Grande Bibliothèque Ducale

Bibliothèque du Bourbonnais-Auvergne ouverte à tous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:30

Histoire Ducale du Bourbonnais-Auvergne

Contée par Messire Agagamemnon, habitant de Polignac
Avec l'aide de tous les habitants du Duché
Chroniques illustrées par Dame Lyonesse, de l'Atelier des Artistes


Début de la rédaction en août 1454

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:33




Un voyage en Bourbonnais-Auvergne

Pour le voyageur qui pénètre dans le notre beau duché, le premier trait remarquable qui suscite son admiration est une série croissante de dômes arrondis, souvent couverts de denses sapinières ou de landes à bruyères, marqués en de rares endroits de cicatrices ouvertes comme des plaies ocres et rouges. La Chaîne des Puys, puisque c'est d'elle qu'il s'agit, culmine bien plus au sud que le premier et le plus septentrional d'entre eux. Elle trouve son apogée au Puy de Dôme, à l'Ouest de la capitale ducale Clermont [NDLR : je rappelle pour éviter les bourdes IRL que Clermont était une cité épiscopale. La cité comtale était sa voisine Montferrand. Riom, un peu au nord, était la capitale administrative, cité marchande et bourgeoise qui hébergeait le Tribunal et sa magistrature]. En aucun autre endroit du Royaume n'existent de semblable montagnes, rondes comme le sein parfait d'une déesse antique, mamelles de la Terre-Mère offertes à la caresse des cieux. On dit qu'un temple païen fut dressé jadis au sommet de ce tertre magnifique. Pourtant, nulle trace n'en demeure aujourd'hui. Et si les sages s'interrogent depuis longtemps sur les raisons de ces formes remarquables, seul le Dieu créateur de toutes choses saura jamais lever le mystère de Son Oeuvre, lequel demeure entier en l'occurrence. A partir de Clermont, la chaîne des Puys s'incline vers l'Ouest puis se dissipe. Plus loin, les massifs granitiques du Sancy dressent leurs masses noires sur l'horizon.

Clermont se trouve dans la plaine dite de la Limagne, qui suit le cours de l'Allier selon un axe Nord-Sud. Clermont marque l'ouest de cette plaine et se blottit contre les premiers contreforts des hauts plateaux que domine le Puy de Dôme. La cathédrale noire, coeur de la ville, fut édifiée au VIIIème siècle sur une butte. Elle domine la ville et sa voisine Montferrand comme le grand Puy lui-même domine les environs. La Limagne est une vieille terre à blé et autres cultures vivrières, par opposition aux massifs montagneux de part et d'autre, qui abritent surtout pâturages, élevages et bûcheronnage. On y trouve également de nombreuses mines qui font travailler le duché. A l'ouest de la Limagne, les Combrailles forment un plateau pierreux et valonné vers le nord de Clermont. Au sud, vers Issoire et plus bas, c'est le Pays Coupé, fait de plateaux ravinés, aux chemins difficiles. Plus bas encore, Murat offre au voyageur ses auberges accueillantes et ses monts ensoleillés. Thiers, dont les ateliers de coutellerie commencent à acquerir une belle renommée bien au delà des frontières de notre Duché, marque l'est de la Limagne. A l'est de Thiers se déploye la chaîne de moyennes montagnes du Forez et, plus au Sud, du Livradois. Montbrison est en Forez, dans une zone ou le climat redevient un peu clément. Les hauts du Forez sont réputés pour leurs hivers impitoyables, et bien rares sont les villages qui s'accrochent à ces hautes terres difficiles. Polignac, dans le Bas-Livradois, tient avec la ville de Aurillac la frontière sud de notre Duché. Au nord, Bourbon, Montpensier, Moulins dressent leurs fiers clochers sur des terres valonnées aux vergers accueillants.

Voyageur qui entres en Bourbonnais-Auvergne, regarde notre pays avec amour et respect. La terre y est aussi belle que rude. Ses habitants sont à l'image de la terre qui les a faits (en nettement plus bordéliques toutefois... :wink: )


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:33

Ahauber et la naissance du Bourbonnais-Auvergne

Au mois d'avril 1453, le Duché du Bourbonnais-Auvergne est créé par édit royal et les trois villes de Bourbon, Moulins et Montpensier sont mises en peuplement autour de Clermont, capitale du duché. La ville de Thiers fut ouverte au mois de juin. Suivirent les autres cités connues aujourd'hui : Montluçon en Combrailles, Montbrison en Forez, Aurillac en Cantal et Murat sur l'Alagnon et Polignac en Velay.

Un conseil probatoire (non élu) fut mis en place pour gérer le nouveau duché. Nakunoeil et Ahauber entamèrent la compétition pour l'obtention du titre. Ahauber l'emporta et devint le premier Duc de l'histoire du Bourbonnais-Auvergne. Nakuneuil reçut le poste de Connétable.



Annexe 1
Ahauber@Une biographie a écrit:


A peine arrivé en Auvergne il s’installe à Bourbon et se présente aux élections municipales. Ce challenge lui plait mais c’est surtout dans un but de reconnaissance ducale. Justice sera faite puisque c’est Spiritus xvii qui l’emporte aux termes d’un match serré. Une raison de sa défaite est son implication forte dans la politique ducale alors que son adversaire visait juste la mairie.

Toujours est-il que LEVAN va l’honorer en lui accordant le titre de Duc provisoire du Bourbonnais Auvergne. Lors de sa campagne il va tout de suite faire la connaissance d’une forte personnalité et va se lier d’amitié avec un homme d’église, Marlaeauvergne, qu’il prendra comme porte parole dans son conseil provisoire. Il va aussi avoir l’idée d’anticiper les choses et voit son influence d’une manière ducale.
Son objectif pour assurer son autorité serait d’avoir des amis à lui dans les 3 villes qui composaient l’Auvergne à ce moment là (Bourbon, Moulins, Montpensier.)

C’est pourquoi voyant qu’Alivianne, la reine des Amazones (guilde féminine) ne se plaisait plus à Cambrai et Knarf un ami commun, il décide de les faire venir en Auvergne et leur propose son challenge. Il va donc leur conseiller de s’établir à Montpensier et de briguer la mairie. Ce qu’ils firent au nom du BAC. Le BAC (Bourbonnais Auvergne Corporation) est un parti qui regroupe des personnes qui ont comme but commun de préserver l’Auvergne et d’agrandir son pouvoir. Ce parti sera donc créé par Ahauber et dirigé d’une main de fer. Il répond à un besoin de coordination et de « tirer tous dans le même sens ».

Lors de son mandat ducal, Ahauber su s’entourer de ses amis mais aussi de ceux qui avaient des divergences d’opinion dans le simple but de mettre le maximum de gens compétents à la direction d’un duché pour mieux le lancer. Ce mandat fut une franche réussite et bien que certains reprocheront à Ahauber son appropriation des actions, nul ne niera sa grande participation dans ses mesures. Il fut, avec son conseil, à l’origine de la création des lois du duché et du premier codex (avec Knarf), d’une grille des salaires visant à obliger les employeurs à payer plus pour obtenir plus de compétences d’un salarié, de la création d’une armée et de son organisation (en collaboration avec Alivianne) et de l’amélioration de la prise de décision.

Il dira « en 3 semaines j’ai fait plus que certains en 2 mandats de 2 mois » .

Il jeta aussi les bases des premiers traités internationaux judiciaires et de commerce.
Mais on le retiendra surtout pour avoir été le premier et le seul à créer un SMIC à 17 écus (avec l’aide du conseiller en place Nakuneuil).

Naturellement à la suite de ce mandat il ne pouvait plus se représenter et s’il l’avait fait, qui sait la dimension qu’aurait pris l’Auvergne à ce jour, mais malheureusement il savait qu’il ne pourrait assurer la deuxième partie de son mandat car il serait absent en juillet et août.

Parallèlement à son mandat il créa le Gutenberg, journal à vocation politique et informative qu’il dirigea en tant que rédacteur en chef et journaliste. Ce journal connu un franc succès et atteint le nombre complet d’un rédacteur en chef et de 3 journalistes. Cela lui permit une popularité importante qui pesa sûrement dans son action politique. Puis durant son mandat il ne pu bien faire son travail de rédacteur en chef il resta alors propriétaire mais passa le relais à son nouveau protégé : Mephistophele.

A la fin de son mandat Ahauber et le BAC faisaient l’unanimité et il eut aussi son opposition issue du conseil sortant. Lors des élections de mai 1453 il décida de choisir son successeur et nomma logiquement Mephistophele son second. Ce dernier fut donc tête de liste de la première liste BAC. La liste fut quasi-majoritaire et Ahauber rassembla une nouvelle fois les foules et fit élire Mephistophele. Ce dernier appliqua le programme et continua l’action d’Ahauber tout en rajoutant sa touche populaire.

Et puis le départ et des vacances bien méritées arriva. Il parti donc en vacances sans se douter que l’été lui serait fatal. En effet après un mois de vacances ils revint en Auvergne pour quelques jours avant un nouveau départ juste à temps pour les élections d’août 1453.

Il avait confié la gestion du parti à Oya et à Danton, le journal à Oya, et la tête de liste devait être Alivianne comme convenu avec Mephistophele. Mais lors de son court retour, on lui apprend que son protégé a profité de ses fonctions et que dès juillet il a perdu la tête et est rentré en guerre contre un voisin. Il apprend aussi que le BAC ne va plus très bien, que l’opposition est de plus en plus forte et que Danton ne rassemble même plus les siens au sein du parti. Alivianne termine deuxième à quelques longueurs de l’opposition mais plutôt que de s’allier avec la troisième liste pour être duchesse elle laisse la place à l’opposition. Et Ahauber retourne en vacances avec cette tache sur le dossier.

Lorsqu’il rentre en septembre, c’est le chaos. Son journal est à l’abandon, son parti est transformé en « guilde » ; il n’a de parti que son nom . Oya est même en train de donner la démocratie pour le parti et c’est Heraklius qui devient le premier président du BAC. Alivianne veut de nouveau être tête de liste et proposer aux auvergnats sa présence. Pour Ahauber s’en est trop.

Il va donc renouer ses contacts et refaire surface, mais l’opposition a eu le temps de s’aguerrir. « Quand le chat n’est pas la les souris dansent ». Et là le matou revient et ça déplait. La méthode Ahauber ne satisfait pas les anciens et l’Auvergne est transformée. Une grosse arrivée s’est effectuée durant ces deux mois et au moment de son retour plus personne ne connaît Ahauber et ceux qui le connaissent aimeraient l’oublier.

Les exploits de son protégé ne vont rien arranger. Lors d’une conversation avec Alivianne au sujet du parti, cette dernière claque la porte et entraîne les trois quarts des membres avec elle. Oya, Heraklius et les autres fondent l’ABA. Il ne reste plus que les plus fidèles. Ahauber a regagné son parti mais à quel prix.

Alors il va analyser les nouveaux auvergnats et recruter les meilleurs. C’est ainsi qu’il va compter dans son parti Blue130, Cralex, Halbarad, Comte_de_Pirey…
Mais il est trop juste pour bien préparer les élections d’octobre et se retrouve avec un poste au conseil. Il démissionne et le donne à Danton, plus coopératif et plus méritant. Surtout que la nouvelle duchesse n’est autre qu’Alivianne. Et bien que nommé Duc de Vichy pour son engagement envers l’Auvergne par Alivianne, cela n’arrangera pas ses relations avec le Conseil.

C’est pendant ce mandat qu’Ahauber n’arrêtera pas de dénoncer les dangers et la passivité du conseil. Cela nuit gravement à sa popularité et il passe auprès des nouveaux auvergnats pour un « gueulard ». Malgré sa nomination de délégué ducal de la Soule en Auvergne, les visiteurs du forum le haïssent et on devient pro-Ahauber ou anti-Ahauber.

Cela lui vaudra d’ailleurs une accusation pour trahison et un procès factice qui amènera une condamnation de bannissement, pour avoir dénoncer ,involontairement Danton qui était espion à ce moment là (et celui ci plaidera même pour Ahauber mais rien n’y fera, du procureur au juge en passant par les témoins, tous sont des opposants à Ahauber ), il est condamné à quitter l’Auvergne.

Cependant une dérogation lui est accordée le temps des élections de décembre où il est candidat. Car depuis octobre Ahauber reconstruit son parti et le hisse à la place qu’il devrait être. Il va recruter tant est si bien qu’au moment des élections il dispose d’un homme dans chaque ville et arrive à faire sa liste ducale. Il s’embrouille avec Blue qui quitte le parti en bon terme. Blue fonde le PP. Ahauber lui vient en aide et encourage Danton à aider Blue dans son entreprise. A la veille des élections de décembre tous s’attendent à une déroute du BAC et du PP et à une victoire écrasante de La fondation et de l’ABA. Pourtant c’est le PP qui est premier, suivi de l’ABA et de la fondation ; le BAC s’en tire avec 2 postes.

Ahauber va refaire son coup des alliances et introniser Blue, qui n’en revient pas. Mais à peine élu, Blue change de casaque et ne met pas Ahauber CaC. Il va même décréter le départ immédiat d’Ahauber suite à son pseudo dernier jugement.

Ahauber est contraint à l’exil à Annecy. Mais il promet que Blue n’ira pas loin sans lui, Blue ne l’écoute pas et une semaine plus tard Blue se fait renverser par l’opposition d’Ahauber. Plus tard avant sa mort, Blue s’excusera auprès d’Ahauber. Cette situation désespère Ahauber qui reste sur un sentiment d’inachevé, mais vu qu’il a quand même aidé l’Auvergne cela relativise son bilan. Il décide donc d’augmenter son challenge.

Ahauber et un projet inter-ducal

Ahauber à Annecy va se faire discret. Il va faire une analyse de son parcours et s’aperçoit d’un talent de formation. Il part aussi d’un constat : le monde politique divague, les enjeux sont de plus en plus important et les responsabilités de plus en plus grandes. Il s’aperçoit que tout au long de son parcours il a rencontré des gens, les a formés et ils sont devenus des personnages important. Certes, ses protégés ont du talent mais avec ses conseils ce sont de redoutables politiciens. Luzifer à Cambrai, Boris11, Danton, Alivianne, … Mephistophele, Blue et Alivianne au poste de
duc(hesse).

C’est donc naturellement qu’il crée la première Université Politique des Royaumes, qu’il baptise du nom de son ami décédé à ce moment : l’Université Marlaeauvergne.
Pour apporter ses connaissances il va s’entourer des meilleurs (la plupart issus de son vieux carnet d’adresses. Cette Université est une réussite puisque des élèves des 4 coins du Royaumes viennent quotidiennement suivre ces cours. L’Université est reconnue par le Roy qui l’a fait référencer sur le forum du jeu, dans l’Université des Royaumes. De plus son amour pour la couronne de France, l’amène à se mettre à la disposition du ROY .

Justement à ce moment , Caedes (duc de champagne ) lance la Champagne et ses alliés dans une non-reconnaissance du Roy comme suzerain légitime des duchés du royaumes de France. Immédiatement Ahauber intervient dans l’ombre.

Lors d’une relance de ses contacts il s’aperçoit que les initiatives contre Caedes ne manquent pas, mais elles sont moins efficaces car chacun travaille dans son coin. Les artésiens veulent prendre la champagne par la force, emmenés par LUZIFER et Bobbynight (le filleul de Ahauber) , Morkail (prof de l’université d’Ahauber). Les bourguignons leurs alliés s’occupent de la logistique et aident la résistance champenoise. Biquette le Maître des Pairs de France s’installe dans le sud pour surveiller les agissement de tous . Enfin l’empereur LJS a l’intention d’intervenir mais n’a pas de renseignements.

Voyant toute cette désorganisation et connaissant personnellement tous ces gens en qui il fait confiance et qui lui font confiance, il se met en relation avec tous et les tient informés des actions de tous. Ainsi ayant ces informations l’empereur se dit prêt à intervenir en Champagne, les artésiens aidés des bourguignons et avec la bénédiction du ROY et de la pairie, font tomber REIMS.

Mais le travail ne s’arrête pas là pour Ahauber, qui pense déjà à l’après Champagne. Il décide donc de s’assurer qu’aucun autre ne prendra la place du défunt duc. Il reste donc en champagne et pousse son clan à bien s’implanter en champagne et à reprendre le contrôle moral de la Champagne.



Après cette épisode ses relations avec ses alliés sont au beau fixe et il retourne à son université tranquillement. Un jour il reçoit l’inscription d’un certain Otto Bismarck qui montre un grand intérêt pour ses travaux et son œuvre. Il voit en ce nouvel élève plusieurs coïncidence avec sa propre vie.

Comme lui Otto s’est installé à Cambrai et comme lui il s’est allié avec Johan et comme lui il a fait ses débuts politiques dans cette ville. Il décide alors de prendre le jeune élève sous sa protection directe. Il va lui enseigner par cours privés pas mal de choses et va le former pour reprendre sa succession à l’université. C’est ce qu’il fait pendant l’été 1454 ou il laisse les clefs pendant son absence à son jeune protégé.

L’Université compte maintenant plus de 250 membres et une cinquantaine d’assidus. C’est aussi devenu un endroit reconnu et le premier lieu d’échange politique du jeu. Les Ecrits, les théories, et les échanges se multiplient.

Parallèlement à cela Ahauber ne coupe pas ses contacts et bien au contraire il va s’internationaliser. Il profite de sa renommée et de ses compétences personnelles pour aider les duchés qui lui font la demande. Il va donc gérer les élections en Languedoc, Périgord, Savoie, Provence… et va aider ses jeunes pousses à atteindre leurs objectifs ducaux. Il va même aider les Germaniques dans leurs premier pas en assumant un rôle de coordination important au sein du conseil du Baden.

Et retourne toujours à son université pour l’améliorer. Mais il sent qu’il va falloir changer à nouveau de challenge et confier le bébé à la génération suivante. L’université c’est 250 membres, une dizaine d’enseignants plus de 2000 articles à caractère politique, une dizaine d’ouvrages dont le Guide du Bourgmestre (écrit par Ahauber en collaboration avec diverses personnes. Il regroupe dans cet ouvrage tout ce qu’il faut savoir avant de devenir candidat à une élection municipale et présente ce qu’est le métier de maire).

A paraître le guide Ducale. Grâce à cette institution il a aussi participé à l’ascension de nouveaux ténor de la politique tel que Bigmétal, Craven, Kermit, Charles.de.Bourbon... qui ont atteint le poste de duc ou qui sont conseillers ducaux à vie.

Mais son Auvergne va de plus en plus mal et il faut maintenant relever une autre mission. Déjà un gros projet mûri dans sa tête mais ceci sera une future histoire…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:39

Annexe 1
Nakuneuil a écrit:
(mon avatar de l'époque)
Les Déboires d’un paysan inconnu devenu seigneur.

J’arrivais en Auvergne en mai 1453, en tant que simple maître charpentier méconnu avec un peu d’expérience dans le commerce et vétéran de la première confrontation Artésio/Normande. Apprenant que le Roy cherchait des gens pour administrer ce duché, je tentais le tout pour le tout et me présentais en tant que duc avec le soutien de Marlaeauvergne et de Lafouine. C'est Ahauber qui fut choisi, mais je fus tout de même nommé Connétable.

Ce conseil fut une agréable expérience et je me dis que je ne m’arrêterais pas là. Cependant je choisis de ne pas me présenter aux élections suivantes, ayant résolu de me retirer pendant la période estivale dans le monastère fondé par mon ami Marlaeauvergne afin d’expier mes péchés. Avant de me retirer, j’organisais quand même une révolte pour renverser Zork, le premier maire élu de Moulins, qui brillait par son absence et son manque de communication. Je pris donc sa place pour un peu plus d’une semaine. Bien que n'ayant pas obtenu l’accord du Conseil, je pus éviter les poursuites grâce au soutient populaire.

C’est durant cette période que je fus contacté par le Duc Mephistopheles qui me demanda d’organiser une armée pour le Duché. Je me mis donc à la tâche et aménageais une caserne, définis une structure militaire et lançais le recrutement des premières troupes. A la suite de ces actions, je reçus le commandement des troupes armées du Bourbonnais-Auvergne. Mais le duc mephisto en inquiétait plus d'un à l’époque. C’est pourquoi avec d’autres personnes ayant les mêmes inquiétudes, nous organisâmes une révolte afin de le destituer. Hélas nous n’étions pas au fait qu’un accord royal était requis, nous échouâmes donc.

Suite à ces fâcheux événements, je me retirai chez les moines. A mon retour, je pus me rendre compte de la justesse de nos craintes : Mephistophèles avait cédé à ses pulsions et tenté d’envahir le Limousin. Hélas, il avait bâclé l'affaire et l’armée se retrouva complètement perdue en territoire inconnu. Ce fut un coup dur pour nos troupes et il fallu un certain temps pour les réorganiser. Moi, soupçonné par certains lors de mon absence d’avoir participé à l’organisation de ce fiasco, et malgré le fait que je me sois toujours posé en opposant de Mephisto, je fus démis de tous mes grades.

Je fis donc mon retour sur la scène politique en prenant la seconde place sur la liste UPL menée par Don Vasco. S’y trouvaient également mes amis Lafouine et Marlaeauvergne. Nous gagnâmes ces élections, devançant la liste BAC menée par Alivianne suivie d’un autre inconnu au grand destin, Heraklius. Durant ce temps là, l’ancien duc Ahauber commença à importuner le conseil essayant de façon fort malhabile d’obtenir la reconnaissance populaire. Je fus nommé connétable et repris l’armée ducale en mains avec l'aide d’Oya, de Gregor et de Danton, sans oublier certains lieutenants dont je me souviens encore comme Luckyluke, Silec, et Savarrin et leurs sergent Jefjo, Cralex, etc…

Le Duc Don Vasco quant à lui tomba gravement malade, ce qui fit que les têtes des deux listes gagnantes, dont moi, reprirent en main la gestion du Duché. Je fus également élu Maire de Moulins où je contribuais sérieusement à la prospérité de cette ville, grâce entre autres au commerce. Quand le duc finit par démissionner, je voulus me présenter comme Régent, mais àfin de ne pas subir de conflit néfaste à l’équilibre ducal, nous laissâmes Marleauvergne à ce poste. C'tait un homme qui, par sa sagesse, faisait l’unanimité. Quant à moi, je partis un moment en Champagne avec Ste Cross pour prêter main forte aux Atésiens lors de la Bataille de Compiègne. Je revins en Auvergne non sans avoir entre temps perfectionné mon Art du Coup d’Etat.

Je me présentai aux élections suivantes sur la liste ABA menée par Alivianne, en compagnie d’Heraklius, Trollfarceur , Tcotn ,Dugesglin et Biquette… Cette liste remporta les élections contre le PARS. Il est à noter que se présentait également aux suffrages une liste menée par l’ex Duc Ahauber mais celle-ci se trouvait loin derrière. Je fus suite à cette élection nommé Bailli, et bien que ce fut mon premier poste économique je ne m’en tirais pas trop mal, si on omet quelques erreurs de débutant.

Je fus également anobli Vicomte de Carlat par la Duchesse Alivianne en reconnaissance des services rendus au Duché. Je continuais également à siéger à l’Etat-major de l’Armée en tant que colonel et entrais à l’Hérauderie Royale avec la Marche Héraldique d’Auvergne pour attribution, succédant ainsi à Jehan.

Etant un des rares érudits du Duché, je me mis à le parcourir afin d’aider les mairies pour leur fournir des points d’Etat. Cela me permit de connaître un peu mieux certains habitants de notre région, comme Gypsie et Surgeon. Le Duché vivait ses dernières heures de calme.
En effet, un nouveau parti politique mené par Blue130 avait vu le jour : le Parti Populaire. Au terme d'une campagne très agitée ou nombre d’attaques volèrent bas des deux côtés, et même si je dois avouer que beaucoup de coups furent lancés par moi, le Parti Populaire réussit à séduire pas mal d’Auvergnats avec son programme démagogique et en grande partie irréalisable. Il remporta donc les élections, devançant l’ABA de quelques dixièmes de point. L'ABA elle-même devançait La Fondation de peu. Ahauber termina bon dernier comme à son habitude.

L’ABA et la Fondation ne parvinrent pas à s’unir pour contrer le Parti Populaire et Blue130 devint Duc avec le soutient d’Ahauber.
C’est alors qu’une idée germa dans ma tête, pour soustraire une partie du duché à la juridiction néfaste de Blue, je pensai à rendre le Bourbonnais indépendant et à en prendre le contrôle. Je parlai de cette idée à certains de mes proches qui eux aussi furent enthousiastes, mais je renonçai à aller jusqu’au bout me rendant compte que l’idée était trop risquée. Je me résolus donc à attendre que Blue accumule les bourdes et je ne me suis pas gêné pour les mettre en évidence, sentant que cela marchait et que l’opinion populaire se retournait contre son Duc. Je commençai à envisager la révolte et à en parler à des personnes en qui j’avais confiance, comme Dugesglin,Zeroukay,Trollfarceur ,Savarrin, Tcotn,Don Vasco, St Cross etc.

Un jour que je sentis particulièrement propice, je demandai aux personnes à qui j’en avais parlé de contacter un maximum de personnes fiables pour qu’elles attaquent le château et je demandai à Zeroukay de diminuer le nombre de miliciens postés au château. Quant à moi, ayant appris les modalités à suivre pour une révolte de ce genre, j’envoyai une missive à sa Majesté Lévan III afin qu’il nous donne sa bénédiction, ce qu’il fit. Le lendemain, Blue130 était renversé par le plus charismatique d’entre nous, TrollFarceur. Je reçus quand à moi le poste de Procureur, mais je partis en Artois sentant que des choses intéressantes allaient se passer au Nord avec le retour de Caedes.

C’est ainsi que se termine mon aventure auvergnate.


(portrait d'époque)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:40

Mephistophele et la guerre manquée

Les premières élections des conseillers ducaux se tinrent le lundi veille des nones de juin de l'an de Pâques 1453 (4 juin) et virent l'accession de Mephistophele au siège envié de Duc du Bourbonnais-Auvergne.

D'un point de vue politique, son mandat fut marqué par la tentative que fit le Duc pour entraîner son duché dans une guerre avec le duché voisin du Limousin de La Marche. Mettant à profit une période de vacances pendant laquelle de nombreux conseillers étaient absents, le Duc Mephistophele manipula les votes du conseil pour déclencher son offensive militaire. Les témoins de l'époque évoquent une habile forgerie montée de toutes pièces par le Duc. Une fausse lettre fut expédiée pour signaler que, selon certains renseignements fournis par le réseau des Amazones de Dame Alivianne, le Duc du Limousin de la Marche et ses principaux conseillers étaient membres de deux organisations secrètes de fort vilaine réputation : la Pieuvre Noire et les Dragons Rouges. Dame Alivianne fut à la même époque nommée connétable. Son inexpérience dans les affaires publiques en faisait, selon le Duc Mephistophele, une cible malléable. Certains conseillers, inquiets des menées du Duc, avaient bien tenté de le renverser quelque temps auparavant, mais la révolte échoua faute d'avoir su obtenir le soutien du Roy.

Ordre fut donc donné aux troupes de se lancer à l'assaut du duché voisin. Les soldats du Bourbonnais-Auvergne pénétrèrent ainsi sur les terres du Limousin. Cependant, trois des conseillers en place voulurent s'opposer à la guerre qui menaçait et entreprirent des démarches diplomatiques en direction du Duc du Limousin pour lui expliquer la supercherie. La guerre fut ainsi évitée de justesse. Le Duc Méphitophele fût aussitôt arrêté, jugé puis condamné pour haute trahison. Heraklius, qui occupait alors le poste de Procureur, obtint sa condamnation à mort du Juge Dame Zeroukay.



Le mandat de Mephistophele connut également une intense activité de réformes de la législation. En effet, le Codex initial du Bourbonnais-Auvergne était une simple reprise d'un codex standard commun à l'ensemble des duchés. Latiteplume et Boris11 entreprirent une remise à plat des textes de loi. D'après des témoins de l'époque proches du Duc, ces réformes tendaient essentiellement à la concentration des pouvoirs entre les mains de quelques hauts responsables et à la restauration d'une autorité ducale forte. Mephistophele et son entourage auraient ainsi tenté de lutter contre une dispersion des centres de décision et une tendance croissante des fonctionnaires à se défaire de leurs responsabilités au profit d'une libre expression anarchique et démagogique de leurs administrés.

Il convient de noter que par une ironie de l'Histoire, ironie dont les Anciens nous ont enseigné qu'elle n'était point avare, c'est en vertu même de ces lois autoritaires que le Duc Mephistophele fut condamné à mort au terme de son procès pour trahison. Il est permis de voir dans cette affaire une illustration de ce que le grand théologien Carolus-Emilianius-Maximilien Weber de Erfurt nomma, dans son traité De sapientium politicaque, le "paradoxe des conséquences".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:40

Don Vasco, la régence Marlaeauvergne et la colère de Caedes

Le siège de Duc du Bourbonnais-Auvergne fut par la suite occupé par Don Vasco, élu le 3 août 1453. Or, l'été 1453 demeure dans les mémoires comme une date funeste : une peste se déclara dans notre beau duché à la faveur des mois chaud. Elle y causa moult deuils et ravages, emportant dans la tombe nombre de citoyens, toutes classes sociales confondues. Le Duc Don Vasco fut touché par le fléau. S'il dût à sa robuste constitution de compter parmi les rares personnes à avoir survécu à la maladie, l'état de faiblesse dans lequel il se trouva après sa rémission le soulagea du devoir de mener son mandat à terme. A compter du mois de septembre 1453, la régence fut donc assurée par Marlaeauvergne, un homme de religion proche du Duc. C'est à cette époque, en guise de remerciements pour avoir évité une guerre inutile avec le Limousin de la Marche, que furent annoblis ces deux figures du Bourbonnais-Auvergne, ainsi que la future duchesse Dame Alivianne.

D'un point de vue législatif, les principales réformes furent organisées par le Juge Heraklius, lequel s'était déjà distingué comme Conseiller en réorganisant efficacement la filières des mines du Duché. Heraklius entreprit en particulier de mettre en oeuvre une collaboration judiciaire inter-ducale pour résoudre le problème des extraditions.

La vie quotidienne du Duché était cependant traversée de convulsions épisodiques. Ainsi, Dame Alivianne organisa-t-elle une révolte dans son village de Montpensier afin de destituer le maire en place, à qui l'on reprochait une gestion désastreuse. Les principaux conjurés étaient Ariadne, future Duchesse par alliance, Cendres de Lady et Carmody. Cette action permit à Allivianne de s'emparer de la mairie. Après avoir rétabli la situation budgétaire, elle laissa sa place à Lafouine pour monter à Clermon affronter la Cour de Justice sous le chef d'inculpation de révolte. Alivianne obtint la clémence des juges et fut condamnée à l'écu symbolique.

La régence de Marlaeauvergne fut assombrie par un incident diplomatique d'importance avec le Duché de Champagne. L'affaire se comprend mieux si on la replace dans le contexte de crise économique latente qui sévissait à l'époque. La désorganisation chronique des filères de production conduisait de temps à autre à une pénurie de matières premières, parmi lesquelles le fer était de première importance. A l'époque donc, l'Artois connaissant de graves difficultés faute de disposer de ce minerai en quantités suffisantes. Alivianne intervint alors auprès d'Heraklius, Conseiller aux Mines pour le Duché et chargé à ce titre de négocier la vente au Duc de Champagne d'une partie des stocks de fer du Bourbonais-Auvergne. Les négociations avec la Champagne furent suspendues et priorité fût donnée à une vente de fer à l'Artois, alors en fort bon termes avec notre duché. Il convient de rappeler que la Champagne et l'Artois entretiennent des relations difficiles pour des raisons historiques. Cette décision du Bourbonnais-Auvergne provoqua la fureur de Caedes, Duc de Champagne. L'incident diplomatique n'eût heureusement pas de fâcheuses conséquences, même s'il influa par la suite sur l'attitude des dirigeants du Bourbonnais-Auvergne lors de l'affaire de La Fronde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:42

Alivianne et la taupe démasquée

Le 2 octobre 1453, Alivianne fut élue et pris la succession du régent, dont elle était une proche amie. La Duchesse Alivianne avait manifesté un attachement précoce pour la chose publique. Fondatrice du groupe des Amazones, dont elle reste à ce jour Reine incontestée, maire de Montpensier chargée de remettre d'aplomb les finances d'un village en faillite, elle accédait ainsi au siège ducal avec une certaine expérience de la gestion et de la politique.

La principale affaire de son mandat fut l'affaire Danton. A cette époque en effet, l'organisation des Dragons Rouges avait été infiltrée un agent au service du Duché, du nom de Danton. L'organisation mafieuse des Dragons Rouges avait en effet mené une opération de détournement de fonds au détriment de la mairie de Montluçon, ce qui avait attiré sur elle l'attention des responsables du Bourbonnais-Auvergne. L'un des témoins raconte dans ses mémoires :



Suite à cette affaire, les responsables du Duché décidèrent d'infiltrer l'organisation afin de la mettre à genoux. L'opération réussit assez bien. D'après les documents confidentiels que nous avons pu consulter, l'agent DantOn était arrivé à obtenir des informations assez précises sur les têtes du réseau et celui-ci avait été durablement affaibli. Malheureusement, l'ancien Duc Ahauber dénonça publiquement l'agent infiltré au cours d'un débat politique orageux avec la Duchesse Alivianne et le Conseil ducal. L'espion fut retiré du réseau en catastrophe et parvint à sauver sa vie. Il sera annobli par la suite pour services rendus au duché. Dans le courant du moins de novembre 1453, Ahauber fit mis en accusation, jugé et condamné pour trahison. Le procès sembla néanmoins prouver que l'acte de l'ancien Duc était à interpréter comme une maladresse plutôt que comme une malveillance. La peine de mort lui fut donc épargnée. Ahauber interjeta appel en janvier 1454 auprès la Cour d'Appel du Royaume dans l'espoir d'alléger encore sa sentence. L'appel fut rejeté par Madame le Juge Tsarine, ce qui mit un terme à l'affaire.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:43

Blue130, un duc renversé

A l'échéance de son mandat, Dame Alivianne décide de ne pas briguer un nouveau siège. Heraklius, élevé entretemps au rang de Vicomte de Montboissier, tente de prendre la relève mais est battu par le Duc Blue130 avec 0.6% de voix de retard, au terme d'une campagne qui restera célèbre pour la virulence des échanges entre les candidats. Blue130 entamait cependant son mandat dans des conditions difficiles : élu avec 29.6% des voix, talonné de près par ses adversaires dont les listes recueillaient respectivement 29 et 28.4% des suffrages, Blue130 nedisposait que du tiers des voix au Conseil Ducal. La suite des événements démontra amplement l'instabilité de cette configuration.

Le mandat du Duc Blue130 fut en effet caractérisé par sa brièveté relative. Il fut le premier Duc du Bourbon-Auvergne renversé par une révolte populaire. Les tensions politiques de son début de mandat dégénérèrent assez rapidement en jacquerie. Il est permis de penser que les adversaires politiques du Duc exploitèrent les faiblesses de sa gestion et son incapacité à remplir les promesses sur lesquelles il s'était fait élire. Le mouvement pris de l'ampleur et, en décembre 1453, Trollfarceur conduisait devant le chateau ducal une population en furie qui prit aussitôt les grilles d'assaut. La colère des émeutiers était telle que le duché ne passa pas bien loin, ce jour là, d'une authentique hécatombe. Par chance ou par hasard, nos sources ne nous permettent pas d'en juger, la Dame Zeroukay, en charge du poste de Connétable, avait retiré les troupes la veille même de l'émeute. Les violences furent donc limitées aux quelques miliciens encore en poste dans le chateau. Le Duc Blue, acculé dans son bureau par les émeutiers, mit fin à ses jours et par là-même à son mandat.



Il faut noter cependant que ces événements tragiques eurent lieu dans un contexte politique particulièrement tendu. L'histoire du Duc Blue est plus complexe qu'il n'y paraît. Celui qui fut présenté par ses adversaires et vainqueurs comme un démagogue sans scrupules s'était fait auparavant connaître comme maire de Montpensier, ville qui n'eut pas à se plaindre de sa gestion. Mais ceci est un autre histoire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Jojolasage
Admin
avatar

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   Dim 7 Jan - 15:45

Trollfarceur, un duc renversant

Trollfarceur, bien qu'ayant conduit la révolte, sût obtenir le soutien du Roi Levan III pour cette opération, ce qui lui épargna d'avoir à affronter la justice par la suite. Grâce à cette immunité, il put briguer le mandat ducal lors des élections du 6 janvier 1454 qui mirent officiellement fin aux troubles. Une fois encore, la répartition des sièges à la proportionnelle engendra une configuration lourde de possibilités de conflit : Odin, qui menait la liste de La Fondation, était en tête avec 37.9% des voix tandis que son adversaire principal, Trollfarceur, le suivait de très près avec 37.7% des voix pour sa liste de l'ABA. Les négociations post-électorales permirent à Trollfarceur de s'emparer du mandat, bien qu'il eut obtenu légèrement moins de voix que son concurrent.

L'épisode le plus célèbre qui nous ait été rapporté à propos du Duc Trollfarceur est la tragique affaire de la mort de MorganRed. Il s'agit là d'une bien sombre histoire d'amour, d'honneur et de rivalités comme les Cours en ont souvent le secret. Le seul fait vraiment avéré est que le Duc Trollfarceur entreprit un jour de courtiser Dame Orchi, future baronne de Tournoël et épouse légitime de MorganRed, citoyen de la ville de Bourbon.

MorganRed était un personnage en vue du Bourbonnais. Il s'était rendu célèbre par son action municipale dans la ville de Bourbon. Mais il avait aussi été mêlé à un obscur épisode de la Fronde. Selon certains documents, il aurait été, lors de ces événements, recruté comme membre d'une organisation oeuvrant pour le compte de Caedes, Duc de Champagne et chef de file de la rébellion contre le Roi Levan III. Convaincu de duplicité, Morganred connût pendant quelque temps les geôles de Clermont. Dame Orchi, alors maire de la ville de Bourbon, demanda une audience au Duc et obtint la liberté pour son époux.

MorganRed entra par la suite au Conseil Ducal en tant que chambellan. Le premier incident avec le Duc Trollfarceur eut lieu en mars 1454 à l'occasion d'une fête mondaine réunissant la noblesse et la notabilité du Bourbonnais-Auvergne et du Limousin de la Marche, duché voisin et allié. Soucieux de venger l'affront public que lui faisait le duc, MorganRed le défia en duel. L'intervention de plusieurs témoins permit d'éviter une effusion de sang. A cette même époque, Morganred apprit de la bouche de l'un de ses proches que son épouse, Dame Orchi, était en vérité sa demi-soeur. Les preuves étaient irréfutables. Accablé par cette affreuse révélation, MorganRed mit fin à ses jours. Dame Orchi, qui deviendra plus tard Baronne de Tournoël sur proposition de la Duchesse Zeroukay, se retira alors de la vie publique et entreprit un voyage, certains disent une pénitence, en direction de l'Abbaye du Mont Saint-Michel. Elles aurait depuis rejoint sa ville de Bourbon, où elle mène une existence effacée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeduba.positifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire ducale (et illustrée) du Bourbonnais-Auvergne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BOURBONNAIS AUVERGNE
» Histoire illustrée Pokémon !
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grande Bibliothèque Ducale :: La Bibliothèque :: Tour Nord-Ouest : La vie du Bourbonnais-Auvergne :: RP divers-
Sauter vers: