Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Oya, mon amour, morte en Bretagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Oya, mon amour, morte en Bretagne   Sam 8 Nov - 23:31

Arthur_fils_d_Uther a écrit:
Un oiseau triste apporte une missive en BA.

Citation :
Je ne sais pas comment vous l'annoncer.
Cette nuit,les troupes françaises se sont de nouveau lancées à l'assaut de Rennes.

Oya, bien qu'elle soit enceinte, a voulu combattre encore.
Celles et ceux qui la connaissent savent que jamais elle n'a connu le mot peur.

J'ai été blessé, et j'ai fermé les yeux en la voyant sourire.
Au matin, ce sont les 45 qui m'avaient conduit dans notre campement qui m'annoncèrent la nouvelle.

Oya n'est plus. Son sourire, sa gentillesse, le charme qu'elle incarnait, tout ceci disparait avec elle.
L'amour que nous nous portions, le petit en son sein, tous les lendemains que nous nous étions promis, ceci n'est plus que vains souvenirs.

Je ne peux continuer à vous écrire...


J'aimerais que ses soeurs, son fils....xxxxxxxxxxxxx


les derniers mots sont illisibles


http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=9074057#9074057
cloclo a écrit:
Alors qu'elle se préparait pour l'office dominical, un message parvint à Clothilde...
un message venant de bien loin, un message qu'elle aurait aimé ne jamais avoir à lire un jour.

Incompréhension, Douleur, peine immense...

* Non pas Oya !! pas elle, Très-Haut !! *

Clo s'effondra en larmes, pleurant cette Grande Dame qui resterait à jamais dans les souvenirs de tous ceux qui ont eu l'honneur de la rencontrer.

Le sourire d'Oya, sa bonté, sa force, et ses si beaux projets... tout cela venait de disparaître, d'un coup d'épée...

Clothilde en ce jour pleurait une Amie.

Alayn a écrit:
Je lu la missive comme tous, proches ou non du Maréchal de France. Pour moi c'était plus qu'un ami, je le considérais comme mon frère. La perte d'Oya devait l'avoir anéanti, je ne connaissais que trop bien ce sentiment, je venais à peine de mettre un terme à mon propre deuil. A ce moment j'ai dû palir, de nombreux souvenirs remontèrent à la surface, il ne fallait pas que je les laisse me submerger à nouveau.

Oya... une femme formidable, plus encore... le Bourbonnais-Auvergne perdait un noble, je perdais une amie, des larmes montèrent sans que je ne puisse les empêcher. Aux dernières nouvelles d'Arthur, sa femme était enceinte... quelle funeste fin.

Je pris la plume pour envoyer à Arthur mon soutien... seule chose que je puisse malheureusement faire à cet instant précis.



Citation :
    Cher Arthur, mon ami,

    La triste nouvelle m'est parvenue, et bien que je désirerai plus que tout au monde estre à tes côtes en ce moment difficile je ne le puis, et je m'en excuse.

    Je te présente mes plus sincères condoléances, c'est ce qu'on dit dans ces moments... de biens faibles mots face à la tristesse que nous éprouvons tous. Saches que je serai là pour toi comme tu l'as été pour moi.

    Bientôt je te rejoindrai, il est grand temps.




LaFeeViviane a écrit:
C'est en allant au château de Clermont, dans la partie réservée au comité des festes, que Viviane apprit la nouvelle.

Un immense chagrin la submergea. Elle se souvenait de ce jour où, à la taverne des elfes, elle avait aidé avec d'autres murataises à mettre au monde son fils. Et puis elle se souvenait des quelques moments passés auprès d'elle lors de la préparation de différentes animations ducales.

Viviane aurait aimé mieux connaître Oya, et même si maintenant il était trop tard, elle adressa une ultime prière en silence pour cette femme à qui le duché devait tant.
pascale33 a écrit:
La nouvelle est arrivée jusqu a elle.
Pascale ne peux y croire..Oya...disparue, partie rejoindre Aristote..
Sa peine est immense.Cette grande dame au noble coeur , toujours a l écoute, qui lui avait apporté beaucoup ,si proche de chacun..
Le souvenir de discussions a la douane, de leur rencontre a Clermont...
Sa gorge se serre...Elle pense a Arthur....
Elle n arrive pas a admettre que Oya n est plus..
Une immense tristesse l envahit...maudite guerre...
ANDROLYNE a écrit:
Androlyne avait appris de bien tristes nouvelles ces derniers jours dans les couloirs du château de Clermont, certaines qui la touchaient bien plus que d'autres, mais la disparition d'Oya lui fit une peine terrible.

Décidément quand on disait que les meilleurs partaient les premiers, elle en était maintenant convaincue.

Elle prit un parchemin pour adresser ses condoléances à son mari


Citation :
Messire Arthur,

Recevez toutes mes condoléances pour la terrible perte de votre épouse.

Dame Oya restera dans mon cœur, c'était une grande Dame et une amie fidèle.

Qu'Aristote vous garde et qu'il la reçoive dans sa lumière.

Bien à Vous

Androlyne de Castellane



Gypsie a écrit:
On rapporta la nouvelle à Gypsie qui prit l'homme en face d'elle pour un fou, car c'était tout simplement impossible.

A son arrivée au Ba, Oya était là, à son arrivée à Montbrison, Oya était là. Oya était toujours là. Présente pour tous, pour le duché, pour toutes les bonnes et nobles causes. Oya était là. Elle était là pour partager les joies, les peines de tous. Oya était comme une mère pour tous, répondant oui, oui toujours oui. Discrète, effacée, ne renonçant devant rien ni personne. Et certainement pas devant un breton. Elle avait consacré sa vie à ce duché et en cette funeste nuit, la lui avait donné.

Pas de grande histoire entre Oya et Gypsie, mais un très grand respect. Respect envers cette dame qui savait mener fermement les hommes, d'une poigne militaire et si féminine à la fois, essayant toujours de transmettre ces valeurs que sont le respect et la tolérance. " Vivre et laisser vivre " avait elle dit récemment au chateau.

Oya qui s'occupait de récolter les courriers pour les militaires, Oya qui veillait sur tout, Oya qui s'occupait du ravitaillement, peut être son seul pêché mignon, la gourmandise... Oya qui avait toujours faim. Gypsie pensait souvent aux soldats, et se disait " ils ne manqueront de rien, ni de nourriture ni de soins, ils sont avec Oya ". Oya toujours là.

Un pan du duché s'était écroulé avec la disparition de Barbu, un autre s'était effondré aujourd'hui. Difficiles seraient les reconstructions et elles n'auraient pas les mêmes assises. Le Bourbonnais Auvergne perdait en ce sinistre jour, une de ses plus grandes figures, un de ses plus jolis visages, une des plus nobles parmi les nobles, une des rares à posséder la plus belle noblesse qui soit, celle du coeur.

Si triste qu'elle préféra attendre le lendemain pour écrire à Arthur, lui présenter ses condoléances et lui dire, lui dire... que dire à un homme qui venait de perdre l'être cher, si ce n'est, banalement, " Si tu as besoin, je suis là pour toi... "
Chrys80 a écrit:
D’un coup de pied, envoie au loin le caillou qui jonchait le sol sur son passage. Son air des mauvais jours, Chrys venait au lieu que lui avait indiqué Ina, celui la même où elle avait sûrement apprise la triste nouvelle. Il y dépose la lettre et s’en va, mains dans les poches de son long manteau, maugréant, pestant contre la Bretagne ! Grumph !

Citation :
La douleur qui nous étreint, n’a d’égale que notre dégoût pour cette guerre, souffrez de n’avoir pu une dernière fois revoir la dame. Mourir sur ses terres, près de ses proches, n’est plus un choix pour elle maintenant, cette décision lui a été ôtée de la plus vile manière qu’il soit, par sa mort. La Bretagne triomphante se repaît du sang de nos braves.

Bourbonnais-Auvergne, tes enfants se meurent et meure avec eux le souvenir d’un duché serin et prospère. Soit reconnaissant du sacrifice consenti, n’oublie pas ceux qui luttent en ton nom, celle qui est morte pour ses convictions.

Inamphus et moi-même nous associons à ce douloureux sentiment d’impuissance, qu’Aristote prenne soin d’elle.
Arthur_fils_d_Uther a écrit:
Un messager de Bretagne apporte en terre d’Auvergne diverses missives.

Citation :
Alayn, mon ami..

Savoir que tu seras bientôt à mes côtés est une source de réconfort certaine.
Il me souvient encore les temps heureux, où nous galopions sans soucis, avec nos amis, avec nos compagnes, et pensions que la vie serait sans cesse cette fête.

Mais il n’en a pas été ainsi.

Je t’attend.

Ton ami




Citation :
Dame Androlyne.

Je sais que vous avez toujours les mots justes pour soulager la peine de vos amis,de vos proches.
Une nouvelle fois, j’apprécie cette pensée, savoir que de loin, vous avez la juste parole.
Grand merci à vous, et à vous revoir prochainement.

Arthur, Maréchal de France.



Citation :
Messire Chrys,

Je vous remercie pour votre courrier.
Eneffet, le Bourbonnais-Auvergne a de tous temps payé un lourd tribut aux conflits qui agitent le Royaume de France.
C’est aussi en celà que réside sa grandeur, son honneur.
Recevez mes salutations en retour,
Amicalement,

Arthur, Maréchal de France.


Val1 a écrit:
Le message vint à l'oreille de val1 qui prit une plume.

Citation :
Arthur, mon ami,

je viens d'apprendre la nouvelle, nouvelle qui m'attriste énormément. Je regrette que le Très Haut ait repris une personne qui m'était chère, mais pas autant qu'à toi.

Préviens moi pour les obséques et je passerai.

J'ai une pensée profonde pour son fils et toute sa famille.

Bien à toi.

Val1
Arthur_fils_d_Uther a écrit:
Un oiseau épuisé apporte une missive en BA, à l'attention de Val1.

Citation :
Mon ami.
Ces temps sont décidément bien cruels, qui voit disparaître nos raisons de vivre.
Je te remercie de ton soutien.
Je ne manquerai pas de t'informer des conditions du dernier voyage de mon aimée.
Bien amicalement,

Arthur Pendragon, Maréchal de France.

cloclo a écrit:
Clothilde, qui avait été profondément peinée par la disparition d'Oya, se résolut enfin à envoyer missive à son époux.

Citation :

Messire Arthur,

Ces quelques lignes vous porteront mes plus sincères condoléances.
Je sais par expérience que les mots sont bien peu de chose à côté de la douleur de la perte d'un être très cher.
Mais sachez que mes prières s'adressent au Très-Haut pour le repos de l'âme de vostre épouse, et également afin qu'il vous apporte, ainsi qu'à Pierre, quelque réconfort en cette tragique épreuve.

Oya aura été une très grande Dame de nostre Duché, son dévouement n'aura eu d'égal que sa gentillesse et sa simplicité.
Je ne saurai tarir d'éloges à son égard.
J'ai eu l'honneur de la compter parmi mes relations amicales, et jamais son souvenir ne s'effacera.

Je vous serai donc reconnaissante de me tenir au courant de la date des derniers aurevoirs, lorsque vous la connaîtrez...

Par ailleurs, au nom du Comité des Festes du BA, je souhaite que celui-ci rende un hommage en l'honneur de celle qui, avant son engagement à la COBA, s'était engagée au sein du Comité des Festes aux côtés de Dame Jojolasage, s'y donnant sans compter. Ce sont elles deux qui ont guidé mes pas dans l'animation de notre Duché.
Les membres du Comité et moi-même travaillons sur ce projet, et je me permettrai de vous recontacter à ce sujet.

Bien sincèrement,

Clothilde de St-Nicolas,
Présidente du Comité des Festes du BA.


ladyhawke a écrit:
Ladye appris la nouvelle comme on prend un coup de massue, elle avait une affection sincère envers Oya, même si ses dernières ne faisait que ce croiser.

Elle l'avait connu quant elle était encore jeune amazone, elle était à cet époque avec Barbu, puis il y avait eu l'enlèvement d'Aliviane là aussi elle c'étaient à nouveau croisé. Ladyhawke admirait Oya, pour tout ce qu'elle était, courageuse, fier, noble de coeur et d'esprit, une femme comme il en existe peux. Aussi le choc fut rude à l'annonce de son décès.
Aussi ce munit elle d'une plume et écrivit une brève missive à Arthur
Citation :

Messire,

Mon nom ne vous dit peut être rien, nous nous sommes croisé sur une île bien connues.
De part la présente je vous fait part de mes sincères pensées envers vous. Je partage votre tristesse et c'est une grande perte que celui d'Oya.
Son esprit je suis sûr cependant restera, ici dans les royaumes, et à Avalon la déesse veillera sur son sommeil.

Mes sincères pensées

Ladyhawke

jrag a écrit:
Un pigeon déposa une nouvelle missive

Citation :
Orléans, le 21 Juin 1456

Baron de Pierrefort,

J'ai eu récemment vent du tragique évènement qui a vu la disparition de votre épouse. J'ai eu l'occasion de la croiser, à la COBA ou au Conseil, et je n'en garde qu'un bon souvenir, d'une femme de caractère et d'une grande volonté.

Hélas ou non, la guerre ne nous laisse pas choisir qui elle prend, nous ne pouvons donc que prier pour ceux qui rejoingnent Aristote.

Recevez toutes mes meilleures pensées,

Jrag de Marigny
nictail a écrit:
[Dispensaire d'Agen, Guyenne.]

Les nouvelles étaient parvenues jusqu'à la Guyenne ...
A la douleur des combats du Sud qui avaient sévi sur Agen, voilà que les combats du Nord apportait leur lot de grande tristesse. Oya, amie de toujours, toujours présente pour lui.
Oya qui devait être la marraine de sa petite fille ...
Pourquoi la guerre faisait-elle tant de victimes innocentes ?!

Oya manquerait beaucoup à Nic, comme à tout le monde ...
Mais, il fallait d'abord soutenir Arthur au mieux ...


Citation :
Cher Arthur,

Nous avons eu vent des mauvaises nouvelles jusqu'Agen ...
La tristesse qui est nôtre n'est rien comparé à la tienne, mais nous voulions t'assurer toute notre amitité et notre soutien en ce moment tragique et difficile.

Qu'Oya soit partie m'est insuppportable ... Toujours les meilleures qui partent en premier !
Quoiqu'il en soit, nous garderons de merveilleux souvenirs d'elle.
Je crois que c'est ce qu'il faut avoir en tête pour surmonter au mieux cette épreuve.

La connaissant, je sais qu'elle ne voudrait pas qu'on s'arrête pour elle.
Elle était une battante et voudrait qu'on continue de se battre !

Prions pour elle. Elle est heureuse là-haut, sans combat.
Elle t'attendra le temps qu'il faudra, et elle veille sur toi !

Toutes mes condoléances mon ami.
Veille sur toi et sur ceux qui combattent encore ...

Avec toute notre amitié.

Nictail, et Aiguemarine.

Pourvu que le pigeon parvienne à trouver Arthur en Bretagne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Oya, mon amour, morte en Bretagne   Sam 8 Nov - 23:32

Arthur_fils_d_Uther a écrit:
Divers coursiers aux armes de l’Ost Royal portent en Auvergne et autres provinces des missives en provenance de Bretagne.


Citation :
Chère Clothilde,
C’est avec émotion que j’ai pris connaissance de votre courrier.
Sachez qu’elle a toujours eu une grande estime et une grande affection pour vous.

Bien évidemment, je vous tiendrai au courant des lieux et dates de ce dernier au revoir.
Je vous remercie encore, et demeure votre dévoué,

Arthur Pendragon, Maréchal de France




Citation :
Dame Ladyhawke,
Merci pour votre missive.
Je me souviens parfaitement de vous, et suis touché de cette marque de sympathie.

A mon tour, je vous présente mes sincères salutations.
Bien amicalement,

Arthur Pendragon, Maréchal de France




Citation :
Messire Jrag,
Oya aurait apprécié de savoir que vous avez pensé à ces années en BA, là où elle s’est tant dévouée pour son Duché.

Je vous remercie de votre attention, et vous prie d’accepter mes salutations.

Arthur Pendragon, Maréchal de France




Citation :
Aiguemarine, Nictail,

Merci infiniment pour votre témoignage d’amitiés.

Je sais combien vous l’avez apprécié, et je sais aussi combien votre compagnie lui était agréable.

C’est hélas l’aveuglement de notre destin que de nous faire nous croiser, nous apprécier, pour ensuite nous ôter les êtres qui nous sont les plus chers.

Lorsque tout ceci sera terminé, ce conflit sanglant, je voyagerai sans doute, du moins je l’espère, afin d’oublier tous les lieux qui me sont si familiers.

Je tenterai alors de passer vous rendre visite.

Toute mon amitié,

Arthur Pendragon, Maréchal de France


Chantalounedesneiges a écrit:
Le coeur lourd mais les yeux secs.... plus de larmes.... c'était trop.... Chantaloune Desneiges fit parvenir un message à Arthur, qu'elle conaissait peu mais qui avait su rendre Oya heureuse. Elle ne savait comment le nommer, maréchal, Arthur, elle hésitait...

Citation :
Cher Athur, aimé de mon amie Oya,

J'ai été dévastée par la terrible nouvelle de la perte de votre épouse. Nous étions amies depuis l'adolescence et j'en ai été profondément chagrinée. Sachez que mes pensées se tourne vers son repos et je suis de tout coeur avec vous et le petit Pierre.
Certains disent que la vengeance ne la ramènera pas. Soit...mais de mon côté si vous avez besoin de soulager votre colère, je n'en serais pas offusquée. Ma peine est très grande et si je peux vous aider d'une quelconque façon...

Chantaloune Desneiges
Arthur_fils_d_Uther a écrit:
Un messager ailé se pose près d'une dame au nom évocateur.

Citation :
Dame Chantaloune.

Je viens de prendre connaissance de votre courrier
Je vous remercie sincèrement de ce témoignage d'affection à l'égard d'Oya.

Elle m'avait longuement parlé de vous, et vous tenait en profonde estime.
Je serai enchanté de vous revoir.

Je vous réitère mes remerciements,

Arthur Pendragon, Maréchal de France.


sandinoh a écrit:
" Gloire à Dame Oya !! la mort n'est pas la fin mais le début de l'éternité de son âme, Gloire à La Louve !! que son existence soit plus qu'un souvenir !!
Gloire à Dame Oya !! pour toujours présente dans les coeurs amis..."

A toi Arthur je souhaite force et courage...
Arthur_fils_d_Uther a écrit:
A Sandinoh.

Citation :
Merci ami.

L'époque des brillantes joutes oratoires sombre peu à peu dans l'oubli.
L'époque de nos amours, de nos passions, suivra-t-elle le même chemin?

Je l'ignore à ce jour, tant la peine m'aveugle.

Transmet mes sincères amitiés à Zézé et à ses deux frères.
Bien à toi,
Arthur

Eléonore a écrit:
Citation :
Arthur mon chère ami
Triste pour cette mort
Je suis un peu dans le même cas que toi entre maman et Lulla c'est pourquoi je te soutiens très fort!
Garde courage et reste la tête haute,pour ton amour envolée,pour ton bébé ange et pour tous tes amis qui seraient tristes de te savoir si triste...

Je suis de tout coeur avec toi moi qui t'aime fort et souhaite te revoir bientot
Si tu en as l'occase je suis chez Clothilde ma marraine 24h/24 elle m'autorisera à te voire j'en suis sure!

toutes mes condoléances encore et à bientot j'espère
pleins de bisous mais pas bisounours

La petite Eléonore qui t'aime fort!
Arthur_fils_d_Uther a écrit:
Un pigeon se pose doucement près d'une petite fille, et d'un battement d'ailes attire son attention.

Citation :
Petite Eléonore.

Merci pour ton mot si gentil.
Oya est maintenant dans un endroit magnifique, là-haut, dans le ciel, et elle a rejoint ta mère.

Toutes deux veillent sur nous, sans cesse.

Dès que je reviendrai du long voyage que je fais en Bretagne, je passerai te voir chez Clothilde.
Je t'embrasse bien fort.
Ton Arthur à la grosse voix.


Eléonore a écrit:
La petite réceptionna bien la lettre,sourit en pensant aux bons moments qu'elle avait passé à Riom ou autre avec Arthur et continua sa journée heureuse de pouvoir revoir prochainement son Arthur à la grosse voix!
Ozanne a écrit:
Citation :
Messire Arthur,

Je viens d'apprendre la terrible nouvelle...
J'en suis encore toute retournée...

Vous ne me connaissez pas, je suis Mélisandre (depuis peu appelée Ozanne)... Et votre femme et moi, nous étions amie depuis mon arrivée à Montpensier il y a trois ans de ça...

Je l'estimais beaucoup... Elle m'a guidée et m'a apprit beaucoup de choses...

Votre femme avait un très grand coeur et beaucoup de courage...Une amie inoubliable... Une femme d'Exception ...

Je vous souhaite mes plus sincères condoléances
Je partage votre peine...

Son esprit restera toujours parmis nous...
Veillez sur vous et sur le Petit Pierre...

Cordialement

Mélisandre
Arthur_fils_d_Uther a écrit:
Citation :
Dame Melisandre.

En effet, nous ne nous connaissons pas, mais qu'importe, votre témoignage d'affection me prouve que vous teniez à Oya, et celà seul m'importe.

Grand merci pour celà.

J'espère avoir quelque jour le plaisir de vous rencontrer.

Arthur Pendragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Oya, mon amour, morte en Bretagne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Isabelle Caro, ex-mannequin, anorexique, et morte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Cathédrale de Clermont - Cérémonies diverses-
Sauter vers: