Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 D'une nuit mouvemantée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:31

Korydwen a écrit:
La Baronnie de Cournon se trouvait non loin de Clermont, la Baronne s’y était installée pour la fin de sa grossesse, elle souhaitait être au calme pour donner naissance à son troisième enfant. Un accouchement était toujours risqué, elle prenait le plus de précaution possible. Cela faisait plusieurs jours qu’elle s’y reposait, Eléa et Matthis veillant sur elle, ainsi que son tendre époux. Elle savait que plusieurs de leurs amis se trouvaient à Clermont, elle leur avait d'ailleurs proposer de venir à Cournon d'Auvergne, plutôt que de dormir dans une quelconque grande auberge de Clermont.

Cette journée avait été particulière, l’enfant qu’elle portait en son sein, c’était manifesté de nombreuses fois donnant de grand coup de pieds et de mains, comme si il se sentait à l’étroit dans le ventre maternelle. Korydwen n’avait pas réellement fait attention à cela, ces derniers jours n’avaient pas été de tout repos, entre les discussions en chambre des nobles, les voyages et puis les enfants qui tous les jours espéraient voir le petit être arriver.

Il était tard ce soir là, ou plutôt cette nuit là, Korydwen était occupée dans le bureau, elle écrivait, cela faisait plusieurs jours qu’elle planchait sur cette chose, elle espérait bientôt la terminer, mais rien n’en était moins sur. Le château était calme, seuls les serviteurs traversaient les longs couloirs pour changer de temps à autres une chandelle. Il faisait noir dehors, mais le ciel était étoilé, signe que le lendemain serait une belle journée. Alors qu’elle écrivait plusieurs coups de pied de l’enfant la perturbèrent, il était bien agité, elle passa doucement sa main sur son ventre, un premier câlin entre une mère et son enfant, en temps normal cela le calmait, mais cette nuit-là, l’enfant ne se calma pas. Il semblerait que l’humeur du rejeton soit plutôt à la fête. Korydwen sourit largement, elle avait un pressentiment, peut-être pour cette raison, qu’elle ne dormait pas ou pas encore. Elle serait fixée plus tard, le terme approchait à grands pas.

Elle finit par se lever, son enfant appuyant dangereusement sur sa vessie, déclenchant une envie assez pressente, elle posa plume et quitta le bureau pour traverser le long couloir et trouver le cabinet d’aisance, une Baronne à des envies tout aussi naturel qu’un gueux. Elle se glissa dans la petite pièce et s’occupa de ses petites affaires privées. Elle en ressortit un instant plus tard et traversa à nouveau le couloir passant devant les chambres de ses invités, Galswinthe une amie médecin, Feeleone une autre amie sage-femme qui l’avait aidé à mettre Matthis au monde, Beths sa vassale et amie, ainsi que Pierre son filleul, elle était sa marraine et se devait de veiller sur lui. Elle passa devant les chambres de ses enfants, à ce moment un grand coup de pied de la part du rejeton qui manqua d’arracher un hurlement de douleur à la jeune femme, Korydwen s’en mordit la lèvre pour éviter de crier et de réveiller tout le château, enfin surtout Eléa et Matthis qui ne l'aurait pas lâcher facilement...

Elle attrapa un bougeoir surmonté d’une chandelle et se dirigea vers sa chambre, son époux devait déjà dormir ou faire semblant et la surprendre comme il faisait quelques fois. Korydwen marchait doucement, supportant la gymnastique du rejeton. Pénélope était là, elle changeait les chandelles pour garder les couloirs du château lumineux durant la nuit. Korydwen posa doucement son bougeoir sur une petite table qui trônait sur le côté un beau vase en porcelaine dessus. Korydwen se demandait d’où il sortait lorsque son ventre se contracta en une terrible contraction qui fit qu’elle se mordit à nouveau la lèvre. Cette fois-ci elle avait réussi à se l’ouvrir, elle avait l’air bête, mais le pire allait arriver alors qu’elle allait avancer un liquide coula le long de ses jambes, elle s’était pourtant soulagée au cabinet d’aisance, elle avait donc une si petite vessie. Mais une deuxième contraction la faisant se plier en deux lui montra que le liquide était bien celui dans lequel son enfant baignait depuis maintenant presque neuf mois. Elle s’agrippa à la table pour ne pas se retrouver par terre faisant tomber le vase de porcelaine qui se brisa sur le sol dans un bruit effroyable. Comme c'était dommage un si beau vase... Korydwen se redressa pour reprendre son souffle et tenter d’appeler quelqu’un, mais une nouvelle contraction l’en empêcha, cette fois ce fut le bougeoir qui se retrouva par terre, la flamme de la bougie s’éteignant doucement en laissant une trace noirâtre sur le sol, pendant que la cire se répandait sur le plancher. Korydwen restait là, la main accrochée à la petite table, Pénélope au loin. Dans un effort incroyable, elle la regarda, crispée comme jamais et articula doucement la bouche en sang. Effort... Non pas parce qu'elle avait mal, mais parce qu'elle ne supportait pas la servante, elle allait envoyer la servante qu'elle pouvait le moins voir réveiller son époux... Elle aurait préféré croiser Mathilde, mais bon c'était comme ça.


Pé-né-lo-pe al-lez cher-cher mon é-poux Al-thi-iof s’il-vous-plait !

Elle la regarda d’une regard suppliant elle se tordait de douleur cet enfant semblait vouloir sortir et vite… Elle espérait que Pénélope irait réveiller son époux, après tout, elle l’aimait tellement… Avec tout son bruit, pour sur qu'elle allait réveiller tout le château... Après l'avoir plus ou moin détruit et manqué d'y mettre le feu...
Beths a écrit:
Etait-ce la douceur du foyer, la douceur de l’âtre qui exaltait sa chaleur, la douceur de l’édredon, ou bien un peu tout cumulé ? Toujours est-il qu’une femme dormait à poings fermées, les traits apaisés, une certaine sérénité sur son visage. Eut elle été un chat qu’elle aurait ronronné.

Parfois le sourire s’élargissait, le rêve devait être bien agréable. Rêve de grandeur et de Ducs imaginaires ? Rêve de beuveries entre compagnons ? Rêve d’expression et de vocalise ? Nul observateur s’il s’était trouvé là aurait pu le deviner.

Cela faisait maintenant deux nuits, trois jours, enfin quelque chose dans ce genre là que Beths s’était installée à Cournon.
Elle était venue visiter ses suzerains car elle avait bon nombre de questions à leur poser quant à sa nouvelle Noblesse : où étaient ses terres d’une part car en fait … elle ne le savait toujours pas avant d’arriver chez eux ! Comment trouvait-on du personnel fiable ? Comment faisait on pour faire travailler les autres ?
Toutes ses questions qu’elle pouvait avoir, la Baronne et le Baron de Cournon savaient y répondre.

Et puis elle avait aussi voulu leur faire une surprise avec sa visite.
Et puis, ils lui avaient proposé de rester, jusqu’à l’accouchement de Kory désormais tout proche, et elle avait accepté. Non sans réticence au départ. Elle adorait Kory, mais doutait d’être d’une grande aide. Elle n’avait assisté qu’à deux accouchements.
Celui de son amie Any, qui avait accouchée de Rodéric et Amaelle. Elle s’en souvenait comme si c’était hier. Quelle peur ils avaient tous eu, Alan, Guy, elle-même, de voir Any s’épuiser en mettant au monde ses deux enfants !
Et puis, plus récemment, l’accouchement de Mativa, son amie, son ancien prévôt, tellement incroyable et charmante qui avait, elle aussi, mit au monde deux beaux enfants. Las … tout trois n’étaient plus aujourd’hui, et Beths s’en attristait encore.

Oui, elle avait hésité à répondre favorablement à la demande de sa suzeraine. Elle ne se sentait pas à l’aise lors d’un accouchement, et puis quelle impuissance aussi ! L’accouchante souffrait pendant que les autres observaient en silence ou en lui prodiguant encouragements et conseils. Beths ne savait faire ni l’un, ni l’autre … n’ayant jamais connu les joies, enfin il parait que c’est une joie, de l’enfantement.

Mais sur la demande pressante de Kory, elle avait dit oui. Au pire, elle pourrait chanter pour couvrir les hurlements de la Baronne au moment critique.

Elle dormait donc du sommeil du juste, un doux sourire sur ses traits pour une fois tranquilles et calmes lorsque …



DLIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING BRAAAAAAAAAAAAM


Un son inhabituel d’objet qui se brise la fit se dresser immédiatement sur son séant poussant un petit cri étranglé.

Mais que se passait-il donc au château ? Attrapant aussitôt oreiller et épée pour malmener l’éventuel voleur qui aurait pu profiter du sommeil de chacun et de l’obscurité pour se glisser discrètement dans le château réaliser ses larbins.


Elle ouvrit violement la porte et sortit prestement. Tournant la tête à gauche et à droite dans le couloirs, elle put remarquer au loin, une forme vaguement ramassée et accrochée sur une table pendant qu’une servante poussait des cris stridents tout en faisant des gestes inconsidérés et larges.



Kory !!!


Elle lâcha aussitôt épée et oreiller, et en tenue de nuit, pieds nus, elle couru jusqu’à sa suzeraine.


Kory, c’eeesst … c’esstt le le .. le … le .. l’a… l’acc .. le .. bébé ?!


Quand elle avait dit qu’elle n’aiderait pas …

Beths lui jeta un regard désespéré. Et puis elle observa le lieu.
Un couloir. Non la Baronne ne pouvait pas accoucher dans un couloir.
On accouchait où en général ?

Gniiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!

Réfléchiiiiiiiiiiiis

Un lit!!!!!
Moui, un lit devrait faire l’affaire.



Tu ne peeeeuuux paas rester la.

Aaaappuiiis toi sssuuuuur mmooooaaa

Eettt indiiiique moi ta ta ta chaaaaammmmmbre



Beths en tremblait. Eh beh … quelle gourde ce n’était pas possible. Bon, elle amènerait Kory jusqu’à sa chambre et après elle irait réveiller les autres femmes ! Enfin celles plus compétentes quoi.
Tiadriel a écrit:
[Dans l'aile opposée]

Arrivés la veille, en fin de matinée, avec tante Ermeline, Tiadriel, Rick et Georges s'étaient installés dans la suite que les barons de Cournon leur réservaient lors de leurs visites au Château.

Cela faisait une dizaine de jour que leur fils avait vu le jour et ils étaient venus présenter leur progéniture au futur parrain du bébé. Et aussi ramener Ermeline dans ses appartements à Cournon.
Le couple ne voulait pas que leur tante manque la naissance du troisième bébé de la baronne de Cournon. Et vu l'état avancé de sa grossesse, la délivrance ne devait plus être loin.

Plusieurs invités étaient présents et les conversations avaient été très animées. Tiadriel avait été contente de voir son amie Beths, qui était devenue depuis peu, Dame de Gondole. Elle avait trouvé le nom curieux, mais n'en avait rien dit. Elle était ravie pour son amie.

Les journées de la jeune maman étaient surtout rythmées par les tétées de son fils. Il semblait prendre du poids correctement, ce qui la rassurait.
Elle faisait généralement une sieste en même temps que lui l'après-midi, histoire de rattraper le sommeil perdu durant la nuit.

Cette nuit là, elle était tombée comme une masse dans son lit, profitant de la douceur des draps et du matelas moelleux. Cependant quelque chose perturba son sommeil. Elle ne sut dire quoi. Quand elle ouvrit les yeux en plein milieu de la nuit, elle tendit l'oreille, mais tout semblait calme.
Elle se leva doucement pour ne pas réveiller Rick et alla jeter un oeil sur Georges. Il dormait paisiblement dans son couffin. Elle était loin de se douter de ce qui se préparait dans l'aile opposée...
Rick a écrit:
[Dans l'aile opposée]

Dix jours qu'ils avaient passé merveilleusement bien à découvrir leur nouveau rôle. Pas facile de devenir parents, mais Ermeline avait été d'un grand secours. Le temps était passé trop vite et la vieille dame avait besoin de retrouver le confort du château et la tranquilité dûe à son grand âge. Rick, accompagné de son épouse et de leur fils, avait donc ramené sa tante, la veille, en fin de matinée.

Après une folle journée où Georges fut le centre de toutes les occupations, les deux époux étaient montés se reposer dans l'aile gauche. Le jeune papa dormait d'un oeil, comme il le faisait maintenant depuis dix jours. En effet, il avait pris l'habitude d'assister aux repas nocturnes de son fils. Il en profitait pour parler avec son épouse et admirer son fils. Donc, cette nuit-là, il fut réveillé par Tia qui bougeait. Il ouvrit vaguement un oeil, étonné de ne pas avoir entendu l'enfant pleurer. Il chercha son épouse de la main, pour la rassurer. Peut-être faisait-elle un cauchemard comme avant de savoir sa grossesse. Mais la place chaude était vide. Il se retourna pour chercher son épouse du regard. Dehors, la nuit était claire et un peu de lumière filtrait dans la chambre. Il s'assit sur le lit.


Qu'est-ce qui se passe Tia ? Un soucis ? Georges va bien ?
Galswinthe a écrit:
Gals dormait paisiblement dans la chambre confortable que le baron et la baronne de Cournon d'Auvergne avaient fait préparer à son attention. Elle avait été conviée afin de veiller sur Kory qui allait bientôt mettre au monde son troisième enfant. Beths et Tiadriel étaient là et également Féeléone, qu'elle avait grand plaisir à revoir. Gals n'aurait à intervenir que pour aider un peu la sage-femme si besoin ou ou en cas de complications et elle priait Aristote pour que cela n'arrive pas.
Bien qu'elle fût fort à son aise, elle dormait comme à son habitude d'un sommeil léger. Puis... réveil en sursaut par un grand bruit. Gals se lève, inquiète se dirige vers la porte et l'entrouvre. Elle reconnut la voie de Kory :



Pé-né-lo-pe al-lez cher-cher mon é-poux Al-thi-iof s’il-vous-plait !


Elle court enfiler une houppelande à la va-vite sans prendre le soin de relever ses cheveux défaits et accourt pieds-nus dans le couloir. Elle y trouva Kory qui marchait avec difficulté, s'appuyant sur Beths. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre. Toujours terriblement anxieuse lorsqu'un accouchement arrivait, elle fît mine de ne rien laisser paraître afin de ne pas inquiéter Kory. Elle sourit.

Ca va Kory? tu crois que tu peux marcher encore un peu? Est ce que les douleurs sont très rapprochées?
Beths, je peux t'aider à la porter si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:31

--Elea. a écrit:
[Dans ma chambre de princesse nah !]

Eléa dormait depuis un long moment, son Papa l'avait envoyé de très bonne heure au lit, soit disant parce qu'elle était trop petite pour rester discuter avec les grands et boire un coup. Elle s'était endormie bien blottie sous les couvertures son doudou offert par sa marraine collé contre son ventre.

Elle tournait dans son lit certainement en faisant de beaux rêves, lorsqu'un grand bruit retentit de l'autre côté de la porte de sa chambre.


DLIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING BRAAAAAAAAAAAAM

La petite fille alors allongée sur le dos ouvrit grand les yeux d'un coup, tremblant légèrement se demandant ce que c'était ce bruit, il se redressa et se recroquevilla au fond de son lit, ramenant ses genoux vers son ventre tenant fortement son doudou.

Quoi ça ! Empêche Eléa de dormir ! Encore un garde fait des bêtises !

Eléa tendait l'oreille et essayait de se rassurer, mais ce n'était pas évident, elle entendit la voix de sa Maman, mais elle était vraiment bizarre. Elle appelait Pénélope, là c'était encore plus bizarre, Eléa savait très bien que sa Maman n'aimait pas Pénélope d'ailleurs, elle faisait toujours tout pour la faire tourner en bourrique cette servante.

Elle entendit d'autre voix, on s'occupait de sa Maman, mais pourquoi, elle avait un problème, mais un mot du dame retint son attention.


Bébé ? Quoi bébé ? L'est là ?

Eléa se leva brusquement et se dirigea à tâtons vers la porte de sa chambre et l'ouvrir doucement, regardant par l'entrebâillement, il ne fallait pas se faire voir, sinon elle risquait d'avoir des ennuis, il fallait que sa Maman s'en aille pour pouvoir aller chercher son petit frère et essayer de savoir de quoi il s'agissait et trouver le bébé... Mais pour le moment chut...
Feeleone a écrit:
Fée était arrivée le matin même à la Baronnerie de Cournon pour veillez sur l'accouchement de Kory .
Elle ne l'avait pas revue depuis qu'elle l'avait escortée dans le Ba depuis Loches .
Point prit de nouvelle non plus !
Peu de temps pour elle depuis on retour de Bretagne ou elle enchainait les escortes .Le BA ensuite retour à Mimizan pour une escorte un peu particulière pour à nouveau le BA ,Murat plus exactement .
Enfin c'était une excuse comme une autre elle aurait pu trouver un moment quand même .

Quand le pigeon de Al lui avait demandé de venir au domaine ,Fée n'avait pas hésiter à venir .
Elle avait trouvé Kory a son arrivée allongée ,le terme approchait et garder le lit lui était nécessaire .Elle avait l'air de bien se porter et point fatiguée .

Fée était sortie de sa chambre pour profiter de la fraicheur de la nuit ne trouvant pas le sommeil .Elle marchait tranquillement non loin de la demeure quand elle vit par les fenêtre la flamme vacillante d'un chandelle dans le couloir du haut .
Elle observa un moment mais rien .
Puis de dehors entendit un grand fracas ,comme un objet lourd tombant au sol .

*Kory*

Fée pensa immédiatement à elle .
Elle couru jusqu'au perron entra en trombe dans la demeure sans se soucier des gens présent ,monta à la volé les marche et arriva dans le couloir menant aux chambres .
Elle croisa une servante qui courrait dans le couloir .Plus aucun doute Kory allait avoir son bébé .
Dans le couloir des gémissements ,ceux de Kory ,le travail avait commencé a la voir ainsi pliée en deux .
Il y avait Beth qui la soutenait ,légèrement en panique .Gals arriva presque en même temps beaucoup plus calme .

Ca va Kory? tu crois que tu peux marcher encore un peu? Est ce que les douleurs sont très rapprochées?
Beths, je peux t'aider à la porter si besoin.


Fée arriva auprès des trois femmes.Kory était soutenue par Beth et l'emmenait doucement vers sa chambre afin de l'allonger au plus vite .
Il valait voir ou en était le travail ,c'était son troisième enfant et tout pouvait se passer très rapidement .Il serait dommage qu'elle accouche sur froid du sol.


Bonsoir ,alors Kory ,le travail à commencé il semblerait .
Quelqu'un a fait prévenir qu'on fasse chauffer de l'eau et qu'on apporte des linges propres ?
La cheminée est elle assez alimentée ?
Faudrait pas que le bébé prenne froid .


*Des questions ,encore des questions ,un vrai moulin à paroles .Mais tu vas te taire oui .*

Fée se mordit la lèvre ,elle ne voulait pas effrayer avec toutes ses questions ,ni donner l'air de donner des ordres à ces Dames ,quelle gaffeuse parfois .
Mais elle se sentait sur d'elle ,cela n'était pas son premier accouchement ,ni le premier de Kory donc elle était en confiance .
Beths a écrit:
[Un couloir du château de Cournon]



Alors que l’anxiété commençait progressivement à la gagner, elle faisait de son mieux pour soutenir Kory et la conduire … vers un lit. Au besoin, elle pousserait la première porte devant elle et au diable si ce n’était pas le bon lit, ou si la chambre était occupée ! L’occupant fera place et puis c’était tout !

Ca va Kory?


AAAAAAAaaaaaaah !


Elle ne put retenir un cri de surprise, ni un sursaut, tout en maintenant Kory lorsqu’elle entendit cette voix pourtant douce et féminine.
Jetant un œil par-dessus son épaule, elle reconnue Dame Gals.
Un immense soulagement la gagna. Ouf … Gals était la personne qu’il fallait : médecin, sereine, compétente … Kory était entre de bonnes mains.
Et là, comme par magie, Beths se sentit calme et en plein possession de ses moyens. Galswinthe devait posséder un don d’apaisement, sa seule présence était rassurante.

Et devant l’aide qu’elle lui proposait



Merci, et oui, portons là à deux, nous irons plus vite.

Alors qu’elle passait déjà un bras sous les genoux de Kory imitée par Gals, Fee apparue à son tour.
Et là le sourire de Beths s’agrandit encore un peu et ses yeux pétillèrent un instant. Kory avait parfaitement su gérer et faire venir auprès d’elle des personnes qui l’aideraient. Elles étaient toutes trois très différentes, mais une qualité les unifiaient, elles étaient capables de tout pour aider leurs amis respectifs.

Secouant la tête pour se concentrer sur les questions de Fee …



Non rien de tout cela n’a été fait !


Remarquant que la servante, servant qui avait un aide de gourde les yeux écarquillée et la bouche entrouverte, était toujours là, Beths l’apostropha


Hep vous la ! Pénélope c’est ça ?
Bon on arrête de bailler aux corneilles, on ferme sa bouche et on ouvre les oreilles.

Allez réveiller Althiof immédiatement. Ensuite faite chauffer de l’eau. Beaucoup d’eau. Allumez un feu dans la chambre de la Baronne. Appelez les autres domestiques aussi !

Et fissa !



Jetant un œil sur Kory qui se mordait les lèvres pour ne pas hurler, elle cru remarquer dans ses yeux, une lueur … d’amusement ?


Bon Mesdames, il faut que nous nous organisions.
Kory se charge de mettre au monde un beau bébé.
Beths sourit même si son cœur cogne fort contre sa poitrine. Crainte ? Emotion ?

Et nous ?


Qu’elle était lente cette servante … avait elle bien tout compris, est ce que tout serait fait ?
--Penelope a écrit:
Une journée de plus à Cournon mais depuis le retour de la guerre le château était animé en permanence. Et puis le baron était là très souvent préférant ne pas rentrer sur les bords du lac après de longues journées à la prévôté. Elle l'avait trouvé plutôt bizarre et ailleurs ces derniers temps. Il passait plus de temps Cournon et s'isolait dans le parc. Cela ne la génait pas qu'il soit là mais il semblait l'ignorer. Pourtant elle faisait toujours plein d'efforts pour satisfaire ses souhaits.

Ce soir là alors qu'elle s'apprêtait à aller se coucher, elle traversa le rez de chaussée quand elle entendit un grand bruit.

Elle fait demi tour et alla voir.


Arf qui peut bien faire autant de bruit à cette heure. Ca va réveiller monsieur. Quel gros maladroit !

Lorsqu'elle arriva elle ne reconnut pas de suite la baronne et manqua de se couper avec les bouts de vase. Il faisait sombre. Quelle idée de se balader sans bougie aussi.

Elle s'approcha :


Ca va pas bien ! Vous en faites du bru...

Elle se tut et reconnaissant la baronne. Son teint vira ua blanc, elle était à deux doigts de dire une bêtise.

Euh... Ca va madame vous avez besoin d'aide ?

La baronne la regarda avec un regard suppliant. Elle était pliée en deux accrochée à la table essayant de tenir sur ses jambes. Son regard était bien différent de d'habitude où elle la fusillait du regard mais guère plus rassurant. D'habitude elle l'ignorait mais là elle lui demanda de l'aide.

Pé-né-lo-pe al-lez cher-cher mon é-poux Al-thi-iof s’il-vous-plait !

Elle était paniquée.

Monsieur ? Le révei... le réveiller maintenant ? Mais je... euh... il doit dormir profondément.

Pourquoi est-ce qu'elle discutait de ça d'abord. Elle avait reçu une demande, un ordre en fait même si la baronne avait été polie. Elle la suppliait presque et elle se sentit encore plus mal à l'aise. Pourquoi sur elle ? Mathilde aurait été ravie d'aider sa maitresse. C'était sa dame de compagnie après tout. Elle devait encore faire des trucs avec l'Intendant.

Le temps qu'elle réagisser une dame avait fait son apparition bientôt suivie par deux autres qu'elle ne connaissait que de vue. Elles aidèrent de suite la baronne à se relever ce qui ne lui était d'ailleurs pas venu à l'esprit. Elle lui avait pas demandé aussi.


Hep vous la ! Pénélope c’est ça ?
Bon on arrête de bailler aux corneilles, on ferme sa bouche et on ouvre les oreilles.

Allez réveiller Althiof immédiatement. Ensuite faite chauffer de l’eau. Beaucoup d’eau. Allumez un feu dans la chambre de la Baronne. Appelez les autres domestiques aussi !

Et fissa !


Euh oui bien sûr. Je... je reviens tout de suite je vais le chercher.

Elle partit aussi vite que possible. Mieux valait ne pas trainer dans le coin les amies de la baronne risquait de ne pas être plus amicales avec elle. D'autant qu'elle avait encore montrer que si ça ne vient pas du baron elle rechigne à la tâche.

Elle se trompa d'abord de couloir rêvassant avant de se diriger vers la chambre.

Hum entrer dans sa chambre quand la baronne n'est pas là... Elle jugea bon avant de frapper de passer les mains sur sa jupe et de remettre son chemisier. Le sens des priorités vue l'urgence...

Elle frappa mais pas de réponse. Elle recommença sans plus de résultat puis se décida à entrer et s'approcha du lit et approcha la bougie du visage du baron.


Hum monsieur ! Excusez moi...

Pas de réaction. Elle se pencha et secoua son bras.

Monsieur réveillez vous la baronne a besoin de vous, je crois qu'elle va accoucher. Elle a demandé après vous.
Althiof a écrit:
Althiof dormait paisiblement. Il avait retrouvé la tranquillité depuis sa courte absence et surtout la joie de vivre qui l'habitait habituellement. L'envie de faire des choses aussi. Bientôt il y aurait des joutes avec tous leurs amis pis aussi surement un voyage quand Kory accouché.

Hum monsieur ! Excusez moi...

Il entendit à peine la voix, juste un vague bruit de fond mais soudain il sentit qu'on lui touchait le bras. Surement Kory qui s'était blotti contre lui mais ça recommença. Il ouvrit les yeux et tomba nez à nez avec Pénélope.

Monsieur réveillez vous la baronne a besoin de vous, je crois qu'elle va accoucher. Elle a demandé après vous.

Aaaaaaaaahhhhhhhhh ! Qu'est-ce vous fichez là ?

Il reprit un peu ses esprits et tira draps et couvertures sur lui vu sa tenue. Baronne ? Besoin de lui ? Accoucher ? Il faillit sauter du lit mais s'arrêta.

Accoucher ? J'arrive de suite !

Voyant que Pénélope ne semblait pas disposée à bouger.

Ne restez pas là ! Elle vous aura bien donné des consignes. Dépêchez vous et faites prévenir mes amies Fée et Gals elle aura plus besoin d'elles que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:32

Korydwen a écrit:
Couloir du château.

Elle était pliée en deux et elle voyait bien que Pénélope ne semblait pas décider à bouger, elle devait être heureuse de voir la Baronne l'implorer. Alors qu'elle se tenait le ventre d'une main, et qu'elle tentait de rester plus ou moins debout en appuyant son autre main sur la petite table Beths arriva. Un léger sourire crispé, mais sourire quand même.

Kory, c’eeesst … c’esstt le le .. le … le .. l’a… l’acc .. le .. bébé ?!

Korydwen regarda Beths hochant de la tête, en signe de oui, en même temps cela se voyait, elle sourit tout en se mordant la lèvre et sentant ce doux goût de sang. Beths semblait faire ses vocalises en temps normal la Baronne aurait éclaté de rire, oui sa vassale avait le don de la faire rire.

Tu ne peeeeuuux paas rester la.

Aaaappuiiis toi sssuuuuur mmooooaaa

Eettt indiiiique moi ta ta ta chaaaaammmmmbre


Elle la regarda crispée, oui elle ne pouvait pas rester là, mais avancer ça semblait légèrement compromis sauf si on la laissa ramper à terre, drôle de scène. Elle posa doucement sa main qui reposait auparavant sur son ventre sur l'épaule de Beths et tenta de se relever, à ce moment une deuxième personne arriva... Gals...

Un sourire serein de la Baronne pour ma dame médecin, elle avait appris à connaître Gals et l'appréciait de jour en jour d'avantage.


Ca va Kory? tu crois que tu peux marcher encore un peu? Est ce que les douleurs sont très rapprochées?
Beths, je peux t'aider à la porter si besoin.


Korydwen regarda Gals, ouvrant la bouche, laissant une goutte de sang suivi de plusieurs de ses soeurs, cherchant à pouvoir placer un mot par-ci, par-là entre deux douleurs...

Euh... Bein... Bof... Mieux... Connu... T'vois... Marcher... Euh p'tre... Pas... AIIIIIIIIIIIIIIIII, sur... Aiiiiiiiiiiiiiie Gniiiiiiiiiii Gmumpf.... Rhaaaaaaaaaaaa !

Elle se mettait à faire ses vocalises à son tour, ne cherchant pas à imiter sa vassale, mais niveau sonore ça devait s'en approcher. Elle regarda les deux femmes se demandant comment se passerait la suite, on avait beau dire quand on voyait une Église, les autres c'était la même chose, mais un accouchement, t'avais beau en avoir un ou eux à ton actif, les suivants seraient forcément différents.

Elle soufflait de plus en plus fort, sentant quelques gouttes de sueur perler sur son visage, elle grimaçait... Puis Fee finit par arriver, Kory était ravie de la voir, de voir celle qui l'avait aidé pour la naissance de Matthis. Même si la dernière fois qu'elle l'avait vu, elle avait été très odieuse avec elle, des joues qui rosissent légèrement en la voyant approché se sentant un peu honteuse...

Bonsoir ,alors Kory ,le travail à commencé il semblerait .
Quelqu'un a fait prévenir qu'on fasse chauffer de l'eau et qu'on apporte des linges propres ?
La cheminée est elle assez alimentée ?
Faudrait pas que le bébé prenne froid .


BonSOIIIIIIIIIIIIIR

Elle l'aurait bien saluée normalement, mais une douleur aiguë dans le bas du ventre l'obligea à hurler, heureusement Beths qui la soutenait était habituée aux hurlements... Pauvres oreilles sinon... Elle avait de la voix la Baronne quand elle voulait... Elle ne répondit pas aux questions parce qu'elle n'en savait strictement rien et que de nombreuses douleurs l'empêchaient de s'exprimer sans hurler et à cette vitesse, elle risquait de voir débarquer tout le château...

Elle regarda Beths s'énerver contre Pénélope, elle était contente la Baronne, parce qu'elle était molle, alors qu'elle lui demandait d'aller chercher le Baron et qu'elle savait très bien que Pénélope n'avait d'yeux que pour lui. Alors que les trois femmes essayaient de la transporter vers un lit. La Baronne ouvrit la bouche, parce que vu la direction, elle risquait de se retrouver dans la chambre d'Eléa.

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan ! Pas... Pas lààààààààààààààààààà ! Eléaaaaaaaa chaaaaaaaaaaaaaambre !

Elle espérait s'être fait comprendre malgré ses beuglements, des chambres ce n'était pas ce qu'il manquait à Cournon. Elle pointa son bras en direction d'une chambre qu'elle savait non occupé, sa chambre était bien loin dans l'autre aile... Elle risquait de fatiguer ses trois porteuses du jour...
Pierre_de_roanne a écrit:
Entrée du Château.

Cela faisait bien longtemps que le jeune Duc n'était point venu en BA. Il se devait de visiter tout les personnes que ses parents connaissait.

Après avoir fait le tour de la ville de Murat; Pierre prit le parti d'aller voir sa marraine, Kory, dans leurs derniers échanges, elle lui avait apprit sa grossesse. Il ne savait pas quand était prévu le therme, mais cela ne devait pas trop tarder.

Arrivé devant le château, il posa pied à terre, Fouc le camp, fidèle à lui même, baissa la tête direction l'herbe grasse du côté de la porte.

Une fois introduit dans le château, Pierre attendit tranquillement que quelqu'un vienne le voir.
--Mathilde a écrit:
Quartier des serviteurs de Cournon.

Mathilde se reposait et ne faisait pas de truc avec l'Intendant comme le pensait très souvent Pénélope, d'une part parce que l'Intendant il était pas très beau à regarder et d'autre part il était déjà amoureux d'une servante *Ma Deleine* elle habitait juste à Agen, mais elle allait venir à Montpensier, il la verrait plus souvent et Pénélope lui casserait moins les pieds avec l'Intendant.

Des cris la firent sursauter, elle se leva d'un bond et s'apprêta à se diriger vers l'endroit à l'origine de tout ce bruit. Elle quitta les quartiers des serviteurs alors qu'un garde l'interpella, elle se tourna pour le regarder et l'écouter, un visiteur, en pleine nuit étrange. Quoi que la Baronne avait dit qu'un jeune homme risquait à passer, il s'appelait Pierre de Roanne, c'était son filleul visiblement. Peut-être était-ce lui qui après un long voyage n'arrivait que maintenant.

Elle attrapa une torche et descendit accueillir le visiteur nocturne.


Baronnie de Cournon, entrée du château.

Mathilde entendait les hurlements de la Baronne et ça lui glaçait légèrement le sang, elle s'approcha du visiteur. Il paraissait bien jeune, cela devait être Pierre.

Bonsoir messire. Mathilde servante au domaine. Vous tombez au mauvais moment, je crains que la Baronne ne soit pas au meilleur de sa forme pour vous recevoir...

Mathilde se tourna vers les escaliers. Comment pouvait-elle annoncer ça.

Vous devez être Pierre ?... Si je ne me trompe pas. La Baronne m'avait dit que vous passeriez un jour.

Elle ne savait pas trop où emmener le jeune homme, peut-être dans ses appartement dans un premier temps ensuite, sachant que la Baronne ne peut mettre au monde l'enfant qu'entourer de femme, elle irait chercher le Baron pour qu'il tienne compagnie au jeune homme.
Pierre_de_roanne a écrit:
Toujours dans l'entrée, en charmante compagnie

Pierre avait trouvé un tableau représentant un paysage enneigé, il était devant quand une jeune femme apparu.

Pierre regarda tout d'abord ce joli brin de femme, des cheveux ondulant jusqu'au bas des reins, des boules blondes reflétant les lueurs des bougies.

Elle s'avança vers lui


Bonsoir messire. Mathilde servante au domaine. Vous tombez au mauvais moment, je crains que la Baronne ne soit pas au meilleur de sa forme pour vous recevoir...


Il aurait du se douter que dans son état, sa marraine aurait du mal à le recevoir, de plus, aussi tard. Mais cela ne faisait rien, l'essentiel pour lui était de se sustenter, et de trouver un peu de compagnie.

elle continua


Vous devez être Pierre ?... Si je ne me trompe pas. La Baronne m'avait dit que vous passeriez un jour.


Il lui sourit,

Je suis effectivement Pierre, et je vois que je ne tombe pas à point nommé, pourriez vous me dire ce qu'il se passe, enfin, dites moi si ma marraine se porte bien je vous prie.

Il continua à regarder avec insistance la jeune femme, elle semblait gênée, mais pourquoi, il ne le savait.
--Mathilde a écrit:
Baronnie de Cournon, entrée du château.

[i]Le jeune homme se tenait devant lui et Mathilde le regardait légèrement gênée, c'est vrai qu'il était charmant, mais bien trop jeune pour elle. Elle reprit ses esprits, secouant légèrement la tête.


Je suis effectivement Pierre, et je vois que je ne tombe pas à point nommé, pourriez vous me dire ce qu'il se passe, enfin, dites moi si ma marraine se porte bien je vous prie.

Mathilde réfléchit un instant, cherchant comment tourner la chose au mieux, elle respira un grand coup, avant de prendre la parole. Elle tacha de ne pas le faire trop attendre, avec ces cris l'on pouvait s'imaginer tout un tas de chose.

Et bien il semblerait que votre marraine la Baronne donne naissance au nouvel héritier de la famille cette nuit. Elle allait bien... Ses amis Dame Feeleone sage-femme, Dame Gaslwinthe médecin et Dame Beths sa vassale doivent l'entourer à l'heure qu'il est. Elles sont arrivées il y a quelques jours, pour attendre le jour de la naissance...

Elle espérait avoir été assez rassurante, elle ne voulait surtout pas l'effrayer. Elle sourit et réalisa ensuite que le visiteur devait avoir soif et faim et comme les hommes n'étaient pas admis...

Puis-je vous proposer à boire ou à manger... Pour patienter et vous remettre de votre voyage. Je préviendrai le Baron de votre arriver... Les hommes n'étaient pas accepté lors de l'enfantement, il pourra vous tenir compagnie et... Peut-être que le temps lui paraîtra moins long.

Mathilde patienta attendant la réponse du jeune filleul de la Baronne, réfléchissant à ce qu'il restait à manger, avec les festins de ces derniers jours, elle n'avait pas réellement de soucis à avoir quand à la boisson, il paraîtrait que la cave du Baron soit bien remplie...
Galswinthe a écrit:
[Dans le couloir]

Gals aidait Beths à amener Kory jusqu'à la chambre. Féeléone arriva alors et prît immédiatement les choses en main. On pouvait bien avoir suivi toutes les études de médecine possibles, rien ne valait l'expérience et les gestes sûrs de ces femmes qui aidaient à mettre au monde les enfants dans les villages.
Beths semblait après un moment de panique avoir trouvé une attitude un peu plus sereine. Elle houspilla la servante afin qu'elle aille vite réveiller le baron, faire chauffer de l'eau, mettre du bois dans la cheminée et préparer des linges propres comme Fée l'avait demandé.
Puis elle dit :


Bon Mesdames, il faut que nous nous organisions.
Kory se charge de mettre au monde un beau bébé.
Et nous ?


Gals lui répondit très calmement :

Je pense que nous devrions suivre les instructions de Fée et l'aider si elle en a besoin. Vous savez, elle a l'habitude et sait exactement quoi faire. N'est-ce pas Fée? Cela me fait d'ailleurs tellement plaisir de te revoir.

Elle sourit, puis repris :

Et vous savez Dame Beths, juste être là pour soutenir une amie qui met au monde un enfant, lui tenir la main c'est déjà beaucoup. Je veillerai à ce que tout se passe bien.

Puis s'adressant à Kory:

Courage ma belle, nous sommes presque arrivées. Je suis certaine qu'Al ne tardera pas.
Feeleone a écrit:
Toujours dans le couloir mais on approche de la chambre .Faut faire vite !!

Beths et Gals à emmener Kory dans la chambre qu'elle avait montré du doigt .Elles s'étaient diriger au départ vers la mauvaise chambre .Fée avait légèrement comprit qu'il s'agissait de la chambre de leur fille ainée Eléa .C'est paroles vinrent juste après un bonsoir grinçant ,sans doute une douleur au même moment .

Les voila bifurquant dans la bonne direction .
Beths avait l'air tendue encore plus que la futur maman ce qui fit sourire Fée .
Gals tentait de la rassurer au mieux .


Je pense que nous devrions suivre les instructions de Fée et l'aider si elle en a besoin. Vous savez, elle a l'habitude et sait exactement quoi faire. N'est-ce pas Fée? Cela me fait d'ailleurs tellement plaisir de te revoir.

Fée la main sur la poignée de la chambre se tourna vers son amie Gals .


Moi aussi je suis ravie de te revoir Gals et toi aussi Beths surtout dans des circonstances aussi joyeuse qu'une future naissance .
Nous allons installer Kory au mieux dans son lit .Ensuite Gals et moi lui tiendrons la main pendant que toi Beths tu l'aideras à donner naissance au bébé .


Fée retint un rire qui lui montait dans la gorge en voyant la tête de Beths sa phrase à peine finit .Fée n'avait pu s'empêcher .
Elle adorait taquiner Beths .
Mais voyant aussi l'affolement dans le regard de Kory ,Fée rectifia de suite .


Je plaisantais Beths .
Tu restera à ses cotés pour l'encourager et lui tenir la main ,on a toujours besoin d'une main surtout celle d'une amie dans un moment comme celui la .



Enfin dans la chambre !!!!!!


Fée ouvrit la porte et les trois femmes pénétrèrent à sa suite .
On installa Kory au mieux dans le grand lit ,nombreux coussins dans son dos pour la soutenir .
Un feu crépitait dans la cheminée .
Fée espérait que l'eau et les linges propres arriveraient bientôt .
Elle regarda Kory qui grimaçait sous l'effet de chaque douleurs ,Fée posa ses mains sur son ventre .Elle voulait évaluer le temps entre chaque douleurs.
Son ventre se tendit et devint dur ,une douleur qui dura ,toujours à palper ,Fée ressentit une nouvelles contraction du ventre de Kory .
Le travail avançait rapidement .
Le bébé ne tarderait pas .


Kory va falloir vous allonger complètement ,il faut que je vous examine ,les douleurs sont très rapprochées .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:33

--Elea. a écrit:
[Dans ma chambre de princesse nah !]

La petite fille regardait toujours ce qui se passait dans le couloir, mais les hurlements de sa mère commençaient à l'effrayer. Elle n'avait pas l'habitude de l'entendre s'exprimer ainsi, si ça avait été Beths, ça aurait été plus que normal. Quand elle allait voir son Papa quand il était prévôt, bein la dame, elle criait. Même que les grands ils disaient qu'elle s'epxrimait. Cette dame c'était la vassale maintenant. Eléa ne savait pas trop ce que c'était.

Puis sa Maman hurla son prénom, la petite fille en trembla, elle était vraiment bizarre cette Maman, il fallait aller voir ce qui se passait et pourquoi ne pas aller réveiller le frangin. Matthis était dans la chambre juste à côté, mais le problème c'était les grandes personnes qui stationnaient dans le couloir...

[Couloir et chambre du frangin]

Elle attendit qu'ils se décident enfin à emmener sa maman dans une chambre visiblement. La petite fille en profita pour se glisser hors de sa chambre et s'aventurer dans le couloir, elle entendait des bruits de voix, celle de Mathilde et d'un homme, celle des femmes de tout à l'heure et des bruits de pas aussi. Elle se dépecha d'ouvrir la porte de la chambre de son frère et se glissa à l'interieur, seule la lumière du feu éclairait la pièce et le petit garçon dormait comme une masse dans son lit cage.

Encore une idée de Papa ça, c'était pour éviter que Matthis se sauve dans la nuit, cet espèce de lit avec des barreaux de partout. Eléa s'approcha et secoua son frère doucement pour le réveiller.


Houhou Matthis debout !

Mais voyant que son frère ne se réveillait pas, elle commença à taper sur ses joues doucement et tirer un peu ses cheveux... Là si le frère ne se réveillait pas, elle ne s'appelait pas Eléa !
Pierre_de_roanne a écrit:
Entrée du château, mon ventre gargouille

Fort bien élevée, son interlocutrice resta calme et sereine face à ses regards poussés. Elle lui donna une explication qui soulagea Pierre.


Et bien il semblerait que votre marraine la Baronne donne naissance au nouvel héritier de la famille cette nuit. Elle allait bien... Ses amis Dame Feeleone sage-femme, Dame Gaslwinthe médecin et Dame Beths sa vassale doivent l'entourer à l'heure qu'il est. Elles sont arrivées il y a quelques jours, pour attendre le jour de la naissance...


Vous me voyez ravi de savoir qu'elle est bien entouré, dame Féeleone est quelqu'un de confiance, je sais que tout se passera bien,
dit Pierre qui se voulait rassurant.

Le ventre de Pierre commencer à hurler famine quand la jolie femme lui demanda.



Puis-je vous proposer à boire ou à manger... Pour patienter et vous remettre de votre voyage. Je préviendrai le Baron de votre arriver... Les hommes n'étaient pas accepté lors de l'enfantement, il pourra vous tenir compagnie et... Peut-être que le temps lui paraîtra moins long.


Se serait avec plaisir, dame...euh.....comment dois je vous nommer madame ?

Un sourire malicieux, il continua

Un repas me ferait le plus grand bien, et je serais ravi de rencontre monsieur le Baron, on m'a tellement parlé de lui. Il doit être bien en soucis.

N'oubliez pas nous laisser à disposition un peu de vin, cela nous aidera à attendre l'heureux dénouement.


Fit il dans un clin d'oeil.
--Matthis. a écrit:
Ma Chambre à moi, mais dérangé par ma peste de soeur...

Le petit garçon dormait depuis très longtemps, plongé dans un sommeil profond dans les bras de morphée, il n'avait pas entendu les bruits du couloir, que cela soit le vase qui tombe ou les hurlements de sa mère. Son rêve devait être beaucoup plus interessant, encore des chevaliers avec des dragons et des princesses, le seul intérêt du garçonnet.

Alors qu'il tournait, tournait et se retournait dans son lit, un rêve mouvementé, il n'entendit pas sa soeur entrer et encore moins l'appeler.


Houhou Matthis debout !

Il agita son bras dans le vide, comme si le son de la voix de sa soeur l'embêtait. Mais une main se glissa et commença à lui tapoter les joues. Il grogna doucement mais la main monta et commença à tirer ses cheveux, ça faisait mal ça. Il ouvrit grand ses yeux et se tourna pour découvrir sa soeur.

Eléaaaaaaaaaa ! Mais ça va pô ta tête ! Tu veux me le z'ahhacher mes seveux ! Tu veux ze soit 'omme Tonton ! Sauve ! Pace que quelqu'un a z'ahhacher ses seveux !

Le petit garçon se frotta les yeux et se rendit compte qu'il faisait encore noir, et bien noir seul la cheminée illuminait la pièce.

'Ouquoi tu 'iens la nuit ? Tu l'avoi' peu' de la nuit ? Moi z'veux do'mi !

Puis des bruits de pas attirèrent l'attention de Matthis, il se releva dans son lit et s'accrocha aux barreaux.

Quoi ce b'uit Eléa ?

Matthis chercha comment sortir de cette cage, vraiment son Papa avait de mauvaises idées... Il tendit son bras vers une chaise.

Eléa chaise steu plé !

Il attendit que sa soeur approche la chaise et grimpe dessus pour l'aider d'une façon tout à fait acrobatique à sortir du lit. Le petit garçon se retrouva par terre, il s'allongea sur le ventre et glissa sa main sous son lit pour en sortir une épée en bois. Il se redressa et glissa son épée dans ses braies pour qu'elle tienne toute seule, pas très pratique mais bon.

Bon tu dis à 'oi 'ouquoi tu l'êtes là ?
Beths a écrit:
[Entre un couloir et une chambre]


Elles soutenaient, portaient, aidaient la future maman à se diriger vers le la chambre, le lit où elle mettrait au monde son troisième enfant.
Beths, étrangement, était calme. Enfin ... relativement calme.
En quelques secondes, elle tenta de faire le point. Non, non, elle ne paniquait pas, nulle angoisse ne la tiraillait et lui faisait perdre ses moyens. Elle était certes tendue, mais ... c'était à peu près tout. C'était ... étonnant ... elle n'était jamais à l'aise lors d'accouchement en principe.
Etait ce la présence concertée de Gals et Fee ?
Très certainement.

D'autant plus que Gals était rassurante.


Et vous savez Dame Beths, juste être là pour soutenir une amie qui met au monde un enfant, lui tenir la main c'est déjà beaucoup. Je veillerai à ce que tout se passe bien.

Oh Merci Dame Gals. Et euh, et si, vu les circonstances, nous passions au tutoiement ? Enfin


Beths marque une hésitation. Franchement, est-ce bien le moment ?
Elle atteignaient la chambre aux délivrances, lorsqu'une remarque de Fee l'empêcha de poursuivre plus en avant ses réflexions.



Ensuite Gals et moi lui tiendrons la main pendant que toi Beths tu l'aideras à donner naissance au bébé .

Le calme relatif qu'elle affichait semblait disparaitre en un instant. Enfin surtout ses yeux s'écarquillèrent et sa bouche forma un joli "oh" d'étonnement, mais un joli "oh" silencieux ... la future maman était suffisamment bruyante pour ne pas ajouter au chant musical ambiant.

Mais les rires de Fee, Gals, et le gloussement de Kory, lui firent comprendre ... ben ... que c'était juste une boutade.

Elle soupira de soulagement alors que la porte était ouverte, et qu'elles avançaient pour installer Kory dans un grand lit.

Voyant les coussins, elle ne put s'empêcher de rire. Devant la mine interrogatrice de ces Dames


Planquez les coussins si Al vient nous rejoindre!


La bonne humeur régnait dans la pièce rythmée par les halètements de Kory.
Beths suivit sagement les conseils de Fee et de Gals.

Lorsque Fee précisa qu'elle devait examiner Kory, Beths sentit une certaine gène la gagner.
Et elle compris qu'il valait mieux qu'elle sorte, les accouchements pouvant la rendre ... fébrile ? Et puis vue son expérience dans ce domaine ...
C'est donc bredouillant qu'elle ajouta ...



Euh ... la .. la servante revient pas.

Euh

Je vais chercher l'eau. Toute propre!

Et ... et les linges !!



Les yeux fixés sur Kory allongée et grimaçant, Beths commença à reculer doucement jusqu'à la porte. Elle n'arrivait pas à détacher ses yeux de la scène.
Pourquoi donc fallait il que la femme souffre pour enfanter ?
--Mathilde a écrit:
Baronnie de Cournon, entrée du château, puis cuisine.

Mathilde sourit au jeune homme, il ne semblait pas inquiet et semblait connaître la réputation de dame Feeleone. Elle savait que la Baronne ne faisait pas venir n'importe qui au domaine et encore moins n'importe quand. Tout était bien réglé et organisé...

Se serait avec plaisir, dame...euh.....comment dois je vous nommer madame ?

Dans la légère panique dans laquelle se trouvait Mathilde elle avait oublié de se présenter, enfin si elle s'était présentée mais n'avait pas dit au jeune gomme comment il pouvait l'appeler.

"Mathilde... Comme tout le monde ici." Elle le regarda en souriant, lorsqu'elle l'entendit continuer, il souhaitait voir le Baron et boire un peu de vin, ce n'était pas ce qu'il manquait après tout.

"Bien suivez moi à la cuisine alors."

Mathilde accompagna le jeune homme dans la cuisine et lui proposa de prendre place. Elle s'activa sortant un peu de potage de légume et une bonne pièce de viande. Elle déposa le tout sur le table avec un peu de pain et fila dans la cave du Baron pour en sortir une bonne bouteille de vin. Elle remonta assez rapidement posa la bouteille sur la table sortit plusieurs verres au cas où d'autres personnes descendent, ouvrit la bouteille et en servit un verre à Pierre.

"Je vous laisse commencer à festoyer tranquillement, si vous avez besoin de quoi que ce soit faites le moi savoir. Je vais tâcher de trouver le Baron et de le prévenir de votre visite."

Mathilde quitta la cuisine laissant la porte ouverte et monta à l'étage et commença à se promener dans les couloirs, la porte de la chambre d'Eléa était ouverte, celle de Matthis aussi... Ils étaient réveillés et devaient magouiller quelque chose... La baronne était bien entourée sa présence n'était donc pas indispensable... Le baron n'était pas là, elle se dirigea vers sa suite...Espérant le croiser pour le prévenir...
Tiadriel a écrit:
[Dans l'aile opposée]

C'était malin, elle avait réussi à réveiller Rick. Elle se sentit comme une petite fille prise en faute et arrêta tout mouvement quand elle entendit :

Qu'est-ce qui se passe Tia ? Un soucis ? Georges va bien ?

Elle avait même arrêté de respirer. Pourquoi ? Aucune idée ! Elle était entre le lit et le couffin telle une statue. Une oeuvre digne des plus grands maîtres...
Elle reprit normalement sa respiration, se sentant vraiment ridicule d'avoir eu une telle réaction, relachant tous ses muscles tendus. C'était Rick, de quoi aurait-elle pu avoir bien peur ? Etrange parfois... certaines réactions incontrôlées...


Non, tout va bien. Il dort, ne t'inquiètes pas. Rendors-t...

Avait-elle entendu crier ? Elle n'en était pas très sûre. Elle enfila ce qui lui tomba sous la main, en l'occurence, ses braies, ses chausses et... la chemise de Rick. Elle se dirigea vers la porte à la lueur des flamèches qui crépitaient doucement dans l'âtre. Si elle n'avait pas été préoccupée, elle aurait sûrement ajouté une bûche supplémentaire dans la cheminée.
Elle ouvrit doucement la porte, tendit l'oreille et se figea. Une série de cris se fit entendre, résonnant dans les couloirs. Mais le pire, c'est qu'elle en avait reconnue la propriétaire... Kory...


Rick, je vais voir ce qu'il se passe. Occupes-toi de Georges, s'il te plait. De toute façon, si c'est le bébé qui arrive, tu ne seras pas autorisé à t'approcher. Je t'aime !

Elle referma la porte derrière elle, lui laissant à peine le temps de répondre. Elle n'entendit pas vraiment sa réponse et n'en attendait pas vraiment. Elle était inquiète... Elle voulait se dépêcher d'aller voir, mais...
Elle se retrouva dans le noir. Où était passé ses foutues chandelles ? Elle tatônna un moment dans le couloir avant d'arriver à une partie plus éclairée... Tiens d'ailleurs, c'était bizarre, la lumière se rapprochait...
D'un peu plus près, elle reconnut Mathilde. Elle ressemblait à quelque chose elle, pas comme Tiadriel qui avait enfilé... Enfin bref !


Ah bonjour Mathilde ! Vous savez ce qu'il se passe ? Kory va avoir son bébé ?
--Mathilde a écrit:
Couloir, dans l'aile opposée dans une plus ou moins agréable obscurité...

Mathilde avançait doucement dans le couloir une bougie à la main, les chandelles n'étaient pas éclairées, mais qu'est-ce que pouvait bien faire les serviteurs chargés de l'éclairage des parties communes du château. Mathilde irait les houspiller plus tard. Pour le moment, il fallait trouver messire le Baron.

Alors qu'elle avançait dans le couloir, elle rencontra Tiadriel et en fut très surprise, non pas qu'elle ne savait pas que la jeune femme séjournait au domaine, mais elle ne s'attendait pas à la voir. Enfin surtout habillée de cette façon avec des cheveux légèrement en pétard.


Ah bonjour Mathilde ! Vous savez ce qu'il se passe ? Kory va avoir son bébé ?

Mathilde regarda Tiadriel, sa patronne au Dispensaire. Elle réfléchit un court instant se demandant par quoi commencer.

"Bonjour Tiadriel. Euh pour résumé la situation qui a l'air plus où moins sous contrôle... Il semblerait que la Baronne enfante cette nuit, elle est avec Dame Feeleone, Dame Galswinthe et Dame Beths visiblement... Je cherche messire le Baron, Pierre le filleul de Madame est arrivé il n'y a pas longtemps... Et il semblerait que la jeune Baronne et le jeune Baron magouillent quelque chose..."

Mathilde se demandait si elle avait été assez clair et pas trop confuse, l'heure tardive de la nuit n'aidant en rien à la réflexion et il en venait difficile à garder les yeux ouverts. Voyant que la pauvre Tiadriel n'avait pas de chandelle...

"Il y a des chandelles sur le petit meuble au bout du couloir, prenez en une... Il semblerait que certains serviteurs soient en grève cette nuit."

Mathilde sourit à cette deuxième réflexion et attendit un mouvement de Tiadriel pour continuer ses recherches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:34

Korydwen a écrit:
Entre un couloir et une chambre pour finir enfin dans un lit et souffrir un peu moins ?

Le transport ne fut pas des plus agréable et il fallait au moins trois personnes pour déplacer la volumineuse Baronne, quelle idée d'avoir un ventre aussi gros, l'enfant s'était merveilleusement bien développé, en même temps ces derniers jours elle avait très bien mangé... Même tout au long de sa grossesse elle avait bien mangé.

Elle écoutait le plus attentivement possible les paroles des dames, essayant d'attraper un mort par-ci par-là. Ce fut d'abord Gals qui s'adressa à elle.


Courage ma belle, nous sommes presque arrivées. Je suis certaine qu'Al ne tardera pas.

Du courage, oui il lui en fallait, mais la porte n'était plus très loin, juste répondre par un...

VouiiiiiIIIIIII et une fois de plus elle ne put terminer de s'exprimer sans crier parce qu'une nouvelle contraction venait de la surprendre. Par contre elle ne put retenir la grimace qui était sortie naturellement en entendant que Beths l'accoucherait, elle ne l'avait pas fait exprès, et n'avait rien contre Beths, mais elle voyait très mal sa vassale l'accoucher...

En entendant que c'était une plaisanterie, elle sourit faiblement et manqua de rire, mais avec son mal de ventre chronique ce n'était pas extra. Elle savait que Feeleone plaisantait facilement. Elle sourit à Feeleone pour lui montrer que sa blague l'avait amusé et légèrement détendue.

Elle s'installa ensuite du mieux qu'elle put sur le lit, caler avec des coussins. Mais Beths ne se sentait pas très à l'aise. Elle décida de quitter la pièce et de chercher ce que la servante devait chercher, elle s'occuperait donc de broyer la pauvre main de Gals... Elle respirait doucement, regardant Beths reculer... Elle se demandait bien ce qu'il se passait au château, elle entendait des bruits de pas...
Tiadriel a écrit:
[Dans le couloir de l'aile opposée, en vadrouille]

Tiadriel se demandait ce qu'avait pu penser Mathilde en la voyant vue la surprise qui s'était peinte sur son visage. Elle n'avait peut-être plus le nez au milieu de la figure ?

"Bonjour Tiadriel. Euh pour résumé la situation qui a l'air plus où moins sous contrôle... Il semblerait que la Baronne enfante cette nuit, elle est avec Dame Feeleone, Dame Galswinthe et Dame Beths visiblement... Je cherche messire le Baron, Pierre le filleul de Madame est arrivé il n'y a pas longtemps... Et il semblerait que la jeune Baronne et le jeune Baron magouillent quelque chose..."

Si la situation était presque sous contrôle, c'était plutôt engageant. Et Kory était bien entourée. Ce qui l'intriguait un peu plus, c'était ce que pouvait préparer les enfants. Ils avaient dû, eux aussi, être réveillés par les cris de douleur de leur mère...

"Il y a des chandelles sur le petit meuble au bout du couloir, prenez en une... Il semblerait que certains serviteurs soient en grève cette nuit."

Mathilde avait l'oeil et le bon. Elle lui sauvait la mise, elle ne serait pas obligée de continuer à tâton. Elle lui en fût très reconnaissante.

Merci beaucoup, pour les explications et pour les chandelles. Je vais aller m'en chercher une tout de suite. J'espère que vous trouverez mon parrain. A plus tard...

Arrivée au petit meuble, elle prit précautionneusement une chandelle et continua vers l'aile droite. Elle regardait partout, histoire de ne pas louper Eléa ou Matthis si toutefois, ils passaient par là.
Elle se demandait aussi où pouvait bien être Kory, mais en suivant ses cris, elle devrait la trouver assez facilement. Elle pourrait peut-être se rendre utile à quelque chose...
--Penelope a écrit:
Pénélope se tenait toujours là sans se rendre compte de l'étrangeté de la situation ou plutôt elle se moquait bien de ne pas se trouver une fois de plus à la place où elle aurait dû être mais cette fois elle ne tarda pas comprendre.

Ne restez pas là ! Elle vous aura bien donné des consignes. Dépêchez vous et faites prévenir mes amies Fée et Gals elle aura plus besoin d'elles que moi.

Pour une fois ça avait été clair même pour elle.

Euh oui monsieur... De l'eau bien chaude... J'y cours... Veuillez m'excuser je suis confuse de vous avoir déranger.

En fait pas du tout mais les filles ça trouvait toujours des bonnes excuses pour pas avoir d'ennui. Elle se retira en marche arrière. Non pour ne pas tourner le dos à son maître mais bien au cas où celui ci se lèverait avant qu'elle ne soit sortie mais il n'en fut rien.

Que devait-elle faire déjà ? Ah oui de l'eau chaude. Elle descendit rapidement les escaliers, harpenta des couloirs et se rendit en cuisine où Cuistot commençait déjà de préparer quelques plats pour le lendemain. Du pain maison aussi vue la bonne odeur.


'Soir Cuistot ! Ca a l'air bon, je peux goûter ?

Devant le regard du cuisinier qui visiblement n'aimait pas être dérangé elle attrapa un morceau et l'avala. Son visage s'adoucit quand elle se dirigea avec un chaudron vers le feu qu'elle remplit d'eau. Il n'avait pas l'habitude de voir de jeunes demoiselles en cuisine en dehors de la petite baronne qui venait chaparder un pot de confiture. Pis faut dire que Pénélope n'était pas ce qu'on pourrait appeler une bonne soeur à voir sa tenue bien trop affriolante pour une domestique.

Toute fière d'elle, Pénélope se dépêcha de retourner vers la chambre où on avait installé la maîtresse. Elle croisa en sortant cette peste de Mathilde qui accompagnait un homme qu'elle ne connaissait pas. C'était pire qu'un moulin ce château.

Pis à peine arrivée à la chambre que déjà elle se prenait des remarques désagréables. Elle avait juste fait ce qu'on lui avait demandé.


Euh ... la .. la servante revient pas.

Je vais chercher l'eau. Toute propre!

Et ... et les linges !!


Voici l'eau bien chaude Madame mais j'ai pas de linge vous m'avez pas dit.


Vi vi c'était pas rapide mais en plus ça reflechissait pas. Nul doute que le retour de la part de Beths décoifferait.
Althiof a écrit:
Althiof avait attendu que Pénélope s'en aille pour se lever et s'habiller rapidement se rendant à peine compte qu'il avait mis sa chemise à l'envers mais bon ça n'avait guère d'importance. Son épouse allait accoucher et il devait se dépêcher pour al rejoindre encore qu'il ne savait même pas où elle était.

La tête dans le paté (pour rester poli ^^) il avait oublié de demander mais Pénélope n'avait pas non plus préciser d'elle même.

Il sortit de sa chambre et chercha une tête connue. Des bruits provenaient d'un peu partout. A se demander si on était dans un château en pleine nuit ou sur la Grande Place de Clermont la foule en colère après une énième connerie du Duc.

Il reconnut au loin sa filleule qui semblait se diriger vers l'autre aile du château pour aller chercher quelqu'un mais qui ? Fée ? Gals ? Beths ou un autre invité qu'il n'avait pas encore vu ? Ou alors vérifier que les deux zigotos dorment à poings fermés.

L'autre personne était Mathilde. Enfin quelqu'un qui pourrait le renseigner.


Mathilde ! Vous pouvez venir s'il vous plaît ? Qu'est ce que c'est que tout ce rafut. C'est pas des conditions pour mettre un enfant au monde.

Et puis où se trouve mon épouse ? Est-elle entourée ? A t-on fait chercher tout ce dont Fée aurait besoin ?

Et par pitié trouvez moi l'origine de tout ce capharnaüm.


En fait du bruit il n'y en avait pas tant que ça c'était juste le château qui s'était réveillé d'un coup et qui s'activait mais si y'a bien une chose qu'Al n'appréciait pas c'était bien être réveillé dans son sommeil et même s'il était peu probable qu'il y ait un jour meilleure raison il n'avait encore pas fait vraiment le rapprochement et était bougon.

Il avait même jeté un oreiller pour se calmer mais sans le visage de Beths à la réception ça n'avait pas eu l'effet escompté.
--Elea. a écrit:
[Dans la chambre du frangin, puis le couloir au bruit de pas]

Eléa attendait sagement que son frère se réveille, enfin sagement en lui tirant les cheveux, mais la méthode était plutôt efficace.

Eléaaaaaaaaaa ! Mais ça va pô ta tête ! Tu veux me le z'ahhacher mes seveux ! Tu veux ze soit 'omme Tonton ! Sauve ! Pace que quelqu'un a z'ahhacher ses seveux !

Eléa le regarda grand sourire sur son visage.

Je te remercie mais ma tête va très bien ! J'veux pas te l'arracher les cheveux ! J'veux te réveiller et toi t'entendais pas moi !

Eléa lui fit une grosse grimace tirant ses joues avec ses mains et lui tirant la langue, louchant légèrement.

'Ouquoi tu 'iens la nuit ? Tu l'avoi' peu' de la nuit ? Moi z'veux do'mi !

Parce que j'ai envie de venir la nuit ! J'ai pas peur, j'suis pas un bébé j'te dis ! M'en fiche tu dors pas !

Eléa croisa les bras et tapota le sol avec son pied droit, fixant son frère, histoire de lui montrer que c'était l'aînée de la bande et que c'était donc elle le chef.

Quoi ce b'uit Eléa ?

Eléa voyant que son frère semblait enfin s'intéresser au réel but de sa venue, à savoir les bruits dans la maison.

J'sais pô moi ! Mais j'ai entendu Maman crier et la dernière fois crier comme ça c'est parce que tu voulais sortir de son ventre !

Eléa voyait qu'elle commençait à intéresser de plus en plus son frère vu que ce dernier cherchait visiblement à sortir de son lit cage. Elle approcha la chaise dans un bon gros bruit de grincement sur le plancher, elle grimpa dessus et aida son frère à sortir de son lit. Les deux enfants de nouveau sur le sol, elle en profita pour remettre en place ses cheveux qui lui étaient passés devant les yeux, pendant que son frère cherchait une épée en bois.

Bon tu dis à 'oi 'ouquoi tu l'êtes là ?

Bein euh c'est pour aider Maman qui crie et voir pourquoi ? Tu viens ?

Eléa ne laissa pas le temps de répondre à son frère et l'attrapa par le bras pour l'embarquer en dehors de sa chambre, il y avait moins de bruit de pas dans le couloir. Eléa ouvrit d'avantage la porte et sortit tenant son frère et là... Ils tombèrent sur leur Tata Tia... Gloups...

B'soir Tata...
--Mathilde a écrit:
Couloir, dans l'aile opposée dans une plus ou moins agréable obscurité...

Elle venait de finir d'expliquer la situation à Tiadriel et la laissa partir s'assurant d'abord qu'elle avait bien trouvé les chandelles, l'accouchement suffisait à lui seul, pas besoin d'en rajouter.

Elle s'approchait doucement de la chambre du Baron, elle croisa Pénélope qui était légèrement perturbée, mais toujours aussi cruche, certainement le fait d'être aller voir le Baron qui dormait... Dès que l'on parlait du Baron, elle prenait une attitude niaiseuse. Ce qui faisait plus ou moins rire Mathilde, alors qu'elle allait s'approcher, on l'appela et visiblement c'était le Baron.


Mathilde ! Vous pouvez venir s'il vous plaît ? Qu'est ce que c'est que tout ce rafut. C'est pas des conditions pour mettre un enfant au monde.

Et puis où se trouve mon épouse ? Est-elle entourée ? A t-on fait chercher tout ce dont Fée aurait besoin ?

Et par pitié trouvez moi l'origine de tout ce capharnaüm.


Elle s'approcha du Baron et attendit qu'il est terminé pour lui répondre. Le seul problème c'est qu'elle n'entendait pas les bruits dont il parlait.

"Votre épouse se trouve dans une des chambres de l'autre aile, mais je ne sais pas exactement laquelle. Dames Feeleone, Galswinthe et Beths sont déjà auprès d'elle je suppose qu'elles ont le nécessaire... Pardonnez moi messire Baron mais de quel bruit parlez-vous ? Le château est calme maintenant... Le gros bruit de tout à l'heure n'était fait que des hurlements de votre femme et du vase qu'elle a cassé..."

Elle regardait le Baron et en failli oublier la chose essentielle... Le pourquoi elle le cherchait.

"Votre femme est entre de bonne main, toute fois je crois que l'accès à la chambre vous sera interdit jusqu'à la délivrance, les dames veulent être au calme... Et Messire Pierre de Roanne, le filleul de votre épouse est arrivé au château, il n'y a pas longtemps... Il se sustente à la cuisine... Il vous attend... Je lui ai proposé de vous tenir compagnie en attendant que votre épouse mette au monde votre héritier..."

Mathilde était un peu nerveuse, elle espérait ne pas avoir blesser le baron en lui refusant l'accès à la chambre où elle mettait l'enfant au monde, mais c'était mieux pour tout le monde et il ne fallait pas laisser un invité seul...
--Georges a écrit:
[Dans la chambre avec mon papa]

Georges, du haut de ses quelques jours, oui, il n'avait pas encore un demi-mois, le 'tit bonhomme, dormait à poings fermés dans son couffin. Il était bien au chaud et rêvait de sa dure journée. Manger, se faire langer, regarder un peu tout autour, la vie floue en noir et blanc, c'était fatiguant. Il fallait bien ensuite qu'il fasse un gros dodo. Il en profitait donc pleinement.

Cependant... Cependant, il ne sait pas ce qui le réveilla, mais il fût dérangé au milieu de la nuit. Il n'avait pas encore faim, sa maman lui avait donné à manger, il n'y avait pas longtemps. Il se mit à gazouiller doucement, juste pour voir si quelqu'un dormait.


Blblblblbl, baabababababaaaa, dadadadadaaaa !

Il en racontait des choses, mais s'il avait un auditoire, c'était encore mieux. Il se mit à gigoter vigoureusement dans son couffin. Heureusement que celui-ci était stable sinon, il se serait retrouvé à l'envers...

Agaagagabebebebebebe !
Pierre_de_roanne a écrit:
Dans la cuisine

La jeune femme se prénommait Mathilde, joli prénom pensa t'il.

"Je vous laisse commencer à festoyer tranquillement, si vous avez besoin de quoi que ce soit faites le moi savoir. Je vais tâcher de trouver le Baron et de le prévenir de votre visite."

Je vous remercie douce Mathilde, je vais attendre le baron ici.


Il regarda partir la dite Mathilde et déposa ses yeux sur la pièce de viande devant lui.

Il sortit sa dague et coupa une belle tranche de jambon, il y avait des miches à portée, il en prit deux et commença à manger.

le vin était divin, décidément, sa marraine savait recevoir. Il continua à manger en attendant la venue du futur père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:35

Tiadriel a écrit:
[Dans le couloir animé]

Elle regardait partout, sauf peut-être là où elle posait les pieds. Mais bon, dans un château, la nuit, pas de risque. Oui, normalement. C'était oublier que Kory était passée par là et avait laissé une surprise ! Elle posa son pied, heureusement chaussé, quelle bonne idée elle avait eu de mettre ses chausses, elle posa donc son pied sur une flaque ! Elle manqua glisser et s'affaler de tout son long, mais par un heureux hasard ou bien un grand coup de chance et après une magnifique gymnastique pour ne pas perdre l'équilibre, elle évita la chute magistrale.
Un peu tremblante, renonçant à identifier la chose se trouvant par terre, elle respira profondément pour s'en remettre. Elle avait même réussi à ne pas faire tomber sa chandelle. Aristote était avec elle cette nuit. Ça ne pouvait être que cela.

Elle repartait, faisant un pas de côté pour plus de sécurité, quand...


B'soir Tata...

Elle baissa les yeux sur Eléa, un peu surprise de la trouver là. La petite fille semblait un peu embêtée. Tiadriel lui sourit, cherchant Matthis des yeux. Il ne devait pas être loin. Elle ne connaissait pas cette aile du château et ne savait donc pas d'où elle sortait comme ça.

Bonsoir ma puce ! Alors, toi aussi tu as été réveillée par les bruits de tout à l'heure ? Ton petit frère dort ?

Elle n'allait quand même pas lui dire que Mathilde l'avait informée qu'elle soupçonnait les deux enfants de préparer quelque chose.
Rick a écrit:
[Dans la suite de Rick et Tia - Aile gauche]

Rick avait dû surprendre Tia car elle avait suspendu ses mouvements comme si le temps s'était arrêté. La scène était magnifique : Tia dans sa semi-nudité arrêtée en plein milieu de la pièce ressemblait à une statue grecque.

Non, tout va bien. Il dort, ne t'inquiètes pas. Rendors-t...

Elle ne prit pas la peine de finir sa phrase car quelque chose l'avait suppris dans la nuit. Et son instinct de maréchale de police avait pris le dessus. D'ailleurs, elle prit tous les vêtements qui lui tombaient sous la main pour s'habiller. Puis, elle ouvrit la porte et là de grands cris se firent entendre, mais pas n'importe quels cris. C'était sa soeur qui hurlait de douleur. Le jeune homme avait déjà rejeté le drap pour se lever à son tour, quand Tia prit les choses en main.

Rick, je vais voir ce qu'il se passe. Occupes-toi de Georges, s'il te plait. De toute façon, si c'est le bébé qui arrive, tu ne seras pas autorisé à t'approcher. Je t'aime !

Elle avait déjà refermé la porte sans lui laisser le temps de dire quelque chose.

Bon et bien moi aussi, je t'aime...

Rick se gratta la tête en se demandant ce qu'il allait faire maintenant. Il était totalement réveillé et il n'était plus question pour lui de se rendormir. De toute façon, maintenant, il entendait le brouhaha dans le couloir. Tia avait sûrement raison : le bébé arrivait. D'ailleurs en parlant de bébé, il venait d'entendre le sien gazouiller. Il se leva donc et alla jusqu'au couffin et là, il sourit.

Georges était réveillé.

Blblblblbl, baabababababaaaa, dadadadadaaaa !

Coucou mon bébé...

Agaagagabebebebebebe !

Et bien ! Eh bien ! Te voilà réveillé p'tit bonhomme... ça te dirait de venir avec papa ?

Georges se mit à nouveau à gazouiller de plus belle et à parler. Le jeune père prit donc cela comme une réponse. Il prit avec toutes les précautions qui s'imposaient son fils dans ses bras. Puis, il se dirigea vers le lit et s'assit dessus. Une main derrière la tête de son fils et une autre tenant ses reins, Rick se mit à sourire au petit être.

Eh bien mon fils, ta maman vient de louper une merveilleuse occasion de passer du temps avec toi. Ta taty Kory va sûrement mettre au monde un cousin ou une cousine... Un bébé comme toi, mais c'est toi le plus beau...

Rick était en pleine admiration devant la frimousse de ce trésor.

Vous allez pouvoir en faire des bêtises tous les deux réunis. Et vous allez même pouvoir faire un concert ensemble...

Rick sourit à cette idée. Cela allait donner dans les couloirs de Cournon au début. Ce serait à qui mieux mieux... Le jeune homme aimait voir son fils gazouiller et lui parler dans son langage. Il remonta son genoux et cala son fils dessus pour pouvoir libérer une main et amuser son fils. Il commença par bouger la main devant lui en chantonnant un petit peu. Puis, avec son index, il joua sur les lèvres de son fils pour le faire rire. En tout cas, lui il était heureux. Pour une fois qu'il avait le trésor pour lui tout seul, il n'allait pas bouger de la pièce sauf cas de force majeure.
--Elea. a écrit:
[Couloir]

Eléa cachait son petit frère derrière elle, sa tata ne l'avait pas vu. Elle sourit et essaya de l'attendrir avec un beau sourire.

Bonsoir ma puce ! Alors, toi aussi tu as été réveillée par les bruits de tout à l'heure ? Ton petit frère dort ?

Eléa tira doucement son frère par le bras et le montra à sa tatie.

Il est là Matthis ! Il était caché. Lui dit la petite fille avec un grand sourire aux lèvres.

Oui, c'était derrière la porte de moi ! Maman elle a crié... J'sais pas c'qu'elle a... Alors avec Matthis on veut l'aider et la sauver...

Eléa regardait sa tante, espérant obtenir son aide. Elle la regarda et lui posa une question.

Tu sais pourquoi ma Maman elle crie ? Mon papa il est où ? Il va aider ma Maman ? C'est le bébé, il fait du mal à Maman ? Il est pas très gentil...

La petite fille était un petit peu angoissée, elle regardait sa tante et pour une fois elle n'avait pas de bêtises derrière la tête. Elle se demandait bien ce qui se passait dans ce château et pourquoi ils couraient tous... Ca fiche le bazar les bébés !

Est-ce qu'on pourrait voir Maman ?
--Georges a écrit:
[Dans la chambre avec mon papa]

Chouette, il avait réussi à attirer quelqu'un. Il croyait que ça serait Maman mais non, c'était Papa. Papa, il était gentil, mais il piquait quand il faisait les bisous, alors que Maman, elle avait toujours la peau douce.

Coucou mon bébé...

"Papa, il a craqué ! Je ne suis pas bébé, moi, je suis Georges !"

Et bien ! Eh bien ! Te voilà réveillé p'tit bonhomme... ça te dirait de venir avec papa ?

"Oui, oui, je dors pas. Je vais te dire un secret, je crois qu'il se passe des choses bizarres...
Oui, je veux bien venir. Elle est où Maman ?"


Puis son papa le prit dans ses bras et le cala bien. Il était content. Il lui faisait la conversation comme un grand.

Eh bien mon fils, ta maman vient de louper une merveilleuse occasion de passer du temps avec toi. Ta taty Kory va sûrement mettre au monde un cousin ou une cousine... Un bébé comme toi, mais c'est toi le plus beau...

"Ben, je veux la voir moi. Où elle est ? Tatie Kory ? Ah, c'est la dame qui sent bon et que j'ai rencontré hier ? Celle qui avait un tout gros ventre ? Un cou-zin ? Matthisssssssssssssssssssssssss ! J'veux voir Matthis aussi !
Oui, je sais que je suis beau, Maman, elle me le dit tout le temps !"


Il faisait des risettes à son papa. Les adultes, ils aimaient bien quand il essayait de faire des trucs avec sa bouche. P't-être des 'tites bulles ?

Brrrrrrrrrr, brrrrrrrrrrrr, brrrrrrrrrrrrrr, brrrrrrrrrr, brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

Vous allez pouvoir en faire des bêtises tous les deux réunis. Et vous allez même pouvoir faire un concert ensemble...

Il ne savait pas ce que c'était qu'une bêtise, mais s'il avait le droit d'en faire, c'est que ça devait être chouette. Et un concert, non plus, il ne savait pas ce que c'était. Il essayait de se souvenir mais il ne voyait pas où il aurait pu entendre ce mot... Il regarda son papa les yeux tout grand ouvert en gigotant.
Puis son papa fit quelque chose de bizarre, il bougea la main et chantonna. Il aimait bien ça. C'était drôle. Puis, il voulut encore des risettes et comme il l'avait bien diverti, Georges accepta de lui en faire d'autre. Il était rigolo son papa, il faisait le clown.

Puis, soudain, une drôle d'odeur flotta dans l'air. Georges se sentit à l'étroit dans son lange et pas très à l'aise. Il commença à râler. Il y avait urgence, il fallait faire quelque chose. Il se mit à chouiner.


Ouin, ouin, ouin, ouin, ouinnnnnnnn !
Tiadriel a écrit:
[Dans le couloir avec Eléa & Matthis]

Il est là Matthis ! Il était caché.

Et il était bien caché. Tiadriel ne l'avait vraiment pas vu derrière sa soeur, pourtant avec son épée glissée dans ses braies, il ne passait pas inaperçu.
Elle écouta la suite avec beaucoup d'attention.


Oui, c'était derrière la porte de moi ! Maman elle a crié... J'sais pas c'qu'elle a... Alors avec Matthis on veut l'aider et la sauver...

La sauver ? Eléa avait dû avoir une sacrée frousse... La jeune femme s'accroupit pour se retrouver à la hauteur de la fillette. Avant tout, tenter de la rassurer, elle et son petit frère.

Tu sais pourquoi ma Maman elle crie ? Mon papa il est où ? Il va aider ma Maman ? C'est le bébé, il fait du mal à Maman ? Il est pas très gentil...

Oui ma puce, je sais pourquoi ta maman crie. Je ne sais pas où est ton papa, mais Mathilde est partie à sa recherche. Mais tu sais, ton papa ne pourra pas aider ta maman. Elle va avoir le bébé et seules les dames sont autorisées à rester avec elle. Fée, Gals et Beths sont avec ta maman et prennent soin d'elle. Elle ne risque rien.
Et le bébé ne fait pas de mal à ta maman. C'est plutôt son ventre qui pousse le bébé dehors et ça, c'est douloureux. C'est pour ça que ta maman a crié tout à l'heure.


Elle espérait que ça diminuerait l'angoisse de la fillette. Elle ne savait pas quoi lui dire de plus pour la rassurer. Elle la serra très fort dans ses bras.

Est-ce qu'on pourrait voir Maman ?

Non ma puce, pas tout de suite. Ta maman doit d'abord mettre le bébé au monde. Mais après vous pourrez aller la voir, Matthis et toi. D'accord ?
En attendant, on pourrait descendre tous les trois à la cuisine et aller boire un grand bol de lait chaud ? Vous êtes d'accord ?
Rick a écrit:
Rick était aux anges. Son fils répondait favorablement à ses bêtises. Plus il faisait le clown et plus Georges riait.

Brrrrrrrrrr, brrrrrrrrrrrr, brrrrrrrrrrrrrr, brrrrrrrrrr, brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

Son fils lui faisait des risettes et il admira les petites fossettes qui se formaient sur son visage. Et puis soudain, Georges commença à se débattre et à forcer. Ah ben là, le pauvre papa était dans la mouise, son fils était à peu près dans la même chose mais Rick était embêté. Il avait bien regardé Tia faire à chaque fois et il avait pris note mais il s'était toujours arrangé pour ne pas le faire. Son épouse faisait ça tellement bien. Et là, il y avait un soucis, Tia était partie en exploration dans le château en pleine nuit, en le laissant seul avec Georges. Et son fils avait décidé de prévenir son père qu'il avait fini sa commission.

Ouin, ouin, ouin, ouin, ouinnnnnnnn !

En tout état de cause, il ne pouvait pas laisser le petit dans cet état. Il fallait donc qu'il le change. A la cabane, il avait tout prévu pour l'arrivée du bébé et il avait fait un petit meuble en bois pour le changer. Là, rien n'était prévu. Il ne pouvait pas le faire sur le bureau, ni sur la table du petit salon. Il dû donc se résigner à le faire sur le lit.

Bon, réfléchissons ! Comment faire dans ce cas-là ?

Un tel chamboulement et ça vous met sans dessus dessous toute la nuit d'un homme. Il remit la main sous les reins de son fils et il l'installa au milieu du lit.

Attends ! Bouge pas de là Georges ! Je reviens...

Il sauta à bas du lit et à pas très rapide, il récupéra le sac de Georges. Bon, il allait falloir mettre en application tout ce qu'il avait vu faire par Tia. D'abord, installer une serviette pour pas salir tout le lit. Ensuite préparer un lange propre. Voilà, il était prêt...

Il mit Georges sur la serviette et détacha le lange.


Pouahhh ! Ah ben je comprends fiston que tu étais pas bien là dedans !

Il éloigna le lange souillé, nettoya son fils et mis un nouveau sous les fesses de Georges. Puis, il prit un petit pot de crème que son épouse mettait toujours sur les fesses du petit. Il prit donc une noisette dans sa main et l'étala délicatement. Il était temps de rhabiller le petit rejeton mais avant, Rick avait très envie de faire rire son fils. Il se pencha donc vers lui et lui fit des bruits bizarres sur son ventre. Des poutous très sonores qui eurent l'air d'enchanter le petit garçon. Après quelques minutes de ce traitement rigolo, le jeune papa réajusta la tenue de son fils. Puis, il le remetta bien au milieu du lit, le temps d'éloigner définitivement le vêtement de son fils. Il aurait été dommage que son épouse mette le pied dedans en voulant se recoucher. Cela aurait fait mauvais effet dans le lit... Et puis, il pensait aussi à lui, si elle avait voulu mettre ses pieds glacés contre lui, en revenant près de lui.

Bref, il ramassa le vêtement en se demandant ce qu'il allait en faire. Il se dirigea vers la fenêtre, l'ouvrit et secoua le lange dehors. Il irait le nettoyer plus tard. Il se posa pas la question de savoir où était tombé le gros besoin de son fils. Si quelqu'un était sous leur fenêtre à ce moment-là, bien mal lui en aurait pris. Il coinça le vêtement comme il put pour pas qu'il s'envole et retourner jouer avec son fils.... Il le reprit délicatement dans ses bras et se remit sur le lit pour lui faire des calins.

Il se penchait vers son fils et caressait le visage de Georges avec son nez. Il lui faisait de grands sourire.


Ah ! On était mieux, maintenant qu'on était tout propre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:35

--Georges a écrit:
[Dans la chambre avec mon papa clown, le roi du lange]

Bon, réfléchissons ! Comment faire dans ce cas-là ?

Au moins, il avait compris. Georges l'écouta réfléchir à haute voix. Les autres fois, c'était toujours Maman qui lui changeait ses langes. Mais là, pas de Maman ! D'ailleurs, elle était où ? Il ne le savait toujours pas...
Papa avait l'air perturbé par cette nouvelle mission au combien importante du changement de lange. Au moins, ce n'était pas à la recherche du lange propre perdu, c'était déjà ça.

Son papa le laissa bien au milieu du lit. Heureusement qu'il était encore petit, il ne pouvait pas aller bien loin, ses muscles n'étaient pas encore assez costauds pour faire se qu'il aurait bien aimé. C'est à dire partir en exploration à la recherche de Maman... Seule solution, patienter, manger comme un goinfre (désolé Maman) tous les jours qu'Aristote faisait (il ne savait toujours pas qui c'était d'ailleurs...)


Attends ! Bouge pas de là Georges ! Je reviens...

Il patienta donc essayant d'attraper ses pieds avec ses mains, mais emmailloté comme il l'était, c'était difficile. Et puis ne pas bouger... C'était comme demander, hum... à un aveugle de voir... Impossible !
Son papa, revenu d'expédition pour trouver le sac magique, le sac de Georges, le sien donc, le changea. Et pour une première fois, il fallait dire qu'il avait fait ça bien. Il se retrouva tout propre, les fesses au sec. C'était tellement plus agréable.
Puis il fit quelque chose de bizarre, des drôles de bruit sur son ventre ! Ça piquait un peu, mais c'était rigolo. Il était aux anges, gazouillant de plus belle. Mais il finit par arrêter, dommage, il en voulait encore. Il râla un peu...

Son papa le remit au milieu du lit pour aller faire Aristote seul savait quoi. Il joua avec une fenêtre faisant entrer le froid dans la chambre. Georges frissonna légèrement. Puis il revint et lui fit des chatouille avec le drôle de truc qu'il avait au milieu de la figure, son nez !


Ah ! On était mieux, maintenant qu'on était tout propre...

Atchoum !

Il éternua sur son papa. Puis il se frotta les yeux. Ça piquait un peu. Et il commençait à avoir faim. Faire le fou avec Papa, ça ouvrait l'appétit. Il râla un peu. Il voulait voir sa maman. Il voulait manger ! Il chouina et mit ses deux doigts dans la bouche et les suça doucement. Peut-être que ça lui ferait oublier qu'il avait faim.
--Matthis. a écrit:
Couloir avec Tatie Tia

Eléa avait fait le chef et expliqué la situation Matthis sortit son épée en bois pour la montrer à Tiadriel, il pouvait aller sauver Maman avec cette épée en bois, parce qu'avec il était un vrai chevalier. Il l'écouta parler et voyait bien que sa soeur avait eu peur, en plus elle voulait voir sa Maman, bon lui aussi mais bon.

Quelqu'un d'autre l'intéressait au château, un petit être qui devait devenir dans le futur son escuyer. Il regarda sa Tatie.


Z'ont peu pas voi' Maman alo' ! Hum... Ze peux aller voi' Zeorges ?

Matthis regardait sa Tatie, avec un grand sourire, ses mains derrière le dos, bien droit, les yeux bien rond, légèrement brillant d'envie. Il espérait qu'elle veuille bien, comme ça elle pourrait rester avec Eléa et le bol de lait.

Et apès ze 'evient pou' voi' le bébé ? Acco' ? Z'espèhe ça seha un ga'çon... Z'ai dézà une soeu' !
Rick a écrit:
[Indiana Georges et son père, dans un château immense ! Mission : à la recherche du sein perdu]

Son fils venait d'éternuer. Rick n'avait pas pensé à cela en ouvrant la fenêtre. Ce château c'était bien, c'était animé, surtout la nuit et plein de serviteur pour vous aider, mais qu'est ce que c'était froid. Et le jeune papa qui avait ouvert la fenêtre. Il était vraiment inconscient. En plus, maintenant, le petit semblait avoir faim. Cela faisait un moment que Tia était partie, et surtout cela faisait un moment que Georges avait avalé sa dernière têtée.

Et si on essayait de retrouver Maman, Georges ? Tu es d'accord ?

Rick prit les petits bruits de son fils comme un consentement. Il s'attela donc à l'habiller chaudement. Il avait déjà éternué une fois, il fallait pas qu'il prenne plus froid. Une couverture en plus d'un bonnet et des tout petits vêtements qu'ils avaient confectionné avec Tia. Et maintenant dans les bras pour la chevauchée fantastique...

Ils sortirent donc dans le couloir. Bon de quel côté, elle avait pu partir. Droite ou gauche ? De quel côté, il valait mieux aller ?


Georges tu préfères aller dans quel sens ?

Un petit gigotement de la part du petit trésor et Rick avança dans cette direction. Au passage, il récupéra une chandelle sur la table. Les serviteurs avaient pensé à tout. L'expédition pouvait commencer mais elle n'était pas simple. Tenir un enfant en bas âge correctement et une chandelle allumée relevait d'un défi de chaque instant. Il ne pouvait pas faire tomber l'enfant, surtout pas et s'il faisait tomber la chandelle, c'était râpé pour se retrouver dans ce dédale de couloirs. S'il avait eu une main de libre, Rick se serrait bien gratter la tête, mais là c'était pas possible. Il se demandait où tout le monde était passé. Tout à l'heure, il semblait y avoir un régiment de dragons dans le couloir et là plus personnes. En tout cas, il comprennait mieux pourquoi son épouse avait besoin de quelque chose de pratique et confortable pour porter Georges.

En plus, il avait été bien embêté au moment de s'habiller, car il n'avait pas retrouvé sa chemise. Il n'avait trouvé que celle de Tia. Sur le moment, il s'était demandé comment elle était sortie avant de comprendre qu'elle s'était servie de la sienne. Il n'avait pas osé prendre celle de son épouse, trop petite pour qu'il tienne dedans, il avait donc juste pris sa cape et il essayait de serrer les pans sur lui pour se protéger. Le sol était froid. Mais autant le papa avait pris soin de son fils, qu'il avait oublié l'essentiel : lui. Ce fut donc à son tour de laisser éclater un grand


ATCHOUMMMMM !!!!

Et ce qui devait arriver arriva, l'éternuement venait d'éteindre la bougie... Et d'un coup, ils furent plongés dans le noir. Heureusement qu'à travers les quelques persiennes, la lune se montrait éclairante.

Et bien, mon petit Georges, je crois que nous voilà bien, maintenant...

Faire demi-tour était un peu impossible car il avait tellement fait de va-et-vient dans le château, qu'il ne se souvenait plus par où passer. Etait-il dans l'aile gauche ou était-il passer dans celle occupée par sa tante ? Il ne savait pas et cela lui posait un problème. De jour, il n'aurait eu aucun mal à se repérer, mais tout de suite, c'était impossible.
Althiof a écrit:
Althiof écoutait les réponses de Mathilde.

Votre épouse se trouve dans une des chambres de l'autre aile, mais je ne sais pas exactement laquelle. Dames Feeleone, Galswinthe et Beths sont déjà auprès d'elle je suppose qu'elles ont le nécessaire...

Fort bien voilà qui est parfait elle est entre de bonnes mains. Je me réjouis que Fée soit là. Elle a sauvé la vie de Matthis et Kory la dernière fois. Heureusement nous sommes au château et pas au milieu d'une fête...


Pardonnez moi messire Baron mais de quel bruit parlez-vous ? Le château est calme maintenant...

Althiof ouvrit de grands yeux. Calme. Visiblement Mathilde n'était pas génée par le bruit. Il faut dire qu'à côté du château de Clermont c'étai calme mais par rapport à d'habitude cela ne lui paraissait pas. Il avait le sommeil léger il faut dire.

Calme vous dites ? Hum... Attendez que je reflechisse... Le bruit de vaisselle cassée c'était Kory. Ensuite les bruits de sabots dehors. Et pis le boucan venant de l'autre aile. Mon épouse ne peut pas être reponsable de tous les cris et autres sautillements.

Il continua d'écouter. Déjà un mystère de moins : les bruits de sabots. Il savait donc qui était arrivé en pleine nuit.

Pierre de Roanne le fils de Barbu et Oya ? Ah quelle excellente nouvelle je ne m'attendais pas à le voir si tôt après son retour. Bon bein j'y vais alors puisque sa marraine est un poil occupée.

Il sourit. La mine grincheuse du réveil s'estompait pour laisser place à sa gaieté naturelle.

Faites nous prévenir quand ce sera fini. Je vais donc de ce pas aider le jeune Pierre à vider quelques bouteilles et entamer les bons plats que n'aura pas manqué de préparer Cuistot.

Vous en faites j'en laisse à votre maîtresse. Je veux juste m'assurer que cela lui conviendra bien pour reprendre des forces.


Il rit de bon coeur en voyant la mine de Mathilde puis continua son chemin pour descendre vers le rez-de-chaussée puis la cuisine...
Tiadriel a écrit:
[Dans le couloir avec ses neveux]

Tiadriel avait bien vu la jolie épée de Matthis. Elle devait venir à bout de tous les dragons ou ennemis du petit garçon. Mieux vaut ne pas trop lui chatouiller la corde sensible. Cette idée la fit sourire.

Z'ont peu pas voi' Maman alo' ! Hum... Ze peux aller voi' Zeorges ?

Comment résister à un regard pareil ? Et à son sourire ? Et puis, il fallait dire que son fils commençait à lui manquer et que l'heure de la tétée ne devait plus être loin. Rick serait sûrement embété s'il ne la trouvait pas.

Et apès ze 'evient pou' voi' le bébé ? Acco' ? Z'espèhe ça seha un ga'çon... Z'ai dézà une soeu' !

Elle réfléchit un instant. Etait-il prudent de le laisser y aller tout seul ? Peut-être Eléa pouvait-elle aller seule à la cuisine et elle, elle accompagnerait Matthis voir Georges.

Oui, tu peux aller voir Georges. Je vais venir avec toi. Eléa, peux-tu aller seule à la cuisine ? Nous te rejoindrons un peu plus tard avec Matthis.
--Georges a écrit:
[En expédition avec mon papa dans les grands couloirs de la toute grande maison de mon parrain]

Et si on essayait de retrouver Maman, Georges ? Tu es d'accord ?

Il gazouilla de plus belle. Il était content, il allait voir Maman. Elle allait lui donner à manger. C'était chouette ça !
Papa l'habilla très chaudement, à croire qu'il risquait de prendre froid. Il avait décidé de lui mettre toute sa garde-robe ? Il finit par ressembler à ce qu'on appelerait bien plus tard, le bonhomme Michelin...

Et les voilà partis, tous les deux, lui trop habillé et son papa, un peu dénudé. Quel duo de choc ils formaient ! Voilà qu'il lui posait encore une question. Il ne savait pas lui, il était trop petit. Il bougea un tout petit peu et son papa prit ça pour une réponse de sa part.

Il faisait un peu noir, mais son papa, il trouvait toujours tout ce qu'il fallait. Il avait trouvé un truc qui faisait de la lumière, même que ça s'appelait une chandelle !
Son papa le tenait avec un bras et de l'autre, il promenait la lumière. Georges n'était pas très à son aise et il n'osait pas trop bouger. Il ne faudrait pas qu'il destabilise son papa et que ce dernier le fasse tomber. Mais avec un peu de chance, toutes les couches d'habits amortiraient bien une éventuelle chute si cela devait arriver.

Puis un terrible bruit effraya le tout petit garçon.


ATCHOUMMMMM !!!!

Il fit un bond dans les bras de son papa et se mit à pleurer.

Oooooooooouinnnnnnnnnnnnnnnnnn, ooooooooiiiiiiiiuuuuuuuunnnnnnnnnnnnn !
--Petite.ou.petit.marigny a écrit:
[Bien au chaud dans le vente de Môman]

Il faisait bon baigner dans ce drôle de liquide au drôle de gout... Des fois j'en buvais un petit peu et cela me donnait le hoquet, je remuais beaucoup dans le ventre de ma Môman. Mais aujourd'hui, j'étais particulièrement agité(e), cela faisait un petit moment que je m'étais retourné(e) dans le ventre de Môman. Mais aujourd'hui c'était spécial, j'avais envie de connaître toutes ses Voix qui m'entouraient depuis le début.

Voir comment était la Voix de ma Môman et puis les autres Voix, la Voix de Pôpa et puis la Voix Matthis et la Voix Eléa. Mais ils racontaient des choses que je ne comprenais pas toujours. Voix Matthis disait que je devais être un garçon, mais qu'est-ce que c'est un garçon... Et Voix Eléa voulait que je sois une fille... Mais c'est quoi la différence entre les deux ? C'est mieux d'être quoi ? Un garçon ou une fille ? Moi tout ce que je sais, c'est que je veux sortir...

Je vais me propulser dans le liquide et cogner dans le fond avec ma tête, peut-être que ça m'ouvrira une porte. Tiens on dirait que le ventre de Môman veut m'aider. Il me pousse, c'est bizarre, mais c'est rigolo, attention Môman m'écrase pas, laisse pas ton ventre m'écraser.

Et voilà que ça recommence et que je me cogne la tête contre un drôle de truc, qui finit par s'ouvrir, et toute l'eau part, bein ça c'est pas extra, comment je vais faire sans mon eau, j'ai un peu froid, j'ai plus ma couverture liquide et pis je me cogne encore. Môman moi aussi je veux te voir, mais m'écrase pas s'il te plait !

Tiens on bouge ça balote dans tous les sens, heureusement ça fait pas trop mal quand on bouge et pis ce ventre qui me pousse dehors, vivement que je sorte. Tiens on touche ma maison, c'est bizarre, pof un coup de main, bonjour Voix, s'il te plait soit gentille n'écrase pas ma maison, c'est déjà petit et en plus ça m'écrase... Faut me faire sortir vite je veux voir les Voix.

Je cogne encore contre la petite porte de tout à l'heure qui s'était déjà ouverte pour faire sortir l'eau de ma maison, cette fois elle s'ouvrira pour me laisser sortir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:36

--Elea. a écrit:
[Couloir]

Eléa venait de poser sa tonne de questions à sa tante, elle avait plusieurs doigts dans sa bouche et tenait sa chemise de nuit de l'autre main, elle n'était pas très rassurée, en temps normal, elle n'avait que rarement peur, étant données toutes les péripéties qu'elle avait fait subir à ses parents. Mais quand c'était sa maman, c'était différent, elle essayait de comprendre ce que lui arrivait en écoutant sa Tatie.

Oui ma puce, je sais pourquoi ta maman crie. Je ne sais pas où est ton papa, mais Mathilde est partie à sa recherche. Mais tu sais, ton papa ne pourra pas aider ta maman. Elle va avoir le bébé et seules les dames sont autorisées à rester avec elle. Fée, Gals et Beths sont avec ta maman et prennent soin d'elle. Elle ne risque rien.
Et le bébé ne fait pas de mal à ta maman. C'est plutôt son ventre qui pousse le bébé dehors et ça, c'est douloureux. C'est pour ça que ta maman a crié tout à l'heure.


Elle ne comprenait pas tout, certainement parce que son petit cerveau était encore endormie et que sa tatie enchainait de nombreux mots. Elle resta interdite un petit moment laissant son frère parler et écoutait toujours sa Tatie. Le bébé allait naître, elle avait finir par l'accepter, mais elle avait peur de perdre son papa et sa maman suite à cette naissance.

Non ma puce, pas tout de suite. Ta maman doit d'abord mettre le bébé au monde. Mais après vous pourrez aller la voir, Matthis et toi. D'accord ?
En attendant, on pourrait descendre tous les trois à la cuisine et aller boire un grand bol de lait chaud ? Vous êtes d'accord ?


Elle l'écouta encore, elle ne pouvait pas voir sa maman, elle devait attendre, elle chercherait donc son papa, elle voulait des câlins pour se rassurer et puis profiter des bras de son papa avant que l'envahisseur n'apparaisse. Eléa était perdue dans ses pensées, elle n'entendait plus ce qui se passait autour, elle était un petit peu perdue dans dans tout ça, elle était contente et triste, elle ne savait plus trop quoi penser. Sa tatie la sortit de ses pensées, Eléa secoua la tête doucement et la regarda.

Oui, tu peux aller voir Georges. Je vais venir avec toi. Eléa, peux-tu aller seule à la cuisine ? Nous te rejoindrons un peu plus tard avec Matthis.

Oui vais à la cuisine.

Eléa les laissa et se dirigea vers les escaliers pour descendre jusqu'à la cuisine, heureusement cette partie du château était lumineuse. Elle descendit et s'approcha de la cuisine, elle y trouva son Papa, elle était contente de le voir, bien qu'un peu perturbée par tout ce qui se passait autour. Elle glissa sa main dans la sienne et le regarda. Il y avait quelqu'un dans la cuisine déjà qui mangeait, un homme. Maman avait parlé d'un garçon qui devait venir, peut-être était-ce lui... Comme s'appelait-il déjà ? Ah oui Pierre.

Vous êtes Pierre ? Lança la petite fille, sans réellement s'en rendre compte.
--Matthis. a écrit:
Couloir avec Tatie Tia

Matthis regardait sa soeur, qui semblait un peu ailleurs, toujours en train de rêvasser les filles de toute façon. Il sourit en entendant une réponse de sa Tatie.

Oui, tu peux aller voir Georges. Je vais venir avec toi. Eléa, peux-tu aller seule à la cuisine ? Nous te rejoindrons un peu plus tard avec Matthis.

Le petit garçon se mit à sauter sur place, tenant toujours son épée en bois, il allait pouvoir montrer à Georges ce que c'était une épée. Il voulait suivre Tiadriel et puis comme ça l'attente paraîtrait moins longue jusqu'à ce qu'IL sorte, Matthis avait toujours été persuadé qu'il allait avoir un petit frère, en plus il allait rendre visite à Aristote, il priait à sa façon, faisait des offrandes... Le curé devait être nourris avec tout ce que Matthis pouvait laisser à l'Eglise.

Il regarda sa soeur partir vers la cuisine et attrapa la main de sa tante, se demandant où était Georges. Il pointa son épée en bois en direction de l'aile ou dormait sa tante.


Ze crois Zeorges là-bas !
Rick a écrit:
[Indiana Georges et son père dans le labyrinthe nocturne des bruits bizarres ou quand l'expédition du jeune héros et de son père déjanté arrive à son terme.]

Ah ben voilà qu'une nouvelle épreuve se mettait en travers des deux explorateurs. Plus de lampe torche, perdu dans un lieu inconnu qui avait été un instant plus tôt, traversée par une armée de dragons. En tout cas, le bruit avait ressemblé à cela, surtout au niveau des cris. D'ailleurs, en parlant de cris, Georges avait décidé de montrer son bel organe.... (Non, non n'allait pas penser à mal, je parlais de sa voix.... Voyons, comment avez-vous osé pensé cela de la part d'un père ???). Bref, désormais, leur infiltration dans le labyrinthe nocturne des bruits bizarres venait d'être compromis. Si avec ça, ils n'attiraient pas quelqu'un, ils auraient de la chance....

Ben mon petit Georges, faut pas être triste, tu vas voir, ça va bien se passer !

Il lui fit un gros bisou sur la joue, un de ses bisou bruyant qu'il avait fait tout à l'heure sur le ventre. Puis, il commença à lui chanter doucement une chanson douce comme sa maman lui chantait tout petit. En plus, il le maintenait bien mieux maintenant qu'il avait une main de libre. Sa voix avait quasiment réussi à calmer le petit garçon. Mais dans peu de temps, il risquait de se retrouver avec une grosse colère dûe à la faim ou à la fatigue. Ils avaient beaucoup profité de l'absence de Tia, mais lui ne pouvait pas remplacer la présence maternelle.

Il avançait tout doucement dans le couloir quand ils arrivèrent à nouveau à une bifurcation. Rick sourit car il venait enfin de se repérer. Il venait d'atterir, je ne sais comment dans l'escalier menant au hall d'entrée. Et en plus, celui-ci était éclairé. Que demander de mieux ! De là, il savait parfaitement regagner ses appartements...


Regarde fiston ! On est pas loin de Maman....

Le chemin était facile en plus, donc le jeune homme se mit à courir ou plutôt à trotter comme un cheval pour amuser son fils... Et puis après cinq minutes de chevauchée folle, il la vit..... avec Matthis le chevalier...

Youpi ! Regarde Georges on a retrouvé Maman !

Il retourna son fils pour qu'il puisse voir devant et se mit à danser avec lui... Si avec ça, le petit n'était pas malade, Tia aurait de la chance. Son père lui avait retourné l'estomac dans tous les sens.

Coucou vous deux ! Vous allez bien ?
Tiadriel a écrit:
[Quand l'expédition prévue tombe à l'eau]

Oui vais à la cuisine.

Après avoir regardé Eléa partir en direction de la cuisine, elle s'était de nouveau tournée vers Matthis. Elle l'avait regardé sauter sur place un instant auparavant, ravi qu'elle ait accepté qu'il voit Georges.

Le petit garçon glissa sa main dans la sienne et elle lui sourit. Il pointa son épée en direction de l'aile gauche. Il connaissait vraiment bien les lieux. Il avait dû partir en exploration plus d'une fois dans cet immense château. Il devait en connaître la moindre cachette. Elle n'aurait pas voulu jouer à cache-cache avec lui, sauf peut-être en restreignant les endroits possibles de cachette.


Ze crois Zeorges là-bas !

Oui, il est sûrement dans la chambre avec tonton. Allons-y !

Ils avancèrent de quelques pas avant d'entendre une voix familière.

Youpi ! Regarde Georges on a retrouvé Maman !

Elle écarquilla en grand les yeux quand elle vit Rick faire de la... gymnastique avec leur fils, oui, le terme n'était pas vraiment le bon, mais... Elle n'était pas sûre que cela soit une bonne idée... Si elle lui donnait à manger après... Il risquait de ne rien garder du tout. Et en s'approchant un peu plus près, elle put voir comment Rick l'avait habillé. Le pauvre ne devait pas vraiment réussir à bouger là dedans. Mais ce n'était pas pire qu'un emmaillotage en règle. Un bibendum miniature !

Coucou vous deux ! Vous allez bien ?

Oui, nous allons très bien. Nous partions justement vous chercher. Matthis voulait voir Georges.

Elle tendit les bras pour prendre son fils et lui fit un gros bisou. Elle était contente de le voir. Il lui avait terriblement manqué.

Coucou mon amour, tu m'as manqué, tu sais !

Elle s'accroupit ensuite pour mettre le bébé à la hauteur de Matthis.

Regarde Georges, ton cousin Matthis est là. Tu lui dis bonjour ?

Brrrrrrrr, dadadadadadadabababagagaa !

Georges semblait ravi de voir Matthis. Et il oublierait peut-être que son papa l'avait secoué dans tous les sens quelques instants auparavant.
--Mathilde a écrit:
Couloir

Mathilde se tenait bien droite devant le Baron, même si elle commençait à fatiguée, il faut dire que la Baronne enceinte n'était pas réellement un cadeau vu toutes ses envies...

Fort bien voilà qui est parfait elle est entre de bonnes mains. Je me réjouis que Fée soit là. Elle a sauvé la vie de Matthis et Kory la dernière fois. Heureusement nous sommes au château et pas au milieu d'une fête...

Mathilde esquissa un sourire, la Baronne lui avait expliqué, c'était d'ailleurs pour cette raison, qu'elle souhaitait accoucher dans le calme, quoi que le château ne soit pas très calme, mais comme elle s'occupait pas mal d'Eléa et Matthis, elle était habituée à subir un fond sonore assez intense. Elle ne répondit rien au Baron, cela ne se faisait pas trop, surtout sur ce genre de conversation ou sa femme et son fils aurait pu y rester

Calme vous dites ? Hum... Attendez que je reflechisse... Le bruit de vaisselle cassée c'était Kory. Ensuite les bruits de sabots dehors. Et pis le boucan venant de l'autre aile. Mon épouse ne peut pas être reponsable de tous les cris et autres sautillements.

Mathilde afficha un sourire de plus en plus grand au fur et à mesure que le Baron lui parlait, c'est vrai que son épouse, n'était pas à l'origine de tous ces bruits.

"Je suppose que vos enfants doivent aussi y être pour quelque chose... En plus de votre belle-soeur que j'ai croisé avant de vous voir."

Pour le bruit de sabot, elle avait déjà répondu et la nouvelle semblait réjouir le Baron, qu'est-ce que cela serait de la Baronne, qui était si contente du retour de son filleul.

Pierre de Roanne le fils de Barbu et Oya ? Ah quelle excellente nouvelle je ne m'attendais pas à le voir si tôt après son retour. Bon bein j'y vais alors puisque sa marraine est un poil occupée.

Elle posa sa main devant sa bouche réprimand un rire, la dernière allusion de l'époux envers son épouse était assez drôle, un poil occupée pour ne pas dire beaucoup. Elle ne rajouta rien, une fois de plus cela ne se faisait pas.

Faites nous prévenir quand ce sera fini. Je vais donc de ce pas aider le jeune Pierre à vider quelques bouteilles et entamer les bons plats que n'aura pas manqué de préparer Cuistot.

Vous en faites j'en laisse à votre maîtresse. Je veux juste m'assurer que cela lui conviendra bien pour reprendre des forces.


Mathilde avait vu le visage du Baron passer du grincheux au joyeux, elle en était ravie, pour lui, n'allez pas vous imaginer des choses. Elle avait dicusté avec sa "patronne" qui s'était retrouvée bien perdu lorsque son époux avait perdu sa joie de vivre. Il semblait plutôt détendu et c'est vrai qu'une bonne bouteille de vin l'aiderait à patienter, enfin peut-être plusieurs, mais il devra demander à Cuistot de lui en remonter une... Elle n'en avait monté qu'une au jeune Duc.

"Bien quelqu'un viendra vous prévenir de l'heureux évènement. "

Mathilde garda son sourire, en espérant que l'évènement serait vraiment heureux. Elle le laissa prendre la direction de la cuisine, alors qu'elle prenait la direction de la dite aile, pour nettoyer ce que la Baronne avait laissé derrière elle, elle croisé une Eléa assez ailleurs qui ne semblait pas l'avoir vu, elle descendait certainement à la cuisine, son repère. Elle s'occupa de nettoyer le couloir afin d'éviter qu'un accident n'arrive... Son travail terminé et bien fait, du moins avec le peu de lumière qu'elle avait, elle retourna dans les quartiers des serviteurs, jugeant sa présence non necessaire auprès de la Baronne...
Feeleone a écrit:
Dans la chambre ou la Baronne va donner naissance d'un instant à l'autre .

Beths s'était éclipsée pour aller chercher l'eau et les linges demandé mais qui tardait à arriver .
Kory était allongée ,Fée l'examina .
C'est bien ce dont elle se doutait .Le bébé était là et pressé .La tête était engagée,la délivrance n'allait pas durer longtemps .

Beths revient rapidement avec l'eau chaude .Fée se releva et regarda Kory,celle ci tenait la main de Gals ,apparemment fort vu la couleur de la jointure de ses doigts ,Fée lui sourit .


Kory ,le bébé est là .
Cela sera très rapide je pense .
Commence à respirer profondément à chaque douleur .


Fée fit couler de l'eau cuvette poser sur la commode .Heureusement qu'elle avait sa sacoche avec ses herbes et autre bandage et onguent avec elle .Elle prit un peu de saponaire et se lava les mains avec .
Les mains rincer elle chercha un linge pour s'essuyer les mains mais rien .
Elle avait pas de temps a perdre le bébé serait la d'un instant à l'autre .


Alors ses linges ils arrivent ou pas ??? tonna t-elle

Fée se surprit elle même d'avoir crié ainsi ,elle se tourna vers Kory et Gals et leur murmura un désolée .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:37

--Matthis. a écrit:
Couloir avec Tatie Tia, Tonton Rick et Cou-zin Georges

Le mini Baron entrainait sa tante dans les couloirs à la recherche de Georges. Il voulait voir son cousin, qui devait dormir vu l'heure de la nuit ou alors il chouinerait encore pour manger. Mais soudain une voix se fit entendre, c'était celle de son oncle. Il semblait complètement gaga de son Georges, jamais son Papa à lui Matthis n'avait parlé de cette façon.

Oui 'a va... Un tetit peu ! Et 'oi 'a va ? Ze veux voi' ma Môman mais j'peux pô ! Eléa pa'tit à la 'uisine ! Moi ze veux voi' Zeorges !

Matthis regardait son oncle faire danser Georges, il se recula doucement plaçant ses petites mains devant son visage, il ne voulait pas recevoir de vomi de la part de son cousin... Les bébés parfois ça fait des choses beurk... Voilà que c'était Tatie qui devenait gaga... Il chercha dans sa petite tête en fronçant les sourcils et tapotant son front avec sa main... Essayant de se souvenir si sa Maman ou son Papa étaient comme ça avec lui...

Regarde Georges, ton cousin Matthis est là. Tu lui dis bonjour ?

Brrrrrrrr, dadadadadadadabababagagaa !


Matthis recula doucement pour ne pas se prendre de la bave de bébé sur la figure, il bavait trop... C'était comme ça les bébés... Bein là il n'était plus très sur de vouloir un petit frère... Il faudrait qu'il le dresse son futur petit frère... Et si c'était une petite soeur, il la dresserait aussi... Pour embêter la grande soeur.

Bonjou' Zeorges ! Crache pas su' moi ! Tu pa'les pas ! Tatie il pa'le pas : J'peux pas d'mander à lui de l'êtes mon escuyer !

Matthis était bien embêté, comment il allait faire... Certainement attendre un long moment.

Ze c'ois qu'il faut z'ailleuh voi' Papa ! Vous laisse au hevoi' !

Matthis agita sa petite main pour les laisser et commença à s'avancer dans les couloirs en brayant.

Papaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !
Rick a écrit:
[Quand le jeune héros retrouve enfin les bras de Maman]

Tia avait tendit les bras pour récupérer le petit aventurier et Rick n'avait pas opposé de résistance pour lui rendre. Mais là non plus n'allez pas croire qu'il voulait s'en débarrasser. Il ne pouvait surtout pas faire autrement car il ne possédait pas les magnifiques mamelons de son épouse qui nourrissaient leur fils... La jeune maman fit un gros bisou au petit trésor.

Coucou mon amour, tu m'as manqué, tu sais !

Rick sourit. Il était heureux d'entendre cela.

Toi aussi tu nous as beaucoup manqué jolie Tia ! Il est vrai que nous nous sommes bien amusés avec Georges mais je crois que tu lui as énormément manqué dans notre soirée entre hommes.

Il se tourna vers son fils qui faisait déjà la discussion avec son cousin. Il lui aurait bien demandé son avis, mais là le petit trésor ne s'intéressait qu'à Matthis.

Regarde Georges, ton cousin Matthis est là. Tu lui dis bonjour ?

Brrrrrrrr, dadadadadadadabababagagaa !

Rick se retint de rire quand il vit la tête totalement dépité de son neveu. Vraisemblablement, il n'avait pas pensé à l'éventualité où le petit garçon ne serait pas en mesure d'assumer son rôle d'escuyer. Et déjà, il se désintéressait du bébé.

Ze c'ois qu'il faut z'ailleuh voi' Papa ! Vous laisse au hevoi' !

A tout à l'heure Matthis ! Ou à demain sinon !

Rick regarda son neveu partir en appelant son père. Il connaissait mieux le château que lui et une expédition dans la soirée était suffisante pour lui, surtout dans cette tenue. Tenue qui d'ailleurs lui laissa échapper un gros

Atchoummm !

Il se tourna vers son épouse en s'excusant et lui dit

Et si nous retournions jusque dans notre suite afin que je me trouve un vêtement plus chaud ?

Rick ouvrit la porte de la suite et laissa passer son épouse et son fils. Pendant que Tia faisait des mamours à leur fils, le jeune homme prit une chemise dans son sac de voyage tout en expliquant à son épouse ce qu'ils avaient fait tous les deux.

Ah ainsi, il fait déjà plus chaud ! Tu veux faire quoi, jolie Tia ? Donner à manger à Georges tout de suite, car je crois qu'il a faim ou tu avais une autre idée en tête ?

Pendant que Tia lui expliquait la suite du programme, il remit une bûche dans la cheminée. Il serait vraiment dommage que le feu s'éteigne avant leur retour et attendre le lendemain qu'un serviteur puisse rallumer le feu. D'ailleurs, Rick en avait fait l'amère expérience tout à l'heure, il n'avait croisé aucun des gens qui étaient au service de Kory. Il se tourna vers sa femme.

Et Kory ? C'est fini son travail ? Il est né l'héritier ou l'héritière ?

Le jeune homme ne pensait pas que cela fusse le cas sinon le château aurait à nouveau connu un chamboulement de première catégorie. Mais on savait jamais.
--Georges a écrit:
[Dans le couloir quand on retrouve Maman]

Son papa avait réussi à lui faire passer son gros chagrin. Un peu normal qu'il s'y colle, c'était de sa faute s'il avait eu peur. A faire tant de bruit et si soudainement, il voulait lui faire avoir une crise cardiaque ?
En attendant, il chantait plutôt bien son papa et le petit garçon se calma.

Puis son papa eut une poussée d'adrénaline, oui, ça devait être ça parce qu'il se mit à avancer rapidement vers il ne savait où. Il aurait trouvé Maman ? Ça l'intéressait un peu plus tout d'un coup. Il essayait de la voir mais n'y arrivait pas.


Youpi ! Regarde Georges on a retrouvé Maman !

"Ah bon ? Où est-elle ? Où ? Où ?"

Il dût entendre sa question parce qu'il lui fit faire un sacré demi-tour, lui soulevant le coeur jusqu'au bord des lèvres. Il était fou son papa. En plus, il dansait, il devait se croire dans un bal... Georges ne se sentait pas très bien...

Sa maman venait le sauver. Elle le prit dans ses bras et il se sentit un tout petit peu mieux. Au moins, elle, elle ne le ferait pas bouger dans tous les sens. Et puis, un gros bisou magique, il était aux anges, presque sur un petit nuage.


Coucou mon amour, tu m'as manqué, tu sais !

"Maman ! Toi aussi tu m'as manqué, mais avec Papa, on s'est bien amusé. Il est un peu clown, Papa ! Tu le savais Maman ?"

Il en oubliait peu à peu sa nausée. Penser à autre chose l'aidait beaucoup. Puis Maman s'accroupit. Il se demandait bien pourquoi quand elle le lui expliqua.

Regarde Georges, ton cousin Matthis est là. Tu lui dis bonjour ?

"Oui, oui, je veux bien lui dire bonjour à cou-zin !"

Brrrrrrrr, dadadadadadadabababagagaa !

Il gigota devant son cou-zin, tout content de le voir, mais celui-ci ne voulut pas rester... S'il avait pu, il se serait gratté la tête mais au lieu de cela, il le regarda s'éloigner...

Puis un autre éternuement de son papa le fit sursauter, mais cette fois-ci, il n'eut pas peur et ne pleura pas.
Ils prirent ensuite tous les trois le chemin de la chambre. Sa maman lui fit des gros bisous et son papa s'occupa de mettre du bois dans le feu pour qu'ils aient tous plus chaud.
Puis il commença à avoir faim. Il avait fini d'avoir le coeur au bord des lèvres et voulait bien prendre sa tétée. Avec la nuit qu'il avait eu, il l'avait bien mérité. Il commença donc à chouiner doucement pour faire comprendre à sa maman ce qu'il voulait.
Tiadriel a écrit:
[Dans le couloir, quand Matthis est déçu]

Elle fronça un peu les sourcils en voyant Matthis reculer légèrement. Il devait être gêné par quelque chose. Elle saurait peut-être par quoi plus tard.

Bonjou' Zeorges ! Crache pas su' moi ! Tu pa'les pas ! Tatie il pa'le pas : J'peux pas d'mander à lui de l'êtes mon escuyer !

Ah oui, c'était ça. Il ne voulait pas qu'il lui crache dessus. Elle trouva ça mignon. Mais bon, un bébé qui ne bavait jamais, ça n'existait pas.
Puis Matthis fut très déçu. Il faudrait qu'il attende un peu pour communiquer efficacement avec Georges.


Oui, je sais Matthis qu'il ne parle pas. Tu étais pareil à son âge. Il va falloir que tu attendes qu'il soit un peu plus grand pour pouvoir discuter avec lui.

Elle était désolée pour lui, mais sur ce coup là, elle ne pouvait pas faire grand chose pour l'aider. Elle lui fit un petit signe de la main et le regarda partir à la recherche de son père en criant à qui mieux mieux. Si quelqu'un dormait encore dans le château... Il devait être complètement réveillé maintenant.

Atchoummm !

Elle sortit de ses pensées et se tourna vers Rick, jetant un oeil sur sa tenue légère. Elle se demandait s'il n'était pas un peu tombé sur la tête pour avoir oublié sa chemise. Puis jetant un oeil sur sa propre tenue, elle rougit légèrement. Elle comprit pourquoi il était sorti torse nu...

Et si nous retournions jusque dans notre suite afin que je me trouve un vêtement plus chaud ?

Oui, allons-y. Même si je te trouve très attirant ainsi. Tu risques de vraiment prendre froid.

Ils regagnèrent leur suite et elle laissa Rick s'habiller et remettre du bois dans la cheminée. Elle s'était installée avec Georges sur le lit et le couvrait de bisous. Le bébé semblait apprécier et elle se regalait. Elle aurait pu le dévorer ainsi indéfiniment.

Ah ainsi, il fait déjà plus chaud ! Tu veux faire quoi, jolie Tia ? Donner à manger à Georges tout de suite, car je crois qu'il a faim ou tu avais une autre idée en tête ?

Je ne sais pas. Tu crois qu'il a faim ? Je voulais descendre à la cuisine. J'y ai envoyé Eléa et je voulais m'assurer qu'elle n'y soit pas toute seule.

Son fils avait compris qu'on parlait de lui et décida de se manifester. Il chouina pour réclamer sa tétée. Elle libera son sein et l'allaita tout en continuant à discuter avec Rick. Elle s'était habituée à la façon de téter de son fils et à part quelques crevasses qu'elle avait traité efficacement, elle n'était plus gênée du tout.

Et Kory ? C'est fini son travail ? Il est né l'héritier ou l'héritière ?

Je ne pense pas. Je ne l'ai pas vu, j'ai croisé Eléa et Matthis avant. Et bien avant Mathilde qui m'a dit qu'elle était bien entourée.
Si elle avait accouché, je pense que d'une manière ou d'une autre, nous l'aurions su.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:39

Beths a écrit:
[Toujours dans la chambre, prenant du recul .... ]


Elle avait reculé, reculé, et encore reculé, jusqu'à se trouver dos à la porte. Certains préféraient être dos au mur, elle se voyait dos à la porte. Il lui restait une porte de sortie quoi.
Dans un contexte fort différent ou le comique aurait primé, il eut été évident que la porte se serait violemment ouverte alors que Beths était juste derrière ce qui n'aurait pas manqué de déclencher montagne hurlements.
Hélas, triple hélas, ou bien, serait-ce plutôt un ouf de soulagement ? Quoi qu'il en soit, ce ne fut pas ce cas de configuration qui se passa.

Beths donc, senti la porte dans son dos. A tâtons, regardant toujours la scène de l'accouchement en cours, elle chercha le bouton de porte, qu'elle réussi miraculeusement à trouver.
Elle ouvrit donc la porte et ...



Je reviens avec les linges, l'eau, et ... de l'alcool!!!!


[Dans le couloir, euh, perdue, mais bon, courage, les linges arriiiiiiiiiiiiivent]


Elle franchit le seuil de la porte, et se précipita pour la refermer.

Devant la porte close, un petit soupir de soulagement.

Pourquoi diantre de l'alcool ? Aurait-elle donc besoin d'un verre ?
Hum mauvaise idée que celle-ci. Enfin, mauvaise, hum, sisisisi on allait dire mauvaise.

Petit à petit, Beths prit conscience qu'il y avait de la vie dans ce couloir nocturne.
Se concentrant elle entendit des cavalcades et des braillements.
Plusieurs conclusions lui virent à l'esprit. D'une part les deux premiers héritiers des Marigny étaient réveillés et en pleine forme, d'autre part, Tia et Rick devaient être bien arrivés si elle interprétaient les vagissements qu'elle entendait.
Beths sentit un début de maux de tête la prendre.

Soudain un gémissement de Kory lui fit reprendre conscience que le temps était précieux!
Linge!
Eau chaude!
Ce n'était pas difficile.

Elle regarda à gauche et à droite. Pas de serviteurs. Évidemment, trop simple sinon!
Alors du linge propre ... dans un placard non ? Ah ah vi dans un placard, cela était évident!
Avisant différentes armoires dans le couloir, elle s'y précipita et les ouvrit. Elle espérait juste pas tomber sur ... hum ... des choses inavouables ou quelques terribles secrets de familles qui pouvaient être cachés dans des placards ou autres tiroirs.
Avec une pointe d'appréhension, la porte de l'armoire grimaçant légèrement, Beths jeta un oeil à l'intérieur.

Hum.

Elle venait de trouver la réserve mondial, euh non, cournal, de bougies. De toute formes et tailles, apparemment le petit personnel des Cournon s'en donnaient à coeur joie. Etait ce une passion cachée de l'intendant ? Ou bien de la servante un peu gourde, Pénélope. Qu'importait, elle savait maintenant où chercher une bougie si elle avait un jour une insomnie, toutefois pour l'heure, cela ne l'aiderait pas.

Bien, avisant le deuxième placard ...

Aaaaaah!!!
DES LINGES PROPRES!!!!

Hourra!

Elle avait trouvé, sans difficultés. Elle regrettait juste de ne pas avoir découvert la réserve d'oreillers en plumes ... hum ... elle mènerait cette enquête une autre fois ...

Ne sachant pas exactement de combien de linge Fee et Gals avaient besoin, Beths prit carrément toute la pile qui se trouvait en face d'elle.

Et son paquet bien installé dans les bras, la dépassant d'une tête, elle regagna comme elle le pu, la chambre aux douleurs.
Appuyant sur la clenche avec le coude et poussant la porte du pied, elle réussit miraculeusement a ne pas faire tomber le précieux paquet.



[Dans la chambreuuuuuuh]


Tel un bibendum ... ah non mince ... 1456 ...
Les bras bien chargées, la tête dépassant à peine, Beths entra dans la chambre.
Une âme charitable la voyant chargée telle un mulet arriva à son secours.
Elle croisa le regard amusé de Gals.



Il n'y a pas assez de linge ?

Où en est l'accouchement ?



Beths jette un oeil à Kory, qui semble souffrir plus que jamais, à Fee qui apparemment a les choses bien en main, à Gals qui surveille le tout et se tient prête à intervenir.
Bref tout semble aller pour le mieux. Sauf ...



L'eau chaude!!!! Ya pas d'eau chaude!!

J'y cours!



Elle dépose le second paquet de linge sur la table à coté de Fee, s'approche doucement de Kory, et lui pose une main qu'elle espère appaisante sur le bras.


Courage Kory, c'est bientôt fini.
Dans très peu de temps, tu vas pouvoir serrer sur ton coeur ton nouvel enfant.



A cet instant le regard de Beths est tendre, doux, tranquille. Rares sont ceux qui l'on vu ainsi.


Je vais chercher cette eau, et après je reste près de toi si tu veux bien


Attendant nulle réponse, Beths repart.


[On the couloir again, again]


Ah l'invention de l'eau chaude ... une chose merveilleuse ... Beths se met à réfléchir, de l'eau chaude, cela se déniche ... ben dans une cuisine!
Hop hop au pas de course, elle arrive ... dans la cuisine où elle se trouve nez à nez avec différentes personnes : le maître des lieux, un homme qu'elle ne connait pas, la petite Eléa, et le Cuistot quoi !



[Dans la cuisine, dernier salon à la mode]


Euh ... bonjour ... 'soir ... 'nuité ...

QU'EST CE QUE VOUS FICHEZ TOUS ICI ???!!!



Beths est légèrement troublée, ben quoi, son amie est en train d'accoucher et de souffrir, elle espère bien voir le bout du nez du dernier enfant de Kory et Al dès qu'il sera né, de toute façon après, il sera trop bien entouré, on ne lui laissera pas approcher, et puis, elle fut réveiller au beau milieu de la nuit, et bref, c'est Beths quoi, donc ... ben voila, elle rale encore.

Ce qui apparemment n'étonna ni Elea ... habituée, cela faisait déjà trois jours qu'elle était au chateau, ni Al qui partit d'un franc éclat de rire. Par contre l'homme la regarda avec ... surprise ? horreur ? mépris ? Boaf ... Beths haussa les épaules.


'chantée d'vous connaitre m'sire. Je m'appelle Beths.

Bon je voudrais de l'eau chaude!!! DE SUITE!



Le Cuistot lui montra un gros chaudron ou de l'eau chauffait déjà ... elle était presque prête.
Sautillant d'un pied sur l'autre, Beths n'eut d'autre choix que d'attendre ...
Korydwen a écrit:
Dans la Chambre

Elle commençait à fatiguer, sentant de plus en plus de contraction écrasant certainement énormément la main de Gals, murmurant de nombreux désolée... Fee s'occupait d'elle d'une main de chef comme toujours, elle était apaisante et Korydwen ne doutait pas de ses capacités, elle la savait douée, elle s'était bien occupée d'elle et de Matthis avec son mois d'avance.

Elle gémissait, hurlait, pire que Beths c'est peu dire, d'ailleurs cette dernière était partie chercher des linges, Fee semblait perdre un peu patience, vu son hurlement, elle se mit à hurler pour les réclamer, s'excusant de son cris. Korydwen lui rendit un joli sourire crisper, histoire de lui dire que ce n'était pas grave, qu'elle aussi avait le droit d'hurler, elle n'en avait pas le monopole.

La délivrance arrivait, la Baronne était en sueur, elle grimaça en poussant quand il le fallait, contraction, respire, bloque, pousse... Répéter plusieurs fois, un beau visage rouge. Beths était partie chercher de l'eau... Pourtant il y en avait déjà, elle devait être terriblement perturbée pour y retourner, mais elle ne lui en voulait pas... Comment... Rester dans une pièce regarder une femme hurler en mettant son enfant au monde et ne rien pouvoir faire...

Elle attendait... Se répétant sans cesse que tout ce passerait bien, que cette fois, elle était arrivée à terme, qu'elle aurait un bébé avec un bon poids et non un petit souriceau comme Matthis... Elle regardait vers la porte, elle lui savait l'accès à la chambre interdit pour le moment, elle voulait juste le voir, le rassurer... Lui dire que tout allait bien... Elle l'avait vu la dernière fois, faire les cent pas dans le salon, pendant qu'elle hurlait sur le canapé... Elle espérait qu'il était lui aussi entouré...

Elle attendait la fin, en hurlant et poussant...
Feeleone a écrit:
Dans la chambre ,bébé pointe enfin sa frimousse !

Beths était entrée ,avait déposé les linges et était ressortit aussitôt chercher de l'eau !
Il y en avait déjà !
Mais bon une femme allongée ,crispé et hurlant de douleur parfois pouvait faire peur même à une Beths qui savait ce que c'était de crier .
Fée sourit .
Personne n'était égal face à la douleur de personne chère à son coeur .

Fée n'aimait pas voir les gens souffrir mais dans un cas ou une femme enfantait cela était différent .Certes la souffrance était dur à supporter mais une fois l'enfant né et tenu dans ses bras cette souffrance disparaissait .

Fée prit un linge pour s'essuyer les mains soigneusement lavés .
Elle en prit un autre et revint vers le lit .
Kory grimaçait de plus en plus .Fée vérifia ,il était temps que cet enfant montre le bout de son nez
.

Tu es prête Kory ?
Ça va être le moment !


Une main posé sur le ventre de Kory ,Fée attend qu'une vague de douleur vienne ,elle n'eut pas à attendre très longtemps .Le ventre se tendit .

Vas y Pousse maintenant Kory !
Pousse de toute tes forces .


Première poussée !
L'enfant est presque la !
Une grande inspiration ,une nouvelle contraction et une deuxième poussée !
La tête du bambin est dégagée .


Ne pousse plus pendant un instant Kory .

Fée libéra les épaule du bébé ,le tourna légèrement la tête vers le haut ,encore une poussée et enfin l'enfant serait là .
Fée regarda Kory accrochée à la main de Gals ,complètement trempée de sueur mais un sourire qui naquit sur ses lèvres car elle savait que la dernière poussée arrivait et que la délivrance serait presque finit .


Allez Kory ,encore un petit effort ma belle .
Juste une dernière fois ,pousse de toutes tes forces .

Kory prit une grande inspiration ,bloqua et poussa très fort ,écrasant au passage la main de Gals qui grimaça .
L'enfant fut expulsé par cette dernière poussée .


Ne pousse plus le bébé est là .
Félicitation jolie maman .


Fée coupa rapidement le cordon et l'emmena pour le laver et l'emmailloter .
Elle le nettoya soigneusement ,un beau bébé ,bien portant .
Le bébé n'avait pas encore crié ,il se contentait d'avoir un petit sourire sur les lèvres et surtout gigoter tandis que Fée le lavait .

Au moment de l'emmailloter le petit bout'chou ne trouva rien de mieux que de lui faire pipi dessus .
Fée se mit à rire aux éclats pendant qu'elle changeait à nouveau de linge tenter une nouvelle fois de l'emmailloter pour le présenter à sa mère .
L'enfant propre et bien au chaud ,fée l'apporta à sa mère et le lui déposa dans les bras .


Kory ,je te présente ton fils .
Un futur garnement ,il commence déjà .
D'habitude les bébés pleurs mais lui non il sourit et te fait pipi dessus !


Fée rit à nouveau en regardant tendrement la maman qui souriait en tenant son fils dans ses bras .
Il restait à vérifier si la poche avait bien été expulsée elle aussi .
Tout avait été rapide et s'était dérouler à merveille .
Un accouchement douloureux certes mais sans aucun soucis .
Fée donna les derniers soins à Kory .

Une larme perla sans qu'elle s'en rende compte ,l'émotion vive de cette naissance et les souvenirs de la naissance de son fils .
--Timothee. a écrit:
Hop dehors !

Une dame m'aida à sortir, elle était gentille et belle, elle coupa quelque chose sur mon ventre, ça ne faisait même pas mal, mais c'était tout de même bizarre. Je crois que c'était pas ma Môman cette dame, c'était qui ?

Elle me glissa dans un drap et m'emmena quelque part, mais moi je parlais pas, j'avais pas envie, je bougeais simplement, je profitais de l'espace, bien que bien serré dans ce drap, il tenait chaud mais c'était bizarre... C'était pas pareil, j'aimais bien avant.

En plus j'avais une envie pressante, d'habitude ça ne se voyait pas dans l'eau de Môman, tant pis pour la dame, on fera connaissance comme ça. Hop un petit pipi avec un petit sourire.

Mais voilà qu'elle me transporte encore, et moi je parle toujours pas, peut-être que je n'ai pas de Voix, comme les autres. Elle me déposa dans les bras d'une dame, c'est différent de tout à l'heure, je sens quelque chose cette fois, c'est peut-être elle ma Môman. Je voudrai lui dire quelque chose, mais j'ai toujours pas trouver ma voix.

Je lui fais un grand sourire, puis une grimace quelque chose me pique au fond de la gorge au secour Môman, ça fait mal... J'ouvre ma bouche et...


Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin

Ma voix !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:40

Beths a écrit:
[Dans une cuisine, de l'eau, non mais des fois]


Elle attendait presque tranquillement que l'eau bout. Le silence qui s'était fait était pesant. Comme si ... comme ... le calme avant la tempête ? Le déluge avant les eaux ? L'été avant l'indien ? Roméo sans Juliette? gniii

Bref ... le calme plat ... l'oeil du cyclone ... la parade du paon ... enfin un truc dans ce genre là.

Et soudain ... un hurlement déchirant dans la nuit. D'effroi Beths sursaute et hurle aussi



AAAAAAAAAAHHHHHHHHH!!!


Des braillements d'enfant. Des vagissements. Une nouvelle voix.

Beths regarde à ce moment là les personnes présentes. Et ensembles, ils comprennent



LE BÉBÉ!!!


Cavalcades, courses, hurlement, braillements qui répondent aux braillements.
Un baron et sa vassale qui courent dans l'escalier savoir lequel des deux arriveraient en premier voir le bout du nez du bout'chou.
Ils se poussent mutuellement des coudes sans se faire tomber fort heureusement.

Mais Beths a un avantage, elle sait dans quelle chambre est Kory.

Elle le dépasse d'une tête, ouvre la porte, se retourne et avec un sourire sournois



Hop hop baron, ce lieu est pour le moment réservé aux femmes, on t'appellera


Elle lui claque littéralement la porte au nez,jubilant que pour une fois, pour une fois, c'est elle qui lui fait mordre la poussière et le fait sortir de ses gonds et non l'inverse.

Elle se retourne et croise les regards désespérés, amusés, non surpris, fatigués, émus, un peu tout cela a la fois, des Dames présentes.

Doucement elle s'approche du lit, de Kory, du bébé. Elle observe le tableau attendrissant qu'il forme. Elle regarde Fee et hoche la tête : du beau travail.
Et elle se retrouve là, comme les autres, à avoir les larmes aux yeux devant ce spectacle qu'est la vie.

S'approchant encore un peu jusqu'à arriver juste aux côtés de Kory



Oh Kory, c'est un beau bébé magnifique.
Et ... avec une belle voix familiale. Il a du potentiel ce petiot.


Elle regarde tour à tour la mère et l'enfant.
Puis se baissant délicatement, elle pose une bise sur le front de l'heureuse mère.
Elle en profite pour caresser un pied délicat qui dépasse de la couverture dans laquelle il est emmitoufflé.



Félicitation ma chère suzeraine. Tu peux être fière du résultat.

Et félicitations à vous deux Mesdames


dit elle en souriant à Gals et Fee.


Je pense qu'il est temps de faire entrer l'heureux père ?
Kory ?
Althiof a écrit:
[Dans la cuisine]

Althiof avait harpenté les couloirs du château pour rejoindre la cuisine qui malgré l'heure tardive ou matinale c'est selon était encore très bien animée. Cuistot s'affairait à faire divers plats et un homme s'affairait à en goûter certains et visiblement cela lui plaisit.

Il s'approcha un peu plus pour le saluer quand une petite fille vint lui prendre la main pour dire avant lui.


Vous êtes Pierre ?

Il s'amusa en voyant sa fille qui n'avait décidemment plus peur de grand chose. Il n'y a pas si longtemps elle se serait caché dans ses jambes face à inconnu. Cela ne faisait querre de doute qu'il s'agissait là du fils de ses amis Oya et Barbu.

Il s'approcha et prit sa fille dans ses bras et s'assit à la table et la prit sur ses genoux.


Enchanté de vous rencontrer ou plutôt devrais je dire vous revoir Messire Pierre.

Il allait se lever pour le saluer mais il l'invita à rester.

Restez assis faites comme chez vous, ne vous préoccupez pas pour moi.

Il attrapa un bout de pain et un bout de viande séchée et un pichet de... zut jus de fruit. Ah un de vin c'est mieux.

Tu en veux un peu ma puce ? Et d'abord qu'est ce que tu fais encore debout jeune demoiselle. C'est pas une heure pour une petite fille.

Elle le regarda et se contenta de lui sourire. Elle avait vite compris que papa ne dirait rien ce soir. Il déposa un baiser dans ses cheveux.

Tu as faim ? Soif ? Ses yeux s'illuminèrent. Il lui versa un verre de jus de raisin et un peu de confiture que Cuistot avait ammené connaissant bien le pêcher-mignon de sa jeune maîtresse.

Comment allez vous Messire Pierre ? Vous avez fait bon voyage ! Vous arrivez comme qui dirait au moment le plus impromptu. Désolé pour l'accueil pour le moins particulier.

Mais vous aurez l'occasion d'être parmi les premiers à voir le dernier de la lignée.


Soudain un ouragan entra dans la cuisine. Et comme d'habitude y'avait beaucoup de vent mais pas grand chose de clair.

Euh ... bonjour ... 'soir ... 'nuité ...

QU'EST CE QUE VOUS FICHEZ TOUS ICI ???!!! Bon je voudrais de l'eau chaude!!! DE SUITE!


Hein quoi ? De l'eau mais Pénélope en a apporté tout à l'heure. T'en as fait quoi ? Tu l'as renversé avec tes grosses mains potelées ? Avoue.


Regard un peu noir de Beths qui avait surement dû verser le baquet sur la tête de la servante et qui avait plus qu'à faire le travail. Pis c'était malin y'avait plus qu'à tout recommencer. Enfin elle aurait peut être pas du parce soudain le bruit des hurlements d'un bébé ce fit entendre au loin.

AAAAAAAAAAHHHHHHHHH!!! LE BÉBÉ!!!

C'est bon merci pour le commentaire on avait compris ! Mais dis moi si t'es là t'étais utile en quoi ?

Il rit mais déjà Beths avait pris ses jambes à son coup et le temps qu'il soulève sa fille et salue Pierre elle avait pris de l'avance. Quelle maison de fous !

Pierre vous pouvez la surveillez et n'hésitez pas à venir dans les chambres. Si j'arrive moi même à entrer... Eléa doit savoir où c'est elle vous conduira. D'accord ma puce ?

Il attendit un signe de tête de sa fille mais elle était subjuguée par sa tartine. Elle se tourna juste pour hocher de la tête.


[Dans les couloirs]

La bougresse de Gondole avait de l'avance. Il se dépêcha et prit un raccourci par le salon pour rejoindre l'escalier. Presque coudes à coudes en bas. Il glissa sur la dalle et vint lui donner un coup d'épaule qui l'envoya plus loin. Mais emporter par son élan il glissa sur la première marche et trébucha.

Elle avait repris la tête. Hihi une armure en haut des escalisers il attrapa la lance et la mit dans ses pieds. Et plaaaaaaaaf elle s'étala de tout son long comme une grosse crêpe. Il rit aux éclats mais ce fut de courte durée car en voulant sauter par dessus elle, elle lui attrapa le pied et il se retrouva au même niveau qu'elle. Un pied dans la figure pour s'en débarasser mais plus agile elle avait repris sa course.

Il se hissa sur ses pieds et tenta de la rattraper. Tiens un oreiller qui trainait par là au milieu du couloir réminiscence des conflits passés mais tant passés que ça. Viser juste. Il le lança mais elle avait tourné au coin du coouloir. Hé défection un miroir ! 7 ans de malheur.


C'est d'ta faute la malédiction est pour toi patate !!

Il était sur ses talons mais ele freina brusquement et il fut emporté par son élan une porte claquée sur son nez.

Hop hop baron, ce lieu est pour le moment réservé aux femmes, on t'appellera

Grrrrrrrrrr !! Tu me pairas ça Beths !

Porte fermée de l'intérieur. Il reprit son souffle et écouta à la porte en reprenant ses esprits. Pppffff ce qu'il faut pas faire pour voir son enfant de nos jours.
Korydwen a écrit:
Dans la Chambre

Derniers efforts de la part de la Baronne, comme une drôle de sensation, le nourrisson glisse entre les jambes de sa mère pour se retrouver avec Fee, la formidable sage femme, elle lâche la main de Gals, elle reprend son souffle et se tourne vers Gals.

Merci... De m'avoir laisser t'écraser la main...

Elle tenta de se redresser, mais ce n'était pas évident, elle était toute courbaturée, elle décida de rester dans cette position, elle verrait avec son époux plus tard. Elle laissa Fee s'occuper de sa fille ou son fils, elle ne savait pas encore, elle ne l'avait pas entendu hurler comme les deux autres, elle se demandait ce qu'il pouvait bien se passer. Il était entre les mains de Fee, elle ne devait pas s'inquiéter.

Un instant plus tard, Fee lui glissa l'enfant tout propre dans ses bras. Elle la regarda avec un grand sourire.


Kory ,je te présente ton fils .
Un futur garnement ,il commence déjà .
D'habitude les bébés pleurs mais lui non il sourit et te fait pipi dessus !


Merci à toi aussi... merci pour toi... Un fils... Et bien, il ressemble déjà à son père...

Korydwen esquissa un sourire, rire lui faisait mal au ventre, elle regardait ce petit bonhomme, si petit, elle avait l'habitude de ses deux "grands", elle laissa son doigt passer le long de sa joue, il ne criait toujours pas, peut-être était-il muet, ça arrivait parfois, son cocher l'était bien, mais alors qu'elle allait le montrer à Gals, un hurlement se fit entendre.

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin

Et bien si il avait de la voix et quelle voix ! Elle le câlina doucement du bout des doigts, lui murmurant doucement un mot... Son prénom...

Timothée...

Une fois l'enfant a peut près calmer, elle le présenta à Gals en souriant, elle qui avait supporté de se faire broyer la main... Puis une tornade qui claqua la porte derrière elle.

Oh Kory, c'est un beau bébé magnifique.
Et ... avec une belle voix familiale. Il a du potentiel ce petiot.


Large sourire suite aux propos de sa vassale, elle la regarde, elle était plus à l'aise cette fois.

Félicitation ma chère suzeraine. Tu peux être fière du résultat.

Et félicitations à vous deux Mesdames


Merci Beths et félicitations à toi pour les linges... Elle la taquinait, rhooooo la vilaine suzeraine.

Elle la laissa caresser le petit pied de Timothée et sourit lorsqu'elle l'embrassa sur le front, son époux devait être derrière la porte.

Je pense qu'il est temps de faire entrer l'heureux père ?
Kory ?


Oui il est temps...

Korydwen se tourna vers la porte... Le sachant curieux pour sur qu'il regarderait pas la serrure ou écouterait derrière la porte...

Mon ange... Mon Baron...
Rick a écrit:
[Dans la suite de Tia et Rick - Heure du rôt]

Tia venait de finir de donner à boire à Georges et elle s'occupait maintenant de lui faire son rôt. Elle lui tapotait doucement sur le dos lorsqu'on entendit un gros

BURPPPP !

Ah ben là, je crois qu'il l'a fait, son rôt !

Rick se mit à rire. Tia lui tendit leur fils le temps qu'elle rajuste sa tenue. C'est à ce moment-là qu'on entendit une grande cavalcade dans les couloirs. Curieux, comme il était le jeune homme se dirigea vers la porte en tenant avec précaution leur fils dans les bras. Il n'eut que le temps de voir disparaître Beths au coin du couloir, suivie par un Al, qui semblait bien joyeux. Le jeune père de famille sourit et rentra dans la chambre.

Tia ! J'ai comme l'impression que le numéro trois vient de voir le jour ! Et si nous allions voir si l'héritier est un garçon ou une petite fille ? Qu'en penses-tu ?

La jeune femme savait son époux très curieux et elle ne refusa pas de l'accompagner. Il lui tendit alors leur fils pour qu'elle le prépare comme il faut. Puis, bras sur l'épaule de son épouse, ils se dirigèrent dans la dédale de couloirs. Tia semblait plus à l'aise que lui dans ce labyrinthe. En chemin, quelle ne fut pas leur surprise de voir Matthis dans le couloir. Il n'avait pas dû bouger de là depuis tout à l'heure. Le petit garçon leur expliqua que son père ne l'avait pas entendu.

Rick se mit à genoux devant son neveu.

Tu sais je crois que le bébé est arrivé. Il faut lui pardonner. Tu sais où se trouve ta maman ?

Matthis acquiésa de la tête. Il allait enfin savoir si Dame Nature avait entendu ses réclamations. Rick le prit dans ses bras pour lui permettre de ne pas trop se fatiguer. Puis, sous la direction du jeune baron, ils arrivèrent jusqu'à une porte. Etait-ce la bonne ? Le tonton laissa son neveu glisser pour qu'il s'en assure et lui se tourna vers son épouse.

On va enfin savoir si Georges aura un cousin ou une cousine du même âge que lui !
--Matthis. a écrit:
Couloir

Matthis avait appelé, appelé son Papa, mais de trace de Papa, peut-être que son Papa ne l'aimait plus à cause du bébé qui sortait du ventre de sa Maman et qui la faisait crier.

Il avançait dans les longs couloirs du domaine, en cherchant une grande personne, lorsqu'un crie... même un hurlement, des pleurs de bébé se firent entendre.


Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin

Matthis en lacha son épée en bois et porta ses mains sur ses oreilles et grommela.

Mes z'oheilles !

Puis des bruits de pas dans les escaliers, une dame qui passe en premier, la vassale qui crie et puis derrière son Papa, alors là Matthis il est fâché, il attrape son épée et la pointe devant lui. Mais alors qu'il allait avancé, son oncle, sa tante et son cousin se pointèrent dans le couloir. Il les regarda en souriant faiblement.

Tu sais je crois que le bébé est arrivé. Il faut lui pardonner. Tu sais où se trouve ta maman ?

Matthis regarda son oncle, mais si son Papa ne l'aimait plus... Il acquiesça et se retrouva dans ses bras, ils avancèrent jusqu'à la porte que Matthis pointait avec le bout de son épée, son Papa attendait derrière la porte. Peut-être que Maman ne l'aimait plus. Matthis gigota pour que son oncle le laisse descendre et s'approcha doucement de son Papa, se blottissant dans ses jambes.

Pou'quoi tu l'êtes dehhièhe la po'te ? Maman te z'aime plus ? Elle veut pas de 'oi ? Tu l'as pas l'entendu moi c'ier ? Ze chechais toi !

Matthis lacha les jambes de son père et s'approcha de la porte se mit sur la pointe des pieds et tourna la poignée, mais c'était fermé. Il donna un coup de pied et un coup d'épée.

Ouvez la po'te ze veux voi' ma Mamaaaaaan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:41

Beths a écrit:
[Dans la chambre]



Kory la taquinait et Beths souriait, ben voui sa suzeraine devait certes être fatiguée, mais elle était ... en bonne santé.
Malgré les progrès inconditionnels des médicastres, Beths se sentait toujours anxieuse lors de naissances : qui savait ce qui pouvait arriver.

Lorsque Kory autorisa son époux à les rejoindre, discrètement Beths retourna jusqu'à la porte.
Elle eut le temps d'entendre comme un coup lancé contre le pauvre battant du bois qui n'avait strictement rien fait hormis celui de protéger de regards masculins ce qui ne devait être vu.
Levant les yeux au ciel se disant que décidément Al manquait de patience, elle déverrouilla le loquet.
Elle était certaine qu'Al entendrait et s'il n'entendait pas, tant pis pour lui.

S'éloignant quelque peu de l'entrée, affichant toujours un large sourire, observant le nouveau membre des Cournon d'Auvergne, elle attendit la suite des événements, étouffant tout de même un léger bâillement.
Quelle idée d'accoucher en pleine nuit dérangeant ainsi les pauvres dormeurs ?
Feeleone a écrit:
Dans la chambre ou naissance eu lieu

Fée rangea un peu tout ce qui avait été déballer .Kory rayonnait son fils dans les bras .
Il était temps de laisser la famille se retrouver autour du nouveau né .
Al fut appelé.
Beths lui ouvrit la porte et le laissa pénétrer dans la chambre ou seule femmes jusqu'ici avait été autorisées.

Quand il entra Beths s'effaça .
Fée l'embrassa et le félicita .Elle était heureuse pour son ami .

Elle le laissa aller auprès de sa femme et son fils Timothée .
Fée sortie discrètement de la chambre .
Elle avait besoin d'aller prendre l'air .Elle fila dans les couloirs sans voir personne ,sortit et se retrouva dans le parc .
Pierre_de_roanne a écrit:
Dans la cuisine

Une petite voix dans son dos, il se retourne et aperçoit une jolie petite fille au visage pourpre, et aux traits rieurs.

Un homme de grande prestance l'accompagne, Pierre va pour se lever mais Althiof lui demande de rester assis.

Echanges cordiaux, Pierre explique son voyage, sourit quand le mari de sa marraine prend le pichet de jus de fruit par inadvertance.

Puis c'est le débarquement, une femme crie après de l'eau, le cuistot saute sur la marmite, un brouhaha terrible dans la cuisine.

Une parole qui lui demande de surveiller la petite, il veut répondre mais il n'en a pas le temps, tout le monde repart à la vitesse d'un troupeau de biches effarées.

Silence...........

Pierre se tourne vers la petite, un grand sourire au lèvres.

Alors dis moi, comment tu t'appelles toi ?
--Elea. a écrit:
[Cuisine]

Elle venait de retrouver son Papa et elle était plutôt contente, tout ce bruit l'avait quelque peu effrayée. Elle regardait le jeune homme manger, puis ce fut à son tour de manger et de boire, son papa lui demanda pourquoi elle était réveillée, mais voyant son sourire, elle savait qu'elle ne serait pas punie.

Elle était plutôt futée la dessus, elle savait quand elle se ferait gronder ou non. Elle engloutissait sa tartine de confiture, lorsque Beths arriva en criant pour faire chauffer de l'eau. Eléa la regarda un petit peu de travers se demandant pourquoi elle hurlait, il n'y avait personne à punir ici. Elle mordit à nouveau dans sa tartine lorsque la Dame vassale cria une nouvelle fois.

Son Papa l'a gronda, Eléa n'avait pas pu entendre les pleurs du bébé, mais en voyant son Papa lui demander de rester avec Pierre, elle savait qu'il était arrivé, hochement de la tête avant de se retrouver sur le sol et de terminer sa tartine en dévisageant le jeune homme.

Il finit par s'adresser à elle après un petit moment de silence.


Alors dis moi, comment tu t'appelles toi ?

Elle lui répondit avec un grand sourire elle avait la bouche pleine de confiture.

Je m'appelle Eléa et j'ai trois ans. Comme ça ! Lui dit elle en montrant trois de ses doigts. Et vous vous appelez Pierre de Roanne, vous êtes le filleul de ma Maman. Maman, elle m'a déjà parlé de votre Maman et de votre Papa, elle disait qu'ils étaient très gentils, alors vous aussi vous devez être très gentils.

Ca lui paraissait logique, quand on avait des parents gentils, on ne pouvait qu'être gentil.

Eléa le regardait en finissant sa tartine et en conversant avec lui. Elle savait que ses parents étaient dans le ciel, avec sa marraine, ils devaient s'amuser là-haut, tous ensemble.

Vous voulez aller voir ma Maman ? Et puis le bébé, je peux vous emmener, comme mon Papa il a dit. Vous dérangerez pas vous savez, Maman elle était pressée de vous voir.

Eléa vouvoyait Pierre depuis le début, non pas qu'il lui faisait peur, mais c'était quelqu'un de très grand et c'était le filleul de sa Maman.
Althiof a écrit:
[Dans la chambre ou dans le couloir ?]

Althiof s'apprêtait déjà à enfoncer la porte tellement il ne tenait plus en place. Rhhhaaaa il ferait payer ce vilain tour à Beths. Même lui n'aurait pas oser... euh enfin certainement que si mais laissons planer le doute.

Et pis évidemment on voyait rien par la serrure. Même pas un peu de lumière. A coup sûr elle s'était plantée devant la porte exprès. Encore plus envie de tout enfoncer du coup. Mais une petite voix vint l'en empêcher.


Pou'quoi tu l'êtes dehhièhe la po'te ? Maman te z'aime plus ? Elle veut pas de 'oi ? Tu l'as pas l'entendu moi c'ier ? Ze chechais toi !

Non c'est Beths qui me joue un tour et maman m'aime plus que tout tu sais. Crier ? Non je t'ai pas entendu mon grand. Il y a beaucoup de bruit cette nuit.


Il sauta dans ses jambes avant de tapper à la porte.

Ouvez la po'te ze veux voi' ma Mamaaaaaan !

On entendit rapidement un bruit distinctif d'une clé qui se tourne. Il ouvrit brusquement la porte mais Beths s'était déjà bougée. Tant pis ça se payerait à coups d'oreillers... pour commencer.

Il s'approcha du lit en faisant un sourire à Gals mais Fée se faufilla et sortit rapidement. Décidemment elle ne changerait pas. Mais c'est comme ça qu'il l'aimait. Le coeur sur la main, une amie comme il en avait toujours prête à aider mais qui avait toujours peu de gêner. Il irait la chercher plus tard pour la remercier.

Il s'assit sur le bord du lit et regarda son enfant qui s'était endormi emmitoufflé dans le lange et serré contre sa mère. Il déposa un doux baiser sur les lèvres de son épouse et écarta les cheveux qui étaient sur son visage.


Tu vas bien mon amour ? Se tournant vers le bébé. Il est tellement mignon ce petit ange. Enfin il... C'est un petit Thimotée ou une petite Angélique ?

Il se calla doucement contre la tête de lit et sassit à côté de son épouse qu'il enlaça doucement ne quittant pas des yeux son fils.
Galswinthe a écrit:
Gals était restée auprès de Kory, tout c'était bien passé et elle n'avait pas eu à intervenir. Il faut dire aussi que Fée avait pris les choses en main à la perfection.
Elle était très heureuse pour Althiof et Kory. Cette dernière, lorsqu'elle eut pu reprendre son souffle, lui présenta le bébé.

Elle lui sourit, bien que ça main lui fît très mal et qu'elle avait eu envie de hurler, mais cela était bien secondaire :

Félicitations Kory, il est superbe.

Puis Althiof arriva, elle alla le féliciter chaleureusement et s'éclipsa afin de laisser un peu d'intimité aux époux.
Beths a écrit:
[Dans la chambre, enfin plus guère pour longtemps]


Fée était partie, Gals à présent, alors qu'Al était aux côtés de son épouse et le dernier de leur lignée.
Matthis trainait aussi dans le coin.

Se sentant de trop, toujours souriante, elle s'éclipsa, discrètement, sans cris, sans heurs, sans remarques.

Elle prit la peine de fermer très doucement la porte derrière elle, afin que les heureux parents puissent profiter de cet instant.

Rêveuse, Beths se demanda si un jour, elle aussi ...

Gloussant doucement à cette idée saugrenue, elle retourna vers sa chambre. Qui sait si elle ne pourrait dormir encore un peu ?
Pierre_de_roanne a écrit:
La cuisine avec un petit ange

C’est barbouillée de confiture que la petite lui lâcha un sourire ravageur, un de ces sourire qui désarme n’importe qui tellement il respire le naturel et la vérité du moment.

Elle montre trois doigts couverts de la visqueuse matière pour dire son age. Sourire en retour à l’évocation de ses parents.

Alors enchanté Eléa qui a trois ans


Pierre se penche vers elle et s’incline, puis sa tartine finie, il lui prend la main et embrasse le dessus de celle ci en évitant la confiture parsemée ça et là.

Il se relève lentement pour ne pas l’effrayer avec sa taille déjà impressionnante.

Oui tu sais j’aimerai bien voir ta maman et le bébé, il sembla avoir de la voix, dis moi tu as de la voix toi aussi, tu sais chanter ?


Tout en lui posant la question, Pierre prends Eléa par la main et la mène près de l’évier où se trouve une bassine d’eau tiède, il plonge les mimines de la petite dans le liquide et lui les lave pour enlever cette glue rose collante. Il prends un morceau de linge et l'essuie.

Alors si tu me montres le chemin, je veux bien que tu montes sur mon dos, comme cela je serai ton cheval et je te guiderai vers ta maman


Un clin d’œil envers la petite

Tu veux bien ?
Korydwen a écrit:
Dans la chambre.

Alors que son époux venait d'entrer, Matthis sur les talons, Galswinthe et Beths disparurent, un dernier sourire à l'attention des deux dames. Son époux s'approcha, dégagea plusieurs mèches de son visage, elle n'y avait guère fait attention, son regard était figé, elle ne lâchait pas des yeux son fils.

Matthis grimpa sur le lit de l'autre côté, regardant le bébé, Korydwen lui sourit, le trouvant incroyablement grand son Matthis. Un tendre baiser de la part de son époux.


Tu vas bien mon amour ? Il est tellement mignon ce petit ange. Enfin il... C'est un petit Thimotée ou une petite Angélique ?

Korydwen dégagea le visage de son fils, regarda tour à tour son époux et son autre fils.

Plutôt pas trop mal... Elle le regarda avec un tendre sourire, même si la fatigue se faisait sentir, cette fois, elle était plus forte et plus sereine que pour Matthis.

Al, Matthis... Je vous présente... Timothée. Un beau petit garçon qui pèse déjà son petit poids.

Elle les regarda avec un grand sourire, se tournant vers Matthis qui se remuait sur le lit en souriant. Content d'avoir un petit frère, elle regarda son époux, soulevant doucement Timothée, et le déposa doucement dans les bras de son père. Mais à peine avait elle confié Timothée à son père que Matthis s'était glissé dans ses bras, elle déposa un tendre baiser sur ses cheveux et lui prit doucement sa petite main pour et l'approcha doucement du visage de son frère...

Les deux frères faisaient connaissance. Il ne manquait qu'Eléa à l'appel mais pour sur qu'elle arriverait bientôt. Korydwen appréhendait un peu la réaction de la petite fille... qui serait certainement bien différente de celle de son frère.
--Elea. a écrit:
[Cuisine avec Pierre qui est très gentil avec moi]

Eléa discutait avec Pierre en souriant, il s'intéressait à elle, c'était tout ce qu'elle demandait, pas toujours facile d'attirer l'attention quand il y a plusieurs enfants.

Alors enchanté Eléa qui a trois ans

Eléa sourit, il lui parlait comme à une grande personne. Une fois sa tartine terminée, Pierre l'emmena se laver les mains, elle était contente, c'était ça avoir un grand frère peut-être, quelqu'un qui s'occupait de vous, comme une Maman et un Papa mais qui ne vous grondait pas.

Elle sourit et avant qu'il ne se relève, elle s'approcha pour déposer une bise sur sa joue, elle n'était pas timide.


Eléa le regarda en souriant, elle savait chanter, mais elle ne connaissait pas énormément de chanson, juste une.

Je sais chanter l'hymne du Duché.

Le visage de la petite fille s'illumina, lorsque Pierre lui proposa de grimper sur son dos, pour la transporter jusqu'à la chambre de sa Maman.

D'accord je te dirai le chemin avec mon bras. J'pourrai te chanter l'hymne du Duché, tu le connais ?

Eléa restait avec Pierre et attendait qu'il la prenne sur son dos, pour aller voir sa Maman et le bébé. Elle avait fini par le tutoyer, c'était venu naturellement.
--Timothee. a écrit:
Dans les bras de ma Maman puis de mon Papa.

Timothée, regardait sa Maman avec de grands yeux ronds, c'était encore un peu flou, mais il était persuadé qu'elle était très belle. Les dames autour de lui discutaient et le regardaient certainement, alors il leurs offrit un beau sourire.

Puis sa Maman le caressa et prononça son prénom, ainsi il s'appelait Timothée, c'était beau et ça avait une douce sonorité, peut-être qu'il serait doux contrairement à son frère et sa soeur. Il bailla un grand coup, la vie de nourrisson c'est difficile et ferma ses petits yeux.

Il entendit des voix, il reconnu celle de son Papa, mais il dormait un peu. Il sentit le lit remuer, quand on le présenta à son Papa et son grand-frère, il devait être content Matthis. Puis il sentit qu'il changeait de bras, il gigota un peu dans son lange et finit par ouvrir les yeux et tomber nez à nez avec celui qui était son Papa.

Il le regarda avec des grands yeux et lui offrit à lui aussi un grand sourire, il n'y avait pas de raison. Il ne pleurait pas, il n'avait pas faim, pourtant les nourrissons venant de naître on les collait sur le sein de leur mère. Mais lui il était bien installé dans les bras de son père. Une bulle de bave perla sur le coin de sa bouche.
Pierre_de_roanne a écrit:
La cuisine puis sortie de cuisine

D'accord je te dirai le chemin avec mon bras. J'pourrai te chanter l'hymne du Duché, tu le connais ?

Pierre rit, il ne le connaissait pas non, il prit la petite sur ses épaules et fit mine de ruer en la faisant sauter doucement.

Il poussa le cri du cheval enragé et sauta sur place, en prenant soin de ne pas la faire tomber.

Il la regarda

Je ne connais pas la chanson Elea, tu veux bien me la chanter ? Comme ça en chantant tu me montres où je dois passer, et on pourra retrouver ton papa ta maman et le Bébé.

En finissant ses mots il se cabra et passa la porte de la cuisine à toute allure en suivant les indications d'Elea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:41

--Elea. a écrit:
[Couloir avec Pierre et l'tout en musique]

Eléa regardait Pierre, il ne connaissait pas l'hymne, chouette, elle lui apprendrait comme ça. Maman, elle disait que c'était super important de le connaître et puis des fois Dame Clothilde, elle demandait à ce qu'il soit chanté pour des fêtes !

Hop sur le dos de Pierre, le bras droit bien avant avec la petite main qui gigotait pour annoncer la direction la fillette chantait en essayant de bien articuler.

C'est euh... Un messire qui s'appelle Delvesior...Delv...Delvécior...Delvechior

La petite fille tout en laissant Pierre la conduire commença à chanter.

Terres de Bourbon et Terres d’Auvergne !
Toutes deux unies, Toutes deux amies !
Duché au service du Règne,
A l’encontre de la tyrannie !


Elle s'arrêta un instant lui montrant les escaliers avant de reprendre un peu plus fortement.

Par delà les près et Les Puys,
Notre Duché éblouit,
Chaque région de notre pays !
Au son de la vielle et de nos voix épanouies !


Elle tapota avec sa petite main les cheveux du grand Pierre avant de chanter à nouveau le refrain.

Terres de Bourbon et Terres d’Auvergne !
Toutes deux unies, Toutes deux amies !
Duché au service du Règne,
A l’encontre de la tyrannie !


Elle était si fière sur son fier destrier, le filleul de sa Maman, quoi de mieux pour lier connaissance qu'un moment de jeu, oui c'était un jeu, enfin pour elle. Elle espérait que Pierre appréciait. Elle enchaîna sur le deuxième couplet alors qu'elle lui montrait avec sa main de quel côté aller.

A ces Provinces du Royaume,
Nous leur devons tous allégeance !
Pour le bien de la Couronne,
Nous nous défendrons avec prestance !


Elle marqua à nouveau une pause pour reprendre son souffle et chanter à tue tête, bien fort que tout le château en profite, le couplet.

Terres de Bourbon et Terres d’Auvergne !
Toutes deux unies, Toutes deux amies !
Duché au service du Règne,
A l’encontre de la tyrannie !


Elle montra la porte à Pierre, son oncle, sa tante et son cousin étaient derrière, elle chanta le dernier couplet alors qu'ils s'avançaient vers eux.

Prêts à défendre nos frontières
Et fiers de notre identité !
Avec ce courage spectaculaire
Nous défendrons nos Libertés !


Une fois arrivé devant eux, elle les regarda avec un grand sourire et toujours sur le dos de Pierre, se mit à chanter le refrain une dernière fois, bien fort.

Terres de Bourbon et Terres d’Auvergne !
Toutes deux unies, Toutes deux amies !
Duché au service du Règne,
A l’encontre de la tyrannie !


Toujours avec son grand sourire.

Voilà c'est fini la chanson ! Maintenant Pierre, et moi on va voir Papa, Maman et le bébé ! Vous vous attendez que Maman dise entrez ! Parce que moi je suis sa fille alors je dois voir avant vous et Pierre c'est son filleul et il est gentil avec moi !
Tiadriel a écrit:
[Dans la suite de Tia & Rick, avant l'heureux évènement]

Georges avait fini de téter, Tiadriel le redressa et lui tapota doucement le dos. Il semblait repu et content.

BURPPPP !

Ah ben là, je crois qu'il l'a fait, son rôt !

Oui, il semblerait, en effet. Tu le prends le temps que je me rhabille, s'il te plaît ?

Elle lui tendit le petit bonhomme pendant qu'elle réajustait sa tenue. Il lui sembla ensuite entendre un bébé pleurer, serait-il enfin né ? Mais comme Rick avait bougé en entendant du bruit dans les couloirs, elle se dit qu'elle avait peut-être rêvé. Il était vraiment tard et elle était épuisée.
Elle le regarda se diriger vers la porte, observer ce qu'il se passait dehors puis revenir, tenant toujours Georges.


Tia ! J'ai comme l'impression que le numéro trois vient de voir le jour ! Et si nous allions voir si l'héritier est un garçon ou une petite fille ? Qu'en penses-tu ?

Elle n'était pas sûre qu'il veuille vraiment une réponse, mais avant d'aller où que ce soit, leur fils avait besoin d'être changé. Elle le déshabilla donc et lui changea son lange, remarquant au passage que son père avait dû passer par là dans la soirée. Elle se demanda un instant ce qu'il avait fait du précédent cadeau laissé par le petit bonhomme... Elle resta perplexe un instant tout en finissant de changer Georges. Elle le revêtit ensuite, mais sans remettre toutes les couches de vêtements que son père lui avait enfilé. Sûrement que quelque chose l'avait perturbé pour qu'il le couvre autant.

[Dans le couloir, encore !]

Quand ils furent prêts, ils repartirent en expédition dans le couloir. Avec une chandelle, l'opération se révéla plus facile que la première fois. Elle tenait avec précaution son fils qui s'était lové dans ses bras, se demandant sûrement où ils avaient encore décidé de l'emmener. Il luttait contre une furieuse envie de dormir, la curiosité le forçant à rester éveillé.

Ils trouvèrent Matthis dans le couloir et Rick décida qu'il serait leur éclaireur. Forcément, ils ignoraient dans quelle chambre Kory avait été transportée pour la délivrance.
Arrivés devant une porte, ils y trouvèrent Al qui semblait fébrile et impatient qu'on le laisse entrer. Matthis descendit des bras de Rick et alla discuter avec son père avant de se venger sur la porte qui semblait fermée.

La porte finit par s'ouvrir et les deux hommes, enfin le père et son fils, purent entrer. Fée en sortit presque aussi vite qu'ils étaient entrés et passa rapidement devant eux sans même les voir. Tiadriel se dit que l'accouchement avait peut-être été difficile et qu'elle avait besoin d'un grand bol d'air ? Oui, ça pouvait être ça.
Elle fut bientôt suivie par Gals, puis par Beths. Tiadriel se sentait un peu idiote en pleine nuit au milieu d'un couloir à attendre quoi ? Juste de savoir si Kory avait eu un petit garçon ou une petite fille... Elle se demandait ce qu'elle faisait là. Ils auraient très bien pu attendre la fin de la nuit pour jouer les curieux. L'essentiel était d'être rassuré sur l'état de la maman et du bébé. Et pour ce qu'elle en avait perçu, ils allaient bien tous les deux.

Elle en était là de ses réflexions quand elle entendit une petite... une grande voix de petite fille chanter, avant de voir apparaître Eléa sur le dos d'un jeune homme qu'elle n'avait jamais vu. Pourtant, son visage lui rappelait quelqu'un... Elle avait juste du mal à se souvenir de qui... Peut-être qu'en plein jour, elle aurait eu moins de mal...
En tout cas, Georges qui commençait à somnoler avait réouvert en grand les yeux et avait légèrement sursauté. Tiadriel le rassura en lui caressant doucement la tête et en le bercant doucement.


Voilà c'est fini la chanson ! Maintenant Pierre, et moi on va voir Papa, Maman et le bébé ! Vous vous attendez que Maman dise entrez ! Parce que moi je suis sa fille alors je dois voir avant vous et Pierre c'est son filleul et il est gentil avec moi !

Pierre ? Mais oui, voilà pourquoi son visage lui rappelait quelqu'un, c'était le fils d'Oya et Barbu. Elle sourit au jeune homme et à la petite fille et les regarda entrer. Elle se tourna ensuite vers Rick.

Tu ne crois pas que nous ferions mieux d'aller nous coucher ? Ils ont l'air d'aller bien tous les deux. Je sais que tu es impatient de savoir, mais je ne suis pas sûre que le moment soit bien choisi...
Rick a écrit:
[Devant la chambre où est né le bébé]

Matthis venait de leur ouvrir la voie avec son épée. Puis, il gigota pour montrer qu'il voulait retrouver son père. D'ailleurs, il alla se blottir directement dans ses jambes.

Pou'quoi tu l'êtes dehhièhe la po'te ? Maman te z'aime plus ? Elle veut pas de 'oi ? Tu l'as pas l'entendu moi c'ier ? Ze chechais toi !

Le petit garçon semblait être en colère contre son père. D'un côté, c'était normal car il l'avait appelé lorsqu'Al était passé en courant. Mais de l'autre, dans la précipitation de la nouvelle, le jeune papa n'avait peut-être pas vu son fiston. Rick avait découvert la fébrilité du moment de l'annonce, lorsque Georges était né. Le jeune homme n'avait pas fait attention à ce que le baron venait de répondre, car Matthis, très en colère tentait de montrer son désir de savoir enfin si c'était un petit frère ou une petite soeur. D'ailleurs, la réponse ne tarda pas à se faire attendre et la clé tourna dans la serrure. Puis les sages-femmes plus ou moins improvisées sortirent les unes après les autres. Rick faillit leur demander comment ça s'était passé, mais elles étaient déjà parties.

En plus, leur attention fut attirée par des cris lointains. Mais plus ceux-ci se rapprochaient et se faisaient plus forts, plus les cris ressemblaient à des paroles de chanson. Le jeune homme essaya de se souvenir où il avait déjà entendu ses paroles. Elles ne lui étaient pas inconnues. Et soudain, il se souvint, c'était les paroles qui avaient gagné pour faire l'hymne du duché. Et la petite voix qui criait plus qu'elle ne chantait c'était Eléa. Rick sourit. Kory leur avait écrit une fois que sa fille connaissait l'hymne du duché par coeur et il avait eu du mal à le croire. Mais il fallait avouer que c'était vrai. Il s'apprêtait à aller la féliciter, lorsqu'il la vit apparaître sur le dos d'un homme qui ne lui disait rien. Il ne pensait pas que sa soeur accueillait autant de monde dans son château. C'était impressionnant !

Voilà c'est fini la chanson ! Maintenant Pierre, et moi on va voir Papa, Maman et le bébé ! Vous vous attendez que Maman dise entrez ! Parce que moi je suis sa fille alors je dois voir avant vous et Pierre c'est son filleul et il est gentil avec moi !

Rick sourit devant l'aplomb de sa nièce. Elle avait déjà le caractère bien trempé de sa mère. Elle ne devait pas être de tout repos avec les serviteurs du château. Il était en train de penser à tout cela, lorsque son épouse le sortit de sa torpeur.

Tu ne crois pas que nous ferions mieux d'aller nous coucher ? Ils ont l'air d'aller bien tous les deux. Je sais que tu es impatient de savoir, mais je ne suis pas sûre que le moment soit bien choisi...

Oui ! Bien sûr, tu dois avoir raison ! Mais tu sais.... on devrait peut-être attendre deux minutes...

Rick n'alla pas jusqu'au bout de sa pensée. Il ne savait pas pourquoi mais il pensait qu'il allait se passer quelque chose. En effet, sa nièce et son neveu n'étaient pas d'accord sur le sexe de l'enfant. Et forcément, à moins d'avoir de faux jumeaux, il y aurait un des deux aînés qui serait déçu ce soir. Et le jeune homme avait du mal à se décider à laisser un des deux enfants pleurer. D'un autre côté, Georges semblait exténué. Et son rôle de père était de le protéger et de faire en sorte qu'il aille bien. Tia avait raison, il fallait y aller. Il sourit donc à son épouse, lui donna un tendre baiser....

Après tout, tu as raison... Georges est fatigué et on saura bien assez tôt si notre fils a un cousin ou une cousine.

Le jeune homme passa sa main sur l'épaule de son épouse et prit la chandelle pour retourner dans leur chambre. Il espérait que Tia connaissait le chemin, car il avait un peu de mal à se repérer dans tous ses couloirs qui ressemblaient les uns aux autres.
--Georges a écrit:
[Dans les bras de Maman]

Sa maman, c'était la plus merveilleuse des mamans, elle comprenait tout. Elle lui présenta l'objet convoité et il se rua, mais doucement, enfin presque dessus, et se mit à téter avidement. Ça faisait du bien de manger !
Puis, il finit par en avoir assez et lâcha le sein de sa mère. Elle le redressa un peu et lui tapota doucement le dos.


BURPPPP !

Il était sorti tout seul. Georges se sentait mieux. Puis son papa l'emmena faire un tour dans le couloir pendant que sa maman se rhabillait. Il y avait des mouvements bizarres dehors. Il retourna dans les bras de sa maman et elle le langea, il se sentit encore mieux. Mais alors qu'il pensait qu'il allait rejoindre son couffin pour faire dodo, voilà qu'ils repartaient tous en expédition ? En plus, il ne lui laissait pas le choix et ne lui demandait même pas son avis. Bon, il n'aurait pas pu le donner...

Il se lova dans les bras de sa maman mais au lieu de s'endormir, il lutta contre le sommeil. Il était tout de même un peu curieux, même s'il n'était pas ravi de repartir se promener. Puis, il lui devint très difficile de résister. Au moment où il allait vraiment plonger, il entendit beugler dans le couloir et sursauta. Il allait pleurer mais sa maman le rassura de suite et le câlina doucement ce qui l'apaisa.

Il se demandait toujours ce qu'il faisait là quand finalement, ses parents décidèrent de repartir dans l'autre sens. Décidément, les adultes faisaient plein de choses étranges...
Il finit par se retrouver dans son couffin, après avoir été rapidement dévêtu mais pas trop. Juste le temps de sentir un bisou de son papa et de sa maman qu'il avait déjà mis ses deux doigts dans sa petite bouche et qu'il dormait déjà.
Tiadriel a écrit:
[Dans le couloir quand Rick hésite...]

Oui ! Bien sûr, tu dois avoir raison ! Mais tu sais.... on devrait peut-être attendre deux minutes...

Elle attendit la suite, se disant que ce n'était pas gagné mais elle s'en était un peu doutée. Elle le laissa peser le pour et le contre, se demandant ce qui pouvait le faire tant hésiter. Si elle avait pu lire dans ses pensées, peut-être qu'elle aurait pu l'aider à se décider...
Il lui sourit, l'embrassa et...


Après tout, tu as raison... Georges est fatigué et on saura bien assez tôt si notre fils a un cousin ou une cousine.

Elle était contente qu'il se soit résigné à quitter ce couloir. Georges était peut-être fatigué, mais c'était aussi son cas à elle. Elle ne rechignerait pas à prendre un peu de repos. Il passa son bras autour de ses épaules et éclaira le chemin de la chandelle. Il semblait un peu hésiter, elle ne savait pourquoi. Renonçant à lui demander, elle s'avança dans le couloir et ils regagnèrent leur chambre, tous les trois.

Elle déposa son fils sur le lit pour le dévêtir un peu avant de le mettre dans son couffin, de nouveau bien au chaud. Elle déposa un baiser sur son front et lui souhaita une bonne nuit. Le petit bonhomme avait déjà mis ses doigts dans sa bouche et s'endormit, cessant de lutter pour rester éveillé.

Après un dernier regard pour son fils, elle se dirigea vers le lit, ôta chemise, chausses et braies et se glissa dans les draps, attendant que Rick la rejoigne. Elle se lova dans ses bras, bien au chaud et après un dernier baiser, elle s'endormit à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:42

Pierre_de_roanne a écrit:
Elea avait chanté à pleins poumons son hymne si joli. Pierre avait écouté avec attention et aussi beaucoup rit face à la fougue et l'entrain avec lesquels se déroulait le chant.

Arrivé devant la porte de la déjà maman, ils croisèrent des gens qu'il ne connaissait pas. Un signe de tête pour dire bonjour et un sourire.

Il écouta la petite " donner " ses ordres et essaya de garder son sérieux.

Il se mit au garde à vous et avec sa main salua la petite capitaine en herbe en répondant

Oui ma capitaine, je reste ici en attendant votre accord de venue.


Le regard complice et le sourire au lèvre, pierre attendit tranquillement à l'entrée de la chambre.
--Elea. a écrit:
[Chambre]

Eléa entraina Pierre dans la chambre où se trouvaient ses parents, son frère et le bébé. Elle tirait le jeune homme par la main, après tout il l'avait appelé capitaine, alors elle en profitait.

Elle l'entrainait jusqu'au lit non loin de sa mère et se tourna vers ses parents, un grand sourire aux lèvres.


J'ai amené Pierre ! Alors c'est quoi un garçon ou une fille ?

Elle attendait sagement une réponse, regardant son frère qui semblait s'être plus où moins endormi et son papa absorbé par le bébé.
Althiof a écrit:
Althiof était tellement absorbé qu'il n'avait pas vu que Beths puis Gals s'étaient eclipsées. Il aurait le temps de leur présenter ensuite mais surtout à Fée, si elle n'était pas déjà partie. Sinon il irait lui présenter à Murat.

Il fut sortit de ses rêveries par la voix de sa fille.


J'ai amené Pierre ! Alors c'est quoi un garçon ou une fille ?

Kory s'était un peu assoupié. Il tourna la tête.

Coucou Eléa, dis bonjour à ton petit frère Timothée. Enfin pas trop fort il s'est endormie. Maman aussi on dirait.

Alors Messire Pierre mon guide de fille ne vous a pas trop perdu dans le château ?


Sourire taquin à sa fille et grand baillement. Que cette soirée fut longue. Il avait peine à imaginer l'état de fatigue dans lequel devait se trouver Kory.
Lafeeviviane a écrit:
Viviane savait que Fée aurait voulu que son ami Althiof, dont elle parlait si souvent, soit mis rapidement au courant. C'est pourquoi elle envoya un pigeon chez lui. Elle savait qu'il venait juste d'être papa, et était navrée de devoir lui annoncer une si mauvaise nouvelle juste apres tant de bonheur.

Citation :
"Althiof,

Ces quelques lignes me sont dures à écrire. Je sais que tu viens juste d'être une nouvelle fois Père, et je te félicite, toi et l'heureuse maman.

Malheuresement, j'ai une bien triste nouvelle à t'annoncer : Fée est partie cette nuit. Partie rejoindre Aristote et les siens. C'était son souhait le plus cher, et je suis persuadée que là haut, elle continuera de veiller sur nous, comme elle l'a toujours fait.

Prends soin de toi et de ta famille,

Viviane"
Pierre_de_roanne a écrit:
Pierre sourit à Althiof, il regarde la petite Eléa

Tu as été formidable toi
, puis se tournant vers Althiof

Je me suis beaucoup amusé avec Eléa, elle est une charmante petite fille qui chante admirablement bien et avec une puissance vocal insoupçonnable
, un clin d’œil vers le mari de sa marraine.

Il regarde le Bébé assoupi dans les bras de sa maman qui l'est également.

Althiof, je suis heureux de vous avoir rencontré, je vais malheureusement devoir partir, dites à ma marraine que je reviendrai la voir rapidement, mais je dois repartir sur les routes, Mimizan m'appelle.

Une franche poignée de main entre les deux hommes et Pierre se retourne vers Eléa.

Tu devras bien prendre soin de maman et de ton petit frère.


Il cherche dans une de ses poches et il en sort une pièce en or, il la tend à Eléa

Tiens, ceci est un porte bonheur, je veux que tu le garde en souvenir de nostre magnifique chevauchée.

Il se penche pour l'embrasser, puis se relève.

Se dirigeant vers la porte , un dernier regard plongé sur la petite famille réuni et il s'éclipse pour qu'ils puissent enfin se reposer.
Korydwen a écrit:
Korydwen avait fini par s'endormir Timothée dans les bras, l'enfant s'était lui aussi laissé aller, il avait rejoint les bras de morphée, Matthis lui était assis et sa tête était calée contre l'épaule de sa mère, il s'était lui aussi endormi d'épuisement, à presque deux ans, c'était normal, il avait déjà tenu longtemps.

Eléa se glissa dans les bras de son père après avoir remercier Pierre pour le cadeau, le porte bonheur, elle le posa sur la petite table à côté du lit et s'endormit à son tour...

La petite famille dormait entièrement réuni dans un seul lit, ils se tiendraient tous chaud et n'aurait pas froid durant la nuit. Korydwen ne bougeait pas, certainement de peur de faire mal à ses enfants, quelques heures plus tard, le jeune Timothée, se mit à remuer dans ses bras, ouvrant faiblement la bouche, un léger bruit, suffisamment fort pour réveiller sa mère, mais pour son père et ses frères et soeurs, bien trop faible. Machinalement la Baronne déboutonna son chemisier et présenta son sein pour la première fois à son fils qui approcha doucement sa bouche et commença à téter doucement.

Un balet d'ouverture et de fermeture des paupières s'était opéré, la Baronne luttait pour ne pas s'endormir pendant que son fils mangeait, la faible lueur des rayons du soleil traversait les tentures près des fenêtres, il devait être encore tôt. Korydwen sentit la bouche de son fils se détacher de son sein, elle le releva doucement et le cala doucement sur son épaule, tapotant sur dos doucement, un rot tout aussi discret que les hurlements de l'enfant se fit entendre.

Korydwen était assez surprise, les deux premiers étant très bruyant, un enfant sage, pleurant faiblement, lui faisait bizarre et presque peur... Était il semi-muet ? Il n'avait peut-être pas assez de force, tout un tas de questions... Elle déposa Timothée sur ses genoux, tenta d'allonger son Matthis sans le déranger, Eléa et Althiof étaient bien installés et ne reposaient pas sur elle. Elle put se lever doucement et quitta la chambre Timothée dans les bras. Elle quitta la chambre qui n'était pas la sienne, pour se rendre dans la sienne et tenter de trouver des vêtements moins sales... Sa robe légèrement rougit au niveau du bas...

Elle déposa Timothée au milieu de son grand lit, s'assurant que le petit garçon ne bougerait pas, mais une fois de plus il était calme pas un bruit, pas un mouvement. Elle passa une robe simple, un coup de brosse dans les cheveux pour être limite présentable.

Elle avait entendu du mouvement hier au soir, ou du moins ce matin très tôt, son frère visiblement qui voulait se jeter dans sa chambre pour découvrir l'enfant. Timothée, bien emmailloté, la Baronne prit donc le chemin de la suite de son frère et de sa belle-soeur, elle demanda au garde si quelqu'un était sorti, mais personne. Elle s'installa donc sur un des fauteuils présents dans le couloir et fit plus ample connaissance avec son fils... Le deuxième de la lignée...
Tiadriel a écrit:
[Dans leur suite, après une courte nuit]

Après cette trop courte nuit, Tiadriel avait été réveillée à l'aube par son petit bonhomme qui avait faim. Il avait à peine manifesté sa présence. Peut-être avait-il senti que son père avait besoin de dormir encore un peu.

Elle se leva sans trop remuer, enfila un peignoir et alla chercher Georges. Il gazouillait doucement, tout en faisant des bulles. En apercevant sa mère, il agita fébrilement les bras. Elle le souleva délicatement et alla s'asseoir dans un fauteuil. Elle le fit téter tranquillement, tout en repensant à la nuit agitée qu'ils avaient eu. Elle ne savait pas l'heure qu'il était, mais il devait encore être très tôt. La lueur du jour filtrant à peine à travers les lourdes tentures.

Tout était calme dans le château. Tout le monde dormait sûrement à point fermé. Pourtant, il lui sembla entendre quelque chose. Elle attendit que Georges finisse sa tétée, puis elle le redressa pour qu'il fasse son rot. Elle réajusta ensuite tant bien que mal sa tenue et son fils dans les bras, elle se dirigea vers la porte pour aller voir. Juste pour s'assurer qu'elle n'entendait pas des choses qui n'existaient pas...

Elle fut surprise de trouver Kory, confortablement assise dans un fauteuil, son bébé dans les bras. Elle s'approcha doucement, refermant la porte derrière elle pour ne pas réveiller Rick.


Bonjour Kory ! Tu es déjà debout ? Tu n'es pas trop fatiguée ?

Si elle avait su, elle aurait enfilé autre chose et se serait passée un coup de brosse dans les cheveux, mais son fils ayant détourné son attention, elle avait complètement... oublié.

Tu n'as pas froid dans le couloir ? Tu ne veux pas entrer pour me montrer ta petite merveille ? Rick dort encore, mais nous pourrions passer dans le petit salon de la suite. Nous y serons très bien.

Elle lui sourit, impatiente de découvrir le visage du petit ange de sa belle-soeur.
Rick a écrit:
[Le lendemain dans leur suite]

Les deux amoureux étaient arrivés dans leur suite et Tia s'était occupée de Georges. Puis, ils s'étaient glissés amoureusement dans leur lit. Rick avait eu du mal à trouver le sommeil. Curieux comme il l'était, il aurait bien aimé savoir si c'était un petit garçon ou une petite fille qui avait vu le jour. Ou plutôt la nuit en l'occurence ! Il avait regardé son épouse dormir, puis il s'était laissé gagner par le sommeil.

Au petit matin, il sentit vaguement son épouse se lever. Cela devait être l'heure de la têtée. Mais après une telle nuit mouvementée, il ne pouvait pas se lever. Pas encore ! Pas déjà ! Il grogna dans son sommeil et se tourna de l'autre côté... Il avait honte de ne pas être présent pour Tia et leur fils mais il n'arrivait pas à lever les paupières. Il se rendormit un instant en se disant que son épouse n'allait pas tarder à revenir se coucher de toute façon. Au bout d'un moment qu'il ne pourrait définir, il mit sa main à côté de lui pour caresser tendrement son épouse. Mais pour son plus grand malheur, il ne trouva que le vide sous ses doigts. Il ouvrit un oeil, puis l'autre pour vérifier. Elle n'était pas là. Il se tourna alors sur le dos et se frotta les yeux. Son épouse n'était pas dans la pièce. Il se souleva un peu et vérifia la présence de Georges. Mais lui non plus n'était pas là. Il s'assit alors sur le lit et se gratta la tête en se demandant où ils pouvaient être. Il regarda par terre et s'aperçut que les vêtements de son épouse étaient là. Elle ne devait donc pas être bien loin, si peu couverte.
Korydwen a écrit:
Errante dans son château avec son dernier né.

Korydwen regardait son fils, si calme, il avait le visage fin et l'observait, il lui caressait doucement le visage avec le bout de ses doigts, il n'était pas aussi fragile que Matthis et rien que pour ça elle en était heureuse, il ne finirait peut-être pas souleur celui-ci, contrairement à son frère ou sa soeur. Quoi qu'avec le temps peut-être s'affirmera-t-il plus.

Elle le regardait toujours aussi absorbée, profitant de cet instant de calme dans le château tout reprenait son cours presque tranquillement, une porte s'ouvrit, elle ne releva pas la tête pour voir qui c'était, simplement une voix.


Bonjour Kory ! Tu es déjà debout ? Tu n'es pas trop fatiguée ?

Elle leva la tête et dit doucement.

Bonjour Tia, bonjour Georges. Oui il avait faim.

Korydwen sourit et se leva, elle n'était pas fatiguée, loin de là. Elle était en forme, elle avait l'habitude des nuits courtes et puis elle s'était endormie bien entourée.

Elle découvrit légèrement son fils et le montra à Tiadriel qui voulait certainement le voir. Elle cala Timothée contre elle de façon à ce qu'il puisse voir lui aussi.


Tia, Georges je vous présente Timothée.

Korydwen sourit et déposa un baiser sur les cheveux blond de son fils, ses enfants naissaient tous blond, Eléa avait viré au roux, alors que Matthis était toujours aussi blond.

Tu n'as pas froid dans le couloir ? Tu ne veux pas entrer pour me montrer ta petite merveille ? Rick dort encore, mais nous pourrions passer dans le petit salon de la suite. Nous y serons très bien.

Non pas froid.

La baronne souriait et regardait sa belle-soeur.

Je te suis.

Elle avait un peu de mal à émergé, elle se remettait doucement de son accouchement et avait encore ses pensées ailleurs, surtout qu'elle n'avait pu voir son filleul, elle était un peu triste. Elle entra et trouva Rick assit sur le bord de son lit. Elle le regarda, en souriant faiblement.

Il dort assis ?

Elle rit doucement tenant son Tim dans les bras.
--Georges a écrit:
[Quand il fait faim, il faut manger]

Le petit garçon était tombé comme une masse après la nuit qu'il avait eu. Se promener la nuit, finalement, ce n'était pas encore pour lui. Il était trop petit. Il espérait que ses parents ne recommenceraient pas de si tôt.

Il dormait paisiblement quand la faim se faisant ressentir, le réveilla. Il tendit d'abord l'oreille. Tout était calme. Ses parents devaient être fatigués et dormir encore mais lui, il voulait manger. Son estomac criait famine. Il remua un peu dans son couffin. Peut-être que s'il arrivait à se rendormir, il oublierait qu'il avait faim... Mais non, rien à faire... Il protesta doucement, guettant une réaction. Il entendit bouger.


"Chouette, ça marche ! J'espère que c'est Maman, parce que Papa, il ne pourra pas me donner ce que je veux."

Didididibababagadada !

Il vit bientôt arriver la personne de toutes ses espérances. Sa maman ! Il était content. Elle l'avait entendu et il n'avait pas réveillé son papa. Il agita les bras quand elle se pencha sur son couffin.
Ils s'installèrent tous les deux dans un fauteuil et là, il put téter tout son saoul. Il se sentit mieux après. Repu, il fit son rot sur l'épaule de sa maman. Mais alors qu'il pensait qu'elle allait jouer un peu avec lui, elle l'emmena dehors.


"Zut, encore une ballade ? Je veux pas moi !"

Ils s'arrêtèrent presque de suite dans le couloir et sa maman parla avec une dame. Il réfléchit un instant. Cette dame toute floue, il la connaissait. Qui c'était déjà ? Sa tante ! Mais elle tenait quelque chose dans ses bras, il ne voyait pas bien ce que cela pouvait être.

Une chance, elle s'approcha et lui montra, enfin, pas seulement à lui, mais à sa maman aussi.


Tia, Georges je vous présente Timothée.

Il se pencha un peu trop pour voir, retenu juste à temps par sa maman pour ne pas tomber. Il ne maîtrisait pas du tout l'art du tangage.

"Ooooooooooooooh ! Mais c'est un petit bébé ! Comme moi, enfin, un peu plus petit quand même. Il a l'air encore un peu fripé, non ? C'est ton bébé, Tata ? C'est un cou-zin aussi ? Il est sorti de ton ventre ?"

Il ne le quittait plus des yeux, agitant sa petite main dans sa direction.

Aga ! Diiiiiidaaaaaaaaaagadada !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:43

--Timothee. a écrit:
En visite dans ma nouvelle maison.

Des bras de son père, il s'était retrouvé dans ceux de sa mère et s'était endormi paisiblement, son grand frère Matthis s'était calmé et lui aussi il était blotti contre maman, Eléa sa grande soeur avait piqué les bras de son papa. Il était bien entouré le petit Timothée pour commencer sa vie, en plus il avait un joli prénom, aussi doux que lui.

Il n'avait toujours pas mangé, mais au petit matin quelque chose lui picota les yeux et il avait un peu mal au ventre, le pauvre, il n'avait encore rire dedans, il gigota faiblement et chouina doucement, seule sa maman l'entendit, et à peine s'était elle réveillée qu'elle lui présentait le sein nourricier, celui qui s'occuperait de lui remplir le ventre pendant plusieurs mois.

Il buvait doucement, une petite main posée dessus, une fois terminé, un léger rot toujours discret, il avait une voix, il l'avait trouvé, mais elle était largement moins puissante que celle d'Eléa et Matthis.

Sa maman se leva et l'emmena dans une autre chambre, il se retrouva allonger dans un grand lit, mais aucun mouvement de la part de l'enfant, pourquoi bouger alors qu'il était bien emmailloté, il avait piqué le peu de gène calme de son père et de sa mère. Il était bien différent des deux autres, et c'était plutôt bien, des enfants différents.

Il retrouva les bras de sa maman, et la regarda avec ses grands yeux marrons, grands ouverts, bien ronds, il avait la bouche fermée et ses lèvres étaient joliment relevées sur chaque côté.

Alors qu'il observait sa mère, une dame sortit de la pièce, il ne la connaissait pas, il avait déjà une grande famille sans le savoir, que cela soit du côté de son père ou du côté de sa mère. Sans compter les ami(e)s très proches de ses parents, là aussi il y en avait beaucoup.

Il sentit sa maman bouger et il sentit qu'elle le calait doucement contre elle pour qu'il puisse voir devant lui, un bébé, le même que lui, enfin différent, mais il ne savait pas réellement à quoi il ressemblait, ce bébé faisait du bruit, c'était son cousin, lui ne voyait pas l'intérêt à faire du bruit, c'était bien le calme et puis son Papa avait l'air d'avoir apprécié le calme de son fils, sa maman aussi d'ailleurs, alors il continuerait.

L'enfant d'en face s'agitait, Timothée resta sagement blotti dans ses couvertures, il avait bien chaud et il était bien. Pour sur que les deux enfants finiraient par être complémentaire, mais Timothée finirait bien par devenir un peu plus bruyant avec les deux modèles au dessus de lui. Il souriait et regardait sa tante et son cousin attendant que sa maman l'emmène ailleurs.
Tiadriel a écrit:
[Quand elle sait enfin !]

Elle sourit à Kory. Elle avait l'air en forme pour quelqu'un qui venait de donner la vie quelques heures auparavant.

Tia, Georges je vous présente Timothée.

Elle se pencha sur le fils de Kory, rattrapant le sien, un peu trop curieux et manquant tomber. Georges semblait fasciné par son nouveau cousin, ce qui semblait laisser Timothée tout à fait indifférent.

Un vrai petit ange. Il est magnifique ! Toutes mes félicitations, Kory !

Elles passèrent ensuite dans la chambre pour se faufiler dans le petit salon. Tiadriel était occupée à faire le moins de bruit possible quand elle entendit Kory.

Il dort assis ?

Elle ne comprit pas tout de suite ce qu'elle voulait dire. Elle se retourna et suivit le regard de sa belle-soeur. C'est à ce moment là qu'elle aperçut Rick. Elle pensait qu'il dormait. Elle lui sourit.

Bonjour mon coeur ! Tu es réveillé ?
Ta soeur est venue nous présenter son troisième enfant !
Rick a écrit:
Rick se demandait encore où était son épouse lorsqu'elle entra doucement, avec Georges dans les bras, suivi immédiatement par Kory et le nouveau-né. Son épouse était vraiment finement vêtue. Elle n'avait vraiment pas peur d'attrapper la mort dans une telle tenue. Heureusement que lui avait encore son caleçon long sur lui, lorsque Kory était arrivé. D'autant plus que Tia était passée sans un regard dans sa direction pour ne pas le réveiller. Du coup, elle n'avait pas pris soin de vérifier que son peloux de mari soit dans une tenue décente. Cela aurait pu être gênant de se trouver dans une situation telle que celle-ci, le caleçon long en moins.

Il dort assis ?

Tia se retourna vers lui, le sourire aux lèvres. Il répondit à ce magnifique sourire.

Bonjour mon coeur ! Tu es réveillé ?
Ta soeur est venue nous présenter son troisième enfant !


Bonjour les filles !

Rick se leva complétement et pieds-nus et torse nu, tel un pirate, il avança vers sa promise. Il l'embrassa tendrement puis fit un petit bisou à son fils. Il mourrait d'envie de savoir, mais il trouvait malpoli de se jeter sur sa soeur, avant d'embrasser femme et enfant. Donc, il fit les choses dans l'ordre.

Ah quelle merveilleuse nouvelle ! Alors petit héritier ou future baronne ? Quel est l'aîné qui a été exaucé ?

Rick sourit à sa soeur, avant d'aller l'embrasser sur la joue et de voir le phénomène. Kory lui présenta l'enfant et il put voir deux magnifiques yeux marrons le regarder. Un tout petit être blond comme le blé. De là, il était difficile encore de savoir de quel sexe était l'enfant. Il regarda donc sa soeur d'un air interrogateur.
Korydwen a écrit:
Elle suivait Tiadriel qui voulait l'emmener dans leur petit salon, mais ils s'arrêtèrent dans la chambre, Rick s'était réveillé, il s'était levée rapidement, il avait eu le temps de bien se réveiller avant qu'elles entrent. La visite serait plus courte que prévue et ce n'était pas dommage, elle avait quelques douleurs dans le bas du ventre et il valait mieux que son époux ne la voit pas debout, sinon elle risquait des ennuis.

Son fils regardait Rick, son oncle qui venait de les saluer, il voulait savoir quel aîné avait été exaucé, elle sourit. Finalement les deux avaient trouvé leur compte, Eléa serait l'unique fille de son père et sa mère, profitant d'un certain avantage sur ses frères qui étaient deux, elle serait l'unique princesse de ses parents. Quand à Matthis il avait eu le petit frère rêvé, depuis de nombreux mois. Tout se finissait bien.


Les deux... Avec un seul enfant... Un petit Timothée.

Korydwen les regardait attendant la réaction de Rick, elle repartirait ensuite dans sa chambre, pour se reposer et retrouver sa petite famille, rassuré son époux qui serait comme toujours inquiet et laisser ses enfants faire plus ample connaissance tous les trois, que chacun trouve sa petite place.
Rick a écrit:
Rick sourit. Il savait enfin ce que Georges avait comme petit compagnon de jeu. Ce serait un garçon... Sûr qu'Eléa aurait du travail avec trois garçons à diriger. Mais il ne se faisait pas de soucis pour elle car elle savait déjà ce qu'elle voulait. Pour preuve, la façon dont elle l'avait chassé devant la porte de sa mère. Et dire qu'elle n'avait que trois ans. Rick sourit. Il était étonné que le petit enfant ne parle pas comme Georges. Son fils gazouillait souvent. Mais, il oubliait très rapidement les progrès faits. Il avait du mal à se souvenir que Georges était comme cela et pourtant, ils n'avaient que quelques jours de différence. Dans plusieurs années, ça ne se verrait plus.

Les deux enfants ne se ressemblaient pas beaucoup. Dommage, ils auraient pu passer pour des jumeaux. Mais avec de la chance, ils pourraient grandir ensemble. Le jeune homme s'amusait à comparer les deux enfants. C'était amusant comme quoi en une semaine, Georges avait pris du poids. Tia le nourrissait vraiment bien.


Kory, ton fils est très beau. Mais je trouve étonnant qu'on ne l'entende pas. Il n'est pas muet au moins ?

Rick mit sa main sur l'épaule de Tia et sourit en regardant son fils.
Korydwen a écrit:
Korydwen regardait son frère légèrement perplexe par sa question, elle avait vu le manège de son regard un coup Timothée, un coup Georges, le jeune homme devait chercher les différences... Ils n'avaient pas grande différence d'âge, juste différence de caractère.

Elle regarda son fils puis son frère, se demandant si elle n'avait pas rêvé, pour une fois qu'elle en avait un calme, qui ne pleurait pas pour un oui ou pour un non, qui ne gigotait pas dans tous les sens pour montrer sa présence, l'on lui demandait si il n'était pas muet. Peut-être des cordes vocales plus fragiles que certains ou peut-être sage et peu chouineur... L'avenir lui répondrerai... Ou alors simple mal de gorge après son premier hurlement...


Merci... Mais pourquoi voudrais-tu l'entendre ? Les nourrissons ne gazouillent pas de suite... Ils pleurent et il a eu de quoi manger, il est propre... Aucune raison de pleurer. Il n'est pas muet si ça te faisait peur... Mais ça n'aurait rien changé de toute façon... Il est mon fils.

Korydwen sourit et déposa un baiser dans les cheveux de son fils. Elle le cala contre son épaule et les regarda.

Ce n'est pas que votre présence nous ennuie, mais je crois que nous allons retourner nous reposer... Si vous avez besoin de quoi que ce soit les serviteurs sont là... Al risque à faire la tête et me gronder si il sait que je me suis levée.

Elle esquissa un sourire.
Tiadriel a écrit:
La jeune femme regarda sa belle-soeur présenter son dernier né à Rick. Le nouveau tonton savait enfin que le petit dernier était un petit Timothée. Elle trouvait le prénom très joli.

Elle trouvait son mari un peu dévêtu pour l'évènement, heureusement qu'il avait quelque chose à partir de la taille, sinon...

Tiadriel écouta Rick poser une quantité de questions, comme d'habitude, laissant parler son côté inquiet. Sa soeur le rassura comme elle le faisait si bien puis elle prit congé.
Cela ne faisait que quelques heures qu'elle avait donné naissance à Timothée et elle devait être fatiguée, même si elle lui avait prétendu le contraire tout à l'heure.


Ce n'est pas que votre présence nous ennuie, mais je crois que nous allons retourner nous reposer... Si vous avez besoin de quoi que ce soit les serviteurs sont là... Al risque à faire la tête et me gronder si il sait que je me suis levée.

Oui, allez vite vous reposer. C'est très gentil d'être passée pour nous présenter ta petite merveille. Encore toutes mes félicitations et félicitations à l'heureux papa !

Elle les embrassa tous les deux en leur souhaitant une bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   Sam 8 Nov - 22:44

Althiof a écrit:

[Nuit du 1er au 2 octobre]

Quelle nuit ça avait été. Il n'avait eu qu'un regret celui de ne pas avoir pu parler à Fée après l'accouchement. Elle s'était absentée les laissant comme souvent. Elle était comme ça Fée, le coeur sur la main mais toujours peur de déranger, de gêner. Et pourtant des amies comme elle il les comptait sur les doigs de la main, des amis qui sont prêts à tout pour venir l'aider. Elle lui avait montré à de bien nombreuses reprises mais elle continuait à croire qu'elle gênait...

Mais au petit matin il s'était levé aux aurores pour aller la trouver alors qu'elle s'apprêtait à quitter le domaine. Il n'avait même pas eu le temps de la remercier pour tout ce qu'elle avait fait. Il s'était précipité pour l'arrêter.

Des semaines déjà qu'il imaginait comment lui annoncer. Peut-être aurait-il dû lui dire avant mais il voulait lui en faire la suprise.


Fée, merci pour ton aide... merci mille fois... ne pars pas s'il te plait... reste et vient voir ton filleul. Il aura tant besoin d'une marraine comme toi pour le guider.

Je... je ne peux pas... Al... Désolé


Peu de mots avaient été échangés à cet instant, il en avait pleuré, ils en avaient pleuré et puis il s'était assis sur le mur à l'entrée du domaine et ils avaient parlé de longures minutes durant. Elle lui avait alors parlé de sa maladie, de sa blessure. Il avait bien tenté de la résonner la pousser à consulter mais elle était comme ça aussi Fée. Toujours à penser aux autres avant de penser à elle.

Il n'avait rien pu faire pour la convaincre. Sans doute n'avait-il pas assez essayé. Il avait pourtant essayé d'être aussi prévenant pour elle qu'elle l'était pour lui mais il se révélait peu doué. Elle était repartie pour Murat et lui n'avait rien dit, juste informé rapidement son épouse, espérant au fond de lui que tout irait bien...



[9 octobre]

... Mais quelques jours plus tard il reçut une lettre qui lui glaça le sang.

Citation :
Bonsoir ma rousse préférée

C'est pas de gaieté de coeur que je t'écris cette missive mais un jour tout a une fin. Tu as su me comprendre rapidement, voir qui j'étais réellement et pas cette mégère dont on essaye de me faire endosser le rôle .

J'ai pas réussi grand chose dans ma vie, à part sans doute les naissances de tes enfants et ta protection pour notre retour dans le BA .

C'est peu de chose mais j'en suis fière .
Cela m'est très difficile de t'écrire ses mots car à l'heure qu'il est je ne sais combien de jours il me reste à vivre .
Très peu je le crains les douleurs deviennent insupportables, même les décoctions données par les médicastres vu ne servent plus à grand chose.
Il y aurait bien une solution mais très peu de médicastres sont capables de le faire .
Enlever les abcès qui envahissent mon corps suite à ma blessure mal soignée, par ma faute je le reconnais, toujours trop pressée .
Lady ou dame isabeau de valence seraient capables surement de faire le nécessaire mais je ne suis plus en mesure de voyager.

Il est vrai que j'ai quelques regrets de partir maintenant.
Pierre m'offrait une nouvelle vie en m'anoblissant, toi tu désirais une marraine digne de se nom pour ton dernier né, le joli Thimotée mais je ne sais si je serais capable de tenir ces rôles, trop de doute et de peur en moi.

Je n'ai pas été capable de savoir me faire aimer pour celle que je suis.
Suis je difficile ou un monstre que l'amour m'est refusé ?

Je suis perdue.
J'ai hâte de partir mais aussi tellement de peine de quitter des amis sincère comme toi, Viviane, Pierre et Clothilde.

N'oublie jamais que je serais là pour toi .
L'amitié n'a pas de frontière.
Je t'aime mon ami, ma rousse

Adieu, Fée


Avait-elle renoncé ? Elle avait toujours été si combative mais la vie n'avait pas été clémente avec elle. Son fils était mort et une chose s'était brisée a jamais.

Et ce qu'il redoutait le plus, ce qui devait arriver, lui fut annoncé quelques jours plus tard.



[12 octobre]

Il froissa la missive et tomba à genou par terre ne faisant guère attention à l'endroit où il se trouvait ni même si on pouvait le voir; Il s'en fichait royalement. Sa peine était bien trop grande.

Citation :
"Althiof,

Ces quelques lignes me sont dures à écrire. Je sais que tu viens juste d'être une nouvelle fois Père, et je te félicite, toi et l'heureuse maman.

Malheuresement, j'ai une bien triste nouvelle à t'annoncer : Fée est partie cette nuit. Partie rejoindre Aristote et les siens. C'était son souhait le plus cher, et je suis persuadée que là haut, elle continuera de veiller sur nous, comme elle l'a toujours fait.

Prends soin de toi et de ta famille,

Viviane"

Lorsque son épouse arriva elle donna rapidement Timothée à Mathilde et vint s'assoir à côté de lui pour le prendre dans ses bras. Elle prit la missive et comprit bien vite... Combien de temps restèrent-ils par terre, elle essayant de le cajoler et lui pleurant toutes les larmes de son corps.

Elle était sans doute plus heureuse là haut. Elle avait rejoint son fils Côme Amaury. Mais en ce moment il était trop malheureux pour se le dire. Il n'avait pas la date de la mise en terre. Etait-elle baptisée ? Il se rendit compte qu'il ne le savait pas... Quoi qu'il en soit il irait à Murat pour lui rendre un dernier hommage, à cette femme si discrète et reservée mais si gentille, si attentionnée mais si étrange parfois, celle à qu'il il n'avait aucun mal à se confier mais qui n'arrivait pas à en faire autant.

Fée, son amie, que plus jamais il n'appellerait son beau brigand... Ils avaient tellement ri là dessus. Cela les avait rapproché encore plus. Mais il pleurait aujourd'hui encore plus en y repensant.
Aiguemarine a écrit:

[ Quelque part dans le BA... Sur les chemins ]

Cela faisait quelques jours qu'ils avaient pris la route.
Une pause, et Aiguemarine vit Plume se poser sur la branche d'un arbre.
Elle siffle sa colombe qui vint se poser près d'elle...

Précautionnement, elle lui détacha la missive.
Celle-ci arrivait de Cournon...
Sûrement quelques nouvelles de leurs enfants.
Chouette, depuis le temps qu'ils en attendaient.

Visage qui s'éclaire. Non seulement il y a des nouvelles des enfants, mais aussi un magnifique faire-part de naissance.
Aiguemarine le donne à Nic.
Elle l'observe du coin de l'oeil. Il a l'air plus que content.
Il sera le Parrain d'un petit garçon. Timothée...joli prénom.

Bon, c'est pas l'tout... mais il faut répondre et annoncer qu'ils sont en chemin et que d'ici peu, ils arriveront au Domaine.

Aiguemarine sort de quoi écrire et commence à rédiger tandis que Nic s'occupe des chevaux...
[/color]

Citation :
Cher Al', Chère Kory, Chers amis,

C'est avec une grande joie que nous venons de recevoir le faire-part de naissance de Timothée. Toutes nos félicitations.
Bienvenue à lui !

Bien entendu, Nic est ravi de cette heureuse nouvelle, et espère être à la hauteur de son futur rôle de Parrain.
Nous espérons que tout se passe bien avec Athalia et Thomas.
Grande nouvelle. Nous sommes en BA et arrivons sous peu au Domaine.

A très vite donc...
Nic se joint à moi pour vous embrasser.
Rassurez aussi nos enfants que nous nous dépêchons d'arriver. Dites leur combien nous les aimons, et embrassez les pour nous. Merci.

Aiguemarine & Nictail

Elle fit lire le mot à son époux.
L'essentiel était dit.
Quelques graines à sa colombe, un peu d'eau... Elle lui accroche le parchemin bien roulé autour de la patte et la renvoie vers le Domaine de Cournon.

Aiguemarine la suit du regard quelques instants avant de remonter en selle.
Yeux qui pétillent... Pense à mille choses.
Hâte d'arriver, de revoir ses enfants et leurs amis...
Korydwen a écrit:
Lendemain de naissance.

Korydwen avait quitté la chambre laissant son frère et sa belle-soeur tranquille besoin de repos, d'être avec les siens... Elle se recoucha dans son lit, gardant Timothée dans ses bras, elle s'endormit avec lui alors que les deux autres "monstres" se réveillaient doucement... Longue journée en perspective, mais tellement merveilleuse...

Plusieurs jours plus tard.

Les forces lui revenaient peu à peu, mais l'enfant était toujours aussi calme, il ne pleurait que très rarement et souvent très doucement, Eléa et Matthis trainaient autour de leur mère, essayant de jouer à celui qui ferait plus de bisou au petit frère, celui qui lui raconterait plus de choses... Korydwen était amusée, de les voir ainsi tous les deux, elle qui avait eu peur de la réaction de sa fille à l'annonce d'un petit frère.

Elle avait passé commande d'un faire-part pour la naissance de Timothée à Messire Laurentide, un artiste merveilleux, elle le reçu rapidement comme toujours, en plusieurs exemplaires. Elle regarda ses enfants et leurs confia à chacun d'eux une mission Matthis irait en chambre des nobles avec son précepteur porter la bonne nouvelle, tandis qu'Eléa irait sur la grande place de Clermont et aux postes Arvernes.

La journée se déroula tranquillement Eléa fut de retour avant son frère, elle avait accompli à bien sa mission, Matthis arriva plus tard un paquet de missives dans les mains et des noms de personnes qui les félicitaient à ne plus savoir qu'en faire... Elle se demandait comment le petit garçon avait retenu tout ça, le précepteur y était certainement pour quelque chose. Il faudrait répondre à tout ce monde, maintenant.

Mais alors que ses enfants n'étaient pas là, elle avait vu l'attitude de son époux changer, mais il ne lui disait rien, il semblait ailleurs et perdu dans ses pensées à s'isoler parfois. Elle ne disait rien, il savait qu'elle était là pour lui, elle ne voulait pas le brusquer et elle attendrait qu'il se confie, elle lui offrait ses bras tous les jours, il lui dirait le moment venu.

Elle venait de récupérer une missive, elle sourit en la lisant des nouvelles de leurs amis, elle savait que cela redonnerait un temps le sourire à son époux, mais alors qu'elle comptait aller lui montrer, un petit être très discret lui rappela que c'était l'heure de manger. Elle lui donna le sein pendant un petit moment avant de redescendre retrouver son époux. Elle entra dans une pièce, certainement le petit salon ou quelque chose comme ça. Il était là assis par terre, elle donna Timothée à Mathilde sans réellement explication, la nourrice quitta la pièce et elle se retrouva avec son époux.

Elle s'approcha doucement de lui s'installa à côté et le prit dans ses bras, une missive à ses pieds froissées non loin, elle l'attrapa et la parcouru rapidement et ce qu'elle craignait se confirma... Peu de chose pouvait le mettre dans cet état, et cette fois s'en était une. Silencieuse... Que dire, les mots sont bien vains en pareille circonstance, juste des caresses, des baisers, rien de plus, il se confierait quand il le sentirait, elle resterait avec lui le temps qu'il faudra.

Elle était peinée, elle aussi, triste de voir une autre marraine d'un de ses enfants rejoindre le ciel, mais elle retrouverait son fils. Elle serait heureuse avec lui. Sa main se baladait sur sa joue humide, essuyant les nombreuses larmes qui coulaient, elle n'aimait pas le voir triste, mais pleurer soulageait dans certains cas...

Elle serait toujours là pour lui... Elle n'osait lui dire pour le moment qu'ils avaient reçu une missive de leurs amis, elle la garda en main, visible de son époux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D'une nuit mouvemantée   

Revenir en haut Aller en bas
 
D'une nuit mouvemantée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: RP divers-
Sauter vers: