Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Murat - Funérailles de feelone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Murat - Funérailles de feelone   Jeu 6 Nov - 23:26

Sophonxe a écrit:
Murat: Eglise Notre Dame des Oliviers

L'abbesse Sophonxe arriva fort en avance en sa petite Eglise Notre Dame des Oliviers. L'édifice était modeste, de petite taille, et sans fioritures, mais toujours propre, et agrémenté de vitraux simples mais colorés, et d'une statue d'Aristote à laquelle l'abbesse tenait aprticulièrement.

Sophonxe traversa la grand nef, sans un regard autour d'elle, le visage sombre, de sombres cernes sous soulignant ses grands yeux verts. Ces derniers temps avaient été difficiles pour elle. Des soucis de santé l'avaient retenue au monastère, et elle avait du faire face à la perte douloureuse de plusieurs de ses paroissiens.

Elle s'apprêtait justement ce jour-là à officier pour les funérailles d'une jeune femme qui avait été bien plus qu'une simple paroissienne, qu'une simple murataise. Feeleone avait rejoint son fils aux côtés de Christos et d'Aristote. Sophonxe saviat que la jeune femme avait attendu ce moment, mais ne pouvait empêcher les larmes d'affluer à ses yeux lorsqu'elle revoyait divers épisodes de sa vie.

L'abbesse poussa la petite porte de la sacristie et s'enferma dans la petite pièce pour reprendre ses esprits et se préparer à la cérémonie.
Lafeeviviane a écrit:
Le sol de résonna lorsque Viviane pénétra dans l'Eglise vide. Elle avança d'un pas décidé, et alla s'installer dans un des rangs du milieu. En attendant l'arrivée des autres paroissiens, et de Mère Sophonxe, elle repassa en mémoire tous les moments vécus auprès de Fée. Plus elle y réfléchissait, et plus elle se rendait compte que son amie avait été là, ou avait joué un rôle dans tous les moments importants de sa vie. La maréchaussée, la rencontre de Raziel, et tant d'autres encore...

Fée avait été une vraie amie. Pas une vague connaissance que l'on croise par hasard sur la place du marché...Une véritable amie...Et aujourd'hui, c'était à Viviane de prouver qu'elle avait été elle aussi une amie sincère. Elle avait fait deux promesses à Fée. Elle avait accompli la première, mais elle n'était pas sure de pouvoir respecter la seconde, celle de ne pas pleurer. Si jusque là elle avait été forte, elle sentait par moment qu'il serait si facile de tout lâcher et de laisser son chagrin s'en aller sous forme de larmes...
Tiamarys a écrit:
[rp]Tia avait chevauché toute la matinée depuis Polignac. Elle avait les larmes aux yeux en arrivant à Murat. Le sol était sec, pas comme les joues détrempées des personnes croisées menant au cimetière.
Aujourd'hui, elle venait faire ses adieux à son amie, sa chef des sables...Feeleone.
Que de mort ces derniers temps. Une malédiction avait-elle décidé de décimer les 45 tour à tour?
Oya, Arthur, Connor et maintenant Fée...Combien d'autres encore?

Elle s'approcha doucement, restant cependant un peu en retrait. Elle était venue pour Fée, pas pour être vue, et encore moins voir.
Elle avait apporté des fleurs rouges, qu'elle tenait fermement serrées dans sa main qui tremblait.
Elles avaient partagés tant de bons moments toutes les deux en taverne à Fougères. Tia sourit en se disant qu'elle avait d'aileurs eu souvent les même goûts.
[/rp]
Damisella a écrit:
Damisella entra s'approcha de Tia, prit place silencieusement près d'elle.

Feeleone, une amie, vaillante au combat en dépit de ses souffrances.
Une 45, une vraie, fidèle à l'honneur.

Encore une personne qu'elle aimait qui disparaissait. Quand donc la liste cesserait-elle de grandir?

Elle devait être heureuse désormais, près de son enfant.
Avait-elle conscience de là-haut du nombre de personnes qui la pleuraient?
Clothilde a écrit:

Le clocher de Notre-Dame des Oliviers sonna le glas.
Clothilde se hâta de se rendre en la petite église de son cher village, le coeur très lourd, l'âme en peine...
et pourtant, bien présente en son esprit, une promesse faite à son amie aujourd'hui disparue... saurait-elle tenir sa promesse ? Elle poussa un profond soupir, et répondit intérieurement :

* Oui, ma Fee... je respecterai cela. *

Arrivée en l'église, Clothilde se signa, et reconnut les premières personnes présentes.
Elle remonta la nef centrale, adressa à sa soeurette un regard triste, puis se glissa sur le banc à côté de Viviane.
Clo savait son amie extrêmement éprouvée par la perte de Fee, dont elle était très proche.
Elle murmura à Vivi :


Je suis là, Vivi... à deux nous serons peut-être plus fortes pour respecter le souhait de Fee...
Val1 a écrit:
Val1 avait appris le décès de Fée, quelle tristesse. Il savait aussi que la cérémonie aurait lieu. Il y verrait un nombre de personnes qu'il n'avait pas vu depuis un temps. Mais l'occasion n'était pas à la rigolade.

Il arriva à l'église juste avant la cérémonie. Il entra, se signa et s'assit en attendant le début, au passge saluant des gens connus.
Althiof a écrit:
Althiof avait fait le court trajet de Montbrison à Murat. Mais cela lui avait paru être le plus long voyage de sa vie. Il n'avait cessé de penser à son amie disparue. Et puis il avait reçu ces si beaux mots, si beaux mais si triste.

Une partie de sa joie, de sa vie s'en est allée quand il avait reçu la nouvelle il y a de cela un petit mois. Il n'arrivait pas à réaliser que plus jamais son beau brigand ne serait plus là pour lui. Une amie si chère qui l'avait toujours aider, et il n'avait pas su lui rendre la pareille. Elle était si gentille mais si introvertie.

Il rentra dans l'Eglise et s'avança mais préféra rester en retrait. Il avait vu bien des gens partir ces derniers temps mais pas de personne aussi proche que l'était Fée. Proche et à la fois si éloignée. Il avait parfois tellement de mal à la comprendre et pourtant ils riaient tellement tous les deux. Il luttait de toutes ses forces pour respecter ces mots, pensait aux festivités. Mais en cet instant le coeur n'y était pas.
Caporalescu a écrit:
Capo qui avait appris la nouvelle par Jazon, c'était rendu à l'église rendre un dernier hommage à Fée. Il était bouleversé par cette nouvelle, et il ne pouvait retenir ses larmes. Il entra sans bruit, salua les gens présente d'une inclination de la tête et s'assit.
Korydwen a écrit:
Son époux l'avait légèrement oublié, elle avait été vexé, mais durant le trajet, elle avait réfléchit, oui ça lui arrivait de réfléchir parfois, il était certainement très triste d'où l'oublie. Ce qui la chagrinait surtout c'est qu'il ait oublié la promesse qu'elle lui avait fait. Haussement d'épaule, robe sombre pour les circonstance, le carrosse non merci, Utopic suffirait.

Elle était un peu en retard comme souvent en fait, elle se dépêcha quitte à faire galoper très vite son étalon. Elle ne connaissait pas aussi bien Fée que son époux, mais c'est à elle, qu'elle devait la vie de son premier fils et la sienne. Elle avait été là pour la naissance de Timothée, alors que... Comment dire, pas spécialement agréable la Baronne durant sa grossesse, même plutôt chieuse... Il faut dire ce qu'il faut, les hormones, les trucs bizarres de femme enceinte mélangée à un retour de guerre. Elle devait devenir la marraine de Timothée...

Elle laissa son cheval non loin de l'Eglise de Murat et partit en courant en direction de la grande porte relevant ses jupons pour ne pas se prendre les pieds dedans. Elle s'arrêta devant la porte et pria Aristote pour l'ouvrir sans trop faire de bruit. Elle tira doucement la porte sans grincement et se glissa à l'intérieur de l'Eglise. Saluant au passage les personnes qu'elle connaissait avec un léger sourire et signe de main, alors que ses yeux se baladaient pour trouver son époux. Il était en retrait, elle s'avança doucement vers lui, lui prit la main, déposa un tendre baiser sur sa joue.


Je suis là... Évite juste de m'oublier la prochaine fois.
Robinwood a écrit:
Robin était arrivé trop tard cette fois ci. De retour à Murat depuis peu, il se rendit à l'église pour un dernier hommage à son amie.

Il pénétra dans l'édifice et vînt s'asseoir aux côtés de Clothilde, sa grande soeur. En silence il la regarda, en silence il regarda Mère Sophonxe, en silence il plongea dans ses pensées.

Tant de choses vécues avec fée, il se souvînt de son arrivée à Murat, elle était présente en taverne quand il eu le coup de foudre pour Titi, elle était là pour voir sa marraine, Eullallie, faire un passage dans les buissons d'orties, elle était là pour cette bataille de boules de neige à Noël dernier. Il pensa qu'elle ne verrai pas la neige cette année.

A cette pensée, ses yeux s'embuèrent légèrement. Il repensa à cette folle chevauchée en compagnie d'Ascyla, cette recherche de Fée qui avait été enlevé par un être infâme. Il se souvient de l'avoir vu meurtrie dans sa chair...

Il pleurait maintenant, des larmes discrètes, des larmes sincères, des larmes d'adieu.
Beths a écrit:
Féeléone ... le clocher de l'église de Murat sonnait. Encore une personne qui disparaissait trop tôt.
Féeléone ... c'est à la prévôté qu'elle l'avait connu. Elle avait apprécié sa bonne humeur et son efficacité. Et puis elle était partie et elle venait de se revoir lors de ... lors de la naissance de Timothée. Et elle n'avait rien vu. Fée était malade, mais elle ne s'était rendue compte de rien.
Et quelques jours plus tard, Al lui avait appris la terrible nouvelle. Fee n'était plus. Elle l'avait laissé à son chagrin et elle même s'en voulait, comment avait-elle pu ne rien voir de sa maladie ? Et s'ils avaient pu l'aider ce jour la ?

Elle entra dans l'église le coeur lourd. Dans les premiers rangs, elle aperçut Clothilde et Viviane. Qu'il était difficile de perdre une amie, Beths le savait.

Elle même se trouva une place, et se mit à prier silencieusement, une larme perlant sur le bord de ses cils. Non, non, elle ne pleurerait pas, Fée ne l'aurait certainement pas souhaité. Mais la tristesse était bien présente.
~ethan~ a écrit:
Tout Murat en parlait, il n’en crut pas ses oreilles, Fee.. morte.
Il prit place sur un banc et ne réalisait toujours pas.
Ils s’étaient revus, il y a peu, avaient tout deux rigoler et blaguer se jouant de certains présents à ce moment là en la taverne.
Il se recueillit, laissant les souvenirs remonter en sa mémoire, que de chamailleries entre eux, le fouet, les geôles.
Derrière ses paupières closent, perlaient des larmes, coulant silencieusement.
Lafeeviviane a écrit:
L'Eglise se remplissait petit à petit. Cela ne surprenait en aucun cas Viviane car elle savait son amie très appréciée dans tous le BA.

Elle fut soulagée de voir Clothilde venir s'installer à ses côtés. Elle prit la main de son amie dans la sienne, et elles restèrent ainsi quelques temps, se soutenant mutuellement.

En attendant l'arrivée de Sophonxe, Viviane sortit de sa poche la lettre qu'elle avait reçu de Pierre de Roanne avant qu'elle entre dans l'Eglise.


Citation :
Très chère Viviane,

C’est avec le cœur au bord des larmes que je t’écris cette missive, toi et moi pleurons une amie chère, une grande amie, une femme formidable qui a vécue tant et tant d’aventures.

Je comprends ton chagrin, je le partage, je suis près de toi par la pensée.

Ne pouvant être présent pour la cérémonie, je te demande juste de me représenter auprès de ses proches. Je prendrais la route dès que je peux pour venir te soutenir dans cette nouvelle épreuve.

Elle veillera sur nous auprès du très haut, qu’il l’accueille comme une sœur, comme une enfant, comme une femme qui a eu une vie mouvementée, mais tellement intense. Que ceux qui l’ont aimé joignent leurs mains et pense fort à elle pour le repos de son âme.

Je t’embrasse

Pierre

Cela faisait du bien de se sentir soutenue dans ce genre d'épreuves. Viviane savait que c'était grâce à ses amis qu'elle arriverait à surmonter sa douleur.
Roseedumatin a écrit:
Sous le choc ... Encore sous le choc d'apprendre la triste nouvelle ... Elle s'en voulait trop de ne point l'avoir aidé, Rosée avait remarqué la mélancolie de Fée lors de son voyage au Sud. Pourquoi ne pas l'avoir aidé ? Pourquoi ?

Les souvenirs de la plage de Mimizan, des journées de grillades de poissons, de Rhum tout en admirant le coucher du soleil, leurs longues discussions en tavernes, bouhaha et confidences ... Rencontre d'un jeune Duc afin de l'escorter, elles étaient devenues amies durant ce mois en Gascogne, oui ...

Vêtue d'une houppelande moulante foncée, cheveux libres, elle se rendit à l'église pour lui dire au revoir une dernière fois. Une fois à l'église, elle salua d'un geste de tête des personnes présentes et vit Althiof, celui qui lui a présenté Fée la première fois. Souvenirs, souvenirs ...Elle prit place aux derniers rangs, une larme coulait discrètement sur les joues pâles de Rosée ...
--Amie a écrit:
[rp]Elle avait longuement chevauchée pour être là à temps. Longuement pour adresser une dernière fois quelques mots à sa soeur.
Elle savait que son arrivée au BA ne se ferait pas sans encombre, aussi avait elle décider de la jouer fine.
Déguisement de circonstance, elle avait tout mis de son côté pour ne pas être reconnu.
Avait elle le choix de toute façon? Ou alors celui de ne pas venir, mais l'aurait elle fait?
Impossible l'annonce de la mort de sa soeur lui avait été faite tardivement, et pour cause elle était quand même fort difficile à trouver.
Longue boucle rousse soigneusement cachée sous la capuche de sa cape relevé, elle arrive enfin devant l'église de Murat.

Elle démonte et baisse la tête, Murat la belle, ville, quelle avait tant connue, tant aimée, et aussi tant détestée.
Mais que n'aurait elle fait pour Fée.
Elle s'engouffre lentement dans la petite église, relève légèrement la tête pour regarder qui était là.
Sophonxe évidemment comment pouvait il en être autrement.
Viviane toujours là visiblement et Damisella dont elle se serait bien passé.
Qu'importe elle prend sur elle s'avance et prend place sur un banc au fond de l'église...
[/rp]
Paillard a écrit:
Une de plus... Ou une de moins... Il avait fait le court déplacement, et s'était arrété à l'écart, près de Tiamarys.

Et non loin d'une rouquine qu'il crut reconnaitre, bien que discrète.

Silencieux, il passa un bras autour des épaules de sa compagne et la serra contre lui.
Clothilde a écrit:

La petite église ne cessait de se remplir.
Nombreux étaient ceux qui venaient rendre hommage à Fee...

Vivi glissa sa main dans celle de Clo, les rendant ainsi peut-être un peu plus fortes l'une et l'autre...

Lorsque son petit frère vint s'asseoir à ses côtés, des larmes plein les yeux, Clo glissa doucement sa main libre dans la sienne.

Clothilde serra doucement ces deux mains... Unies par la peine...
Tiamarys a écrit:
Tia se serra contre Pailpail et regarda dans sa direction....
En effet la rouquine lui était à elle aussi familière.
Damisella a écrit:
Damisella se retourne au poids d'un regard, fixe la silhouette encapuchonnée, croise l'instant d'un éclair des yeux verts, haineux, la petite boucle rousse échappée de la capuche.

La fixe un instant lui envoyant un message muet
*je sais qui tu es. *

Comment a-t-elle pu venir de Bretagne? Bah de la part d'une sorcière rien d'étonnant.
*Elle est venue seule la rouquine, ou donc est son valet-amant? *

Mais qu'importe, seul compte en ce jour ce dernier hommage rendu à une amie.
Dami se retourne repense à Fée, aux rires partagés, pas de larmes, c'est vite dit, les yeux lui piquent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Murat - Funérailles de feelone   Ven 7 Nov - 15:15

Sophonxe a écrit:
De nombreuses personnes pénètrerent dans l'église, qui paraissait, ainsi emplie, encore plus petite qu'à l'acoutumée.

Une fois que les fidèles se furent tous installés, Sophonxe sortit de la sacristie, et s'approcha l'autel, la mine sombre. Elle lança un regard circulaire dans l'édifice, reconnaissant au premier rang les muratais, amis de longue de date de Feeleone, mais aussi certains qui avaient quitté de village depuis fort longtemps, et étaient revenus pour l'occasion. D'ailleurs, là-bas, derrière le pilier, sous ce capuchon, n'était-ce pas V.... Non ce n'était pas possible... D'autres têtes lui étaient inconnues, mais tous semblaient fort éprouvés par les circonstances.

Enfin, elle se tourna vers l'assemblée et dit:


Mes amis, mes enfants.

Aujourd'hui est un jour de peine, mais aussi d'espoir. De peine parce que nous disons Adieu l'une des notres, Feeleone, qui a vécu dans les préceptes d'Aristote et de Chistos. D'espoir aussi, parce qu'elle va rejoindre le Royaume des Cieux, et le Soleil des justes.

L’homme fait de chair et d’eau est par nature attiré par le centre de la terre, il n’est que juste qu’une fois que la mort est constatée et que le Très-Haut a donné un nouveau corps à l’âme, celui qui a servi sur terre soit rendu à la terre. La terre est le royaume du corps terrestre, il est juste qu’il lui soit confié.


Sophonxe fit le signe de croix et dit:

Mes frères, mes soeurs, dans cette épreuve qui est la notre, je vous propose de placer notre foi en Dieu. Répétez après moi...

--Amie a écrit:
[rp]Elle se sentait tout à coup fort mal à l'aise, comme si malgré tout ses efforts, elle n'avait réussi à passer inaperçue.
Sans même relever la tête elle sentait tout ses regards sur elle. Elle était pourtant tranquillement dans un coin, ne gênant personne et se faisant aussi petite que possible.
Elle relève finalement légèrement la tête croisant à cet instant le regard de Damisella.
Elle détourne les yeux pour tomber sur Paillard et Tia qui se tenait non loin d'elle la zieutant légèrement.
Puis ses yeux fixe le devant tombant sur Sophonxe qui semblait elle aussi avoir un doute quand à son identité. Sophonxe elle serait bien aller lui dire quelques mots si elle avait pu mais cela semblait fort compromis.
Elle respire profondément hésitant entre fuir et repartir d'où elle venait un peu plus au sud, où bien rester quand même.

Finalement elle se résout ce n'est pas quelques regards de travers qui l'empêcherait d'être là pour celle qu'elle aimait tant.

Elle rebaisse alors les yeux et abaisse un peu plus sa capuche, il fallait éviter que d'autre la reconnaisse si tel était le cas.
Enfin Sophonxe commence la cérémonie, elle souffle, au moins cela permettrait d'apaiser la tension palpable.
L'heure était au crédo, mais pas pour elle. Elle ferait son propre crédo discrètement.
Dans un léger souffle, et un imperceptible chuchotement elle fixe ses pieds.


Averoes part ta parole tu nous a révélé, l'Unique, qui à présent va accueillir ma très cher sœur.
Que dans ton infini bonté tu puisses veiller sur elle.
Car l'Unique seul sait ce qui est bon, et sait pourquoi les choses arrivent.
D'ici bas je continuerais à penser à elle.
Que les plaisirs simples soit désormais à tes côté pour fée.
Car seul L'Unique est Unique et fée mérite d'être à tes côtés.


Elle relève légèrement la tête et fixe le devant attendant patiemment la suite.
[/rp]
Robinwood a écrit:
Robin gardait la main de Clo dans la sienne, un regard sur Viviane qui semblait très touchée.

Il répéta après mère Sophonxe, toujours en pensée pour Fée.

Un regard sur la femme encapuchonnée, un sourire intérieur, il savait bien qui elle était. Il était heureux pour Fée d'ailleurs qu'elle soit présente.

Il regarda le plafond et pensa en lui même


" Tu vois mon amie, beaucoup sont là "


Puis il rebaisa les yeux.
Colonidre a écrit:
Une vieille folle entre dans l'église, elle s'approche de l'abbesse marmonne un vague Ct'Lalie té l'Pau et lui laisse un message qu'elle a reçu

Citation :

Quelquepart vers Narbonne , autours d'un feu de camps


"Ma Fée, ma buteuse, ma Fantomette, mon amie,

Que tu ne sois plus là pour marquer avec les Sangliers, je disais rien.
Que tu ne sois plus pour surveiller Murat passe encore.
Que tu ne sois plus là pour me tenir au courant des alertes et autres renseignements sur les mauvaises gens de passage, bon, hein on ne peut être partout...
MAIS que tu ne sois plus là !!!!
Ta droiture, ta sagesse, ta gentillesse et ton rire vont me manquer

A bientôt

Paulhaguétois,
Ton Cap'tain
"


"Ma belle, tu as enfin rejoint l'homme de ta vie, le seul qui t'aimait sans condition, celui que tu as nourri de ton sein... sois heureuse avec Côme, bon voyage!
Lalie
"


Nos prières se rejoignent, qu'Aristote soit avec toi
Azzera a écrit:
Azzera, jeune mimizanaise à la parole facile, avait, il y a quelques mois de cela, accepté de faire un voyage d'escorte, promenade qui devait la mener de Mimizan au BA..
Elle avait rejoint une dame aux long cheveux foncés, dame Feeleone, afin que cette ex-murataise les conduisent jusqu'en auvergne.

Ducs, dames et autre vicomtes formaient une bande sympathique, qui voyageaient toujours lorsque le soleil était couché.
C'est à ce moment là, qu'Azzera, avait pu constater toutes les valeurs de cœur de dame Feeleone, alors meneuse de la lance.

Cette femme n'avait peur de rien et était d'une fidélité jamais mentie. Alors, Lorsque la jeune dame blanche avait entendu parler, en taverne, de l'enterrement de Feeleone, elle n'avait pas d'autre choix que de venir se recueillir un peu.

Elle arriva en retard, retenue au campement des dames blanches par la préparation de l'escorte royale.
Mais, qu'importe...
Elle loua le Très Haut, puis rentra au campement.
Sophonxe a écrit:
Si nous sommes ici, c'est pour nous rappeler que Dieu se souvient de tout ce qu'il y a eu de bien dans la vie de notre soeur Feeleone et lui demander de lui faire bon accueil.

Maintenant faisons les derniers signes en l’honneur de notre chère disparue :

Voici le signe de la lumière

Sophonxe alluma un gros cierge disposé devant l'autel.

L’Amitié est la lumière du monde c’est la flamme qui réchauffe notre cœur. Qu'elle éclaire maintenant la route de Feeleone et la conduise au Royaume de Dieu!

Voici le signe de la foi

Feeleone, nous déposerons cette croix aristotélicienne sur ton corps, le moment venu. Cette croix est le signe qui relie Aristote et Christos, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle.

Et pendant qu'elle prononçait ces formules rituelles, Sophonxe bénit la médaille et la déposa dans une corbeille. Puis, elle dit:

Cette cérémonie nous rappelle plusieurs choses :

Le souvenir d'une Ami aristotélicienne qui vient de nous quitter. D'une femme qui avait une histoire, unique, avec Dieu, qui était entourée de la tendresse du Seigneur et de la foi qu'elle avait en lui.

Nous voici dans cette église, autour du corps de Feeleone, pour prendre conscience de ce lien d'amour qui l'a toujours unie à Dieu, et qui unit Dieu à chacun de nous, à tout instant.


La mort viendra pour chacun de nous. pour les uns tôt, pour les autres plus tard. Pour les uns dans leur jeunesse, pour d'autres dans leur vieillesse. Le Seigneur nous prévient : "Soyez prêts, soyez toujours prêts car vous ne savez ni le jour ni l'heure".

Aristote nous a guidé et Christos nous invite à prendre exemple sur lui, à trouver notre joie à vivre pour les autres, à aimer comme ils nous ont aimés.

Notre présence ici est prière. Nous invoquons Aristote pour qu’il mesure les péchés de notre soeur et Christos pour qu'il intercède auprès du seigneur pour qu’il la reçoive en son Paradis.

Sophonxe se tut et laissa un moment de silence afin que chacun puisse méditer sur ses paroles.
Althiof a écrit:
Althiof avait la tête baissée. La cérémonie allait commencer. Une larme coulait sur sa joue, froide et morne comme son coeur en ces instants. Il frissonnait, et la larme glissa le long de son menton avant de tomber et de venir mourir sur le sol en pierre. Mourir... La Mort... Le destin de chaque être mais qui s'acharnait à prendre toujours ceux qui avaient encore tant à vivre.

Et puis soudain une main vint se glisser dans la sienne, chaude et douce. Sentiment étrange. Il releva la tête.


Je suis là... Évite juste de m'oublier la prochaine fois.

Il la regarda ne sachant trop quoi dire. Il n'avait pas vraiment fait exprès. il était juste triste et ailleurs, perdu dans ses souvenirs. Ce n'était pas volontaire mais il savait que ça avait pu la blesser un peu.

Désolé mon ange... Je voulais pas... Juste triste et perdu...

Il écouta ensuite Sophonxe officier. Des paroles qui le touchèrent profondément. Fée n'avait pas de famille ou plutôt n'en avait plus. Elle avait rejoint Côme-Amaury tout là haut aurpsè des anges, mais tous ici qui étaient ses amis était sa famille à elle. L'un d'eux pourrait-il dire quelques mots ? La douleur était si forte. Elle était partie si vite... Bien trop vite...
Korydwen a écrit:
Elle tenait fortement la main de son époux et la caressait de son autre main, elle le savait très peiné et triste, ils en avaient discuté tous les deux, elle l'avait réconforté, c'était bien maigre, mais unis pour le meilleur et pour le pire, son époux traversait le pire. Elle était peinée aussi, toujours triste de perdre quelqu'un que l'on connait, mais elle la connaissait bien moins que bon nombre de personnes présentes ici.

On dit toujours que l'on souhaiterait apprendre à mieux connaître les gens, mais il parte bien souvent avant que l'on puisse le faire. Elle sourit en l'entendant, elle se doutait que c'était la tristesse, bien qu'au début, elle fut été très vexée, elle ne lui dit pas cependant, ne voulant pas l'attristé d'avantage, quelques temps auparavant, un léger souci et le voilà qui avait cru qu'il était un mauvais époux.

Elle se contenta d'un tendre baiser sur sa joue, une réponse simple, un murmure...


C'est oublié... Je suis là toujours... Je t'aime... Mes bras sont là pour toi...

Elle se blottit contre lui, écoutant la cérémonie, très émouvante. Il y avait du monde, si Fee les voyait, elle en aurait été certainement heureuse et maintenant, elle était avec son fils, douce retrouvaille sur un nuage certainement, perdre un enfant... Certainement la pire des choses...
Jazon a écrit:
Un homme entra dans la petite église de Murat, la mine défaite, fatigué d'avoir veillé celle qui les quittait pour toujours. Il eut un frisson et s'enveloppa dans sa cape.
Que de monde ! Il n'en fut pas étonné. Au service de son village et du duché, elle s'était fait beaucoup d'amis et de connaissances. Ils étaient venus l'honorer et lui dire à Dieu.
Il s'assit au fond de l'église alors que Sophonxe commençait la cérémonie.
Sous sa cape, il joignit ses mains croisant les doigts et fermant les yeux, le visage de Fée souriant à l'esprit, il récita à voix basse le credo.
Une larme perla hésitante et finit par couler le long de sa joue.
Lucaa a écrit:
Lucaa était arrivé à l'église, et s'était assis à l'arrière... Des larmes coulèrent sur ses joues...
Il avait appris cette terrible nouvelle, Fée n'était plus !

Ce n'était pas juste... Elle était bien trop jeune !!

Fée était l'une de ses meilleurs amies, il la connaissait depuis très longtemps... Il tenait beaucoup à elle...
C'est grâce à Fée que Lucaa est devenus maréchal & douanier de Murat...
Il se rappelait des tours de gardes en sa compagnie, des fou rires à répétition à la Maréchaussée... Mais c'était terminé... Cela ne se reproduira plus sauf dans son coeur...
Fée était pour lui un mentor... Un Ange le réconfortant... Il la considérait comme un membre de sa famille...

Sophonxe commence la triste cérémonie...

Lucaa écoutait, ne pouvant s'empêcher de verser des larmes...
Il n'arriverait pas à imaginer, qu'il ne pourrait plus la voir jusqu'à que la vie s'arrête à son tour pour lui...

Il ferma les yeux et baissa la tête afin de dire au revoir à son amie...


Ma Fée, mon amie... Tu es partis bien trop tôt... Mais je sais qu'on pourra se revoir... Je t'aime de tout mon coeur Fée... Je t'aime... A bientôt mon amie et repose en paix...

Il leva sa tête puis se tût même intérieurement pour rendre hommage à son mentor...
Eleonore a écrit:
Eléo avait apris pour la mort de fee alors elle alla se recueillire pour son amie...le coeur un peu triste mais rassurée par la présence de clo et heureuse d'avoir mikeoll et agna en prime...

elle pensa au fils de fee et se dit qu'elle serait heureuse auprès de lui...
se dit qu'une étoile de plus brillerait de plus sur eux la nuit,prendrait soin d'eux!

eléo resta sage habillée tout de noire vétue...
Ninjaturtel a écrit:
Une amie était morte... Et un cœur qui se resserre a cette nouvelle...

C'est pourquoi, il avait été avertit de la cérémonie... Cette fois ci, ses vêtements n'avaient rien d'extravagant, une tenue noir pour accompagné le deuil des amis et de la famille.

C'est ainsi que Ninja se dépêcha d'arriver a Murat.

Sophonxe était en train de finir de rappeler ce que la cérémonie signifie, et Ninja rejoignit les rangs, saluant les quelques personnes qui porteraient un regard sur lui.

Il écoutait sagement les paroles de Sophonxe, puis se remémoré tout les bon moment passé en sa compagnie.
Lui qu'il avait connu en taverne... Il s'en rappelle encore de leur première rencontre. Elle attendait un homme qui était en retraite...

Ah que de souvenir par la suite, la tristesse envahit alors Ninja, la disparition d'un proche de plus, d'une amie, une personne de plus...

Il baisse la tête, réfléchissant a tout les moments passé, laissant les souvenirs le submergé...
Sophonxe a écrit:
L'émotion était palpable dans l'assistance, et certains ne retenaient plus leurs larmes. C'est la voix enrouée et les yeux brillants que Sophonxe reprit la parole.

Fee était pour beaucoup d'entre nous bien plus qu'une amie. Elle était entière, vivante, présente, généreuse, toujours prête à aider, à surveiller son village, à prêter main forte aux hospices, à soutenir ceux sur lesquels les soucis s'abattaient, semblant elle-même se remttre des multiples épreuves que la vie lui infligeaient. Mais chacune d'entre elle la brisait un peu plus et la perte de son fils lui laissa un chagrin immense, que rien de pouvait combler. Elle l'a rejoint aujourd'hui et, de part ses multiples qualités, je ne doute pas que Dieu, Aristote et Christos l'accueillent à leurs côtés.

Si certains d'entre vous veulent parler de Feeleone, témoigner ou prier, il speuvent à présent prendre la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Murat - Funérailles de feelone   Lun 10 Nov - 20:16

Damisella a écrit:
Dami se lève, se glisse doucement entre les rangs, changeant de travée.
Au passage elle lâche sur les genoux de l'encapuchonnée un petit papier,


Citation :
Puisque tu as eu le courage de venir, masquée ou non, aies celui de parler pour elle. Elle le mérite. Je te promets de respecter ton chagrin.

continue son chemin et va s'asseoir près de Tiamarys.
--Amie a écrit:
Elle était resté là sans bouger, sans aucune réponse à l'appel de Sophonxe pour adresser un dernier mot à sa sœur.
Elle se devait de rester tranquille. Alors qu'elle fixait toujours ses pieds un morceau de papier tomber sur ses genoux.
Elle relève légèrement la tête apercevant Damisella entrain de s'assoir au côté de Tia.

Décidément même dans les pires moment elle ne peut s'empêcher de me provoquer.

Dit elle dans un chuchotement tout en lisant le message.


Citation :
Puisque tu as eu le courage de venir, masquée ou non, aies celui de parler pour elle. Elle le mérite. Je te promets de respecter ton chagrin
.

Elle froisse alors le bout de papier quelle jette au pied de Damisella, toujours en chuchotant pour elle même.

Mais pour qui se prend elle? Croit elle que j'ai besoin de son autorisation pour faire quoi que ce soit?
Le respect de ma tristesse c'est le moins qu'elle puisse faire. Y'a au moins quelque chose quelle sait respecter celle là.


Tout en restant assise elle toussote assez fort pour être entendu et sans se lever toujours tête baissée sous sa capuche elle commence.


Fée, ou la rencontre d'une vie.
Très mal commencé, et pourtant si heureuse rencontre.
D'une guerre de femme pour un homme qui n'en valait vraiment pas la peine d'ailleurs, à une amitié, un respect et une solidarité forte.
Une sœur de cœur comme il en existe peu, de celle qui où qu'on soit, où qu'on se trouve et toujours là pour toi.

Fée c'est aussi une âme mystérieuse, difficile à cerné, souvent critiqué et mal perçu.
C'est aussi une femme maréchale qui vous traques sans relâche, qui ment, qui triche, et qui au dernier moment vous sauve, au risque d'être jugée pour trahison, par peur de vous perdre.
Une femme issu d'un monde opposé mais qui ne juge pas.

Un sourire enjôleur des histoires intenses ou rire et tristesse se mêle.
Une vie pleine de péripéties.

Temps de joie de vivre, dissipé peu à peu par des âmes perverses, qui sous une apparence sainte cache un cœur glacial.
Des nobles irrespectueux, des gens du peuples ingrats.....
Et une brigande qui l'aime tant et qui vois aujourd'hui une de celle qu'elle chérie tant rejoindre son fils.

Fée c'est tant à dire en si peu de temps.

Mais la roue tourne toujours, et ceux qui l'ont tant fait souffrir, en recevront que le juste retour un jour ou l'autre.
Je languis ce jour avec impatience, ou une vengeance viendra.

A tous ceux présent aujourd'hui ne pleurez pas, Fée ne l'aurait pas souhaité.
Danser et chanter en souvenir d'une femme qui le mérite.

Que seul son sourire perdure à travers le temps, l'Unique fera le reste.

Et penser a vous soulez en taverne parce que ça aussi elle savait bien le faire, pour rouler sur la table c'était la reine.

Tu resteras toujours dans mon cœur, je t'aime.


Elle lance alors un regard vers Damisella.

Tu n'as pas à me dire ce que je dois faire.
Mais je respecterais ton chagrin.


Elle jette un coup d'œil rapide et aperçoit Nin, elle rabaisse la tête aussi vite, et réajuste sa capuche sur le devant
Manquant d'éclater de rire.
Sophonxe a écrit:
Sophonxe écouta avec émotion les paroles de la jeune femme, puis scruta l'asemblée, étonnée que personne d'autre ne prenne la parole.
Robinwood a écrit:
Robin lacha la main de sa soeur et se leva, il n'avait pas l'habitude de grand discours aussi il allait être bref, il n'avait rien préparé, il laisserait parler son coeur

Il se mit face à l'assemblé, se racla la gorge et dit


Je n'ai pas l'habitude de parler pour ne rien dire,
je voulais juste souligner mon amitié sans failles à ma ch'tite Fée comme j'aimais à l'appeler.

Elle avait un sacré caractère, un sacré levé de coude et un rire tonitruand, tout cela était Fée, avec ses forces et ses faiblesses, par moment un coeur d'artichaud, par moment un coeur fermé et sec.

Je me souviens de nos conversations sur tout et rien, cet air de ne pas écouter tout en écoutant. Son sourire, son rire vont me manquer.

Sache que là où tu es ch'tite fée, tu resteras dans mon coeur.


Il se surprit à regarder le haut de l'église ni qui n'était que peu croyant. Il se rassis auprès de sa soeur et écouta le silence de l'église.
Lafeeviviane a écrit:
Viviane avait déjà pris parole en cette même église quelques jours plus tôt, pour la cérémonie d'adieu à son fiancé.

Il était impossible de recommencer aujourd'hui. Trop de chagrin était présent en son coeur, et elle savait qu'elle n'aurait pu contrôler les larmes qui se seraient mises à couler le long de ses joues. Et elle avait fait une promesse.

Elle savait que Fée comprenait d'où elle était. Et puis les deux amies s'étaient déjà dit au revoir...
Clothilde a écrit:

Clothilde serra la main de Viviane un peu plus fort.
Tout comme son amie, elle se sentait ce soir incapable de prendre la parole...
Et puis cette promesse faite à Fee quelques jours auparavant. Si Clo prenait la parole, elle n'était pas certaine de pouvoir la tenir, sa promesse.

Mais Fee savait l'affection que lui portait Clo.
De si beaux souvenirs les liaient. Le plus beau était sans doute cette double naissance murataise. Souvenir très fort, que rien jamais n'effacerait. Et certainement pas la mort.

Et puis souvenirs de fous rires, et de tournées généreuses.

Souvenirs également d'échanges, de conversations à demi-mots, d'une certaine complicité.
Clo savait très bien ce qui se cachait derrière le côté parfois superficiel ou frivole de Fee. Elle savait cette face si profonde que son amie voulait souvent cacher.
Elle savait ses blessures aussi. Elle avait compris depuis longtemps sa souffrance. Ses souffrances.

Elle songea qu'enfin Fee allait retrouver son petit homme... elle lui murmura tout bas, les yeux très brillants, mais retenant des larmes qu'elle avait fait promesse à son amie de ne point verser :
Bon voyage ma Fee...
Eleonore a écrit:
eléo,pensive aperçue clo pensive elle aussi,un peu plus pale que d'habitude...
eléo se déplaça en silence,laissa une main de clo pour son amie et prit l'autre comme pour lui dire:


ce n'est rien ma clo...

Eléo demeura pensive malgrè tout,adressa quelques sourire à clo puis se figea un instant sur le cerceuil de la défeinte,revoyant dans sa tête le beau visage de Tchii passer de la mort à la vie en son esprit,comme si elle revivait la scène de l'enterrement...
Elle demanda au ciel de prendre soin de Fee et de tous ses proches partis trop vite.
Clothilde a écrit:

Clothilde sentit dans sa main libre se glisser une petite main.
Elle se tourna vers sa filleule, et lui adressa un sourire triste, semblant lui dire :
"merci ma chérie..."
Décidément, que de deuils ces derniers temps...
Eleonore a écrit:
derien ma chère marraine,
je suis là,ne t'inquiète pas,je ne te lache pas,je suis avec toi!


et oui,clo avait raison,l'hiver approchait et la grande faucheuse,de sa faucille, lançait des regards froids voire glacer.

Elle emportait avec elle les proches de tous ces gens qu'ils aimaient tant
mais la vie continuait ainsi et d'autres prenaient vis,arriveraient bientot
(chez delv et clo par exemple ou chez les vissac pour azdrine et sibella!)

il fallait être courageux et juste,jour et nuit ne pas oublier que les décédés restent à nos cotés et qu'ils tentent de nous appeler chaque fois qu'une étoile se met à briller!
Sophonxe a écrit:
Prions:

En ce bien funeste jour,
Où fut perdu l’amour
Nous pleurons, tous réunis,
Pensant à notre ami.

Ainsi l’a voulu Dieu,
Le miséricordieux,
Pour que le jour venu
Il rejoigne les élus.

Alors, ne pleurons pas,
De son récent trépas
Car ce funeste destin
N’appelle pas le chagrin.

Et le Livre des Vertus
Rend grâce à tout élu
Qui, enfin, dans la mort
Trouvera le réconfort.

Amen


Sophonxe aspergea le cercueil d'eau bénite et dit:

Cette eau, souvenir de ton baptême, nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant. Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa paix!.

Alors, Sophonxe fit signe aux porteurs :

Que les porteurs, reprennent leur place et nous allons escorter notre soeur vers le lac, près du banc des amoureux, comme elle l'a souhaité.

Les porteurs reprirent alors le cercueil, le mettant sur leurs épaules, et la procession quitta l'eglise, en direction du parc.
Clothilde a écrit:

Mère Sophonxe invita les fidèles présents à la prière.
Paroles criant de vérité, concernant Fee...

"Alors, ne pleurons pas
De son récent trépas..."

(...)"Qui, enfin, dans la mort
Trouvera le réconfort."

Le réconfort dans la mort... Clo pria ardemment pour que Fee le trouve enfin, auprès de son fils tant aimé...

Puis le cortège sortit doucement de l'église, à la suite du cercueil.
Vers ce lieu qui avait vu tant de bonheur, et qui s'apprêtait à voir une funeste cérémonie.
Le plus éprouvant de cette journée restait certainement à venir...
Eleonore a écrit:
eléo suivit clo et le cortège en silence en priant dans sa tête pour fee qu'elle retrouve son bonheur passé près de son fils adoré!
Althiof a écrit:
Althiof continuait de suivre la cérémonie, tête baissée afin que tout là haut elle ne le voit, que son beau brigand ne voit pas les larmées qui coulaient le long de son visage. Il écoutait les personnes qui avaient la force de parler de Fée. Il ne pouvait pas... C'était trop dur... Il n'arrivait pas à le croire... Tout était allé si vite.

Il y a peu ils parlaient encore de tout et de rien, de ramponneau en taverne. Finalement ils ne la feront jamais leur super partie...

Et puis plusieurs personnes vinrent parler, des mots qui le marquèrent et qui décrivaient tellement leur amie disparue.


Une sœur de cœur comme il en existe peu, de celle qui où qu'on soit, où qu'on se trouve et toujours là pour toi.

Fée c'est aussi une âme mystérieuse, difficile à cerné, souvent critiqué et mal perçu.


Une dernière prière et il suivit le cercueil au dehors de l'Eglise. sa démarche était lourde. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas ressenti une telle tristesse.
Sophonxe a écrit:
Le cortège prit la direction du parc, longea le banc des amoureux, passa près du chêne blanc, et s'arrêta à proximité du lac. Là, selon les dernières volontés de Feeleone, une barque tanguait doucement, chargée d'un bucher au sommet duquel reposait le corps de la défunte. Une seconde barque était amarrée à la rive, prête à emporter celui qui devrait allumer le bucher.

L'abbesse Sophonxe s'approcha du lac, s'agenouilla, et pria silencieusement.
Korydwen a écrit:
La cérémonie était terminée, du moins en ce qui concernait l'Eglise, elle avait écouté les témoignages, les trouvant très touchant à chaque fois, elle tenait toujours la main de son époux et le suivit, songeuse, une dernière pière avant de sortir de l'Eglise, le funeste convoi prit la direction du lac.

Elle suivit doucement, murmurant quelques paroles à son époux, la dernière fois, qu'elle avait vu un lac, c'était pour Barbu... Son filleul Pierre était très jeune à ce moment là.

Elle regarda l'abbesse prier et décida d'en faire autant mais debout, regardant de temps à autre vers le ciel.
Lafeeviviane a écrit:
Ensemble, ils allèrent jusqu'au lac de Murat. Ce petit lac qui rappelait tant de souvenir à Viviane...Surtout ce jour ou elle avait trouvé le corps de Fée dans l'eau...Ce jour là, elle avait réussi à ramener son amie à la vie...Mais aujourd'hui, elle s'en était bel et bien allée vers un autre monde.

Durant le trajet qui menait du cimetière au banc des amoureux, Viviane se rapprocha d'Althiof. Elle avait une faveur à lui demander, au nom de Fée. Elle ne savait pas si son amie lui en avait déjà parlé, et c'est le coeur lourd qu'elle alla lui en parler.


"Al...Je..Je ne sais pas si Fée t'en as parlé avant que...enfin avant qu'elle parte...mais je sais qu'elle aurait aimé que ce soit qui...enfin qui l'amene vers sa dernière demeure...Que ce soit toi qui embrase son corps..."
Lucaa a écrit:
Ils partirent tous vers le lac de Murat, l'émotion se sentait dans les coeurs de chacun... Les pas se faisaient lourds et dures, tandis que les larmes coulaient sur les joues de ses proches...

Fée était partis, et rien ne pouvait changer cela, mais il espérait qu'elle puisse vivre éternellement en paix, elle le méritait amplement...

Il pria une toute dernière fois à côté du corps sans vie de son amie pour que le Très-Haut s'occupe de Fée le mieux possible, et il n'en doutait pas.

Il attendait que la cérémonie continuent, dans la plus profonde souffrance qu'un Homme puisse endurer, celle d'un être cher disparu...
--Amie a écrit:
Elle avait suivit silencieuse le cortège la menant jusque aux banc des amoureux, elle lève la tête un instant, et les souvenirs ressurgissent la noyant dans un passé lointain serein et aimant. D'une main dans les airs elle effacent les souvenirs, ce simple geste laisse apparaitre un léger sourire sur ses lèvres.

J'ai passé trop de temps avec Aet, me voilà, refaisant ses gestes.

Dit elle pour elle même avant de rebaisser la tête et de continuer son avancé vers le lac.
Restant non loin du cortège elle regarde la barque ou sa soeur était allongé et la seconde.
Puis les mots de Viviane vienne à son oreille.
Elle fixe Altiof discrètement, hésitante, certes Fée avait souhaité Altiof pour cela, mais elle se devait de le faire l' accompagnée jusque à la fin.

Doucement elle se retire et attend que Altiof se soit un peu avancer pour venir vers lui.
Elle se demander comment l'approcher sans que cela lui soit préjudiciable.

Oh puis Zut à la fin, marre de tout cela.

Elle tapote sur son épaule.


Altiof, humm, je sais que Fée voulait que ce soit toi.
Mais je ne peux rester là, pendant que tu embraseras ma soeur sous mes yeux.
Il faut que je puisse le faire, pour elle. Qu'elle sache que jusqu'au bout j'ai été là.


Elle rebaisse sa tête espérant qu'il accepterait, malgré que leurs relations n'est pas toujours était au beau fixe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Murat - Funérailles de feelone   Sam 22 Nov - 2:02

althiof a écrit:
Althiof suivait toujours la cérémonie sur les bords du lac. Le corps de son amie avait été déposée sur le brasier installé sur la barque. Le temps semblait suspendu. Chacun attendait que quelque chose arrive peut être que quelqu'un se décide à avancer enfin vers cette barque pour l'entraîner vers sa dernière demeure.


Kory était toujours à côté de lui il serrait fort sa main, trop fort sans doute mais elle ne disait rien. Elle était là pour lui comme elle l'avait promis, comme toujours depuis qu'ils se l'étaient promis voilà plus de deux ans maintenant.


Et puis Viviane vint s'approcher. Sa voix était hésitante mais il y avait de quoi vu ce qu'elle s'apprêtait à lui annoncer.


"Al...Je..Je ne sais pas si Fée t'en as parlé avant que...enfin avant qu'elle parte...mais je sais qu'elle aurait aimé que ce soit qui...enfin qui l'amene vers sa dernière demeure...Que ce soit toi qui embrase son corps..."


Il la regarda stupéfait.


Moi ? Embraser son corps ? Nan... m'avait rien dit...


Il était sous le choc. Peut-être avait-elle eu peur qu'il refuse. Il le comprenait ce n'était pas facile à demander et puis elle était partie si vite. Il était proche de Fée, très proche même, une amie comme il en existait peu mais il ne pensait pas qu'il aurait l'honneur de l'accompagner jusqu'au bout dans son dernier voyage. Et puis c'était tellement dur pour lui. Il baissa la tête pour cacher une larme et s'avança doucement lâchant la main de son épouse.


Il avait le regard vide et ne faisait pas attention aux gens qui le regardaient et puis il fut rattrapé par l'épaule. Il a reconnut assez vite... Mais qu'importe. Certaines choses appartenaient au passé et même s'il était de nouveau prévôt ce n'était ni le lieu ni l'endroit.


"Altiof, humm, je sais que Fée voulait que ce soit toi.
Mais je ne peux rester là, pendant que tu embraseras ma soeur sous mes yeux.
Il faut que je puisse le faire, pour elle. Qu'elle sache que jusqu'au bout j'ai été là."


Fée sa soeur ? Sa vraie soeur ou sa soeur de coeur ? Il s'apperçut avec peine qu'il ne savait même pas... Elle qui désirait tant de l'affection et une famille.


Oui bien sûr. De la compagnie me fera du bien dans ce triste moment. Il attrapa la torche et une autre éteinte pour pouvoir mettre feu au brasier en même temps lorsque le temps serait venu. Quand elle fut dans la barque il lui tendit les torches et grimpa à son tour.


Ses mouvemetns étaient lents. Il tourna la tête vers le corps inanimé de son amie et son regard se fit un peu plus triste encore si tant est que cela soit possible. Il faudrait du temps pour que la peine disparaisse mais le souvenir de son amie serait toujours présent quelque part en lui.
--Amie a écrit:
Elle était monté sur la barque attrapant au passage sa torche éteinte. Assise, elle fixe Altiof la rejoignant sa torche brulante.
La barque avançait lentement sous l'incitation du messire. La rouquine courbée n'osait lever les yeux sur ce qui était sa soeur.
Puis lentement ils s'approchent jusque à elle, hésitante, elle relève la tête retenant ses larmes.
Seule un fine goute d'eau échappée vient s'écraser sur le sol de la barque. Elle respire profondément et se relève elle tend sa torche qui s'enlace dans celle d'Altiof ne formant qu'une sous un épais nuage de feu.
La flamme prend corps et née sous la main de la rousse.

Altiof il est temps de lui adresser un dernier Adieu.

Elle fixe Fée, magnifique dans sa barque, un ange endormit. Elle se tourne vers Altiof haussant la tête en guise de mise à feu.
Hésitante comme jamais, elle avait eu bien du courage, avait vécu bien des pertes de personne qu'elle aimait tant, mais jamais elle n'en avait embrasé aucun.
Lentement les deux mains se lèvent jetant à l'unisson les torches sur la barque.
Cette dernière s'enflamme alors léchant de son souffle le corps de Fée.
Les cheveux brun de sa soeur s'embrase doucement.

Alors que la rouquine en reposant son bras contre son corps lâche un dernier.


Adieu, soeur de mon coeur.
Sophonxe a écrit:
Toujours à genoux au bord du lac, les yeux fermés, l'abbesse Sophonxe priait avec ferveur. Elle entendit cependant le crépitement du feu, lui indiquant que le brasier avait été embrasé. Elle entrouvrit les paupières, laissant glisser une larme, et continua à prier en silence, remuant les lèvres pour un dernier adieu à la jeune femme.
Robinwood a écrit:
Robin avait suivi le cortège silencieux, tout le monde suiviat le corps de fée, toujours sans mots dire il se placa de façon à faire un dernier adieu à son amie

Il murmura tout bas, rien que pour lui


Fée, tu a été, tu es et tu seras à jamais mon amie......
Korydwen a écrit:
Althiof était parti, il devait mettre le feu à la barque, sa main le suivit dans un dernier mouvement avant de retomber sèchement contre sa cuisse, elle le regardait. Elle était triste et malheureuse pour lui, elle savait que Fee comptait beaucoup pour lui, elle aurait du devenir la marraine de leur fils Timothée, mais le Très Haut en avait décidé autrement.

Jamais elle ne l'oublierait ce petit bout de femme, jamais après tout ce qu'elle avait fait pour lui, pour elle. Toujours les meilleurs qui s'en vont en premier. Comment pourrait-elle oublier celle qui une nuit, la sauva...

Elle regardait son époux, laissant larmes couler, il n'était pas là pour voir, elle les sècherait rapidement lorsqu'il reviendrait. Elle ne voulait pas lui montrer sa faiblesse, elle devait être forte pour lui. Elle regardait la barque s'enflammer...
diane a écrit:
Diane avait apprit le décès de son amie et était venue de Dax pour être la, une dernière fois, près d’elle.
Après avoir fait un détour par l’église et aperçu plusieurs personnes, elle avait préféré venir au lac.
Adossée contre un arbre, elle put voir arriver le cortège.
Se tenant loin des regards, Elle ne bougeait pas et attendait.
Son regard ne quittait pas le cercueil.
Son amie reposait maintenant en paix avec son fils…
Malgré cette maigre consolation, Diane était en colère, une rage mêlait de tristesse montait en elle.
Fée n’aurait jamais du mourir, pas comme ça …
Diane repensa à la vie de son amie, faites bien souvent de pleurs et de souffrances.
Le peu d’hommes que Fée avait vraiment aimé, n’avaient fait que la fait souffrir la détruisant un peu plus a chaque fois.
Jaz, Diane n’avait jamais réussi à le comprendre… Fée l’avait aimé d’un amour sans faille et lui avait même donné un fils. En vain, elle avait perdu son temps plus qu’autre chose à espérer qu’il lui revienne.
Ethan, après avoir sauvé et soigné Fée, celui-ci, avait fini par l’abandonner…
Fée ne méritait pas ça, elle avait peut être des défauts mais pas au point qu’on la fasse autant souffrir.
Diane repensa aux courriers d’insultes que son amie avait reçu.
Ces détracteurs avaient réussi, Fée avait capitulé … tout ça avait fini par l’user …
Un couple s’approcha de l’embarcation faisant sortir Diane de ses pensées.
Son cœur ce serra quand elle vit la barque en flamme s’éloigner doucement.
Puis, toutes les personnes présentes quittèrent les bords du lac et Diane en profita pour s’avancer.
Tout en regardant la barque qui s’était transformé en brasier, une phrase vint à Diane.
"Mervel da vevañ" (Mourir pour vivre)
Une larme coula sur sa joue.
Elle sentie une brise légère effleurer son visage tel une douce caresse, comme si son amie ne voulait pas que ses amis la pleurent .
Ou que tu sois, j’espère que tu es enfin heureuse ma petite Fée… tu le mérites tellement…
Diane resta un long moment son regard ne quittant pas les flammes qui recouvrait le corps de son amie.
Doucement elle retourna a sa monture.
un dernier regard au lac, il ne restait presque plus rien de l’embarcation.
Diane soupira puis reprit sa route le coeur lourd.

Jazon a écrit:
Jazon était resté au fond de l'église durant toute la cérémonie.
Il avait veillé le corps de Féeleone durant des heures aux hospices priant pour elle et pour leur fils.

Lorsque l'abbesse proposa à l'assemblée de s'exprimer, Jazon écouta mais qu'aurait il pu dire de plus ?
Ses amis et connaissances avaient résumé sa vie, leurs relations avec elle.
Fée avait tant donné pour les autres.....
Il ne voulait que garder cela à l'esprit et oublierait les insinuations dites par certains. Qui pouvait se targuer de ne pas avoir fait souffrir ou rendu un proche malheureux ?
C'était facile de juger en ayant qu'un seul son de cloche. Et humain aussi, car ils la défendaient, ils prenaient parti pour l'amie qu'elle avait été.
Mais après tout, ca ne les regardait pas.

Il sortit le dernier de l'église et suivi la procession jusqu'au parc du "banc des amoureux".
Il resta en retrait au bord de l'eau.

Jazon avait respecté le dernier souhait de Fée que lui avait révélé Viviane.
Il avait fabriqué ce bateau bucher mais il ne put se résoudre à devoir l'allumer. Ne plus laisser de traces de sa présence en ce monde, c'était ce qu'elle souhaitait mais elle ne pourrait jamais disparaitre de son coeur.
Il lui en avait voulu qu'elle fasse disparaitre ainsi leur fils mais il n'en avait rien dit ne voulant pas ajouter à sa peine.

Quand son grand ami de toujours et sa soeur de coeur qu'il avait reconnu mirent le feu au bucher, là, au milieu du petit lac,
une douleur l'étreignit l'obligeant à mettre un genou à terre. Il resta le regard fixé sur les flammes qui s'élevaient vers le ciel emportant l'âme de celle qu'il avait si mal aimé.
Le visage de Féeleone s'incrusta à cette vision et plusieurs autres apparurent qui les avaient cotoyés et entourés : Battopher, Guiguilee, Arcadiane, Puissantwoody et bien d'autres encore disparus ou qui s'étaient éloignés.... Venitia aussi !
Et cette autre femme avec qui elle s'était acoquinée et dont il n'avait pas apprécié les manières déplacées.
C'est comme si ils étaient venus la chercher ou lui rendre un dernier hommage.

Les gens peu à peu repartaient.
Jazon tourna la tête et vit une cavalière s'éloigner. Sa silhouette lui dit quelque chose mais il ne la remit pas.
Elle avait connu tellement de gens, Féeleone, de par sa fonction de maréchal et douanière et puis, plus tard, par son affiliation au groupe des "45".

Quand les restes fumants de la barque s'engloutirent dans l'eau, Jazon remarqua que sur la cape recouvrant son genou, il y avait des taches. Il porta la main à son visage et réalisa qu'il avait pleuré. Il essuya ses joues et posant une main à terre se releva.

Un dernier regard vers le lac. Un dernier au revoir......

*A Dieu Fée..... Sois enfin heureuse auprès de notre fils, dis lui combien je vous ai aimé, combien je vous aimerais toujours.*
Il porta sa main droite sur le coeur, baissa la tête dans une sorte de salut respectueux en leur mémoire à tous les deux, puis il tourna les talons et quitta les lieux.

La vie continuait malgré tout et Jazon savait que, là où elle était, Fée était enfin heureuse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Murat - Funérailles de feelone   

Revenir en haut Aller en bas
 
Murat - Funérailles de feelone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» [RP] Funérailles du sergent Krisk (22 mars 1457)
» 01.01/24.C.Les funérailles d'Alicia Arkin
» Funérailles officielles de notre chère Baba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Cathédrale de Clermont - Cérémonies diverses-
Sauter vers: