Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mais où sont-ils ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Mais où sont-ils ?   Dim 9 Nov - 23:46

Armoria a écrit:
[NB : topic situé dans le temps après les cérémonies liées à l'arrivée de la Cour]

[rp]Le Bourbonnais-Auvergne... La dernière fois qu'elle était venue, le petit bonhomme rondelet et placide qui les accompagnait dans la tournée n'était encore qu'une grosse bosse sous sa robe, qui lui faisait subir des nausées sitôt qu'un fromage auvergnat passait à portée de nez.

C'était à cette époque qu'était née une belle et grande idée, devenue par la suite comme une famille, une tribu où il faisait bon vivre. Elle n'avait pas revu bon nombre d'entre eux depuis Fougères, chacun ayant des plaies à panser, des blessures qui n'avaient pas abîmé que les corps, mais parfois de profondes failles au fond du coeur.

Elle savait que plusieurs d'entre eux étaient dans la région. Viendraient-ils à elle ? En avaient-ils envie ? S'ils venaient, serait-ce délibérément, ou s'y sentant obligés par un serment jadis prononcé ?

Elle ne voulait pas qu'ils s'y sentent contraints : aussi avait-elle choisi de rester neutre en ne leur demandant pas de venir... Prenant ainsi le risque de ne plus les revoir. Tout simplement parce que quelque part en elle perdurait un espoir : celui que les liens étaient toujours là, et toujours forts, au-delà des promesses.
[/rp]
Damisella a écrit:
Une silhouette gracieuse, des cheveux de lune qui brillent sous le soleil.

Damisella accourt vers la princesse, ploie un genou en terre


Votre Altesse, c'est un plaisir et un honneur que de vous revoir.


Elle lève les yeux, la regarde en souriant, souvenir d'épiques batailles, de soirées en taverne, au temps béni ou les 45 participaient à l'escorte et la protection de la princesse. 45, toujours contre vents et marées, comme certains de ses anciens compagnons.

J'ai la joie de vous annoncer que je suis intégrée au cortège royal, devant m'occuper du confort de Sa Majesté.


Elle se relève sur un geste gracieux de la princesse.
Tufsy a écrit:
La princesse, leur princesse comme ils l'appelaient il n'y a de cela pas si longtemps.....
Ainsi son altesse Vanillée accompagnait le roy Levan dans la visite de son royaume.
Tufsy se souvint de l'honneur qui leur avait été fait. Recevrait-elle leur hommage ?

La suite royale avait établi ses quartiers, le B.A. prenait des airs de cour, les soieries et le velours arpentaient les rues d'ordinaire si paisibles et d'autres grandes festivités étaient prévues disait-on !

Des réminiscences de soirées à veiller sur sa personne, l'élan qu'elle leur avait insufflé au combat, au-delà de la disparition de la garde princière, chacun des 45, Tufsy le savait, en gardait une trace au plus profond de lui. Tocos y se gausos ! 45 à jamais !

Tufsy avait ceint l'épée qu'elle portait en ces temps pas si lointain, bien décidée à présenter ses respects à la princesse, d'autres compagnons et frères d'armes seraient présents, elle en était sûre.
Au milieu de la foule, l'étendard qui avait été si cher à leurs yeux.....

Tufsy sourit : ne serait-ce pas Forrest qui court ? Toujours aussi diligent le brave. Les gardes la regardent, elle leur présente un écusson, en guise de laissez-passer.
La silhouette frêle, blonde qui sourit à .....une Dami qui se redresse juste.
Elle s'avance à son tour, point trop douée en courbettes officielles, Tufsy hésite et finalement, plie le genou


Ma dame, le bonjour ! Je vous présente mes respects et suis heureuse de vous revoir en bonne santé !

Tufsy, tête baissée, lève les yeux en souriant vers Armoria de Mortain, avant de se redresser.
Modsognir a écrit:
Modsognir avait été mis au courant de la venue princière et dans son village en plus. Un pincement au coeur à l'idée de pouvoir revoir Armoria, Armoria dont il a servi plusieurs femmes avec ce groupe, ces amis qui formaient les "45"

Modsognir s'avanca vers l'attroupement qui se faisait vers la famille princière. Il s'avanca vers eux......allait elle au moins le reconnaitre. Il vit au loin Damisella, Tufsy qui s'était deja avancer vers Armoria. Tous les souvenirs remontèrent d'un seul coup : la Champagne, la chevauxhée nocturne puis la Bretagne.

Toutes ces pensées le firent sourire pensant bien sur à son cousin perdu si vite. Il se mêla aux badots qui regardait le cortège et regarda comme tout à chacun de l'oeil d'un enfant
Paillard a écrit:
Réminiscences de vanille, "vieux" souvenirs de batailles, de beuveries, de sang et de fracas. De paris stupides aussi...

Paillard n'avait jamais douté que cette aventure leur avait laissé des traces indélébiles. Le groupe formé à l'époque avait éclaté, mais a tous était resté le gout de la route, et ils se revoyaient toujours avec plaisir. Bien sur les épées restaient au fourreau bien plus souvent, les chevaux avaient vieillis, les hommes avaient blanchis et les femmes étaient toujours plus épanouies.
Mais malgré le temps qui passe, beaucoup portaient encore leur écusson, faisant fi des rumeurs loufoques, souvent jalouses, qui couraient un peu partout, en ce beau duché comme en d'autres.

Aussi, c'est avec un réel plaisir qu'il avait appris l'arrivée de la princesse de France, et il avait sans vergognes tirée Tia de la sieste pour aller la saluer. Ils avaient laissé les chevaux un peu plus loin, avant d'approcher, sourire aux lèvres.

Mes hommages, Altesse !

Il inclina légèrement la tête, parce que nul n'était besoin d'en faire plus.

C'est un plaisir que de vous revoir, sans béquilles, sans la certitude qu'il faille, dans quelques heures, aller vous chercher, ensanglantée, encore accrochée à un cheval de bataille ! Non, vraiment, je vous assure, c'est très reposant...

Il salua amicalement Dami, Tufsy et Modso, et s'écarta pour laisser la place à Tia.

Oups, désolé ma chérie, l'habitude de ramener ma grande gamelle...

Il se frappa le front soudainement. La robe ! Il avait oublié de lui ramener sa robe !
Armoria a écrit:
Parfois, il arrive que le coeur se gonfle. Ce peut être de fiel ou de peine, et dans ces cas-là, la douleur est telle que l'on se demande si l'on va y survivre... Mais un coeur ne se brise pas, quoiqu'on en dise. Il plie, il se tort... Mais il finit toujours par se redresser, un peu moins fort, ayant perdu un peu de sa résistance dans une nouvelle blessure.

Mais parfois, le coeur se gonfle de bonnes choses. Amitié, amour fraternel, ou peu s'en faut... Chaleur. Sentiment d'appartenance. Vaste fierté semblant trop grande pour une seule poitrine.

Je ne ressens que de bonnes choses, ce jour. Vraiment, que de bonnes choses...

Ainsi les accueillit-elle. Eux, qui avaient tout traversé, tout subi, tout vécu, pour elle. Eux qui auraient supporté plus encore. Oh, elle avait bien d'autres choses à leur dire, tant d'autres choses ! Mais elle en était au point où la gorge ne laissait plus passer les mots, au point où le corps, seul, réussissait à s'exprimer.

Alors, elle se contenta de leur ouvrir ses bras - même s'il était illusoire de vouloir tous les y serrer bien fort.

Parfois, le coeur se gonflait tant que cela faisait briller les yeux d'une drôle de façon... Comme si de l'eau les venait baigner...
Damisella a écrit:
Sentiments, émotion partagés, ils ont vécu trop de choses ensemble pour que le lien se brise.

*Armoria les dépassant au galop effréné de son cheval, Paillard en robe sur le chemin de ronde, elle-même faisant la pom-pom pour narguer l'ennemi, le chouchen, le procès qui a suivi la libération de Laval et leurs témoignages loufoques..... tu vieillis ma Dami, on dirait un ancien combattant qui remâche ses souvenirs*.

Bras de la princesse qui s'ouvrent, ses yeux qui brillent..... des larmes?
Elle a supporté la douleur physique, les privations sans se plaindre, mais à les voir, heureux d'être à nouveau près d'elle, elle laisse paraitre son émotion.


Dami sent les larmes poindre, mais les plaisanteries de Paillard lui donnent conjointement envie d'éclater de rire.
Citation :
...Non, vraiment, je vous assure, c'est très reposant...

En résulte une grimace, et une Dami qui s'étrangle à moitié
Tiamarys a écrit:
Tiamarys s'était approchée derrière Paillard, s'avançant vers la princesse.
Elle fit la révérence et lui adressa un sourire.
Que de temps passé depuis Fougères...De bons souvenirs, d'autres moins bons... Elle était fière d'avoir partagé tous ces moments avec les 45.
Elle sourit en entendant son amour

Je t'en prie mon coeur...Je suis comme toi, ravie de revoir son altesse.
Princesse Armoria je suis ravie de vous revoir.


Elle sourit a Modso, Tufsy et Dami...45 toujours dans les coeurs!!
Modsognir a écrit:
Modsognir s'avanca vers le petit groupe qui s'était formé autour d'Armoria. Il revit chacun des personnes qui faisait Fougères pour lui, ces moments inoubliables. Il posa sa main sur l'épaule de Paillard souriant chacun d'eux. Il inclina de la tête à Armoria

Ravi de vous revoir Altesse. Heureux de vous voir en pleine forme

Il se tourna vers chacun d'eux, beaucoup d'aventures vécues ensemble, le coeur de l'amitié s'étant formé pour chacun des membres des "45". Moment inoubliables, instant nostalgique, rencontre d'anciens.....ce moment etait un mélange de tout ca....le silence disait bien plus que les mots
Modsognir a écrit:
Modsognir s'avanca vers le petit groupe qui s'était formé autour d'Armoria. Il revit chacun des personnes qui faisait Fougères pour lui, ces moments inoubliables. Il posa sa main sur l'épaule de Paillard souriant chacun d'eux. Il inclina de la tête à Armoria

Ravi de vous revoir Altesse. Heureux de vous voir en pleine forme

Il se tourna vers chacun d'eux, beaucoup d'aventures vécues ensemble, le coeur de l'amitié s'étant formé pour chacun des membres des "45". Moment inoubliables, instant nostalgique, rencontre d'anciens.....ce moment etait un mélange de tout ca....le silence disait bien plus que les mots
Titan34 a écrit:
Titan était venu au devant de la famille Royale accompagnant le Duc du B-A et d'autres membres du conseil afin de les accueillir avec tout les honneurs qui leurs étaient dû par le conseil Ducal du B-A.
Un sourire, il vit arriver un a un ses frères d'armes, ces glorieux 45 qui avaient tant donner durant de long mois aux cotés d'Armoria.
Il ne voulait point troubler ces retrouvailles et resta en retrait par respect.
Il regardait heureux ses amis se regrouper autour de leur Princesse, de sa Princesse, il se rappela un passage ou il s'était jeté devant la lame qui allait la frapper pour faire barrage de son corps.
Un sourire un peu aigre, il lui en avait coûté 10 jours, mais il en était fier, la fierté du devoir accompli, il avait prêté serment de la défendre au péril de sa vie, point de regret, il avait alors accompli son devoir en faisant barrage, sans peur, sans hésitation.
La princesse regarda vers lui, il lui sourit, la salua et se recula ne voulant troubler cet instant.
serrant le poing, ilse fit violence pour ne pas crier et enfin il murmura


Tocos y se Gausos!!
Armoria a écrit:
Allons, allons, se reprendre, ils n'avaient pas pour coutume de la voir en femmelette ! Elle se redressa et tapa dans ses mains :

Forrest, alors, attends-tu le bout d'an pour nous bailler boire et manger ?Allez, et prestement !

Ils arrivaient : peu à peu, ils arrivaient. Doux Christos, certaines visions avaient la douceur du miel.
Paillard a écrit:
Ouf.... Un court instant il avait eu peur, se demandant ce qui arrivait à Armoria... Mais elle avait réagi, et prononcé le mot magique, le "à boire" habituel.

Forrest, coureur invétéré, du moins entre les coffres et sa maitresse, n'attendait que ça pour distribuer les godets et les remplir d'un liquide rubis qui sentait bon la Bourgogne.

Paillard leva son verre, après avoir vérifié que l'on ne pouvait décemment pas le charger plus.

Et bien... A nos morts, qui trinquent par la pensée, aux présents, qui vont se régaler, et aux absents, qui ne sont pas loin, et que l'arôme de ce breuvage ne saurait tarder à attirer !

Tocos y se gausos !
Lady.blueeyes a écrit:
Elle avait chevauché durant plusieurs jours pour reoindre sa soeur Nanny, intégrer la lance de celle-ci pour l'escorte royale. Avec la mort de son compagnon..elle avait besoin de changer d'air.

Elle avait franchit les portes du village un peu après l'aube et se promenait maintenant dans les rues depuis le matin. Elle entendait les badauds et les gens parler de la venue de sa majesté le Roy et de son altesse.


La princesse ici??

Moultes souvenirs remontent à la surface, joyeux et des plus tristes. La perte de sa soeur et de l'enfant qu'elle portait en son sein, la perte de compagnon XLV...trop de pertes durant cette guerre que fût celle de la Bretagne. Longues soirées au Lys ou sous la tente royale. Forrest qui court partout pour satisfaire sa princesse. Rencontre de celui qui a fait renaître en elle le doux sentiment qu'on appelle l'amour. * Sourire *

Au loin un attroupement, une longue chevelure noire attirant son regard, Dami!!!

Elle met Nahara au trot et les rejoint, saute en bas de sa monture et attache celle-ci à une branche basse. Paillard verre à la main qui porte un toast...


Et bien... A nos morts, qui trinquent par la pensée, aux présents, qui vont se régaler, et aux absents, qui ne sont pas loin, et que l'arôme de ce breuvage ne saurait tarder à attirer !

Tocos y se gausos !


Tu as raison Pail!! Aux absents qui ne sont pas loin et qui arrivent. Non mais on toast sans moi!!!

Sourire distribué aux anciens compagnons, légère révérence vers la princesse.

Bonjour altesse! heureuse de vous revoir en nos terres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Mais où sont-ils ?   Dim 9 Nov - 23:49

Celeste. a écrit:
Sur le vélin muet devant moi déroulé, ni encre de chine, ni mot, ni larmes, perles du temps passé, ne tourbillonnent.
Du désert de ma mémoire, tout est refoulés, même si des bribes de souvenirs restent gravées.
Bâtiments, village, briques blanches, je sais que les pierres mentent ! Rien ne m’évoque, toujours ce vide, de village en village, j’erre.
Ou suis-je ? Le Bourbonnais- Auvergne, Polignac d’après ce que j’entends dire, ces mots résonne tel un écho vide de sens, se répercutant dans ma tête que rien n’interpelle.
Vivante dans ma poitrine, une autre personne, une inconnue informe, infiniment étrangère.
Mon propre reflet que je ne reconnais pas, à qui est ce visage, se regard, je respire, je vis et je ne sais qui je suis.
Fuir, courir, tout cela est inutile, elle m’accompagne partout elle dont j’ignore tout.
Folie, délire ? Non ! Absence totale de souvenirs, comme un nom chiffonné sur un bout de papier que le temps à effacé.
Et cette question persistante, pertinente ! Qui suis-je ?
Une inconnue parmi tant d’autre, que l’on croise et que jamais personne ne s’arrête, s’envole à nouveau tout espoir d’un jour savoir…

Missive chiffonné par l’émotion, serré sur mon cœur, j’avance, hésitante, tremblante, se pourrait-il…Moi, cela semble impossible…à son passage, le temps c’est suspendu…
Images qui s’interposent, qui s’enchevêtrent, ces cheveux couleur des champs de blés un jour d’été. Chemins parcourus, une salle de fête, petites têtes blondes que l’on présente.
Une auberge, la souffrance, lourde tension, angoisse qui l’étreint, elle rédige…des mots sur un vélin…dictés…elle n’est que la main…la peur, l’appréhension…la délivrance… le soulagement…
Souvenirs du méandre, songes imagés…sa voix qui retentit, fait écho en moi.
Tout se trouble devant mes yeux, malaise, chamboulement derrière la porte fermée de mon front buté.
D’autres sont présents, je ne vois qu’elle... qui est elle…se ressaisir, la saluer comme il se doit.


Votre Altesse… ma bouche s’ouvre mais plus aucun son ne franchit la barrière de mes lèvres.

Princesse, Grand Maîstre de France m’a-t-on répondu devant mon interrogation.
Moi, paysanne sans nom, comment elle, grâce et beauté pourrai-elle savoir qui suis-je ?
Damisella a écrit:
*Oui il faut fêter ces retrouvailles*
Il court il court Forrest, revient avec des bouteilles de ce vin riche et savoureux, verres levés, toasts portés

Au Roy! Aux 45! Tocos y se gausos!

Mais qui vient là?
Lady d'Azayes, elle rit de plaisir, lui tend un verre heureuse de la revoir, c'est bien les pigeons, mais rien ne remplace la chaleur des regards et des sourires.


Une jeune femme arrive près du groupe, l'air perdu, serrant un papier chiffonné contre sa poitrine...

Dami la regarde avec curiosité. Qui est-elle?
La nouvelle venue semble connaitre la princesse, la salue selon le protocole, puis reste immobile, à peine si elle les a regardés, tout son attention centrée sur la princesse.
Elle se recule légèrement, coup d'œil aux amis signifiant vigilance, mais ils ont également réagi, cela se voit à leurs gestes suspendus, aux regards fixés sur l'arrivante.
Magicienne a écrit:
La princesse était la, elle les attendait, elle accompagnais le Roy pour sa tourné du duché de B.A.

Magic était revenu il y a peut dans son duché d'origine, la possibilité de revoir la princesse et d'apercevoir son Roy l'enchantait. Son amie Dami lui avait parlé de retrouvailles entre 45, il ne savait pas trop si il devait y allé ou non, il s'était toujours sentit en décalages avec eux, moins hargneux peut être lui avait dit Dami. Mais il y avait eu énormément de bon moment, les 45 était comme une famille, ils avaient toujours été plus que des personnes liées par le même serment. Il prit donc la décision d'y allé, il pourrai alors revoir toute ses personne qui comptait énormément pour lui.

Magic arriva donc sur les lieux ou il aperçu la princesse et ses ancien amis, il ne savait pas comment ses retrouvailles allais se passé et il s'en moquais un peut, il aviserai la moment venu. Il s'approcha du cortège et s'adressa a Armoria en s'inclinant.

Votre altesse, je suis heureux de vous revoir en bonne santé.

Il se tourna vers les 45 présent

Bonjour a tous, je suis content de vous revoir enfin, tant de temps depuis notre dernière rencontre, j'espère que chacun de vous se porte bien.
Tiamarys a écrit:
Tia sourit aux paroles de Paillard, oui une pensée pour les absents et pour les disparus...Des souvenirs oh oui que de souvenirs!
Une jeune femme arriva, elle semblait perdue.
Tia la regarda, étrangement elle lui rappelait quelqu'un mais qui...
Elle même semblait ne pas savoir qui elle était.
Etrange comme cette présence lui paraissait étrange...
Peut-être parce que cette jeune femme n'était pas une 45...Ou alors ...
[/i]
Armoria a écrit:
Ah, les boutades qui aux yeux du monde passaient pour un manque de respect ! Chacun ici savait qu'il n'en était rien... Et qu'elle n'aurait pas accepté cela de beaucoup d'autres gens.

Chaque arrivée éveillait des souvenirs : des bons, des moins bons, des tendres et des cruels, des drôles et des tristes... Une vie, en somme. La table avait été prévue grandette, et les fûts nombreux, comme la ripaille.

Les retrouvailles allaient bon train quand une femme se présenta ; sans doute celle qui lui avait fait parvenir un mot, auquel elle avait répondu. Quelque chose, dans ce visage. Un doute... Il régnait sur ces traits une sorte de vacuité. L'oubli ?

Elle eut un mot d'accueil pour chacun, puis fit signe à l'inconnue.


Approchez, approchez, si vous êtes celle qui m'a mandé missive...
Paillard a écrit:
Comme les autres, il avait vu arriver la femme. Chacun semblait suspendu à ses mouvements, cherchant des traits connus.

Personne ne bougeant, il s'approcha, une main sous la cape, lui barrant le chemin, affable pourtant.

Madame... Puis-je connaître votre nom ?

Mais la princesse interpella la femme, et il la laissa passer sans insister, attentif malgré tout. Il tenta et réussit le périlleux exercice de se resservir un verre en meme temps, au prix d'une divergence oculaire du plus bel effet.
Celeste. a écrit:
Mon front se plisse, ces regards sur moi.. la princesse, je porte ma main à ma taille.
Saisir un objet, d’où me vient cela, petite bulle qui éclate…une arme, protégé, main qui retombe mollement, la sensation s’amenuise.
L’esprit est en survolte, toutes ces images qui défilent, ce geste fait machinalement, secoue légèrement la tête sous l’incompréhension qui est mienne.

Regard ou transparait le vide et l’absence, cherche réponse, ne peut ainsi scruter visage couronné.
Légère étincelle, dans le fond de mes prunelles s’anime, s’estompe son image, une calèche, étendards, Duchés inconnus qui défilent, le protocole, les ordres fusent.
Qui est-elle ? La princesse oui.. pourquoi tant d’images, en sa présence ?


Qui êtes-vous ?question que je pose inconsciemment en m’approchant.

Elle sait qui elle est, du moins ce qu’on lui en a dit, réalise, espère que ces mots à peine murmurer ne seront pas entendus.


Jeregard discret autour de moine voudrais vous dérangez au milieu de vos festoiements, s’incline légèrementexcusez mon audace Altesse, que le Très-Haut vous guide.

Nul révérence, inclinaison militaire, celle d’un ancien maîstre d’armes faisant son office mais comment pourrais-je le savoir.
Damisella a écrit:
La princesse a accepté la présence de l'étrange demoiselle.

Celle-ci semble toujours aussi perdue, Dami remarque la façon dont elle se tient, la rigueur de son salut....
Une interrogation muette qui circule entre les 45... Dami hausse légèrement les épaules, non ça ne lui dit rien.

Elle attrape un verre de vin, le tend à l'arrivante.


Tenez demoiselle, un verre de ce bon vin ne vous fera pas de mal.

La jeune femme accepte le verre, le tourne entre ses mains, semble hésiter à boire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mais où sont-ils ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais que sont-ils devenus?
» weronika ? Heureux les cœurs qui peuvent plier, car ils ne seront jamais brisés. Heureux les cœurs qui peuvent crier car ils seront heureux. Mais le sont-ils vraiment ? Car un cœur qui n’est pas brisé ne peut pas guérir...
» Mais ou sont les Pomdepiks ?
» STAFF ET PNJ - mais qui sont-ils ?
» [Aquarium/dressing] Mais où sont les étoiles de mer ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Visite royale (novembre 1456)-
Sauter vers: