Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Baptême de Beths

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Baptême de Beths   Jeu 27 Nov - 23:27

Beths a écrit:

[Septembre 1456, Hospice des sœurs de la gaîté]

Les escapades chez les sœurs de l’hospice de la gaîté pouvaient avoir du bon parfois, Oh certes, elle n’avait guère eut envie de s’y rendre au départ, elle avait trop à faire la maréchale, trop de dossiers le prévost royal, trop de … balivernes tout cela. Cherchait-elle à se prouver qu’elle existait ? Elle devait bien se l’avouer, oui, la prévôté était tout ce qu’elle avait, son unique raison de vivre, en dehors de quelques amis pour lesquels elle aurait donné sa vie.
Mais une promesse était une promesse et tous les ans vers la même époque, pendant quinze jours, elle visitait et aidait les sœurs de l’hospice de la gaîté. C’était sa punition, son salut, sa résolution. Et le temps était venu. Elle se trouvait à Moulins lorsqu’elle reçu la missive de la mère supérieure l’invitant à se rendre dans le couvent. Soupirant un peu, grognant beaucoup, re-préparant son baluchon de voyage, elle avait embrassé et prit congés de ses amis Moulinois : Bettym, Lilou, Any, pour ne citer qu’eux. De Legowen aussi puisqu’elles étaient venues ensemble à Moulins. Leg était si heureuse à l’idée de revoir sa marraine, Beths lui avait sourit et se réjouissait pour elle. Mais elle-même devait partir avant d’avoir revu Apolonie. Le cœur serré elle avait aussi apprit le décès de son amie Mativa, et des petits qu’elle avait vus naitre. La nouvelle l’avait laissée abasourdie et démoralisée. Quelques mots de sympathie rapidement écrit et envoyés à l’intention de Marty, elle ne savait que faire pour l’aider, sa peine devait être immense, et chacun était bien impuissant devant l’adversité. Après différentes embrassades, après différentes visites, après avoir du repousser l’échéance jusqu’au dernier moment, elle dut partir, et le fit tristement.

Les sœurs vivaient simplement, sans aucune autre activité que la cueillette, le fermage, et la prière. Devant cette vie ennuyeuse à souhait, cette vie de solitude, mais sommes toutes guère différente de la sienne si l’on y réfléchissait, Beths ne s’était jamais résolue à se faire baptiser. Et pourtant, l’insistance des sœurs avaient été vive. Mais non, elle ne voulait pas, trop de mauvais souvenirs entachaient sa vision d’Aristote : les curés qui dégoutaient des vocations ou simplement les curieux, certains membres de l’église qui préféraient se détourner de ceux qui souffraient pour n’avoir que le plaisir et l’agréable de la fonction, non Beths ne pouvait se résoudre à entrer dans cette famille. Jusqu’à ce jour.
Elle la gueuse, la roturière, l’enfant de paysan qui savait à peine écrire en entrant à la prévôté, qui ne savait pas monter à cheval, et qui ne savait pas grand chose. Aujourd’hui, elle était Noble, Prévost Royal, ex Prévost de son Duché, de nouveau Adjointe au Prévôt de son Duché, et toujours Maréchale et Douanière. Elle pouvait être fière. Mais elle n’était toujours pas baptisée. Et pourtant, en tant que Prévost Royal, elle faisait appliquer dans tout le Royaume la Justice de son Roy, Ses lois. Comment pouvait-elle ne pas suivre sa foi ? Comment ? C’était une aberration, un non sens.
Les longues journées chez les sœurs étaient propices aux questionnements, or elle en avait toujours beaucoup, mais là encore plus que de coutume. Il était impossible qu’elle suive les lois de son Roy sans suivre Sa foi. Soit elle reniait ce qu’elle était, soit elle reniait son honneur et la Justice qui était tout pour elle, soit, elle décidait enfin de s’intéresser à la religion de son Roy.
Sa retraite chez les sœurs lui fit arriver à cette réflexion et à cette conclusion, oui, elle voulait se faire baptiser.

Elle commença alors à se renseigner discrètement auprès des sœurs pour savoir ce qu’elle devrait faire pour entrer dans la grande famille aristotélicienne. Apprenant sa décision, ces dernières montrèrent leur joie, et amusée, Beths se dit que pour une fois, cela devait les changer. L’abbesse lui expliqua tout avec gentillesse et professionnalisme, il fallait suivre une pastorale, et puis ensuite trouver un curé pour qu’il accepte le baptême, avoir un parrain ou une marraine ou les deux.
Les explications prises engendrèrent de nouvelles réflexions : suivre une pastorale, cela était faisable, long sans aucun doute, mais après tout, elle aimait apprendre, alors après le Codex, pourquoi ne pas se plonger dans le Livre des Vertus ?
Mais le choix d’un parrain ? D’une marraine ? A qui pouvait-elle demander une telle chose ? Il fallait forcément des personnes de confiance. Enfin disons qu’elle imaginait des personnes de confiance, qui la dirigerait, la guiderait, l’aiderait à suivre la foi, la vrai foi, celle de son Roy.

Se dirigeant vers le jardin pour profiter des derniers rayons de soleil, elle s’allongea oisive dans l’herbe grasse et humide. Elle ferma un instant les yeux profitant de la sensation agréable contre son dos, douceur et humidité, huma les odeurs caractéristiques de la terre, odeur qu’elle aimait tant, jouissant aussi de la douce chaleur prodiguée par le soleil et qui se posait sur son visage.
Qui serait sa marraine ? Différents visages défilaient devant ses yeux, personnes, qui étaient ou furent importantes pour elle, personnes vivantes ou mortes, pincement au cœur … Il fallait choisir. Any son amie depuis des années, depuis ses tous premiers jours à Thiers, la Thiernoise devenue Moulinoise, une sœur presque, elle n’arriverait pas à l’appeler marraine. Bettym sa complice, les deux font la paire, les 2B, son amie avant tout, celle sur laquelle elle peut toujours compter, mais sa marraine ?
Et puis soudain, la jeune femme sut qui elle choisirait si elle acceptait. Legowen, Legowen la Connétable, Legowen la Maréchale, Legowen l’Ambassadrice, Leg tout simplement, celle qu’elle a appris à connaitre lors de ce mandat éprouvant, Legowen son amie, usée tout comme elle par cette période difficile, celle avec qui elle réalisa son tout premier voyage hors de son Duché, Leg avec qui elle découvrit de nouveaux paysages, la mer si belle, les baignades, et … la confiance.
Oui, Legowen serait une marraine parfaite ! Et quant à Bettym, elle savait parfaitement ce qu’elle lui demanderait d’être si un jour … si … Toujours allongée dans l’herbe elle se met à rire devant cette idée saugrenue. Allons ! Franchement ! Qui voudrait d’elle !

Un instant, elle se demanda pour le parrain … elle pourrait bien sur demander à son suzerain, mais suzerain et parrain ne lui paraissait tellement pas compatible. Boaf, avait-elle réellement besoin d’un parrain ? Non, une marraine suffisait amplement.

Il ne lui reste qu’une journée à passer chez les sœurs, elle a hâte de partir, hâte de retrouver ses amis et la prévosté, hâte de voir Leg et de lui demander si elle accepter cette lourde responsabilité.



[Retour à Thiers, septembre – octobre 1456]

Enfin la journée de la libération arrivé, la Dame de Gondole était fin prête, elle sauta de joie sur Canasson, et sur un dernier signe de la main vers les sœurs de la Gaîté qui lui jetèrent des regards mi-désapprobateurs, mi-désespérés, mi-amusés (oui oui trois mi), elle s’élança droit sur Moulins.
Et là stupeur, la ville avait été attaquée par un corps de la COBA. Apo, alors maire, avait été laissée pour morte, Bettym, Marty étaient dans un état de rage avancé, les villageois défendaient leur ville, et Beths était totalement perdue. Mais que s’était il donc passé en quinze jours ? Pourquoi donc des habitants du BA guerroyaient les uns contre les autres ? Et puis Bettym lâcha le nom, un seul nom, et Beths comprit. La rage fut partagée et à son tour, elle aida à la défense de Moulins. Mais l’inquiétude aussi la rongeait, nul ne savait où était Legowen. Elle serait partie cueillir des pommes …

Les jours étaient passés, elle avait eu des nouvelles de Leg qui avait fait une mauvaise chute en cueillant quelques fruits, et qui se reposait à son tour chez les sœurs. Diantre, elle lui poserait donc sa question plus tard. Mais, elle devait regagner Thiers pour sa part, sa ville et assumer ses fonctions de maréchale et douanière, retrouver son bureau, ses dossiers.
Quelques jours après être rentrée chez elle, revint à son esprit son désir de baptême. Il faudrait qu’elle s’inscrive pour suivre un cours de pastorale. Oui, mais comment faire ? Et si elle allait poser quelques questions en taverne ? Oui cela était une bonne idée, et lui permettrait de revoir quelques thiernois qu’elle n’avait pas vu de longue date.
Poussant les portes du Coin du Feu, Beths eut le plaisir de saluer notamment Lamalice et Kait. A peine s’était elle installée, que le Prévôt poussa la porte de la taverne à son tour. Azdrine … Beths se raidit inconsciemment, elle ne savait jamais comment se comporter avec lui, à chaque fois qu’ils se croisaient, il arrivait des choses étranges, la honte la prenait, elle se trouvait dans des situations embarrassantes, comme dans un abreuvoir, bref, elle avait la désagréable impression qu’il cherchait toujours un moyen pour la faire hurler. Se rappelant les joutes, elle se mit à rougir telle une très jeune fille, et se mit aussitôt sur ses gardes.
Allons, allons, elle se faisait des idées, Azdrine avait ses convictions, et elle apprenait à apprécier son travail. Il avait ses méthodes, différentes des siennes, mais, au moins, il soutenait la prévôté. Ebauchant un petit sourire, elle paya une tournée à toutes les personnes présentes. Mais elle avait toujours son idée de baptême en tête … elle commença alors à poser une ou deux questions anodines quant au baptême, au pastorale. Immédiatement son Prévôt la regarda, et elle se sentit encore un peu plus mal à l’aise. Elle avait omis qu’il était Grand Maître et qu’en tant que tel, ne pas être baptisé devait lui paraitre bien étrange. Mais une fois encore, il réussit à la surprendre, lui détaillant sa devise, celle de son ordre, ses convictions quant à la famille aristotélicienne, il lui expliqua ce qu’était de suivre la foi de son Roy en plus de Sa justice. A aucun moment, il s’énerva devant sa multitude de questions et à chaque fois il lui répondait avec honnêteté. De façon soudaine, spontanée, et totalement irréfléchie, Beths lui demanda s’il accepterait d’être son parrain. A peine la question posée, la jeune femme rougit puis pâlit devant l’implication de sa demande, mais resta pour une fois silencieuse, observant son interlocuteur, et se demandant quelle serait sa réponse. A son plus grand étonnement, il accepta cette responsabilité. Elle venait sans même en prendre pleine conscience, de se trouver son futur parrain.

Dès lors, elle suivit avec assiduité les pastorales. Elle découvrit le Livre des Vertus, et prit plaisir à apprendre.
Et puis les jours passèrent, et sa vie changea brusquement alors qu’elle ne s’y attendait pas, quelque chose d’improbable, d’invraisemblable, d’incroyable pour qui la connaissait et qui la laissait heureuse, béate et enchantée. Pour la toute première fois, l’avenir était radieux.

Legowen put enfin sortir de retraite, et ce fut avec émotion qu’elle lui demanda d’accepter d’être sa marraine. Cette dernière accepta avec joie, et elles tombèrent dans les bras l’une de l’autre en riant.




[Veille du baptême, Domaine de Gondole]

Dressée devant la fenêtre, le regard tourné vers ces terres que son suzerain lui a confié, Beths se remémorait les événements des deux derniers mois qui l’avaient conduit à cette décision si importante pour elle, à cette décision qui la rendait fière : se faire baptiser. C’était réellement son choix, et ce choix était conduit par une décision, une certitude, une volonté de s’engager dans le chemin d’Aristote.
Les dernières semaines étaient passées si vites, sa pastorale qu’elle avait validée, l’acceptation de Dame Monicaa, Abbesse de Thiers, de la baptiser en la Cathédrale de Clermont, les invitations qu’il avait fallu faire, et si elle avait oublié quelqu’un ?
Se retournant puis se dirigeant vers sa table, elle prit dans ses mains l’exemplaire qui lui restait, et relu le parchemin.




Elle pourrait toujours le faire placarder sur la lourde porte de la Cathédrale de Clermont … oui, pourquoi pas, c’était une idée.

Un doux sourire apparaissait sur ses traits. Elle ferma un instant les yeux, se rendant compte de l’importance du moment, demain, la cérémonie avait lieu, demain …
Rick a écrit:
{Quelques jours auparavant - A Lépi - Montpensier}

Au moulin de Lépi, un pigeon venait de se poser en cette fin d'après-midi. Rick venait de rentrer du chantier de la cabane et il allait pouvoir enfin profiter de sa femme et de leur fils. Le volatile venait de Beths, leur amie Thiernoise. Le jeune sourit en lisant la missive. Il ne savait pas qu'elle n'était pas encore baptisée. Quoi qu'après tout, il ne voyait pas pourquoi ça l'étonnait plus que cela. Lui aussi s'était fait baptiser tardivement. Il l'avait fait, en prévision de demander Tia en mariage. Sans cela, il ne l'aurait peut-être jamais fait. Rick savait que Beths entretenait une relation sérieuse avec le Duc de Billy, cela signifiait peut-être que dans quelques semaines ou quelques mois, un autre événément se préparait. Il sourit à cette idée.
Puisqu'il y avait une fête, il fallait qu'il fasse de nouveaux vêtements pour son fils. Le petit ange grandissait rapidement et les beaux vêtements qu'il avait n'étaient plus de sa taille. Il avait déjà une idée de ce qu'il allait faire. Il espérait seulement que cela ne choquerait pas son épouse. Il lui ferait la surprise car ce serait plus amusant de voir sa réaction. Dans les jours précédants le baptême, Rick utilisait ses moments de libre pour tailler à Georges sa nouvelle tenue.


{Jour J - Tôt le matin}

Rick s'était préparé de bonne heure et avait été cuire un peu de pain pour permettre à Tia de déjeuner. Il lui avait proposé de s'occuper de Georges pendant qu'elle se préparait. En général, il aimait bien affairer le petit garçon pour les grands événements, comme cela ça permettait à son épouse de prendre son temps pour s'occuper que d'elle. Il attendit donc que le garçonnet ait pris son repas, au sein de sa mère, puis il s'occupa de lui faire son rôt et de lui changer ses langes. Petit à petit, il commençait à s'habituer à faire cela, même si ce n'était pas son moment préféré.
Il commença par enfiler une paire de braies de couleur blanche, certes ce n'était pas très judicieux pour un enfant, mais il n'était pas encore en âge de courir donc il ne se salirait pas tant que ça. Il lui rajouta une petite chemise de couleur verte, des petits chaussons en peau qu'il avait teinté aussi en rouge. Et puis la touche finale avait été une toque verte pour le protéger du froid.
Tia était encore en train de se préparer lorsqu'il décida d'aller lui montrer leur fils. Il enveloppa le garçon dans la couverture rouge qu'il avait faite pour l'occasion. Ainsi père et fils étaient en totale osmose. Il avait hâte de voir la réaction de Tia.


Ma jolie colombe, comment tu nous trouves ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Jeu 27 Nov - 23:29

Beths a écrit:
[Domaine de Gondole, le 26 novembre 1456, jour du baptême, tôt le matin]


Il était tôt, il était très tôt, il était trop tôt, beaucoup trop tôt sans doute, le soleil n’ayant pas encore daigné se montrer. Et pourtant, la jeune femme tournait, tournait et se retournait encore dans son lit. Côté droit, gauche, sur le dos, le ventre, avec un oreiller, sans, avec un édredon, sans, ah non, pas sans, il faisait trop froid dans la pièce, le feu dans la cheminée se mourrait. Rien y faisait, le sommeil l’avait fui. Soupirant, se mettant sur le dos, les bras perpendiculaires au corps, profitant de la douceur du lit et du tissu qui faisait son édredon, Beths se mit alors à sourire.
Aujourd’hui était un grand jour, et elle ne s’étonnait pas d’être éveillée aux aurores. Et qui plus était, elle avait peu l’habitude de se rendre en son domaine de Gondole. Elle avait même surprit les gens qui y vivaient, ses gens, son personnel, en surgissant il y a deux jours de cela. Ils s’étaient montrés tout à fait charmants et heureux d’enfin la connaitre puisque jusqu’à présent, elle n’y avait fait que de timide passage en ses terres. Mais une résolution n’arrivant jamais seule, à quelques jours de son baptême, conscience de l’importance de l’événement, la Dame de Gondole s’était enfin décidée à délaisser sa chaumière thiernoise pour le domaine que son suzerain lui avait confié. Il était temps, et elle devait avouer qu’elle était honteuse d’avoir ainsi déserté son fief. Mais les choses changeaient et évoluaient … le domaine de Gondole était désormais son foyer.
Son sourire s’élargit encore un peu sur ses traits et elle attrapa l’oreiller moelleux et fait de plume qu’elle enserra dans ses bras en gloussant ce qui eut pour effet immédiat de faire arriver une jeune femme, Margilie.


Oh Dame ! Vous êtes déjà réveillée?! Mais le soleil n’est point levé encore!

Elle était peu habituée au fait que des personnes entraient ainsi dans sa chambre, cela l’intimidait même un peu, mais les yeux rieurs et amusés, Beths observait cette jeune femme qui déjà était en train de remettre des buches dans l’âtre pour qu’il reprenne un peu. Depuis son arrivée récente, Margilie elle était la personne qui s’occupait de l’aider à l’habiller, celle qui s’occupait d’elle, la coiffait, etc. Cela ne plaisait guère à la Dame de Gondole, elle qui avait l’habitude de se débrouiller toujours seule, mais, allons, elle se laissait faire jusqu’à présent. Elle lui expliquerait plus tard, qu’elle aimait son indépendance, et qu’elle savait faire seule pour la plupart des choses, en dehors de lasser diverses robes ou bliauds et comme elle avait une légère tendance à en porter plus ces derniers temps … Mais elle ne souhaitait pas froisser Margilie qui était douce, patiente, calme, un peu son opposé en y réfléchissant.

Oui Margilie, c’est un grand jour aujourd’hui, d’ailleurs je vais avoir besoin de ton aide. Ma camériste a fait porter hier soir la robe que je compte mettre aujourd’hui, pourras-tu m’aider ?

Le regard que lui envoya Margilie lui fit comprendre qu’elle n’avait nul besoin de poser la question. Beths leva les yeux vers le plafond. Pffff ces carcans, ces différentiations, cette position, cela l’agaçait. Soit elle était Noble désormais, et alors ? Devait-elle oublier d’où elle venait et devenir guindée comme un paon ? Beurk jamais de la vie.
Et puis la future baptisée ferma les yeux, s’apaisant aussitôt, son baptême, le jour était arrivé. Elle avait peur, elle était joyeuse, elle appréhendait, et elle était pourtant impatiente. Brusquement prise d’une envie, elle repoussa l’édredon et enfila rapidement sa tenue de maréchale.


Mais ??? Stupeur de la jeune servante

J’ai besoin de passer à Thiers, je serai de retour d’ici une heure, cela te laisse le temps d’amidonner la robe ! Et surtout, surtout PAAAAAAAAAAS de coiffe hein ! Je les ai en horreur

Sortant aussitôt de la pièce, elle se dirigea au pas de course vers les écuries réveillant le palefrenier qui paru à son tour alarmé. Elle rit et scella rapidement Canasson, qu’elle enfourcha aussitôt et mena en direction de Thiers. Elle souhaitait en fait se recueillir avant son baptême, elle désirait au calme et dans ce lieu faire le point sur les pêchers, tous les pêchers qu’elle avait à faire absoudre. Elle pensait que c’était important avant son baptême.
Arrivée à Thiers, elle poussa la porte de l’Eglise Saint Trufaldini, et y resta recueillie de longues minutes. Elle ne sut pas exactement combien de temps elle resta, mais, une fois dehors, elle se sentait sereine et calme.
Enfourchant de nouveau Canasson, elle repartit vers son domaine afin de se changer et passer une tenue en adéquation avec cette journée si particulière à ses yeux. Margilie l’attendait déjà. Elle fut rapidement prête, et s’observa dans un psyché.





C’était la première fois qu’elle portait une robe autre que dans les tons verts, le résultat était … surprenant. Ekat avait encore fait des merveilles. Pour une fois coquette, elle lissa le bliaud, et admira la qualité du tissu. Oui, sa camériste avait magnifiquement travaillé. Elle lui avait commandé une robe de baptême sans autre préconisation, le résultat était au-delà de ses espoirs. Elle espérait d’ailleurs qu’Ekat serait présente dans la cathédrale lors de la cérémonie.

Il était désormais temps de se diriger vers Clermont. Elle souhaitait arriver en avance, se familiariser avec la cathédrale, être prête tout simplement.



[Cathédrale de Clermont]

Le coeur battant la chamade, elle pénétra dans ce Très Haut lieu du culte d'Aristote. C'est ici même et dans quelques heures qu'elle entrerait dans la grande famille Aristotélicienne. Elle espérait qu'elle n'avait oublié aucune invitation, que tout se passerait pour le mieux, qu'elle ne perdrait pas sa voix au moment de réciter le crédo, que ses futures marraine et parrain n'auraient pas un quelconque empêchement de dernière minute, que ... Elle prit une immense goulée d'air, bloqua sa respiration, et souffla doucement, ouuuuf cela allait mieux.
Elle chercha alors l'abbesse des yeux.
Sibella a écrit:
[Manoir de Vissac - aux aurores]

Remise et en forme après son accouchement, Sibella avait décidé d'accepter avec une grande joie, l'invitation de son amie Beths à l'occasion de son baptême.
Un grand jour, un important événement dans une vie, qu'elle ne pouvait laisser passer sans y participer.

Le jour n'allait pas tarder de poindre, que Sibella était déjà debout. Elle commença par une toilette avec de l'eau bien chaude. La veille, elle s'était délassée dans un bon bain parfumé aux essences de fleurs, par conséquent, une petite toilette le lendemain était suffisante.

Quelques instants après, elle se dirigea dans la chambre de son fils que la chambrière avait déjà nettoyé et changé afin de l'allaiter. Elle le pris dans ses bras, déposa un baiser sur son front


Bonjour Audric ! Comment va mon fils ? c'est Maman ! tu as bien dormi mon petit ange ?

Elle le regarda en souriant. Ses petits yeux étaient ouverts, il était sage et ne pleurait presque jamais Elle lui donna le sein, il mangeait calmement et avait tendance à se rendormir pendant ce temps. Une fois fait, elle se promena un peu dans la chambre afin de lui faire faire son rôt, ce qui ne traina pas et Clémence revint dans la chambre du bébé.

Voilà Clémence, je vous laisse Audric, inutile que je vous fasse des recommandations à n'en plus finir. Nous serons de retour en soirée.

Clémence acquiesça du chef, en souriant, sachant très bien que s'occuper d'un bébé aussi petit était une importante responsabilité et qu'elle veillerait à son bien être comme à la prunelle de ses yeux.

N'ayez crainte Ma Dame la Baronne, vous pouvez me faire confiance, je ne quitterai pas votre enfant de la journée.

Sib savait quelle pouvait faire confiance à Clémence, mais c'était la première fois qu'elle laissait son fils et cette séparation, ne serait-ce que pour une journée, l'affligeait moralement.

Pour le lait, nous avons vu ensembles hier, donc pas de souci avec le lait de jument ce sera parfait. Faites attention qu'il ne s'étouffe pas, qu'il fasse bien son rôt, qu'il ne prenne pas froid surtout.

La bonne Clémence ne cessait de faire oui de la tête en souriant, comprenant très bien l'inquiétude de la jeune mère.

Sibella embrassa fort son fils et le reposa dans son lit, encore des baisers sur la main, elle avait les larmes aux yeux et pourtant elle savait bien qu'avec Clémence ce serait comme avec elle. Elle passa devant la chambrière, lui fit un léger sourire en lui disant au revoir.


De retour dans la chambre du couple, Sibella pour une fois s'habilla seule, elle préférait que sa chambrière soit aux petits soins pour Audric. Armoires grandes ouvertes, que mettre, que porte, que choisir ??? Grand dilemme.
Elle avait presque retrouvé sa silhouette d'avant la grossesse et compte tenu que ses armoires étaient tellement pleines de vêtements, cela ne poserait pas bien de souci.

Au bout d'un grand moment durant lequel son époux n'arrêtait pas de la pressait de peur d'être en retard, elle trouva enfin la tenue adéquate. Elle pris une robe en velours vert bronze, ornementée de fils d'argent. Comme à son habitude, la robe était décolletée, mais malgré tout légèrement moins que d'autres compte tenu du froid.


Elle coiffa ses cheveux doucement et les remonta en chignon en y incorporant quelques perles. Colliers, bagues, pendentifs aux oreilles et voilà la jeune femme prête pour partager cette grande journée avec son amie Beths.

Elle jeta une longue cape de fourrure sur elle et descendit rejoindre son époux afin de monter dans la calèche qui les emmènerait à Thiers.



[Cathédrale de Clermont, jour J]

Le couple devisa durant le voyage de choses et d'autres et notamment de l'avenir de leur fils Audric, quand la calèche portant les armes d'Usson et de Riom arriva devant la superbe cathédrale de Clermont. Sibella en descendit en tenant le bras de son époux qui avait fait très vite pour descendre avant elle et ainsi lui offrir de l'aide.

Elle lui fit un sourire, posa sa main sur son bras et franchirent les marches du parvis pour pénétrer dans l'édifice. Elle humecta le bout de ses doigts dans le bénitier, se signa et ils remontèrent l'allée qui mène aux premières places.
Legowen a écrit:
[Thiers pas si loin de l'aube ]

Une porte qui claque, des pas précipités et comme un grand tourbillon qui pénètre dans la salle encore encombrée de malles et de coffres
C’est qu’ils ne sont arrivés que ce matin, à l’aube et depuis, c’est une ronde incessante entre les différentes pièces pour tout agencer selon les vœux
de la jeune femme . Elle s’est absentée un moment pour se rendre au bureau de la prévôté

En plus de Pol , sa nourrice qui l’avait rejointe à Bourbon et qui maintenant la suit à Thiers, en plus d’Erwann, son petit palefrenier , gamin qu’elle
a recueilli et qui adore les chevaux, elle s’est adjoint les services de deux villageoises pour aider à l’ aménagement de la maison
Elle ne l’a pas annoncé à Pol, mais elle compte bien garder l’une de deux , pour aider sa nourrice
Elle sait qu’elle poussera sûrement ses hauts cris, arguant qu’elle n’est point aussi vieille encore, mais Leg est bien décidé à la ménager
C’est que la maison , la future Nöthrim, est grande, elle la voulu ainsi pour accueillir au mieux, ses amis
Donc , depuis leur arrivée , règne une activité à faire pâlir d’envie les abeilles en leur ruche .

Pour l’heure, c’est d’une voix pressante qu’elle demande


Pol tu ne saurais pas où sont passées mes malles, je ne vais quand même pas aller au baptême de ma future Mar ….heu Filleule, en tenue de voyage

Déjà montées dans votre chambre et vous avez un baquet d’eau bien chaude qui vous attend

Tu es un amour

Bise à sa nourrice , monte quatre à quatre les escaliers , et se demande comment Pol a fait en si peu de temps, pour transformer un pièce vide
en ce lieu confortable qu’elle a devant elle
Vêtements qui volent sur un fauteuil et « glissade » dans un bac d’eau bien chaude, hummmm, ferme un instant les yeux pour savourer ce moment , repense
à son erreur lorsqu’au lieu de filleule , elle a failli dire marraine , mot qu’elle prononce souvent
Sa marraine, son amie depuis ……et bien, depuis le début, Apolonie ; Elle se souvient de l’émotion de la jeune femme , de sa fierté lorsqu’elle lui avait demandé
d’être celle qui la guiderait dans la foi d’Aristote lorsqu’elle avait décidé de se faire baptiser
et maintenant , c’est elle qui va le devenir , de son amie Beths ..

Beths qu’elle a rencontrée pour la première fois à la prévôté, déjà maréchale quand elle est arrivée, qu’elle croisait dans les couloirs, admirant la jeune femme
pour tout les taches accomplies, pour son dévouement ( d’ailleurs, elle l’admire toujours )
Beths adjointe puis Prévôt lorsqu’elles se sont retrouvées toutes les deux au conseil, travaillant dans un même souci, celui de leur duché avec les autres conseillers
Et ce voyage entrepris à la fin de ces deux mois, cette « évasion « jusqu’à la mer où leurs liens d’amitié se sont renforcés

Leg se souvient de cet instant . Enfin sortie dune retraite qui s’était éternisée, mauvaise chute, ça lui apprendra à faire attention aux échelles vermoulues pour la cueillette de pommes ,elle avait retrouvé son amie avec plaisir
Elle ne s’attendait certes pas à la demande qu’elle lui avait faite

Marraine ? Marraine de cette jeune femme qu’elle admirait, incrédulité et puis cette émotion qui l’avait envahie Elle avait été touchée que son amie pense à elle ,pour remplir ce rôle si important , la guider dans la Foi d’Aristote , lien d’affection mais aussi de confiance
Elle avait accepté avec joie

Aussi , en ce jour, se dépêchait –elle , pour se retrouver à l’heure à Clermont en la cathédrale , ne voulant surtout pas être en retard

Nouvelle robe qu’elle a passé pour l’occasion, voulant faire honneur à sa filleule, coiffée, une ceinture en fines mailles d'or lui ceignant la taille, elle monte en amazone (ce qu’elle apprécie très moyennement , mais robe oblige ..) sur Illuin,
Déjà préparé par Erwann, il l'attend en piaffant un peu, petit signe de main et lance l’étalon au grand galop sur la route de Clermont


[Arrivée à la Cathédrale ]

Trajet effectué sans encombre , Illuin confié à un palefrenier de la prévôté , elle rajuste une mèche qui s’était détachée par la vitesse de la course et se dirige vers le parvis de la Cathédrale
Les portes sont grandes ouvertes, et elle pénètre dans le lieux saint , ressentant , comme à chaque fois, ce calme , cette sérénité propres aux églises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Jeu 27 Nov - 23:33

Monicaa a écrit:
Devant l’Autel , Monicaa accueille les fidèles assemblés, Madame et Messire de Vissac, Baronnie d'Usson, Dame Legowen de Nivrim décoré de fleurs diverses et parfumées, en forme de cœur
Monicaa accueille les fidèles en cette Cathédrale, pour la cérémonie de baptême de Beths dont la marraine est : Dame Legowen de Nivrim, et son parrain est : Azdrine de Vissac, Baron d'Usson, tous deux aristotéliciens baptisés, présents en ces lieux…. L'abbesse Monica s'adresse personnellement à Beths en ces termes pour l'accueillir :

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
De la parfaite hémistiche
Aimant la mesure
Céleste césure,
Faisant pâlir le pastiche.
Les vers ciselés
Bien proportionnés
Pour mon esprit ont les charmes
Si harmonieux
Du plus haut des Cieux
Brillant à travers mes larmes…
Là où tout n'est qu'ordre et beauté,
Règne la paix, la foi, et la volupté.


Monica, quitte l'Autel et s'installe près du batistère, pour accueillir Damoiselle Beths, accompagné de sa Marraine Dame Legowen de Nivrim et de son Parrain le Baron d’Usson, Sieur Azdrine de Vissac.
Arrivée sur place elle allume le cierge sur son cadélabre, faisant signe à Beths, à sa Marraine et à son Parrain, d’avancer pour se disposer de part et d’autre de Beths, devant le vasque baptismal.


Monicaa s’adresse à l’assemblée des fidèles et présente la candidate au baptême.


Damoiselle Beths, vous avez effectué votre pastorale et, vous avez exprimé le désir de montrer au Très-Haut votre appartenance à la grande Famille Aristotélicienne.

Lecture introductive au baptême :
-« Afin de vous pénétrer des paroles d'Aristote et de Christos, je vous invite à méditer sur ces paroles extraites de l'Ethique à Nicomaque:

Citation :

"L'amitié est ce qu'il y a de plus nécessaire pour vivre. car sans amis personne ne choisirait de vivre, eût-il tous les autres biens. Et dans la pauvreté comme dans toute autre infortune, les hommes pensent que les amis sont l'unique refuge. L'amitié d'ailleurs est un secours aux jeunes gens pour les préserver de l'erreur; aux vieillards, pour leur assurer des soins et suppléer à leur manque d'activité dû à la faiblesse; à ceux enfin qui sont dans la fleur de l'âge, pour les inciter aux nobles actions, car on est alors plus capables à la fois de penser et d'agir".

« Par ce sacrement que vous aller recevoir, Damoiselle Beths, vous renoncez ipso-facto au péché, vous faites le choix de vivre selon les règles de notre sainte Eglise, choisissant de vous abstenir de tout mal, et de vous rapprocher de Dieu par la voie de l'amitié aristotélicienne. Persévérez-vous dans cet acte total et volontaire de recevoir le Baptême artistotélicien ? "

Acceptez-vous cela Beths? Acceptez-vous de prendre le chemin difficile des Vertus ?
Sonia80200 a écrit:
Se dépéche comme une folle, elle avait dit qu'elle louperai pas sa pour rien au monde, cravache son cheval comme une dingue, en retard, en retard, c'est dut elle sa.
Se retrouve devant la cathéderale, saute de son canasson qui n'a pas eu le temp de s'arréter.

Elle y entre, oufff, ce n'est que le début, s'installe tranquillement.

Ecoute l'abesse posé la question à Beths, tout sourire elle se rappela aussi du jour de son baptéme qui fut merveilleux aussi.

Attend la suite toujour le sourire aux lévres, bizar quand même qu'elle veuille se baptisé d'un coup comme sa, rigole intérieurement

Hermanicus a écrit:
MONTPENSIER - bureau de la maréchaussée

Le cheval de la maréchaussée était fin prêt. les affaires d'hermanicus proprement pliées et rangées dans un sac. Le cheval avait été bouchonné toute la matinée par un jeune gamin en échange de quelques pièces...

Hermanicus enfourcha son cheval t l'amena au trot... il prit la direction de Clermont, en cheval cela irait plutôt rapidement...

C'était un grand jour pour Beths sa collègue et amie... il se devait d'être là à l'heure... il pressa les flancs du cheval qui se mit au galop...


CLERMONT

Arrivé à la lisière de la forêt bordant la capitale du Duché, Hermanicus arrêta son cheval et se changea rapidement à l'abri des regards indiscrets... Point d'épée ce jour, il comptait entrer dans un lieu de culte pas dans un bureau de la maréchaussée...

Il conduisit ensuite son cheval au bureau de la maréchaussée de Clermont où il confia les soins du cannasson à un vagabond en échange de quelques écus...

Il prit ensutie à pieds la direction de la cathérale. Déjà pas mal de monde était arrivé. Herma s'installa silencieusement et écouta l'office.
Aiguemarine a écrit:
[Montpensier - Le matin du baptème de la Dame qui prend l'eau...]

Sacrée semaine...
Les festivités automnales de Montpensier à peine terminées, voilà qu'Aiguemarine et Nic avaient été conviés au baptème de leur "voisine" la Dame de Gondole.

La maisonnée était calme... bizarrement.
Fallait croire que le jeu du lancé de pommes de pins avait exténué Matthis et Athalia.

Aiguemarine alla frapper à la porte de la chambre de ses Suzerains qu'ils hébergeaient le temps de leur séjour.
Certes, les 2 couples avaient la fâcheuse manie d'arriver en retard, mais quand même...

Tirant les épais rideaux, elle s'mit à crier...


Debout là-dedansssssssss ! z'avez pas oublié le baptème de votre vassale n°1 quand même ?!

Fallait croire que si... Mais Aiguemarine n'attendit pas la réponse qui serait suivie de représailles, connaissant bien Al' et Kory depuis le temps. Pas l'temps pour une bataille en règle d'oreillers.

Elle s'occupa d'abord de ses enfants, aidée par sa fidèle Madeleine...
Aiguemarine apprêta Athalia d'une jolie roble blanche, passa un temps fou à lui démêler ses longs cheveux chatains.

Puis, elle donna quelques consignes à Ma de rassembler quelques affaires.
En effet, après en avoir discutée avec Nic, Thomas ne serait pas de la fête. Trop petit encore...
Ils les rejoindraient à Sarliève après le baptème de Beths, délaissant quelques temps leur maison de Montpensier.
Aiguemarine avait décidée de rejoindre et d'aider Nic dans la gestion de leur nouveau domaine.

Après un frugal petit déjeuner, ils montèrent se préparer.
Rapidement, la maisonnée fût de nouveau agitée. Normal...avec 5 enfants. Ca courait dans tous les sens. Et pas que les enfants.

Bien évidemment, Nic fût le premier à être prêt.
Aiguemarine l'entendait faire les cent pas dans la chambre.
Elle espérait qu'il serait content du résultat.
Houppelande blanche, fine ceinture de couleur beige affinant sa taille...le collier que son époux lui avait offert à leurs fiançailles. Pas de coiffure particulière sachant que ça ne tiendrait pas pendant toute la cérémonie. Elle enfila une toque beige, assortie à la ceinture qu'elle portait pour l'occasion.

Sortant de derrière son paravent, Aiguemarine tourna sur elle-même afin que son époux puisse juger du résultat.
Apparemment, ce dernier semblait apprécier.
Bien... Il était temps de se mettre en route pour la cathédrale de Clermont.

Derniers baisers et câlins à Thomas.
Nic se dirige déjà vers l'écurie afin de seller les chevaux.
Aiguemarine récupère sa cape dans l'entrée et aperçoit Kory s'affairant avec sa marmaille.
Elle s'approche d'elle et lui dit :


On se rejoint à la cathédrale... Soyez pas trop en retard, hein ! enfin pas plus que d'habitude...

Grand sourire, puis elle rejoint son époux.
Celui-ci prendAthalia avec lui sur Blitz...
Aiguemarine monte en amazone son fidèle Altaïr... Ils prennent la direction de Clermont.


[ Cathédrale de Clermont - Quelques heures plus tard ]

Après avoir attachés leurs montures non loin, Nic, Aiguemarine et Athalia font leur entrée dans la cathédrale.
La lourde porte se met à grincer... Erfff...
De plus, la cérémonie semble commencée... Re erfff...

Ils remontent la nef, saluant d'un signe de tête les personnes présentes, puis prennent place sur un banc.
Athalia, installée entre le couple...
Aiguemarine essaie de prendre le cours de la cérémonie...

Tixlu a écrit:
Le Duc Tixlu comme il l'avait promis s'était rendu ce jour à la cathédrale pour assister au baptême de Beths. Il était toujours émouvant de voir une nouvelle entrée dans la communauté d'Aristote. Il s'assit donc sur un banc et assista à la cérémonie
Roseedumatin a écrit:
Rouuuuuuuu rouuuuuuuuuu !

Léger sursaut puis inspiration et soupire. La jeune femme leva ses yeux vers la source du son animalier, encore un pigeon portant missives plus ou moins officielles. Sortie de ses songes, dans sa demeure à Montpensier, seule comme à son habitude, elle se leva et se dirigea vers la fenêtre ou pointait le volatile. Cheveux en désordre, visage pâle, elle s'allongea sur son lit pour lire la missive. Yeux qui s'ouvrent, joues qui commencent à prendre couleur. Missive d'une ancienne collègue, ancienne supérieure mais également une amie. Personne qu'elle appréciait grandement et respectait profondément. Personne des plus compétentes du BA et hors le BA. Visage qui s'illumine en apprenant que la Dame de Gondole allait rejoindre les rangs de la grande famille Aristotélicienne. Rosée passa sa main sur ses cheveux et posa la missive, cela lui rappelait qu'elle devait elle aussi suivre le droit chemin et renoncer à ses péchés. Mais ce n'était pas le moment de songer à cela.

La missive était parvenue au destinataire quelques jours avant. Le jour du baptême du Prévôt Royal des provinces Vassales, Rosée s'était levée assez tard, profitant de son congé qu'elle avait pris de la Prévôté de Paris depuis quelques jours, le malaise ne la quittait apparemment plus ... Oubliant même l'événement prévu pour ce jour. Elle se chercha vite une des robes qu'une couturière lui avait récemment confectionné pour son futur anoblissement, de couleur claire, telle ses yeux bleus ... Laissant ses cheveux libres, elle sortit aussi vite que possible et monta son étalon.

Longue chevauchée pour parvenir à la Cathédrale. Elle y arriva enfin ... Elle attacha sa monture près d'un chêne, remarqua les carrosses des invités déjà arrivés, elle se précipita pour entrer dans la demeure du Seigneur. A peine franchit la porte d'entrée, elle ralentit ses pas et tenta d'effacer les plis de sa robe. Elle balaya des yeux l'immense cathédrale pour se trouver une place. Remarquant que le baptême avait déjà commencé, elle se choisit la place la plus proche, celle au fond et aux rangs du milieu.


Gllllmpff ...

Légèrement énervée par les plis de sa robe ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Jeu 27 Nov - 23:37

Beths a écrit:
[Cathédrale de Clermont, accueil des fidèles, début de la cérémonien émotion]


C’est donc le cœur cognant fort dans la poitrine qu’elle avait franchi les portes de la cathédrale. Le temps que ses yeux s’habituèrent à la légère pénombre qui régnait dans l’édifice, elle chercha des yeux l’Abbesse. Celle-ci se trouvait devant l’autel attendant calmement et avec le sourire les fidèles, la future baptisée, et ses marraine et parrain. Sentant ses jambes légèrement cotonneuse, Beths lui adressa un timide sourire. Remontant doucement l’allée centrale qui menait au cœur, elle eut le loisir de remarquer que l’autel était magnifiquement décorée, des superbes roses l’ornait, et leur parfum délicat et envoutant lui apporta une certaine sérénité. Elle ne s’attendait pas à voir le lieu de culte ainsi paré de fleurs raffinées, et elle en était largement reconnaissante à l’Abbesse. Monicaa, Dame Abbesse Monicaa qui avait été son professeur de pastorale et qui avait si patiemment répondue à toutes ses interrogations, et qui aujourd’hui lui faisait cette agréable surprise, son sourire timide s’élargit alors.
De douces paroles résonnèrent alors, Monicaa s’adressait à en en des termes accueillant, des paroles de paix, de foi, de beauté, des vers qui tintèrent mélodieusement à ses oreilles. En cet instant Beths redécouvrit l’Abbesse, et une nouvelle fois, fut ravie de son choix. De tous ses choix, celui de se faire baptiser, celui de ses futurs parrain et marraine, celui de Monicaa pour célébrer la cérémonie. Son âme, son cœur résonnaient de joie.


Bonjour Dame Abbesse Monicaa, je … je suis … c’est … Le rouge gagna ses joues, voilà que l’émotion l’empêchait de s’exprimer. Les regard doux et confiant, le calme de l’abbesse l’apaisèrent et c’est d’une voix plus normal, qu’elle reprit

Merci Mère Abbesse pour votre accueil et pour ces fleurs exquises. Legowen et Azdrine ne devraient plus tarder …

Elle eut à peine le loisir de finir sa phrase qu’elle entendit des pas résonner sur les dalles de la cathédrale. Tournant la tête, elle vit arriver la Baronne et le Baron de Vissac. Un sourire spontané put de nouveau se voir sur son visage, alors qu’ils s’avançaient vers eux, elle quitta l’autel et se précipita vers eux pour les accueillir. Dans son regard pouvait se lire l’émotion qu’elle ressentait.

Sibella, Azdrine, je suis heureuse ! Elle se rendit compte de la naïveté de sa remarque. Bien évidemment qu’elle était heureuse de les voir, sans Az, il ne pouvait point y avoir de cérémonie. Et là, contre toute attente, elle se mit à glousser doucement. Etait-ce bien Aristotélicien ? L’on devait certainement attendre une certaine placidité de la future baptisée, mais sa franchise était bien trop forte pour cela.

Vous êtes les premiers, après Dame Monicaa et moi. Legowen ne devraient plus tarder. Et puis admirant les nouveaux parents, et notamment la toute nouvelle mère Vous êtes tous deux superbes, avoir un héritier vous réussi, et Sibella, si je puis me permettre, tu es absolument radieuse. Merci d’être venue alors que tu dois encore être un peu lasse suite à ton accouchement récent.

Elle avait été touchée que Sibella accepte sa présence lors de cet événement si important pour elle, la naissance de son premier né, alors que la Gondole était arrivée comme un cheveu sur la soupe. Mais c’était sans compter sur les qualités et Sibella, sa gentillesse, et ses formidables capacités d’hôtesse.
Et puis regardant celui qui dans quelques instants serait son parrain, celui qui la guiderait dans la vrai Foi, maladroitement elle s’adressa à lui


Merci d’avoir accepté …

Bon, hors contexte, il pourrait se poser bien des questions, mais, le jour étant celui de son baptême, il devrait comprendre.
De nouveaux pas se firent entendre, et Beths ne cacha pas son plaisir en voyant Legowen pénétrer à son tour dans l’édifice. Quel concordance parfaite, sa future marraine, son futur parrain étaient les premiers arrivés. Son cœur se gorgea de fierté, de reconnaissance, de candeur également, bref, un étonnant mélange.


Leg ...

Inutile d'en dire plus, ses yeux devaient être suffisamment expressifs en ces instants au vu de ce qu'elle éprouvait.

Alors qu’elle discutait avec ses futurs guides dans la voie aristotélicienne, quant à savoir comment allait se dérouler la cérémonie et qui ferait quoi, les premiers fidèles commencèrent à arriver : Sonia, Herma, Aigue et Athalia, Sa Grâce Tixlu, Rosée, … Ils étaient venus, un profond sentiment de gratitude l’assaillit et des larmes lui montèrent aux yeux. Elle était si fière d’entrer dans la famille d’Aristote qu’elle avait invité bon nombre de personnes, ceux qu’elle côtoyait tous les jours, sa famille de la prévôté, mais aussi ses amis, certains qu’elle voyait fréquemment, d’autres qu’elle n’avait point vu depuis longtemps, ou bien encore tout simplement des personnes qu’elle appréciait. A chacun et suivant leur passé, elle adressa soit un clin d’œil, soit un discret signe de la main, soit un salut de la tête, mais le tout toujours accompagné d’un sourire.

Elle allait se diriger vers les nouveaux arrivants qui s’installaient petit à petit dans le lieu saint pour les saluer de vive voix, lorsque sur une invitation de l’Abbesse, elle comprit que la cérémonie allait commencer.
Le Prévost Royal des Provinces Vassales s’approcha donc, accompagnée de Leg et Az, de la vasque baptismale et de l’Abbesse. Son cœur martelait d’un BOUM retentissant dans sa poitrine chacune des paroles de Monicaa.
La citation choisie par l’Abbesse la toucha singulièrement. L’amitié était pour elle une valeur primordiale, indispensable même, un élément qui jouait un rôle fondamental dans son existence. Comme pour tout le reste, Beths était relativement prudente en amitié, mais une fois sa loyauté acquise, pour ses amis, elle était prête à tout.

Et puis les questions retentirent dans la cathédrale


Par ce sacrement que vous aller recevoir, Damoiselle Beths, vous renoncez ipso-facto au péché, vous faites le choix de vivre selon les règles de notre sainte Eglise, choisissant de vous abstenir de tout mal, et de vous rapprocher de Dieu par la voie de l'amitié aristotélicienne. Persévérez-vous dans cet acte total et volontaire de recevoir le Baptême artistotélicien ? "

Acceptez-vous cela Beths? Acceptez-vous de prendre le chemin difficile des Vertus ?


Ce choix difficile elle l’avait fait trois mois auparavant. Regardant l’Abbesse droit dans les yeux, elle déclara

Oui, moi Beths, Dame de Gondole, je persévère aujourd’hui dans cet acte total, volontaire, et souhaite recevoir le Baptême aristotélicien. J’ai pleinement conscience des difficultés qu’engendreront le suivi du chemin des Vertus, mais en mon âme et conscience, en mon cœur, je souhaite vivre selon les règles de notre Eglise. En ce jour, je confesse mes pêchers que je regrette avoir commis. Dorénavant, la Vertu guidera mes pas, la Vertu et l’Amour de Dieu.

Sa voix était montée claire, naturelle, forte, sincère. A mesure qu’elle parlait elle était convaincue de son choix et de sa volonté. Encadrée de sa marraine de son parrain, elle sentait que la a sérénité l’envahissait, le calme prenait le pas sur l’appréhension. La Dame de Gondole voguait une nouvelle fois, mais pour une raison toute différente que celle qui l’avait fait prendre l’eau durant le mois qui venait de s’écouler …
Martymcfly a écrit:
Une journée ordinaire dans une vie peu ordinaire. Ce mercredi était pourtant comme un autre. Oui mais non. Ce jour là, une dame chère à son coeur allait recevoir le sacrement du baptême. Et pas n'importe où ! A la cathédrale de Clermont. Il devait y avoir du monde, et du beau monde de surcroit.

La cérémonie n'avait pas encore commencé quand il entra dans les lieux. Mais déjà tout s'agitait. Les fidèles s'installaient, les amis arrivaient. Et Beths semblait angoissée.

Alors que l'abbesse invita au début de la célébration, Marty traversa rapidement l'allée centrale pour rejoindre les bancs de la Haute Noblesse. Ils étaient comme souvent peu remplis, mais très près de l'autel ce qui fit qu'il avait une très bonne vue sur le déroulement des choses.

La Dame de Gondole prononçait les paroles rituelles et tourna la tête vers celui qui s'asseyait. Un sourire échangé comme une promesse que tout se passerait bien aujourd'hui. Un visage qui s'illumine et qui rayonne un peu plus.

Le Duc du Bourbonnais-Auvergne tenait compagnie à celui de Billy. Pour une fois que ces bancs de la Haute comptaient du monde, c'était plutôt rare à signaler. Marty salua son suzerain comme il se devait de le faire et se tut pour mieux assister au baptême.

Il irait donner un baiser à sa tendre une fois la cérémonie terminée. Main qui glisse dans une poche... c'est bon, il n'a pas oublié.

Le Duc de Billy sourit à celle qui faisait battre son coeur. Ils étaient réunis dans une église, c'était plutôt étrange comme sensation...
--Jean_porte a écrit:
Jean Porte est de ces hommes dont l'éducation dans un monastère l'a rendu doux, docile, obéissant, craintif des femmes et instruit. Il avait donc tout pour plaire à la Pléaudienne. Amateur de grandes chevauchées ou de randonnées, ce fut là aussi un gage de satisfaction pour Naluria.

Ainsi, du fin fond du Périgord-Angoumois à la célébre Cathédrale de Clermont (je vous jure après Beths elle sera encore plus connu qu'avant), Jen Porte, missive à la main, attendait patiemment devant la porte du bâtiment religieux. Non content du sompteux oriflamme que Naluria lui avait dit d'apporter pour se faire reconnaître, superbe tissu bleu où était brodé un énorme "BETHS" blanc, il soupira et espéra que la Dame allait se présenter.


***

Quand elle se présenta, il tendit la lettre, n'osant regarder la femme avec ses atours d'une si blanche pureté qui l'embellisait et réhaussait ses formes.


Citation :
Ma Chère Gondole,

Je ne puis que te féliciter de te jeter enfin à l'eau, et qui plus est bénite. Je te rassure, tu n'es pas cette grenouille de bénitier qi l'on vient à te nommer ainsi. Pour preuve, on l'a trouvé, certe avec difficulté et malgré tes croassements, celui qui est aujourd'hui ton amant.

Comme tu peux t'en douter par cette missive, je ne puis assister à ton baptême en raison de mon accompagnement du Roy avec l'Escorte Royale (Je te raconterais comme j'adore le PA). J'en profite pour effectuer un baptême moi aussi, somme toute pas comme le tiens, mais tout autant voire plus important. Comme toi entrant dans la famille d'Aristote, j'entre officieusement dans la famille des Tartasse. C'est une sorte de Pastorale en faite. Je rencontre les membres du royaume auquel je souhaite appartenir définitivement par un serment et une cérémonie.

J'espère que ton baptême se déroulera comme mon voyage avec mon tendre Carmody et sa soeur Rosie Posie ; ainsi que mon entrée dans leur vie.

Puisse le Très Haut t'empêcher de crier trop haut, comme je voudrais qu'il réalise les prophéties limousines.

Je t'embrasse et dépose ma plume afin que ma douce moitié puisse t'honorer.

Naluria la bienheureuse.

~~*~~

Chère Miches tendres,

L'on me laisse la plume pour coucher mes mots a votre encontre et pour votre baptême. Chose qui me ravi je dois dire car cela me permet de vous connaître un peu plus et surtout de me faire connaître plus encore.

Premièrement je vous félicite d'avoir choisir d'entrer dans la famille d'Aristote. Je ne la connaîs pas vraiment et donc pourrais vous demander ainsi que Nalu de m'en faire découvrir les formes quand nous nous reverrons. D'ailleurs j'y pense, n'hésitez pas a retirer votre aube si jamais il vous arrive comme à notre rencontre d'être prise par la chaleur. Mais il est vrai que les églises sont le plus souvent froidse surtout à cette époque de l'année.

Enfin comme vous paraissiez intéressée la dernière fois, oui votre visage écarlate le montrai, par mes idées de massage, je me ferais votre quand cela vous plaira lors de notre prochaine rencontre. Et j'espère bien que l'oeuvre de mes doigts me permettra d'entendre des timbres nouveaux de votre voix.

Il nous reste encore tant a découvrir l'un de l'autre. Et ma douce conscience parle si bien de vous. Je me laisserais bercer des heures par sa voix, savez vous. Mes respects aussi a celui qui partage vos jours , vos nuits et vos lèvres.

Tartassement votre,

Carmo, le bien monté.
Monicaa a écrit:
Monicaa entendit les paroles de Beths, et elle fit un petit signe de sympathie à l'endroit de sa Grâce Martymcfly, le Duc de Billy, qui s'approchait pour soutenir moralement Beths dans sa pieuse démarche... puis revenant du regard sur Beths, un sourire bienveillant au lèvres, elle écoutait attentivement les paroles d’engagement de Beths, puis poursuit la cérémonie.

Très bien après ton acceptation, voici ton serment de baptisée, répète après moi, le Serment aristotélicien que voici :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Jeu 27 Nov - 23:51

Tiadriel a écrit:
[Le matin du Baptême]

Tiadriel avait senti Rick se lever à l'aube pour faire une fournée à Lami. En revenant, il l'avait réveillé doucement d'un baiser, une bonne odeur de pain fraîs envahissant la petite pièce. Son ventre gargouilla doucement ce qui la fit sourire.
Mais avant de pouvoir petit-déjeuner, elle devait nourrir son petit bonhomme préféré. Elle alla le chercher et s'installa avec lui dans le rocking chair pour la tétée. D'ailleurs, elle le trouvait un peu plus réticent ces derniers temps. Elle en venait à se demander s'il n'y avait pas un problème avec son lait. Mais ce n'était vraiment pas le jour pour se poser la question.
Quand il eut fini, elle le tendit à Rick pour qu'il lui fasse faire son rot et qu'il l'habille. Pendant ce temps, elle prit le temps de manger un morceau, avant d'aller se vêtir à son tour. Elle avait prévu quelque chose de simple. De toute manière, sa garde-robe était plutôt simple dans son ensemble. Elle passa une robe un peu épaisse pour ne pas avoir froid, d'un jaune pâle. Elle déméla ses cheveux et les monta en chignon sur sa tête, les retenant avec plusieurs épingles. Elle accrochait les boucles offertes par Rick à ses lobes quand il vint lui montrer Georges.


Ma jolie colombe, comment tu nous trouves ?

Elle marqua un temps d'arrêt devant la tenue du petit garçon... Il n'y avait que Rick pour avoir des idées pareilles. Habillés pareil ? Ça faisait vraiment très... bizarre. Que dire à ça ? Qu'elle aimait ? Qu'elle n'aimait pas ? Se taire ? Oui, se taire et sourire ! Ce qu'elle fit. Elle sourit simplement, se leva, déposa un baiser sur le front de Georges, un autre sur les lèvres de Rick. Elle déposa une goutte d'essence de lys derrière ses lobes, une sur chaque poignet et alla enfiler sa cape. Elle était prête.

Y allons-nous ?

Ils se mirent en route pour la Cathédrale de Clermont, tous les trois installés sur la charrette, bien emmitouflés pour ne pas prendre froid.

[Cathédrale de Clermont]

La petite famille arriva au début de la cérémonie. Un peu plus et ils auraient été en retard. Pourtant, ils n'avaient pas trainé en chemin et s'étaient levés tôt.
Ils entrèrent discrètement dans la Cathédrale, s'avançant un peu pour pouvoir bien suivre, saluant de la main leurs amis déjà présents. Ils s'assirent en faisant le moins de bruit possible, Georges sur les genoux de sa maman. La jeune femme s'égara un moment dans la contemplation du monument, magnifiquement restauré après l'incendie qu'il avait subi, il y avait presque deux ans. Elle se massa discrètement l'épaule droite en pensant à cette soirée, à l'endroit où elle avait toujours cette cicatrice.
Puis chassant ce souvenir, elle se concentra sur les faits qui se déroulaient devant ses yeux. Aujourd'hui était un jour important pour son amie Beths, ce n'était pas le moment de ressasser le passé.
Beths a écrit:
Elle venait d'accepter au su et entendu de tous de suivre la voie de la Vertu en regardant l'Abbesse droit dans les yeux. Ce n'est qu'une fois ces paroles prononcées qu'elle se tourna radieuse d'abord vers sa marraine puis son parrain enfin ceux qu'ils allaient devenir dans un moment proche et leur sourit. Elle se tourna ensuite vers les banc des fidèles pour sourire aux diverses personnes présentes pour être témoins de son serment et de son entrée dans la grande famille Aristotélicienne.

Et puis son regard croisa celui de l'homme qu'elle aimait et un sourire fut échangé, sourire confiant, plein de promesse, qui savait ce que réservait l'avenir.

Et puis, de façon bienveillante avec un doux sourire sur les lèvres, Monicaa l'incita à prononcer son Serment Aristotélicien.


Je reconnais en Dieu le moteur du monde, la pensée suprême et la cause efficiente et finale du monde.
Je reconnais l'Église Aristotélicienne comme mon guide dans la connaissance de Dieu, et je jure de lui rester fidèle ainsi qu'à son autorité, seule représentante sur terre de l'Etre divin.
J'accepte tout cela de ma propre volonté pour le salut de mon âme en vue de ma résurrection près de Dieu dans la contemplation éternelle de Sa Beauté.
Je désire que mon nom apparaisse comme baptisé et serviteur de Dieu tout puissant.


Son serment était réel, elle pensait chacune des paroles qu'elle venait de prononcer et qui s'envolait vers les hauteurs de l'édifice saint. Plus les minutes passaient et plus Beths se sentait heureuse et sereine.
Legowen a écrit:
Elle s'était dirigée vers le bénitier, y avait trempé légèrement l’extrémité de la main pour se signer et s'était avancée dans l’allée , vers la nef où une place lui avait été réservée comme future marraine de Beths , se faisant , elle avait admiré la décoration de la cathédrale où des bouquets de roses embaumaient , se mêlant à cette odeur de bougies et d’encens qui n’était pas désagréable

Dans les personnes déjà présente , Beths , bien sur , et Azdrine , la jolie jeune femme près de lui devait être Dame Sibella , son épouse . Leg avait appris son accouchement récent , et devant l’autel , Dame Monicaa

Son amie lui avait annoncé que ce serait elle qui officierait , elle avait salué respectueusement la mère abbesse , se présentant

Bonjour , mère abbesse, je suis Legowen de Nivrim, et je suis ravie de faire votre connaissance en un tel moment qui nous réunit pour le baptême
de Beths


et elle avait souri à la jeune femme proche de Azdrine

Dame , permettez moi de me présenter , Legowen de Nivrim, amie de Beths et de vous adresser toutes mes félicitations pour la naissance de votre enfant , qu’il vous comble de joie et de bonheur
Messire Azdrine , enchantée de vous revoir

Puis, s'était tournée vers Beths

Leg

échanges de regard, pas besoin de beaucoup de mots pour se comprendre , juste un seul qu’il lui murmure
Merci Beths

et qui veut tout dire

Petit à petit , la cathédrale s'était rempli , et Dame Monicaa
approchée du baptistère , leur faisant signe de la rejoindre , Azdrine et elle entourant Beths

Leg écouta , apprécia tout particulièrement le texte choisi , qui la toucha profondément . Pour elle, l’amitié n’avait jamais était un vain mot, lien de confiance, de
fidélité sans jugement , elle pouvait se mettre en quatre pour ses amis , présente dans les joies mais aussi dans les peines de la vie pour les soutenir

Puis , aux questions de Dame Monicca,

La voix de Beths s’éleva

Je reconnais en Dieu le moteur du monde, la pensée suprême et la cause efficiente et finale du monde.
Je reconnais l'Église Aristotélicienne comme mon guide dans la connaissance de Dieu, et je jure de lui rester fidèle ainsi qu'à son autorité, seule représentante sur terre de l'Etre divin.
J'accepte tout cela de ma propre volonté pour le salut de mon âme en vue de ma résurrection près de Dieu dans la contemplation éternelle de Sa Beauté.
Je désire que mon nom apparaisse comme baptisé et serviteur de Dieu tout puissant.


Claire , résonnant dans la nef , Leg en fut fière et émue ,elle écouta le serment de baptisée récité par la mère abbesse , repris par Beths
Cela lui rappela son propre baptême , son engagement dans la Foi Aristotélicienne , maintenant c'était au tour de son amie de s'engager
Azdrine a écrit:
Manoir

Il s'était levé de bonne heure et bonne humeur. Aujourd'hui, moultes choses devaient avoir lieu, et pas des moindres, néanmoins, il fallait prendre plaisir en cette journée et ne pas perdre de temps.

Tandis que Sibella nourrissait Audric, le Baron était sorti afin de faire charger la caissette contenant la monnaie frappée en son domaine avec laquelle il devait s'approvisionner.

Une fois que ce fut prêt il se rendit aux écuries et demanda à ce qu'une monture soit prête ou cas ou la première connaitrait quelques soucis. Il retourna ensuite au manoir où il s'habilla d'un pourpoint d'azur aux fleurs de lys d'argent.

Il se coiffa d'un chapeau décoré de la même façon et pour l'occasion, il sortit son collier de cérémonie de chevalier du Saint Esprit.

Quant à Sibella, elle semblait toujours hésitante quand à la tenue et pour le Baron, peut importer la robe du moment qu'un décolleté était porté par son épouse !

Une fois tous les deux prêts et de gros câlins fait à Audric, ils partirent en direction de Clermont.


Clermont

Ils arrivèrent devant la somptueuse Cathédrale de Clermont et entrèrent dans celle ci en se tenant par le bras. Beths vint aussitôt vers eux et le moins que l'on puisse dire c'était qu'elle était méconnaissable. La tenue de maréchal et prévot royal avait été laissé aux armoire et c'est dans une magnifique robe blanche qu'elle vint les saluer.

Sibella, Azdrine, je suis heureuse !

Merci d’avoir accepté …


Azdrine sourit en voyant Beths si radieuse et à la fois si gênée. Il ne l'avait jamais connu sous cet aspect et il fallait dire qu'elle en jetait la Gondole depuis qu'elle ne parcourait plus les routes autrement qu'accompagnée comme une femme se doit de l'être.

Bonjour Beths, ne fais pas ta mijorée voyons. Tu as des défauts mais aussi des qualités quoiqu'on en dise.

Il déposa un semblant de baiser sur le dos de la main de la future baptisé pour la saluer. C'est à ce moment là que la marraine du jour arriva. Il s'agissait de Legowen qu'Azdrine ne connaissait que trop peu mais dont il avait eu d'excellent echos.

Messire Azdrine , enchantée de vous revoir

Bonjour, moi de même. J'espère que le voyage s'est bien continuer pour votre part.

Il échangèrent quelques paroles ensuite sur le déroulement de la cérémonie et celle ci débuta quelques temps après que le Baron eut saluer la mère Abesse.

Azdrine se plaça d'un coté du bénitier tandis que Leg se mit de l'autre. Un vague souvenir de joutes revint à l'esprit d'Azdrine et il cacha un sourire comme il put afin de ne pas faire dégénérer la situation tant le moment était important.

L'Abesse évoqua l'amitié aristotélicienne par un extrait de la fameuse éthique puis elle explicita ce que chaque baptême devait apporter aux futurs membres de la Grande Famille.

Adressant un regard d'encouragement à Beths, Azdrine écouta celle ci confirmer son engagement baptismal et réciter le serment aristotélicien qu'Azdrine avait lui même fait il y a de cela très longtemps maintenant, alors qu'il était aux cotés de Korydwen et d'Althiof, eux aussi tout jeunot.

La Nostalgie disparut aussitôt tant le visage de Beths sembla se décrisper d'un seul coup et que le sourire et la sérénité s'emplit d'elle.
Monicaa a écrit:
Recevant le serment du baptisé, l'Abbesse fit signe à Beths de s'approcher de la vasque et de pencher un peu la tête au-dessus. Se saisissant de l'écuelle Monicaa prononça les paroles sacramentales :


-" Beths, ma fille, je te baptise, au nom du Très-Haut, de Christos et d'Aristote, Amen."


Le baptême symbolise une nouvelle naissance, un nouveau commencement. Que tous les fidèles et croyants accueillent chaleureusement le nouvel enfant aristotélicien, Beths, notre sœur, qui se présente devant le Très-Haut, Christos, et Aristote un de ses fervents prophètes.

Après avoir béni Beths, près des fonts baptismaux, Monicaa se retourna vers l'autel.


-« Dieu tout puissant entends mes paroles, désormais Beths est touchée par ta grâce, donne lui le courage de surmonter les épreuves de la vie et guide-la sur le bon chemin.
Que sa Marraine Dame Dame Legowen de Nivrim et de son Parrain le Baron d’Usson, Sieur Azdrine de Vissac, l’aident à faire ses premiers pas sur cette route de la Beauté et de la Vérité, somme de ta sagesse et de tes vertus... »


Monicaa prend un gros cierge et l'allume auprès du gros candelabre, près du baptistère, puis le donne ainsi allumé à Beths tout en disant :
-« Va en paix dans le monde et par ce symbole va dispenser la lumière et les paroles du Seigneur et d'Aristote ».

-« Je te remets aussi cette médaille qui preuve de ton baptême » :

Code:
[img]http://img525.imageshack.us/img525/5499/argencyanvi5.gif[/img]

Monica passe la médaille, atttachée à sa chaînette autour du cou de Beths …

–« Je vais envoyer au diocèse l'inscription de ton baptême, une fois que ton Parrain et ta Marraine auront signé le certificat tel que retranscrits ici. » :
Citation :

Certificat de Baptême :
Damoiselle Beths, en la Cathédrale de Clermont , le 26 novembre 1456, par Monicaa Abbesse de Thiers - Marraine Dame Legowen de Nivrim et Sieur Azdrine d eVissac, Baron d’Usson.

Monicaa s'en revient derrière l'Autel, et Beths nouvellement baptisée, médaille au cou et cierge en main, regagne avec sa Marraine et son Parrain leurs places dans les travées. Monicaa procède donc à la clôture de la cérémonie par le partage de l'amitié ...



Un lien solide d’amitié se fait avec nos semblables, alors venez, partageons le pain et le vin en amitié Aristotélicienne …


(i]… du bon vin[/i]
Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ... aussi pure que vous l’avez reçue !

-« Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Jeu 27 Nov - 23:54

Korydwen a écrit:
Quand une espèce de chose du nom d'Aiguemarine réveille les Toggenburg-Marigny... Ou comment faire un saut dans le passé quand c'est déjà bien avancé.

Paisiblement endormie, oui oui au début, paisiblement endormie dans les bras de son époux, blottit tout contre lui, profitant d'une nuit calme et sans enfants hurleurs, un bonheur, bonheur qui fut de courte durée comme tout les bonheurs, parce qu'un monstre, une sorcière, non un dragon, encore pire une vassale hurleuse entra dans la chambre.

Debout là-dedansssssssss ! z'avez pas oublié le baptème de votre vassale n°1 quand même ?!

Instinctivement elle remonta les draps sur eux, nan nan vous n'en saurez pas plus, si quelque chose s'était passée, dans l'absolu cela ne regardait qu'eux. Elle marmonna un truc en direction d'Aigue.

Quoi ! Hein ?! Gné ? Tout en remuant dans le lit. Quoi tu dis ? Vassale 1 ?! Mais ! Mais déjà Vassale 1 ! Déjà baptisée Sun ! Mariée en plus ! T'as bu ?! C'est Beths ! C'est vassale 2 et toi t'es la 3 !

Elle se réveillait petit à petit se frottant les yeux, elle se tourna et se laissa tomber sur le dos. Éprouvant comme réveil, elle avait connu mieux, genre pas de soleil dans la tronche. Elle attendit qu'Aiguemarine sorte de la chambre pour se lever. Elle s'approcha de sa malle et en sortit une robe rouge, ouais histoire de trancher avec les nombreuses robes blanches qu'il risquait d'y avoir. Elle s'habilla plus ou moins rapidement et se rendit compte, qu'elle allait devoir tout enlever parce qu'elle n'avait pas nourri son fils... Bon bein, elle se dirigea vers la chambre ou dormait ses enfants encore habillée, faut suivre... Elle attrapa doucement Timothée qui comme à son habitude était réveillé, mais ne faisait aucun bruit. Eléa et Matthis se disputait pour savoir qui serait le plus beau, qui pourrait s'asseoir à côté de Papa, qui à côté de Maman et nous en passons... La jalousie enfantine, c'était charmant.

Elle retourna dans sa chambre, ayant pris soin avant de sélectionner les vêtements pour ses deux grands, les laissant se débrouiller avec, elle verrait bien en revenant comment ils s'étaient débrouillés. Elle donna le sein à son fils, tout en regardant son époux se préparer, il semblait un peu ailleurs, certainement pas encore très bien réveillé. Le repas de l'enfant terminé, elle s'occupa de lui, le changeant, l'habillant de blanc qui ne resterait certainement pas blanc très longtemps.

Elle le laissa à son époux, retournant voir les deux autres qui se battaient. Une grosse voix maternelle et hop ils étaient calmés. Elle finit de les vêtir et descendit rejoindre son époux en bas.

Un petit déjeuner vite avalé, ils n'étaient pas très en avance. Elle prit quelques petits morceaux de brioches pour les deux grands, au cas où. Ils finirent par tous sortir de la maison. Une voix Aigue encore. Grand sourire.


On se rejoint à la cathédrale... Soyez pas trop en retard, hein ! enfin pas plus que d'habitude...

Ouais ouais fiche toi de nous va !

Clermont.

Le merveilleux convoi Toggenburg-Marigny commençait à se mettre en route, Althiof et Eléa d'un côté sur Pégase, Korydwen, Matthis et Timothée de l'autre sur Utopic, amusement... Ils finirent par arriver, chevaux confiés à un palefrenier, ils entrèrent dans la cathédrale, la cérémonie était déjà commencé, pas de chance, mais c'était une normalité, jamais à l'heure sauf pour leur mariage. Ils s'installèrent devant histoire de bien voir Beths, Aigue, Nic et Athalia était un peu plus derrière, Matthis hurla légèrement dans la cathédrale se faisant remarqué au passage, il voulait être avec Athalia. Eléa, elle, elle voulait aller rejoindre son parrain, ils étaient encore d'une discrétion énorme. Korydwen tenta de s'accrocher à la cérémonie exercice qu'elle commençait à bien connaître... Elle regarda Beths en souriant, elle était ravissante, petit coucou discret comme à Dame Legowen et Azdrine.

Elle chercha Sibella des yeux, puis se concentra devant, se souvenant du baptême de l'Algue Marine qui avait prit l'eau entièrement, un accident dans le bénitier est si vite arrivé... Involontairement ou volontairement, tout dépend du souvenir que l'on veut que le baptiser garde. Elle songea aussi à sa pauvre Chapelle... Pauvre Chapelle qui attendait depuis au moins 3 mois de se faire sacraliser, enfin cela viendrait un jour... Fallait être patient pour avancer dans cette grande famille, vraiment patient... La suite... Mouarf c'était déjà fini, et elle n'avait rien vu, sauf la fin. Elle s'en voulait profondément, c'était pas juste, vraiment pas... Z'étaient à l'heure pour une fois. Gros soupire... Bon bein, elle écouterait les ragots sur le baptême... Vraiment...
Galswinthe a écrit:
Galswinthe s'était rendue à la cathédrale pour le baptême suite à l'invitation de Beths, pensant pour une fois ne pas être en retard. Mais, lorsqu'elle arriva sur le parvis de la cathédrale : personne !
Elle en conclut qu'une fois de plus, elle allait se faire remarquer par son manque de ponctualité. Elle avait cela en horreur, mais pourtant... à chaque fois c'était la même chose.

Elle poussa la lourde porte qui fort heureusement ne grinça pas trop.
Beths était tout juste en train de se faire baptiser.

Profitant que tous les membres de l'assemblée portaient leur regard sur Beths, elle s'avança discrètement, en cherchant où elle pourrait s'asseoir.
Apercevant Tixlu, elle alla le rejoindre, lui sourit et s'installa à ses côtés.

L'abbesse remit à Beths le cierge et la médaille et termina la cérémonie par le partage de l'amitié.
Clothilde a écrit:

Bientôt mère à nouveau, Clothilde devait se résoudre à être enfin raisonnable, un mot qu'elle détestait, mais à présent il lui fallait un peu de repos. Ou tout du moins un peu moins de fatigue. Aussi les trajets ne lui étaient-ils plus guère autorisés.

Ainsi, la jeune femme fut elle heureuse que le baptême de Beths aie lieu le même jour que le renouvellement d'allégeance, quelques heures après celui-ci, et que les deux évènements se déroulent à Clermont.
Un seul déplacement en dehors de Laveissière, certainement d'ailleurs le dernier avant la naissance.

Clothilde tenait à être présente en ce grand jour.
Après être entrée dans la Cathédrale et s'être signée, elle remonta la nef et alla s'asseoir.
Elle suivit l'ensemble de la cérémonie, si bien célébrée par Dame Monicaa.
La Diaconnesse avait décidément d'immenses qualités humaines.
Azdrine a écrit:
Sitot le serment de Beths fait, la mère Abbesse demanda à la Gondole de se mettre au dessus du bénitier. Le Baron avait souhaité l'initier à cette bénédiction en répétant dans la Loire, qui était par ailleurs très pratique avec ses bancs de sable, mais malheureusement il n'en avaient pas eu le temps.

Ce devait donc être avec appréhension que Beths le fit. L'abbesse amena alors une coupelle d'eau bénite au dessus de Beths.


Oh la la la la !!! pensa t il en voyant le geste non seulement elle le fait volontairement, mais en plus, elle a l'air
d'en être réjouis ! Ce que je ne donnerai pas des fois pour pouvoir baptiser moi même ... Ceci dit, l'écuelle est pour les enfants, pour Beths ont aurait pu prendre un tonnelet


Il commença à ricaner et étouffa cela d'une fausse quinte de toux. Beths venait de se prendre de l'eau sans broncher. Assurément, Beths semblait avoir changé depuis quelques temps.

Le Baron écouta ensuite les paroles de l'Abbessse ayant de plus en plus de peine à se contenir.


Dieu tout puissant entends mes paroles, désormais Beths est touchée par ta grâce, donne lui le courage de surmonter les épreuves de la vie et guide-la sur le bon chemin.

Touché par ta grâce ? Et bien, voila de sérieuses révélations. Le Sanglier semble ne pas avoir faibli !!!

Que sa Marraine Dame Dame Legowen de Nivrim et de son Parrain le Baron d’Usson, Sieur Azdrine de Vissac, l’aident à faire ses premiers pas sur cette route de la Beauté et de la Vérité, somme de ta sagesse et de tes vertus...


Et bien vaste programme que voila ! Leg et moi avons du pain sur la planche m'est avis. Mais rien n'est impossible. L'impossible, nous ne l'atteignons pas ceci dit, il sert juste de lanterne. D'ailleurs est il impossible d'atteindre l'impossible ? C'est pas dit ..

Il revint à la réalité un court moment pour entendre Monicaa demander aux parrain et marraine de signer le certificat. Il prit plume et se pencha sur le certificat.

Citation :
Certificat de Baptême :
Damoiselle Beths, en la Cathédrale de Clermont , le 26 novembre 1456, par Monicaa Abbesse de Thiers - Marraine Dame Legowen de Nivrim et Sieur Azdrine de Vissac, Baron d’Usson.








Il revint vers Beths et se permit de lui dire :

Bienvenu en Notre Famille Beths, je suis heureux d'être ton parrain et je te renouvelle personnellement ce qu'il fut dit : je te guiderai vers la Vérité et les vertus comme on me l'a enseigné.

Au fur et à mesure qu'il lui parlait et qu'il la regardait, il repensa à sa question existencielle "est il impossible d'atteindre l'impossible ?". Il lui sourit au point de pouvoir faire un noeud de sourire derrière la tête et bougea simplement la tête de de droite à gauche et dit juste un :

Non
Natafael a écrit:
Nata s’était dépêchée. Elle avait couru dans les rues de Clermont jusqu’à la Cathédrale.

Elle n’avait pas encore terminée sa longue journée à l’Ambassade, mais elle voulait être présente en ce jour, pour l’entrée de Beths, dans la grande famille Aristotélicienne.

Lorsqu’elle arriva sur le parvis, elle reprit son souffle, puis entra discrètement dans le lieu Saint.

Il y avait déjà du monde, normal, qui ne connaissait pas notre Beths.
Nata se signa puis s’assit discrètement sur un des bancs, en saluant les personnes présentes d’un signe de tête.

Elle regarda près de l’Autel, Beths était magnifique, vêtue d’une jolie robe blanche…wouahou, Nata n’avait pas l’habitude de la voir ainsi.

Nata avait écouté attentivement la Diaconnesse Monicaa célébrer la cérémonie.
Le serment fait, Beths reçu le cierge et sa médaille.

Là voici baptisée, Nata fut touchée de voir Beths si…calme et sereine.
Elle la regardait en souriant attendant tranquillement le moment de pouvoir aller la féliciter…
Rick a écrit:
[Cathédrale de Clermont]

Rick entra dans la cathédrale à la suite de Tia. Il se signa avec l'eau bénite et rejoigna son épouse. Il s'assit à côté d'elle, pendant qu'elle installait Georges sur ses genoux. Plusieurs personnes étaient déjà présentes dans la cathédrale. C'était la première fois qu'il mettait les pieds dans ce lieu de culte et il fut ébahi par tant de beauté et de richesse. Elle était immense, rien à voir avec l'Eglise de Montbrisson ni celle de Montpensier. Les pierres noires de l'extérieur l'avaient épatées. Il avait eu le temps de l'admirer en montant dans la rue qui conduisait à l'Edifice. Au passage, il put apercevoir dans la rue des Gras, la taverne du Cardinal. Cela le fit sourire. Il était maintenant installé et Beths était prêt de l'Abbesse qui allait procéder à la cérémonie. Le jeune homme allait être deux fois plus attentifs que d'habitude.

La première question fut d'accepter de vivre selon les règles de l'Eglise et vivre dans la vertu, en oubliant le pêché. Rick sourit à cette phrase. Il ne pouvait s'empêcher de penser à tous les couples qui avaient dû promettre ce genre de choses et qui, une fois le curé parti et le baptême terminé, avait oublié leurs serments. Peut-être qu'ici, il y en avait d'ailleurs. Mais Beths était déjà en train de faire la promesse, d'une voix claire et nette. C'était étrange de l'entendre parler aussi distinctement, comme si elle était à côté d'eux, alors qu'ils n'étaient pas aux premiers rangs. Mais il est vrai que la voix de leur amie portait loin facilement.

Le regard de Rick se portait un peu sur l'assemblée. Il avait vu passer Marty, l'homme qui faisait battre le coeur de la baptisée ; Aigue puis Kory et leurs familles respectives. Il y avait aussi la Chambellan et le Duc, sans oublier Gals. Il avait aussi aperçu Azdrine, normal puisqu'il était le parrain et une dame qu'il ne connaissait pas mais qui semblait être la marraine.

Monicaa était déjà en train de prononcer le credo, suivi par tous les fidèles présents dans la cathédrale. Puis naturellement, il y eut la bénédiction, près des fonts baptismaux. Rick ne put s'empêcher de penser à son baptême, quand on lui avait demandé de s'immerger totalement. Rien que d'y penser, il en frissonnait encore. Il avait fait cela en plein coeur de l'hiver et l'Eglise de Montbrisson était pas assez chauffée. Il avait failli attrapper la mort ce jour-là... Et voilà que Beths venait de faire son entrée dans le monde des Enfants d'Aristote. Elle venait de recevoir la croix, symbole de sa foi et le cierge pour l'éclairer sur le Chemin de la Vertu. On lui tendait maintenant un parchemin, sûrement le certificat de baptême.

Rick attendit un petit instant avant d'aller féliciter son amie. Il voulait être certain que la cérémonie était terminée et surtout il ne voulait pas se faire remarquer en étant le premier.
Legowen a écrit:
Leg aux côtés d’ Azdrine regarda leur filleule , et oui on ne pouvait plus dire future , Beths était maintenant baptisée , à eux de savoir la guider
sur le droit chemin comme l’avait énoncé Dame Monicaa

Bah , ils y arriveraient bien, d’autant qu’elle était maintenant à Thiers , et elle comptait bien prendre soin de sa filleule , mentalement elle fit le compte des diverses
tentations auxquelles elle pourrait être soumise , émit un léger soupir
Bon elle n’était pas toute seule, et Montpensier n’était pas loin, elle pourrait toujours appeler le Parrain au secours, bien qu’il devait avoir pas mal à faire

Parrain pris d’ailleurs d’une quinte de toux subite, lorsque Beths reçut l’eau bénite. Leg le regarda, sans doute voulait –il cacher ses sentiments , entre la
naissance de son enfant , le baptême de Beths, trop d’émotions qu’il essayait de cacher ainsi , ah ces jeunes papa

Elle-même était émue mais c’est d’une plume précise qu’elle coucha sa signature sur le parchemin de baptême


Citation :
Certificat de Baptême :
Damoiselle Beths, en la Cathédrale de Clermont , le 26 novembre 1456, par Monicaa Abbesse de
Thiers - Marraine Dame Legowen de Nivrim et Sieur Azdrine de Vissac, Baron d’Usson.



Puis , à la suite du Parrain, mais pourquoi l'avait -elle entendu dire " non" il faudrait qu'elle lui demande , elle s'approcha de Beths

Elle embrassa sa filleule , lui disant en souriant


Beths , si tu savais comme je suis heureuse que tu nous aies rejoint dans la Foi, et d'être ta marraine
et ça tu le sais déjà mais je te le redis,je serai toujours là si tu as besoin ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Jeu 27 Nov - 23:58

Beths a écrit:
[Toujours Clermont, toujours la Cathédrale, c’est déjà fini ?? Hum mais quand yen a pu … yen a encore]

Après avoir prononcé son serment avec émotion encouragée du regard par Leg et Az, l’Abbesse lui fit signe de s'approcher du baptisphere et de se pencher afin que de l’eau bénite puisse entrer en contact avec sa tête officialisant son baptême.
Regardant l’eau qui stagnait dans la vasque les pensées de Beths lui échappèrent un instant. Il y a des lustres de cela, elle avait été plongée contre son gré dans une grande vasque, mais si grande qu’elle pouvait la contenir entièrement. Et les responsables en étaient son suzerain et son …parrain. Sauf qu’à cette époque c’était contre son gré qu’elle fut projetée dans un abreuvoir, et ce n’était point du tout pour un acte aussi important que celui de son engagement en cette journée. Toujours regardant l’eau, mais se penchant doucement en inclinant le buste, ces souvenirs lui étaient spontanément revenus en mémoire, et elle se demandait amusée si Azdrine, instigateur par le passé, et acteur du jour, se rappelait ces moments. Elle eut la mauvaise idée de lui jeter un coup d’œil discret et vit ses lèvres remuer, le silence de recueillement qui s’était installé lui permit aisément d’entendre ce qu’il marmonna malgré le ricannement, manquant de la faire redresser le buste. Ce n’est que l’eau qu’elle reçu en l’instant qui l’en empêchèrent tout en lui remettant brusquement les idées en place, l’eau était glacée, l’air frais de ce beau mois de novembre devait y être pour quelque chose. Elle en eut même le souffle coupée alors que l’Abbesse la baptisait.

Et puis ses oreilles entendirent deux douces voix d’enfant qu’elle reconnues, son traite chevalier, le petit Matthis, ainsi que sa grande sœur étaient dans la cathédrale, ses suzerains étaient donc arrivés, elle en fut heureuse. Elle irait saluer et remercier chacune des personnes présentes une fois la cérémonie achevée, mais dans l’instant elle se concentra sur les paroles de l’Abbesse tout en se redressant doucement.


Beths, ma fille, je te baptise, au nom du Très-Haut, de Christos et d'Aristote, Amen

Et puis, la lumière fut. Ou disons plutôt que Monicaa se dirigea vers l’autel tout en expliquant la symbolique du baptême, et puis en s’adressant au Très Haut la guide sur le chemin de la Vertu aidée en cela par ses marraine et parrain.
Elle reçu dans ses mains le cierge, preuve de la lumière d’Aristote, et l’Abesse lui passa autours du cou la médaille d’Aristote. Elle la porterait fièrement, et si tant est que les Démons voudraient l’écarter du droit chemin, celui de l’Amour de Dieu, cette médaille serait là pour lui rappeler le serment prononcé en ce jour devant ses amis, devant sa marraine, son parrain, et l’Abbesse. Ses yeux brillaient d’émotion et de candeur, elle était, elle était baptisée ? Elle était entrée dans la grande famille d’Aristote ? Elle allait suivre la Foi de son Roy ?
Alors qu’elle s’émerveillait de son nouvel état, de sa nouvelle famille, elle entendit vaguement les croassements d’Azdrine, elle se tourna étonnée vers lui, avec une furieuse envie de lui planter un coude dans les côtés, mais Monicaa, à croire qu’elle savait exactement à quel moment intervenir, lui indiqua gentiment les places qu’ils pouvaient prendre sa marraine, son parrain et elle pour suivre la fin de la cérémonie. C’était donc déjà fini ? Sagement, elle prit place et en profita des moments de signatures pour observer les personnes présentes tout en leur souriant. Al, Kory et les enfants étaient arrivés, Gals aussi, Clo, Tia, Rick, Nata, une nouvelle fois, une vague de gratitude et de bonheur la traversa. Elle croisa également une nouvelle fois le regard de l’être aimé et la béatitude la gagna.

Legowen et Azdrine revenus à ses côtés, la Dame de Gondole se tourna de nouveau vers l’autel, elle suivit et prit part au partage en toute amitié Aristotélicienne.


Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous !


Amen.


Et puis sur un signe de l’Abbesse lui précisant qu’elle pouvait prendre la parole si elle le souhaitait, elle se tourna alors vers toutes les personnes témoins de son serment en ce jour

Merci sincèrement à chacun d’entre vous d’être venu, de vous êtes déplacé et d’avoir été témoin de ce serment que j’ai aujourd’hui prononcé. Je suis réellement touchée par votre présence en ce jour important pour moi. Mon choix fut murement réfléchit et je me doute qu’il pouvait paraitre surprenant que le Prévost Royal que je suis n’était pas baptisée. Aujourd’hui c’est chose faite et j’entre avec félicité dans cette grande famille Aristotélicienne.

En cet honneur, un petit banquet a été préparé pour que vous puissiez tous me rejoindre à l’issu de la cérémonie. Vous êtes tous y conviés et j’ajouterais que je serais heureuse de vous y voir. Si notre Dame Abbesse que je tiens à remercier pour la magnificence de cette cérémonie nous y autorise, je vous invite à vous rendre dans la salle de fête juste à côté de la cathédrale


Et puis, elle se tourna vers sa marraine et son parrain. Sa joie avait besoin d’exploser, ses bras se dirigèrent l’un vers le cou de Leg et l’autre vers le cou d'Az, et tout naturellement elle les prit dans ses bras, manifestant ainsi son allégresse

Je suis si fière et heureuse, et contente et ravie, et … bref, vous êtes les meilleurs marraine et parrain dont j’aurais pu rêver. Merci à vous deux qui avez désormais la lourde tache de me guider sur le chemin de la Vertu.

Elle déposa un léger baiser sur chacune des joues, et les libéra enfin du poids qu'elle était, enfin libérés ... ils venaient de s'engager à la guider. Ils étaient désormais liés, et cela la fit sourire. Radieuse, voila ce qu’elle était. Et se tournant vers l’Abbesse

Vous joignez vous à nous Dame ? J’en serai heureuse.



[Banquet, salle des fêtes, limitrophe de la cathédrale, il paraitrait même qu'un souterrain depuis la cathédrale y mènerait ... encore fallait il le trouver!]

Et parce qu’il fallait lancer le mouvement dans l’espoir d’être suivit, elle se dirigea vers la salle des fêtes où un banquet avait été préparé. Beths avait demandé le concours de quelques personnes, elle ne pensait pas voir un tel résultat



Il ne manquait que les convives … tout était là, l’hypocras pour se désaltérer

ou tenter une nouvelle sorte d’immersion

Le buffet





Et les troubadours



Il ne restait plus qu’à … s’installer
Lamalice a écrit:
Lamalice très honorée d'avoir été conviée au baptême de Beths s'était mise en route pour Clermont. Elle ne connaisait guère et se prit donc le temps de visiter la ville avant de se rendre à la cathédrale. Elle ne pouvait être qu'impressionnée devant cette imposante et magnifique collégiale. Comme elle était arrivée un peu avant l'heure, elle y entra et la visita tout à loisirs. Lorsque les premiers invités arrivèrent, comme elle ne connaissait personne, elle alla s'installer tranquillement dans un coin qui lui semblait idéal tant par la vue que l'écoute. Elle vit entrer Beths accompagnée par sa marraine Leg et son parrain Azdrine, puis Monicaa l'abbesse de Thiers qu'elle connaissait bien. Elle leur fit un sourire.

La cérémonie était empreinte de solennité. Lamalice se rappela son baptême et se dit que Beths devait être très émue.

Lorsque que Beths fut baptisée, Monicaa procéda au partage de l'amitié.

Lamalice alla embrasser Beths pour la féliciter et lui souhaita la bienvenue dans la grande famille des aristotéliciens.


Félicitations Beths, bienvenue dans notre grande famille. Que le Très Haut t'accompagne dans tous tes pas.
Martymcfly a écrit:
C'était une cérémonie tout ce qu'il y avait d'ordinaire. Sauf que pour le Duc de Billy cela ne l'était pas. Aujourd'hui, celle qu'il aimait se faisait baptiser. Elle entrait dans la grande famille d'Aristote. C'était un moment spécial et très particulier dans la vie de chacun, comme un rite de passage d'un monde fait de noirceur à celui empli de lumière. A présent une nouvelle voie s'offrait à la baptisée. Et Marty tenait plus que jamais à en faire partie.

La fêtée du jour commençait à recevoir les congratulations de ses invités, de ses amis, qu'elle avait conviés à la Cathédrale. Son parrain, sa marraine, ses suzerains, les vassaux de ceux-ci, d'autres encore, c'était le beau gratin du Bourbonnais-Auvergne qui s'était pressé pour faire partie des convives. Un Duc absorbé par la présence d'une Baronne. Un autre émerveillée par la robe blanche que sa Dame portait. Une petite musique retentissait dans sa tête... Les orgues qui se mettraient à jouer, fort. Le son résonnerait dans toute la cathédrale, ou bien dans la petite chapelle de Billy qui devrait s'aménager pour toute sorte d'occasion. Une Beths en blanc...

Un sourire amoureux se dessina sur le visage du Billy. Marty se leva et attendit que Beths fasse signe de rejoindre la salle de festivités pour la prendre à part, sur le chemin de cette salle.

Il faisait froid ce jour là et chacun se dépêchait, voire courait, pour se réchauffer à l'intérieur. Là où l'on pourrait dignement festoyer la baptisée. Et c'est ce moment que choisit le Duc...

Une main posée sur l'avant bras, puis qui descend un peu plus bas, pour prendre sa main, tremblante encore de l'émotion.

Un baiser dans le cou, polisson. Pas très académique tout cela.

Un sursaut. Celui de sa belle qui frissonne soudainement. Frileuse ? Heureuse en tout cas.


Beths... Chaton... J'ai été ravi d'assister à ce grand moment. C'était vraiment très beau. Regarde l'élue de son coeur. Tout comme toi aujourd'hui. Sourire.

Il plonge alors la main dans sa poche. C'était THE moment. Il prit une grande inspiration. Devant l'air béat de Beths qui ne comprenait pas ce qui se tramait, il sentit l'objet au fond de la poche et le prit, le serra dans sa main et l'ôta du tissu. Mais... un moment d'égarement dans les yeux de sa bien aimée lui fit ouvrir la main trop tôt, ce qui fit que l'objet chuta au sol et roula sur quelques centimètres... Arf... c'est bien le moment. Heureusement pas très loin. Marty réussit à rattraper l'objet filant et se retrouva un genou à terre, ramassant la bague. Tout ce précisait.

Finalement c'était une position parfaite pour...

Il lui prit la main à nouveau et déclara, les yeux dans les siens.


Beths... Je t'aime et j'aimerai que nous unissions nos vies devant l'autel et devant le Très Haut. Acceptes tu de devenir mon épouse ?

Dans le froid de cette journée de novembre, il restait silencieux à présent, attendant une réponse...
--Jean_porte a écrit:
La femme l'avait totalement ignoré et c'était mise à marcher avec un large sourire. Jean Porte se mit à courrir derrière jusqu'à la salle des festivités, oriflamme dans une main, lettre tendu dans l'autre.
Monicaa a écrit:
Monicaa avait suivi les convives, à l'invitation de Beths, pour se rendre dans la salle préparée où un repas y avait été servi cérémonieusement. Certes un baptême se doit d'être marqué... mais ce faste était superflu, le seul cadeau que Monicaa espérait était déjà dans les yeux pétillants de Beths, un émerveillement d'avoir reçu ce premier sacrement..... qui en rappellerai un autre... et oui... Indubitablement l' Aumônière de la Coba eût un petit clin d'oeuil amusé en direction du Duc de Billy... Smile

-"Merci Beths pour ce souper... un potage au potiron qui réchauffe les boyaux à défaut de réchauffer l'atmosphère, (qui elle était à son comble avec l'hypocras qui coulait dans les coupes des convives participants!) , je lève mon verre à ta santé et celle des parrain et marraine que tu as choisi ! Aristote veillera sur vos âmes, moi je ne suis qu'au service de la multitude..." Very Happy
Rick a écrit:
[Dans la cathédrale]

Rick avait suivit avec émotion la fin de la cérémonie. Ensuite, Beths s'était exprimée pour remercier ses invités d'être venu et pour les inviter à venir partager un repas en sa compagnie. Tout le monde se levait pour la féliciter et Rick et Tia suivirent naturellement le mouvement. A la sortie de l'Eglise, le jeune homme fut surpris par la fraîcheur du mois de novembre. Il n'avait pas remarqué que la cathédrale était bien plus chaude que les autres églises. Il remit sa toque et sa cape et prit Georges dans ses bras pour permettre à Tia de bien s'emmitouffler. Il trouvait son fils vraiment très beau comme cela, même s'il avait compris que sa femme avait été plus que surpris par ses vêtements.

Il profita que tout le monde était encore sur le parvis pour aller saluer sa soeur et toute sa famille, ainsi qu'Aiguemarine et la sienne.


Bonjour tout le monde ! Comment allez vous ? Très jolie cérémonie, n'est-ce pas ?

Puis, il fit des signes polis envers les personnes qu'il connaissait. Il aurait peut-être l'occasion dans la journée d'aller les saluer plus longuement. Ils suivirent ensuite le mouvement et se dirigèrent vers la salle.

[Salle des festivités]

Rick entra dans la salle, avec son fils dans les bras. Il fut épaté par la décoration. Une grande table se dressait sur un côté avec de nombreuses écuelles. Des troubadours et des ménestrels attendaient le bon moment pour égayer le repas. Des serviteurs étaient aux abois prêts à servir le moindre désir des uns et des autres. La nourriture semblait en abondance. A dire vrai, il ne manquait rien.... ou presque.... Le jeune homme se tourna pour tenter d'apercevoir l'héroïne du jour. Mais d'elle, il n'y avait aucun signe. Etrange tout de même qu'elle n'ait pas suivit ses convives. Mais à y regarder de plus près, il manquait aussi le Duc de Billy. La jeune baptisée aurait-elle déjà renoncer à son serment et avait-elle été batifoler avec son amoureux transi ? Rick se pencha vers son épouse pour lui glisser cette remarque en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Ven 28 Nov - 0:06

Nictail a écrit:
[Clermont, une grande cathédrale pour une grande cérémonie.]

La cérémonie n'avait pas été très longue. Enfin, à première vue, puisqu'ils étaient arrivés un peu en retard. Bon, certes, Aigue était ravissante, sublime ... enfin, encore plus qu'à l'accoutumée, mais, ce que ça pouvait lui prendre du temps pour se préparer. Nic se demandait comment toujours les femmes pouvaient mettre autant de temps à se préparer ...
Mais, après tout, le résultat valait l'attente et il ne disait rien ...

Athalia avait été sage. Aigue aussi d'ailleurs.
Comme à leur habitude, les Cournon furent en retard et remarquables de discrétion. Mais après tout, c'est comme ça qu'on les aime non ?!
Nic avait entendu parlé d'un baptême intégral subi plutôt que voulu par son épouse. Il n'en avait jamais vu ... et ce ne serait pas encore aujourd'hui. Ben oui, il parait que ça se comporte bien les nobles ... Quoique ...

Beths semblait heureuse, ravie, enfin, tout ce qui peut se voir de bonheur.
Elle les remercia de leur présence, quoi de plus normal ... Mais surtout, leur annonça la tenue d'un banquet. Eh bien, ces derniers temps, Aigue avait de quoi grignoter. Smile Bon, pas de remarque à son épouse, soyons sage pour une fois.

En se dirigeant vers la sortie, Nic salua son amie Gals de la main.
Il y avait beaucoup de monde dans tous les coins de l'église. Et saluer toutes les connaissances n'était pas aisé.
Ils retrouvèrent ainsi Rick, Al' et leurs familles à la sortie.
Salutations amicales et discussions sur la cérémonie.
Bon, à priori, Kory n'avait pas vu grand chose, faudrait lui raconter.

Et tous ensemble, tranquillement, ils suivirent la foule pour rejoindre la salle.
Matthis et Athalia s'étant retrouvés, ils étaient enfin "calmes".


[Salle des festivités.]

Grande salle, accueillante et bien décorée.
Tables sacrément garnies. Il faudrait y faire honneur ! Very Happy
Consignes données à leur fille. Ne pas courir partout, ne pas crier, ne pas trop manger ... bref être sage ! la connaissant, ça ne durerait qu'un temps ...
Puis, sa main glissée dans celle d'Aigue, ils se faufilèrent jusqu'à et s'installèrent doucement. Un doux baiser échangé.


Tu es vraiment plus que ravissante mon ange ...

Doux sourire.

Il faudra aussi que nous félicitions Beths tout à l'heure ...
Tiens, d'ailleurs, tu l'as vue depuis la sortie ?!


Si le dindon de la farce ... enfin, plutôt la nouvelle baptisée, n'était pas avec eux, cela n'allait plus ?! Que pouvait-elle donc faire ?!
Beths a écrit:
[De la cathédrale à la salle des fêtes, où quand une Gondole s'interroge]


La cérémonie s’était donc achevée, tout s’était passé si rapidement, était-ce toujours ainsi lorsque l’on profitait béatement de l’instant présent. Sa médaille était installée sur sa gorge, brillant tel le plus bel ornement qui existait et qu’elle portait fièrement en ce jour d’entrée dans la famille Aristotélicienne. Un nouveau jour commençait pour elle, nouvelle vie où elle s’efforcerait de suivre le chemin de la Vertu, elle savait pouvoir compter sur sa marraine, sur son parrain pour la ramener dans le droit chemin si tant était qu’elle s’en écartait. Beths se sentait heureuse et sereine, la vie la gâtait étrangement depuis quelques semaines, comme si, comme si elle s’était rendue compte qu’elle l’avait étrangement oubliée il fut un temps, et que les années de retard se devaient d’être rattrapées. Si bien qu’elle n’était que franc sourire, parfois candide, parfois naïf, parfois amusé, mais dans l’ensemble, la gaîté émanait de sa personne, et ce bonheur la changeait, chaque instant était un délice, chaque moment était précieux, chaque action était un enchantement.

De sa voix de maréchale, elle avait donc convié à une petite fête toutes les personnes présentes en la cathédrale. Sitôt son petit discours achevées, certaines personnes vinrent la féliciter. Sa marraine et son parrain en tout premier lieu, et puis Lamalice arriva, et lui adressa un sourire heureux, ravie de voir son amie thiernoise.


Merci Lamalice, et merci d’être venue, ta présence me fait plaisir. Tu viens n’est ce pas à la petite fête ?

Douceur, oui, de la douceur émanait de son visage. Une Gondole pleine de douceur, il y avait de quoi tomber à la renverse.

Alors qu’elle remontait doucement l’allée centrale jusqu’à l’entrée de la cathédrale souriant à l’un, adressant un mot à l’autre, recevant des félicitations, y répondant avec sérénité et félicité, elle entendit un vague bruit de course. Elle se retourna étonnée se demandant pourquoi un tel empressement. Un page oriflamme dans une main, lui remis alors un parchemin, ou plutôt deux parchemins scellées. Elle se mordit doucement la lèvre pour ne pas rire devant la mine très sérieuse de l’homme, souhaitant réaliser son devoir avant tout. Elle hocha la tête et le remercia, se demandant qui lui écrivait. Etudiant le sceau, elle eut une idée, mais elle n’était point sure, elle était guère attentive aux ornements de chacun. Elle descella donc la lettre, et son sourire s’élargit. Nalu ! Elle avait pensé à elle ! Elle avait du recevoir son pigeon et lui envoyait un page en retour. En lisant le début de sa missive elle ne put retire un petit rire cristallin et puis, son sourire s’adoucit, ainsi Nalu était heureuse ? Elle avait vaguement entendu quelques ragots de-ci, de-là, mais elle ne s’y fiait guère. Et pourtant ce que l’on disait était vrai. La Gondole souhaita alors de tout cœur que le bonheur de Nalu et donc celui de Carmody, dure, perdure et perdure encore pour de longues années. Elle était touchée d’ailleurs que Carmo lui ait écrit, mais elle ne put s’empêcher de rougir à la lecture de ses mots, mais diantre, il était donc toujours ainsi ?
Roulant le parchemin dans sa main, elle se promit de répondre à l’un, comme à l’autre, enfin plutôt aux deux ensembles, dès le lendemain .En attendant, il était temps de se rendre dans la salle des fêtes.

A peine eut elle franchit les lourdes et magnifiques portes de la cathédrale qu’un contact sur son bras la fit frémir, tendre caresse de cette main qui se dirigea jusqu’à sa paume pour que leurs doigts s’entrelacèrent. Beths leva amoureusement les yeux vers Marty qu’elle avait reconnu sans même le voir. Un bisou dans le cou volé qui la fait sursauter doucement. Elle était heureuse en cet instant, elle était heureuse avant, mais en sa présence, elle se sentait vivante, joyeuse, gâtée.


Beths... Chaton... J'ai été ravi d'assister à ce grand moment. C'était vraiment très beau. Tout comme toi aujourd'hui

Légère rougeur qui colore ses joues, s’habituerait-elle un jour à son regard flatteur ?

Merci … Merci d’être venu, d’avoir été là en ce jour important pour moi

Naïvement elle le regarde. Mais que faisait-il ? Pourquoi se tortillait-il ainsi de la sorte ? Etait-ce un nouveau jeu ? Une nouvelle danse ? Amusée, attendrit, elle le regarda faire. Mazette, voila qu’il était genou à terre devant elle, ses yeux se firent rieur, son tendre aimé souhaitait-il qu’elle l’anoblisse ?
Mais le regard sérieux et grave qu’il lui porta tout en prenant sa main n’était pas celui qu’il lui aurait porté s’il avait s’agit d’une taquinerie.


Beths... Je t'aime et j'aimerai que nous unissions nos vies devant l'autel et devant le Très Haut. Acceptes tu de devenir mon épouse ?

Ses yeux commencèrent doucement par s’arrondirent puis s’écarquiller totalement alors qu’elle émit un hoquet de surprise fort peut discret. La bouche ouverte, les yeux fixés sur Marty, elle le regarda sans comprendre, enfin si elle avait comprit sa question, mais ... pourquoi ?
La sérénité qui était sienne peu de temps auparavant laissa peu à peu la place à l’inquiétude et l’anxiété. Eperdue, elle ne put que fixer celui qu’elle aimait et tenta de sonder dans ses yeux la réponse à ses doutes. Etait-il réellement sérieux ? Le souhaitait-il vraiment ? Et pourquoi aujourd’hui ? Et l’accepterait-il s’il savait s’il …
Le froid était pénétrant, mais elle se demandait si c’était l’unique raison des tremblements qui l’agitait. Le regard de l’élu de son cœur, ses yeux, semblaient lui hurler de lui faire confiance, et son propre cœur ne désirait qu’une chose, lui tomber dans les bras. Sa main se crispa doucement dans la sienne, elle voulait, oh oui, elle voulait lui faire confiance, mais y arriverait-elle ? Il était homme et … Elle préféra fermer les yeux, préférant qu’il n’y lise pasla peur qui l’envahissait. Il attendait une réponse, elle le savait. Elle ouvrit la bouche


gaaaaa

Alors là, pire que ces plus horribles cauchemars. Elle toussota, rouvrit les yeux, fondit une nouvelle fois devant son regard

Marty … Prenant une immense goulée d’air, se rappelant son serment prononcé, le chemin de la Vertu, elle sentit un peu de courage lui revenir

Je serais ravie d’accepter, toutefois, je dois te parler de certaines choses avant, et … et je ne préfèrerai pas les aborder aujourd’hui qui est un jour de joie. Si … si après que tu .. que je … poursuis, allons poursuis, finis ! s’encouragea-t-elle silencieusement, sa voix commençait à trembler, les larmes menaçaient, elle préféra se mordre la lèvre pour se concentrer sur ce qu’elle devait lui dire Lorsque tu sauras et si, tu ne changes pas d’idée, alors, oui c’est avec allégresse et ravissement que j’accepterais Marty, parce que … parce que je t’aime

Elle n’était plus vraiment calme, mais soucieuse, soucieuse et apeurée. Les derniers mots elle les avait chuchotés. Elle n’osait plus vraiment regarder celui qu’elle aimait de tout son être, de peur qu’il ne la juge avant même de savoir, de peur qu’il la juge quand il saurait … Elle aurait du se confier à lui, il y a des jours de cela, elle avait essayé, mais elle n’avait pu s’y résoudre ne souhaitant pas le voir la quitter. Elle aurait du lui parler, elle aurait du …

Son cœur la torturait en l’instant présent. Le poids inhabituel de sa médaille autours de son cou lui rappela le lieu et le jour. C’était la journée de son baptême, et si la question de Marty la transportait de joie la comblait plus qu’il ne pourrait jamais l’imaginer, mais l’effrayait également.
Leurs mains étaient toujours nouées, et tel un oiseau fragile ses doigts s’agitèrent


Nous sommes très certainement attendus ….

Allez dans la grande salle, sourire, oublier la question, ou non, la savourer en imaginant que Marty l’eut posé alors qu’il connaissait son passé, oui, oui c’est cela qu’elle allait faire. Les joues roses, jetant un regard amoureux sur celui que son cœur avait choisis, elle détacha leurs mains et se dirigea vers la salle des fêtes.

Dame Monicaa fut la première à l’accueillir, elle lui parlait du souper, et de ses parrain et marraine. Légèrement troublé, mais s’apaisant quelque peu devant l’Abbesse qui sut une nouvelle fois choisir les mots qu’il fallait en précisant qu’Aristote veillait sur eux.


Merci Dame Monicaa, je m’en vais chercher un verre et boire avec vous. Merci pour cette belle cérémonie

Beths s’avança un peu dans la salle et sourit à Rick qu’elle aperçu portant George dans ses bras

Bonjour Rick, merci d’avoir été là. Et il en va de même pour George. Tia n’est pas là ? Le buffet est bon ? Viens allons y gouter

En chemin vers le buffet des sourires, des saluts aussi … et puis elle croisa les vassaux n°3

Aigue ! Nictail ! Athalia ! Je suis heureuse de vous voir, merci de vous êtes déplacé. Etait-ce une jolie cérémonie ?

Beths ne faisait qu’avancer petit à petit vers le buffet, elle avait besoin d’un verre d’hypocras, ou de n’importe quoi en fait, elle n’osait se retourner voir si Marty … était là
Sonia80200 a écrit:
Avait suivie le baptéme jusqu'au bout, sur le point de partir vers le languedoc. Elle détourna le regard vers l'autel et voit Marty à genoux, bloquant sur place, écoutant ce qu'il lui disait, fut heureuse pour elle.
Se demandant ce qui la bloque pour pas répondre, peu être qu'elle y réfléchira plus posément.
Prend enfin la route pour le Languedoc, encore un baptéme pour elle.
Dommage elle sera pas là pour la fête


Clothilde a écrit:

Après la cérémonie, Beths invita les personnes présentes à se rendre au buffet.
Clothilde avait ressenti une nouvelle contraction durant le baptême, il n'était pas prudent qu'elle reste pour la soirée.
Cependant, elle n'avait pas encore pu féliciter Beths, et songea qu'elle le ferait rapidement à la salle des festes, avant de s'éclipser.

Arrivée devant le buffet, elle fut très étonnée et amusée !!!!

Il ressemblait en de nombreux points à celui qu'elle avait organisé pour la visite royale !!

Clothilde sourit à cette idée. C'était bon signe finalement : signe que son banquet avait plu aux convives.

La future maman grignota un petit pain, juste histoire de se donner un peu de forces avant de reprendre le chemin menant à Laveissière, à son domaine, à sa petite famille... et à son adorable Delv' qui devait l'attendre impatiemment, et sans doute un peu inquiet.

Les invités étaient nombreux, Clo en était heureuse pour Beths.
Beths qui arriva enfin !
Clothilde se fraya un chemin parmi les convives, ventre tout rond bien protégé par ses bras l'entourant.

Arrivée à Beths, elle lui déposa une grosse bise sur la joue.

Coucou Beths ! tu vois, chose promise chose due : je suis venue !
Je tenais à te féliciter pour cette belle cérémonie, et te souhaiter la bienvenue dans notre grande famille aristotélicienne.
Par contre... je ne peux rester à la soirée car... car je dois t'avouer que j'ai des contractions de plus en plus nombreuses, et qu'il vaut mieux que je rentre le plus rapidement possible au domaine auprès de mon tit Delv'.
Rick a écrit:
Rick discutait avec Tia lorsqu'il entendit la voix de Beths à côté de lui.

Bonjour Rick, merci d’avoir été là. Et il en va de même pour George. Tia n’est pas là ? Le buffet est bon ? Viens allons y gouter

Bonjour Beths ! Toutes mes félicitations pour ce baptême. Euh Tia s'est absentée momentanément, mais elle va revenir.

Rick sourit à son amie.

Le buffet, je ne l'ai pas encore goûté, mais tu as raison, il a l'air d'être succulent. Alors Beths, cela fait quoi d'être entrée dans la grande famille d'Aristote ? Est-ce que cela est la...

Rick voulait savoir si elle s'était fait baptisée pour les mêmes raisons que lui, pour convoler en justes noces. Mais il se rendit compte qu'il ne pouvait pas poser ce genre de questions. Malgré leur amitié, il n'était pas aussi intime que ça avec elle pour poser ce genre de choses. Le jeune homme suivit l'héroïne du jour à travers la salle. Ils trouvèrent sur leur chemin Aigue et Nic. Etrange de les voir à cet endroit précis. Enfin surtout Aiguemarine... Elle était souvent à côté de la nourriture pour les grandes occasions. Cela le fit sourire. Pendant que Beths discutait avec ses invités, Rick réussit à se faufiler jusqu'au bar. Il réussit à prendre deux verres d'alcool. C'était assez difficile de tenir Georges et les deux verres. Il comprennait mieux les difficultés que pouvait avoir Tia à faire plusieurs choses en même temps. Et il comprennait mieux l'intérêt d'avoir le porte-bébé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Ven 28 Nov - 0:10

Hermanicus a écrit:
Hermanicus entra dans la salle prévue pour le buffet. La cérémonie avait été plutôt rapide. Mais ca ne l'empêchait d'avoir déjà grandement faim... Il se dirigea donc vers le bar pour trouver de quoi boire quand il aperçut Beths qui était non-loin occupée à passer entre les invités.

Herma se dirigea vers elle afin de la féliciter.


Bonjour Beths ! Toutes les félicitations pour ton baptème ! je suis ravi de te voir intégrer la voie Aristotélicienne ! Comment as-tu trouvé la cérémonie? Et comment va Marty? depuis notre voyage je n'ai plus eu l'occasion de prendre de vos nouvelles !
Natafael a écrit:
Beths invita tout le monde à la suivre vers le buffet qu’elle avait organisé pour l’événement.

Enfin suivre….au début oui, un peu, mais très vite, elle avait du se perdre en chemin car chacun était arrivé, mais pas l’héroïne du jour. Tiens Marty non plus d’ailleurs !

Nata alla saluer les personnes présentes. Elle s’avança vers Clo pour lui faire une bise et prendre de ses nouvelles.

De nombreuses personnes étaient venues. Elle s’aventura jusqu’au magnifique buffet pour prendre un verre, lorsque Beths fit son entrée ! Aahh !

Nata attendit que Beths ai terminé de parler puis posa son verre afin de la rejoindre.
Beths recevait les félicitations de ses amis, elle évoluait aux milieu des invités avec le sourire

Arrivée devant elle, Nata la prit dans ses bras et lui fit un gros bisou.

Bienvenue dans la grande famille Aristotélicienne Beths !
Félicitations et merci pour cette jolie cérémonie.
Ptitoliv a écrit:
Ptit s'était fait tout discret. Et pour cause! Il était arrivé avec Hermanicus. Peut être que certaines mauvaises langues penseraient que ces deux là ne se separaient plus! On sait jamais, surtout avec la baveuse de Soso!

Arrivé à hauteur de Bête, Ptit lui adressa un large sourire. Tout ce qui concernait la religion et Bête était basé sur de merveilleux souvenirs, saouvenirs qui lui revenaient toujours en tête.


Tu es bonne à marier maintenant ! Se mit alors à rire puis redevint plus sérieux. Toutes mes félicitations Beths, que le seigneur de protège de la bêtise humaine! Et qu'il fasse que ta voix soit toujours bien portante ! Laughing

Être sérieux avec Bête, c'était une épreuve de force en fait ....
Aiguemarine a écrit:
A la sortie de la cathédrale, ils avaient suivis le mouvement.
Ils retrouvèrent leurs amis Rick, Tia... Georges était vêtue "bizarrement". Un subtil mélange de couleurs...
Sourire.


Bonjour Rick. Ca va bien, et toi ?!
Oui...Magnifique cérémonie
. Non, ne pas dire qu'ils étaient arrivés encore une fois en retard...

Puis Nic glissa sa main dans la sienne et l'entraîna vers une table.
Aiguemarine fût...agréablement surprise.
Athalia était toujours sage à leurs côtés. Elle remarqua que sa fille cherchait des yeux Matthis.

Elle fût sortie de ses pensées par son époux...


Tu es vraiment plus que ravissante mon ange ...

Une phrase toute simple qui la fit rougir un peu.
Nic était vraiment attentionné pour elle, pour eux...


Merci mon Ange...
Sûrement que quelqu'un me fait rayonner
lui dit'elle les yeux brillants...
Et alors que Nic venait de lui demander si elle avait aperçue Beths, la nouvelle baptisée fit son apparition et vint les saluer.


Aigue ! Nictail ! Athalia ! Je suis heureuse de vous voir, merci de vous êtes déplacé. Etait-ce une jolie cérémonie ?

Aiguemarine prit la parole...

Bonjour Beths. Nous sommes heureux d'être là. Merci pour ton invitation.
La cérémonie ?!
réfléchit quelques secondes... La cérémonie était belle et je vois que tu as tout organisé de main de maître.

Petit clin d'oeil à la Gondole...
Mais celle-ci ne resta pas.
Aiguemarine la suivit du regard. Beths semblait bizarre...
Comme si quelque chose la génait. Pourtant, tout s'était bien déroulé...

Un peu plus loin, elle remarqua la présence de Ptit accompagné non pas par son épouse, mais par un homme.
Yeux qui s'écarquillent. Oh, mais c'est le maréchal de Montpensier...Hermanicus.

Aiguemarine fit un petit signe de la main à Ptit. L'avait'il vue dans la foule ?! ça, c'était beaucoup moins sûr...
Elle en était là de ses réflexions lorsqu'elle vit apparaître Kory et ses enfants.

Aiguemarine se leva et fit quelques signes discrêts pour que la Baronne la repère et vienne à leur table.
Ils avaient raté les 3/4 de la cérémonie. Bien que ça soit inracontable, elle trouverait bien un sujet pour papoter avec sa Suzeraine...
Clothilde a écrit:

Après avoir de nouveau déposé une bise sur la joue de Beths et sur celle de Nata, Clothilde se hâta de regagner son coche, qui l'emmena vers Laveissière, où elle ne tarderait certainement plus à donner la Vie de nouveau...


Wonderanny a écrit:
Encore une fois les chemins l'avaient appelée, encore une fois un moment de bonheur qu’elle ne pourrait partager. L’esprit n’était pas aux réjouissances il est vrai, elle avait hésité longuement mais le devoir l’avait appelé rattrapant ses hésitations à rejoindre Clermont
Une prière sincère quand vint l’heure du baptême, imaginant Beths s’approchant de l’autel auprès de Monicaa, entourée de ses amis… Longue prière yeux fermées scellée par un simple espoir, celui que le messager envoyé, saurait être à l’heure pour la représenter.

A la missive quelques fleurs fraîches et au parfum délicat.




Citation :
Chère Beths,

Pardonne mon absence de ce jour, de loin sache que je pense à toi en ce moment.
Soit la bienvenue en la grande famille d’Aristote. Tu as à présent ouvert la porte, tu es à l’aube d’une véritable nouvelle vie. Félicitations.
J’espère que les quelques fleurs que je te fais porter feront pardonner et mon absence et son silence.
Au plaisir de te revoir bientôt, en attendant je t’envoie mes plus sincères félicitations.
Bien à toi
W
Beths a écrit:
Dans la salle entre sourires et hochement de tête, la Dame de Gondole tentait avant tout de rester ce qu'elle était. La question de Marty l'avait tellement étonnée ... et si elle y réfléchissait bien elle, ben oui, elle était heureuse, heureuse et apeurée. Mélange stupéfiant chez elle.

La toute jeune baptisée se faufilait d'un groupe à l'autre et espérait pouvoir parler avec chacun d'entre eux avant qu'ils ne partent.
Elle avait donc croisé Rick qui la félicitait.


Eh bien Rick, je t'avoue que mon premier sentiment fut la sérénité, puis une certaine allégresse. Je suis sincèrement enchantée d'avoir pris la décision de me faire baptisée et d'etre entrée aujourd'hui dans la grande famille d'Aristote

Elle avait ainsi papoté jusqu'à se trouver en face d'Aigue et Nic auxquels elle sourit avec plaisir. Aigue lui fit comprendre que tout allait bien au niveau de l'organisation de la fête et la thiernoise en fut ravie.

Soudain Clo était à ses côtés lui claquant une grosse bise sonore qui fit rire la jeune femme, d'autant plus que le ventre délicieusement rond de Clo vint se lover contre elle à l'instant du bisou.


Clo! Merci mille fois d'être venue! Surtout dans ton état. C'est adorable, vraiment. Et bien sur je comprends bien! Vas de suite te reposer! Et je serai attentive aux annonces de ces prochains jours. Et prends soin de toi

Sur une dernière bise, elle regarda Clo partir, sa démarche s'était alourdie par rapport aux festivités organisées pour la venue du Roy ... oui, un nouvel petit être allait très prochainement arriver. Beths se mit à sourire de nouveau.

Elle se retourna et se dirigea cette fois vers le bar, elle avait toujours très soif. Et soudain ... un ami fut devant elle. Herma. Son sourire s'élargit encore


Herma!!!!! Merci de tes félicitations. Et oui tu as raison, il était temps. La cérémonie je l'ai trouvé étrangement ben ... trop courte! Le temps a défilé et et ... ben ... j'étais étonnée de la voir déjà finie. Mais c'était tellement merveilleux, je ne sais pas, je me sentais ... bien.
Et Marty, euh
Une rougeur certaine colora ses joues, elle remarqua alors que Ptit était arrivé avec lui. Tient c'est bizarre ca!!! D'habitude c'était Sofio qui venait avec Herma, quoi que en fait pas sur.
Il va bien il devrait être par la je crois mais l'avait il suivi ? bonne question
Oh tu sais j'avais mon baptême a préparer, je n'ai pas vu le temps passer, et Marty avait un anoblissement ...

Et puis un sourire à Ptit, sourire qui s'effaca un peu en l'entendant parler, et elle vira à une jolie couleur pivoine. Comment cela bonne à marier ? Y avait il eu des témoins de leur échange ???? Elle s'inquiéta aussitôt

Euh, merci Ptit. Et ma voix se porte bien je t'assure Le sourire et l'amusement revirenttu veux une démonstration peut etre ? Hum ... non, épargnons les oreilles.

Enfin, à proximité du bar, elle réussit à atteindre un verre. Ouf! Une gorgée vite avalée et ses yeux tombèrent sur ceux de Nata, elle abaissa immédiatement le gobelet pour lui sourire. Nouvel échange de bisou

Merci d'être venue Nata! Sincèrement, cela me fait plaisir de voir que les membres de la prévôté sont venus. Cela me touche, oui.

Beths appréciait cette soirée malgré son étrangeté. Elle avait ainsi enfin l'occasion de discuter plus avec certains, certains qu'elle ne croisait que rarement ou avec lesquels elle ne prenait pas le temps de parler.
La soirée était agréable, et doucement Beths se détendait.

Et puis un page vint la trouver pour lui remettre missive. Elle posa le verre sur le buffet et la décacheta. Nanny ! Elle avait pensé à elle, tout comme Nalu y avait pensé. Elle était une nouvelle fois touché par ces délicates intentions. Les gens du BA étaient réellement des personnes exceptionnelles.
Sofio51 a écrit:
sofio n'avait vraiment pas eu de temps pour rien entre son nouveau poste son ancienne caserne, la vie qui allait autour était si lointaine qu'elle avait l'impression de n'être que ça, une sorte de dictateur ne pouvant que aboyer des ordres insensés a des soldats s'en donnant a cœur joie.Quand elle avait reçu la missive elle était déjà si loin de la capitale mais elle ne pouvait pas elle se devait d'être la puis herma serait peut être la alors hop petite affaire et c'est reparti........

ayant parcouru des heures et des heures a cheval, elle n'avait pas de belles robes élégantes de cérémonie pas de jolies chaussures bien cirés et aucun jolie chignon venu égayer ses chevaux emmêles, tout ça peut être que un jour, mais surement un jour très lointain...d'ailleurs elle avait bine pensé a prendre un bain avant de venir mais cela lui aurait pris tellement de temps, que elle ne fut désespérée et n'y avait plus songé.

Elle arriva enfin et entra dans la salle son épée cliquetait contre sa cuisse elle la porta en lieux sure et l'abandonna malheureuse, puis elle revint la chercher chercha un lieux plus adaptée , elle trouva un corridor menant sur une pièce sombre et déposa délicatement son épée sa vie , en fermant la porte elle se ravisa non son épée seule pas question, elle trouva une bougie et l'alluma pour que son épée puisse au moins avoir un peu de lumière, après un dernier signe de la main , elle se décida enfin a fermer la porte et alla rejoindre les autres.......

dur de trouver la pièce , mais heureusement la voix de beths légendaire lui arriva aux oreilles , grâce a ce pps naturel elle trouva la pièce elle y pénétra et n'eut aucun mal a visualiser beths au milieu elle se jeta sur elle en criant .


Bethssssssssssssssssssss

puis arrivés a sa hauteur après avoir empoignés la tête de beths elle lui claqua une grosse bise et lui toucha le bidon en lui disant.

"alors étape un faite??t'en as un dans le tiroir ou ça a pas pris encore?

dis donc t'en fais une tête souris c'est ton baptême t'as eu droit a tous les trucs des seins de l'église et de la porte du paradis que tu dois ouvrir?
Androlyne a écrit:
Androlyne savait qu'elle ne pourrait assister au baptême de Beths à la cathédrale de Clermont, et elle en était fort peinée, mais elle ne pouvait déroger à l'autre impératif qu'elle avait, puisqu'elle assistait également à un baptême à l'église de Bourbon pour lequel elle avait été choisit comme marraine.

Elle dépêcha alors son valet pour qu'il apporte un cadeau et un message à son amie





Citation :
Ma Chère Beths,

Reçois ce coffre spécialement sculpté en ton honneur, comme cadeau pour ton entrée dans la grande famille des enfants d'Aristote, et pour pardonner mon absence pour cette occasion spéciale.

Je t'envoie toute mon amitié

Androlyne




Tiadriel a écrit:
[Dans la cathédrale, petit bond dans le passé]

Elle suivit attentivement la cérémonie, son petit trésor somnolant tranquillement sur ses genoux. Bizarre, il ne bougeait pas trop pour une fois. Beths remercia ses invités de leurs venues et quand la foule fit mouvement vers la sortie, elle se leva avec Rick et suivit. Elle attendrait que cela soit un peu plus calme pour aller la féliciter.
Sur le parvis, elle frissonna et fut contente que Rick prenne Georges pour lui permettre de se couvrir un peu plus. Elle se rapprocha ensuite de Rick qui saluait les De Cournon d'Auvergne et les De Sarliève et fit de même, ravie de les voir.


[Salle des festivités]

Ils s'étaient dirigés vers la salle où aurait lieu la réception et elle y entra avec joie. Il faisait meilleur à l'intérieur. Et la décoration était très jolie. Elle regardait un peu partout quand Rick lui glissa une réflexion à l'oreille qui la fit sourire. Venant de la part de Rick, ce genre de pensée ne l'étonna pas, mais elle n'imaginait pas du tout leur amie faire une chose pareille.

Elle se sentit soudain nauséeuse. Elle avait peut-être mangé quelque chose qui n'était pas passé le matin au petit-déjeuner ? Toutefois, elle fut obligée de quitter précipitamment la salle au moment où Rick tournait la tête vers Beths qui venait enfin de se montrer. Une fois dehors, elle courut jusqu'au buisson le plus proche afin d'y déverser le contenu de son estomac... Elle espérait juste que personne ne l'avait vu, ni entendu. Elle se redressa et respira calmement. Après quelques bouffées d'air, elle se sentit beaucoup mieux. Heureusement pour elle, elle avait fait ça bien et avait évité sa robe et ses chausses. Quelle chance !

Elle revint doucement vers la salle des festivités. Maintenant une autre mission délicate l'attendait ! Trouver un verre sans se faire remarquer et surtout sans avoir à parler à personne. Elle devait avoir une haleine... enfin bref, elle préférait ne pas y penser. Surtout ne pas ouvrir la bouche, sourire, essayer de ne pas paraître trop pâle et avaler rapidement quelque chose. Vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Mar 16 Déc - 0:14

Martymcfly a écrit:
[Un peu plus tôt... Avant que Beths n'entre (ne fuie ?) dans la salle de réception]

Une question posée. Une simple réponse à formuler. Trois lettres devaient être prononcer. Après tout cela n'était pas si difficile. Et bien pourtant si... Qui l'aurait cru ? Qui qui qui ? Mais qui ? Hmm...

Instant d'attente éternelle, à genou sur le sol. La mise en scène était si bien trouvée, en fait elle n'avait pas été si simple et le fait d'avoir une bague apparemment sauteuse l'avait bien aidé à se retrouver un genou à terre... sur ce parvis de la cathédrale.

Entre un baptême et un mariage.
Entre une cérémonie et une fête.
Entre hier et demain.

Moment solennel où il se livrait, finalement, à elle. D'aucuns pourrait penser que le plus si jeune veuf que cela avait bien vite fait d'oublier sa défunte épouse. Mais son coeur avait parlé. Même si bien évidemment la douleur resterait à jamais gravé en lui, une autre prenait doucement de la place.

Doucement mais sûrement.
Doucement mais durablement.

Trois lettres. Un "oui" ? Un "non" ? C'était de toute manière soit l'un, soit l'autre. Et comment le savoir ? A priori ce serait quand même un "oui" puisqu'elle avait avoué ses sentiments, la première d'ailleurs. Une coquine en puissance qui cachait bien son jeu la Beths ? Personne ne pourrait le penser cela, pas même le Duc de Billy, qui se caillait les miches dans ce début de soirée de fin novembre, en plein courant d'air. Il commençait même à grelotter presque. A trembloter. A moins que c'est parce qu'il espérait une réponse positive à sa demande.

Il se rappela sa toute première demande en mariage... Cela remontait à bien bien loin. En fait il ne s'en souvenait plus trop. A l'époque, il n'était qu'un gueux qui refoulait de partout. Beurk. Quelle ignominie quand il y repensait. Il l'aurait bien épousé sa paysanne d'alors. Ils s'étaient d'ailleurs fait baptiser pour cela. Ca par contre, il se souvenait du baptême. C'était un tir groupé, deux couples d'un coup ! Bien joué l'archidiacre ! Quatre pour le prix d'un ! Et se faire baptiser en même temps qu'Hadex et Lilou ce n'était pas n'importe quoi. C'était grandiose pour les deux petits paysans qu'ils étaient, Arwen et lui. Que de temps avaient passé depuis ce jour béni d'Aristote. Et depuis... une nouvelle demande... le lac de Montbrisson... et encore une histoire de baptême, qui n'aura jamais eu lieu au final. Armagnac... Et un mariage, et un décès. Et trois décès... Et de nouveau, retour à la case "demande". Sans toucher les 200.000 écus, ceux là ils étaient dans la poche du Bailli, le fourbe Artonne et ses complices. Un peu trop de chocolat helvètes les auraient conduits dans la tombe avait-on dit, enfin les rumeurs... Fallait pas toutes les croire, loin de là.

Donc, scène bien étrange entre une nouvelle venue dans la famille d'Aristote, qui s'apprêtait à fêter son baptême, et un Duc, amoureux si si, agenouillé devant sa Dame. Du moins l'espérait-il qu'elle fut Sa Dame. C'était sans attendre la réponse de l'intéressée qui poussa un gémissement d'étonnement. Ou plutôt un hoquet, comme si elle venait d'avaler un peu trop d'air d'un coup. Sa main dans la sienne qui tremble. Ba oui, elle aussi devait avoir froid ! A moins que... A la réflexion, c'était plutôt une crispation qu'il pouvait sentir. Et lorsqu'elle ferma les yeux... son sang ne fit qu'un tour. Elle ouvrit la bouche et...


gaaaaa

Ca faisait pas trois lettres ça... Et sûrement pas celles prescrites dans les manuels des parfaites demandes en mariage. Enfin soit... C'était peut-être une langue étrangère ? Ou un dialecte thiernois ? Comme un "oui" venu du Saint Empire, quoiqu'un peu trop guttural avec ce "g" en début de mot. Une seule réaction, hausser le sourcil, impatient mais étrangement froid.

Marty …

Ouh la... Quand une phrase commençait comme ça, cela ne présageait rien de bon, sauf que peut-être cette fois... Longue et profonde inspiration, comme si son destin dépendait de la suite de la phrase. Mais le ton de ce "Marty" n'était pas habituel...

Je serais ravie d’accepter,

Déglutissement d'angoisse...

toutefois,

Le Duc ferme les yeux soudainement. Elle s'apprêterait à refuser ?

je dois te parler de certaines choses avant, et … et je ne préfèrerai pas les aborder aujourd’hui qui est un jour de joie.

Cela aurait pu être un moment partagé à deux. Une fête dans les coeurs. Dans leurs coeurs. Si elle avait dit oui. Mais en l'espace d'un instant, une dague lui transperçait la poitrine. C'était cette impression qu'il ressentait.

Si … si après que tu .. que je …

Elle paraissait hésitante mais cependant décidée à terminer ce qu'elle voulait dire. Comme si elle cherchait à achever celui dont les pensées étaient tournées vers elle. Pourtant...

Paralysé. C'en était trop. C'était trop dur. Un nouveau coup de poignard. Un secret ? Elle ne pouvait pas dire oui. Elle ne disait pas oui. Une épreuve à traverser. La vie n'était donc pas un long fleuve tranquille... Il détourna la tête vers le sol, abattu par cette nouvelle qui lui brisait le coeur. Marty n'entendit pas les dernières paroles de Beths, trop bouleversé qu'il était. Des doutes dans sa voix chevrotante, hésitations mûrement réfléchies. Les mains ne se quittaient pourtant pas, jusqu'à ce qu'elle l'invite à se lever, pour rejoindre la salle des festivités.

Hébété. Hagard même. Il ne pouvait pas parler. Même pas pleurer, il n'était pas triste. Même pas en colère. Il ne pouvait pas l'être devant celle qu'il aimait. Il ne savait pas ce qu'il était à vrai dire. Sûrement désappointé devant tout ce spectacle qui venait de se jouer. Tout paraissait s'écrouler et il n'entendait plus rien que le battement de coeur au niveau des temps. Lourds battements qui le déchiraient.

Elle s'éloigna de lui pour gagner la salle. Elle laissait son aimé. Son aimé ?

Statufié. Il ne pouvait bouger. Et c'est lorsqu'un coup de vent balaya le parvis qu'il se rendit compte qu'il serrait la bague d'un peu trop fort dans sa main. C'est là qu'il se rendit compte qu'une larme avait coulé le long de sa joue. C'est là qu'il se rendit compte que la fête battait son plein à l'intérieur. C'est là qu'il se rendit compte qu'on pouvait très bien se passer de lui. Et c'était tant mieux. Machinalement il sourit en coin. Un léger signe du coin de lèvres où vint mourir la larme qui coulait. Que faire maintenant ? Retrouver l'assistance à la fête ? Rentrer ? Le Duc remonta son col pour éviter que le prochain coup de vent ne le fasse éternuer. L'hiver s'annonçait rude et l'air devenait de plus en plus froid à mesure que les minutes passaient. Il s'avança vers les fenêtres de la salle, remplie et constata. Amusement, rires. Il n'avait pas l'envie.

Troublé. C'était un peu ça en fait oui. Il était comme sous le choc. Il inspira longuement, avant de soupirer. Il préféra quitter les lieux. La fête ne serait pas pour lui. Pas ce soir. Pourtant les mets proposés sur les tables lui attiraient l'estomac. Sauf que là c'est le cerveau qui prit le dessus. Du moins ce qu'il en restait. Il fit quelques pas vers la cathédrale, s'arrêta à la porte. Marty aurait bien voulu la pousser, maintenant que tout le monde était partie, elle allait redevenir calme, jusqu'à la prochaine cérémonie... qui ne serait certainement pas son mariage...

Emmitouflé. Ca oui il l'était ! Il le fallait avec ce fichu temps pourri. C'était le bon moment pour faire des réserves, en prévision de... Non, il n'y avait plus rien à prévoir là. C'était comme s'il y avait un obstacle insurmontable devant lui. Mise à part la cathédrale... Il laissait la bâtisse pour errer dans les ruelles de la capitale, le regard vide, espérant retrouver le chemin de Billy...
Rick a écrit:
[Salle des festivités]

Rick était toujours bien embêté avec ses deux verres dans une main et son petit bonhomme dans l'autre bras. Il se demandait ce que pouvait retenir Tia et il commençait à s'inquiéter. A côté de lui, Beths était en discution avec Sofio, sa voisine à Montpensier.

alors étape un faite ?? t'en as un dans le tiroir ou ça a pas pris encore ?

dis donc t'en fais une tête souris c'est ton baptême t'as eu droit a tous les trucs des seins de l'église et de la porte du paradis que tu dois ouvrir ?


Rick fut choqué par les propos de la femme. Certes, c'était une membre de la soldatesque et cela se voyait à son langage, mais tout de même. Il ne savait pas ce qui le gênait le plus. Etait-ce ça manière de demander si elle avait été intime avec son amoureux transi ? Mais dans ce cas, curieuse manière de le faire. A croire que les gens se mariaient uniquement parce qu'ils avaient fauté. A croire que ce baptême cachait une grossesse. Pourtant à moins d'avoir été voir le nouveau charlatan ambulant, Ec O'Graphie, qui venait d'Irlande, comment pouvait-elle savoir cela ? Cet homme qui se prétendait médicastre, croyait pouvoir définir qui était enceinte ou pas. Mais avec un tel nom, le jeune homme se demandait s'il avait du succès. D'après ses études de médecine, Rick savait que cela n'était pas possible. Certes, il n'allait attaquer que le deuxième cycle prochainement mais tout de même... il venait de valider l'anatomie. Donc il commençait à en savoir un peu sur le sujet.

Le jeune homme se demandait si le fait de parler de la religion aristolécienne ainsi se faisait bien devant une nouvelle baptisée. C'était peut-être ça, après tout qui le choquait d'avantage. Cela se voyait que la membre de la Coba était loin d'être pieuse, mais crier cela dans une salle de festivités, après un baptême, ce n'était pas très malin, à son sens. Il soupira profondément devant de tels propos et scruta les autres invités pour voir si eux aussi avaient été choqués. Sofio avait crié ces quelques mots, à qui voulait les entendre, sans se soucier de faire rougir Beths. Quelle indélicatesse ! La nouvelle baptisée ne laissait rien transparaître, mais toutes les personnes la connaissant savaient que cela cachait quelque chose. En effet, il n'y avait pas pire eau qui sommeille que Beths.

Certes, il trouvait son amie un brin différente par rapport à d'habitude, mais tout de même. Il se demandait pourquoi Marty n'était toujours pas entré. Sûrement une affaire urgente à régler au duché ou dans ses propriétés. Cela ne pouvait être que ça. Rick savait que pour rien au monde il aurait louper les festivités et sûrement le bal qui s'en suivrait. Nouveau regard parmi les autres invités... Le jeune papa ne pouvait pas trop se déplacer dans ses conditions, cela serait risquer pour son fils... et pour leurs costumes... Et soudain, il la vit... Son épouse venait d'entrer dans la pièce. Un sourire éclaira son visage.


Et si on allait voir Maman, mon petit bonhomme ?

Il savait très bien que Georges ne répondrait pas mais cela l'avait amusé de glisser ses quelques mots à son fils. Il avança donc délicatement vers son épouse en espérant qu'elle l'aiderait en prenant soit leur fils, si bien habillé, soit les verres.

Ca va mieux, ma jolie Tia ?
Tiadriel a écrit:
Elle cherchait toujours un peu de sang froid quand elle les vit. Rick et Georges s'avançaient vers elle. Son époux semblait un peu embêté entre leur fils qui semblait ne pas gigoter pour une fois et ses deux verres. Le petit bonhomme avait-il compris qu'il risquait de finir par terre s'il bougeait trop ?
Elle s'avança vers eux, souriante, ne dévoilant pas une seule dent. Elle aurait bien pris son fils dans ses bras, mais elle n'avait pas perdu de vue son objectif premier. Un verre ! Et Rick qui en avait deux, il allait bien partager, non ?


Ca va mieux, ma jolie Tia ?

Elle opina de la tête pour toute réponse. Aucun son ne sortirait sans qu'elle n'ait bu quelque chose avant. Elle lui prit donc un verre des mains avec un grand sourire et... le vida d'un trait. Elle se sentit mieux ensuite, même si l'alcool lui monta un peu à la tête. Le petit-déjeuner était loin et elle devrait manger quelque chose pour "éponger" un peu l'alcool qu'elle venait d'avaler. Certe ce n'était pas très malin de l'avoir bu cul sec... mais la situation était critique. Elle préférait encore sentir un peu l'alcool.

Merci pour ce verre, mon coeur. J'en avais grand besoin.
Tu veux que je prenne Georges ? Ensuite, nous pourrions nous restaurer un peu et j'irai féliciter Beths pour ce joli baptême.
Tu l'as vu ? Elle ne doit pas être bien loin...


Elle la chercha des yeux et finit par l'apercevoir en grande discussion avec Sofio. Georges dans les bras, elle s'approcha du buffet. Tout avait l'air bon ! Devenue experte, à force d'entrainement, elle attrapa une assiette, la glissa dans sa main où son fils était perché un peu plus haut sur son avant-bras. Ainsi, elle put la remplir tranquillement, y déposant un peu de tout. Ensuite, elle goûta ses choix, histoire de voir si elle avait fait les bons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Mar 16 Déc - 0:17

Bettym a écrit:
[Arrivée en BA...]

L'arrivée du groupe en Bourbonnais Auvergne fut limite mais comme l'avait promis Bettym à son amie, elle ne manquerait pour rien au monde son baptême malgré toutes les menaces d'avorter son retour au duché par son Berger Adoré.

A peine sur les terres ducales d'origine, toute l'équipée alla jusqu'à la première auberge. Le départ était imminent pour la Moulinoise mais avant tout, une beauté s'imposait. Alors qu'elle avait fini son décrassage nécessaire dû aux nombreux jours sur les routes chassés d'une terre à l'autre pour des raisons militaires et sécuritaires, Nim vint toquer à sa porte. Une missive qu'il était loin d'attendre l'invitait à se rendre également au baptême. Etait-ce suite à cette invitation ou le plaisir d'accompagner Bettym ? Toujours est-il qu'il se plia aux bonnes graces de "sa chieuse" et prirent rendez-vous dans la taverne de la Carawane où ils étaient sûrs de trouver Apolonie, Grid & Lilou.

Accord était pris... départ dans l'heure qui suivait pour rejoindre la cérémonie.


[Devant l'Eglise]

Comme d'habitude, Nim fit son enquiquineur dès que l'on parlait Eglise et religion. Comme d'habitude, il fit des pieds et des mains pour ne pas entrer dans le lieu saint. Bettym n'avait même plus envie d'essayer de le convaincre car c'était bien pire après.

Le couple formé de Grid et Lilou en firent de même et pénétrèrent dans le sacro saint culte, accompagnés d'Apo et d'Alayn. Bettym, quant à elle, regarda désespérée son berger adoré et après lui avoir fait une bise sur la joue entra également, non sans jeter un dernier regard à Nim qui bougonnait dans son coin.


[Dans l'Eglise]

Le groupe s'était installé vers l'un des collatéraux de la nef, non loin des fonds baptismaux. L'Eglise était bondée et bon nombre était des connaissances communes entre la Thiernoise et la Moulinoise. Bettym, curieuse comme pas deux, se hissait sur la pointe des pieds pour essayer d'admirer la toilette de son amie qu'elle voyait pour la première fois en robe. Une tunique des plus magnifiquement tissées. Elle put apercevoir son filleul non loin.

Mais très vite la cérémonie commença et Bettym se concentra à la prière et aux voeux qu'elle pouvait souhaiter pour Beths qui se décidait enfin à faire partie des fidèles ! Mais à la grande déception de la Moulinoise, l'office n'était pas à la hauteur de l'événement. Si cela n'était pas la fête de son amie, elle aurait râlé.

Une telle célébration aurait mérité bien plus d'investissement et d'écoute, de patience également car tous les convives n'étaient apparemment pas arrivés.

Dernières paroles du clerc avant les félicitations de rigueur. Le groupe en fit de même. Bettym aurait voulu souffler quelques mots à son amie mais déjà d'autres personnes arrivaient pour en faire autant.

Un peu déçue de ne pouvoir profiter de Beths, elle suivit le groupe jusqu'à la sortie afin de rejoindre Nim qui attendait toujours, grimaçant pour ne pas dire grognant.
Althiof a écrit:
La cérémonie touchait à sa fin enfin plutôt la repaille qui avait suivi le baptême de sa chère amie prenait fin. Normal elle avait presque tout bu la soiffarde. Bon c'est vrai qu'on l'avait un peu aider.

Il était arrivé à l'heure à la cérémonie. Mais ils s'étaient retrouvés un peu loin dans la Cathédrale. Mais suffisamment pour apprécier la belle robe blanche de Beths. Il comptait sur ses doigts. Quatre ? La quatrième fois... les joutes... l'annoblissement... le sien puis celui de Nic et là... Mouarf mais c'est qu'elle commencerait presque à s'y faire. Enfin blanc c'était pas encore ça. La pureté et l'innocence... peut mieux faire.

Il ne pouvait s'empêcher de faire des piques même si c'était pour lui même. Leg et Az l'entouraient. Elle les avait choisi. Il avait eu un petit pincement au coeur mais il avait compris sa décision. Et de toute façon Beths était sa plus chère amie, la personne qui lui était le plus proche après Kory. Ils avaient partagé tant d'aventures, de rires, de coups de gueules, d'affaires policières. Ils étaient comme les deux doigts d'une main et quoi qu'il arrive il serait toujours là pour elle, lien d'Aristote ou pas.

Des pensées bizarre lui traversaient l'esprit genre robe blanche plus eau ça donnerait quoi ? Un petit coup de bassin et hop direct dans le baptistère.

Mais le temps qu'il se décide la cérémonie était finie. Pas grave y'aurait bien de l'eau à la fête pour repnser son plan. Sinon un peu de vin rouge qui tâche bien. Mais si par malheur il en métait ne serait qu'une minuscule tâche dans le pli de sa manche elle pourrait lui arracher la tête. C'est dangeureux cês bêtes là hein...

Il profita de la fêtes laissant les autres personnes venir la féliciter. Et puis il s'approcha un peu vers la fin pour venir la saluer et l'embêter un peu maintenant qu'elle était plus tranquille il allait s'y mettre.

Il s'approcha aux côtés de Bettym qui l'avait rejoint et lui fit une bise avant de faire la bise à Beths. La dream team de la prévôté.


Coucou les 2B ! Ca va ? Magnifique cérémonie Beths. T'étais belle comme une charette dans ta robe. Blanc c'est parce que tu nous fais du 2 en 1 ? T'enchaines le mariage direct ?

Petit sourire en la voyant trépigner. Nan dis moi parce que sinon j'attends un peu pour essuyer mes mains sur ta robe.

Et toi Bettym tu vas bien t'as fait bon voyage en Bourgogne ?

Ah au fait j'ai un cadeau pour toi Beths ... enfin c'était normalement pour ton annoblissement mais j'ai oublié et pis comme ça ça m'évite d'en payer un autre. Pour moi c'est tout bénéf et pour toi bein tu sais que y'avait l'intention cet été.

Pis fais pas cette tête c'est un chouette cadeau. Enfin chouette, la cadeau sera peut-être moins content quand il verra son proprio. M'enfin vous vous arrangerez.
Korydwen a écrit:
Alors qu'elle pensait bêtement ? Que son époux allait l'attendre pour rejoindre le lieu des festivités pour le baptême, il était parti tout seul, elle le regarda avec de grands yeux ronds. Certes elle était encombrée avec ses enfants, mais pas invisible. Il devait être ailleurs, comme à chaque fois qu'ils étaient dans une Église. Eléa et Matthis la regardèrent de travers comme si elle avait fait quelque chose. Sauf qu'elle n'avait rien fait... Enfin à sa connaissance.

Elle quitta la cathédrale en dernière, Timothée blottit dans ses bras Eléa et Matthis devant ? Derrière ? A droite ? A gauche ? Bref partout... Non seulement, elle ne comprenait pas la fuite de son époux, mais elle se retrouvait à surveiller les deux "grands" toute seule. Légèrement vexée et énervée, elle décida de ne pas rester à la petite fête. Elle retrouva son frère et puis d'autres amis.


Bonjour ! Désolée je ne reste pas. Très beau baptême.

Elle les embrassa et continua son chemin jusqu'à Beths, qui se trouvait ô comme c'était étonnant avec son époux... Elle leva les yeux au ciel, il devait être presser de l'embêter, ça ne pouvait être que ça.

Mes félicitations Beths ! Je m'excuse de ne pas pouvoir rester plus longtemps je suis un peu fatiguée. Bettym ravie de vous ? te ? enfin bref revoir... Mon chéri je rentre !

Elle tourna les talons et prit la direction de euh... Montpensier ? Montbrisson ? Cournon ? Sarliève ? Enfin quelque part... Il se ferait pardonner de l'avoir oublier, elle n'en doutait pas... Mais envie de le faire mariner un petit peu. Sadique la Baronne ? Non juste à peine...
Althiof a écrit:
Que s'était il passé là exactement ? Il ne savait pas trop mais toujours est-il que le regard de son épouse n'indiquait rien de bon. Il s'était dirigé directement vers la salle où avait lieu la fête après s'être attardé un peu à la Cathédrale mais visiblement son épouse l'avait attendu et il n'y avait guère prêté attention. Ppffff ce n'était pas la première qu'il faisait une bourde mais dernièrement c'était plus fréquent.

Et elle lui fit sechement remarqué.


Mon chéri je rentre !

Il fut surpris par le ton mais le temps de réagir elle était déjà partie. Hum il avait l'air bête maintenant, très bête même. Lui qui se faisait une joie de faire enfin son cadeau à Beths voilà qu'il avait oublié le plus précieux des trésors. Beths et Bettym se retenait de rire il le voyait bien. Mouarf on voyait qui portait la culotte à cet instant. Il était pas fier.

Il attrapa le gant dans sa poche et attendit quelques instants qu'un magnifique volatile se pose dessus.




Il est à toi Beths ! Pour ta correspondance privée ou publique. enfin bref pour envoyer des missives. Euh evite les colis quand même il est pas bien gros.

Sinon bein le pourquoi du comment ! C'est un faucon crecerelle. Je trouve que ça t'allait bien. Ca qualifie bien une de tes particularités. Crecerelle/crécelle ? Nan ? Bon je sais c'est nul.


Il rit de bon coeur et lui tendit l'oiseau.

Bon c'est pas tout ça mais j'ai des choses à faire si je veux pas dormir dehors moi. Il se frotta la tête en faisant une grimace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Sam 3 Jan - 21:43

Beths a écrit:

Le buffet, petit à petit, se vidait de la bonne chaire qui avait été préparée en l’honneur de toutes les personnes qui s’étaient déplacées pour le baptême de la jeune femme. D’un coin de l’œil Beths s’assurait que tout se passait bien de ce côté-là et faisait des signes discrets aux serveurs pour qu’ils passent les plats.
Tout en s’occupant de la maintenance de la réception, chose dont elle avait relativement peu l’habitude, il fallait bien avouer, elle échangeait sourires et conversait agréablement avec les personnes présentes. Certains étaient des amis de longues dates, d’autres des collègues de la prévôté, c'est-à-dire donc des membres de sa famille, ou bien des anciens membres, ou encore tout simplement des personnes qu’elle appréciait. Toutefois, malgré son calme apparent la jeune femme n’était pas tranquille. Marty … son Marty … celui qui venait à peine quelques heures avant de lui proposer de partager leur vie devant le Très Haut, brillait par son absence. Beths ne savait plus que penser, était il vexé de sa non réponse ? Ou bien autre chose ? Il avait peur des révélations qu’elle pourrait lui faire ? Sourde angoisse qui petit à petit se distillait en elle. Elle ferma un instant les yeux, elle devait penser à autre chose, elle devait penser à autre chose, c’était le jour de son baptême et elle devait en profiter : on n’entrait pas tous les jours dans la Grande Famille Aristotélicienne tout de même !

Et puis une sorte de tornade ambulante sauta sur elle. Elle était tellement étonnée d’un tel comportement sur sa personne tout nouvellement baptisée qu’elle resta pantoise. Sofio … Sofio et sa légendaire discrétion. Beths se mit alors à sourire jusqu’aux oreilles. C’était exactement la personne qu’il lui fallait pour lui changer les idées


Alors étape un faite??t'en as un dans le tiroir ou ça a pas pris encore?
Dis donc t'en fais une tête souris c'est ton baptême t'as eu droit a tous les trucs des seins de l'église et de la porte du paradis que tu dois ouvrir?


Ou pas … Beths cligna des yeux tout en regardant avec étonnement la Montpensiéroise. Mais de quoi parlait-elle donc ?

Euh, je n’ai pas vu de tiroir à l’église, et je ne savais pas qu’il fallait que j’en trouve un pour y mette quelque chose pour que cela prenne pour un baptême. L’Abesse ne m’a pas parlé de cela. Et pourtant j’ai bien reçu mon certificat, c’est de cela que tu parles en faisant mention de dessin n’est ce pas ? Les gribouillis écrits ? Ou bien encore ceux qui sont sur ma médaille ?

Beths porta la main à son cou, et délicatement, elle sortit la médaille de dessous son bliaud en souriant. Toute fière, elle la fit admirer à Sofio

Elle est jolie n’est ce pas ? Et oui, maintenant que je suis baptisée, je pourrais aller au paradis, enfin si je suis le droit chemin d’Aristote. Mais je fais confiance à mes marraine et parrain pour m’indiquer ce chemin.

Et puis, parce qu’elle est heureuse de voir Sofio présente en cette journée, elle lui tapote le dos gentiment

Rha, cela me fait plaisir de te voir ma chère. Bon j’espère que tu ne projettes pas de m’enlever, remarque … hum … Herma et Ptit sont là, je devrais peut être me méfier, je vais de ce pas prévenir les gardes que s’il me voit avec vous trois, qu’il nous arrête

Un sourire mutin apparait sur les traits de la thiernoise

Allez vient boire un verre, c’est ma tournée


Et de nouveau Beths s’approcha du buffet. Bon elle ne devrait peut être pas tant boire, mais bon … elle n’allait pas non plus se mettre à la tisane ?
Alors qu’elle mettait un pied devant l’autre en compagnie de Sofio, un ramdam de tous les diables se fit entendre. Un bruit de meuble que l’on déplaçait et qui crissait sur le carrelage. Beths en eut la chair de poule. Boudiou que c’était désagréable à entendre. Elle se retourna aussitôt pour voir ce qui était à l’origine de ce bruit.
Diantre mais … euh ?! Un coffre ? Un laquais qui poussait, tirait, enfin un truc du genre, un coffre vers le milieu de la salle.
Etonnée, elle s’approcha de lui


Euh, c’est pour quoi ?

Et là le pauvre homme totalement essoufflé ne put glisser une parole. Il eut juste la force de porter la main à son pourpoint pour en sortir une lettre qu’il lui remit dans la main.
Rapidement, Beths la décacheta et un doux sourire naquit sur son visage. Andro, son amie, sa collègue, celle avec laquelle elles avaient partagés des moments exceptionnels lorsqu’elle était Prévôt, celle qui l’avait soutenue et aidée … Beths admira le travail du bois en caressant distraitement d’une main le coffre. Il était superbe.
Eh beh, elle était gâtée, il n’y avait pas à dire. Elle glissa cette missive avec celle de Nalu, Carmo et Nanny, et elle se promit qu’elle y ferait réponse. En attendant, elle aida le laquais à pousser contre un mur son présent. Elle allait devoir demander de l’aide pour porter son nouveau coffre jusqu’aux terres de Gondole. Il était de taille parfaite et suffisante pour recevoir les différentes toilettes féminines qu’elle compter commander à sa camériste. Un sourire charmeur put alors s’observer sur la jeune femme, hum …le résultat était étonnant. Etonnant et étrange.

Un autre laquais entra dans la pièce et à son tour lui remis deux missives, Beths en fut ravie, des anciennes collègues !


Citation :
Coucou beths

J'aurais aimer être là pour cet évènement où tu va rentré dans la grande famille Aristotélicienne.
Venant tout juste de rentré à Castelnaudary, , je ne peut donc pas refaire de la route....
Je suis désolé, mais je te remercie de m'avoir envoyait une invitation, c'est très gentil de ta part.

Je te fait de gros bisoux

Eva

Citation :
Ma très chère Beths,
je t'envoie ce petit courier pour te dire que je pense très fort à toi en ce beau jour où on voit une brebis égarée revenir dans le droit chemin... euh oui je parles de toi !
Et moi qui pensait que Aristote t'avait bénie déjà !
Je suis retourner dans ma province éloignée du sud du royaume et malheureusement je ne pourrais être physiquement à la cérémonie mais mes pensées t'accompagnent ma chère Beths.
Dis moi une petite curiosité qui a osé être ton parrain ou ta marraine ? que je félicite cet inconscient?
Je t'embrasse fort et j'espère très bientôt te revoir. Crap.

Bon c’était impératif, sa journée du lendemain serait consacrée aux réponses.

Et puis, Beths s’en retourna vers les personnes présentes et son regard croisa celui de Tia et Rick. Elle leur sourit tendrement. Elle avait toujours trouvé qu’ils formaient un couple magnifique et ce soir encore elle partageait ce sentiment. D’autant plus que le petit George dans les bras de sa mère était volubile en gazouillis. Elle leur fit un petit signe de la main et s’approcha d’eux pour leur glisser un ou deux mots



Merci de votre amitié à tous les deux. Je suis heureuse de vous voir ici. Bon j’admets que Tia je te vois régulièrement à la prévôté, mais sans ton cher et tendre et sans ton George. C’est un cadre différent celui de la famille que celui de la prévôté. Allez vous resservir et profitez de la soirée

Sur un dernier sourire, Beths les laissa pour se diriger vers … BETTYM !!!! Elle était venue ! Elle savait qu’elle était en voyage avec Nimrodor, Lilou et Grid, mais elle n’avait pu s’empêcher de leur écrire pour leur annoncer cette nouvelle, celle de son baptême et pour les y inviter. Elle avait d’ailleurs reçu une réponse de Nimrodor … lui précisant qu’il viendrait au baptême. Cela avait fait sourire la thiernoise connaissant l’amour du grognon pour les églises.

S’avançant jusqu’à sa brunette, elle la prit dans ses bras


Bettym ! Je suis tellement contente que tu aies pu venir ! Que tu sois venue ! J’espère que la cérémonie t’a plu ! Bon et où sont les autres ? Vous étiez dans l’église ? Je ne vous ai pas vu, mais bon je n’ai pas vu grand monde tant j’étais concentrée

Son amie était en train de rire, Beths la regarda avec étonnement et partagea alors la plaisanterie, elle la bombardait littéralement de question sans lui laisser le temps de répondre … enfin elle était elle-même.
Et puis un sourire moqueur apparu sur les lèvres de Beths


Ma Bettym ? Tu sais que ton grognon avait accepté de venir assister à mon baptême ?

La jeune femme se met à farfouiller dans son bliaud, sort quelques missives, trouve la bonne et lui montre

Regarde

Citation :
Bonjour,

Si vous saviez ce que j'en ai à foutre moi du droit chemin ... D'ailleurs, à l'heure où je rédige cette réponse, je me suis fait distancer par mon propre groupe, et ai emprunté une mauvaise route. C'est dire que je n'en ai pas grand chose à carrer moi du droit chemin ...

Mais bon, puisque c'est si gentiment demandé ( et peut être aussi parce que ce sera l'occasion de revoir Marty, et que ça fait plaisir à l'ahurie qui me sert de compagne de route ), je vais accepter. De toute façon, plus le choix, je suis en route. Tâchez de vous vêtir un peu mieux que d’habitude, et d’arranger un peu ce qui vous tient lieu de faciès. Au pire, mettez un voile, c’est toujours ça …

Bon, je vous laisse, j’ai des lettres importantes à rédiger … Le bonjour à Marty, mais sobrement hein, pas de bisou ni rien … Juste un « Martynounet chéri, vous avez le bonjour de ce satané grognon de Nimrodor ».

Vérifiez quand même que l’eau bénite ne vous brûle pas …

Très amicalement.

Nimrodor


La jeune femme laissa le temps à son amie de prendre connaissance de la missive et lorsque cette dernière posa de nouveau les yeux sur elle … elle éclata de rire

Je ne sais s’il est ou non venu dans cette église, s’il était ou non présent, mais très franchement sa missive m’a fait plaisir Bettym. Et tu pourras le lui dire. Pour une fois qu’une action de ton grognon ne me fait pas m’exprimer … c’est à noter non ?

Et pendant que les deux amies riaient ensemble, le 3ème larron du bureau du brigandage les rejoint. Althiof, son suzerain. Le sourire de Beths s’élargit encore si cela était possible. Bon qu’allait il encore inventer pour la faire râler ?

Coucou les 2B ! Ca va ? Magnifique cérémonie Beths. T'étais belle comme une charette dans ta robe. Blanc c'est parce que tu nous fais du 2 en 1 ? T'enchaines le mariage direct ?


Et c’était parti ! Diantre c’était la combien-t-ième référence à son mariage future qu’elle entendait ? Mariage dont il n’était point question vu qu’elle avait refusé …. Mais ??? Beths se mit à réfléchir soudainement. MAIS ???? Ils étaient tous au courant que Marty allait faire sa demande ou quoi ? Pour que tous y fasse ainsi référence ??? Ooooooooooooooooooh …. Non … non ce n’était pas possible, elle n’y croyait pas. La jeune femme se calma aussitôt et se contenta de tirer la langue à son ami. C’est alors qu’il fit référence à un cadeau. Comment ça un cadeau. Beths fronça un sourcil, quelle manigance avait-il encore prévu ? Qu’est ce qu’il avait pu trouver ? Méfiance, méfiance, entre les seaux d’eau qu’il lui avait envoyé au visage, l’abreuvoir … La thiernoise tourna un instant la tête voir où était passé son parrain parce qu’à tous les coups ces deux là avaient prévu un truc pas croyable … et … non apparemment c’était bon, son parrain était près du buffet en compagnie de sa femme. Ouf.
Et Kory arriva à son tour, accompagnée des petits. Beths les accueillit d’un sourire, mais elle ne put placer un mot. Sa suzeraine partait et semblait agacée.


Euh, au revoir ma suzeraine, et a bientôt j’espère. Merci d’être venue cela m’a bien évidemment fait plaisir. A bientôt les ptits diables La dernière phrase était destinée aux enfants, mais l’entendirent-ils ? Elle ne le saurait jamais.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie

avatar

Nombre de messages : 660
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Baptême de Beths   Sam 3 Jan - 21:44

.../...

Beths a écrit:
Elle regarda partir la petite famille avec étonnement, et se tourna ensuite vers Al[/i]

Euh, tu lui as fait quoi à Kory ? Tu as testé un nouvel oreiller ?

Elle entendit Bettym rire, mais elle-même ne savait pas trop quelle attitude adopter c’était trop étrange. Et surtout, Al ne disait rien, et là c’était encore plus étrange. La seule chose qu’il fit fut de mettre un gant … Beths ne comprenant plus ce qui se passait le regardait sans mot dire. Il y avait une explication logique à tout cela, elle en était certaine.
Et soudain un flapflap se fit entendre, Beths tourna les yeux pour voir un magnifique oiseau arriver et se poser sur le gant qu’Al tenait.


Il est à toi Beths ! Pour ta correspondance privée ou publique. enfin bref pour envoyer des missives. Euh evite les colis quand même il est pas bien gros.

Sinon bein le pourquoi du comment ! C'est un faucon crecerelle. Je trouve que ça t'allait bien. Ca qualifie bien une de tes particularités.


Alors là, elle était bouché bée la Gondole ! Un faucon ? Son suzerain lui offrait un faucon ? Mais elle ne saurait pas s’en occuper correctement et ….

QUOI ?! Crécerelle et cela me qualifie ?

Elle le regardait furieusement les poings sur les hanches et puis … et puis elle éclata de rire.

Oh merci Al, il est tout simplement magnifique. C’est un très beau cadeau, merci

Nulle ironie dans sa voix, nul amusement, point de sarcasme ou de moquerie, simplement la sincérité et le plaisir de recevoir un tel présent de son ami et suzerain.

C’est parce que le prévost royal a beaucoup de missive à envoyer ? C’est ca ? La jeune femme se met à rire

Vraiment, merci Al, et puisque son nom est l’une de mes particularités, je ne nommerai … Crécerelle. Bon et tu devras me donner les conseils euh … d’entretien parce que je ne sais pas trop y faire avec les animaux.

Al lui tendit un gant qu’elle enfila, le faucon s’y posa, et elle put l’admirer à loisir. De sa main sans gant, timidement, elle effleura les plumes avec appréhension. Mais Crécerelle ne bougea pas et se laissa faire. Ce cadeau tombait à pic, elle qui voulait justement répondre à ceux qui lui avaient écrit.


Et puis son suzerain prit congé à son tour, et un à un les invités partirent. Dernières embrassades, derniers remerciements à tous ceux qui étaient venus, et la soirée s’acheva.




[Le lendemain, missives, et départ précipité]


Au saut du lit, Beths se sentit en pleine possession de ses moyens. Elle était heureuse, elle était baptisée, la fête avait été parfaite, elle avait été entourée de ses amis, Marty l’aimait et lui avait proposé le mariage … bon il avait ensuite disparu, mais peu importait, elle allait lui écrire, ils allaient bientôt se voir et tout serait parfait.

La Gondole s’installa à son bureau pour faire réponse aux différentes missives qu’elle avait reçu.

Tout d’abord … le couple improbable.



Citation :
Ma chère Nalu

Rha cette missive, cette missive. Sache que le porte missive a bien accompli sa mission et que j’en ai pris connaissance avec un plaisir non dissimulé. Ainsi tout se passe merveilleusement bien avec celui qui a volé ton cœur. J’en suis fort aise. Bon son langage est toujours mystérieux pour moi, mais je suis persuadé qu’il te susurre de délicats phrasés à ton oreille.

C’est donc une toute nouvelle baptisée qui t’adresse cette lettre. Une baptisée heureuse, baptisée qui n’a pas été trempée comme une grenouille le jour de son baptême. J’ai eu un instant peur qu’avec le parrain que je me suis choisis … mais bon il avait pris de l’avance il y a des mois de cela et m’avait fait faire trempette dans un abreuvoir complet.

J’espère que tu es également heureuse et que ta pastorale Tartassienne s’est merveilleusement bien déroulée. Mais ma curiosité est aiguisée, quelle sorte de serment as-tu fait pour y entrer ?

Sinon, mon porte missive s’appelle Crécerelle. Tes connaissances des faucons sauront qu’il en s’agit d’un. C’est mon suzerain qui m’en a fait cadeau …. Son nom apparemment lui rappelait mes … capacités ?


A mon tour de laisser ma plume pour changer de parchemin et en un adresser un à ta moitié.

Je t’embrasse
Sois heureuse

Beths, Aristotélicienne


Citation :
Messire Carmo le bien nommé,

Merci de vos quelques mots en l’honneur de mon baptême, malgré votre méconnaissance dissimulée de la famille Aristotélicienne.
Je vous rassure, j’ai gardé aube, bliaud, et divers tissus en cette belle journée et soirée, et ce malgré les différentes boissons qui ont pu couler, mais que voulez vous, ma camériste avait fait un travail hors pair, il eut été dommage de ne point le faire admirer, je suis persuadée que vous en conviendrez.

Apparemment vous avez appréciés mes miches puisque vous me les décrivez comme tendres. Sachez que j’ai le mérite du bon travail accompli. N’en parlez pas à votre moitié, vous savez comme moi comme elle tient au fait que la Noblesse ne doit point travailler. Et elle a parfaitement raison, mais un loisir … est-ce un travail ? Je prends plaisir en façonnant ces miches, quel mal peut-il y avoir ?

Sinon Messire vous avez toujours l’art et la manière de faire ressortir certaines rougeurs, et je vous rassure, je ne doute point de vos capacités, mais je n’ai besoin de nul massage.

Je transmettrais vos respects à celui qui ne partage certainement pas mes nuits, quelle idée, mais qui je vous l’accorde, reçois par moment un baiser de mes lèvres.

Prenez soin de notre Auvergne, sinon vous me connaitrez courroucée.

Bien à vous,
Beths


Nouveau parchemin

Citation :
Ma très chère Andro,


Merci, merci infiniment pour ton présent. C’est un cadeau superbe sache le. Et je sais d’ores et déjà à quel usage je le destine : recevoir mes robes. Oui, j’avoue prendre plaisir à porter de temps à autre jupon.
Je regrette ton absence lors de mon baptême, mais je comprends que tu ne peux être partout.
Me voici maintenant appartenant à la belle et grande famille d’Aristote, j’espère toujours m’en montrer digne.

Au plaisir de te croiser au château

Amicalement

Beths


Et hop encore un

Citation :
Chère Anny,


Ton absence pour mon baptême est totalement pardonnée ! Merci à toi pour ces magnifiques fleurs que j’ai bien reçu et qui ont égayée la salle de réception et qui aujourd’hui ornent mon bureau. Merci aussi d’avoir pensé à moi en ces instants, j’en ai été fort touchée saches le.

Au plaisir de te recroiser prochainement

Amicalement
Beths


Brusquement, une personne tambourina à sa porte. Etonnée elle releva la tête de ses missives invitant la personne à entrer. L’une des Sœurs membre du couvent de la Gaïté était devant elle.
Elle devait se rendre d’urgence au Couvent, l’Abbesse avait besoin d’elle, et elle avait promis.

Grommelant, la Gondole pesta. Rhaaaaaaa, elle regrettait d’avoir brisé ses vitraux étant enfant, cet acte la condamnait à obéir à l’Abbesse chaque fois que celle-ci la réclamait !
Elle n’avait pourtant pas fini ses missives, elle devait encore écrire à Marty, à Crap, Eva, … elle tenta de le faire comprendre à la sœur, mais ppffffff impossible.
Assemblant rapidement des affaires, elle partit donc en direction du Couvent des Sœurs de la Gaïté … qui savait pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baptême de Beths   

Revenir en haut Aller en bas
 
Baptême de Beths
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Baptême de Thequeen1
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Baptêmes de RoseMontagu, DavidGradir, Talban de la Cauve.
» 4 baptêmes [ PsD, PdP, PR, CdA, NN, Rosy, NdS ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: Cathédrale de Clermont - Cérémonies diverses-
Sauter vers: