lui reste plus qu'attendre l'arrivée de ce délicieux potage.
Clothilde a écrit:

Damisella toute hésitante, proposa un "Y".
Rodrigue lui dit :

Félicitations Dame, vous gagnez un nouveau point et prenez grâce à cela la tête du classement.
Une proposition de mets peut-être ?...


Ce fut alors le Duc de Billy qui s'exclama :



Je sais ! Je sais !! C’est du bon potage que les cuisiniers de Clermont s’apprêtent à nous servir ! Du potage crécy pour être précis. En plus il va être drôlement bon puisqu’il sera au persil et pas n’importe lequel : du persil plat, un des meilleurs à mon goût.


Puis, il remit les mots dans l'ordre, ce qui donna la bonne réponse !!
Le Héraut s'exclama :

Mes félicitations Votre Grâce !!
Vous remportez d'un coup vos trois premiers points, et gagnez le droit, avec les autres convives évidemment, de déguster le Potage en question !!



Citation :
Second Mets-Mystère :



***Potage Crécy au persil plat


Nouveau Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Martymcfly : 3 pts
Armoria : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Chevalier_dide : 1 pt

Lettres proposées présentes :
A, I, U, O, S, R, T, Y

Lettres proposées non présentes :
M
Clothilde a écrit:

Les laquais servirent donc ce fameux Potage Crécy au persil plat qui semblait faire saliver à l'avance le Duc de Billy !!




Clothilde ne put s'empêcher de sourire, reconnaissant bien là le côté à la fois joueur et gourmet de son ami.
Elle alla à lui et lui glissa en souriant un :

Mes félicitations mon cher Suzerain !! et... bon appétit, mon cher Marty !!


Puis Clothilde alla enfin à sa Soeurette et l'embrassa avant de lui dire :

Bonsoir ma Dami !! décidément, c'est toujours à quelques secondes près que tu te fais "coiffer au poteau"... Mais tu as tout de même pris la tête, c'est mérité.
Allez, viens à ma tablée pour partager ce fameux potage !! tu m'en diras des nouvelles !!





Bientôt, aurait lieu le tiers service, avec ses rosts bien dorés.

Mais avant cela, débuterait le Bal...
Les troubadours finissaient d'accorder leurs instruments dans la pièce voisine.
Natafael a écrit:
Natafael s'était dépechée de quitter son bureau et de prendre la route, mais elle arriva assez tard.

Elle s'approcha de la porte, se présenta et entra dans la grande salle.
Beaucoup de monde était déjà là.
Tout avait été merveilleusement organisé.

Elle salua les personnes présentes en avancant doucement.
Révérence gracieuse en passant près de la table du Roy.

Regard circulaire...
Au loin, elle vit sa filleule Noéline au bras de Fabien.
Elle avança vers eux en souriant...
Damisella a écrit:
C'est dans les sourires que se finit cette devinette, Clothilde invite Dami à sa table ce qui la ravit.

Je suis contente de te voir un peu ma sœurette, vous vous êtes surpassées, mais, sois prudente tout de même, tu es bien proche de ton terme.


En goutant le fameux potage elles devisent , échanges de nouvelles, plaisir simple d'être ensemble.

Clo l'informe que le bal va bientôt commencer, Dami fait une petite grimace, elle est venue sans cavalier, mais il y aura bien des danses de groupe ou elle pourra rentrer.
Rosie_posie a écrit:
Vêtue d’une robe rouge vif, mettant en valeur ses cheveux roux et ses yeux verts, Rosie Posie fit son entrée au banquet. C’était l’événement à ne pas manquer : le Roy et la GMF étaient présents.
Encore à l’entrée, elle se mit à chercher Carmody des yeux, enfin elle le trouva et leva les mains pour lui faire de grands signes tout en avançant dans la foule.


Carmo, j’a…

Mouvement bien vite interrompu par le garde se tenant à l’entrée et chargé d’annoncer les arrivées. Bien sûr cet acte du garde ne plut pas du tout au renardeau qui croisa les bras sous sa poitrine, fit une moue avant de lancer d’un air dédaigneux :

Veuillez annoncer Rose Prunille de Tartasse.

Chose faîte, elle put enfin avancer parmi la foule d’inconnus à la recherche de son frère, tout en pestant intérieurement contre le garde.

Saperlotte de saperlotte, pour qui se prend-il celui-là. Il ne comptait pas sérieusement m’empêcher d’entrer ? Celui qui m’empêchera d’aller où je veux n’est pas né, foi de Rosie Posie.

Elle n’avait pas encore cessé de geindre en silence lorsqu’elle arriva près du tit démon et par la même occasion près des deux invités d’honneur du banquet.
Il ne lui fallut qu’un instant pour changer sa mine boudeuse en un immense sourire de circonstance et faire une respectueuse révérence.

Elle n’eut tout de même pas l’audace de prendre la parole. Elle avait beau avoir un caractère spécial et déjà très fort pour son âge, elle était devant le Roy et la princesse Armoria, Grand Maître de France, ce n’était pas le moment de fanfaronner.
Jariane a écrit:
Il lui plaisait de plus en plus ce jeune baron et elle pouvait que reconnaitre qu'il formait un magnifique couple avec sa petite fille Diane, elle regrettait que valeria ne soit pas là.

Alors qu'elle allait prendre la parole, elle vit diane s'éloigner puis revenir avec un proche ami de son frère marc_antoine, elle le salua puis salua à nouveau la jeune femme qui venait de les rejoindre.


Enchantée de vous rencontrer, que pensez vous de cette soirée et de tous ses nobles qui ne pensent qu'à faire la roue devant le Roy ?

Elle aperçut son époux qui venait d'arriver et poussa un soupir de soulagement, il ne tarderait point à les rejoindre.
Tixlu a écrit:
Tixlu se délectait fort des différents plats qui étaient apportés... Encore une fois le comité des fêtes avait su organiser de grandes choses.

Bientôt vendrait le bal, il pourrait mettre en pratqieu ce qu'il avait appris au cours du bal donné par le duc de Billy... Si tant est que ce soit la même danse... bon sang, il la demanderait bien mais en a oublié le nom... Ah si ! une pavane !

Il serait alors temps de prouver aux orteils du Grand Maître de France que le Duc Tixlu est un homme qui a du poids en Bourbonnais Auvergne, et pas que politiquement... satannées tartes au citron. :wink:
Noeline a écrit:
La salle se remplissait, les tables se garnissaient, un brouhaha constant régnait , des passages de serviteurs, des arrivées tardives, encore et encore....

Elle s'excusa auprès de Kory pour rejoindre Nata qui venait de faire son apparition.

Ma chère marraine, comment vas tu ? Que de monde n'est ce pas.
Tu as trouvé le temps de venir, j'en suis ravie, tu es ravissante comme toujours.


Soudain, une voix qu'elle reconnu, une voix qu'elle n'entendait pas souvent mais qui la fit sourire.

Naud ! Dame Naudeas ! Toutes mes félicitations très chère .... elle sourit et embrassa son amie.

Fabien, je ne sais plus si tu connais Naudeas ? Peut être pas, elle est passée à Aurillac mais tu méditais il me semble bien.
C'est une très vieille amie, un peu rare cependant, c'est bien dommage, mais toujours par monts et par vaux, insaisissable en fait.

Elle sourit.
Azzera a écrit:
Bon, depuis le temps qu'elle était arrivée dans cette salle de banquet, du monde était arrivé quid un couple ducal, quid une jeune héritière qui semble se régaler des mets proposés, quid un couple de baron dont la dame est enceinte...
Enceinte... c'est une épidémie ou quoi? plus contagieuse que la peste!!! les dames ici semblent toutes en souffrir... enfin, en souffrir.... certaine l'ont certainement ardemment désiré... ah le repeuplement de l'auvergne semblait en bonne voie!

Regards à droite: tiens, des personnes qu'elle a eu l'occasion de côtoyer lors de la venue de Pierre...

Regards à gauche: ah la belle Clothilde, il lui faudrait aller la saluer avant la fin de la soirée.

Ses sœurs, toutes d'horizons divers, sont occupées ailleurs, l'une avec des amis, l'autre avec son auguste oncle dont elle ne cesse de parler à la commanderie...

Elle finit par prendre place près de la fille Balsac... après tout, elle doit pas être beaucoup plus jeune qu'elle...


Elégie?
C'est bien cela?


Azz demanda si elle pouvait prendre place à ses cotés ....
Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Son Excellence Natafael
Dame Rose Prunille de Tartasse.



Sonia80200 a écrit:
Aprés mûre réflexion, elle se dit pourquoi pas, autant y allez, elle connait un peu de monde.
Elle fouilla dans toute son armoire, trouva une robe qu'elle avait jamais mise, haussa les épaules, pourquoi pas celle là. Elle l'enfila et se hata, elle était deja trés en retard.


Arrive enfin


Pourriez vous annoncer Dame Sonia, Maréchale de polignac.

Elle se dirige vers le Roy, fait une révérence puis prend place auprés de Clothilde. Lui murmurre

Tu vois, je suis venu, et en plus tu m'a obliger à enfiler une robe. Par contre si tu as besoin d'aide je suis là pour toi et par contre vas y doucement sinon je me fache.


Regarde autour d'elle et vis quelques personnes qu'elle connait, ira les saluet plus tard, ils ont l'air tous bien occuper
Clothilde a écrit:

Clothilde tout en dégustant le potage, devisa avec sa soeurette.

Je suis contente de te voir un peu ma sœurette, vous vous êtes surpassées, mais, sois prudente tout de même, tu es bien proche de ton terme.


Moi aussi je suis heureuse de te voir un peu, je ne cessais d'aller de droite et gauche depuis le début de la soirée, et cela fait du bien de profiter un peu de ta présence.

Les deux jeunes femmes échangèrent nouvelles et projets en souriant.

Ce fut alors qu'arriva Sonia, annoncée par Rodrigue.




Dame Sonia, Maréchale de polignac.


La jeune femme rejoignit Clothilde, qui l'embrassa pour l'accueillir.
Sonia murmura :

Tu vois, je suis venu, et en plus tu m'a obliger à enfiler une robe. Par contre si tu as besoin d'aide je suis là pour toi et par contre vas y doucement sinon je me fache.

Clothilde ne put s'empêcher de sourire aux paroles de son amie, et lui répondit :

Je te remercie d'être venue Sonia, cela me touche. Mais dis donc, les robes te vont à ravir tu sais !
Connais-tu Dami, ma Soeurette ?
Euh, sinon, j'y vais doucement, si, si...

Clothilde adressa un sourire angélique à Sonia et Dami.
Armoria a écrit:
Oh oh oh... Deux tornades verbales tour à tour... Mais que faisait France mété.... Euh, non... Prendre le temps de répondre à chacune, sans se laisser noyer, et chauve... Ah non, c'était le jeune homme qui s'était incliné, pas la même chose. Donc, disons sauve qui peut. D'abord Atalante, qui s'était glissée derrière Silec :

Forrest ? Oui, il est là, à guider la jeune...

Elle le chercha des yeux, l'ayant aperçu un instant plus tôt : il était revenu non loin de sa maîtresse, guettant le moindre signe.

Eh bien voyez, il est déjà de retour, le véloce. Mais je ne sais plus si oui ou non, vous lui aviez baillé la recette... Ravie de vous retrouver, en tout cas.

La jeune femme au bras de Marty se manifesta juste ensuite, apparemment déçue de n'avoir pas été reconnue : devait-elle lui dire que lors des recrutements, elle ne savait ni les noms, ni - encore moins - le physique : le Grand Prévôt de France ne lui envoyait nulle gravure lors des recrutements. Un peu de diplomatie...

Comme vous l'intuitez, damoiselle, je n'ai guère le temps de m'occuper de tous les membres des Offices...

Elle se permit un sourire avenant.

... Faute de quoi, je n'aurais nul besoin de Grand Officier. Je sais que la question des scels a été évoquée à la Curia, aussi le mieux que vous auriez à faire serait sans nul doute de vous rapprocher sur ce point du Grand Prévôt, lequel saura vous renseigner et vous expliquer de quoi il retourne. Quoiqu'il en soit, grand merci d'oeuvrer pour Sa Majesté.

Elle regarda le Roy, qui hocha la tête en signe d'assentiment.

De temps à autre, elle pouvait se permettre une bouchée du mets proposé - si, si. En revanche, elle se faisait coiffer sur le poteau concernant le jeu des mets. Et pourquoi diable le Duc la regardait-elle avec cet air quasi sardonique ? Que lui préparait-il donc ?

Et où était Lunedor ? D'un geste discret du menton, elle renvoya Forrest jeter un oeil, selon le vieil adage de sa grand-mère : "chauffe un marron, ça l'fait péter". Nebisa lui avait confié sa fille, en toute confiance, il ne s'agissait pas qu'elle se laissât dévoyer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 18:40

Caporalescu a écrit:
Enchantée de vous rencontrer, que pensez vous de cette soirée et de tous ses nobles qui ne pensent qu'à faire la roue devant le Roy ?

Capo était un peu gêné par la question... Il hésita quelques instant puis dit en souriant:


Je ne permettrai pas de juger la noblesse... mais j'avoue être fort étonné par ces arabesques. Je ne m'y attendait point, mais c'est sûrement dans la nature humaine de vouloir être remarqué par Sa Majesté... pour moi j'ai toujours admiré la discrétion tout particulièrement chez les nobles, ceux qui n'essaient pas d'écraser par des titres, mais qui imposent le respect par leurs actes et leurs paroles...

Mais vous votre grâce, vous passez une agréable soirée?
Sibella a écrit:
Sibella se tenait près du somptueux buffet et devisait avec quelques connaissances. Elle en profitait pour picorer quelques fruits tout en parlant et admirait les toilettes des personnes qui arrivaient à la soirée.

Elle était en forme et surtout ravie d'être présente à cette soirée en compagnie de son époux
--Enfant_de_Vissac a écrit:
Bébé grossissait de jour en jour. Plus que quelques semaines et enfin il verrait le jour et pourrait découvrir tous ces visages dont il entendait les voix. Certaines étaient nouvelles, d'autres il en prenait l'habitude, mais celle qui aimait le plus était celle de sa mère. Il avait hâte de voir son visage qui devait être le reflet de sa voix, doux et tendre.

Elle était prévoyante et veillait toujours à manger correctement afin de bien alimenter la progéniture qui allait bientôt montrer le bout de son nez;

Roseedumatin a écrit:
La jeune femme aux yeux bleus était arrivée auprès de ses sœurs d'armes. Deux d'entre elles semblait être occupés avec d'autres invités. Azzera était là, à ses côtés, mais semblait très nerveuse et heureuse à la fois ... Surement la présence royale ...

Elle remarqua que sa Sœur avait elle aussi choisis le vert comme couleur. Un sourire qui s'élargit ... Dames Blanches à l'écu vert ... Dames Blanches aux robes vertes !


Toi également Rosée... la couleur de ta robe est ravissante…

Prunelles qui pétillent, décidément elles avaient beaucoup de points communs entre elles ... L'Aspirante Dame Blanche s'assoit soudainement auprès d'une jeune noble, Rosée ne la reconnu pas, elle les laissa ensemble et se dirigea vers le banquet. Hésitante ... pas quoi commencer ? De nature gourmande elle était mais elle n'avait pas trop envie de toutes ces douceurs et délices ...

Se contenter de quelques fruits de saisons, oui ... ainsi que des rafraichissements . Elle se servit de la liqueur de Gentiane au Cognac et dégusta son verre tranquillement ....
Clothilde a écrit:

Les laquais apportèrent les premiers Rosts, à commencer par :
le Marcassin rosti et sa Saulce dorée
:

Sa découpe, et les accompagnements, suivraient bientôt.

Durant ce temps, Rodrigue déjà lançait le tiers mets-mystère, en écrivant sur sa fameuse ardoise :



Citation :
Tiers Mets-Mystère :

/_ _ _ _ _/ /_ _ _ _/ /_ _ _/ /_ _ _ _ _/

Rappel du Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Martymcfly : 3 pts
Armoria : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Chevalier_dide : 1 pt

Ninjaturtel a écrit:
Le roy venait en Bourbonnais-Auvergne, moment des plus important pour Ninja, le souverain des terres du Royaume de France venait en leur duché.

Il se rappelait de la visite de la princesse et du prince... Enfin plus de la princesse que du prince d'ailleurs... Elle lui avait donné un bracelet lorsqu'il était venu se présenter en tant qu'enfant du BA lors d'une cérémonie, faute de médaille qui n'avait pas été prévu pour lui.
Allait elle s'en rappeler... Surement que non, Ninja en était conscient et ça lui permettra de refaire une rencontre.

C'est ainsi qu'il prit des vêtements de soirée.
Le roy ? Il fallait bien sur venir en couleur de royauté, c'était la moindre des choses.

Arrivé donc avec Médor, qu'il laisse partir seul a l'écurie, bah oui Médor connait les lieux a force et sait se débrouillé seul, c'est un grand garval (garçon-cheval car généralement on dit c'est un grand garçon... mais la c'est un cheval donc j'ai fait un petit mixe... ==>).

Ninja monte les escaliers, est vêtu d'une robe blanche cachant une chemise a la couleur rouge mais dont les manches visibles montrent une texture fine et légère.
La ceinture de couleur rouge elle aussi permet de faire tenir a sa droite sa masamune, et a sa gauche son épée au blason de Glénat.
Sur sa tête sa couronne de baron aux ornements ravissant qui reflètent avec légèreté les rayons des sources lumineuses.

Arrivait en haut, une personne vient l'accompagner jusqu'à l'entrée.
Ninja attendra que son arrivé soit annoncé pour foulé pied dans la pièce.
Carmody a écrit:
Long instant de rêverie, Le Carmo ne savait ce qui lui arrivait a cet instant. Il était loin le temps où il s'était retrouver dans cet état a ne plus savoir où son esprit le menait quand il contemplait une vision semblant venir tout droit de ce que les fervents décriraient comme le paradis. Ah si seulement ils avait idée de ce qu'était la représentation du paradis pour lui, peut être reconsidéraient ils leur évocation. Pensant a ce lieu et à cette version du lieu du plaisir infini, le Carmo était certain qu'il ne rechignerait aucunement a se laisser aller à y passer des instants si particulier avec lange qui habitait alors son esprit.

Nombreuses avait été les procession autour de lui durant que son c'était égare pour voir et parler au couple d'honneur. Les yeux du seigneur se mouvaient rapidement alors qu'il jetait des œillades qu'il espérait furtives vers la princesse. Quelle était donc cette sensation qu'il ressentait quand il la regardait? Encore une fois le Carmo ne parvenait a déchiffrer ce qui se produit en lui, il avait comme ce désir d'aller au devant comme toujours sans que rien ne puisse l'arrêter mais une part de lui le poussait a un certaines retenue qu'il avait été si souvent inconnue. De nouveau un sourire de malice illumina ses traits et sa main se mis a jouer a le tissu de ses propres atours, tirant légèrement dessus comme pour se rassurer ou peut être bien dans l'espoir qu'ils pourrait d'être une entrave pour lui. IL ne pouvait de nouveau plus détourner le regard et dans ses yeux se remis a briller un lueur habituel. Oui il avait retrouve ce qui l'animait même si il ne pouvait totalement en déterminer la raison. Un canard, son écrin et sa maitresse peut être.

Puis il y eu cette annonce d'une arrivée qu'il avait opéré possible, ce nom qui retentit dans son esprit et lui fit papillonner les paupières. Ainsi elle était ici avec eux. cela le ravissait car il était certain qu'elle y trouverait une place a sa mesure. Bien que sujet a moult surprise depuis leur retrouvailles, il la connaissait encore assez pour être certain qu'elle ne tarderait à trouver un moyen de se glisser prés de lui . et cela ne se fit pas attendre car il vit le renardeau flamboyant qui s'inclinait devant le Roy et la princesse. Oh qu'il était fier de la voir ainsi, ses premiers pas dans le monde qu'il voulait la voir fouler et elle n'avait pas fait d'impair comme lui risquait toujours de le faire. Il ne doutait pas qu'elle serait qu'elle parviendrait a encore plus le ravir par la suite.

Cela parvint presque a lui oublier les sources du trouble qui l'habitait. Presque car un simple regard lui remit en place ses pensées. Laissant sa sœur venir prendre place prés de lui, il se pencha vers elle et lui murmura d'une voix chantante.


ET bien petit renard, tu as décider de me rejoindre pour savourer chair succulente? Prend garde a ce que tu fait le Loup veille.

Avec des yeux attendrie, il regarda la jeune fille puis il se mordit la lèvres tandis que sa main venait caresser la joue marqué de petites taches de rousseurs avant de pousser un léger soupir.

Tu est magnifique, je vais être bien en peine d'empêcher les poissons de frétiller autour de toi. prend garde a ceux ci autant que je le ferais.

Puis son regarde se remettant a parcourir l'assemblée et regardant les visages des dames pressentes, surtout celui certaines plus spéciales a son esprit encore, il se dit que déjà lui même serait bien en peine de tenir le poisson tranquille. il avait perdu tout notion de discrétion, on pouvait clairement lire dans son regard et dans le geste machinal de ses doigts sur le tissu, le grand intérêt qu'il portait au dames sur qui s'est s'étaient arrêtes.
Sibella a écrit:
Les mets étaient absolument sublime. Sibella s'approcha du buffet, regarda chaque plat, le marcassin dégageait une douce odeur de grillé, ainsi que les autres plats tels que les poulets rôtis.

Elle s'approcha de Rodrigue qui commençait à inscrire le mets-mystère afin de donner sa lettre, n'ayant pas eu le temps aux jeux précédents.

La jeune femme leva la main


Je propose la lettre A comme Amour !
Je suis certaine qu'il doit y avoir cette lettre
Martymcfly a écrit:
Pour sûr qu'il était bon ce potage... Les ambroisines passées, l'on apportait des marcassins. Les yeux du Duc faisaient "glop-glop"...Il allait bientôt fondre sous les bouchées divines de l'animal. Il adorait.

Pendant ce temps, il suivait du coin de l'oreille la discussion entre la GMF et sa Dame, il ne doutait pas que la Gondole bouillait. Une Beths bouillie... Légère grimace.

Nouvelle pancarte, nouveau mets mystère. Bientôt le fromage ? Déjà le "a" est proposé. Marty en rajoute une couche.


Je suggère un "T", t comme heu... comme... comme Tixlu tiens.

Il en profita pour faire un signe de tête au Duc régnant, qui s'empiffrait dans son coin. Mais qu'avait il pour manger autant ?
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Après les potages et les soupes venaient les plats de résistance. Les laquais apportaient la viande aux tables sur de grands plats métalliques sous les regards avides des invités envieux.

Entre-temps, les amusements se poursuivaient au grand plaisir de plusieurs, mais le prélat, pendant un court instant, pensa à d'autres choses.

En effet, viendrait le bal et la quête par les hommes d'une cavalière...
Fabien74 a écrit:
Ils discutèrent un moment avec Dami puis la laissèrent concentrée sur le jeu de Clo, de toute façon ils organiseraient une fête à Aurillac, pour leur départ provisoire, ils se reverraient donc. Puis Noeline s'avança vers Dame Korydwen.

Merci beaucoup, comme je vous l'ai dit en Chancellerie, ces deux mois comptent parmi les plus beaux de ma courte existence! Et en tant qu'Ambassadrice, vous y avez largement contribué!

Il sourit.
Puis son épouse le présenta à une certaine Naudéas.


Enchanté, Dame, c'est un plaisir que de rencontrer une à une les amies de mon épouse!

Il rit.
Puis laissant Noeline papoter, il s'adressa à Nata:


Nata! Quel plaisir de te voir ici!
Je te pensais perdue au fin fond de tes dossiers! Il est vrai que je commence à oublier ce que c'est!
Alors, pas trop perdues au milieu de toutes ces cabrioles mondaines?


Il rit.
Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Messire Ninjaturtel, Baron de Glénat




Puis, après avoir écouté les propositions de lettres, afficha :




Citation :
Tiers Mets-Mystère :

/T A _ T _/ /_ _ _ _/ /A _ _/ /_ _ _ _ _/

Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Martymcfly : 4 pts
Armoria : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Chevalier_dide : 1 pt
Sibella : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, T
Lettres proposées non présentes :

Chevalier_dide a écrit:
Dide attrapa le bras de la Demoiselle

Avec Grand plaisir, approchons nous de ce buffet sublime qui nous donne tellement envie.

Il tira vers lui la chaise, pour qu'elle puisse s'asseoir pour ensuite prendre place à côté d'elle.

Aimer vous le Marcassin rosti, Demoiselle Nuèch ?

Il ce tourna vers Rodrigue, la main levée

Je propose la lettre I
Martymcfly a écrit:
Le Héraut Rodrigue afficha alors les lettres demandées. Marty commençait à avoir une petite idée. Il fallait se fier à son estomac qui lui révélerait sans doute la bonne réponse...

Y aurait-il un "R" dans le nom du mets mystère ? Je propose donc un "R".

Bouchée de marcassin, attendant le verdict.
Clothilde a écrit:

Après les nouvelles propositions, Rodrigue inscrivit :



Citation :
Tiers Mets-Mystère :

/T A R T _/ /_ I _ _/ /A _ _/ /_ _ _ _ _/

Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 6 pts
Elegie : 5 pts
Martymcfly : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 2 pts
Chevalier_dide : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Sibella : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, T, I, R
Lettres proposées non présentes :

Naluria a écrit:
Déambulant toujours au gré de ses envies dans la salle. Prenant un verre au passage. Elle en hume le parfum et les effluves de la boisson et reconnaît la douce odeur épicée de l'hypocras.

Passant non loin de la jeune Elegie qui semblait heureuse, fixant quelqu'un, elle suivit le regard d'icelle et sa vue s'arrêta vers Armoria et Carmody, souriante elle aussi. Ah le charme carmodien faisait toujours effet auprès de ces dames. D'ailleurs, une rousse les avaient rejoint sous la cri de Rodrigue. Rose Prunille de Tartasse était arrivée. La Grand Veneur se dirigea vers les chevelures rousses et ébène, souriant malicieusement et flânant entre les invités, sa robe évoluant autour de ses formes, caressant sur son passage les vêtures des hôtes.

Arirvée à hauteur du couple de renard elle passa son bras autour de la taille de Carmody, sourit et salua.


Heureuse de te voir ici mon Loup, de même pour vous Rose.

Mon cher Grand Louvetier, ta galanterie n'a d'égale que toi même. J'ai pu voir que la jeune Elegie de Balsac te regardait avec envie. A croire que la garde rapproché que tu lui as fournie a titre de vassal de sa mère lui a donné des idées.


Elle sourit avec un regard polisson puis s'adressa à sa jeune soeur.

Comment allez vous Mademoiselle ? Pas trop perdue au milieu de cette mondanité ?

Naluria espérait qu'elle se sentait mieux qu'elle même, se sentant obligée de venir, mais évitant le plus souvent les frivolités de la noblesse au profit d'échappées sauvages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 18:55

Diane. a écrit:
La vicomtesse n'était guère à l'aise parmi toute cette foule, et n'avait guère appétit pour gouter aux plats présentés.

Une angoisse en pensant à l'invitation de la Duchesse lancée à Messire de Cheroy, rien n'était innocent, elle espérait simplement que cela se passe pour le mieux.

Elle reprit le bras de fur, son cavalier pour la soirée pour se donner contenance et cacher son anxiété avec un sourire figé sur les lèvres.
Armoria a écrit:
Une éclaircie soudaine, il fallait en profiter, mais sans pour autant parler la bouche pleine. Dans l'ordre :

Il y a forcément un X !
Martymcfly a écrit:
Une nouvelle lettre fut demandée. Le Duc en profita pour glisser.

Je crois qu’il y a un "N" dans le nom du mets mystère. Non ?
Gandrel a écrit:


Entrelacs de couleurs chatoyantes
Mélanges d'étoffes mordorées,
Brillance des métaux finement ouvragés
Scintillement des pierres précieuses
Pluie de visages souriant et avenant
Sensation de noyade,
La foule trop dense ....

La jeune femme regarde le flux incessants d’invités, elle reconnait de nombreux visages entrevus à Billy, des mais du duc Marty, mais aucun qui lui soit suffisamment familiers pour oser aller à leur rencontre. Soudain, son duc fait son entrée au bars de sa compagne, dame Beths. Ils sont radieux. Gala sourit, les yeux brillants. Peut être le château sera –-il moins vite d’ici peu ? Ils sont aussitôt happés par es vaguelettes qui dérivent ci et là dans la salle et se dirige vers la princesse. Le regard émeraude se pose sur Apolo, la dame qui a marché sur la lune, il semblerait qu’elle ait accroché à son bars une étoile filante. Gala sourit à nouveau. Décidément en cette nuit, que de femmes en robe… Chacun semble avoir trouver son bonheur. Elle n’ose pas aller troubler ces instants qui se l’imagine t-elle doivent être plus précieux que … que …

Soupire
Aviser un coin tranquille
Regard posé sur un estrade tout en haut
Sans doute une vue surplombante
De la salle de réception du château
Pas de louve
Se faufiler entre les convives

Montre les escaliers …
Et voilà le tour est joué



Elle est penché sur une balustrade en bois et regarde la foule en bas. Plongée dans son océan intérieur, agité, ses yeux émeraude prennent une légère teinte d’or cuivré. Soudain, un timbre grave et chantant pulse doucement à son oreille. Elle tressaute et rouvre les yeux pour découvrir le visage de porcelaine aux lèvres fines et ourlé. Un des valets du château, croisé plus tôt, dans les longs couloirs. Peau de pêche et cheveux rouille. Elle le perce d’un regard interrogateur, tout en rougissant. Il tient dans sa main une soupière de potage vert d’eau ornée d’un persil de vert sombre. La jeune femme entortille de ses longs doigts une mèche de cheveux d’or avant de respirer profondément et de se laisser bercer par les murmures rieurs de ce page qui a certainement envie de rire un peu, après tout en ce jour, tus sont conviés à la fête gueux et nobles, même si les gueux se font rares…. Et lui, en ce jour, comme elle quelque jour plus tôt à Billy, au lieu de profiter de la fête, il travaille…Enfin, tout comme elle une fois dans sa vie, il aura vu le Roy et la princesse. C’est un grand jour et un jour de liesse. Elle lui sourit et attend, silencieuse, mesurant la chance qu’elle a de ne pas travailler en ce jour mais d’être là simplement pour elle même..


« B’soir mamzelle. J’ vous avais ben dit qu’ nous nous croiserions cor’ * clin d’œil, plonge son regard par dessus la balustrade* oh ... vous savez qui est l'homme la bas qui mange son potage en éclaboussant sa robe ?* silence amusé, murmure un nom sur le ton de la confidence* La jeune femme là ... c’est ... enfin ...Qu'importe .. .Ca va ? »

Il sourit et la transperce de son regard aux allures de ciel d’été. D’un coup, elle se sent comme… déshabillée ; cette simple idée la fait frémir de honte et elle rougit, le sang lui battant les tempes. Cavalcade effrénée dans le cœur de la blonde jeune femme, elle trésaille. Nonméoooo. Pour qui se prend il à la dévisager ainsi ? Il a de fort vilaines manières. Déjà que lors de leur rencontre dans ce couloirs sombres, il frayait avec une soubrette fort amène… Le jeune homme ne la quitte pas des yeux puis, soudain, tourne ses deux topazes vers les tables où virevoltent des cuillères dans un balai improbable sur quelques notes doucereuses lancées discrètement par un groupe de troubadours. Soupir de soulagement ou d’agacement, nul ne sait, même pas la blonde, toute partagée qu’elle est. Il l’agace et en même temps elle s’ennuyait)à mourir, une manie à croire …Et lui d ajouter

« Vous ne mangez pas ? »

Il a de ces questions ! Elle plante ses prunelles où dansent deux flammes dorées dans les lacs azurés, un sourire polisson se dessine sur ses lèvres, en ce moment légèrement pincées, comme retenant quelque secret.

Mais si voyons, par la tres sancta, jeu mangeuu ! Ca né sé voit donc pas ?

Devant la tête maintenant déconfite du jeune valet, la damoiselle éclate d’un rire mélodieux, une pluie de gouttelettes fines et cristallines, qui semble d’un coup révéler son vrai visage, un visage blanc mais tout coloré de joie et d’espièglerie qui anime ses joues coquelicot, ses lèvres de roses perlées et ses yeux immenses et bleus sous une cascade d’or.Elle sourit malicieuse et dit de sa voix chantante

Et vous vous servez les invités… mais les couisines mé paraissent fort fort lointaines …quant aux invités, il semblerait qu’ils soient ploutôt par là …

Petit geste du menton vers la salle illuminée de milles points colorés entrelacés de scintillements lancinant.
Lunedor a écrit:
J'ai cela en parfaite horreur. La simple odeur d'un marcassin faisandé en trian de cuire me provoque maux de tête et nausées. L'idée même d'en manger... Elle eut un frisson de dégoût qu'elle espéra crédible.

Je vous en prie, cessez de m'y faire penser où je vais défaillir. Une coupe de vin!

On la lui apporta aussitôt. Elle en prit une longue gorgée. Ses mains tremblaient d'émotion qu'elles laissèrent choir celle-ci sur le bel habit du galant.

Oooh je me sens maaaal... je crois ...que ...je ... j'ai besoin d'air...

Elle s'effondra sur son siège, en pâmoison et, déséquilibrée, chût jussu'au sol. Le visage caché par ses longs cheveux elle dût se mordre la langue pour ne pas éclater de rire alors qu'elle reposait sur la pierre froide.
Damisella a écrit:
Dami distraite du jeu par la présence de sa soeurette et des ses amis, se retourne

J'avance les lettres


F, C, P



Et j'avance

Tarte fine aux cèpes, une des merveilles du BA



Tenter le tout pour le tout, ça lui plait
Clothilde a écrit:

Deux nouvelles lettres proposées, deux bonnes réponses.
Rodrigue répondit :

Votre Altesse, Votre Grâce, mes félicitations, un point chacun !

Puis le Héraut du Comité des Festes inscrivit sur l'ardoise :





Citation :
Tiers Mets-Mystère :

/T A R T _/ /_ I N _/ /A _ X/ /_ _ _ _ _/

Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 6 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 3 pts
Chevalier_dide : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Sibella : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, T, I, R, X, N
Lettres proposées non présentes :




Durant ce temps, l'on découpait de nouvelles tranches de marcassin pour les nombreux convives :

Clothilde a écrit:

Damisella en profita pour proposer, dans la foulée, trois lettres et un nom de mets !!
Clothilde ne put qu'applaudir discrètement l'audace et la sagacité de sa soeurette !!

Alors là, grand bravo ma Dami !!



Rodrigue afficha donc le résultat :


Citation :
Tiers Mets-Mystère :



***Tarte fine aux Cèpes



Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 9 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 3 pts
Chevalier_dide : 2 pts
Gandrelina : 1 ptj'aj
Carmody : 1 pt
Sibella : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, T, I, R, X, N, F, C, P
Lettres proposées non présentes :



Clothilde fit alors signe aux laquais de servir, en accompagnement du marcassin, la délicieuse, fondante et croustillante à la fois Tarte fine aux Cèpes :

Clothilde se pencha vers Dami et Sonia, et leur murmura dans un petit rire :

Hummm je l'attendais celle-là !! Nous allons nous régaler, à mon avis.
Clothilde a écrit:



Rodrigue annonça officiellement :


Oyez Oyez !!!!!

Votre Majesté,
Votre Altesse Royale,
Vos Seigneuries,
Monseigneur,
Excellences,
Nobles Dames et Sires,
Gentes Damoiselles, Damoisaux...


Heure est à présent à la musique !!

Ouverture du Bal dès cet instant !!

Les Troubadours vont à cet effet vous interprêter dès à présent une musique d'ouverture, rythmée et de circonstance :

"Gentil Prince"


Le Comité des Festes vous souhaite bonne soirée !!

Et que la musique soit !!



Armoria a écrit:
Mortecouille... Le bal, le fichu bal. Elle fit mine de se concentrer sur son morceau de marcassin. Après tout, Tixlu allait peut-être oublier l'étiquette, et demander à ouvrir le bal avec... Avec n'importe qui, d'ailleurs, quelle importance, tant que ce n'était pas avec elle ?
--Forrest a écrit:
La jeune demoiselle était tombée au sol. Forrest, déjà rapide par nature, se précipita et entreprit de relever sa tête pour qu'elle puisse respirer à son aise. Allait-il devoir demander des sels ?
Korydwen a écrit:
Noéline s'excuse, elle lui sourit, Fabien semblait ravi de son mandat et il avait bien raison, un léger signe de la main et la voilà déambulant parmi les invités, elle rejoint une table et mange un peu, elle les voit passer ces plats, mais n'y touche pas...

Elle s'installe à côté de son frère et Tia, au moins, elle aurait un peu de compagnie, il y avait tant de monde, on s'y perdrait, enfin ça elle est déjà perdue. Elle surveille que les laquais fassent bien leurs travaux.

Les troubadours venaient d'arriver, sauf qu'elle n'avait pas de cavalier pour l'heure peut-être plus tard, elle murmura à son frère.


Tu devrais peut-être emmener Tia danser, enfin quand le bal aura été ouvert, certainement par le Duc ou quelqu'un d'en haut...

Elle sourit et se concentra à nouveau sur son marcassin, elle devrait en demander à Cuistot, c'est fameux.
Nictail a écrit:
Nic était enfin arrivé. Il s'était fait annoncé.
Il manquait à tous ses devoirs d'époux. Arrivé à ce point en retard et laisser son épouse seule ... Franchement, il était impardonnable ... Honteux aussi d'aileurs ...

Et comment la retrouver au milieu de tant de monde ?! La salle était comble !!
Bon, ben, on prend son courage à deux mains et on y va !

Des visages connus, des amis ou de simples connaissances.
Des sourires, des signes de la tête ... mais une seule préoccupation, retrouver sa belle épouse.
Mais où pouvait-elle bien se cacher ?!
Lui faisait-elle plus ou moins payer son retard en restant cacher dans un coin ?!

Ca faisait déjà un bout de temps qu'il circulait dans la foule quand il la vit.
Un magnifique chignon ! Un houppalnde cyan à couper le souffle.
Déjà superbe habituellement, elle était ... époustoufflante pour l'occasion.
Arrivant derrière elle, il l'emrbassa dans la nuque et passa sa tete sur son épaule. Un coup d'oeil sur son décolleté ... C'était pas bien, il le savait. Légers rougissements. Il passa devant elle.


Très heureux de vous retrouver chère Dame de sarliève.

Un sourire amoureux. Un doux baiser.
Euh, c'était l'heure de manger ?! De danser ?! Aucune diée !!
Il venait de débarquer, de chercher et du coup ... pas tenu au courant ...
Prend les mains de son épouse dans les siennes et lui sourit tendrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 18:59

Rosie_posie a écrit:
A peine arrivée vers son frère, il se penche vers elle pour lui murmurer :

ET bien petit renard, tu as décider de me rejoindre pour savourer chair succulente? Prend garde a ce que tu fait le Loup veille.

Soupire et se força à répondre sur le même ton:

Oui mais alors quel parcours du combattant pour arriver jusqu’à toi ! Je crois avoir mis moins de temps à m’enfuir du couvent !

Elle n’en était pas moins contente d’être présente pour un tel événement et sourit au tit démon alors qu’il lui caressa la joue dans un geste fraternel. Se rendit-il compte que sa sœur avait grandi ? Probablement, ses paroles le prouvèrent en tout cas

Tu est magnifique, je vais être bien en peine d'empêcher les poissons de frétiller autour de toi. prend garde a ceux ci autant que je le ferais.

Rosie fonça les yeux, plissant les lèvres montrant bien que ce que venait de dire son frère lui déplaisant et elle répondit sur un ton, très tartassien :

Mais bien sûr que je suis magnifique ! Tu ne voudrais tout de même pas que je sois la seule laide de la famille ? Vois-tu je tiens de mes aînés !
Et puis, pourquoi veux-tu éloigner les poissons de moi ? Je ne demande qu’à y goûter, tu le sais.
Tu priverais donc ta sœur d’un met si savoureux que tu es le premier à aimer en manger ? Ah ça non, ce n’est pas juste.


Moue boudeuse laissa place à un sourire espiègle avant de surenchérir :

Et j’espère bien en trouvant un ici… en cuisine bien entendu.

Elle se rendit bien vite compte du lapsus qu’elle venait de faire et essaya de se rattraper rapidement :

Et puis tu mens ! Toi, tu ne fais pas attention aux poissons, tu essaies toujours de pêcher tout ce que tu peux…

Rattrapage manqué, heureusement pour elle, sauvée par la héraut. Voilà qui allait distraire Carmody et avec un peu de chance, lui ferait oublier les bêtises de Rosie.
Elle sourit avec insistance à son frère en écoutant les paroles de Naluria, comme pour mettre en valeur ce qu’elle disait précédemment à propos de l’intérêt de son aîné pour les poissons.
La jeune femme s’adressa alors à la pestote qui n’avait jamais autant mérité son surnom que ce soir-là :


Comment allez vous Mademoiselle ? Pas trop perdue au milieu de cette mondanité ?

Elle adressa son fameux sourire angélique à Auvergne :

On ne peut mieux. Je suis ravie d’être là, mais comme vous venez de le dire, c’est vrai que je ne connais pas grand monde. A part, mon frère et vous, depuis peu. Et je suis d’ailleurs bien contente de pouvoir vous revoir ici.

Et puis comme ça Carmo oubliera peut-être un peu de me surveiller, moi et les poissons.
pensa-t-elle tout en se gardant bien de le dire.

Elle se contenta de garder le même sourire, jusqu’au moment où le garde, encore lui, annonça le début du bal.

Elle tordit le nez, se tourna vers son frère et dit à voix basse :


Carmody, j’ai un petit souci, je ne sais pas danser.
Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Messire Nictail, Seigneur de Sarliève



Aiguemarine a écrit:
Aiguemarine "errait" dans la salle...
Que de monde.
Des visages connus, d'autres totalement inconnus.
Sourires par çi...

Elle s'était approchée du buffet pour prendre un fruit.
Maintenant, il lui fallait trouver une table.
Quand soudain...Un souffle sur sa nuque...Un baiser.

Qui osait faire cela ?!
Aiguemarine n'osait bouger.
Son pouls s'accélérait doucement. Une voix... qu'elle reconnut vite.


Très heureux de vous retrouver chère Dame de sarliève.

"Pas aussi heureux que moi..." pensa t'elle...

Elle posa son assiette, attendant que "l'inconnu" lui fasse face.
Sourire, doux baiser puis lui murmure...


Quel plaisir de retrouver mon doux Seigneur de Sarliève...
Tu arrives au bon moment... j'allais m'installer pour manger un peu avant de danser.


Aiguemarine reprend son assiette, y rajoute quelques mets pour 2...

Et si l'on se trouvait une table pour goûter à tout cela ?!
Une fois que le bal sera ouvert, j'espère pouvoir prétendre à une danse.


Sourire...de nouveau...
Elle lui prend la main et l'entraîne vers une table de libre.
Cela commençait à s'agiter.
L'ouverture du bal venait d'être annoncé. Le Roy danserait'il ?!
Tithieu a écrit:
Les soirs de Novembre sont venteux, glacés. Particulièrement dans ceste auvergne inhospitalière, dont les sentiers sont creusés à flanc de monts comme autant d’entailles dans la chair du massif central, et dont les reliefs semblent avoir estés dessinés par d’antiques batailles, opposants les héros Romains aux géants Arvernes.
Evoluer dans un pareil paysage, au soir tombé, s’approche dans l’esprit du voyage dantesque.
Quitter Murat pour rejoindre Thiers, Clermont. Traverser Ambert, rejoindre Olliergues par les nombreux cols abrupts, culminant jusqu’à trois milles mètres, et balayés par des vents furieux qui désorientent cavaliers et montures, déséquilibrent les véhicules des plus riches notables jusqu’à parfois les entrainer dans une chute mortelle, le long d’un ravin rocailleux.

A la nuit bien installée, Courpière est enfin en vue. La forest Noire qui borde la ville, au sud, est chargée de légendes et de tensions. Les gens d’ici dévisagent ceux qui y pénètrent, gravement, comme on détaille un condamné pour s’imprégner de ses derniers traits de vie. Il n’y a que les incultes pour être à ce point supersticieux…

Après Courpière, le paysage évolue, s’adoucit. Le sentier défoncé devient une voie correcte, tantôt pavée, tantôt de terre battue. Aux alentours, la plaine domine, encadrée dans le lointain par de vagues monts qui se distinguent par leur noirceur dans l’obscurité nocturne. L’équipage respire mieux, on revient à une civilisation relative.
Il faut forcer l’allure, pour parcourir les quelques lieues qui séparent Courpière de Thiers avant que toutes les auberges aient fermées leurs portes. De l’aveu mesme du guide qui a aidé le Balafré à franchir les cols du Forez, les gens d’ici n’aiment pas faire commerce avec les étrangers.

Thiers la nuit est dominante, splendide, intimidante. La ville se dessine dans le lointain, par ses quelques lumières qui délimitent les rues, ruelles. Elle s’étend à flanc de colline, s’étirant sur plusieurs lieues, cernée par la forest épaisse. Y trouver une auberge ne sera pas chose aisée…

Au lendemain matin, la brume a pris possession de la plaine que domine Thiers, et des rues tortueuses de la ville. La rosée a rendu le climat humide, en sus d’estre froid. Le Vicomte, son page et les deux larrons qui les accompagnent se sont levés tost, avec le jour. Il faudra partir tost si l’on veut atteindre Clermont avant la tombée de la nuit, et voir les formes quasi-sensuelles du ténébreux Puy de Dôme dessinées par un couché de soleil aux couleurs de passion. L’équipée prend la route, pour relier le pays des Volcans.
En fin de journée, Clermont est atteinte. Elle aussi est ville frontière, bien qu’elle soit Capitale centrale du Bourbonnais-Auvergne. Au sud, les plaines et forest sont omniprésentes, depuis Thiers. Au nord, par contre, c’est les majestueux Volcans d’Auvergne qui veillent sur la ville, la dominent de toute leur gigantesque splendeur. Le plus remarquable de tous ces monuments naturels, le Puy de Dôme, caresse les nuages du sommet.
Et plus bas, la ville dont les remparts dessinent la périphérie, baigne dans une lumière pâle.
On distingue encore, malgré le soir, les édifices de la Capitale. La Cathédrale, entre autres, assemblée en pierres de Volvic, noires, aussi sombres que le paysage du pays. Frissons du voyageur, l’endroit est digne de sa réputation, la « Ville Noire » porte bien son nom.

Une auberge du Centre Ville, l’une des dernières disposant de chambres libres. Le Penthièvre, son, page, son fils adoptif et la compagne de celui-ci y élisent domicile, nonobstant la crasse et la puanteur de l’endroit. Ce n’est l’affaire que de quelques jours, une semaine tout au plus. Et puis, en pareille saison, tout est bon pour s’abriter du froid.



[Le Bal…]

Annonce…


Un instant de réflexion. Une main posée sur l’épaule du crieur vêtu de soie, ses lèvres dessinent un facétieux sourire, et un éclair d’espiéglerie traverse son regard.

…Monseigneur le Balafré.

Un sourire goguenard déformant les traits de son visage lacéré répond au regard interloqué du crieur qui le dévisage. Visiblement, l'autre hésite à s'exécuter, surpris par la teneur de l'annonce demandée. Mais le Balafré, tout habillé qu'il est de vestements de bonne facture -une veste d'un cuir pourpre et une chemise de soie en teste-, ne peut estre qu'un notable du pays, ou un Noble de la Haulte charrié par le cortège Royal, qui a entrainé dans son sillage un contingent de courtisans.
Sans s'arrester sur l'inquiétude de l'Auvergnat, l'Angevin dépasse celui-ci, rayonnant de toute sa superbe arrogance, riant pour luy mesme de ce pied de nez au cérémonial. Le protocole, il n'a jamais souffert de le respecter, mesme lorsqu'il estait chargé de l'appliquer. Comme les réglements, il a toujours pensé qu'il estait prévu pour les mornes procéduriers, et que briller par son audace n'estait un crime qu'en monastère. Et la mentalité du Balafré estait à des lieues des monastères...


Le Roy...

Il s'estait figé, ignorant les protestations des convives qui, comme luy, s'avançaient pour s'attabler. De l'autre costé de la salle richement décorée, un trosne de bois ouvragé servait d'écrin à un écu vestut d'Azur de France. Le visage, si souvent représenté sur la monnaie Royale, s'incarnait devant luy, sur ce qui au final n'estait qu'un siège réhaussé, mais semblait pareil à une estrade lorsqu'y reposait le Royal séant.
Il n'avait pas esté informé de la présence du Roy lors des festivités. Finalement, elle découlait de la logique. C'estait son voyage, ses festivités, et il eut esté inconvenant qu'il n'y assiste pas... Comment ne pas y avoir penser ?
Quelques secondes de réflexion, sans que son regard ne se détache des traits grascieux du Souverain Royal. De son siège, le Normand irradie l'assemblée, son charisme rayonne. Oui, le Roy tenait son état, son pouvoir d'essence Divine, c'estait maintenant une chose certaine.
Derrière le Vicomte méditatif, on piaffe, on s'impatiente. Visiblement, beaucoup ici attendent d'estre présentés à Sa Royale Personne. Vanité des vanités, les notables locaux se rouleraient dans la fange pour pouvoir adresser ne fusse qu'un mot à l'héritier de Clovis. Charognes...

Luy, il prend son temps, s'avance lentement entre les tables chargées de mets appêtissants, sans pour autant paraistre désinvolte. Il est juste calme, serein -du moins, veut-il paraistre ainsi-. Il n'a que du bien à attendre de son Roy, et inversement. Faire montre d'une attitude nerveuse serait en ceste circonstance déplacé.


Vostre Majesté, l'Anjou -en ma personne- vous remercie de la bienveillante attention que vous avez pu luy porter durant son conflit avec le Poictou, et je me charge moy, Vicomte de Brissac et ancien Duc d'Anjou, de vous faire part des espoirs populaires d'un advenir prospère sous les auspices de la loyauté mutuelle et de la reconnaissance.

Le ton est monocorde, diplomatique. Une main retient les plis de sa veste, devant, et une aultre accompagne son dos dans sa profonde révérence.

Vostre Altesse, nous avons eu je crois l'occasion de correspondre par le passé, lorsque j'estais feudataire. Je suis fort aise de vous rencontrer enfin, en personne.

Un simple mouvement révérencieux du menton suffira pour saluer Armoria, qu'il a reconnu aux costés du Roy selon la déscription que luy en a faicte Maximilien, en son temps.
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Les ménestrels firent leur entrée. Spectacle amusant que celui de ces hommes aux costumes joyeux, colorés, amusants, contrastant avec les constumes sombres et officiels des invités. Apportant avec eux leurs instruments - psaltérion, trompettes, chalumeau - nul doute qu'ils offriraient de la musique plus vive que le triste, morose et même morbide chant grégorien auquel le prélat était habitué.

C'est un véritable plaisir pour les oreilles auquel l'archevêque de Bourges s'attendait. Et peut-être allait-il, pour l'occasion, se remémorer quelques pas de carole ou d'estampie appris au séminaire Saint-Benoît (on y apprend vraiment de tout, c'est peu dire...).
Jariane a écrit:
Le capitaine de la Coba haussa un sourcil en entendant le nom du dernier arrivé, sa réputation n'était plus à faire, passé litigieux et douteux et elle se demandait ce qu'il faisait ice lieu, n'étant point inscrit sur la liste des invités qu'elle avait fait contrôler.

Son regard le suivit jusqu'au trône royal, puis son regard sur la princesse Armoria attendant sa réaction prête à faire intervenir des gens d'armes s'il le fallait... puis s'excusant auprès de ses compagnons s'éloigna vers un coin de la salle d'apparat pour donner des ordres à ses sénéchaux.
Armoria a écrit:
Curieuse annonce... Monseigneur le Balafré ? Elle en oublia de se faire toute petite pour éviter - douce illusion, sans doute - l'ouverture du bal, et releva la tête pour voir qui se faisait annoncer de la sorte.

Balafré, il l'était, sans nul doute. Son coeur avait manqué un battement, tant elle pensait à la facétie d'un autre balafré, coutumier du fait. Si bien que celui-ci se vit adresser un sourire aussi charmant que charmeur, suivi d'un léger rosissement des joues quand elle s'aperçut de sa méprise. Il s'avança et salua le Roy avec déférence, se contenant d'incliner la tête pour la saluer, elle.

Son sourire revint : non plus pour le charme, mais marquant une certaine satisfaction. L'homme savait montrer par son salut que le Roy était plus important que quiconque. Elle appréciait cette délicatesse envers son souverain.

Elle laissa le Roy agréer les remerciements, après quoi elle répondit à son tour :


Vicomte... Tithieu, je crois ? Nous avons en effet été en contact, naguère. Il est vrai qu'il est plus plaisant de voir un visage plutôt qu'un parchemin.
Clothilde a écrit:
Après un temps d'hésitation, dû au fait que le Héraut n'était pas dupe, et se doutait bien que le nom annoncé n'était le véritable patronyme du nouveau venu, Rodrigue, ignorant la véritable identité du Vicomte Tithieu, annonça donc :



Monseigneur le Balafré !!




Imperturbablement, les troubadours faisaient résonner leurs instruments dans la Grande Salle, leurs vêtements chatoyants mis en valeur de façon éclatante par les mille lueurs des très nombreux candélabres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 19:12

Tithieu a écrit:
Celle qui préside, après le Roy, à la destinée du peuple de France le gratifia d'un élégant sourire. Sourcils froncés, le faciès résolument neutre d'expression, il fit un pas de costé pour ne pas obstruer la vue du Souverain, et laisser place à ceux qui luy avaient emboité le pas et qui, derrière luy, vibraient d'impatience. Tenté de faire un esclandre avec pareil animal, il l'estait. Mais de tous les écarts qu'il s'estait permis, celui-ci serait certainement le plus remarqué, et luy serait tout à la fois fatal. Il se contenta donc d'ignorer superbement le reste des convives, pour se concentrer sur son vis-à-vis Princier, le regard fixé sur ses lèvres qui formaient avec lenteur et élégance quelques mots d'une banalité bouleversante.
Ce qui pourrait estre un compliment -et qui luy permettra de faire un peu la conversation à ceste femme qui faict tant parler d'elle, et qu'il est curieux de découvrir- reçoit en réponse un fin sourire en coin, amusé.


Est-ce à dire que mes traits sont plaisants au regard ? Ils ne sont pourtant pas les plus grascieux de la Cour, et c'est ce qui m'a valu ce doux surnom de... "Balafré".

L'espace d'une seconde, d'une seconde seulement, son unique oeil brille d'une lueur nostalgique, que vient éteindre la réalité de l'endroit, mise en éveil par sa lucidité en déclin.

Mais pour ma part, j'estais impatient de vous rencontrer, et curieux de vérifier que vous estes, comme moy, faictes de chair et d'os. Vostre parcours est pour le moins remarquable, du moins c'est ce que l'on murmure.
Et l'on murmure également que vous estes forte d'une personnalité hors du commun, chose indispensable lorsque l'on se tient auprès d'un Roy, comme son plus loyal et précieux conseil. Le Comte Maximilien de Louvelle -que le diable le garde- m'avait également beaucoup parlé de vous avant que la folie ne l'emporte, et avait ainsi éveillé ma curiosité.


Un nouveau sourire, poli, sans estre chaleureux. Le ton se faict de conversation, et la conversation se faict légère. Les choses graves qui hantent son esprit et que la présence d'Armoria aurait pu lui rappeler n'ont pas esté conviées à la feste... Quelques mots succèdent au sourire, compliment aux airs de confession, soufflés par un Penthièvre qui ne se veut ni obséquieux, ni charmeur :

De mon propre aveu, vous estes aussi grascieuse qu'estaient doulces les senteurs dont estaient imprégnés vos courriers. Le Seigneur est décidément bien généreux avec ceux qu'il a pris en Sa Saincte garde...
Elegie2 a écrit:
sourit

Azzera !! quelle joie de vous voir !

tends un U du bout des doigts l'air de rien

Je crois que je suis couflebougne !

chuchote à sa voisine .. c'est le terme employé par nos amis de la campagne pour dire qu'ils sont "full up" ..

la jeune fille rit. Voyez Dame ... envolées verbales, sourire aigre doux.. n'est ce pas que le spectacle est plaisant ?
Sonia80200 a écrit:
Je te remercie d'être venue Sonia, cela me touche. Mais dis donc, les robes te vont à ravir tu sais !
Connais-tu Dami, ma Soeurette ?
Euh, sinon, j'y vais doucement, si, si...


Et bien, il faut se faire présentable en se moment, montrer que le BA et un dûché magnifique.
Dami, c'est un plaisir de te revoir.


Sourit à Clo

N'oubli pas qu'on travaille ensemble. Je vais allé me prendre un verre et saluet notre chef adoré ainsi que Kory.

Se dirige vers Al et Kory. Ne voulant pas trop les dérenger, fait une petite bisouille à chacun, moindre des politesses.

Bonjour vous deux, c'est un plaisir de vous revoir
Clothilde a écrit:

A peine avait-elle posé sa question, que Clo réalisait intérieurement ce que Sonia allait lui répondre peu après.
Elle dit en riant :
Oui j'allais le dire moi-même !!
mais où ai-je la tête en ce moment ?

Sourires complices échangés.
Sonia alla saluer Kory et Al, Clothilde en profita pour faire signe aux valets de terminer le service des rosts et de leurs accompagnements.

Ainsi, furent servis aux convives, côtoyant les marcassins, les Poulets au Fenouil :


ainsi que les Champignons sautés aux épices :
Zabouvski_le_jeune a écrit:
Décidémment, l'on mengeait bien en Auvergne...
*atalante a écrit:
Effectivement, le Forest, c'est son nom est là, courand apres une jeune fille le bougre.
La princesse est rapidement prise par discussion que d'autre que moi lui font, je retourne donc mon attention sur mon parrain qui lui cherche du regard son épouse que je n'ai encore point vue et ce n'est pas grave car elle aura surement encore quelques remontrances à me faire.

Bon, on est là pour escorter le Roy et sa mesnie, donc, escortons. Je regarde la foule, enfin comme je peux, il y a tant de gens ici, il me faudrai de la hauteur pour mieux surveiller.
Enfin, c'est pas grave, j'apperçois des soldats qui gardent la piece avec célérité, c'est bon. Plusieurs de mes soeurs sont presentent également, tiens, là bas, c'est Korydwen on dirait, faudra que j'aille la saluer quand j'aurai le temps.

Un homme s'approche de nous, se dirige vers la Princesse et Shocked Le Roy, oups, je l'avai pas remarquée, faut dire, le nombre de personnes qui se pressent auprés de lui.
Il est bizare cet homme, Jariane ne l'aimerai pas je pense, il est . . . comme moi un peu,mais lui, il doit etre noble surement. Tiens, il s'en viens discuter avec Armoria, uuuuuuh, ouvrons l'oeil, il est bizare. Mais, il lui fait du plat ou quoi, peut etre ce fichu protocole que la duchesse veut m'inculquer? ou il essaye de la charmer pour mieux l'attaquer, veillons.
--Madelaine a écrit:
Madelaine arriva au banquet avec la petite Elia. La mère de sa petite maîtresse avait été clair. Elia devait rencontrer du monde et du beau monde. Ainsi, dès que la nourrice avait appris qu'il y avait un banquet avec la cours royale, elle s'était empressée de prévenir sa maîtresse.

Ainsi donc, Madelaine avait sorti une belle robe pour Elia étant en avant ses cheveux blonds. Elia s'était préparer sans trop de problème. Madelaine lui avait dit qu'il y aurait plein de grandes personnes comme sa mère. La nourrice savait quoi dire pour que la petite soit réceptive.

Après s'être préparées, elles avaient pris le carosse jusqu'au lieu du bal. Il pleuvait dehors et Madelaine ne souhaitait pas qu'Elia arriva avec une seule tache de boue. C'est donc un carosse aux couleurs des familles von Strass et Acoma qui arriva.


Elia, nous voici arrivées. Pensez à faire honneur à votre mère et souvenez vous de ses conseils.

Elles sortirent du carosse et avancèrent vers l'entrée du banquet. Elles avancèrent vers l'huissier.

Bonjour Sire,
Pourriez-vous annoncer damoiselle Elia von Strass d'Acoma?
Elia_von_strass a écrit:
Elia était tout excitée. Elle allait aller dans un banquet avec des personnes comme sa mère. Des grandes personnes, de nobles... Elle avait des étoiles plein les yeux. Mais avant tout, il fallait se faire belle. Madelaine lui avait trouvé une sublime robe pour aller aux fêtes. Elia en avait serré très fort dans ses petits bras sa nourrice pour la remercier. Elle s'était aussi laisser coiffer, très sagement. Elle voulait être belle et faire honneur à la famille.

Sa mère le lui avait souvent répété : "
Tu es l'aînée de la famille, à toi de t'en montrer digne."

Elia, une fois prête, était montée dans le carrosse et s'était laissée mener vers le banquet. Plus elles approchaient et plus la petite trépignait d'impatience. Une fois arrivée, elles ne descendirent pas de suite. Madelaine lui parla un tout petit peu.

Elia, nous voici arrivées. Pensez à faire honneur à votre mère et souvenez vous de ses conseils.

Oui, Madelaine, je m'en souviendrais.

Puis Elia se rappela ce que sa mère lui avait dit. Appeler les nobles en fonction de leurs titres. Faire des révérences plongées. Toujours être polie même si celui en face dit des bêtises...

Elles descendirent. Dès qu'Elia fut annoncée, elles entrèrent, Elia en première, sa nourrice juste derrière elle.
Chevalier_dide a écrit:
Demoiselle que ce passe t"il donc, Demoiselle ...

Elle s'effondra de son siège en chutent jusqu''au Sol, le valet accouru aussi t'au.
Dide ce mis t'a genoux près d'elle, déposent sa main sur son visage.


Demoiselle Nuèch, Répondé moi ..
Valet apporter des sels, prestement je vous prie.


Il resta là, près de la demoiselle à attendre le retour du valet.
Korydwen a écrit:
Korydwen venait de souffler quelque chose à son frère, lorsque Sonia arriva, elle semblait avoir vu son époux à ses côtés, pourtant, il n'était pas là, enfin pas qu'elle sache.

Bonjour vous deux, c'est un plaisir de vous revoir.

Elle était complètement décontenancée, elle salua Sonia et lui fit une bise.

Bonjour Sonia, ravie de te voir, mais euh Al n'est pas là, enfin pas à côté de moi, peut-être qu'il est arrivé, mais moi je ne l'ai pas vue.

Elle sourit à Sonia et la trouva un peu plus radieuse que la dernière fois.

Tu vas bien ? En tout cas tu as l'air ! Ton voyage s'est bien passé ?

Elle était peut-être un peu curieuse la baronne, mais bon, c'était comme ça et puis on prend toujours des nouvelles des gens que l'on apprécie, surtout après qu'ils aient passé de mauvais moments. Les plats continuaient à arriver, elle se demandait comment on pouvait tout manger...
Damisella a écrit:
Dami avait rit aux présentations faites par sa sœurette, salué Sonia.

Bien sur ma Clo, on se voit régulièrement dans les bureaux.


La grande salle est remplie, une douce température y règne, Dami se sert un petit morceau de poulet, l'estomac déjà bien rempli.
Beths a écrit:
Son appétit était quelque peu perturbé, mais apparemment ce n'était point du tout le cas de l'homme de ses pensées. Elle lui jeta un coup d'oeil amusé. Mais la Princesse prenait la parole en s'adressant à elle. Elle lui porta donc toute son intention, se demandant ce que lui répondrait la Grand Maître de France. La jeune femme sourit lorsque la Princesse évoqua le fait qu'elle ne pouvait connaitre tous les visages, certes cela était indéniable. Aurait-elle oublié de se présenter ? Beths pâlit quelque peu, quel impair ... Mais la Grand Maître poursuivait avec un sourire, la questions des scels auraient déjà été évoqué à la pairie, Beths s'en réjouit. La Princesse acheva enfin par des remerciements, il n'en fallait pas plus à la jeune femme où un sourire franc arriva sur ses traits

Merci Votre Altesse, pour vos réponses et le temps que vous m'avez consacré. Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps. J'espère que vous prendrez plaisir aux différentes festivités organisés en vos honneurs.

Sur une dernière révérence, elle s'écarta et se dirigea vers Marty qui lui s'était rapproché considérablement du buffet et des magnifiques petits plats proposés par Clothilde. Elle s'amusait follement de constater qu'il était gourmand.
Elle allait le rejoindre lorsque Dami se rapprocha d'elle lui demandant un oreiller. Beths éclata d'un rire fort peu discret.


Dami enfin regarde moi Grand geste théatral vers sa robeJe t'assure que je ne cache pas des oreillers sous ma robe. Et je n'ai pas pris ma besace pour une fois ... je ... suis totalement désarmée Ses yeux se mirent alors à pétiller Maaais, il me semble avoir aperçu des sofas non ? Et qui dit sofas dit ... oreiller dessus ? Qui est ta victime ? Beths riait encore en disant cela.

Elle tourna un peu la tête pour voir quels étaient les personnes présentes. Beaucoup, beaucoup de monde.
Du coin de l'oeil, elle reconnu un visage familier. Se hissant sur la pointe des pieds, se dandinant sur la droite et la gauche ... oui ... Rosée était bien là, et elle aussi avait choisi le vert pour couleur de robe. Ce détail l'amusa.

L'annonceur de sa douce voix annonça le début du bal. Aux grognements indélicats de son ventre, elle se rendit compte qu'elle n'avait encore rien mangé. Elle se rapprocha alors du buffet, et se rapprocher de celui que son coeur avait choisit.
S'étant rapproché discrètement alors qu'il semblait déguster avec plaisir ce qui venait d'être servi des Poulets au Fenouil accompagnés de Champignons sautés aux épices, elle lui chuchota à l'oreille


Partagerais-tu une écuelle ?

Œillade amoureuse décrochée, bonheur affiché sur ses traits, elle a changé la Gondole, incontestablement, nul cri n'a encore dépassé ses lèvres.
Naudeas a écrit:
Que de monde à ce banquet, Naud savait pas qu'elle en connaissait autant. Elle salua ces amis, restant au cote de Capo. Armoria vint lui parler. Sacrés Princesse, elle était toujours là quand il fallait.
Le banquet se passait sans anicroches, mauvais souvenirs dans le Lyonnais Dauphiné mais baste, cela était passé.


Comment allez vous Altesse, vous voyez les Auvergnats sont aussi doués pour recevoir que les Bourguignons ? lui dit elle en souriant, se souvenant moultes fois les accents qu'on lui faisait remarquer, une bourguignonne cachée en auvergnate lui avait on dit plus d'une fois
Fabien74 a écrit:
Avant d'aller partager une danse avec Noeline, qui discutait toujours, Fabien alla féliciter Clo pour la réception. Il la trouva affolée en cuisine, un des plats tardait à être servi. Il sourit.

Clo! Je suis content de te revoir! Vraiment tu t'es surpassée pour ce bal, parfait, cela va sans dire! A côté, celui que j'avais organisé pour la venue de Siva fait pâle figure! Et encore mes félicitations pour les musiciens, ils sont tout simplement incroyables, de quoi faire tournoyer mon épouse!

Il rit.

Mais et toi, comment vas-tu? N'est-ce pas trop dûr avec l'enfant que tu portes?

Il sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 19:20

Clothilde a écrit:
Rodrigue annonça :



Damoiselle Elia von Strass d'Acoma






Furent servis les derniers marcassins rostis, poulets au fenouil, ainsi que leurs accompagnements.
Clothilde en profita pour s'éclipser en cuisine afin de vérifier que les plateaux de fromages étaient prêts.
Alors qu'elle revenait en salle, Fabien alla à elle, tout sourire.

Clo! Je suis content de te revoir! Vraiment tu t'es surpassée pour ce bal, parfait, cela va sans dire! A côté, celui que j'avais organisé pour la venue de Siva fait pâle figure! Et encore mes félicitations pour les musiciens, ils sont tout simplement incroyables, de quoi faire tournoyer mon épouse!


Clo lui répondit en souriant.

Moi aussi je suis heureuse de te revoir, Fab. Merci pour tes compliments, cela me touche sincèrement. Mais dis-moi que tu plaisantes ?! la réception que tu avais organisée pour la venue de Siva était somptueuse !!
En tout cas, j'espère que tu pourras bientôt faire tournoyer ton épouse, lorsqu'elle aura fini de papoter.

Petit rire partagé.

Mais et toi, comment vas-tu? N'est-ce pas trop dûr avec l'enfant que tu portes?


Doux sourire, mains se posant tendrement sur son ventre rond.

Et bien écoute, je suis en forme... enfin "en formes" surtout !! Il est vrai que superviser un tel banquet en attendant un enfant n'est pas forcément des plus reposants, mais je suis bien secondée par mes amis du Comité des Festes.

Regard se portant sur Kory, sur Mimicracra, et par la même occasion cherchant Althiof, qui sans doute n'avait pas pu se libérer encore, tellement investi dans son travail à la Prévôté.
Pensées pour Anasthasia, LaFeeViviane, et Sibille, ne pouvant être présentes ce soir.

Nous formons une équipe soudée, et travaillons dans la joie et la bonne humeur. Une vraie chance que de les avoir à mes côtés.
Eleonore a écrit:
la petite eléo qui passant par là avait aperçue la belle clothilde rentra dans la sage sagement,vétue comme une princesse comme à son habitude et,sans mots dire elle alla vers clothilde et se blotit contre elle la laissant parler avec les autres grand.
Galswinthe a écrit:
Galswinthe conversait avec Mimi et Gypsie tout en dégustant mets plus délicieux les uns que les autres, tant et si bien qu'elle finit par se sentir à l'étroit dans sa houppelande au départ parfaitement ajustée. Elle prit un petit verre de gentiane pour soulager sa digestion et en servit un à Mimi et Gypsie.
Il y avait tant de monde à ce banquet, qu'elle ne savait plus qui aller saluer en premier. C'est alors qu'elle aperçut la Dame de Farges à qui elle fît un petit signe.
Armoria a écrit:
Elle prit le temps de répondre en souriant à Naudeas qu'elle n'était guère étonnée de la qualité de l'accueil, pour l'avoir déjà connue, non sans vanter au passage les vins de Bourgogne, puis se concentra de nouveau sur l'Angevin.

J'ai pour habitude de regarder au-delà des traces de lames... Une balafre est la plupart du temps, la marque d'un courage qui a manqué de chance. Et parfois, celle d'une victoire là où l'on a frôlé le trépas, ajouta-t-elle en songeant à ses propres cicatrices, Dieu merci cachées sous les vêtements, ainsi qu'à d'autres balafres, qu'elle aimait à parcourir de son doigt.

Il évoqua Perturabo, et elle leva - à peine - un sourcil, se demandant s'il avait été mis au courant de la chasse dont ils étaient convenus.

J'ai échangé quelques courriers avec le Louvelle, mais il me semble que nous ne nous sommes vus qu'en Bourgogne, au tribunal où il était jugé pour brigandage. Dois-je en déduire que je laisse un souvenir si impérissable ? Elle se permit un léger rire, se moquant plus d'elle-même que de Perturabo, à cette idée.

Elle fut amusée de son compliment, songeant que ce ne devait être que politesse mais allait être remarqué, tandis que les doigts frôleurs de Carmody étaient sans doute une tentative de séduction qui avait échappé à la quasi totalité de l'assistance.
Naudeas a écrit:
Naud regardait l'assistance quand elle vit que sa suzeraine, La Baronne d'Herment lui fit un signe.

Je dois te laisser quelques instants, je vais voir Galswinthe.


Naud se dirigea vers Gals, puis s'inclina devant elle.

Ma très chère suzeraine, comment se porte t-elle ? Coucou Mimi, tu vas bien ?
Elia_von_strass a écrit:
Elia avait les yeux qui brillaient. Ils brillaient de voir autant de grandes personnes, toute aussi bien habillées les unes que les autres. Elle admirait les robes des nobles. Comme elles étaient belles... Elle qui avait tellement l'habitude de voir sa mère en tenue d'évêque. Quoi qu'elle avait eu la joie à une ou deux reprises de la voir dans de belles robes. Mais ces occasions avaient été rares.

L'ainée de von Strass d'Acoma avançait dans la salle avec sa nourrice sur les talons. Elle regardait autour d'elle. Quand elle vit une jeune fille de son âge dans les jupes d'une femme. Elle s'approcha d'elle et sit une petite révérence, avant de lui parler, avec sa voie de petite fille.


Bonjour damoiselle,
Je suis Elia von Strass d'Acoma. Et toi?
Eleonore a écrit:
eléo vit une belle princesse,plus princesse qu'elle encore s'avancer vers elle et fut impressionnée que cette fille lui parle aussi elle lui fit une révérence sans attendre et lui répondit:

je..suis eléonore de grimwald
ma maman était la vicomtesse du bourbonnais d'auvergne avant de mourir...
vous..Devez certainement être une princesse vous aussi non???
Vous êtes bien belle en tout cas mlle!


eléo descotcha clo pour pas faire bébé et attendit la réponse de elia en souriant et se tenant comme la fois ou elle avait vu la reine et le roi le jour ou maman tchii avait eu son précieux titre.
Clothilde a écrit:

Tandis qu'elle devisait avec Fabien, Clothilde sentit une douce présence se blottir contre elle.
Baissant le regard, elle reconnut sa filleule !!

Clo l'embrassa affectueusement en la câlinant tendrement, avant de lui dire :

Ma petite Eleo !! comme je suis heureuse de te voir ce soir ici, ma petite princesse !!
Mais dis-moi... Manon t'a laissée venir toute seule ? non ce n'est pas possible !

La jeune femme balaya du regard l'assistance, à la recherche de la Nourrice du Domaine de Laveissière. Lorsque, soulagée, elle l'aperçut à l'entrée, en train de parler à Rodrigue, lui demandant certainement d'annoncer Eleo.
Avec elle, Louis et Colombine, dans leurs habits de fête.

Clothilde sourit, sincèrement heureuse : elle aurait en ce grand soir la présence de sa filleule et de ses enfants !!

Ce fut alors qu'une autre toute jeune fille s'approcha et se présenta à Eleo.
Clothilde était vraiment ravie pour sa petite filleule !!


Quelques instants plus tard, comme Clothilde l'avait pressenti, Rodrigue annonça :


Damoiselle Eleonore de Grimwald
--Manon a écrit:

Le chemin menant de Laveissière à Clermont n'avait pas été très long, Delvechior ayant mis à disposition de la Nourrice l'un des coches du Domaine.
Il souhaitait en effet faire à son épouse la surprise de la venue de sa filleule, et des jumeaux.

Manon avait veillé à ce que chacun des enfants soit paré d'une tenue digne de la soirée, de la visite du Roy et de la GMF.

Eleonore et Colombine en robes de princesse, comme les fillettes aimaient à dire, et Louis dans un charmant petit costume.

Une fois arrivés devant la Salle de réception, le cocher avait aidé les enfants et la nourrice à descendre du coche, puis s'était dirigé vers les écuries.

Manon, accompagnée de ses trois protégés, avait gravi une à une les marches la menant à la Salle, le coeur battant.


** Mais pourquoi qu'y' m'a d'mandé ça à moué, Messir' de Laveissière ?! j'ai jamais approché tout c'biau monde, moué...
Pourvu que j'fasse point d'bêtises... not' bon Roy, sa bru... toutes ces personnes bin habillées... et moi, juste nourrice... Que l'Très-Haut m'vienne en aide !! **


Manon se signa avant d'entrer, sous le regard étonné d'Eleo, Colombine et Louis.
Une grande inspiration...
Elle reconnait Rodrigue, elle est un peu rassurée soudain !!

Et voilà Eleo qui lui échappe et se précipite vers sa Marraine !!


Et bin v'là qui commence bin, tiens !! Euh, Messir' Rodrigue, 'pouvez annoncer la D'moiselle Eleo ?



Petit rire du Héraut, joues s'empourprant de la nourrice.
Regard vers les jumeaux :


Ah et pi aussi D'moiselle Colombine et Messir' Louis !!



Pression des mains de la nourrice dans celles des jumeaux : eux au moins ne parviendraient pas à s'échapper !!
Elia_von_strass a écrit:
La jeune fille lui répondit.

je..suis eléonore de grimwald
ma maman était la vicomtesse du bourbonnais d'auvergne avant de mourir...
vous..Devez certainement être une princesse vous aussi non???
Vous êtes bien belle en tout cas mlle!


Ma maman est la baronne en Lorraine. Elle est aussi évêque là-bas.

Elia rougit en entendant la dernière phrase d'Eleonore.

Merci, mais tu es belle toi aussi. Et la dame avec qui tu es aussi.

Elia admirait la robe.
Eleonore a écrit:
eléo qui avait été intimidée par elia sourit en voyant que elia était aussi intimidée par eléo et rougissait:

t'inquiètes pas petite fille je suis gentille!
dis tu veux qu'on aille jouer un peu j'ai deux belles poupées!elles s'appellent lulla et myra!


eléo sourit en entendant qu'on l'annonçait et se tourna un instant vers clo:

très contente aussi de te revoir!
dis j'ai droit de jouer avec la petite fille?
Galswinthe a écrit:
Après que Galswinthe eut fait signe discrètement, Naudeas approcha. Elle lui sourit.

Bien le bonjour Dame de Farges. Merveilleuse réception n'est ce pas?
As-tu gouté les pains d'épices? Et ce poulet au fenouil, ces champignons... un pur délice.

Gals finissait tranquillement son verre.

Tu prendras un peu de gentiane?

Entendant la musique des troubadours elle lui demanda :


Mais dis-moi tu es-tu venue seule? N'as tu pas un cavalier avec qui danser?
Elia_von_strass a écrit:
dis tu veux qu'on aille jouer un peu j'ai deux belles poupées!elles s'appellent lulla et myra!

Les yeux d'Elia s'écarquillèrent.

Oh oui je veux bien.

En même temps qu'Eleonor se tournait vers sa marainne, Elia se trourna vers Madelaine pour lui demander la permission.

Madelaine, je peux aller jouer avec la fille?
Clothilde a écrit:

Clothilde sourit en voyant les deux fillettes discuter, et la demoiselle admirer sa robe.

Merci, mais tu es belle toi aussi. Et la dame avec qui tu es aussi.

Grand merci demoiselle. Je me nomme Clothilde de St-Nicolas-les-Colombes, dame de Laveissière et de Bost. Je suis la Marraine et Tutrice d'Eleonore. Et je m'occupe de superviser ce banquet. Ravie de faire votre connaissance.

Eleo, tenant comme toujours avec elle ses deux poupées adorées, demanda à Clo :

dis j'ai droit de jouer avec la petite fille?


Clothide lui déposa un doux baiser sur le front, avant de lui répondre :

Mais bien sûr ma chérie !! cela vous permettra à toutes deux d'attendre les premiers desserts : ils seront servis bientôt je pense.

Doux sourire.



Rodrigue annonça alors :


Damoiselle Colombine et Messire Louis de Saint-Nicolas-les-Colombes



Puis, tandis que par les laquais s'apprêtaient à servir la première desserte, composée d'entremets aidant à la digestion,
Rodrigue afficha le Quarte Mets-Mystère :



Citation :
Quarte Mets-Mystère :

/_ _ _ _ _ / /_ _ _ _ _ _/ /_/ /_/ ' /_ _ _ _ _ _ _ _/ /_ _/ /_/ /_ _/ /_ _ _ _ _ _ _ _ /


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 9 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 3 pts
Chevalier_dide : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Sibella : 1 pt


Lettres proposées présentes :

Lettres proposées non présentes :

--Madelaine a écrit:
Madelaine avait suivi Elia dans le banquet. Elle l'avait écouté discuter avec la petite fille. Puis Elia se tourna vers elle.

Mais bien sur que tu peux aller jouer. Mais pas trop loin que je puisse t'avoir à l'oeil.
Armoria a écrit:
Dans le court silence qui venait de s'installer autour d'elle, Armoria put tenter de participer :

Je prends de nouveau le L, qui m'a porté chance, fit-elle avec un sourire vers le Roy.
Chevalier_dide a écrit:
Hum, Bien si cela est possible, je propose le I

Dide espére que la lettre I lui porte encore Chance ..
Clothilde a écrit:

Rodrigue répondit :


Votre Altesse, Messire, félicitations : vos deux lettres sont en effet présentes !


Citation :
Quarte Mets-Mystère :

/_ _ I _ _ / /_ _ _ _ _ _/ /_/ /L/ ' /_ _ _ _ _ _ _ _/ /_ _/ /_/ /L _/ /_ _ _ _ _ L L _ /


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 9 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 4 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Sibella : 1 pt


Lettres proposées présentes :
L, I

Lettres proposées non présentes :

Sonia80200 a écrit:
Bonjour Sonia, ravie de te voir, mais euh Al n'est pas là, enfin pas à côté de moi, peut-être qu'il est arrivé, mais moi je ne l'ai pas vue.
Elle sourit à Sonia et la trouva un peu plus radieuse que la dernière fois.
Tu vas bien ? En tout cas tu as l'air ! Ton voyage s'est bien passé ?


Oh moi et ma tête, je croyais l'avoir appercu, par moment j'ai vraiment pas de cerveau, enfin.

Oui oui, mon voyage c'est trés bien passé mais le plus marrant c'est que j'ai rencontré un homme chez moi, pas besoin de voyagé pour trouvé la perle rare.


Lui sourit d'un air angélique, regarde autour d'elle.

J'espére au moins faire une petite danse pas facile de venir non accompagné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Dim 9 Nov - 23:20

Tithieu a écrit:
"J'ai pour habitude de regarder au-delà des traces de lames... Une balafre est la plupart du temps, la marque d'un courage qui a manqué de chance. Et parfois, celle d'une victoire là où l'on a frôlé le trépas"

A ces mots, un fin sourire fendit le visage du Penthièvre, et il caressa du bout de son index la balafre qui traversait de part en part son visage, comme un emblème orne un étendard. Glissant de hault en bas son doigt sur ce sillon naguère béant, stigmate de son adolescence tourmentée, il en sourit davantage, comme rassuré de la présence de cet autographe visuel, qu'il estait loin de considérer comme un handicape.

C'est là une habitude remarquable, et une qualité appréciable. Vous faictes preuve d'une ouverture d'esprit rare en nostre ère, lorsque beaucoup ne voient guère plus loin que mon seul nom, et la sulfureuse réputation qu'il implique. Mesme Couronné d'or et de lauriers, portant hault le lys et mes caducées, il m'est arrivé d'estre chassé comme un malpropre, un mécréant. Le nom de "Penthièvre" effraie parfois plus que la peste, et provoque souvent une levée de boucliers successif à une hystérie collective. Partout où je vais, ici encore, la rumeur et les préjugés m'ont souvent précédé.
Quant à ma balafre, je la dois au Baron de Vallères, le tourangeau Chef de la Franche Compagnie des "Chevaliers du Pardon". C'est un Noble d'âme, et un combattant hors normes au service de Sa Majesté.


Regard circonspect vers le Souverain, affairé à déguster son marcassin avec la ferveur d'un jeune chiot, et semblant par moment moralement submergé par les mets que luy présentent les serviteurs du Castel. Pour rien au monde il n'endosserait son habit, pas plus que celuy de son charmant interlocuteur... L'inclinaison à l'abnégation et à la constance estaient quasi nulle dans son tempérament. Incompatible...

J'ai ouï dire, moy, que vous aviez vous mesme combattu lors des batailles de Felger et de Rennes, en Breizh, et que vous n'en estiez pas sortie physiquement indemne. Aucune cicatrice ne vient pourtant ternir vostre beauté... M'aurait-on menti ?

Ce-disant, ses lèvres se tendirent en un innocent sourire, tandis que son demi-regard effleurait -inconsciemment, évidemment- le cou de la Princesse, détaillant ses manches, ses mains pour y trouver quelque trace de plaie cicatrisée, de faiblesse latente.
Armoria a écrit:
Avant de répondre, elle fit signe à Rodrigue :

Il y a forcément au moins deux A...

Puis elle se tourna de nouveau vers Tithieu, amusée par le côté direct de sa question.

Comme vous le disiez, le Très-Haut d'avoir m'avoir sous Sa garde, qui a bien voulu ne me laisser de souvenirs de ces combats qu'en des endroits que les habits cachent aux yeux du monde. Car si une cicatrice est glorieuse sur un visage masculin, elle flétrit un visage de femme, nest-ce pas ? Quant à juger les gens sur leur nom ou leur réputation, pas plus qu'à leur visage, je ne m'y fie.

Elle s'autorisa un sourire amusé, presque complice.

Sans quoi, j'éviterais de me fréquenter moi-même, au vu de ce qui se dit de moi.

Elle trouvait amusant d'évoquer sa mauvaise réputation devant le Roi, la Cour et des sommités plus ou moins locales.
Damisella a écrit:
Dami lança à son tour une lettre

Je demanderai bien le U

Retourna à son poulet en devisant avec ses voisins
Eugenie_gounod a écrit:
eugénie avait suivi sa maîtresse au bal, bon certe elle n'y était que pour le service, mais elle ne put s'empêcher de tournoyer auprès de tous ses hommes bien mis.
Aucun d'eux ne la regardait, évidement, la bonne on ne la lutinait que dans les secrêts des combles, pas en pleine lumière...Mais elle, elle les jaugeait, voyait les alliances qui se faisaient...cela pouvait toujours servir pour sa maîtresse. Maîtresse elle même fort occupé à un jeu.
Retournant prêt du petit personnel, l abonne engagea une conversation avec eux et se renseigna du mieux qu'elle pouvait sur la noblesse du coin.

Mais un homme retenait quand même son attention, non qu'il soit beau, ni d'aspect très ouvert, mais cet homme représentait le saint graal d'une petite bonne futée...
Sibella a écrit:
Sibella continuait d'assister au banquet bien que son époux ait disparu et ses amis ne la voyait pas. Elle ne mangea que quelques fruits et avala de grands verres d'eau.

Elle regarda les lettres proposées et retenues


Je soumets la lettre R comme Roy
Clothilde a écrit:

Après les nouvelles propositions, Rodrigue afficha :



Citation :
Quarte Mets-Mystère :

/_ _ I R _ / /_ _ _ _ _ _/ /A/ /L/ ' /_ _ _ _ _ R A _/ /_ _/ /A/ /L A/ /_ A _ _ _ L L _ /


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 8 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 5 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt


Lettres proposées présentes :
L, I, A, R

Lettres proposées non présentes :
U


Durant ce temps, les laquais apportèrent le Flan royal caramélisé :


Tithieu a écrit:
Une énigme. Où pouvait-elle bien cacher les traces laissées sur elle par ses audacieux combats, comme les ronces marquent l'enfant trop téméraire qui se jette teste première dans une haie sauvage ?
Tout en l'écoutant parler, il continuait de la détailler, de pieds en teste, aussi discrètement que possible. Assurément, l'interroger directement paraistrait déplacé, créerait l'esclandre. Et à part un moyen détourné de résourde l'énigme, de répondre à sa question irrésolue, il ne pouvait qu'imaginer dans le secret que son inconscient l'endroit où le courage avait posé sa griffe.
Les mots de la Princesse s'écoulant en bruit de fond dans son esprit, il se remémora en images fugaces les lettres de son ami le Louvelle, et le charisme de Son Altesse qu'il y décrivait avec la ferveur d'un jeune prédateur en chasse... Il comprenait maintenant de quoi il estait question, ce que sous-entendait Maximilien, et luy accordait enfin la légitimité de sa ferveur exagérée. La Personne Princière, en sus de gouverner la France d'une main de fer dans un gant de velour, avait le don séducteur qu'ont les conquérants, captivant l'auditoire, instaurant en quelques regards l'intrigue qui obséderait son vis-à-vis jusqu'à ce que réponse soit donnée.


"Sans quoi, j'éviterais de me fréquenter moi-même, au vu de ce qui se dit de moi."

Tiré de sa resverie par ces derniers mots. Juste à temps pour lever le regard sur un divin sourire, vaguement chaleureux, qui luy fit rater un battement. Le rustre Penthièvre pensa à liquider cet alcool de contrebande qu'il avait "acquis" aux jeux à Limoges, et qui semblait exacerber ses émotions, sinon sa vanité.

On dict de l'indignation morale qu'elle est la jalousie déguisée, persiflant à la manière du Démon incarné en un élégant serpent. Je pense, moy, qu'il n'y a que les frustrés qui dénigrent. Frustrés de l'échec auquel est vouée l'entreprise de leur existence.
J'aime les fortes personnalités, celles qui n'ont pas peur de déplaire.
Il faut d'ailleurs savoir se gouverner soi-mesme sans se soucier du regard des aultres, pour pouvoir gouverner efficacement un Duché, un Royaume.
Qu'importe que la forme déplaise, tant que le fond n'a pas à souffrir des médisances des jaloux ?


Sourire tardif, en réponse au sien. Il ajoute, avec toute l'assurance de sa jeunesse sur le déclin :

Sans le tempérament qui vous vaut si méchante réputation, vous ne seriez pas là où vous estes ce jour d'huy. Ni moy non plus, d'ailleurs.
Et j'avoue que sans ce soupçon d'inquiétant et d'intriguant qui vous accompagne, je n'aurais guère esté aussi curieux de vous rencontrer en personne. Vous avez le coeur et le charisme nécessaire pour liguer les forces vives du Royaume, et fi des aultres, qu'ils restent au bord du chemin s'il leur plait de jalouser vostre réussite éternellement...
Naudeas a écrit:
Bien le bonjour Dame de Farges. Merveilleuse réception n'est ce pas?
As-tu gouté les pains d'épices? Et ce poulet au fenouil, ces champignons... un pur délice.


Non, je n'ai rien encore mangé d'ailleurs mon ventre cri famine. La réception est fameuse mais les auvergnats ont toujours été forts habile pour recevoir.

Tout en se servant un morceau de pain d'épice

Tu prendras un peu de gentiane?

Euh non merci, j'ai pas envie de m'empoisonner avec ca, je le digère très mal..

Mais dis-moi tu es-tu venue seule? N'as tu pas un cavalier avec qui danser?


Je ne suis jamais seule mais toujours en charmante compagnie, d'ailleurs j'aimerais te le présenter.

Naud fit un signe à Capo de la main pour qu'il se rapproche
Damisella a écrit:
Dami réfléchissait à toute allure, en oubliant les mets savoureux qui défilaient
Quoique, un joli flan doré arrivait sur les tables, elle en accepta un petite part

Et proposa le
C
Eleonore a écrit:
Citation :
Mais bien sûr ma chérie !! cela vous permettra à toutes deux d'attendre les premiers desserts : ils seront servis bientôt je pense.

eléo sourit à sa belle marraine et resta près de clo et de madeleine pour qu'ils puissent les surveller quand même si besoin est!
eléo demanda à la fillette


tu veux être qui toi????????on fait quoi comme histoire???
hep viens,t'es cap on va voire le roy on lui fait une belle révérence parce qu'on est des princesses et puis on revient!
tu es cap???
Clothilde a écrit:

Après le flan caramélisé, les laquais servirent d'autres flans, individuels cette fois-ci :
d'étonnants petits Flancs à l'eau de Rose :




Rodrigue en profita pour noter :


Citation :
Quarte Mets-Mystère :

/_ _ I R _ / /_ _ C _ _ _/ /A/ /L/ ' /_ _ _ _ C R A _/ /_ _/ /A/ /L A/ /C A _ _ _ L L _ /


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 9 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 5 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt


Lettres proposées présentes :
L, I, A, R, C

Lettres proposées non présentes :
U
Damisella a écrit:
*Ouiiii!*
Il lui restait une lettre à proposer
Elle choisit le H
Tenta une phrase, ça lui avait bien réussi il y a peu


Poire pochée à l'hypocras et à la cannelle
Korydwen a écrit:
Alors qu'elle terminait son assiette de sanglier ou de marcassin, elle ne savait plus très bien, le premier dessert fut arrivé, elle pencha la tête sur le côté en souriant, il y avait là des enfants, peut-être aurait-elle du faire venir Eléa. Mais la connaissant, elle aurait encore embarrassé son père, quoi qu'il n'était pas, dommage. Elle sourit aux propos de Sonia.

Oh moi et ma tête, je croyais l'avoir apercu, par moment j'ai vraiment pas de cerveau, enfin.

Ne t'inquiète pas, vas ! Il y a tellement de monde, que l'on s'y perd.

Elle sourit, oui elle avait repris du poils de la bête.

Oui oui, mon voyage c'est très bien passé mais le plus marrant c'est que j'ai rencontré un homme chez moi, pas besoin de voyagé pour trouvé la perle rare.

J'en suis ravie alors. Souvent la perle rare est sous nos yeux, mais on ne les ouvre jamais assez !!

Elle regarde Sonia en souriant.

J'espère au moins faire une petite danse pas facile de venir non accompagné

Et bien moi je crois que pour la petite danse, c'est raté, je n'ai pas mon cavalier, mais tant pis... Une autre fois.

Installe toi donc avec nous, si nous ne pouvons danser, autant boire et manger après tout !!

Elle surveillait toujours du coin de l'oeil, les laquais, vérifiant qu'ils passaient partout en houspillant de temps en temps...
Gandrel a écrit:
Tandis que la jeune femme blonde rappelle au tout jeune valet que les invités attendent d’être servis ses soins, quelques notes de musiques se font entendre par dessus le balcon qui surplombe la Grande salle de réception. Le jeune domestique la regarde et lui dit de sa voix encore frêle :

Vous ne dansez pas ?

Il en a de ses questions, Gala le transperce de son regard bleu vert

Si biene sour, jé danse mais façon cigale voyez vos

« Oh, vous dansez façon cigale ? J’ne doute pas d’la beauté d’la chose ni du fait que ça soit agréable hein, pourtant quelle tristesse ... La cigale danse tout' seule, même si on lui répond parfois froidement d’loin. Et j’pense qu'il vaut mieux être plusieurs pour savoir partager véritab'ment quelq' instants de joies. Non ? »

Le jeune homme s'incline malicieux, sa chevelure rouille dévale sur sa nuque, Gandrélina suit la cascade rousse de ses yeux bleu océan et rougit encore ; elle a envie de le relever aussitôt, comme chaque fois qu’un gueux s’incline devant elle, comme pour lui dire, non, je vous en prie, je suis tout comme vous et vous le savez. Bien sur sa vie d’antan lui a appris à recevoir ce genre de marque de respect mais comme tout cela est loin à présent. Elle est plongée dans ses pensées et ne le voit pas qui se redresse. Il s’en va en laissant derrière lui cette odeur de potage succulent. Petité bonhomme tou as raison, riene né vaut un cavalier pour danser mais jé crains cet soir dé neé pas en avoir emporté un dans moun bustier.

Partager, bon à défaut de partager une danse, elle pourra peut être au moins chiper un de ses délicieux mets qui attendent sur les tables. Gandrélina dévale les escaliers en colimaçon et plonge dans la salle comme elle le ferait dans un torrent en cru, à la recherche de quelque tête connue.

Elle traverse la piste où les danseurs commencent à se regrouper deux par deux ; l’air un tantinet égarée. Soudain, elle semble avoir trouver et amorce quelques souples enjambées vers les tables. Alors qu'elle avance, elle entend des amis deviser entre eux iou pltot entre elles ... Elle attrapent au vol une coupe sur un plateau et s'approche de la table des dames en souriant :


Bounsé mes dames les cavaliers sont oun denrées rares à cé que je vois. Gandrélina, vos ne vos souvenez pét être pas, nous nous sommes déjà croisées à Billy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Mar 11 Nov - 17:39

Clothilde a écrit:

Rodrigue félicita Damisella de sa réponse, et afficha :



Citation :
Quarte Mets-Mystère :



***Poire pochée à l'Hypocras et à la Cannelle



Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 13 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 5 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt


Lettres proposées présentes :
L, I, A, R, C, H

Lettres proposées non présentes :
U


Ainsi furent servies aux convives des assiettes dont chacune contenait une succulente Poire pochée à l'Hypocras et à la Cannelle, agrémentée de Cardamone et Cerise :



Les Troubadours, quant à eux, remarquant que les cavaliers de la soirée se montraient plutôt timides, entonnèrent un
"branle d'Ecosse" :
Danse en ronde, dont les pas sont :

Double à gauche
Double à droite . . . .2 fois
Simple à gauche
Simple à droite

Double à gauche
Simple à droite
Simple à gauche
Double à droite

Double à gauche
Simple à droite

Pied droit en l'air
Pied gauche en l'air
Pieds joints
Petit saut
Capriole

Fabien74 a écrit:
Pendant qu'il discutait avec Clothilde, la jeune Eleonore vînt se blottir dans les jupes de la jeune femme, puis elle se trouva manifestement une amie pour jouer. Ah, la jeunesse. Alors qu'ils conversaient, la musique se fit entendre, invitant les hôtes à se déhancher sur la piste.
Petit sourire entendu à Clo, et Fabien zigzaguait déjà entre les convives pour retrouver son épouse. Il la trouva près du buffet.
Il lui murmura, lui présentant le bras, et non sans afficher un large sourire:


Une danse charmante demoiselle?

Puis ils entamèrent la danse, suivant rigoureusement les pas d'origine.
Sans doute que d'autres les suivraient.
Armoria a écrit:
Un regard prudent vers Tixlu - surtout ne pas ramener à son souvenir que sans lui, personne n'oserait aller danser - et elle revint à Tithieu, dont le regard l'explorait - oh, sans ostentation, mais elle avait l'habitude de ce genre de choses. Il semblait avoir ce côté chasseur qui animait aussi le Louvelle, et qui trouvait écho chez elle. Pas de signe extérieur pour quelqu'un manquant d'attention, si ce n'était une lueur dans les yeux verts d'Armoria. Un peu comme quand un chat apercevait une souris, un oiseau, ou toute autre proie intéressante à taquiner. Et avec cette façon qu'il avait de la regarder, elle ne doutait pas qu'il avait perçu cette lueur : les chasseurs se reconnaissaient toujours entre eux... Nouveau sourire, mais naissant plus lentement sur ses lèvres. Réflexe.

Les personnalités fortes... Elles s'attirent ou se combattent, en général : oncques n'ai vu de demies-mesures dans ces cas-là...

Elle se pencha pour ajouter à mi-voix :

Quant aux "bonnes âmes" si promptes à se choquer, j'ai ouï dire que la moralité devient rigide quand le reste peine à l'être.

C'était l'avantage des banquets, surtout avec la musique : il fallait être à portée d'oreille pour percevoir des phrases prononcées de la sorte.

Mais prenez donc place, nous en sommes à manger devant vous ! Pensez un peu, s'il s'allait narrer qu'un membre des Hospitaliers a été laissé sans boire ni manger, et devant témoins ! Voilà au moins des choses à me reprocher qui seraient avérées... Pour une fois.

En femme du monde, elle s'essuya les mains sur la nappe, ainsi que le voulait une bonne éducation, afin de lui désigner une place d'une main propre.
Korydwen a écrit:
La jeune femme devisait avec Sonia sur les danses et tant d'autres choses, tout en mangeant et buvant, en fait surtout boire, elle avait vidé de nombreuses coupes, mais les laquais remplissaient sa coupe à chaque fois qu'elle la vidait, elle n'était pas aidée, la pauvre Baronne.

Une femme s'approcha, Korydwen l'accueillit avec un sourire. Elle avait un fort accent, et elle l'avait déjà croisé quelque part, enfin elle l'avait vu, mais elle n'avait pas souvenir de lui avoir parlé, peut-être saluer, oh elle l'espérait histoire de ne pas passer pour une personne rustre.


Bounsé mes dames les cavaliers sont oun denrées rares à cé que je vois. Gandrélina, vos ne vos souvenez pét être pas, nous nous sommes déjà croisées à Billy.

Bonsoir ma dame, vous avez grandement raison, les cavaliers manquent... A croire que la danse les effraie quelque peu. Gandrélina, voui je me souviens de vous, enfin je vous ai simplement croisé à Billy. Korydwen de Marigny... En fait non simplement Korydwen... Les titres ne sont que parures dont l'on peut se passer.

Korydwen la regarda, mais à ce moment là les troubadours enchainèrent sur un branle d'Ecosse... Une danse et visiblement, il n'y avait pas besoin de cavalier, danser avec une femme ne la gênait pas en soit, mais avec toute cette étiquette et le Roy, la princesse et certainement le prince présent. Elle se lança tout de même.

Dites vous croyez que... Pardonnez moi si je vous semble incorrecte, mais avec cette danse, il semble que nous pouvons nous passer de cavalier, peut-être que nous pourrions tout de même nous abandonner à ce plaisir qu'est la danse, afin de nous divertir entre femmes peut-être.

Elle regardait les deux femmes, espérant ne pas avoir fait de bourdes.
Rick a écrit:
Alors que Rick et Tia discutaient allégrement sur ce qui se passait autour d'eux, profitant pleinement de cette soirée, ils virent avec plaisir Kory venue les rejoindre. Elle avait dû réussir à se libérer de ses obligations et de ses connaissances amicales. Le jeune homme se retrouva donc assis entre son épouse et sa femme. Il avait vraiment la place la meilleure que l'on puisse rêver.

Ils eurent le droit à un merveilleux potage, aux couleurs chatoyantes. Le goût était assez bizarre. Il ne se souvenait pas d'avoir goûté ce légume auparavant. Autour d'eux, les lettres fusaient pour connaître le nom du plat. Le velouté était donc à base d'asperge. C'était assez étonnant mais pas mauvais du tout. Très rapidement et tout aussi discrétement, les laquais vinrent changer les plats et ce fut du gibier qui se trouva devant eux. Rick prit donc soin de le prendre délicatement avec ses doigts et de le porter à ses lèvres. Le goût était assez osé et relevé. Si on fermait les yeux, on pouvait sentir le goût sauvage de l'animal, les chevauchées dans la forêt.... Le jeune homme fronça les sourcils. Ce n'était vraiment pas le moment de penser à ce que l'animal avait dû vivre auparavant s'il voulait goûter au délicieux repas. Celui-ci était vraiment copieux et il se trouvait un peu serré dans ses braies. Il décida donc d'enlever un cran à sa ceinture, de couleur jaune. Ainsi, il pouvait mieux respirer.

Le héraut annonçait toujours des nouveaux visiteurs. Tiadriel et lui qui pensaient être en retard, ne l'étaient pas tout compte fait. Il se demandait si les nouveaux convives auraient de quoi manger. Mais lorsqu'il vit au loin, des valets en train de couper de nouveaux marcassins, le jeune homme dû se résoudre à croire qu'il y en avait vraiment pour tout le duché et même plus. Son regard fit alors le tour des convives. Vers le buffet, il crut reconnaître ses amis Aigue et Nic. Beths venait de quitter la Princesse. A une table plus éloignée, il eut l'impression de voir la rectrice. Etait-ce bien Gypsie ? Etait-ce quelqu'un lui ressemblant ? Il ne savait pas. Il se reporta sur son repas, pour donner son opinion un petit peu sur les plats. On venait d'annoncer les troubadours et rapidement une musique agréable se fit entendre.

Rick jeta un oeil à sa soeur, qui tentait de faire bonne figure. Son mari n'avait pas dû réussir à se libérer pour l'accompagner. Elle devait être triste, même si elle ne le montrait. Il lui adressa un sourire. En guise de réponse, elle lui murmura une suggestion des plus agréables : faire danser son épouse. Le jeune homme était tiraillé entre le désir de danser avec Tia et l'ennui de laisser Kory, seule à la table. Mais sa soeur avait décidé de prendre sa soirée en main. Et à défaut d'avoir un cavalier masculin pour la faire tournoyer, elle proposa à des voisines de tables, esseulées de venir au centre de la salle. Il n'y avait donc plus rien qui retenait le jeune homme. Il se leva donc et après une révérence courtoise envers son épouse, il lui proposa d'aller danser en lui tendant la main. Après tout, il s'était, dans sa courte carrière diplomatique, baissé devant de nombreuses personnalités. Il avait rencontré un duc, une comtesse, des bourgmestres, des prêtres et nombreux ambassadeurs ou consuls. Et là, la cerise sur le gâteau avec cette soirée. Non seulement, il y avait une large partie de la noblesse auvergnate mais il y avait aussi Levan III, le Roy et la Princesse. Cette dernière participait même aux différents jeux organisés par le comité des fêtes. Il se demandait d'ailleurs si elle n'était pas intervenue durant les énigmes, lorsque le nobliau impétueux voulait faire prévaloir son titre.

Il attendait désormais que son épouse soit prête à tournoyer avec lui. Ainsi, il pourrait un petit peu digérer les bons petits plats qu'on leur apportait. Les personnes qui n'avaient pas encore rejoint la piste avaient le droit à plusieurs desserts. Mais l'heure n'était pas encore à la fin du repas, mais plutôt à la digestion. Il fallait maintenant faire passer tout cela. Il n'arrivait toujours pas à décider si Ratatouille était meilleur que les cuisiniers qui venaient de faire le repas, mais une chose était sûre c'est que Rick s'était régalé et qu'en plus, il avait découvert de nouvelles sensations gustatives.
Elegie2 a écrit:
La jeune Balsac baillait à se fendre la machoire. S'excusant auprès de ses voisins, elle se leva pour prendre un peu l'air et s'assit sur l'embrasure d'une fenêtre pour mieux apprecier du regard les danses commençantes. Balançant un peu ses jambes pour suivre la mesure, elle tentait de repérer les pas de la danse.

Au hasard lança un D pour voir . Elle aimait le jeu .
Clothilde a écrit:

Rodrigue attrapa au vol le "D" lancé par Elegie, puis lui murmura en souriant :

Permettez, Ma Dame, que je garde votre "D" en réserve pour le prochain mets-mystère ? En effet, le dernier vient d'être révélé.


Petit signe de tête du héraut, qui annonça ensuite :

Votre Majesté,
Votre Altesse Royale,
Monseigneur,
Excellences,
Mes Dames, Mes Sieurs,
Damoiselles, Damoisaux...

Oyez Oyez !!

Petit "Entremets" vous est à présent offert en ce banquet !!!!

Tandis que les musiciens continuent d'animer le bal, et que vous pouvez continuer à danser en ronde les musiques qu'ils vous offrent,

vous est donné également spectacle de jongleurs !!



Un jeune homme entra alors, et démarra son jonglage en musique :



Tithieu a écrit:
"Les personnalités fortes... Elles s'attirent ou se combattent, en général : oncques n'ai vu de demies-mesures dans ces cas-là...

Quant aux "bonnes âmes" si promptes à se choquer, j'ai ouï dire que la moralité devient rigide quand le reste peine à l'être. "


Et la Bourguignonne de se pencher sur luy pour luy susurrer à voix confidente la teneur de son "ouï dire".
Luy l'écoute, attentif. Sourcil valide haussé dans une expression interrogative, polie, le buste légèrement penché pour que son oreille rencontre sans trop de peine la voix de son interlocuteur. Figé dans ceste figure de style maintes fois exercée à l'occasion de banquets et dîners, lors de conversations -il faut le dire- bien moins captivantes que celle qu'il entamait avec la Princesse, son regard s'embrasa d'une lueur rieuse, tandis qu'un large sourire fendait de part en part son visage et que ses gencives mordaient goulûment sa lèvre inférieure, dans une tentative désespérée de garder une contenance d'usage. Plus que leur substance, c'est l'aspect inattendu et familier des propos que luy tenaient la Princesse qui avait submergé le Penthièvre d'une douce hilarité.
Hilarité euphorique qu'il luy fallut quelques instants pour tempérer, camisoler, dans l'obligation de garder raison. Ce faisant, il se redressa complètement pour récupérer une allure convenable, et répondit du tac au tac :


S'attirent ou se combattent ? On me preste souvent une forte personnalité ; drame ! selon vostre loy je ne puis qu'estre par vous attiré, ou au contraire vous combattre.
Et vous combattre m'est impossible ! Vous estes le plus hault dignitaire Royal après Sa Majestée. Félon je ne suis point, malgré les intentions que l'on m'a parfois presté.
Ainsi donc me voilà condamné à estre attiré par vous. J'ai connu pire verdict, mais la loy que vous avez énoncée me parait un peu prétentieuse.
Et si je vous estais simplement indifférent ?


Le ton reste de conversation, il maintient à Son Altesse un sourire poli, tempéré mais teinté d'une espéglerie tangible. L'atmosphère se charge d'une certaine tension, de particules ennivrantes que d'aucun intitulent "adrénaline". Rien de malsain, de désobligeant. Juste une pluie incolore et impalpable qui inspire au Penthièvre un fin sourire persistant, et donne à son regard une teinte nouvelle, lueur de détermination. L'Elégante semble vouloir dessiner à tâton le tracé qui matérialise le tempérament du Balafré, ses limites et ses excès. Il entre dans son jeu sans en estre le bouffon, préférant se jouer d'elle comme elle se joue de luy, s'amuser de son exploration aveugle et prolonger leur joute verbale.

La sobriété que j'ai juré d'épouser ne souffrira point, je suppose, que je mange à si prestigieuse tablée. Et puis en si bonne compagnie, je ne puis manger que de bon appestit, ce qui ravira les frères de mon Ordre, j'en suis certain.

Neutralité des grandes occasions, banalité plate et inconsistante de la foire aux vanités. Si beaucoup se prestent à ce jeu grotesque avec plaisir, ce n'est pas son cas, et la seule ancre qui le retient autour de ceste table -sinon son estomac qui crie famine- reste la présence de son intriguante voisine, qu'il découvre bien plus enrichissante encore que ce que les rumeurs luy avaient permis de présentir.
Flexion des genoux, irrévérencieux signe de croix -pour luy mesme-, et sifflet à l'adresse de l'échanson le plus proche. Il est attablé, et assis. Enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Mar 11 Nov - 17:48

Carmody a écrit:
Petit renardeau était déjà bien grand et n'entendait pas se laisser guider dans une meute comme un mouton docile. Elle ne rechignait en rien sur donner ses impression vis a vis du voyage qui l'avait mené ici et se rebellant donc la protection de son frère qui cherchait a l'empêcher d'adopter certain de ses propres travers et surtout de la voir tomber dans ceux qu'il ne connaissait que trop bien, bien sur il les vivait au quotidien, et qui animait dans son esprit le plus grand nombre des hommes.

Les premiers mots de sa sœur firent naître un sourire sur le visage du Carmo. encore une fois elle avait le caractère d'une Tartasse et savait bien comme elle pouvait rayonner a l'instar des ses aînés. et voila qu'elle entrait dans le vif de l’attitude d'enfant qu'il aimait tant. elle s'insurgeait contre le refus qu'il donnait quand au poissons qui pourraient devenir siens. Mais toute traces d'amusement disparu des trait du seigneur quand elle lui affirma qu'elle comptait trouver un poisson ce soir et ici même. Et pire encore elle pensait a un cuisinier... Aurait elle fait des repérage avant de venir quand il ne la surveillait plus? non ce n'était pas possible, elle ne ferait pas ça. Lui l'aurait fait... il fallait se méfier.

Il avait finalement bien fait de lui parler de poisson car elle le connaissait trop bien et savait comme il adorait s'adonner a ce qu'il voulait l'empêcher de faire comme elle le prouvais si habilement. Il jeta un regard vers circulaire autour de lui notant comme sa sœur avait raison et qu'il s'était déjà lancé dans une sorte de pêche improvisée. Une léger idée germa dans son esprit alors qu'il regardait la jeune rouquine face a lui. Finalement il avait bien fait de lui raconter cette histoire il pourrais sûrement s'en tirer avec une nouvelle pirouette.

Il allait ouvrir la bouche pour en faire par a Rosie mais a cet instant il senti une pression sur sa taille et celle ci fut entouré pas un bras Nalurien. Sourire espiègle alors que ses yeux se posent sur la nouvelle arrivée et sa main vient retrouver celle de la jeune femme quand il incline la tête pour la saluer. Puis a la remarque concernant la jeune Balsac, les yeux du Carmo s'envolèrent et cherchèrent la désignée du regard tandis qu'il répondait a la Grand Veneur.


Heureux de te voir ici, ma Conscience. rassure toi, je n’ai fait aucune bêtise encore. Quand a ma jeune maîtresse.... Ah enfin il la trouvait et une lueur de malice s'alluma dans ses yeux. J'espère bien que les soins qeu j'ai pris a garantir sa sécurité sont appréciés. je devrais d'ailleurs aller voir comment elle se porte et lui presser mon renard.

Auzances reste un instant a fixer la jeune fille puis ses yeux se détournaient vers la princesses qui était a pressent dans un discussion. il aura rater l'occasion d'aller continuer de lui offrir des mots, une autre fois peut entre si cela se représentait. Une petite moue contrite apparu un instant et il se mis a baisser les yeux retrouvant son sourire de circonstance.

Mais ses réflexions prirent fin quand un petite voix vient au creux de son oreille pour y délivrer un secret embarrassant. un léger rire échappa au Carmo mais il se reprit en regardant sa sœur et s la dame qui les accompagnait.


Je vais tenter de remédier cela sans que ça ne se voit de trop.

Chuchotant de nouveau a la rouquine, il eut un sourire triomphant.

Repousse tout les garçons et jeune hommes qui viendront te voir et ta lacune ne sera pas connue par d'autre que moi. je t'apprendrais une fois rentré.

Mais j'ai cru voir qu'une autre de mes protégées est esseulée que diriez vous d'aller lui tenir compagnie? Cela nous remettra du manque de poisson que Rosie voulait dévorer a pleine dent.


N'attendant pas de réponse car il avait pris sa décision pour sa part, il se mit en marche et traversa la salle pour rejoindre la jeune file sur sa fenêtre, venant se planter devant avec un sourire teinté d'un amusement non dissimulé.

Vous ne devriez pas rester seul ainsi, on ne sait jamais quelle mauvaise rencontre vous pourriez faire. Mais puisse que vous este là ; j'aurais bien aimé que vous acceptiez que je vous pressente Mon Renard ? Je suis certain qu'il vous plaira de faire sa connaissance et qu'il me plaira que en deviniez proche si cela devient votre désir.

Les yeux brillant de malice, il pencha la tête en fixant la jeune fille instant puis détourner la tête pour regarder derrière lui l'avait elles suivi ou non. Mais ce que ses yeux retrouvèrent fut tout autre. De nouveau, il se maudit de s'être perdu dans ses réflexions et de n’avait pris acte quand il lavait pu. Sa tête dodelina puis il se retrouva de nouveau et refit face a Elegie.
Elia_von_strass a écrit:
tu veux être qui toi????????on fait quoi comme histoire???
hep viens,t'es cap on va voire le roy on lui fait une belle révérence parce qu'on est des princesses et puis on revient!
tu es cap???


Voir le Roy?

Les yeux d'Elia pétillèrent à nouveau. Le Roy... Elle en avait entendu parler, en Lorraine, il y avait aussi des nobles français. De ce qu'elle avait compris, il était l'égal de son souverain, l'Empereur. Alors aller le voir... Mais peut-être qu'elles pourraient faire bon impression toutes les deux. Et puis ce n'étaient pas une bêtise.

Cap!
Mais il est où?


Autant elle avait déjà vu des tableau de l'Empereur, autant le Roy, elle ne savait pas à quoi il ressemblait.
Armoria a écrit:
Des danseurs, sans doute las de devoir attendre le Duc en combattant les fourmis qui envahissaient leurs jambes au son des instruments, avaient commencé la pavane. Elle eut un fin sourire satisfait : autant d'évité.

Elle s'attendait à des distractions lors de ce banquet, mais rien d'aussi prenant que ce petit jeu qu'elle affectionnait : un homme et une femme, chacun connaissant fort bien sa force et ses faiblesses, se donnant de petits coups de pattes - pattes de velours - sous couvert d'une conversation policée. Fort distrayant... Elle prit un air candide pour lui répondre. L'innocence faite femme.


Indifférent ? J'en doute... Si vous êtes de ces fortes personnalités évoquées, j'en doute fort. Je puis vous agacer, vous horripiler, vous intriguer, vous intéresser... Voire plus, suggéra un regard coulé de sous ses longs cils. Il faut être insipide pour ne provoquer qu'indifférence, et je me targue de ne point l'être. Tout comme je doute que vous le soyez, du reste...

Le ton était celui d'une conversation banale, comme il se devait. Dans ces cas-là, les yeux disaient plus que les mots, et ceux d'Armoria brillaient d'une malice affichée.
Clothilde a écrit:

Les premiers danseurs s'élançaient en ronde sur la piste, au son de la vielle, du luth, de la citole, de la bombarde, de la flaüte et de la harpe.



L'Yssue serait bientôt servie.
Elle serait composée de fromages et de gâteaux légers. Ces aliments étant destinés à fermer l'estomac pour activer la digestion. Tous ces aliments seraient accompagnés d'hypocras.
Ce service précéderait les "Boute-Hors".




Rodrigue quant à lui, afficha le Cinquième Mets-Mystère.



Citation :
Cinquième Mets-Mystère :

/_ _ _ _ _ _ _ _/ /_ _ _ _ _ _ _/ /_ _ _/ /_ _ _ _ _ _ _/ /_ _ / /_ _/ /_ _ _ _/


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 13 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 5 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 5 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 2 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt


Noeline a écrit:
Elle avait enfin atteint les plats, depuis leur arrivée, ce n’était que rencontres à chaque pas, bavardages, échanges courtois, son estomac lui par contre attendait toujours…
Elle cherchait déjà du regard un endroit libre autour de la table. C’est alors qu’elle vit Fabien se faufiler vers elle en souriant. Il l’entraîna vers la partie de la salle réservée au bal.

Une danse charmante demoiselle?

Un regard de renoncement vers les mets appétissants, il y avait des choses bien plus importantes …

Mais avec grand plaisir, cher ami, vous savez que je ne saurai résister très longtemps …, elle lui sourit rayonnant de bonheur.

Le couple se lança, d’autres les rejoignirent rapidement, la cadence rythmée, entraînante, fit des adeptes au grand soulagement de Noeline qui n’aimait pas être l’objet de tous les regards.

Déjà, Rodrigue annonça une nouvelle phrase mystère, dommage elle aimait le jeu mais n'avait pas pris le temps.
Eleonore a écrit:
on a cas demander à clothilde elle saura peut-être ou il est!
moi je l'ai déja vu en vrai mais jamais parlé mais je le trouve pas dans tout ce monde...
viens suis moi on va demander à clothilde..


allant vers clothilde

clothilde clothilde dis il est passé ou le roy je le trouve pu et on voulait lui faire juste une révérence tout sagement avec ma copine

il est ou il est ou??????????


la petite fixait clo,attendant sa réponse.
Sibella a écrit:
Après avoir mangé quelque peu et avalé quelques verres de jus de fruit, un nouveau jeu commença. Comme Sibella ne pouvait pas facilement danser et son époux était occupé, elle se jeta sur le jeu suivant et regarda attentivement le nombre de lettres manquantes.

Je propose un E comme Eternel !!!

Puis elle vit Eléonore partir en courant vers Clothilde. Il fallait qu'elle rencontre la petite afin de lui faire un gros baiser et parler un peu avec elle.
Damisella a écrit:
La danse avait commencé, le Duc trop occupé auaynt oublié d'ouvrir le bal.. Ma foi tant pis.

Elle attendait une danse de groupe ou les demoiselles sans cavaliers pouvaient se glisser.

Un autre jeu commençait, elle choisit une lettre, le
A

Elle s'approcha de Dame Sibella, lui chuchota

La lettre E est interdite, changez-en vite
Naluria a écrit:
Sa main fut rejoindre par une plus chaude que la sienne ce qui la fit sourire. De suite, son Grand Louvetier se disculpa de toute accusation qui aurait pu se former dans la tête de sa Conscience. Cela fit naître l'inverse dans les yeux du Grand Veneur qui allait finir par l'inculper. Elle regarda une nouvelle fois la jeune Tartasse en signe d'interrogation, de confiance, comme si elle le surveillait.

Encore ?

Naluria sourit malicieusement.

Mais je ne suis point là pour te surveiller, tu es assez grand pour assumer les éventuelles bêtises que tu aurais à faire.

Elle sourit de nouveau tandis qu'il cherchait du regard une personne. Elle se mit à chercher elle aussi mais n'eu pas le temps de demander qui il cherchait, la réponse suivit la trouvaille. Il poposa aux deux jeunes femmes qui l'accompagnait d'aller la rejoindre avec lui. Pas le temps de réfléchir que le Loup était déjà partie vers sa proie. La suite serait elle dans la tanière ?

Elle regarda Rosie Posie dans les yeux et haussa les épaules avant de sourire.


Jeune fille, la galanterie s'atant envolée avec votre frère, je vous propose mon bras pour aller rejoindre le couple de regards alanguis comme demandé par Auzances. J'en conviens, il n'est pas habituel de voir deux femmes avancer errer bras dessus bras dessous, mais je ne souhaite point vous perdre parmi cette foule.


Elle tendit son bras avec bienveillance puis bu une gorgée du breuvage qu'elle avait prit sur l'une des tables destinées aux invités.
Sonia80200 a écrit:

Je m'installe prêt de Kory, autant en profiter, encore un peu. Prend un verre et le sirote tranquillement.Voit une dame s'approchant de nous, écoute se qu'elle dit.La tête ailleur, pense à son bien aimé qui n'a pas pus l'accompagné, entend Kory proposait quelque chose de plutot marrant


Dites vous croyez que... Pardonnez moi si je vous semble incorrecte, mais avec cette danse, il semble que nous pouvons nous passer de cavalier, peut-être que nous pourrions tout de même nous abandonner à ce plaisir qu'est la danse, afin de nous divertir entre femmes peut-être.

Et bien pourquoi pas, autant s'amuser un peu
Clothilde a écrit:

Eleo s'adressa à sa Marraine :

clothilde clothilde dis il est passé ou le roy je le trouve pu et on voulait lui faire juste une révérence tout sagement avec ma copine
il est ou il est ou??????????


Clothilde sourit aux deux fillettes, et répondit :

Le Roy ?! et bien Sa Majesté se trouve à la tablée d'honneur, regarde : la tablée qui forme la petite barre du "U" dans la disposition des tables.
Tu vois le beau Messire assis sur le trône, à côté de Son Altesse Royale la Princesse Armoria ? avec une magnifique couronne ? et bien ce Messire n'est autre que notre bon Roy Levan le Troisième de Normandie.
Tu sais ma chérie, c'est un immense honneur qu'il nous fait d'être présent ici ce soir.
Peu de personnes ont eu la chance de l'approcher.
Je suis certaine qu'il sera touché que tu ailles lui offrir une révérence, avec ta nouvelle amie.
Tu te rappelles des cours de maintien que je t'ai fait donner ? Profonde révérence, en tenant ta robe à deux mains, pied droit effectuant un délicat mouvement et venant se positionner derrière le gauche, tandis que tu ploies le genou.
Et surtout, très important : tête baissée respectueusement. Ne pas croiser le regard du Souverain Suprême !!

A présent, tu peux y aller ma Chérie. Et vous de même, demoiselle. Si votre Nourrice vous en donne l'accord, bien évidemment.

Clothilde sourit tendrement à sa filleule et à son amie.
Sibella a écrit:
Sibella regarda Damisella en souriant et ne comprenait pas pourquoi le E n'était pas autorisé. Néanmoins, elle changea

Non, non je change. La lettre O
Toute ronde je préfère, plus jolie

Elle répondit bêtement quelque chose, et regarda Damisella pour en savoir plus

Pourquoi est-ce interdit le E ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Mar 11 Nov - 17:59

Clothilde a écrit:

Se tenant proche de Damisella et de Sibella, Rodrigue surprit leurs murmures.

Ma Dame, permettez que je vous apporte réponse : le "E" est très courant dans la langue françoise, aussi est-il "interdit" dans ce petit jeu.
Mais j'accepte la rondeur du "O" qui vous rapporte d'ailleurs un nouveau point, ainsi que le "A" de Damoiselle Damisella.

Le Héraut tendit un extrait du règlement en souriant aimablement :

Citation :

Règles du jeu :

Les candidats doivent proposer une lettre au choix.
Chacun aura le droit de proposer 3 lettres par Mets.

Attention :
il est interdit de proposer le "E"
, qui se trouve très présent dans la langue française.

A chaque lettre proposée sera attribué un point à la première personne l'ayant proposée.

Mais attention, pas n'importe quel point : il peut être positif ou négatif !!

- bonne réponse : + 1 pt
- mauvaise réponse : - 1pt

Donc réfléchissez bien avant de proposer une lettre Wink

La première personne à proposer le mets exact gagnera : + 3 pts

Dès que le nom du Mets aura été trouvé, celui-ci pourra vous être servi !!

Les scores seront comptabilisés :
le score le plus élevé au Mardi 11 novembre déterminera le Vainqueur.


Bon jeu à tous !!


Puis Rodrigue écrivit sur son ardoise :



Citation :
Cinquième Mets-Mystère :

/_ _ _ _ _ _ _ _/ /_ O _ _ O _ _/ /A _ _/ /_ _ _ _ _ _ _/ /_ _ / /A _/ /_ _ _ _/


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 14 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Armoria : 5 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, O

Lettres proposées non présentes :
D
Damisella a écrit:
La baronne se ravise, change de lettre, murmure

Pourquoi est-ce interdit le E ?

Elle répond sur le même ton

Ah c'était dans le règlement du jeu, sans doute car c'est une voyelle très courante

Elle sourit et repart regarder les danseurs se servant d'un verre d'hypocras sur un buffet.
Armoria a écrit:
Restant dans sa logique, eten attendant la réponse de son interlocuteur, Armoria proposa :

Le U pour faire un bel "au" dans l'avant-dernier mot.
Elia_von_strass a écrit:
Elia avait écouté son amie et sa proposition. Elles se tournèrent donc vers la marraine de Eleonore. Celle-ci ne mit pas beaucoup de temps pour répondre. Elle était d'accord pour que sa filleul y aille. Mais il fallait qu'Elia demande à sa nourrice avant.

Oui, Dame de Laveissière et de Bost, je vais demander à ma nourrice son accord.

Puis elle fit une révérence à la dame avant d'aller voir Madelaine.

Madelaine, je peux aller saluer le Roy de France? Je serais sage et digne de mon rang. La dame de Laveissière et de Bost vient encore de dire comme faire pour saluer et maman a passé des heures à me le faire faire et refaire jusqu'à ce que mon salut soit parfait.
--Madelaine a écrit:
Madelaine écouta la demande de sa petite maîtresse.

Damoiselle Elia, venez par ici un instant pour être présentable au Roy alors.

Elia s'approcha de sa nourrice qui lui remit en place une petite bouche blonde qui avait bougé.

Maintenant c'est parfait, vous êtes prête. Et souvenez vous des conseils de votre mère la baronne.
Clothilde a écrit:

A la proposition de la Princesse, Rodrigue sourit avec respect, et afficha :



Citation :
Cinquième Mets-Mystère :

/_ _ _ _ U _ _ _/ /_ O _ _ O _ _/ /A U _/ /_ _ _ _ _ _ _/ /_ _ / /A U/ /_ _ _ _/


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 14 pts
Martymcfly : 6 pts
Armoria : 6 pts
Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, O, U

Lettres proposées non présentes :
D
Armoria a écrit:
J'en déduis qu'ils nous manque au moins un X...

Elle se piquait au jeu.
Naluria a écrit:
Naluria en tendant que la renarde prenne sa patte sautilla les bras croisés pour former un x puis un l le tout sur un air de YMCA, oui non faut pas non plus s'écarter du présent médieval tout en s'écriant "X" puis "L" au ruthme de ses représentation corporelle.

*Arf, la princesse m'a dépassée.*

Elle se repris un peu, sourit à la rousse.

Excusez moi, un excès de folie.

Elle tendit de nouveau son bras puis s'écria de nouveau.


AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh, c'est la lettre que je propose avec mon L !

Elle sourit innocemment.
Tixlu a écrit:
Entendant les premières notes de ce qu'il identifia d'emblée être une pavane - ça alors ça tombe bien, il a appris à la danser - le Duc Tixlu sortit de sa léthargie - comprendre week end en famille^^ - se leva, et, révérence à sa Majesté, fit son invitation à danser... non, pas au Roy, à la MACIF... euh, non, à la GMF 😉 .

Celle-ci paraissait en grande conversation avec un individu, apparemment de noble naissance, mais au visage marqué d'une horrible balafre... Il ne le connaissait pas. Sans doute quelque noble de telle ou telle province éloignée.

Il s'inclina devant Armoria


Votre Altesse, à défaut de vous pouvoir proposer le meilleur danseur du Bourbonnais Auvergne, je puis vous proposer le plus... mémorable^^ S'il vous sied, je puis vous offrir mon bras pour cette pavane.
Clothilde a écrit:

Deux nouvelles propositions de lettres : deux bonnes réponses !
Rodrigue afficha :


Citation :
Cinquième Mets-Mystère :

/_ _ _ _ U _ _ _/ /_ O _ _ O _ _/ /A U X/ /_ _ _ _ _ _ _/ /_ _ / /A U/ /_ _ _ L/


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 14 pts
Armoria : 7 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Naluria : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, O, U, X, L

Lettres proposées non présentes :
D


Et tandis que la musique résonnait en la Salle,
les laquais apportèrent les premiers plateaux de la Ronde des Fromages de nos Monts d'Auvergne et leurs fruits de saison :

Armoria a écrit:
Rodidjiu de rodidjiu de rodidjiu... Il réagissait. Ne pas s'affoler. C'était une pavane, donc seuls contacts, une main sur une autre main. Elle prit une profonde inspiration - ô divins effets sur le décolleté vertigineux - et se leva sur une inclinaison de la tête, posant sur la main que Tixlu lui tendait, la sienne, avec légèreté. Tithieu eut droit à un petit regard, pas narquois mais pas loin, comme pour dire "c'est la vie !".

Il était là... Là, sous ses yeux. Le... Le... Le fromage qui l'avait rendue malade la dernière fois !

Finalement, elle était pressée d'aller danser.


Il me sied, cher com-Pair, il me sied... Allons donc nous pavaner.

S'éloigner du fromage... Vite !
Damisella a écrit:
*Que de beaux fromages qui arrivent, je vais me laisser tenter.
Tiens, notre Duc se réveille, pourvu qu'il n'écrase pas les pieds de la princesse, est-il bon danseur?*

Des pensées qui folâtrent, elle ne veut pas rater cette danse, les fromages attendront un peu.

Elle se coule dans la foule de façon à avoir une vue dégagée sur le centre de la salle, dépose au passage un petit papier sur lequel est écrite la lettre

S
Naluria a écrit:
Fromaaaaaaaaaaaaaage, Fromaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaage, elle adorait ça. Non elle ne pouvait pas en piquer aux valets qui passer, non ca ne ferait pas bien... Oui mais bon c'est du fromage, du BA qui plus est. Oui mais du BA ! C'est fort, ca sent fort, on se ferait repérer dix lieues à la ronde.

Elle regarda les plateaux passer près d'elle et aurait voulu que Rose Prunille prenne son bras afin qu'elle ne cède pas à la tentation.
Clothilde a écrit:

Petit papier attrapé au vol, message modifié sur l'ardoise :


Citation :
Cinquième Mets-Mystère :

/_ _ S _ U _ _ S/ /_ O _ _ O _ S/ /A U X/ /_ _ _ _ S _ S/ /_ _ / /A U/ /_ _ _ L/


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 15 pts
Armoria : 7 pts
Martymcfly : 6 pts
Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Naluria : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, O, U, X, L, S

Lettres proposées non présentes :
D


Les laquais après avoir posé sur les tablées les plateaux de fromage, en commencèrent le service.
Premiers fromages offerts aux convives :
Salers, Fourme d'Ambert, Bleu d'Auvergne, Saint-Nectaire, Cantal :



Les autres fromages suivraient, puis les petits gâteaux.
Eleonore a écrit:
Ne t'inquiète pas clothilde j'ai déjà du me tenir bien droite une fois,quand maman était devenue comptesse du ba j'étais avec elle et j'ai salué tous les roy et sa famille quand ils passaient donc je sais faire!

eléo était fière de le revoir une autre fois;tout le monde n'avait pas eu cette chance aussi elle se tourna vers son amie et lui dit:

viens!on y va!on reste droite et on avance en princesse!

les deux petites s'approchèrent et,étant pas loin elles s'arrêtèrent un instant,se regardèrent...Un peu stréessée finalement,s'encouragèrent mutuellement et arrivèrent devant levan

votre majesté: mon amie fille de baronne et moi;petite princesse voulions juste vous montrer notre respect pour vous et votre famille si noble en vous saluant comme il se doit!

eléo,accompagnée de son amie fit une révérence comme maman tchii lui avait apris le sourire aux lèvres!
qu'est ce qu'elle était fière d'être près du roy!
puis elle salua également la princesse qui était a coté en souriant et pleine d'admiration pour eux et leur famille!
Gandrel a écrit:
Bonsoir ma dame, vous avez grandement raison, les cavaliers manquent... A croire que la danse les effraie quelque peu. Gandrélina, voui je me souviens de vous, enfin je vous ai simplement croisé à Billy. Korydwen de Marigny... En fait non simplement Korydwen... Les titres ne sont que parures dont l'on peut se passer.

La baronne plongea son regard sombre dans ses prunelles, ses yeux tentaient vainement de se raccrocher à quelque lueur pour situer la jeune femme, ce qui fit sourire Gandrelina qui savait elle passer inaperçue, elle disait elle-même faire parti des meubles à Billy et pourtant cela ne faisait que quelques mois qu'elle hantait les lieux…C’est à ce moment précis que les troubadours enchaînèrent sur une danse aux sonorités pour le moins exotiques... En tout cas aux oreilles de notre jeune béarnaise tout juste sortie de sa province natale. Gandrelina suivit le regard de la doma sur la piste et regarda elle aussi les danseurs former une ronde. Dans son pays aussi, il y avait des danse en rond mais c’était beaucoup moins drôle que l’escoube ou la danse des chaudronniers; la musique parvint à ses oreilles et elle se maissa entrainer par le rythme guilleret,[/i]

Dites vous croyez que... Pardonnez moi si je vous semble incorrecte, mais avec cette danse, il semble que nous pouvons nous passer de cavalier, peut-être que nous pourrions tout de même nous abandonner à ce plaisir qu'est la danse, afin de nous divertir entre femmes peut-être.

Ah mais né vos escousez pas Doma Kory, c'est oun très grand honneur qué vos mé faites dé m'accorder cette danse, enfin cé comment dites vos déjà ? Branle écossais ?

Déjà la jeunette fait quelques pas en direction de la piste où se forment un long serpent qui semble vouloir manger sa propre queue. Gandrelina entre dans la danse et fait danser ses nattes blondes, e,core indécise sur les pas à effectuer. Dans sa main repose celle de Kory qui fait merveille, à côté de son amie. Gandrelina observe les pas de côté de la baronne, un pas devant, un pas derriere et, reproduit en rythme cette évolution que le cercle de danseurs enchaîne en tournant sur lui même. La ronde évolue de plus en plus vite.

Sourire égaré entre les lueurs
Paupières mi closes
Tête qui tourne
Sensation envoutante
Joie profonde ... enfantine ?

Puis, soudain, les mains se délient, le rythme a changé.
Au centre de la pièce, s'avance enfin la princesse au bras du duc Tixlu. Les troubadours aussitôt lancent aux quatre coins une mélodie fort différente. Des danseurs du branle, des couples naissent, deux par deux, face à face, paires plus ou bien assorties, de nombreux couples de femmes, ce soir elles sont plus nombreuses.

Un souffle immense monte. Le temps s'étire indéfiniment sous les chandelles du grand lustre en bois sculpté de scènes de chasse. Les danseurs sont tels des statuts arrêtés là dans leur course par quelque obscure magie. Ils attendent ce signe qui leur dira ce moment où ils pourront enfin reprendre leur souffle et égrainer sur les dalles en pierres quelques nouveaux pas.
Armoria a écrit:
Le temps d'une souriante inclinaison de la tête aux deux damoiselles, que le Roy regardait en répondant d'un signe de tête manifestement amusé, et Tixlu et Armoria avaient en effet gagné le centre de la salle.

Elle se tenait bien droite. Se demandant soudain non sans angoisse si le Duc savait danser... Quoique la pavane était simple à exécuter.

Ils démarrèrent tous deux du pied gauche : un pas en avant, et terminèrent les deux pieds joints, pour le pas simple. Ils firent la même chose du pied droit, chaque pas simple effectué sur un temps.

Puis, repartant du pied gauche, le couple fit deux pas dont seul le deuxième fut marqué, sur deux temps.

Jusque-là, tout allait bien... Comme se disait à chaque seconde cet homme tombé de la tour du Palais de Dijon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Mar 11 Nov - 18:08

Clothilde a écrit:

Après la "mise en jambe" des premiers danseurs, eut lieu la véritable Ouverture du Bal :

Sa Grâce Tixlu, Duc du Bourbonnais-Auvergne, accompagné de Son Altesse Royale la Princesse Armoria, commencèrent à évoluer sur :
"Ave sublime".

Après un temps respectueux, d'autres couples se lancèrent sur la piste, portés par la douce musique jouée par les Ménétrels.

Eleonore et son amie, en profitèrent pour aller saluer Sa Majesté.

Clothilde, quant à elle, resta assise, sa main doucement posée sur son ventre tout rond.
Elle mourrait d'envie d'avoir ses jumeaux à ses côtés, mais la fatigue qu'elle tentait de dissimuler était bien présente cependant, et les petits coups de pieds du cadet tambourinaient joyeusement, presque au rythme de la musique...

* hummmm.... déjà troubadour dans l'âme, toi... comme ton mélomane de Papa... *
... songea la jeune femme en souriant tendrement.

Aussi Clothilde préféra-t-elle rester assise quelques minutes, et fit-elle signe à Manon de lui amener ses enfants, qui avaient annoncés par Rodrigue.
Althiof a écrit:
Ppffff quelle semaine il n'avait guère eu de temps à lui entre la prévôté et les festivités. Il avait à peine fini les joutes qu'il avait dû jongler avec les diverses attaques de bandits et autres dossiers en tout genre.

Le bal devait toucher à sa fin vue l'heure tardive mais non. Il fut agréablement surpris et très heureux de voir beaucoup de monde. Il essaya de rentrer discrètement avant que quelqu'un le remarque il était quand même très en retard. Il s'approcha de la piste de danse où il se doutait que son épouse serrait.

Et cela ne manqua il regarda finir sa danse avant qu'elle l'aperçoive et vienne se jeter dans ses bras pour l'embrasser.


Bonsoir mon ange ! Tu es superbe dans cette robe comme toujours ! Désolé de m'être fait désirer.

Ce soir il avait envie de lui faire plaisir même si cela serait de courte durée et pour ça il n'y avait que la danse et pis sa nièce lui avait demandé de lui apprendre à danser. Pourquoi lui ? C'était bien curieux vu son niveau mais les premières danses aussi pitoyables qu'elles soient seraient pour Kory.
Tithieu a écrit:
Jeu de séduction pour soirée de frivolité. Quelques instants en marge de la norme, suspendus hors du temps, entre la prestigieuse Princesse et le sulfureux Vicomte, dont la seule réputation pesait plus lourd que toute la fortune Royale, et auquel on prestait plus de milles aventures, trois centaines de meurtres, ainsi que la disparition de bon nombre d'espèces protégées...
Au millieu de la salle de bal, entre les tables de ripaille disposées en U et au centre desquelles se trouvait le Roy, quelques jeunes couples et aultres danseurs brûlants d'impatience s'avançaient déjà, paume contre paume, pour entamer une danse dont le Provincial Balafré -qui se complaisait dans son inculture en la matière- ignorait tout. Infraction au protocole qui passa inaperçu, à quelques exceptions près, comprenant le Penthièvre que cet oubli de la coutume fit doucement sourire. S'il avait esté danseur, il n'aurait pas fait mieux.


"Votre Altesse, à défaut de vous pouvoir proposer le meilleur danseur du Bourbonnais Auvergne, je puis vous proposer le plus... mémorable^^ S'il vous sied, je puis vous offrir mon bras pour cette pavane."

Un accent du pays teinté d'une indéniable élégance. Qui pouvait bien venir ainsi troubler la chasse Princière ? Sans légitimité aucune, il luy en cuira, d'avoir osé venir jouer les oiseaux de mauvaise augure, et ramener l'orage aux abords de l'humeur instable du Balafré.
Regard circonspect et discret vers l'inopportun. Au jugé, à la couronne, au tabard, à l'allure et à la manière dont on le sert, c'est en présence du feudataire local que se trouve le Penthièvre. Concurrence déloyale, qui a en sa faveur le "protocole" et la "diplomatie", deux nonnes austères auxquelles la consciencieuse GMF préférera toujours leur cousin libertin, le "jeu"... Ô drame, la bureaucratie a vaincu, et l'Angevin doit faire preuve de lucidité, et humblement se retirer... Une bataille de perdue, non point la guerre.
Seule parade, pour l'instant : faire bonne figure. Répondre à la Princesse d'un sourire poli, neutre, et luy promettre du regard que ce n'est que partie remise. Il faut savoir s'avouer vaincu, et tempérer son caractère volcanique et capricieux, qui est renégat en tel pays de cocagne.
Une rixe pour une danse ne trouverait pas sa place entre les sabots et les robes de soie qui martellent et caressent le parquet ciré avec la finesse de leur moralité irréprochable. La démonstration de fougue et d'audace sera ajournée, mais pas abandonnée.


*Je puis vous agacer, vous horripiler, vous intriguer, vous intéresser... *

Soupire profond, alors que la voix Princière résonne dans son esprit. Il repousse d'un geste dédaigneux le plat de fromage que l'on vient de luy fourrer sous le nez, et rumine une soirée qui avait débuté sur les chapeaux de roue, et qui se dégonfle subitement, comme un ballon de bauderuche. Tant pis pour elle.

Et je puis moy tout aussi bien vous fuir, Altesse. C'est là mon échappatoire à vostre irrésistible Aura...

Ce-disant -et pour luy seul-, il repoussa son siège, quittant la salle d'un sourire amusé, dont seules ses pensées profondes pouvaient expliquer la cause.
Clothilde a écrit:

Rodrigue allait s'emparer de son porte-voix pour annoncer le Prévôt du Bourbonnais-Auvergne, Baron de Cournon, et membre du Comité des Festes du BA.

Mais celui-ci d'un regard entendu, lui fit comprendre qu'il préférait la discrétion, et se hâta d'aller rejoindre son épouse sur la piste de danse.

* Sûrement une bien jolie surprise pour Ma Dame la Baronne *

pensa le Héraut en souriant et rebaissant son porte-voix.

Encore à ses côtés, Manon, très intimidée par les hôtes de marque de la soirée, et tenant toujours Louis et Colombine par la main, se dirigea quant à elle vers Clothilde.

Armoria a écrit:
Elle vit la haute silhouette - de toute façon, pour elle, les silhouettes n'avaient aucun mal à être hautes - traverser la salle, vers la sortie. Un instant, un échange de regard. Narquois pour lui ? Apparemment. Mutin, pour elle, et comme une petite note de triomphe, un air de dire "vous fuyez déjà ? Peur de quoi ?". Léger sourire, juste un coin de bouche se soulevant.

Parfois, les soirées sont éclairées de petites réjouissances, comme une babiole dorée perdue entre deux plis de velours.

Elle se concentra de nouveau sur la pavane, peu soucieuse de se faire écraser les pieds, puisque Tixlu semblait si sûr de sa maladresse.
--Manon a écrit:

Coeur battant la chamade tandis que sa maîtresse lui fait signe d'amener les enfants !!
** Et ba, l'est trop tard pour r'culer !! **

Menottes serrées dans ses mains de nourrice, elle avance, doucement... longe la piste, se faisant la plus discrète possible.
Et au bout d'un périple qui pour elle parait un vrai calvaire, Manon arrive enfin à la tablée de Clothilde, lâche les menottes des jumeaux qui se précipitent sur leur mère.

Soupire de soulagement : mission accomplie !

Ma Dame, bin l'bonsoir. Messir' vot' époux vous fait c'te surpris' : y' m'a chargée d'vous am'ner les p'tiots et dam'zelle Eleo ! J'espère que z'êtes point trop fatiguée... tout d'même... z'êtes pas bin raisonnable, si j'puis m'permettre...
Enfin j'suis là maint'nant, et j'vous lâcherai point, foi d'Manon ! si vous avez b'soin d'quoiqu' ce soit, suis là ! C'est qu'les enfants, ça m'connait.

Petit sourire sincère de la jeune femme.
Colombine_et_Louis a écrit:

Domaine de Laveissière, quelques heures plus tôt

On va voir le Roy et la Princesse !!
Parait que la Princesse, on l'a déjà vue, quand on était tout petits...
qu'on lui a été présentés même !! quel honneur... dommage qu'on s'en souvienne pas, mais P'pa et M'man, ils nous en parlent souvent.
Dans nos chambres, on a même chacun une médaille, qui rappelle cet évènement.


Chouette ! Manon nous met de beaux habits tout neufs !!


Un' zolie robe d'princesse, en soie bleue, pour moi Colombine !!

et pour moi Louis : un' chemise tout' blanch', avec des braies du même tissu que la robe d'Colombine !!


Eleo elle est grande, elle s'habille toute seule... ou presque !

Un câlin de P'pa, et en voiture !



Clermont - Grande Salle de Réception

Ah, nous y voilà enfin ! Y en a du monde ! on connait personne... ah si, ouf !


B'soir Rodrigu' !
B'soir Rodrigu' !

Lui, on l'connait, il vient des fois au Domaine, il discute travail avec M'man.

Oh il prend un drôle d'instrument et en parlant d'dans, il dit nos noms très fort !

Et Eleo, elle en profite pour s'échapper !
Nous ça nous amuse, Manon pas trop par contre, et elle serre fort nos mains dans les siennes.

Regards complices échangés entre jumeaux :
** Raté pour nous ! ** Faudra qu'on attende sagement... pfff pas juste...

Ah on voit M'man !! Grands sourires !!!!

Elle fait signe à Manon... Oui ! on peut y aller aussi !

Dès qu' Manon lâche nos mains, vite dans les bras de M'man !

Gros calin....
Oh le bébé bouge !
MiniBoutchou a écrit:
[color=purple]
Douce musique me berce...
Semblable à celle qu'Il lui joue si souvent...
Me laisser aller aux notes...
taper du pied !!
Elle me répond,
sa main se pose sur moi...
je suis bien...
je me rendors doucement...

Soudain, de chaque côté,
on nous rejoint !
réveil en sursaut !

ohhh ce sont Eux :
tout va bien.

Bientôt je Les verrai,
Eux, Elle, et Lui.

Et tous les autres aussi.

Bientôt...

je me rendors à cette idée,
je suce mon pouce...

je suis bien.
Natafael a écrit:
Nata évoluait au milieu de tout ce monde !
Sourires, Inclinaisons de tête respectueuses, quelques paroles échangées…
elle regardait maintenant les couples évoluer gracieusement au son des notes lancés par les troubadours.

Clothilde avait vraiment tout préparé à merveille.

Près d’un des buffets, Nata prit délicatement un verre de bon vin et s’avança vers Clothilde assise avec ses enfants auprès d’elle.


Bonsoir, clo ! Félicitations pour cette magnifique soirée ! Comme d’habitude c’est merveilleux !

Puis regardant les deux jumeaux
Les p’tits bouts, je suis contente de vous revoir, comme vous avez grandis encore…

Laissant son regard descendre vers le ventre rond de son amie
Et toi, tu compte te reposer quand ? Sourire…
Nata discuta un peu avec Clo, prenant des nouvelles de Delv’ , quand soudain elle eu envie de jouer elle aussi…

Au fait, je tenterais bien la lettre T

Du coin de l’œil, elle vit Damisella
Clo, excuses moi, je n’ai pas encore vu Dami ce soir, je vais aller la saluer, on se revoit plus tard,d'accord...
Nata s’élança au milieu de la foule pour rejoindre Dami.
Martymcfly a écrit:
Le bal était lancé. Une Princesse au bras d'un Pair. Le tableau ferait fureur dans le château de Clermont. Marty espérait qu'un artiste peintre était présent dans la salle pour reproduire la scène.

Voir le Duc Tixlu danser était chose exceptionnelle. Mais on l'avait déjà vu sur une piste, devant une cavalière, exécutant pavane à merveille.

Pendant que les premiers danseurs commençaient à remplir la piste, le Duc de Billy se régalaient du repas. Les fromages étaient corsés juste ce qu'il fallait.

La suite du jeu égayait la soirée et à la suite du Chambellan, il proposa.


Je demande un "B" ! B comme... regard vers sa Dame... comme Beths bien sûr !

Il fallait lui demander de danser bientôt...
Damisella a écrit:
Dami regardait le Duc danser avec la princesse, il s'en tirait fort bien, point de petons écrasés, l'honneur du BA, si tant qu'il puisse être mis en jeu pour une pavane, était sauf.

Elle se retourna vers la salle, vit les enfants de sa sœurette arriver, comme ils avaient grandis, aussi mignons l'un que l'autre. Elle se dirigea vers eux, louvoyant entre les couples qui dansaient , intercepta le sourire de Natafael, qui se tenait près de Clothilde.


Nata! Tu arrives seulement? Je ne t'avais pas vue encore. Tu restes un peu avec nous?


Bises à son amie, puis elle s'accroupit pour se mettre à la hauteur des jumeaux.

Bonjour Colombine, bonjour Louis, vous vous souvenez de moi? Je suis tatie Dami, celle qui n'est jamais là

Elle rit doucement, embrasse les frimousses des petits qui ont plus l'habitude de la voir en tenue de voyage qu'en robe

Oh! au fait, je voudrais la lettre M
Clothilde a écrit:

Clothilde remercia sincèrement Manon.
La jeune femme rayonnait de bonheur, entre ses jumeaux, sa soeurette, sa filleule un peu plus loin, et Nata qui venait la saluer.

La Chambellan du BA félicita son amie, qui lui répondit en souriant.


Merci beaucoup Nata. Je suis sincèrement heureuse que cette soirée te plaise.
Me reposer ? euhhh... quel est ce mot ?


Petit rire de la jeune femme, sous l'oeil gentiment réprobateur de son amie, de sa soeurette, et de Manon légèrement en retrait.

Puis Nata, et Dami s'adressèrent à Louis et Colombine.
Clo écouta en souriant tendrement, elle laisserait ses jumeaux répondre eux-mêmes, à leur plus grande joie !!



Nata, Marty, puis Dami proposèrent ensuite de nouvelles lettres à Rodrigue, qui afficha :



Citation :
Cinquième Mets-Mystère :

/B _ S _ U _ T S/ /_ O M T O _ S/ /A U X/ /_ _ _ _ S _ S/ /_ T / /A U/ /M _ _ L/


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 16 pts
Armoria : 7 pts
Martymcfly : 7 pts
Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Naluria : 1 pt
Natafael : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, O, U, X, L, S, T, B, M

Lettres proposées non présentes :
D
Natafael a écrit:
Nata écouta les propositions de Marty et Dami
Elle réfléchi un instant et s'écria


Je l'ai, je l'ai!

Tout sourire elle proposa

Biscuits comtois aux cerises et au miel

Alors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Mar 11 Nov - 18:18

Rosie_posie a écrit:
Rire et grand sourire, se moquait-il d’elle ? Ainsi il osait se moquer de sa pauvre petite sœur tout droit sortie du couvent, où des bonnes sœurs n’avaient eu d’autre souhait que de la persécuter ?
Une nouvelle grimace vint se dessiner sur son visage tandis que son frère se penchait vers elle pour lui répondre :


Repousse tout les garçons et jeune hommes qui viendront te voir et ta lacune ne sera pas connue par d'autre que moi. je t'apprendrais une fois rentré.

Fronça les yeux, le fixant d’un regard perçant. Il osait en profiter le bougre !
Elle se pencha à son tour, répondit à voix basse mais avec un ton revanchard.


Tu n’as pas honte profiter de mon désarrois. Je te préviens tit démon : si je ne danse pas, tu ne danseras pas non plus !

Son frère ne releva pas, il était bien trop occupé à chercher quelqu’un dans la foule, une femme à n’en point douter. Et d’ailleurs, il poursuivit sur sa lancée :

Mais j'ai cru voir qu'une autre de mes protégées est esseulée que diriez vous d'aller lui tenir compagnie? Cela nous remettra du manque de poisson que Rosie voulait dévorer a pleine dent.

Ah ça non c’est pas juste. C’est pour moi qu’on devait chercher un poisson, toi, tu te débrouilles très bien tout seul. C’est mon tour.
Eh tu m’entends Carmo ?
répondit la peste d’un ton furieux

Mais peine perdue, son frère n’avait même pas attendu la réponse pour s’engouffrer dans la foule à la recherche de sa « protégée ».

Rosie souffla, non seulement il ne l’aiderait pas à trouver un poisson mais en plus, il l’avait laissée en plan !

Heureusement pour le renardeau, Naluria, elle, était restée.


Jeune fille, la galanterie s'atant envolée avec votre frère, je vous propose mon bras pour aller rejoindre le couple de regards alanguis comme demandé par Auzances. J'en conviens, il n'est pas habituel de voir deux femmes avancer errer bras dessus bras dessous, mais je ne souhaite point vous perdre parmi cette foule.

Elle haussa les épaules, toujours un brin furieuse contre son frère. Mais au moins Naluria avait la délicatesse de ne pas l’oublier au premier jupon venue.

Elle s’apprêtait à prendre son bras tout en la remerciant quand, tout à coup, la héraut du Bourbonnais-Auvergne se mit à agiter les bras dans tous les sens.

Rose marqua un mouvement de recul, on est jamais trop prudent, elle n’avait pas envie de prendre une main en pleine figure. Elle regardait la jeune femme en se demandant bien ce qui pouvait lui arriver. Etait-ce le poisson de Carmody qui provoquait ce genre de crise ? Bonne et effrayante question.

Naluria dû se rendre compte du regard qui pesait sur elle et s’arrêta :


Excusez moi, un excès de folie.

Et lui tendit le bras avant de se remettre à crier, l’excès n’était a priori pas passé.

Vous savez, je suis sûre que la folie se soigne très bien de nos jours, ça va passer.

Ton rassurant, sourire enjôleur qui sonnait faux :

Je vais peut-être pas prendre son bras, finalement. Vaut peut-être mieux que je reste à l’écart. Des fois que ça se donne…

Alors qu’elle était aux prises à ses réflexions, une forte odeur, pas du tout agréable vint chatouiller ses narines.
Tourna la tête et aperçut le plateau de fromage.

Beurk, ça pue pensa-t-elle mais se gardant bien de le dire tout haut.

A côté d’elle, Naluria toujours présente.
Bon il n’y avait pas trente-six solutions : prendre son bras et vite fuir vers Carmody. Ainsi elle s’éloignerait vite de l’odeur et diminuerait les risques de contagion de folie

Ni une, ni deux, elle se saisit du bras tendu et entraîna violemment sa compagne de traversée de foule jusqu’à Carmody, en parlant assez fort pour qu’il puisse l’entendre même de l’endroit où il était.


Eh Carmody, tu n’as pas honte de laisser deux femmes aussi exceptionnelles que ta sœur et ta conscience à une fête pour t’empresser de rejoindre une troisième dame.
Ah non, ce n’est pas bien de faire ça messire Charles Martial de Tartasse.


Tout en criant, elle avait réussi à faire place et elles se retrouvaient désormais toutes deux à côté du tit démon et de la jeune fille qu’il cherchait. Rosie la reconnut immédiatement : il s’agissait de la jeune fille présente à l’allégeance, la fille Balsac.
Qu’est-ce que son frère faisait vers elle ? Elle ne tarderait pas à le savoir.

Elle se racla la gorge bruyamment comme pour le rappeler à l’ordre, il fallait faire les présentations.
Tixlu a écrit:
La princesse, rengorgée, avait poliment accepté l'invitation à danser, délaissant son interlocuteur. Privilège de la préséance, le Duc n'avait eu à en faire cas. Alors qu'ils rejoignaient le centre de la pièce, les fromages furent apportés... Zut, il les aurait bien goûter... ça lui rappelait l'odeur des pieds de Mémé Marguerite lorsqu'elle retire ses chausses à la faveur du coucher. Vague nostalgie d'une autre vie, si différente...

Révérence sur la piste, très appuyée, en direction du Roy, puis, se tournant vers sa cavalière, révérence renouvelée, moins appuyée malgré un regard plus complice. Les deux pairs se connaissaient bien.

Début de la musique. Regards de toutes parts posés sur eux. Tixlu n'avait pas pensé à ça... Pression supplémentaire, concentration plus que nécessaire. Contact des mains, pieds en mouvements... Les premiers pas sont simples, idéal pour reprendre quelque contenance, à défaut de confiance. Evitant de justesse de piétiner la Royauté... "Marche en France !" disait son père lorsqu'enfant il lui arrivait de lui marcher sur le pied... Pour une fois, il éviterait de suivre paternel conseil.

Concentration... La volte approchait... Et ce corsage dévoilant gorge aguicheuse qui voulait à tout prix le distraire, gonflant à chaque inspiration... Attention... une main sur le ventre de la princesse et volte... Mouais, pas si mal. Deuxième pavane, à nouveau avec une Bourguignone songea-t-il...

Ils entamèrent un second mouvement, un ou deux encore probablement et d'autres danseurs ne manqueraient pas de rejoindre la piste, diluant les regards posés sur eux.


Il fait plaisir de vous recevoir sur nos Terres, princesse. J'espère que le séjour vous y est agréable
Elia_von_strass a écrit:
viens!on y va!on reste droite et on avance en princesse!

D'accord Eleonore.

Elia suivait son amie pour aller saluer le Roy. Son coeur battait de plus en plus vite. Elle se sentait nerveuse. Elles se regardèrent une dernière fois avant de vraiment y aller et de saluer le Roy.

L'aïnée des von Strass d'Acoma laissa son amie parler. Elle ne voulait pas faire de bourdes.


votre majesté: mon amie fille de baronne et moi;petite princesse voulions juste vous montrer notre respect pour vous et votre famille si noble en vous saluant comme il se doit!

Elia fit alors une profonde révérence, le sourire aux lèvres et le dos droit. Elle tenait sa robe dans ses petites main, son pied droit derrière le gauche et les genoux légèrement fléchis.
Elle imita ensuite son amie et salua la princesse qui était aux cotés du Roy.
Elle n'en revenait pas, elles avaient salué le Roy et une partie de sa famille...
Nictail a écrit:
Ils sétaient tranquillement installer à table pour déguster quelques mets.
Aigue prétendait à une danse ... Une seule ?! Cela était étonnant qu'elle veuille s'arrêter là !!
En amoureux, ils savourèrent chaque met. Se faisant mutuellement manger, heureux.
Le bal avait été ouvert. Les couples virevoltaient doucement.
Son épouse regardait en souriant. Nic avait envie d'aller la faire tourner sur la piste.

Doucement, il se leva et vint se placer derrière son épouse.
Quelques mots au creux de l'oreille :
Ma très chère épouse m'accorderait-elle les prochaines danses ?!

Elle lui offrit un "sourire spécial" rien que pour lui avant d'accepter.
Ca avait l'air de beaucoup lui plaire, et Nic en était heureux !
Il ferait tout et n'importe quoi pour celle qu'il aimait plus que tout au monde.

Il l'entraina donc avec plaisir sur la piste où il commença à la faire tournoyer.
De temps en temps, il jetait un coup d'oeil aux desserts, il ne voulait pas que son épouse les manque ! Smile Il se laissa aller, serré contre Aigue, la faisant virevolter au mieux.
Ils étaient tellement bien, tellement heureux ... Leurs sourires en disaient long !

Et ils tournaient, tournaient, enlacés ...


Quelques mots : Je t'aime mon ange ! Plus que tout !! Accompagné d'un sourire radieux et d'un long et tendre baiser. Plus qu'heureux qu'ils étaient !
Korydwen a écrit:
Douce conversation avec Gandrélina et Sonia, Sonia semblait d'accord, tout comme Gandrélina qui ne l'avait pas trouvé stupide de proposer une telle chose. Elle lui trouvait un accent fort agréable à écouter, un accent comme elle en avait rarement entendu, mais qui vous faisait voyager juste par les sens. Se lancera-t-elle ? Se lancera-t-elle pas ?

Elle se leva à la suite de la Dame, souriant grandement aux personnes qui la regardaient, l'air de rien. Elle posa sa main dans celle de Gandrélina et de Sonia et commença à suivre les pas des autres participants.

C'était assez simple en fait, Gandrélina la suit, elle doit bien s'en sortir notre Baronne.

Double à gauche
Double à droite . . . .2 fois
Simple à gauche
Simple à droite

Double à gauche
Simple à droite
Simple à gauche
Double à droite

Double à gauche
Simple à droite

Pied droit en l'air
Pied gauche en l'air
Pieds joints
Petit saut
Capriole

Mais voilà que le rythme augmente, elle le suit plus ou moins difficilement ratant parfois un ou deux pas, mais se rattrape toujours, elle sourit à Gandrélina, ravie de partager une danse, de toute façon vu l'heure, elle sait très bien que son époux ne se libéra pas, il travaille trop. Tracas vite oublier avec la danse, joie profonde des rondes, souvenirs lointain...

Clo avait engagé des troubadours merveilleux. Une fois de plus, un merveilleux travail. Le rythme ralentit doucement, la musique se fait plus faible, les liens se font plus faibles, faiblesses pour laisser place au néant et à la naissance d'une nouvelle musique, différente cette fois, Korydwen se retrouve avec Gandrélina, peu importe, elle s'amuse avec une dame charmante.

Elle se lança entraîner par le doux à travers les couples, certaines dames trouvaient un cavalier, d'autres une cavalière, mais peu importait finalement, seul le plaisir à cet instant.

Une lueur naissante dans les yeux de la Baronne, des yeux pétillants, en l'apercevant, enfin c'est ce qu'elle croyait. Elle attendit que la danse se termine, offrant à Gandrélina, ces derniers pas sur le sol. La musique s'arrêtait doucement. Korydwen se retira doucement, souriante, une douce révérence à Gandrélina.


Vous êtes une danseuse douée Gandrélina... Veuillez m'excuser, je crois avoir aperçu mon cavalier. Je reviens vous le présenter.

Korydwen s'éclipsa un court instant, s'avançant assez rapidement parmi les personnes présentes. Elle finit par se jeter dans ses bras pour l'embrasser tendrement. profiter de sa présence, il s'était libéré, alors qu'elle pensait que jamais...

Bonsoir mon ange ! Tu es superbe dans cette robe comme toujours ! Désolé de m'être fait désirer.

Bonsoir mon chéri... Merci et toi aussi dans ton habit de prévost... Tu as encore beaucoup travaillé... Ne sois pas désolé, c'est comme ça. Tu sais je m'y fais. Et je trouve d'autre façon de m'amuser en t'attendant...

Elle le regarde avec tendresse avant de l'emmener vers la piste de danse, non pas pour danser, elle le sait mauvais danseur, elle ne veut pas le forcer. Elle s'approche de Gandrélina.

Gandrélina, je vous présente mon cavalier et époux Althiof. Mon chéri je te présente Gandrélina, une dame charmante avec qui je me suis bien amusée, les cavaliers manquant. Elle fit un clin d'oeil à Gandrélina.

Korydwen sourit en les regardant et tenait doucement la main de son époux dans la sienne, heureuse.
Naluria a écrit:
Vous savez, je suis sûre que la folie se soigne très bien de nos jours, ça va passer.

La renarde la trouvait folle ? Non, rien que ça ? Mais c'était pourtant qu'un exemple de ses péripéties. Naluria fit une grimace.


Mais vous savez la folie est la plus belle des choses, elle nous permet ce que la raison nous interdit. Pour cela, je suis sûre qu'une Tartasse comprend, comme votre frère me l'a tant expliqué.

Elle sourit, puis son esprit s'envola avec l'odeur des fromages qui passait et l'entourait. Pfffffff même pas le temps d'himer qu'elle se sentit embarquée par la rousse. Elle failli trébucher par le manque de préparation à devoir se presser soudainement et se félicita d'avoir fini son verre d'hypocras qui l'aurait certainement tâchée. Quelle mouche avait piqué la sauvageonne, un poisson en proie qu'elle avait repérée ? Elle se mit à parler voire hurler. Et après elle disait que ca se soignait la folie. Assurément elles se retrouveraient à l'Hôtel Dieu.

Eh Carmody, tu n’as pas honte de laisser deux femmes aussi exceptionnelles que ta sœur et ta conscience à une fête pour t’empresser de rejoindre une troisième dame.
Ah non, ce n’est pas bien de faire ça messire Charles Martial de Tartasse.

Naluria sourit, "femmes exceptionnelles", il fallait faire culpabiliser le rouquin, et le "Charles Martial de Tartasse" le prouvait. Le Loup ne portait pas aussi bien son nom qu'aujourd'hui tant le ton de la soeurette était martial et décidé. La pauvre, son nom complet n'était que pour l'admonester.

Elle sourit à la jeune Balsac, puis la salua.


Bonjour Elegie, comment allez vous ?
Clothilde a écrit:

Nata fit une proposition. Rodrigue lui répond :


Excellence, mes félicitations ! pour une entrée dans le jeu, c'est une entrée réussie !

Puis il afficha :

Citation :
Cinquième Mets-Mystère :


***Biscuits Comtois aux Cerises et au Miel


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 16 pts
Armoria : 7 pts
Martymcfly : 7 pts
Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Natafael : 4 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Naluria : 1 pt


Lettres proposées présentes :
A, O, U, X, L, S, T, B, M

Lettres proposées non présentes :
D


Les laquais déposèrent alors sur les tablées des plateaux contenant ces fameux Biscuits Comtois aux Cerises et au Miel :


Puis fut effectué le service de l'Hypocras, préparé avec soin en cuisine par les échansons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   Mar 11 Nov - 18:20

Beths a écrit:
Les plats passaient, défilaient, odorant la salle, plaisir des yeux et des papilles, Beths ne savait plus vraiment où regarder. Une écuelle avait été partagée, la volaille fut délicieusement juteuse, bref, elle se régalait.
Et soudain son regard s'émerveilla ... le fromaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaage!!!!
Elle se serait presque jetée sur les différents laquais qui venaient de-ci de-là pour leur faire déguster les spécialités régionales. Lorsqu'on lui demanda ce qu'elle voulait, quels formages elle souhaitait gouter et qu'elle répondit

tous!!!!!
elle entendit quelques rires fuser à son côté. Et puis elle croisa un regard, un regard compréhensif ... Naluria. Beths sourit, elle avait oublier qu'elle était tout aussi fervente de lait fermenté et autres pâtes molles et dures ...
Une énorme miche de pain devant elle, une assiette de fromage qui débordait, un Duc de ses pensées à côté d'elle ... il n'en fallait guère plus au Prévost Royal pour être heureuse.

De la musique du côté de la salle de bal leur parvenait. Au bout d'un temps relativement court si l'on considérait la taille de son écuelle, Beths se lécha les doigts, elle venait de finir son repas fromager, son estomac était repu. Elle vit passer les desserts, mais très franchement malgré leur côté appétissant, elle n'en avait aucune envie.
Elle se leva alors, et laissant les convives qui étaient avec elle achever leur repas, elle alla voir les danseurs sur la piste. Sa Grâce Tixlu dansait avec la Princesse, Beths se mit à sourire, les deux étaient bon danseurs, elle remarqua aussi Aigue et Nictail, et leur sourit. Il aimerait les inviter à Gondole, sauf qu'elle même n'y était passé que vite fait .... pfff faudrait qu'elle aménage sa demeure.
D'autres couples évoluaient au son des luths, et soudain son regard se fit incrédule. Mais .... MAIS ??? Etait ce sa suzeraine qui dansait avec ... Grandelina ? Stupéfaite, la jeune femme les regarda danser, sauter, pieds joints, mains jointes, hop. Mais elles dansaient magnifiquement! Beths sentit un rire s'échapper bien malgré elle de sa gorge. Hum et après elle était pire vassale ? Mais avec une telle suzeraine, il ne pouvait en être autrement. De loin toujours, elle aperçu Al, il avait l'air épuisé, des dossiers avaient du le retenir. Kory devait être heureuse de le retrouver. Elle détourna le regard et observa les mille bougies qui donnaient un réel air de fête à cette soirée de liesse. Elle irait une nouvelle fois féliciter Clo. Elle espérait d'ailleurs que cette dernière se montrait raisonnable et se reposait un peu.
Tranquillement en train d'admirer la salle de bal et les danseurs, elle ne se rendit compte qu'au bout de quelque temps que son pied battait la mesure ce qui la fit sourire, amusée
Sibella a écrit:
Sibella riait tout en étant mécontente ayant également trouvé le nom du dessert. Mais tant pis c'est le jeu, ce serait pour la prochaine fois. Elle regarda ses amies contente de cette soirée en attendant le jeu suivant
Clothilde a écrit:

Clothilde se pencha vers Nata et Dami et leur dit en riant :

Ah voici mon petit péché mignon !! Servez-vous, recette comtoise rapportée de notre voyage en amoureux, en même temps que notre autre petit souvenir de Franche-Comté !!

Petit rire, joues rosissant quelque peu, et biscuits grignotés avec une gourmandise impossible à cacher !

En fait, la recette d'origine ne comporte pas de cerises, mais je n'ai pas pu résister à en faire ajouter !

Sourires complices, les proches de Clo sachant que pour elle "grossesse" rimait toujours avec "cerises" !
Clothilde reprit :

Quant au miel entrant dans la composition, il provient du rucher de Delv' : un vrai délice ! N'est-ce pas les enfants ?!

Clo tendit à ses jumeaux des biscuits dont eux aussi raffolaient... fait nullement étonnant d'ailleurs !


Tandis que les convives dansaient, ou devisaient hypocras et biscuits en main, les laquais débutèrent le service des Boute-Hors en disposant sur les tablées de grands plateaux composant la Tarentelle de fruits confits :



Rodrigue, quant à lui, inscrivit sur sa grande ardoise :


Citation :
Sixte et Ultime Mets-Mystère :

/_ _ _/ /_ _ _ _ _/ /_ _/ /_ _ _ _ _ _ _ _ _/ /_ _/ /_ _ _ _ _ _ _ _ _ /


Classement :
[pour plus de clarté, seuls les noms sont donnés, sans les tîtres]


Damisella : 16 pts
Armoria : 7 pts
Martymcfly : 7 pts
Elegie : 4 pts
Zabouvski_le_jeune : 4 pts
Natafael : 4 pts
Chevalier_dide : 3 pts
Sibella : 3 pts
Gandrelina : 1 pt
Carmody : 1 pt
Naluria : 1 pt

Carmody a écrit:
Douce voix... Doux souvenir de ces émois....

Le Carmo se retourna tout de même vers la renarde et sa tractée malgré elle et se mit a prend un air faussement affligé par les parole de sa sœur accompagné d'une légère moue gênée. Elle avait osé... Elle avait user de son nom entier pour l'apostropher comme le faisait son ainée quand elle avait quelques chose a lui reprocher. Son petit stratagèmes pour a forcer a suivre avait fonctionné mais avait il suscité aussi la colère de la rouquine en jupon, bon il était bien forcé d'admettre que le temps des jupons s'éloignait peu a peu et que bientôt elle lui apprendrait qu'elle les laissait choir au sol , au point qu'elle se mette a lui en vouloir?

Il reconnaissait qu'il avait abandonné bien vite les dames qui l'entourait mais cela était de sa nature, il fallait ne pas s'attendre a ce qu'il restreigne ce qui se passait dans son esprit. Assurément qu'elle aurait fait de même si elle avait pu aussi lancer telle filet pour une pêche de qualité mais l'en empêcherait encore quelques temps. il préférait être sur qu'elle aurait les bons mets sur les lèvres et que leurs fraicheurs soit avéré.

Soupirant il soutient le regarde la jeune fille.


Pour commencer ma petite, ça ne sert a rien de me donne du "Charles Martial de Tartasse". tu ne m'impressionne pas et je préfère ne pas l'entendre trop souvent avec ce ton, ça me rappelle notre mère quand je revenais a la maison après avoir fait un escapade dans la montagne pour aller les berg.... enfin quand je rentrais pas quand il fallait et qu'Ari oubliait de me couvrir. Et pour te répondre, non je n'ai absolument pas honte puisque vous êtes maintenant revenue prés de moi tant vous ne parveniez a vous passer ma presence. Mais je te promet qu'un jour je vous offrirais un poissonneux si il faut me faire pardonner par les dames exceptionnelles que vous êtes a mes yeux.

Petit sourire pour essayer de faire passer cela puis il recul d'un pas pour laisser Elegie et Rosie face a face.

Pestouille, je te pressentes Elegie de Balsac. La protégée que je voulais que tu connaisse mieux. j'ai dans l'idée que vous pourriez avoir des relations des plus intéressantes ensemble vu que vous avez environ le même age. Elle est... Elle est... Enfin tu verra par toi même.

Elegie, je vous pressentes mon Renard, ma jeune sœur, Rose Prunille de Tartasse. je suis certain que cette rencontre posera les bases de grande choses. Après tout vous venez toutes deux d'un couvent ça doit tisser des liens.


Alors le Carmo se tu et pris place derrière sa sœur et Naluria pour laisser les choses se dérouler comme elle le devaient. Mais dans son esprit il se remettait déjà penser une nouvelle facétie alors que ses doigts bougeaient lentement, cherchant machinalement un tissu avec lequel jouer et le trouvant, il tira légèrement dessus pour voir ce que cela créerait alors qu'il n'avait même pas prêter attention a qui il appartenait..
--Colombine_et_louis a écrit:

A côté de M'man, il y a deux dames. Deux dames qu'on connait, et qu'on aime bien !
Elles nous font toujours des câlins quand on les voit.
La première, on la voit surtout à Auri, quand on va y passer quelques jours.

Les p’tits bouts, je suis contente de vous revoir, comme vous avez grandis encore…
B'soir Nata ! moi aussi suis contente de t'voir ce soir.
B'soir Nata ! bin moi aussi suis content. Oui, t'as vu comme on a grandi ?


Grands sourires, tout fiers qu'on nous dise qu'on est grands !!
L'autre dame, d'habitude elle est plutôt en braies, et pi toujours un bagage en mains.

Bonjour Colombine, bonjour Louis, vous vous souvenez de moi? Je suis tatie Dami, celle qui n'est jamais là

Elle rit en nous bisouillant, nous aussi.

B'soir Tatie !! t'es drôl'ment belle dans ta robe tu sais...

B'soir Tatie ! vi c'est vrai, elle te va drôl'ment bien ta robe !



A ce moment, on apporte les bons biscuits qu'on aime tant !!
M'man nous en donne, chic !
En choeur, on lui dit :

Oh merci M'man ! c'est vrai il est très bon le miel des ruches de P'pa, et pi les p'tits gâteaux... miam !
Clothilde a écrit:
[color=indigo]
Clothilde profita de ce que ses jumeaux étaient occupés avec les biscuits comtois, pour murmurer à Dami et Nata :

En fait, Delv' souhaitait venir avec moi à cette soirée, mais il a été retenu au Domaine. Car... c'est un grand jour pour notre famille : les petits ont deux ans aujourd'hui même ! et nous leur préparons une petite surprise à Laveissière.
Mais comme cela tombe le jour de la réception, Delv' a du rester au domaine pour superviser. Il m'avait dit que pour ne pas éveiller l'attention de Colombine et Louis, il demanderait à Manon de les emmener se promener, mais j'ignorais qu'il me ferait la douce surprise de les faire me rejoindre ici ! Il est décidément merveilleusement attentionné !

Doux sourire, étoiles dans le regard, témoignant de l'amour infini qui unit Clo et Delv'.
Armoria a écrit:
La volte... Une main sur son ventre la fit se raidir. Un regard rapide pour vérifier : non, il n'avait rien senti. Elle se prit à bénir les bandages étroitement serrés, ceux-là même qui lui donnaient tant de mal à respirer. Allons, tout allait bien... Encore quelques mouvements et elle pourrait retourner à sa place.

Et il me sied d'y être, sur vos terres, je n'y ai guère que de bons souvenirs, et s'il y en eut de mauvais, je les ai mis de côté.

Sauf le jour où tu as trahi Asterius parce que Morgennes t'a dit que la Couronne avait besoin de toi, lui souffla sa mauvaise conscience. Un voile dans le vert du regard. Pas d'autre signe extérieur de cette morsure cuisante.
Clothilde a écrit:

Clothilde, après avoir, dans la pièce attenante à la salle de réception, ôté sa coiffe et sa surcote, afin d'être plus à l'aise dans ses mouvements, se rapprocha des troubadours, et leur demanda de lui prêter une harpe.



Elle invita alors les convives à une nouvelle danse.



Permettez-moi de vous proposer à présent : un Rondeau.


Dansé par groupe de cinq dans les Landes, il l'est en couple dans nos contrées.
Petit rappel :

Le danseur de rondeau se tient le buste légèrement penché vers l'avant, les genoux ouverts, les jambes légèrement fléchies ; les pieds sont ouverts et posés bien à plat sur le sol.
L'ensemble du corps, et les épaules en particulier, marquent les temps fort de la danse par un mouvement chaloupé.

La danseuse reprend la même attitude avec, toutefois, plus de retenue : buste et tête plus statique, pas plus limité ; au contraire du cavalier, elle ne tourne pas dans le deuxième mouvement.

Le pas est de structure ternaire et s'articule sur deux mouvements, un déplacement vers l'avant puis une partie sur place pour laquelle danseur se met face à sa cavalière.



Premier mouvement : pas couru vers l'avant en 3 appuis non chassés, pieds ouverts, le troisième appui correspondant au premier temps fort de la mélodie. Le quatrième appui, sur le pied droit, se fait en sursaut et permet au cavalier une rotation d'un quart de tour, jambe gauche levée

Second mouvement : les mêmes appuis sont refaits en restant sur place

puis on recommence ...


Tout en jouant, Clo laissa son esprit vagabonder amoureusement vers Laveissière, et son époux avec qui elle partage si souvent de délicieuses danses en leur Salle de Bal.
Un doux sourire se dessina alors sur ses lèvres.
Elegie2 a écrit:
Jambes balançées à un rythme léger, Elegie regarde fondre sur elle le Seigneur d'Auzances suivi de près par deux femmes.

Pestouille, je te pressentes Elegie de Balsac. La protégée que je voulais que tu connaisse mieux. j'ai dans l'idée que vous pourriez avoir des relations des plus intéressantes ensemble vu que vous avez environ le même age. Elle est... Elle est... Enfin tu verra par toi même.

Elegie, je vous pressentes mon Renard, ma jeune sœur, Rose Prunille de Tartasse. je suis certain que cette rencontre posera les bases de grande choses. Après tout vous venez toutes deux d'un couvent ça doit tisser des liens.


Sautant sur le sol tout en s'aidant de l'épaule carmodienne, elle salua poliement les nouvelles venues.

Bonsoir Auvergne, ravie de vous revoir..

Sourire un peu narquois lancé au Herault, puis s'attachant à la jeune personne qui l'accompagnait

Bonsoir Damoiselle Renarde ! Ravie de vous rencontrer ici lieu. Votre ressemblance avec votre frère est si frappante que vous ne pouvez vous renier l'un l'autre. Ainsi en est il des liens du sang n'est ce pas ?

Coup d'oeil cette fois glissé sur regard d'Auzances et rire franc se perdant sur les notes de musique. Détourne son regard un instant et lève une main timide

Un R de Rondeau ?
Armoria a écrit:
Ah, la pavane était terminée... Elle recula de deux pas, se tenant devant Tixlu, et s'autorisa - ce que son rang lui permettait de ne pas faire - une esquisse de révérence en guise de remerciement pour la danse.

Mes pieds vous sont reconnaissant, messire Duc.

Le sourire était taquin et le regard complice, sans nul doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Grand banquet et bal en l'honneur de la visite royale
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bill Clinton et Wyclef reçoivent l'Ordre national Honneur et Mérite
» RÉVEILLON ? grand banquet de Noël
» Grand Banquet -Ouvert à tous-
» Le Grand Banquet [Tour I - Terminé]
» 1er générale....mais.....va telle remporté les grand honneur..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Visite royale (novembre 1456)-
Sauter vers: